HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Les fantômes de minuit [James]
Les fantômes de minuit [James]
Dim 12 Juin 2016 - 21:41
Région d'origine : Mhyone
Messages : 389

avatar

Elisthel Firefly
La fin d'après midi. Elisthel se sentait étonnamment plus confiante après cette journée passée au lac. Loin de la fratrie étrange des deux adultes qu'elle avait suivi jusqu'ici, elle avait pu apprécier le calme d'une journée. D'autant plus qu'elle avait désormais un pokémon en plus. Cela étant, elle n'avait pas réellement envie de les retrouver tout de suite ; et elle voulait garder la surprise de son Lokhlass pour plus tard. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire dans une vieille ville comme Méridian... ? Perdue dans ses réflexions, elle se souvint alors de la légende du vieux manoir hanté. Lors de son voyage scolaire, cette histoire était souvent revenue lors des soirées ennuyeuses. Mais personne n'était jamais allé vérifier... Après quel intérêt d'y aller seul... ? Elle ne connaissait personne ici et- Oh ! Elle se précipita sur la seule connaissance qu'elle avait repérée par miracle et l'agrippa par le bras.

« Oh tu ne peux pas savoir comme je suis heureuse de te trouver là ! Viens, dépêche toi ! »

***

Minuit. L'heure des fantômes et des horreurs ; l'heure des effrois et des émois. Elle était fin prête, et son compagnon du jour le serait aussi. Tout deux se tenaient là, à une bonne quinzaine de mètres des marches qui les mèneraient droit sur le manoir. Plus exactement, le château de Dulem. Elisthel avait tout préparé ; elle avait trimballé James le restant de la journée au travers de toutes sortes de boutique et l'avait armé de gadget en tout genre contre les spectres, avec un sac rempli de cordes, de lampes, de protection magique farfelues et autres trésors inutiles. Elle observa le garçon et l'encouragea :

« Tu ne vas pas te dégonfler maintenant ? Allez, en avant toute ! Passe devant, je te suis ! »

Elisthel était bien trop peureuse pour passer devant, aussi, elle se plaça bien dans le dos de James et le poussa vers l'avant, vers les marches. Son Goupix la regardait d'un air blasé, visiblement franchement pas effrayé pour un sou. Il prit initiative de passer devant et monter les marches, attendant les deux humains devant la porte. La jeune femme déglutit en voyant son pokémon prendre les devants, et inspira pour prendre elle aussi son courage à deux mains. Elle poussa plus vivement James, le forçant à monter les escaliers. Toujours planquée derrière lui, elle le somma d'ouvrir la porte.

« Je ne pense pas que ce soit fermé. Je veux dire, plus personne n'habite ici depuis des dizaines d'années. Au pire, on passera par une fenêtre ! Allez ! T'es un homme non ? Les hommes c'est courageux, ça passe devant. »

Elle sortit un tout petit peu sa tête du dos James, observant par dessus son épaule. On ne voyait que ses yeux dépasser. Ses petites mains s'agrippaient fermement à James, et son Goupix aurait voulu pleurer devant ce ridicule. Il jeta un regard navré au garçon qui accompagnait sa dresseuse. Elle n'était pas facile à vivre, parfois.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les fantômes de minuit [James]
Lun 13 Juin 2016 - 14:02
Région d'origine : Mhyone
Messages : 507

Nathaniel Miller

Nathaniel Miller
«Moi, courageux ?»

Le brun se crispe. Il n'a aucune idée de ce qu'il fiche devant cette porte, mais la poigne convaincue de sa camarade lui a coupé tout itinéraire de fuite. C'est fou que, après tant d'années à esquiver les tests de courage, Eli ait réussi à l'entraîner dans une expédition irraisonnée, et c'est à plus forte raison un exploit de l'avoir gardé à l’œil jusqu'au lancement de l'opération.

En gros, il s'est fait avoir comme un bleu.

De toute façon, il n'a pas peur des spectres. En théorie, ce ne sont que des pokémons, peut-être un peu creepy sur les bords, mais pas si différents du bulbizarre ou du sucroquin de base. Le bémol, c'est que ces horreurs miniatures s'amusent parfois à faire peur aux visiteurs, et par peur, on parle bien évidemment de sursaut. Ô surprise, si il y a une chose que James déteste dans ces ambiances, c'est qu'on fasse grimper son rythme cardiaque en flèche : il s'essouffle, il tremble, et suit son petit bonhomme de chemin jusqu'à toucher la paranoïa totale. C'est pas beau à voir.

Mais bon. Elisthel est de ces gens qu'il serait mal avisé de raisonner. Il n'a aucun moyen d'y couper, à ce merveilleux festival de joie qui l'attend derrière la serrure. Le garçon n'a plus qu'à serrer les dents, ou même à serrer tout ce qu'il a de contractile dans son corps, et à avancer de couloirs en couloirs en semant une part de sa dignité à chaque checkpoint. Et dire qu'on le fait passer en première ligne. La blague.

James déglutit. Il pousse lentement la porte, et jette un œil sur le corridor tout sauf convivial qui s'offre à lui. C'est ici qu'ils doivent entrer ? Haha. Non. Beaucoup trop d'endroits parfaits pour une embuscade, c'est même pas la peine d'y penser. Le petit goupix chromatique, lui, n'a pas l'air plus effrayé que ça. Pas sur ses gardes pour un sou, il est d'ailleurs davantage blasé par le comportement de sa dresseuse que par la situation dans laquelle ils se sont collés.

Quel héros.

Le brun se retourne.

«Finalement, je crois que j'ai oublié d'aller aux toilettes.»

Mensonge. A moitié tourné, le brun aperçoit la mine mi-effrayée mi-déterminée de sa camarade. Plus la moue en supplément. En gros, bien assez pour se rendre compte que, peu importe ce qu'il dira, il sera obligé d'avancer à un moment ou un autre. James inspire, au bord du gouffre. Décidé à en finir le plus vite possible, il entre droit dans les palais des horreurs.

«Bon. Porte gauche, porte droite ou escalier droit devant. Où est-ce qu'on va ?»




Re: Les fantômes de minuit [James]
Mar 14 Juin 2016 - 17:59
Région d'origine : Mhyone
Messages : 389

avatar

Elisthel Firefly
Elisthel pointe l'escalier droit devant. Son Goupix s'y est précipité, grimpant les marches rapidement et attendant les deux poltrons de service. La jeune femme continuait de pousser James au devant, préférant rester planquée derrière lui, mais désirant tout de même avancer. Ils grimpèrent les marches avec une telle lenteur que le petit pokémon feu avait envie de dormir. A l'étage, tout n'était que poussière. La poussière de partout. Sur les meubles, sur les bâches, sur les étagères, sur les... Ce détail fit cligner des yeux la dresseuse. Il y avait de la poussière de partout, sauf sur les poignées de portes. Nerveuse, elle secoua son camarade avant de l'agresser.

« Psssssss ! James ! Il n'y a pas de poussière sur les poignées de portes... Comme si c'était encore utilisé... Tu crois que- ? »

Elle fut coupée par un bruit sourd provenant d'une pièce à proximité. Quelque chose qui tombe par terre ? Ce premier bruit fut suivit par un deuxième, puis un troisième, et finalement, le silence revint. Perturbée, exaltée et effrayée, la jeune femme se cramponna davantage à son ami. Elle fit deux pas en arrière, observant l'unique porte qui les séparaient du bruit. Son regard à James fut intransigeant ; elle désirait qu'il ouvre la porte. Son Goupix, un poil méfiant et surpris, s'était rapproché d'eux et se tenait sur ses gardes, prêt à faire jaillir son feu bleuté sur la menace potentielle. Mais James n'eut pas à se donner la peine de tourner la poignée. La porte s'ouvrit d'elle-même, sur une pièce vide. Entièrement vide. Pas de poussière, pas de meubles, pas de fenêtres, rien.

« … On n'entre pas là-dedans, on est d'accord ? Ça sens le piège à plein nez ! Comment est-ce qu'une pièce vide peut faire du bruit ? Comment une porte peut-elle s'ouvrir toute seule ? Commmeeeeeeent.... ?! »

Elle secouait désormais James comme un poirier, totalement paniquée et excitée. Elle sautillait presque dans tous les sens devant ce mystérieux mystère. Elisthel n'était pas réellement sûre de ce qu'ils allaient faire maintenant. Vu ce qui venait de se passer, cette maison devait être hantée. Cela ne faisait plus aucun doute. Ce qui lui faisait se poser encore plus de questions. Elle parut perplexe et se tourna vers son camarade.

« Du coup... Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? La maison est hantée, mais je ne suis pas certaine qu'on puisse continuer comme ça à affronter des fantômes. Même si techniquement on ne les a pas vraiment vus... »

Son regard clair se posa derrière James. Ah-oh. Son expression se transforma en surprise, puis en horreur, et elle pointa le doigt vers lui, tentant de lui faire comprendre qu'il lui fallait se retourner.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les fantômes de minuit [James]
Ven 17 Juin 2016 - 23:43
Région d'origine : Mhyone
Messages : 507

Nathaniel Miller

Nathaniel Miller
«Nhh.. Ghmf !»

Le brun recule de stupeur. Il pousse un cri incompréhensible, noyé entre surprise et épouvante, et attrape la main d'Elisthel. Plus du tout apte à réfléchir, le jeune homme s'élance dans le couloir à toute allure. Il n'atteste même pas d'un mot, le cœur semblable à un tambour.

UN CLOWN.

Plus il y pense, plus il n'a aucune envie de s'arrêter. Le garçon n'a pas spécialement peur des comédiens burlesques, mais même le plus brave des dresseurs de Mhyone aurait pris ses jambes à son cou en ayant un aperçu de l'animal : c'était un pantin articulé, le sourire jusqu'aux oreilles, aux couleurs délavées et au regard malsain. Le tout avait l'air dirigé par une sorte d'ombre noire, de quoi faire frémir tout ce qui respire dans un rayon de cent mètres.

ET CA S'APPROCHE.

D'un coup, James ouvre la porte d'une chambre, avec gros grincement en supplément cadeau. Il tire Elisthel à l'intérieur, et intime au goupix de suivre le rythme. Encore affolé par sa rencontre inopinée, il se range à côté de sa camarade dans un des vieux placards en chêne de la suite. Le brun s'arrête alors de respirer, presque desséché par sa performance inédite d'athlétisme catégorie instinct de survie. Il n'est pas prêt pour ça, lui.

Dans le couloir, des pas.

«Si ça ouvre, je fais le mort.»

Avec la cardio au sommet, James n'est pas dans ses meilleurs moments. Il sue à grosses gouttes, jette des regards inquiets le long de la fente, et tente tant bien que mal de réguler sa respiration. Pour le coup, il béni le manque de luminosité qui, Ô miracle, dérobe le spectacle pitoyable aux yeux de sa camarade. Un peu tremblant, mais quand même lucide, le jeune homme se fait violence et calme ses émotions : c'est le moment de profiter d'un moment de vide pour faire le point sur la situation, car vu comment les choses ont tournées, il y a de bonnes chances que ça ne dure pas.

Les pas se rapprochent.

«Chh..»

Plus qu'à espérer que le grand-méchant loup ne trouve pas la chaumière.



Re: Les fantômes de minuit [James]
Sam 18 Juin 2016 - 0:02
Région d'origine : Mhyone
Messages : 389

avatar

Elisthel Firefly
Les choses se déroulèrent vite. Bien trop vite. James parut si effrayé qu'il agit avec une précipitation qu'elle ne lui connaissait pas. Son cri, étouffé et paniqué dans le même temps, fut le plus étrange qu'elle ait jamais entendu. Il l'attrapa et la tira, la forçant à son tour à courir. Si son Goupix n'avait pas l'air du même avis, il fut obligé de suivre sous peine de se retrouver seul. Ils trouvèrent tout trois refuges dans un placard, dans une petite pièce. Tout collés-serrés, James confessa être prêt à faire le mort. Elisthel le dévisagea – ou plutôt dévisagea la silhouette ombragée de son camarade – se demandant si elle devait rire ou non. Elle n'eut pas ce luxe ; les pas s'intensifièrent, et chacun retint son souffle. James, paralysé de peur, Elisthel, inquiétée et anxieuse, et Pixel, le regard prêt à tuer. La porte du placard s'ouvrit d'un coup, une énorme langue pendouillant devant eux. Pixel réagit au quart de tour, envoyant ses flammèches droit dans la tête de la chose... mais cela lui passa au travers, touchant plutôt l'être humain qui se trouvait derrière. Il y eut des cris d'horreurs, et au bout d'un court laps de temps tout le monde fut silencieux. Sauf le Spectrum. Lui, il était mort de rire. Une jeune femme avait le visage légèrement fumant, l'air blasé, et entreprit d'entamer la conversation :

« … Vous allez bien ? »

Cette phrase flotta dans l'air quelques secondes, le temps de monter au cerveau de chacun. Pixel n'osa plus vraiment se battre, plus trop sûr de la situation, et Elisthel se releva.

« Oh mon dieu je suis désolée, on a cru que c'était un fantôme, on a vu une espèce de pantin et-
-Je sais, c'était moi. »

Nouveau moment de flottement. Les regards s'échangèrent, vaguement confus. Pixel se redressa, grognant.

« Euh.. Quoi ?
-... Il y a beaucoup de jeunes qui viennent ici en pensant que la maison est hanté. Mon Spectrum et moi, on les effraie. D’ordinaire, ils partent sans demander leur reste... Mais le gamin avait l'air au bord de la crise cardiaque, alors je me suis dit qu'on viendrait vérifier s'il va bien. Elle pointa du doigt le garçon avec sa lampe torche, qui avait prit un air inerte et mort. … Peut être qu'on devrait l'emmener à l'hôpital... »

… Elisthel ne put pas s'empêcher de porter sa main à son visage, l'air désolée et embarrassée à la fois. Elle tapota l'épaule de James, lui signalant que ce n'était absolument pas ce qu'il avait cru. Ni ce qu'elle avait cru d'ailleurs.

« Je... Je suis désolée pour tout ça... Et pour le feu, aussi...
-Ce n'est rien. J'ai l'habitude, avec mes huit frères et sœurs. Ah... Mais si vous voulez en savoir plus sur la maison, je vais vous amener à l'annexe. Ce sera mieux. Puis... Je crois qu'un chocolat ne lui fera pas de mal. »

Elisthel jeta un nouveau regard à James, un peu navrée pour lui. Il avait dû avoir la frayeur de sa vie.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les fantômes de minuit [James]
Sam 18 Juin 2016 - 0:35
Région d'origine : Mhyone
Messages : 507

Nathaniel Miller

Nathaniel Miller
James se lève, le regard vide. Lentement, il se dégage de l'armoire, jusqu'à dépasser la nouvelle arrivante. Debout, totalement déphasé de son précédent comportement, le garçon mime une quinte de toux. Il hausse le regard jusqu'aux deux jeunes femmes, peut-être un peu surprises, et s'exprime dans un ton plus posé qu'on ne l'aurait imaginé.

«Je vais très bien.»

Plus profond dans l'antiphrase, tu meurs. Le garçon a eu la peur de sa vie, et son corps en tremble encore maintenant. Qu'est-ce qu'il peut y faire ? Déjà plongé dans l'atmosphère qui, à son humble avis, ne favorisait pas trop les rencontres du troisième type, il a fallu qu'il se tape un screamer en pleine tronche au premier obstacle rencontré. En soi, c'est sûrement drôle de voir le visage des visiteurs de décomposer par l'effroi, mais a-t-elle seulement pensé aux cardiaques ? Les pauvres petits cabriolaines égarés qui, en un bon éclat d'horreur, peuvent tomber tout droit dans un requiem de cris et de crises.

Point de méprises. James n'est pas dans ce cas. Mais c'est assez rare pour être accusé, il éprouve une once d'empathie pour ces gens qui, aussi stupides qu'ils peuvent être, risquent leur vie au quotidien à cause d'individus mal intentionnés. Et le plus vicieux dans toute cette histoire, c'est que la malapprise veut l'amadouer avec des chocolats.

DES CHOCOLATS.

Le brun regarde Eli, un peu honteux. Elle est sympa, la bougre : elle l'embarque par défaut, le prend en pitié, et supporte même son comportement pitoyable. Si il n'était pas aussi consciencieux dans ses dépenses, James croirait qu'il lui doit de l'argent, ce qui n'est bien évidemment pas le cas. Peut-être une dette mystérieuse ? Ça a le mérite d'aiguiser son intérêt car, comme quoi, même la logique a ses limites dans la compréhension du cœur humain.

«En savoir plus sur cette ruine ? Non m..»

Sa camarade attire son regard. Vu la tête qu'elle lui fait, il n'a plutôt pas intérêt à refuser. Prend elle seulement en compte cette part de dignité qu'il a laissé au fin fond de l'armoire ? Ça a quand même le mérite d'être souligné.

«Ouais. Super ! Allons-y !»

Dit-il, poing levé, avec un ton plus monotone que la monotonie elle-même.



Re: Les fantômes de minuit [James]
Mar 21 Juin 2016 - 2:25
Région d'origine : Mhyone
Messages : 389

avatar

Elisthel Firefly
La femme a l'air terriblement blasée en voyant que le garçon se relève. En réalité, c'est même si elle ne paraît pas un peu déçue. Elisthel retient un rire jaune et invite son camarade à la suivre. Tout deux se dirigent vers l'annexe de la maison, dans un silence embarrassé. La porte arrière de l'annexe donne directement sur la cuisine, où la femme allume la lumière en demandant à son pokémon de sortir du cacao en poudre. Ce dernier s'exécute avec une adresse impressionnante, ne manquant pas de jongler avec la boîte pour faire le pitre. Pixel semble désormais très déçu. Plus aucun danger à l'horizon, et une longue soirée ennuyeuse en perspective. Le Goupix s'installe sur une chaise sans demander son reste et commence sa nuit, visiblement peu enclin à écouter ces âneries. Elisthel suit rapidement l'exemple de son Pokémon lorsque la femme leur fait un geste rapide, tout en continuant à préparer la mixture de lait et de cacao. Elle marmonne dans sa barbe, mais se rend vite compte que personne ne l'entend. Tout en surveillant le lait bouillir, elle explique aux deux jeunes :

« On dit que la maison est hantée par l'esprit du Comte de Dulem. Le Comte était quelqu'un de très versé dans les jeux d'argents et les soirées mondaines. Chacune de ses soirées étaient réputées pour leur côté luxueux et distingué. Il aimait que les choses soient parfaites ; il voulait que sa réputation traverse les mers et que chacun rêve du merveilleux festin qu'il servait, ainsi que des spectacles fabuleux qui animait ses soirées. Entre ça et sa richesse extravagante, il était connu dans toute la ville pour son excentricité. Ça ne le dérangeait pas d'inviter un pauvre, tout en l'habillant et le préparant si c'était dans son humeur ; il voulait que tout le monde l'envie. »

La femme venait de servir trois tasses de chocolat chaud, qu'elle posa sur la table avant de s'asseoir et de les pointer à ses invités. Son Spectrum se posa à ses côtés, un sourire sur le visage, fixant tour à tour les deux jeunes gens, ponctué parfois d'une grimace.

« Il a réussi. Tellement bien réussi qu'il fut assassiné à l'une de ses soirées. C'est sa propre femme qui le tua, paraît-il, devant le reste des invités. Et ce, afin de parfaire la soirée. Ce fut un massacre. Elle envoya ses Pokémons sur les invités, et très peu d'entre eux sortir vivant de cette nuit là. L'histoire n'a jamais dit pourquoi, mais je suppose que ça n'intéresse pas les gens. Ils veulent de l'horreur. Enfin bref. On dit que depuis, on peut apercevoir le Comte errer de temps à autre en soirée, tentant de reproduire les fêtes d'autrefois, particulièrement le soir de sa mort. »

Elisthel ne savait pas vraiment quoi dire. Elle s'attendait à une histoire de fantôme, mais c'était plus... La jeune femme ne trouvait pas les mots pour décrire l'histoire. Ça ne correspondait pas vraiment à son cliché du manoir hanté, mais en même temps, ça n'en était pas si loin. Alors qu'elle restait silencieuse, elle jetait des coups d’œil nerveux à la femme qui les accueillait. Cette dernière soupira et poursuivit, après une gorgée.

« Je ne l'ai encore jamais vu, et j'habite ici. Ce sont des fadaises. Enfin bref. Si ça vous amuse de visiter la maison. Il y a de jolies tapisseries. Sinon... De la poussière. Bref, vous devriez rentrer chez vous les gosses. »

Elle se dégage de la petite réunion, buvant d'un seul coup la tasse, signalant vaguement aux deux gosses d'éteindre la lumière et de fermer la porte derrière eux. Le Spectrum la suit, faisant tout de même quelques grimaces. Elisthel observe la tasse, qu'elle boit doucement, et observe son camarade.

« Je suis déçue. »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les fantômes de minuit [James]
Sam 25 Juin 2016 - 22:02
Région d'origine : Mhyone
Messages : 507

Nathaniel Miller

Nathaniel Miller
Lui, il n'est pas déçu. Encore mieux, il est ravi ! Après la crise cardiaque qu'il s'est tapé, il n'a de cesse que de penser à la minute où il passera le seuil de la porte. A ce moment-là, il sourira : pas un regard en arrière, pas le moindre regret, il jouira du simple plaisir de quitter un endroit sordide pour la première et dernière fois.

Le visage du garçon s'assouplit, le nez plongé dans son chocolat.

Le plus drôle est humain : James, un discret regard tourné vers Eli, se satisfait de sa typique mine dégoûtée de la désillusion. Oui, les vrais fantômes n'existent pas, seules restent des constructions factices destinées à faire frémir les amateurs : rumeurs, lieux soi-disant hantés.. Le premier genre d'endroit à éviter, mais une bonne expérience quand il s'agit de rappeler la réalité des choses.

Il a gagné. Plus qu'à endurer le chocolat amer, les inconnus désagréables et l'ennui profond.

Et puis d'un coup, la lumière clignote. Le garçon, moins habitué à l'obscurité que précédemment, pose son regard sur l'ampoule vacillante. Il masse sa nuque, perplexe, et s'apprête à joindre ses lèvres à la tasse quand une odeur âpre lui attaque les narines.

Le contenu a changé.

James baisse les yeux. Il constate dans un mélange d'effroi et de stupeur que le chocolat, aussi amer qu'il pouvait être, a laissé place à un liquide rougeâtre inconnu au bataillon. C'est une blague ? Le solitaire balaye l'assemblée du regard, cherchant une once de réaction sur le visage des autres. Eli, vu la surprise qui se lit dans son expression, a l'air d'avoir capté la singularité.

«Impossible..»

Le garçon plante son attention sur l'hôte : plus qu'étonnée, elle a l'air de s'être rendue compte d'un point capital. Décidé à en apprendre plus sur la bizarrerie, il décide de rompre le silence.

«Un peu bizarre, oui. Ça m'étonnerait que vous vous amusiez à substituer les tasses de vos invités.»

Il lâche ça du tac au tac. Pas besoin de faire de manières, surtout après le coup qu'elle lui a fait : il veut en savoir davantage, car plus qu'une ambiance horrifique, c'est un climat de mystère qui s'installe. Tout ce qu'il aime. Le solitaire pose la porcelaine sur la table : un bref regard adressé à Eli, il croise les bras et dresse l'oreille.

«C'est.. C'est du Couafarel 1885, le vin rouge préféré du Comte, dans sa biographie. Mais ce n'est qu'une coïncidence, non ? Il y a forcément une explication logique à tout ça.»

Les lumières s'éteignent pour de bon, mais James a bien pu apercevoir la mine moitié-affolée de son hôte. Pour une adulte au style blasé qui s'amuse à effrayer les mômes, elle n'a pas tant de sang-froid que ça. Le garçon se lève : il enclenche la lampe torche prévue pour l'occasion et, immédiatement, la dirige vers Elisthel pour vérifier si tout se passe bien.

Pour le coup, être séparé d'elle serait la pire situation.

Mais heureusement, tout le monde est là. Le brun pousse un profond soupir, car même si les devinettes ont l'invraisemblable don de le stimuler, il n'a aucune envie de rester dans les parages plus que de raison. Dépité, il s'avance donc jusqu'à sa camarade. Alors qu'il parvient à portée de murmures, à bruit rauque l'arrête net : comme une voix, un son dont l'origine semble provenir de la partie abandonnée semble les appeler, une voix masculine à l'intonation peu engageante.

Tout ce qu'il y a de plus charmant.

«Pas de panique. Je suis du même avis, tout ça doit bien avoir une explication.»

C'est pratique. Maintenant qu'il a goûté au summum du sursaut dans la catégorie test de courage, il n'a plus peur de rien. Au contraire, son esprit rationnel marche à la perfection, et c'est sans aucune appréhension qu'il est prêt à se lancer à l'aventure. Il n'a pas pris goût à l'ambiance horreur, mais plus vite il fera la lumière sur cette affaire, plus vite il pourra oublier ses souvenirs un peu honteux de la soirée. Et ça, c'est pas plus mal.

Le bruit s'intensifie. James regarde sa camarade.

«Ça ne vient pas de l'annexe, on devrait aller jeter un coup d’œil.»

Le brun marche jusqu'à la porte. La main levée, il fait signe à Eli de venir. Eh oui ! La soirée ne fait que commencer.



Re: Les fantômes de minuit [James]
Lun 27 Juin 2016 - 17:48
Région d'origine : Mhyone
Messages : 389

avatar

Elisthel Firefly
Le Comte l'a visiblement entendue. Une série d'événements mystérieux frappent peu après sa remarque la maison. Le chocolat vient de se changer en vin, les lumières s'affolent, et elle jurerait avoir entendu une voix. La jeune femme n'ose pas l'avouer à James, mais elle se demande intérieurement si ce n'est pas le Comte qui refuse qu'un de ses invités puissent s'ennuyer. Peut être aurait-elle dû fermer son claper, pour une fois. Pixel semble lui aussi intrigué, et tout le monde s'accorde sur le fait qu'il doit y avoir une explication. Tous ? Non, Elisthel reste convaincue que c'est là l'oeuvre d'une force psychique. Par quel genre de tour de passe aurait-on pu changer du chocolat en vin, sinon ! Et surtout, leur hôte a été bien précise au sujet du vin. Trop précise. Comment pouvait-elle en savoir autant ? La jeune femme commençait à envisager que leur hôte ne soit elle aussi un fantôme. Un fantôme engagé pour jouer la comédie et les emmener vers une mort certaine. L'adrénaline grimpe, elle suit sans faire d'histoires James. Pour l'instant, mieux vaut coopérer. Ils sortent donc de l'annexe, tout en se demandant ce qui va suivre. D'où vient la voix ? Alors que la dresseuse se concentre pour essayer d'ouvrir grand ses oreilles, des feux follets s'allument autour d'eux, traçant un chemin. Un chemin de feu follet. Un peu nerveuse, Elisthel regarde tour à tour James et Pixel. Eux aussi ils le voient, vu leur expression.

« Je... Je crois que le chemin est tout indiqué. »

Ils s'avancèrent avec prudence. Une drôle d'aura mystérieuse flottait dans l'air, et la jeune femme n'était pas rassuré. Les feux follets les ramenait vers le manoir. Mais à peine furent-ils entrés qu'Elisthel comprit que c'était autre chose. Le manoir n'était plus cette chose poussiéreuse et inquiétante. C'était un endroit chaleureux. Tapis, chandeliers luxueux, meubles en bois travaillé... Le manoir semblait être revenu à son âge d'or.
Pire encore. Elle entendait les voix de nombreuses personnes, et au détour d'un couloir, elle aperçut invités, habillés de robes et de costumes. Elle jeta un coup d'oeil inquiet à James, mais une autre voix prit la parole.

« Mes amis, bienvenue à la fête. »

Le Comte était devant eux.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les fantômes de minuit [James]
Lun 27 Juin 2016 - 23:48
Région d'origine : Mhyone
Messages : 507

Nathaniel Miller

Nathaniel Miller
«Eh, bonjour.»

Le garçon est aux anges. Persuadé que les invités et le comte lui-même ne sont que les fruits d'illusions ou de projections, il n'a plus à faire de manières. Eli le connait, et la dresseuse du spectrum est restée dans l'annexe : il a carte blanche pour enquêter comme il le souhaite, et c'est d'ailleurs sans les moindres scrupules qu'il pense exploiter les indices à sa disposition. Après tout, aucune chance qu'une masse aussi importante d'invités soit entrée d'elle-même dans le château. Pas comme ça, sans prévenir.

Le bon sens l'emporte.

Et pourtant. Le garçon se décide à jouer le jeu, amusé par la grande mascarade : il s'incline bas, puis atteste d'un sourire presque flippant. Incarner la noblesse, ce n'est pas vraiment dans ses cordes, mais il demeure au moins à la hauteur d'une révérence.

«Merci, monsieur le Comte.»

James regarde sa camarade. Pour une fois, c'est elle qui arbore cet air étonné et inquiet, elle qui, d'habitude, ne recule devant absolument aucune aventure, cette même Elisthel qui le traîne dans les pires endroits possibles et imaginables, qui s'amuse à rendre sa vie «outrageusement palpitante». Parfait ! Mais quand même un peu surpris, le brun se décide à prouver la véracité de sa pensée, et interpelle la jeune femme d'une voix intelligible.

«Ce ne sont que des images, regarde.»

Il s'avance vers une invité et, sans la moindre hésitation, passe sa main au travers de sa poitrine. Sauf que non. La main ne traverse pas. Et paf. Tout se passe très vite, mais si il y a bien une chose perceptible dans les vingt mètres, c'est la magnifique gifle que la jeune dame retourne à James. Il recule de plusieurs pas, étonné, choqué, interloqué : bref, totalement noyé dans sa surprise et la douleur de sa joue rougie. La femme, plus que gênée par le comportement déplacé du dresseur, file dans le fond de la salle.

Le comte s'approche.

«Quelle audace ! Mais un tel comportement, en présence de votre cavalière ? C'est peu convenable. Venez donc par ici, vous deux. La danse ne va pas tarder à commencer, il serait fort regrettable d'y manquer.»

«Euh.. Pardonnez-moi.»

«Vous vous amusez, c'est le principal. Dépêchez-vous d'aller vous habiller, nous vous avons fais préparer un costume et une robe à votre taille. Ne me décevez pas !»

Le garçon fixe le sol, le regard vide. C'est quoi ce bazar ? Toute sa théorie tombe à l'eau, et avec l'expérience ratée, il a maintenant de quoi s'inquiéter vis-à-vis de la suite. Il prend une bonne inspiration. Pas question de céder à la panique, ni de fuir le contexte présent : mieux vaut l'affronter selon les règles du jeu, pour faire la lumière sur tous ces événements bizarres.

Un héraut s'écrie.

«La valse commence dans dix minutes !»

James se tourne vers Elisthel.

«On y va ? Je crois qu'on a pas le choix.»



Re: Les fantômes de minuit [James]
Mer 27 Juil 2016 - 14:06
Région d'origine : Mhyone
Messages : 389

avatar

Elisthel Firefly
Choquée, inquiète. Elisthel ne comprend plus rien à ce qui se déroule sous ses yeux alors que la gifle retentit dans le manoir. Tout est réel, terriblement réel. Comment cela peut-il être possible ? James lui souffle qu'il faudrait jouer le jeu, mais la dresseuse ne fait que hocher la tête mécaniquement, suivant le garçon alors que son cerveau tourne à plein régime. On lui fait enfiler une robe ; une de celles des années d'antan, comme dans les livres d'histoires. Pourtant, aucune odeur de poussière ou de moisi. Comme si elle avait été parfaitement préservée, n'avait pas subi l'emprise du temps. A quoi va ressembler James ? Elle, c'est une robe de bal verte claire, légèrement décolletée, dans laquelle elle a bien du mal à se déplacer ! Comment va-t-elle faire pour danser... ? D'ailleurs... Elle fronce les sourcils, attends que James se montre à son tour, dans un costume semblable à celui du Comte. Alors qu'il s'approche d'elle comme sa cavalière, elle lui murmure :

« Euh... Est-ce que tu sais valser ? Parce que moi non ! »

Ce n'est pas à l'école qu'elle aurait pu apprendre ça. La valse ? Dans ses rêves peut être qu'un garçon l'emmenait à un bal pour danser. Mais elle-même n'avait jamais dansé ! A moins que James ait un atout caché... Mais déjà, le Comte s'agite, les gens s'approchent. Des murmure s'élèvent, puis le silence. Et dans un coin de la salle, Elisthel remarque les musiciens. Un petit groupe de personne, cinq ou six musiciens. Du violon, du violoncelle... Ceux là sont faciles à reconnaître ! Mais d'autres ne lui parlent pas. Elle observe la salle, nerveuse. La musique commence, et tout s'agite. Son regard se porte sur son cavalier, et elle commence à le traîner dans le mouvement. Il n'y a qu'à les imiter, pas vrai ? Mais leur tentative est maladroite, ils se marchent sur les pieds, leurs mouvements ne sont pas fluides. Quelques rires s'élèvent dans la salle alors que la jeune femme baisse la tête.

« Allons, allons. Il y a eu une première fois pour tout le monde, n'est-ce pas ? Je vais vous apprendre, jeunes gens. »

Euh. Euuuuh. Ça c'est peut être pire encore ! Elle tourne la tête vers son ami, l'air paniqué, l'air de lui dire de trouver une solution, même. Enfin, en espérant qu'il comprenne ce qu'elle s'efforce de lui faire comprendre par son expression faciale...
Mais c'est de James qu'on parle. Ses aptitudes sociales sont plutôt basses... Encore plus inquiète qu'auparavant, elle cherche une issue de secours.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les fantômes de minuit [James]
Jeu 28 Juil 2016 - 14:10
Région d'origine : Mhyone
Messages : 507

Nathaniel Miller

Nathaniel Miller
Le désastre. Si il y a bien un truc dans lequel James est horriblement mauvais, c'est bien la danse. Faut dire qu'il n'a jamais eu de coéquipière pour s'y entraîner, et même si il en avait eu une, il n'aurait jamais accepté de participer à une activité aussi vide de sens. Il ne paie pas vraiment ses erreurs passées, mais ça ne l'empêche pas de se ridiculiser en duo : au moins, la horde de fantômes ne risque pas de les afficher sur les réseaux sociaux, et le garçon fera d'ailleurs tout son possible pour oblitérer ce douloureux souvenir de son esprit. Décontenancé, James grimace et, alors qu'une voix s'élève en arrière-plan, se retourne vivement pour en identifier la source : sa mine se crispe de plus belle, voyant le comte qui, le sourire jusqu'aux oreilles, se glisse jusqu'à eux pour exposer sa science.

L'hôte se lance alors dans d'innombrables explications, plus théoriques que pratiques, et en profite pour y glisser une demi-centaine d'anecdotes inutiles, l'une parlant d'un de ses voyages à Kanto ou l'autre décrivant sa fabuleuse prestation au PokéWood. Le solitaire, pas intéressé pour un sou, promène vaguement son regard dans la foule d'ectoplasmes, à la recherche d'un quelconque indice pour se tirer du mauvais pas. Il aperçoit alors une femme, seule, qui rassemble une multitude de pokéballs et, discrètement, en libère le contenu près des fenêtres. James plisse les yeux. Petit à petit, l'arrière-plan oublié des convives se remplit de créatures à l'attitude plus que singulière tandis que la femme, un rictus inquiétant sur le visage, s'avance vers le centre de la salle.

Et le garçon se remémore.

En un instant, il prend la main d'Elisthel et, sans vraiment lui laisser le choix, la tire vers lui en direction de la sortie. Le comte, surpris, hausse la voix pour rappeler les deux jeunes gens mais rien n'y fait : James marche jusqu'à la porte, sans un mot et un air inquiet sur son visage. Il se décide tout de même à répondre à l'incompréhension de la jeune femme.

«L'autre nous a parlé d'un massacre, et je viens justement d’apercevoir une femme louche avec un bon paquet de pokémons. Il faut qu'on file avant que ça commence.»

Ils entendent des voix en fond.

«Scarabrute, utilise donc ton attaque guillotine sur notre très cher comte.»

«Ma dame ? Non.. Arrêtez.. AAAH !»

«Et maintenant, mes amis, à votre tour.»

Le duo atteint la porte, un peu excentrée par rapport à la fête. James, un peu pressé, tente vigoureusement de l'ouvrir via la poignée, et constate avec horreur qu'elle est verrouillée. Il regarde alors aux alentours, à la recherche d'une solution de secours, et se tourne vivement vers Elisthel.

«On a pas le choix, si ?»

Il désigne du doigt un vieil extincteur, près de la porte, puis la fenêtre qui, pas bien loin, donne directement sur le jardin du manoir. Si ça marche, ils seront saufs, et ce n'est pas comme si ils avaient le temps de réfléchir avec le massacre qui, si on suit les cris, se rapproche d'eux progressivement.



Re: Les fantômes de minuit [James]
Lun 1 Aoû 2016 - 15:14
Région d'origine : Mhyone
Messages : 389

avatar

Elisthel Firefly
La fenêtre. James ne sembla pas hésiter, et la jeune dresseuse le suivit à vive allure. Le verre fait du bruit en se cassant, mais aucun des deux ne semblent s'en soucier. Le hurlement des invités couvre largement ce petit accrochage. Et ils se précipitent dans le jardin, au dehors. Un instant, la jeune femme se retourne, observe l'endroit. Les lumières s'agitent, les gens paniquent, et puis tout disparaît, comme si de rien n'était. Trop effrayée pour retourner voir si tout est redevenu normal, la jeune femme choisit de rattraper son camarade et de lui souffler ce qu'elle vient d’apercevoir. Rien de tout cela n'était normal, et le manoir était peut être bel et bien hanté. Un long soupir de soulagement, et elle observe James, penaude. C'est elle qui l'avait traîné ici. Elisthel s'excusa longuement, mais le garçon n'eut pas l'air de lui en tenir rigueur. Tout cela avait été bien trop d'émotions pour une soirée.

« Je vais y aller, James. Désolée pour tout ça. Je pense qu'on ferait mieux de ne plus y penser. C'était... vraiment bizarre. A plus ! »

Et elle repart à toute allure, prête à retrouver John et Troy. Cette soirée lui a fichu la frousse, la bonne frousse dont elle ne souhaite plus entendre parler. Cette histoire, elle s'en souviendra longtemps, et elle sait qu'elle évitera désormais ce lieu de la ville. Sombre spectacle, sombre soirée. Cet endroit n'est pas pour elle. Vivement qu'elle rentre à Nox Illum... Pour faire quoi, au juste ? Perdue dans ses pensées, la jeune femme se demande si elle veut vraiment rentrer et redevenir comme avant. Son nouveau compagnon ne rentrerait pas l'appartement... Arg... Mais déjà, elle doit faire preuve de sang-froid pour faire la surprise aux deux autres. Ça ne doit pas rater.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les fantômes de minuit [James]

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives RP :: 2016-
Sauter vers: