:: Ile Mirabèce :: Médéa Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De Charybe en Scylla | Solo

avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 1070
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Mar - 2:40
Médéa. Cet endroit ne lui avait bizarrement pas manqué. La grand maison un peu à l'écart de la ville de son parent. L'odeur de poussière, le bois laqué des poutres, des meubles... Le bruit de la forêt, l'impression d'être ici contre son gré. Elisthel détestait cet endroit. La nuit avait été longue, pénible. Allen lui manquait, et si elle n'avait osé lui dire, elle avait l'impression de suffoquer ici. Elle savait que son grand-père ne l'avait sans doute pas fait appelé pour savoir ce qu'elle devenait. Il devait avoir une idée derrière la tête, et elle n'aimait pas ça.

Le petit déjeuner fut le moment le plus dur. Nombre de serviteurs s'attelaient à la tâche, n'osant la regarder. Ici, elle était mademoiselle, la petite fille du grand chef intransigeant qui parlait toujours d'une voix dure et sèche. Même Noctis, pourtant toujours insouciant, semblait légèrement tendu. Elle devait voir son grand-père dans l'après midi. Ce qui lui laissait la matinée de libre.

C'était donc la raison pour laquelle elle avait choisi de se promener en ville, d'observer les magasins. Mais son esprit était ailleurs, même Ori le savait. Le Noctali avait été très bien accueilli dans la maison. Ce qui était déjà mauvais signe, puisqu'il était notoire que son aïeul détestait les pokémons. Ce devait être vraiment important. Cette ne lui occupait cependant que la moitié de son esprit. L'autre était tourné vers le mystérieux brun, assistant d'Acacia. C'était donc pleine de questions qu'elle rentra à la propriété.

Assise sur l'un des bancs du jardin, elle attendait son camarade de voyage. L'attente ne fut pas très longue ; le brun était occupé à entraîner ses pokémons et cela ne dura pas très longtemps. Il s'agissait plus d'une routine habituelle que d'un véritable entraînement à proprement parler. L'homme sembla surprit de trouver sa camarade là, à l'attendre. En revanche, le regard inquisiteur et sérieux de la jeune femme lui mis la puce à l'oreille. Mauvais signe.

Noctis Flavelle ne souhaitait pas entrer dans les détails sur ses activités professionnelles avec Elisthel. Et son pressentiment était qu'elle, elle se doutait qu'il n'était pas simplement un assistant. Elle avait bien entendu raison, mais il ne souhaitait pas lui avouer. Ce qui allait encore plus compliquer leur situation. C'est pourquoi ce matin là, lorsque Noctis eut fini son entraînement, il lui passa devant sans exprimer le moindre mot. Interloquée, la dresseuse le suivit du regard, mais il ne se retourna pas. Ses impressions étaient correctes, mais il était déjà trop tard.

Noctis ne vint jamais déjeuner ce jour-là. Il s'était volatilisé, en même temps que ses affaires. Elisthel se sentit alors très mal. Abattue, elle observait la chambre déserte qu'il n'avait occupé qu'un soir. De toutes les personnes qu'elle avait rencontré, la trahison de Noctis lui fit le plus mal. Elle avait eut l'impression que leurs jours insouciants et paisibles dureraient toujours. Mais à l'évidence, elle s'était fourvoyée. Triste, elle se sentait désormais réellement paniquée.

Elle allait devoir affronter seule son aïeul. Son cœur battait fort, et tellement vite lorsqu'elle ouvrit la porte du cabinet. Tranquille, l'homme aux cheveux gris l'attendait, sans mot dire. Installé confortablement derrière son bureau, il n'accorda qu'un regard dur et morne à son unique petite-fille.

« Elisthel. Tu es à l'heure. C'est bien. »

Cela sonna presque comme un reproche à ses oreilles. Elle aurait dû être en avance.

« Comme tu t'en doutes, je ne t'ai pas demandé de venir pour l'émotion. Tu es au courant, mais voilà des années que j'ai renié ton père. Aujourd'hui, je souhaite te prendre comme héritière. Ce qui veut dire qu'à partir d'aujourd'hui, tu vas venir vivre ici. Fini les escapade sur les routes. Tu vas relâcher tes pokémons, et suivre l'éducation que tu aurais toujours dû recevoir.
-Je n'ai pas dit oui. »

Elle regretta immédiatement ses paroles en voyant le regard courroucé de son parent.

« Tu n'as pas le choix. »

Révulsée au fond d'elle, mais paralysée par la figure autoritaire et profondément énervée de son grand-père, elle n'osa pas répondre immédiatement. Il lui fallut quelques secondes pour trouver le courage de faire sortir sa voix.

« J'ai.. Je suis majeure. Tu ne peux m'obliger à rien du tout.
-Tu es entrée ici parce que je l'ai bien voulu. Je ne te laisserais pas sortir.
-C'est de la séquestration !
-De l'éducation. »

Soufflée, Elisthel sentit la panique monter en elle. Déjà, des serviteurs sortait de la porte pour venir se saisir de ses pokéballs. Angoissée, elle fit des gestes violents pour les tenir à l'écart alors que la voix sèche de son aîné se faisait entendre.

« Elisthel. »

Tremblotante, elle se souvenait de ces étés passés ici. Elle se souvenait de la violence avec laquelle il l'avait coupé du monde, forcée à suivre un programme particulièrement éreintant, et surtout de la violence avec laquelle il lui avait fait comprendre qu'elle devait obéir.

« Votre sécurité est bien maigre cela dit. »

Elisthel sentit son cœur rater un battement. Elle tourna les yeux vers Noctis, n'osant y croire. Son aïeul eut visiblement la même réaction.

« Par où êtes vous entré ?
-Secret professionnel. En revanche, je vous assure que votre petite-fille ne va pas rester ici. Oh, j'oubliais. Noctis farfouilla dans son sac, sortant des documents qui firent instantanément pâlir son grand-père. Comment ? Par quel miracle était-il capable de réaliser cet exploit ? Je vous les échange. Contre la liberté d'Elisthel. Je ne dirais rien. Ça ne rentre pas dans le cadre de mon enquête.
-Pour qui travaillez-vous ? »

Noctis ne répondit que par un sourire. Agacé, l'homme d'âge avancé ne répondit cependant pas. D'un geste de la main, il congédia ses employés, avant de beugler :

« Ne revenez jamais. Ni vous, ni toi. »

Elisthel se sentait si fragile, si frêle. Ses jambes tremblaient comme des feuilles, et refusaient totalement de se mouvoir. Le garçon à ses côtés la saisit par les épaules – ce qui la fit sursauter – avant de lui susurrer doucement que tout allait bien se passer. Mécaniquement, elle suivit son camarade jusqu'au dehors de la propriété, retrouvant Ori au passage. Le Noctali semblait confus de retrouver sa maîtresse ainsi.


« Booon. Je crois que maintenant je ne couperais plus aux explications, hein ? »

Sa camarade hocha mollement la tête, encore sous le choc. Ils étaient dans le sous-bois de la forêt Amarante. Noctis se grattait la tête, légèrement embarrassé.

« Ce que je vais te dire est confidentiel, mais j'ai toujours eu un mal fou à cacher ça à mon entourage proche. Ça m'a souvent valu des ennuis d'ailleurs... Je ne suis pas uniquement un scientifique. Disons que.. En règle générale, ça me sert de couverture. J'ai été envoyé à Mhyone afin d'enquêter sur une organisation dont tu as régulièrement entendu parler : la Team Anima. Ma position exacte... C'est compliqué. Considère que je travaille pour le gouvernement. Pas de Mhyone bien sûr.
-Attends. Tu es en train de me dire que tu es un genre d'agent secret ? Toi ? Sérieusement ? Du mal à le cacher ? Comment tu as fais pour obtenir ce poste ? »

Noctis passa sa main dans ses cheveux. Ça allait être un peu plus compliqué que prévu.

« En quelque sorte. Oui, je suis très nul pour le cacher aux gens que j'aime. Notamment parce qu'en général ce sont des cibles potentiels de mes ennemis, et j'avoue, j'ai l'esprit plus tranquille quand je peux leur expliquer pourquoi je préfère qu'ils aillent à certains endroits. Elisthel palissait à vu d’œil. Mais rassure-toi, tu ne crains rien. Ton grand-père est extrêmement efficace. Personne ne peut t'approcher à moins de cinquante mètres sans qu'il n'en soit informé. Enfin, en théorie.
-Pardon ?
-Erm. J'aurais dû commencer par là. Tu es régulièrement suivie par des employés de ton grand-père, qui font des enquêtes sur les gens que tu fréquentes et que tu côtoies. J'ai vraiment eu beaucoup de mal à passer entre les mailles du filet, mais heureusement Acacia dispose de sa propre influence.
-PARDON ? Tu es en train de m'expliquer que je suis surveillée ?
-Oui, enfin tu l'étais. Maintenant que tu l'as renié, que tu n'es plus son héritière potentielle, je pense qu'il ne s'intéressera plus à ce qu'il t'arrive.
-Pause. »

Vraiment trop secouée pour la journée, Elisthel ressentit le besoin de s'asseoir et de se servir d'un des troncs comme appui pour son dos. C'était beaucoup trop énorme. Elle n'avait... Sa petite vie était banale, tranquille, loin des complots et des intrigues...

« Qu'est-ce que.. Je... Je ne sais plus quoi dire.
-Calme toi. Ce n'est pas grave. Je ne voulais pas te mettre au courant, c'est ma faute. Depuis l'histoire au laboratoire de Vive, j'aurais dû me douter que tu étais suspicieuse. J'ai espionné la même réunion que toi, pour être franc.
-Tu t'es servi de moi ? »

Noctis tourna immédiatement la tête, alarmé par le ton larmoyant de son amie. Paniqué, le jeune homme se pencha vers sa camarade et lui assura instantanément :

« Non, non ! Je-. Il se tut, réalisant que c'était bel et bien son objectif initial. Sa voix baissa d'un ton. Je devais trouver un moyen de parcourir la région librement pour enquêter, tout en gardant ma couverture de scientifique. Mais tu... Enfin, je me suis attaché à toi.
-Menteur. »

Le ton froid et révulsé d'Elisthel lui fit mal au cœur. Il avait déjà vu cette scène quelque part, et il ne voulait pas que ça se finisse ainsi. Son propre cœur lui faisait mal, et il savait qu'il regretterait cette action par la suite, mais sous l'impulsion, Noctis précipita ses lèvres sur celles d'Elisthel. Ori fut le premier à réagir. Il n'avait pas tout saisit de ce qui s'était déroulé, mais l'action le fit se retourner pour regarder ailleurs. Le pokémon n'était pas sûr de s'il voulait voir ça. Elisthel quant à elle eut bien du mal à prodiguer la moindre réaction lorsque le garçon s'éloigna un peu, baissant le regard. Choquée était un terme trop faible pour qualifier cette journée. Complètement perturbée, la dresseuse lâcha malgré elle :

« Je suis en train de dormir, c'est ça ? Je veux dire, tout ça ne pourrait jamais arriver dans la vie réelle. Est-ce que tu m'as... ? »

Incapable de définir ce qui se jouait là, ce qu'elle ressentait ou même ses impressions sur la question, Elisthel resta parfaitement immobile. C'était vraiment beaucoup trop pour elle. Comprenant après une longue minute de silence qu'elle ne rêvait pas, la jeune femme s'éloigna de Noctis et se releva.

« Je... J'ai besoin d'être seule un moment. Je ne...
-Je te retrouverais, si tu as besoin de moi. »

Énigmatique au possible, l'homme n'avait même pas demandé quoi que ce soit. Il s'était juste écarté, et avait recommencé à marcher comme si de rien n'était. Seule dans le sous-bois, Elisthel s'effondra. Elle serra Ori dans ses bras, comme pour essayer de reprendre pied. Là, tout de suite... De quoi avait-elle besoin ? Dans son esprit les mots se fracassaient, et son cœur c'était une cohue des plus totales. Elle n'avait pas envisagé cette situation. Ou tout du moins, elle savait que Noctis lui avait accroché le regard, mais c'était avant qu'Allen ne réponde à ses sentiments. C'était avant qu'elle ne partage quelque chose avec lui. Elle était fatiguée.

« … Viens Ori... Allons au Centre Pokémon... »

La nuit portait conseil.


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Ile Mirabèce :: Médéa-
Sauter vers: