:: Ile Eschine :: Centre de recherche Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Infiltration au Parc Safari ! [Shinichi]

avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 1070
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Fév - 1:49
Elisthel s'impatientait. Assise sur les marches non loin du centre de recherche, elle attendait son camarade de voyage. Elle devait passer un appel urgent, et Noctis lui avait dit qu'elle pourrait sans doute le faire au centre. Qui plus est, il avait prétexté avoir des choses à dire aux scientifiques qui étaient dans les labos de l'île Eschine. Sauf qu'il n'arrivait pas. Bon, eh bien tant pis. La jeune femme se redressa, Ori sur les talons avant de se diriger vers l'intérieur du centre. Là, elle se dirigea vers la secrétaire qui lui sourit avant de lui dire qu'on l'avait prévenue. Prévenue ? Son grand-père avait le bras long, et elle le savait, mais tout de même... Le coup de fil en lui même fut relativement rapide. Son très cher grand-père avait des inquiétudes suite au fait qu'elle était à Méridian peu de temps auparavant, et qu'il souhaitait savoir ce qui s'y était passé, notamment avec l'Ossathlon. Une fois assuré que sa petite-fille n'avait pas ridiculisé la famille pour les trente générations à venir, il lui aboya de se dépêcher, qu'une navette les attendrait au port d'Eschine pour la ramener chez lui.

Elisthel se sentait en colère. Elle n'avait parlé de son grand-père à personne, et pour dire vrai, elle aurait peut être dû... Elle appréhendait beaucoup la rencontre à venir et n'était pas certaine de pouvoir gérer le stress. Elle enverrait un message à Allen plus tard. Pour l'heure... Elisthel soupira et  sursauta lorsqu'elle cru voir une silhouette passer rapidement. Incertaine, la jeune femme décida de ne pas y prêter attention. Elle se dirigea de nouveau vers l'accueil, demandant si son camarade était arrivé. Mais on lui signalait que Noctis n'avait jamais été appelé à venir ici, ni n'avoir signalé qu'il passerait. Ça pour le coup, c'était bizarre... La secrétaire la pria alors de l'excuser ; elle irait demander à ses supérieurs. Bizarre, bizarre... Un dossier posé sur le bureau attira son attention. Mmh. Personne à droite, personne à gauche... Elisthel se pencha par dessus le bureau pour aller voir de plus près ce que c'était. Elle attrapa le dossier, mais plusieurs fiches tombèrent à terre. Mince, mince, mince. Elle regarda une nouvelle fois avant de passer du côté où les fiche étaient tombées. Plusieurs d'entre elles mentionnaient des dégâts spécifiques qui avait eu lieu plus tôt dans l'année, avec des rapports de Jerry Vive qu'elle était incapable de comprendre. Mais un nom parmi d'autres attira son attention. La Team Anima. Encore plus intriguée qu'avant, elle se demanda bien ce qu'elle allait pouvoir faire...

Une idée vint germer dans sa tête malgré elle. Et si Noctis était en réalité un membre de la team Anima. Après tout, il avait été séparé d'elle pile aux moments où ils apparaissaient. C'était étrange. Non, non, non. Ça ne se pouvait pas. Elle soupira avant de se relever. Et de tomber nez à nez avec quelqu'un. Elle faillit en lâcher les fiches qu'elle venait tout juste de ramasser, mais se contenta d'un hoquet de surprise. Fort heureusement, ou malheureusement, ce n'était pas la secrétaire. C'était Shinichi Kirisaga.

« Shini... Shinichi ? Mais qu'est-ce que tu fais là ? Elle se rendit compte qu'elle devait avoir bien louche, feuilles en main en train de farfouiller dans un dossier. Je peux... Je peux expliquer. Enfin pas vraiment, mais... »

Nouveau soupir de sa part. Elle glissa les fiches dans le dossier avant tourner les yeux vers le garçon, un brin gênée.

« Pour être honnête, je ne sais pas trop ce qui m'a pris. Une intuition. J'ai l'impression qu'ils se passent des choses bizarres ici... Elle tourna sa tête à droite et à gauche, vérifiant si quelqu'un était là. Je crois avoir vu quelqu'un de suspect rôder dans les couloirs. Et puis... Ils parlent de la team Anima dans leurs fiches... De dégâts, et de trucs que je n'ai pas bien compris... »

Elle se pencha vers lui, pour lui murmurer :

« Je crois qu'on nous cache des choses. Dis, tu voudrais pas enquêter avec moi ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1672
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Fév - 22:06
Misère. L’argent me fait cruellement défaut ces derniers temps. Je n’ai ni emprunt à rembourser, ni loyer à payer ni impôt dont je dois m’acquitter et pourtant j’ai trouvé le moyen de frôler la banqueroute. Je dois sérieusement apprendre à me contrôler et à ne plus acheter n’importe quoi. De plus, ce ne serait pas une mauvaise chose pour moi de trouver un vrai travail, un qui paie. Le seul problème c’est que je ne sais rien faire à part dessiner. Et encore.

C’est en compagnie d’Antonidas que je fais le tour de l’île en quête d’un job en et finis par m’arrêter près du centre de recherche. Qu’on se le dise, je ne compte pas postuler là-bas. Je n’ai ni les connaissances ni la patience pour être un véritable homme de science. Cependant une de mes connaissance effectue actuellement sa thèse ici et m’avait invité à passer le voir si d’aventure je repassais dans le coin. Ce cher Dave sera surpris de voir qu’Antonidas a évolué. Il a été un des premiers si ce n’est le premier – avant moi – à entrevoir le potentiel de mon Pokémon. Je pénètre dans le bâtiment et marche de façon aléatoire à travers les couloirs. Mon sens de l’orientation légendaire me mène à un bureau et je suis malgré moi témoin d’une scène pour le moins suspecte. Miss Firefly trifouille sous mes yeux un dossier auquel elle ne devrait très probablement pas avoir accès. La jeune femme dit dans un premier temps pouvoir tout expliquer mais se ravise rapidement. Elisthel tente de m’expliquer la raison de son geste, mentionne le passage de personnes louches, de dégâts dans les locaux et même de la Team Anima. Hop hop hop ! Stop ! On arrête tout ! Je ne veux surtout pas être au courant de ces histoires ! C’est beaucoup trop dangereux pour moi ces affaires là. La dernière fois que j’ai eu à faire à cette organisation criminelle, j’ai eu la peur de ma vie et me suis caché parmi les civils. D’ailleurs qui me dit qu’elle ne ment pas ? C’est vrai après tout, c’est elle que j’ai pris la main dans le sac en train de fouiller un dossier ! C’est peut-être elle le sbire de la Team Anima … Mais qu’est-ce que je raconte ? Je crois que je commence à devenir paranoïaque.
La demoiselle se penche vers moi et me demande de l’aider dans son enquête.
▬ Mais bien sûr que non. Je suis plutôt influençable et t’as un joli minois mais c’est mort. J’ai déjà un milliard de problèmes, je dois de l’argent à la moitié de Mhyone, je vais pas en plus risquer la prison pour rien.
J’ai toujours tendance à exagérer le trait. Non, je n’ai pas un milliard de problème, non je n’ai pas contracté de dettes – ou du moins pas que je sache – et non, je ne pense pas réellement que nous risquons la prison à cause d’une simple enquête ! Ceci-dit je n’ai vraiment pas l’intention de me laisser entraîner dans ce faux plan. J’accepte déjà bien assez de travaux louches de la part de ce Marc-Antoine, je ne compte pas faire de ça une habitude. Je prends les documents que tient Elisthel, les mets en ordre et dis à voix basse :

▬ On range ça, je n’ai rien vu, tu n’as rien vu, personne n’a rien vu. On dit à personne ce qu’il s’est passé et tout est bien qui finit bi …  
Mince. Un troisième individu pointe le bout de son nez. Et cette fois c’est moi qui ai l’air louche avec ces documents en main. Heureusement ce n’est pas le propriétaire du bureau où nous sommes qui nous a trouvé mais le thésard que j’ai rencontré quelques semaines plus tôt. Il s’agit du fameux Dave. Mes mains tremblotent, ma voix est hésitante mais un mot parvient à sortir de ma bouche :
▬ S-S-Salut !  
Antonidas me met un coup derrière la jambe comme pour me dire de me ressaisir. À parler de la sorte, j’ai vraiment l’air louche pour le coup. Vite, il faut que je trouve un mensonge et un bon. En attendant qu’une idée me vienne en tête je me mets à meubler et noyer le Poissirène comme on dit.

▬ Ça fait longtemps ! Je passais dans le coin et voulais justement te voir. Tu as vu ? Mon Ramoloss a évolué. Et toi, comment se passent tes travaux ? Toujours aussi bien j’espère ?
Je mitraille le jeune homme de questions mais ce dernier rétorque simplement par :
▬ C’est super. Tout va bien de mon côté. Dis, tu fais quoi avec ça dans les mains ? Et qui est ton amie ?
Sans hésitation, je réponds :
▬ Ça ? Oh. Ce sont mes recherches. Ce que tu m’avais dit sur mon Métamorph et mon Ramoloss m’a inspiré et j’ai eu l’idée de consigner quelques unes de mes observations dans des fiches. Je crois avoir trouvé des trucs intéressants et je comptais t’en faire part mais en fin de compte c’est pas terrible. Je vais le relire et retravailler ça avant de te le présenter. Et elle c’est une amie. Elle m’aide dans mon travail.
Wow. Je m’améliore pas mal en bobard. Le plus surprenant c’est que ça semble passer.
▬ OK. Tu me montreras quand tu te sentiras prêt. Moi aussi j’avance dans mes travaux. Tu veux voir ?  

… J’imagine que je n’ai pas le choix. Ou c’est ça ou il va me soûler des heures. Et puis, plus nous restons ici, plus nous prenons le risque de voir revenir le vrai propriétaire de ce bureau qui lui sait très bien ce que mon soi disant « dossier consignant mes fiches » est en réalité. Elisthel et moi suivons Dave dans une des salles de travail du centre de recherche. J’ai toujours en main le dossier que trifouillait  la Firefly à mon arrivée. Super. J’ai réussi à être embarqué dans cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 1070
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 28 Fév - 1:08
Elisthel observe le jeune homme qui récupère les feuilles en lui expliquant que c'est mieux s'ils faisaient comme si de rien n'était, lui conseillant vivement d'oublier ce qu'elle avait vu ou cru voir. Un poil vexée, elle se tait lorsque la scène suivante se joue. Elle était bien obligée de reconnaître que son ami avait un talent pour le baratin. Il venait d'embobiner le scientifique sans le moindre souci. Et... Et elle se retrouvait embarquée dans elle ne savait trop quoi. Exposer une théorie scientifique ? Mon dieu quelle horreur. C'était typiquement le genre de chose qui aurait plu à Noctis, pas à elle. Elle n'y comprenait rien à ces baragouinages primaires comportant multitudes de chiffres et de données sans queue ni tête. Si elle se contente d'un petit signe de main lorsqu'on demande qui elle est, le fait de suivre gentiment jusque dans une salle de travail ne la réjouit pas trop. Ori est sur ses talons, un poil dubitatif. Le Noctali observait sans grand intérêt l'autre humain, presque blasé.

Il explique donc tout fièrement qu'il a été supervisé par Jerry Vive en personne pour ses recherches, que c'était là le travail le plus productif de sa carrière. Il avoue être un peu déçu que le génie soit en réunion spéciale aujourd'hui, mais il est content de pouvoir partager le fruit de ses recherches avec d'autres passionnés. Ni une, ni deux, il sort un paquet de feuilles en tout genre et commence à expliciter leur contenu.

Le long charabia scientifique qui en découle achève la jeune femme. Elle écoute une théorie qu'elle ne comprend même pas, dont elle est incapable de retenir le moindre mot. Elle ne savait même pas ce qu'était le sujet ! Et le temps passe... Un quart d'heure plus tard, l'autre scientifique continue de débiter à une vitesse ahurissante des mots qui se carambolent et se fracasse parfois. Bon ça suffit comme ça. Shinichi n'a pas l'air de bouger ou d'être prêt à agir, et elle sait pertinemment qu'il ne les laissera pas partir. Elisthel s'approche à grand pas, se saisit de son sac et lui flanque en plein dans la figure, avant d'ordonner à son Noctali une petite charge dans le ventre pour assommer définitivement le scientifique.

« ENFIN ! Je n'en pouvais plus ! De l'air ! Mon dieu, il ne s'arrête jamais de parler celui-là ?! Est-ce qu'il a conscience qu'on ne comprend même pas ce qu'il dit ? Allez, ça suffit. Elle tourne son regard vers Shinichi. On y va. On va fouiller ce centre, s'assurer de ce qui s'est vraiment passé ici, et trouver cette mystérieuse silhouette afin d'être sûr qu'il ne se passe rien de bizarre. Et ne me force pas à te mettre un coup de sac aussi ! »

Elisthel enjambe l'homme avant de se saisir des fiches que Shinichi a toujours dans les mains. Elle les étale sur une table, avant d'en brandir une, la flanquant sous son nez.

« Là, voilà ! Il y est mentionné des dégâts relatifs dans le bâtiment B du laboratoire. La serrure du sous-sol a été forcée et ils savent que c'est la Team Anima. Je refuse de croire que ces ignobles personnages soient entrés et sortis juste pour le plaisir. Il devait y avoir une raison. Je ne comprend pas pourquoi personne ne dit rien... Il y a Anchwatt sous roche ! Allez, bouge toi un peu ! »

Elisthel ne semble pas prête de lâcher l'affaire.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1672
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 28 Fév - 10:28
Nous suivons Dave qui, une fois arrivés dans la salle, s’empresse de nous décrire ses travaux. Le scientifique aurait pu se contenter d’un bref résumé mais détaille en long, en large et en travers chaque point de ses recherches, aussi insignifiant soit-il. La logorrhée de cet individu m’impressionnera toujours et, bien que je ne comprenne pas le quart de ce qu’il dit, je hoche la tête à intervalle régulier pour témoigner de mon intérêt. Cela fait bien quinze minutes que son exposé a commencé et même le Roigada commence à en avoir marre de l’entendre parler. Je n’ose pas imaginer ce que la jeune femme doit ressentir. Je cherche un moyen de couper court à cette entrevue – qui vient malgré nous de se transformer en conférence –, sans grand succès. « Bah. Il va bien s’arrêter au bout d’une heure ou deux » ai-je pensé sur le coup. Ce n’est qu’un moment difficile à passer avant de pouvoir regagner notre liberté et sortir de cet horrible centre. Le scientifique parle, parle, parle encore et finit par recevoir un sac en guise de réponse.

▬ …
Bouche-bée, je vois le Noctali charger le scientifique conformément aux ordres que lui a donné sa dresseuse. J’avais bien compris que la coordinatrice souhaitait couper court aux interventions du thésard mais de là à l’assommer. C’est un peu extrême comme façon de faire. Je n’imagine pas la masse de problème que nous aurons quand Dave se réveillera. Je me baisse et murmure mes craintes à mon Pokémon :
▬ Mais c’est qu’elle va vraiment réussir à nous conduire en taule celle-là.
Tout aussi stupéfait, le Roigada acquiesce d’un signe de tête.

Je crois que le mieux à faire dans ce genre de situation c’est encore de fuir. Malheureusement c’est trop tard, la machine est lancée. Après m’avoir menacé, Elisthel se saisit du dossier que je tiens entre mes mains depuis tout ce temps et, en moins de deux, me tend une feuille au visage. Encore cette histoire de Team Anima. Resté passif depuis bien deux minutes, la dresseuse me demande de « me bouger ». Mais quand comprendra-t-elle que je ne suis pas intéressé ! C’est trop dangereux pour moi et il n’y a pas d’argent à la clé dans cette affaire. Il est hors de question que je me mouille pour assouvir la curiosité malsaine d’Elisthel ! Je vais lui dire très clairement le fond de ma pensée :
▬ D’accord d’accord, tout mais pas le sac.
Je suis vraiment une poule mouillée parfois.

Après avoir rapidement zieuté les fiches d’Elisthel, je demande à mon Roigada de fouiller dans les affaires de Dave. Le Pokémon est dubitatif mais je lui force quelque peu la main. Au point où on en est, chercher quelque chose dans le sac d’autrui constitue probablement l’infraction la plus dérisoire qui soit.
▬ Il a dit que le professeur Vive était en réunion. Si on veut en apprendre plus, autant fouiller directement le bureau du patron.
En tant que thésard de Jerry Vive, j’ai bon espoir que Dave ait dans son sac quelque chose nous permettant d’accéder au professeur, à son bureau ou à une salle où M. Vive aurait entreposé ses affaires. L’hippopotame savant revient bredouille. Ni dossiers secrets, ni clés ni quoi que ce soit de ce type ne se trouvait dans son sac. Le type eau a cependant remarqué une boîte de comprimés qu’il juge suspecte. Je tape le nom du produit sur le Pokéweb et demande :
▬ Ce mec est sérieusement hypersomniaque ? Mais comment c’est possible ?
À le voir, j’aurais pourtant juré que ces trucs servaient à traiter son hyperactivité, son hyperventilation ou ses crises d’angoisses passagères mais à priori il n’en est rien. Comme quoi les apparences sont parfois trompeuses.

▬ J’ai une idée pour lui.
Oui car on ne va quand même pas le laisser par terre, à la vue de tous. Si jamais un de ses collègues arrivait, il s’empresserait de déclencher l’alarme. Et si Dave venait à se réveiller, il alerterait sûrement les autorités lui aussi. Je fais sortir mon Braségali de sa Pokéball et demande au coq de combat de porter l’individu jusqu’à un bureau. Fandral place Dave sur une chaise et l’installe de sorte à ce qu’on croit qu’il s’est simplement assoupi sur ses livres.
▬ Oh, Fandral. Fouille-le pendant que t'y es.

C'est vrai on a cherché dans son sac mais pas dans son pantalon ou sa blouse. Quitte à faire les choses, autant les faire bien. Après avoir effectué sa petite recherche, le coq de combat trouve un trousseau de clé. Fort heureusement pour nous, sur chaque clé est annoté le numéro de la salle qu'elle ouvre. Grâce à Dave nous pouvons maintenant entrer dans la B222-A, la F223-B, la C112-B et la C112-A et la D111-A.
▬ Je suis déjà allé dans la F223-B. C'est une salle commune. On peut zapper.
Nous sommes actuellement dans la C112-A. J'imagine que la C112-B est la salle adjacente. Le mieux est peut-être d'aller dans la B222-A ou la D111-A. Je laisse à Elisthel le soin de choisir dans lequel de ces endroits aller. Avant de quitter la C112-A, je demande à Fandral de garder un œil sur Dave.
▬ S'il se réveille, pouf, coup dans la tête, direction dodo ! Si un de ses collègues arrive, cache toi ou n'ait pas l'air suspect. On revient dans pas longtemps pour remettre les clés là où nous les avons trouvé.
Exaspéré, le Roigada soupire. Ce n'est pourtant pas moi qui ai assommé le scientifique dans un premier temps. Je ne fais que nous assurer de la coopération de ce bon vieux Dave le temps que nous en ayons fini avec ses clés. Une fois notre besogne terminée, je reviendrai ici afin de rendre son trousseau à l'homme de science. J'envisage même de laisser un petit mot pour expliquer comment il s'est mis à hyperventilé, s'est cogné la tête, puis s'est assoupi de lui-même sur le bureau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 1070
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Mar - 18:43
Elisthel semble satisfaite que son camarade se décide enfin à agir. Elle hoche la tête et le laisse faire ses petites fouilles avant de réfléchir elle-même à ce qui serait le mieux. Le professeur Vive est en réunion, hein... Deux salles. Hm. La jeune femme n'a fichtrement aucune idée d'où ça les mènera... Elle hausse les épaules et indique qu'ils n'ont qu'à commencer par la B222-A. Ils sortent donc de la salle en laissant le Braségali de Shinichi s'occuper de l'autre pot de colle. Bien, ça ne devrait pas être si loin que ça... Enfin... Elisthel paraît songeuse un instant avant de signaler à son compère :

« Évitons de nous faire remarquer. Je ne sais pas vraiment si on a le droit de circuler dans le coin... »

Elisthel commence donc à longer plus ou moins le mur, vérifiant à chaque tournant s'il y a des gens ou non. A deux reprises, des scientifiques discutent dans un couloir adjacent, mais heureusement ils sont trop occupés pour remarquer les deux intrus qui traversent. Quelques minutes plus tard, et la B222 leur tend les bras. Un brin nerveuse la jeune femme ouvre la porte. La B222 s'avère être une salle avec des ordinateurs et des paillasses scientifiques. De nombreux appareils dont elle ne comprend pas le sens sont disséminés ça et là dans la pièce. Rapidement, elle s'approche d'un ordinateur et l'allume, tentant d'accéder à une session. Bien évidemment, tout est fermé... Et elle n'est pas une pro du piratage, malgré toutes ses compétences informatiques. Des années de pratiques sur des jeux ne l'aident vraiment pas. C'est avec une certaine nostalgie qu'elle éteint l'appareil. Plus de six mois auparavant, elle était toujours accrochée sur son ordinateur et ne sortait que pour ses cours ou autre obligation. Aujourd'hui, elle parcourait les routes en compagnie de ses pokémons et de Noctis. Elle soupira, avant d'observer Ori. Le Noctali reniflait le matériel d'un air perplexe, visiblement intrigué par tout cet attirail. Elisthel se tourna vers Shinichi.

« A moins que tu n'aies un mot de passe miraculeux ou que tu sois un pro du piratage, on n'apprendra rien ici. Le matériel scientifique ne nous aidera pas vraiment, et même si on accède à une session, il faudrait encore que les données sur l'ordi soient importantes, un employé lambda ne suffira pas. Elle pose son regard sur le trousseau de clefs. Je crois qu'il va falloir se diriger vers l'autre pièce. »

La jeune femme hausse les épaules avant d'entreprendre de rouvrir la porte, mais une ombre derrière la porte la fait se raviser. Elle attrapa Shinichi par la manche avant de l'entraîner vers un bureau, où elle le force à se cacher. Ils attendent quelques temps, mais rien. Elisthel redresse la tête.

« Oh... Ben il n'a pas ouvert la porte. Il n'a fait que passer. Aha. Hm. Bref, on continue. »

Une nouvelle fois, elle se dirige vers la sortie. A nouveau dans les couloirs le deux individus vagabondent à la recherche de la D111. Fichue organisation. C'était quoi ces scientifiques avec des noms de salle sans queue ni tête ? Après plusieurs frayeurs sur le trajet – comprenez par là un scientifique à fond sur sa musique qui chantait tellement à tue-tête qu'ils ne les avaient pas vu et un groupe de personne qui se promènent dans les couloirs – ils arrivent enfin à la D111. Une nouvelle fois, ils ouvrent la porte et la ferme derrière eux. Mais c'est juste une salle avec des tables et des chaises. Vide. Un placard sur le côté, qu'Elisthel ouvre. Vide également. Su-per. Elle s'apprête à dire à Shinichi que leur enquête tombe à l'eau quand des bruits de pas se font entendre, ainsi que de nombreuses voix. Quelqu'un semble tourner la poignée, entrouvre la porte, pris dans des discussions. Ils vont entrer. Elisthel frissonne, regardant son compère d'un air désespéré.
Que faire ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1672
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Mar - 21:07
Bien sûr qu’il est interdit de circuler dans le coin, cela va de soi. C’est un centre de recherche, pas un moulin. Les visites doivent être strictement limitées et réservées à quelques salles uniquement. Je fais revenir le Roigada dans sa Pokéball et me mets à marcher avec la plus grande prudence. Nous pénétrons bientôt dans la fameuse salle du bâtiment B. Des dizaines d’ordinateurs sont positionnés les uns à côtés des autres et tout cela ne nous aide pas vraiment. Si seulement j’avais en ma possession un Pokémon comme Al’, le Porygon administrant le Pokéweb, les choses seraient différentes. Malheureusement pour Elisthel et moi, je ne possède aucun logiciel ou Pokémon pouvant forcer l’accès de ces ordinateurs. Tout comme ma partenaire de galère, je pense que nous allons devoir nous rendre dans la seconde salle, celle du bâtiment D. Il nous faut bien quelques minutes et frayeurs pour finalement tomber sur la fameuse D111.

Là encore, rien d’intéressant ne se trouve ici. Des chaises, un placard, quelques tables. On dirait une salle de détente. Oui, ça m’a tout l’air d’être ça. Des personnes s’apprêtent à entrer. Oh punaise. Ce n’est pas une bonne nouvelle ça. Vite. Cachons-nous. J’entraîne Elisthel dans le placard et m’y engouffre à mon tour. L’endroit n’est pas des plus confortable mais nous devrions pouvoir survivre le temps que ces trois personnes quittent la pièce. Au passage, heureusement que j’ai fait revenir le Roigada dans sa Pokéball au préalable sans quoi nous serions encore plus serrés …
Ayant la mauvaise habitude de respirer par la bouche, je plaque ma main contre cette dernière et me force à aspirer l’air par les voies supérieures. Je suis un peu ridicule mais peu importe. Mieux vaut ça que nous faire repérer.

Les trois scientifiques entrent et l’un d’entre eux prend la parole. Une conversation s’entame alors :
▬ Vous avez vu Jerry ce matin ? Je lui ai présenté mes résultats sur l’étude de la reproduction des Coquiperl et lui ai demandé un avis. Je peux vous dire qu’il a pas été tendre.  

▬ C’est pas le jour pour demander des trucs au patron. Il est sur les nerfs en ce moment.
▬ Tu crois que c’est à cause de toutes ses réunions ?
▬ Je crois oui. Il attendait le Pr. Bambou aujourd’hui. Il devait venir pour parler de je ne sais trop quoi et ça n’a pas pu se faire vraisemblablement. Une histoire d’avion en retard … Ça explique sûrement sa mauvaise humeur.

Les trois gus continuent de parler un moment et finissent par s’en aller. Arceus merci, aucun d’entre eux n’a ouvert le placard. Je sors de cet espace confiné et inspire profondément.

▬ Le Pr. Bambou hein ?
Je crois que j’ai une idée. Ce n’est pas la meilleure qui soit mais si nous nous débrouillons correctement , nous pourrons peut-être réussir à nous infiltrer dans une des fameuses « réunion spéciale » de Jerry. J’enchaîne :
▬ On devrait retourner dans la salle où est Dave pour lui rendre ses clés.
Plus le temps passe, plus il y a de chance pour qu’il se réveille ou pour que quelqu’un le trouve inconscient. Nous n’avons plus besoin de ce trousseau. Autant le lui rendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 1070
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Mar - 16:37
Le placard est étroit. Et petit. Et serré. Elisthel pourrait citer encore au moins trois adjectifs, mais les personnes entrent dans la salle et ont une brève discussion. Enfin, discussion qui doit durer facilement un petit quart d'heure. Et dans un espace aussi confiné, la jeune femme doit faire tous les efforts du monde pour ne pas sortir et les assommer. C'est vraiment beaucoup trop petit. Finalement, quelques secondes après qu'ils soient finalement partis, les deux compagnons sortent de l'endroit. Ouf, merci.

« De l'air ! Heureusement qu'ils ne sont pas restés... »

Tout ça n'aura servi à rien. La dresseuse soupire, observant Ori qui s'étire avant de grommeler. Visiblement le Noctali n'a pas apprécié l'endroit, ce qu'elle comprend parfaitement. Ils n'ont plus qu'à laisser tomber... Mais Shinichi ne semble pas de cet avis. C'est lui qui semble croire qu'ils pourront assister à la réunion secrète de Jerry Vive.

Intérieurement amusée, Elisthel se garde bien de faire remarquer qu'il est désormais plus impliqué qu'elle dans leur petite enquête. Néanmoins, il lui dit qu'il vaudrait mieux rapporter les clefs à Dave en premier. Ils n'en auront plus besoin. Nouvelle série de couloir, mais cette fois-ci il y a bien plus de monde dans les couloirs. Le bâtiment semble s'agiter dans tous les sens, sans doute car le Professeur Bambou doit être arrivé. C'est la seule hypothèse que la demoiselle est capable de formuler, au vu de ce qu'elle a entendu auparavant. Heureusement, dans l'agitation, les scientifiques sont moins attentifs aux allées et venues des gens. Dave est encore comateux lorsqu'ils arrivent, le Braségali aux aguets. Vu la tête qu'il tire, il ne devrait pas tarder à se réveiller, et pour être tout à fait honnête, Elisthel n'a pas envie d'être là quand il se réveillera.

« Bon, remets-lui les clefs en place... Et maintenant, comment on fait pour assister à la super réunion de Jerry ? »

La jeune femme est assez dubitative quant au fait qu'ils pourront y assister. Après tout, ils ne savent pas trop comment ça va se dérouler, ni où, ni quand... Ils ignorent beaucoup de détails en fait. De plus en plus perplexe quant aux idées de Shinichi, elle se tourne tout de même vers lui pour l'écouter.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1672
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Mar - 22:00
Nous retrouvons Fandral et le scientifique endormi. Je rends ses clés à mon ami et lui laisse un petit mot où je baratine quelques explications quant à son endormissement soudain. « Oui oui, tu as fait un malaise, t’es blessé d’où ta bosse, tu as demandé à rester seul un petit moment puis t’es finalement assoupi sur ton bureau. Nous avons préféré ne pas te réveiller ». J’ose espérer que le scientifique aura oublié la scène du coup de sac et la charge du Noctali.

Quoiqu’il en soit, revenons à nos Wattouat : Comment allons-nous infiltrer la réunion de Jerry. J’ai une idée et en fais part à Elisthel :
▬ Un de nous deux va se faire passer pour le Pr. Bambou. Il faut juste que je trouve une à quoi ressemble le prof’ sur le Pokéweb. Avec du maquillage, une perruque et quelques trucs, ça devrait le faire.
Dis comme ça, ça peut paraître présomptueux mais je pense réellement en être capable. Par contre il me faudra du temps, beaucoup de temps. Je ne suis pas sûr que nous en ayons assez à disposition et me presse donc de sortir mon téléphone. Je tape sur le moteur de recherche le nom du professeur et tombe sur une photo de l’individu :
▬ Oh mon dieu.

Ça va être dur. À en juger par ce que j’ai sous les yeux, le monsieur a la trentaine, les yeux verts, les cheveux gris et un sourcil plus long que l’autre – oui c’est important de le noter. Il est presque midi et la plupart des scientifiques s’agitent dehors afin d’aller manger. Nous en profitons pour quitter le centre de recherche, directions le village Athiki. Si nous voulons poursuivre nos recherches, il nous faut faire une pause et trouver : des perruques, des lentilles de contacts colorées et des vêtements. Étant fauché comme les blés, je laisse évidemment à Elisthel le soin de payer toutes ces choses.
▬ Oh et prenons ça aussi.

Ce n’est pas moi qui paie alors autant en profiter un peu et lui faire acheter des babioles inutiles. Après deux à trois heures d’achats idiots et de maquillage, nous voilà fin prêts. Du moins à mon avis :
▬ À quoi je ressemble ?
Je sais que mon déguisement n’est pas parfait cependant l’essentiel y est. J’ai les yeux verts – et mon dieu, j’ai eu de la difficulté à poser ses maudites lentilles –, la tignasse grise et je me suis même débrouillé pour représenter ce sourcil plus long que l’autre ! C’est dire ! Mes vêtements se veulent plus sérieux et j'ai réussi à me vieillir un peu en utilisant quelques artifices. Heureusement que ce Pr. Bambou a un teint similaire au mien. Ça m'aurait fait mal de devoir badigeonner ma face de fond de teint.

▬ Toi en tout cas tu es méconnaissable.
J'ai cru comprendre que Jerry connaissait Elisthel et ai donc jugé bon de maquiller la jeune femme. La voilà maintenant rousse aux yeux verts. La Firefly jouera le rôle de « mon assistante ». Tout deux déguisés, nous retournons au centre de recherche. Cette fois-ci nous n'essayons même pas de nous infiltrer et entrons comme si nous avions été invités en prétextant être ce que nous ne sommes pas.  S'il est vrai que se déguiser avait un petit quelque chose de ludique, ce que nous faisons là ne m'amuse pas du tout. Plusieurs personnes nous observent. Une secrétaire nous reconnaît et appelle illico le Pr. Vive. C'est le moment de vérité. Va-t-on se faire griller par le grand patron du centre ? C'est possible. Il y a tellement de détails auxquels je n'ai pas dû penser. En outre je n'ai probablement ni la même voix ni la même démarche que le professeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 1070
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Mar - 5:40
Shinichi semblait réellement être un pro du baratin. Le garçon n'eut aucune hésitation lors de la rédaction de la note qu'il laissa au scientifique, ce qui impressionna quelque peu Elisthel. Elle devrait se méfier de lui à l'avenir, il pouvait bien être capable de lui faire croire n'importe quoi. Quoiqu'il en soit, la super idée de son complice était de se faire passer pour le professeur Bambou et son assistante. La jeune femme n'osa pas avouer qu'elle doutait réellement qu'ils puissent se faire passer pour eux, et en douta davantage encore lorsqu'elle vit la photo de l'individu. C'était mission impossible. Mais à l'impossible nul n'est tenu. Shinichi ne se décourageait pas, et un tour de boutique plus tard, ils étaient armés d'une tonne d'accessoires en tout genre, de maquillage et de perruques.

La demoiselle faisait tout de même la grimace, car elle avait bien évidemment dû payer. Premièrement car son camarade n'avait pas un rond... et deuxièmement parce que si elle ne payait pas, ils pouvaient simplement passer à autre chose. Et curieuse comme elle était, Elisthel refusait de s'arrêter maintenant. La séance de déguisement lui parut interminable. Il était plus aberrant encore de croire que ce parrain du mensonge était également doué dans le domaine du maquillage et du déguisement en tout genre. Désormais, la jeune femme se posait des questions quant aux capacités insoupçonnées de Shinichi... et surtout, l'endroit où ils les avaient appris !

Mais en se regardant dans le miroir, elle dû se rendre à l'évidence : il les avaient appris, et bien appris. Elle ne se reconnaissait plus. Ses longs cheveux roux, ses yeux verts, son teint légèrement plus foncé... Elle était transformé, et au fond d'elle-même, cela ne lui déplaisait pas. Cela avait quelque chose de très amusant. Problème allait être... La dresseuse dévisagea son Noctali, qui devinait d'avance ses pensées. Ori détestait les pokéballs, il n'y rentrait jamais. Mais il ne voulait pas non plus attendre à l'extérieur, cela le rendrait nerveux. Avec un grognement désapprobateur, le pokémon s'approcha de sa dresseuse et se frotta contre sa jambe, désignant du museau les pokéballs qu'elle avait sur elle.

« Désolée... Ce ne sera pas long. »

C'était la première fois qu'elle réussissait à le faire rentrer dedans, et sa patience s'épuiserait vite. C'était déjà un miracle qu'il ait accepté. Mais c'était aussi une preuve de confiance, et cette pensée la fit sourire. Son complice lui intima de presser de le pas, et c'est ce qu'ils firent. A l'entrée du laboratoire, tout le monde les dévisageaient. Impossible de ne pas le remarquer. La secrétaire réagit avant même qu'ils n'eurent prononcés un mot. Le Professeur Jerry Vive débarque rapidement, déjà très agité.

« Ah, enfin ! On ne vous attendait plus. Je sais, je sais, ce n'est pas votre faute, c'est ce stupide avion. Dépêchons, dépêchons, il y a beaucoup de choses à discuter. Je suis navré, mais j'aimerais que nous reportions à plus tard les résultats de votre thèse. J'ai de très mauvaises nouvelles. Mais avançons ! »

Trop préoccupé par un tas de soucis, c'est à peine si Jerry Vive les as dévisagés. Son regard n'a dû se poser qu'une demie-seconde avant qu'il retourne dans ses papiers, tournant les talons vers un couloir sans même attendre une réponse, ou s'assurer qu'ils suivent. Elisthel ne s'en formalise pas, se contentant de suivre l'homme qui marche à bonne cadence. Une fois que le dédale est passé, ils entrent dans une salle de réunion semblable à celle où ils étaient plus tôt.

« Bien, bien, tout le monde est là. Asseyez vous je vous en prie. Si je vous ai demandé de toute urgence, c'est car, comme vous le savez, mon laboratoire a été pris d'assaut par la Team Anima. Des données ont été récupérées par ces fourbes, et le problème, c'est qu'elles n'étaient pas encore tout à fait abouties. Je m'inquiète de l'usage qu'ils pourraient en faire. Et je m'inquiète de savoir s'ils s'en prendront à d'autres laboratoires pour compléter ces données, même partiellement. Jerry affiche un air soucieux. A l'heure qu'il est, nous ne connaissons ni leurs projets, ni leurs motivations. Et ces données sont capitales pour la communauté scientifique. Je peux, évidemment, produire une copie de mon travail. Je me souviens encore relativement bien des résultats que nous avions obtenus, mais il y a comme un hic. Je ne crains que ce... que cette petite expérience que j'ai menée risque de mettre tout Mhyone en péril. »

Plusieurs voix s'insurgent dans l'assistance, alors que le Professeur Vive affiche une mine penaude. L'un des scientifiques prend la parole en rappelant à quel point il est vital de toujours mener des expériences saines et sans danger pour les habitants.

« Je sais, je sais ! Elles étaient sans danger ! Du moins en théorie. C'est de la pratique dont j'ai peur. Voyez vous, ce système consistait à créer bla bla bla, blah blah blah, et donc blah blah.... »

Elisthel se retient d'écarquiller les yeux devant le jargon scientifique incompréhensible de Jerry. Ce qui semblait très clair au reste de la communauté lui apparaissait comme étant quelque chose... dont elle n'avait aucune idée ! Garder une mine sérieuse lui demanda un effort considérable.

« Et c'est pour cette raison que je vous ai appelé, Professeur Bambou. Je sais que vous avez menez des recherches blah blah blah. Je pensais que peut être, vous pourriez m'aider à trouver une contre-mesure, juste au cas où. Vous avez des idées ? »

Tous les regards se posaient sur Shinichi. Aie aie aie. Est-ce qu'il serait suffisamment baratineur pour ça ?! Elle-même n'avait strictement rien compris...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1672
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 15 Mar - 14:11
Si Elisthel a jugé bon de faire revenir son Noctali dans sa Pokéball, j’ai quant-à moi pris la liberté de faire sortir Antonidas de la sienne. Un Roigada, ça fait toujours bien dans une réunion de scientifique et ça me fait gagner en crédibilité. L’espace d’un instant, j’ai songé à faire sortir Yogg de sa prison sphérique mais me suis finalement ravisé. Le Métamorph est bien trop imprévisible et risque de tout faire capoter à tout moment. Mon Pokémon, Elisthel et moi pénétrons dans le centre et, à peine arrivée, Jerry nous accueil. Le prof  est soulagé de me voir, suggère que nous entamions la réunion sans plus attendre et souhaite passer outre l'exposé de mes résultats.
▬ Assurément.

Je ne sais même pas de quelle thèse le professeur parle et suis bien content de ne pas avoir à expliciter des résultats et expériences dont je ne suis pas l'investigateur. Nous suivons M. Vive et rejoignons bientôt une salle remplie de scientifiques de tout âge. Le directeur du centre entame un long exposé et, suite à un brouhaha incroyable, l'assemblée se tourne vers moi afin d'écouter la parole du grand sage que je suis – ou du moins prétends être.
▬ Euh …
Là, je sèche. Suis-je vraiment le seul scientifique compétent dans le domaine ? Il semblerait que oui. J'observe autour de moi et vois bien que tout le monde attend de moi une réponse ou un semblant de piste crédible. Étant dans l'incapacité de fournir l'un ou l'autre à mes interlocuteur, je songe à refiler la patate chaude à Elisthel en lâchant un petit : « Voyez avec mon assistante ». Je doute ceci-dit que procéder de la sorte soit la bonne attitude à adopter. La coordinatrice n'a pas dû comprendre plus que moi ce qui a été dit plus tôt par les scientifiques.
Cette situation est difficile à appréhender et face aux regards insistants des différents hommes de science, je ne sais trop comment réagir. Baratiner ne risque pas de passer dans le cas présent. Ce sont des scientifiques émérites, ils savent de quoi ils parlent et mon ignorance sur le sujet va rapidement transparaître. Malheureusement je n'ai pas le choix. Je vais devoir me lancer à l'eau. Allez un bobard, un beau, un gros … Ah ! Ça veut pas venir.

▬ Roi.
▬ Euhm ?
Je tourne la tête vers mon Pokémon et constate que ce dernier est plus inspiré que moi. Antonidas aurait-il compris les tenants et les aboutissants de cette conversation ? C'est en tout cas l'impression qu'il me donne. Je me penche vers le Roigada et susurre à l'oreille du Pokémon :
▬ T'as compris ce qu'ils veulent ? Si oui, sors un truc, n'importe quoi. C'est le moment d'utiliser ta grosse intelligence.
Le Pokémon hoche la tête, sort son grimoire, l'ouvre à une page aléatoire et se met à écrire sur un tableau tactile présent sur un des murs de la salle.
▬ Excusez mon impolitesse, kof kof kof. Ce voyage en avion m'a épuisé et a mis à mal mes cordes vocales, kof kof kof. Ces maudites voies d'aération sont restées ouvertes trop longtemps, kof kof kof. Je laisse mon partenaire vous faire part de mes pensées, kof kof kof.
Je ne simule pas très bien la quinte de toux mais jusqu'à maintenant, ça à l'air de mordre. Je compte sur mon Pokémon pour être crédible car s'il venait à raconter n'importe quoi en mon nom, c'en serait fini de notre couverture.

Après un bref exposé, l'assemblée – bien que perplexe – ne montre pas de signe de défiance. « Mh, ça se tient » lâche un des hommes en blouse blanche. « Il faudrait revérifier la reproductibilité de certains résultats mais après tout, cette contre mesure est plausible » affirme un second. Ils marmonnent tous dans leur barbe et Jerry vient mettre un terme aux spéculations des différents individus en me remerciant pour mon intervention. YOUPI. J'ai réussi. Enfin … Antonidas a réussit.

La réunion se poursuit, d'autres prennent la parole et discutent mais là encore je ne saisis pas vraiment la portée de tout les propos de chacun. Pour le coup je me sens un peu bête. Ce n'est pas très utile d'infiltrer une réunion si c'est pour ne rien comprendre à ce qu'il s'y dit. Heureusement Antonidas écoute attentivement et sera – je l'espère – en mesure de faire le travail de vulgarisation plus tard afin de nous permettre de comprendre tout ce qui a été dit.
La réunion touche lentement mais sûrement à son terme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 1070
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Mar - 1:39
Elisthel faillit s'endormir à plusieurs reprises, mais finalement la réunion parvint à son terme. Après un très long monologue de Jerry Vive, qui souhaitait remercier les gens qui s'étaient déplacés, ils purent enfin s'éclipser dans le labyrinthe de couloirs. Ce n'était pas trop tôt. Elle avançait de manière nonchalante, presque soulagée. Cette idée avait été de loin la pire de sa vie. Enfin... Son sang se glaça lorsqu'elle remarqua que le ton semblait être monté à l'accueil, et qu'elle reconnut le visage de celui qu'ils avaient imités. Elle attrapa Shinichi par la manche et lui lança un regard paniqué. Aie aie aie. Ça c'était des ennuis en perspective. Comment est-ce qu'ils allaient... ?

Elisthel passa d'une mine paniquée à une mine perplexe. Noctis Flavelle, son compagnon de voyage, venait de passer la porte. Il était accompagné de l'un de ses pokémons, un Mentali. Il fallut moins d'une seconde pour qu'elle ressente la vague impression qu'elle se connectait à un type psy. Le visage du garçon se tourna vers le coin où ils se cachaient avec un sourire terriblement amusé, alors qu'il se dirigeait vers le véritable professeur Bambou. La discussion s'engagea, et au bout de quelques secondes les deux scientifiques commencèrent à marcher et à sortir. Bon... C'était... Elisthel ne parvenait pas à se débarrasser de la drôle de sensation qui l'habitait depuis quelques jours déjà. Mais ce n'était pas le moment.

Une fois sorti de ce pétrin, et cette fois-ci pour de bon, les deux usurpateurs purent enfin se débarrasser de leurs déguisements, et discuter. S'il était désormais clair que la Team Anima avait de véritables projets qui leur était inconnu, elle n'avait pas saisi en quoi ce vol de données était d'une importance si capitale. Ce fut Antonidas, le Roigada de Shinichi qui éclaira leur lanterne. Le pokémon se dépêcha d'expliquer dans un langage plus compréhensible que les données volées concernait la Méga-Evolution, et plus exactement, de l'usage de ce pouvoir sur des créatures fossilisés. D'où l'implication de Jerry Vive. Si le pokémon ignorait les résultats qui avaient été découverts avec les expériences, Jerry avait assuré que l'usage de ces résultats risquaient de provoquer une vague de terreur.

Son moral bien amoché désormais, Elisthel tourna son regard inquiet vers son partenaire de crime. Ils ne pouvaient pas vraiment dire ça à la police, d'autant qu'ils devaient déjà être au courant. Ils avaient appris ça, mais... Maintenant ? Ça ne leur servait à rien en l'état... Frustrée, la jeune femme soupira.

« Bon... Ben je suppose qu'on a assez fouiné comme ça. Ça n'est pas du tout rassurant ce qui se passe ici. J'espère que les choses iront bien... Je pense qu'il est temps pour moi de rentrer. Fais attention à toi Shinichi. Et à cette Team Anima... »

Confuse, choquée, la jeune femme ne savait plus trop où donner de la tête. Elle devait aller chez son grand-père de toute façon. Elle retrouva Noctis quelques heures plus tard, à l'embarcadère. Le garçon agissait comme s'il ne s'était strictement rien passé, ce qui eut le don de l'agacer encore plus. Cette journée avait été bien trop riche en émotions. La discussion attendrait le lendemain.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Ile Eschine :: Centre de recherche-
Sauter vers: