:: Ile Mirabèce :: Médéa :: Le Miaoussino Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rien ne va plus, les jeux sont faits [OUVERT] 23/04

avatar
Troy O'Bowen
Région d'origine : Kanto
Expérience : 1250
Jeu 20 Avr 2017 - 12:33
Troy O'Bowen
RIEN NE VA PLUS, LES JEUX SONT FAITS


OST | Blues Brothers - Sweet Home Chicago :
 

Madame tout-le-monde tire le levier d'une machine à sous jusqu'à elle. Elle insuffle son appât du gain dans le geste, prête à arracher la barre métallique hors du socle. Ding, ding, ding. Les étoiles pétillent dans ses yeux. Les trois têtes de Miaouss dansent sur l'écran devant elle. La bouche du bandit manchot dégueule des centaines de jetons dans la cuve ; elle déborde et noie les genoux de la bienheureuse.

Les moutons du casino la dévisagent avec dégoût. Leurs salaires viennent de passer à la trappe pour alimenter la dépendance à l'argent d'une inconnue insignifiante passant-là, le cul bordé de nouilles et bientôt d'arrogance. Mais est-ce vraiment de la chance ? L'équipe du Miaoussino accourt vers l'élue avec des sacs, des cocktails, des appareils photos pour rendre le moment magique. Les visages de l'audience rétrogradent de la jalousie à l'amusement. Elle oublie son propre sort pour savourer l'instant présent sous couvert d'un sacro-saint « C'est le jeu, ma pauvre Lucette ! ».

Et dans les coulisses, le soir-même, madame tout-le-monde recevra son chèque d'acteur et laissera la place à un énième leurre pour une énième représentation - une escroquerie à grande échelle ayant connu le malheur de sept générations de pigeons.

Je commande un scotch d'un index levé. Le serveur hoche la tête au bout du couloir, interpelle le barman, se dirige vers lui, quitte mon champ de vision. J'empile cinq jetons de vingt sur les rouges ; le croupier attend la mise des participants avant de lancer la roulette en marmonnant sa réplique de figurant.

La roue tourne.

Impartiale.

Puis s'arrête.

Treize noir !

J'avale une lampée de mon scotch - hélas, toujours vide. Je regarde aux alentours : le serveur zigzague entre les ruelles, un plateau à la main, ma boisson régnant en maître entre les verres à pied de parasites gérontophiles. Je soupire. Intérieurement.

La chance n'est pas avec vous ce soir, M. O'Bowen.
Madame est restée à la maison. Elle se sentait mal. Au moins, cela me rassure sur sa fidélité.

J'adresse un clin d’œil au croupier. Il riposte d'un rire. Mes compagnons de jeu ne lâchent qu'un sourire poli, le risque de perdre leur argent dûment gagné prenant le pas sur leurs faits et gestes. Je zieute mon smartphone au chômage, avance des jetons sur le terrain. Prédiction : la bille tombera sur une case paire.

Voici pour vous, monsieur. Passez une bonne soirée.

Je remercie le serveur, baptise mon verre d'une gorgée timide.

Il n'y a pas grand monde, aujourd'hui. Du soucis à se faire ?
Vous savez, M. O'Bowen, le monde, il va et il vient. Mais tant que l'on met pas la clé sous la porte, l'établissement retrouve ses petits. D'une manière ou d'une autre.

D'une manière ou d'une autre.

Color Code HTML:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timothy Boote
Région d'origine : Unys
Expérience : 1918
Ven 21 Avr 2017 - 0:13
Timothy Boote
Médéa, j’étais encore une fois de retour dans cette grande citée riche de l’île de Mirabèce. J’avais passé une partie de la nuit dans le Cimetière pour me recueillir et penser à ma pauvre Princesse disparue. Certes, elle n’était pas décédée, enfin je l’espérais, mais elle n’était plus à mes côtés et c’était tout comme. Avant les évènements du tournoi de printemps à Nox Illum, je passais déjà beaucoup de temps dans ce lieu de repos éternel, mais maintenant je savais bien que j’allais m’y rendre bien plus souvent. Il y a peu, je pensais à m’installer dans cette ville proche de la Forêt Amarante et du cimetière pour y créer une arène à la gloire des pokémons de type Spectre. Désormais, j’étais certain que c’était ce que j’allais faire et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, j’allais être à proximité du lieu où j’allais me recueillir pour penser à ma Momartik lorsque je n’étais pas parti fouiller tout l’archipel pour essayer de la retrouver. D’autre part, la création d’arène me permettrait d’affronter des dresseurs pour devenir plus puissant et ainsi gagner assez de force pour protéger mes pokémons. Il est hors de question que ma faiblesse permette de nouveau l’enlèvement d’un de mes compagnons ! C’était d’ailleurs également cette raison qui m’avait poussé à rejoindre le Sceau de l’Ossatueur suite à la décision prise par le Professeur Acacia de dissoudre le Sigle.

Quoi qu’il en soit, c’est toutes ses pensées en tête que je venais de revenir en ville. J’étais à la fois en colère et dépité par l’absence de mon amie. Le bon sens aurait voulu que je rentre dans mon hôtel pour aller me coucher, mais je n’en avais pas envie. Je voulais penser à autre chose et me lâcher pour me changer les idées. Pour cela, il y avait à Médéa l’endroit idéal pour se lâcher et prendre des risques. Je pense bien entendu au Miaoussino, le casino local. Je n’étais jamais pénétré dans l’un de ces lieux de jeux, mais là j’en avais besoin. J’ai donc pris la direction du grand bâtiment avec l’impressionnante statue de Miaouss à l’avant. Il n’y avait aucun doute, j’étais au bon endroit. Je ne portais pas une tenue particulièrement adaptée au lieu, mais je n’avais pas envie de rentrer dans ma chambre pour changer et revenir. J’ai donc décidé de tenter ma chance et de voir si je pouvais entrer dans mes habits du moment.

Etrangement, ce n’est pas mon accoutrement qui a posé le plus de soucis, mais mon apparence physique dans sa globalité. J’étais jeune et je faisais jeune, cela a donc fait sourciller les vigiles à l’entrée qui ont refusé de me laisser entrer tant que je n’avais pas pu leur prouver ma majorité. J’ai donc fouillé dans mes poches à la recherche de ma carte d’identité pour leur prouver que j’avais bel et bien 18 ans. Cette formalité réglée, j’ai finalement pu pénétrer à l’intérieur du casino pour me libérer de mes pensées pour le reste de la nuit. Malgré la situation, je n’ai pris qu’un jus de fruit au bar, conservant mon habitude de ne jamais boire d’alcool. De toute façon, noyer mon chagrin dans une bouteille aurait été la pire chose à faire et dans un lieu où les jeux d’argent fleurissent, je préférais être en possession de toutes mes capacités mentales à chaque instant. Ce serait vraiment une très mauvaise idée de me retrouver ruiné à cause de décisions prises en une soirée sous l’influence néfaste de l’alcool.

Armé de mon verre, j’ai commencé à divaguer parmi les tables de jeux pour trouver un endroit où je pourrais m’installer. J’avais acheté quelques jetons à l’entrée et je comptais bien les miser quelque part. J’étais loin de connaître les règles des jeux de cartes alors ça n’allaient certainement pas être sur elles que mon choix se porterait. Je venais de me décider à me rendre aux machines à sous lorsque je suis passé à côté d’une table de roulette. Ça ne m’avait pas l’air franchement difficile alors je l’ai rejoint et me suis installé à côté d’un homme qui discutait avec le croupier en sirotant un verre. Je me suis contenté d’un léger signe de tête pour saluer les autres joueurs et j’ai disposé mes jetons devant moi sur la table. Il n’y a pas à dire, mais vivre les récents évènements m’avaient fait comprendre qu’avoir peur des autres était ridicule et qu’il se passait des choses bien plus grave. L’enlèvement de Princesse m’avait donc permis de passer outre ma timidité et c’était le seul point positif à la situation, même si j’aurais préféré rester comme j’étais si ça signifiait avoir mon amie près de moi. Après m’être installé, j’ai pris la parole d’un air détaché comme si je me moquais de ce qu’il se passait autour de moi, ce qui était le cas à vrai dire :

-Bonsoir, je me permets de rejoindre votre table. Je suis Timothy Boote, enchanté de vous rencontrer.


Avatar par Elisthel. Merci ! o/

#TimGhost

Champion de l'arène de Médéa


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Troy O'Bowen
Région d'origine : Kanto
Expérience : 1250
Ven 21 Avr 2017 - 10:31
Troy O'Bowen
RIEN NE VA PLUS, LES JEUX SONT FAITS


OST | Blues Brothers - Sweet Home Chicago :
 

Un gamin s'approche de la table avec une poche de jetons. Un doggy bag pour le repas de midi dont les charognards de la table reniflent déjà l'odeur. Hier les brutes de la cour de récré ; aujourd'hui les adultes formés et encouragés à voler autrui.

Bonsoir, je me permets de rejoindre votre table. Je suis Timothy Boote, enchanté de vous rencontrer.
Un plaisir de vous avoir à ma table, M. Boote. Avec deux « O » ? Je vous en prie, installez-vous, annonce le croupier en présentant une place vide d'un mauvais perdant ayant abandonné son siège cinq minutes plus tôt.

Douze au lieu de treize. Explosion de rage. Quelle idée de jouer sur les nombres.

On s'est perdu ? lance le vendeur à domicile en bout de table. C'pas un endroit pour des gars aussi jeunes que toi, l'ami. Tu d'vrais jouer au bandit manchot. T'auras pas à nous r'garder dans le blanc des yeux quand on t'prendra tes jetons un par un.

Il caresse sa cravate Pikachu et balance une mise sur les rouges. Qu'importe le degré de ridicule si un rituel de chance fonctionne. Qu'importe le degré de ridicule...

Je gratte ma paume d'un jeton et le pose sur la case des pairs.

Laisse-le tranquille, Adam, dit le vendeur de vélo en face de lui, les manches de sa chemise retroussées. Installe-toi, petit. Si tu sais pas quoi faire, fais comme nous et tu t'en tireras - normalement - sans perdre trop d'argent.
Ça dépend des jours, glissé-je entre deux lampées de scotch.
La ferme, Troy.
Cinq cent pokédollars de perte, ce soir ? Six cent ?
Sept cent cinquante, précise le croupier d'un sourire carnassier.
Vous savez quoi ? Je vous emmerde. Tous.

Il récupère ses jetons dans une poche du Miaoussino, empoigne sa boisson, la descend d'une traite, l'abat violemment sur le rebord en ébène et fait claquer ses talons.

Puis il relâche la pression, sourcils haussés, épaules détendues.

À demain les gars.
Bye Willie, répond Adam. Dix-neuf heures au bar ?
Dix-neuf heures au bar.

Et il s'en va en nous saluant de dos, la main levée.

Ne te perds pas sur la route.
Haha, ça devrait aller merci. À demain !

Le gosse s'installe à ma droite. Je décale mes gratte-ciels de jetons de son terrain de jeu, lève mon verre à son nom, hoche la tête d'une révérence fainéante et excuse mon silence d'une énième gorgée.

Stratégie de base : trouve-toi un duo et garde-le. Rouge et noir, pair et impair. Même si le Miaoussino nous vole 2.7% de chance de gagner par le zéro, ça reste le plus rentable pour nous. Ne t'enflamme pas sur les chiffres solitaires : tu n'auras pas la chance d'empocher un pactole miraculeux.

J'extirpe mon paquet de blondes et son briquet de compagnie.

Ça ne te dérange pas, j'espère.

Et m'en allume une sans même recevoir son aval.

Color Code HTML:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timothy Boote
Région d'origine : Unys
Expérience : 1918
Sam 22 Avr 2017 - 0:47
Timothy Boote
Je venais à peine de me présenter que le croupier m’a accueilli avec un grand sourire et une façon de parler bien faux-cul. Je me doutais bien qu’il utilisait toutes ces politesses par simple convenance professionnelle, mais ça allait m’énerver s’il me faisait des ronds de jambe comme ça à longueur de temps. Ce n’était pas en me parlant comme ça que j’allais dépenser plus dans leur casino. J’avais pris un nombre de jetons et je ne comptais aller en acheter d’autre, j’avais prévu me contenter de ce que j’avais et pas plus. J’étais en train de m’installer correctement sur mon siège lorsqu’un type aux goûts vestimentaires particulièrement mauvais à la vue de sa cravate a commencé à me parler. Qu’est-ce qu’il me voulait celui-là ? Il se moquait de moi en me disant que je n’avais rien à faire là et qu’ils allaient me dépouiller. Ah… Je voyais ce que c’était, il essayait de m’impressionner en jouant au gorille sûr de lui. Quelques jours plus tôt, ça aurait parfaitement marché, mais depuis que je m’étais rendu compte que craindre tout et n’importe quoi n’était qu’un signe de faiblesse entraînant des conséquences fâcheuses, j’étais devenu un tout autre Timothy. Il pouvait bien me dire ce qu’il voulait, mais le gamin face à lui passait son temps dans un cimetière entouré de spectres alors ce n’était pas un fétichiste du Pikachu qui parviendrait à l’impressionner. Je n’ai même pas répondu au bonhomme, je me suis contenté de lui jeter un regard dédaigneux qui exprimait tout ce que je pensais de lui.

Pendant que ce type parlait, les joueurs sur la table avaient commencé à miser pour tenter de nouveaux leur chance. Venant juste de rejoindre la table, je n’ai rien fait et me suis contenté d’observer ce qu’ils faisaient pendant qu’un autre individu prenait la parole. Celui-là avait l’air nettement plus amical puisqu’il a clairement dit au premier de me laisser tranquille avant de me conseiller de faire comme eux et de suivre le mouvement, ce qui devrait m’éviter de perdre trop d’argent. Il avait raison quant au fait que je n’y connaissais rien du tout aux jeux de casino, mais d’après ce que disait mon voisin de table, ce n’était pas spécialement une bonne idée. Il semblerait que mon défenseur ne soit pas du tout accompagné par la chance ce soir-là puisqu’il avait perdu énormément d’argent. C’était vraiment énorme en une soirée et c’était bien pour ça que je me félicitais de n’avoir pris qu’un nombre limité de jetons. Enfin, rien ne garantissait que j’aie la volonté nécessaire pour ne pas me décider à en acheter davantage dans la soirée... L’homme ne semblait d’ailleurs pas vraiment apprécier qu’on lui rappelle qu’il avait perdu autant puisqu’il s’est énervé et à quitter la table après avoir salué ses camarades en leur donnant rendez-vous pour le lendemain. Bien que n’étant moi-même pas mauvais perdant, je comprenais sa réaction et à sa place je serais très certainement parti également. Après tout, c’était le meilleur moyen d’éviter de perdre encore plus que ce n’était déjà le cas !

Mon voisin, prénommé Troy d’après ce qu’avait dit le joueur parti, m’a laissé de la place en déplaçant tous ses jetons. Il semblait être plutôt en chance contrairement à son camarade puisqu’il y avait tout de même un certain nombre de jetons face à lui. Je n’ai pas cherché à les compter, mais il y en avait nettement plus que ce que je m’étais moi acheté en arrivant. Cet homme-là était lui-aussi plutôt sympathique puisqu’il m’a salué avant de m’expliquer rapidement la meilleur façon de procéder pour éviter de perdre trop rapidement mon argent. C’était vraiment gentil de sa part d’agir de la sorte puisque tout le monde n’aurait pas agi de la sorte, j’étais certain que le type à la cravate Pikachu ne l’aurait pas fait par exemple. J’ai adressé un simple Merci accompagné d’un léger sourire à mon voisin pour le remercier de ce qu’il venait de faire. Certes, je n’étais plus aussi timidité qu’avant et je n’avais plus de problème de bégaiement, mais ce n’était pas pour autant que j’allais me lancer dans de grandes tirades non plus.

Suite aux explications de mon voisin, il était temps pour moi de me lancer dans l’aventure des jeux d’argent. J’ai donc attrapé un jeton pendant que le prénommé Troy me demandait si ça me dérangeait qu’il fume avant d’allumer sa cigarette. Ce n’était pas la peine que je lui réponde puisqu’il l’avait déjà fait de toute façon. Je me suis donc contenté de poser mon jeton sur les noirs sans miser trop gros pour commencer. C’était ma toute première mise et je préférais y aller tranquillement. C’est pendant que j’ai attrapé mon verre pour boire une gorgée de mon jus de fruit que j’ai entendu le type à la cravate, Adam de ce que j’avais compris, reprendre la parole pour se moquer de moi et critiquer ma façon de jouer :

-Pourquoi est-ce qu’on autorise un gosse à jouer avec nous ? Il faut lui expliquer les règles, il mise que dalle et bois du jus comme un mioche. Je suis sûr qu’il va se mettre à chialer quand on va le plumer ! Tu vas pas appeler ta maman j’espère ?

Il commençait sérieusement à me fatiguer celui-là à se prendre pour un caïd… J’ai poussé un profond soupire avant de le regarder et de sortir calmement, sans la moindre colère dans la voix :

-Tu sais quoi abruti ? Bah, le gosse préfère boire du jus de fruit plutôt que de devenir un sac à bière avec un bide de femme enceinte comme toi. Et tu m’as l’air bien présomptueux sur ce que tu vas gagner puisque quand on voit tes jetons, c’est plutôt maigre… Ah et si, il autre chose ! Le gosse, il t’emmerde !

J’avais vraiment changé de comportement par rapport à ce que j’étais avant. Jamais l’ancien Timothy n’aurait osé sortir quelque chose comme ça, mais depuis que j’avais affronté les criminels de la Team Anima, des types dans son genre ne m’impressionnaient plus le moins du monde. Enfin, je m’étais peut-être un peu trop lâcher pour le coup. J’ai donc préféré rattraper le coup en m’adressant aux autres joueurs de la table après avoir bu une autre gorgée de mon jus de fruit :

-Désolé pour le vocabulaire, mais ce personnage commençait à m’énerver à me prendre de haut. On reprend le jeu ?


Avatar par Elisthel. Merci ! o/

#TimGhost

Champion de l'arène de Médéa


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Troy O'Bowen
Région d'origine : Kanto
Expérience : 1250
Sam 22 Avr 2017 - 13:17
Troy O'Bowen
RIEN NE VA PLUS, LES JEUX SONT FAITS


OST | Blues Brothers - Sweet Home Chicago :
 

J'éclate de rire.

Bah alors, Adam, on se prend une branlée par un gosse ?

Le gorille se lève, fronce ses sourcils, bombe le torse, souffle par le nez, cogne sur la table. Puis se rend compte de son ridicule et de son impuissance, ici, au Miaoussino, où la violence appelle la violence - alias l'équipe de dogues à l'affut du moindre écart.

Ehm. Désolé, je n'ai... pas pris mes cachets.
Bien rattrapé, l'ami.

Il caresse nerveusement sa cravate Pikachu et descend son verre d'une traite. Je lui balance mon paquet de cigarettes, lui explose sa tour branlante de jetons de mon briquet. Adam se jette dessus comme une hyène sur des viscères.

Il y a un problème ? demande le serveur d'un air serviable au possible, jonglant entre M. Kong et le cadet de la table. N'hésitez pas à...
Aucun. Mais maintenant que vous êtes là, nous prendrons un scotch et un jus de fruit. La soirée risque d'être longue. Adam, tu consommes ? De l'eau, peut-être ?
Un cocktail Ponyta, gromelle-t-il dans sa barbe.
Comment ?
Un cocktail Ponyta.
Je... je n'ai pas très bien entendu, persévère le serveur. La salle est bondée de monde, vous savez.
UN COCKTAIL PONYTA.

J'adresse un clin d’œil au serveur, le rire aux lèvres, mon corps avachi contre le siège, un bras par-dessus le dossier. Je tire sur ma cigarette et expulse la fumée vers le plafond. Laissant ma nuque pendre un instant sur la tranche repose-cou.

Ah, je vois. Donc : du scotch, un jus de fruits, et un cocktail Ponyta...

Mon portable vibre dans ma poche. Je l'extirpe de son nid douillet. Je me ressaisis, coince ma cigarette entre mes lèvres, tapote les touches à deux mains, débute l'écriture d'un roman de dix messages à trente-six destinataires. Je fronce les sourcils.

« Ce n'est pas mon problème. Occupez-vous d'elle fissa avant qu'un limier ne flaire ce putain de filon. Qu'importent les moyens. Je veux un plan concret dans dix minutes. »

Message envoyé. Quatre autres appels manqués. Je termine mon verre pour me donner bon courage et me noie corps et âme dans mes réponses personnalisées.

Et un COCKTAIL PONYTA POUR LA TABLE 35, beugle une voix à travers la salle.

Je relève ma tête. Plus de serveur. Adam compte ses jetons un par un. Le croupier attend nos mises. Devant lui les trois derniers joueurs de sa soirée, dont un sur le déclin et un second distrait par son travail. Je me retourne vers Timothy, dernier rempart de l'amusement dans ce royaume en ruines.

C'est ton baptême du jeu ?

Je range mon portable.

J'espère que tu n'es pas trop déçu de l'ambiance. Il y a des hauts et des bas dans tout club de gentlemen. D'ailleurs, tu en as réussi le test d'admission. Peu de personnes commencent leur parcours à la roulette, préférant les lueurs criardes des machines à sous. Félicitations.

Je lève mon verre à sa hauteur.

Tu es de passage à Médéa ?

Color Code HTML:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elisthel Firefly
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 1070
Sam 22 Avr 2017 - 22:42
Elisthel Firefly
« Hmmm... Je vais aller faire quelques paris le temps que tu retrouves ta cousine.
-Essaye de ne pas perdre tout ton argent.
-Je suis presque sûr que je peux tricher... »

Elisthel leva les yeux au ciel, ignorant la dernière remarque de son camarade. Noctis était habillé avec une chemise blanche et un pantalon noir. Bien qu'il eut une cravate d'un rouge pimpant, cette dernière était plutôt relâchée, mais ce style semblait convenir au lieu. Elisthel avait opté pour une robe bleue à volants, dévoilant ses épaules, accrochée autour de son cou. Cette robe lui avait été offerte longtemps avant par Allen. Elle n'avait jamais pu connaître son prix – ou avait préféré l'oublier – mais elle appréciait grandement ce dégradé de bleu, du plus sombre au plus clair. Elle avait choisi la même coiffure que le soir où elle l'avait portée pour la première fois – certaines choses ne changeaient pas. Elle y repensait parfois, souriant devant sa bêtise à l'époque. Allen était devenu un ami important, et après moult réflexions, c'était très bien comme ça.

Elle fit un dernier geste de la main à Noctis avant de rejoindre l'un des salons VIP du casino. Elle n'eut qu'à donner son nom de famille pour que le reste du service soit à sa disposition, mais ce n'était pas vraiment ce dont elle se souciait. Dans le grand salon velours où on lui avait donné rendez-vous, elle l'attendait. Une jeune femme diamétralement opposée à Elisthel. Ses cheveux étaient noirs, longs et détachés. Sa robe pimpante, blanche et or, offrant décolleté et longues manches à sa propriétaire. Si frêle, tellement plus légère qu'Elisthel. Elle se dresse sur ses talons aiguilles, pose sa coupe sur la table au passage et dévisage celle qui est son invitée dans une posture féminine outrageante.

« Cousine. Il y a fort longtemps que nous nous sommes vues. J'ai eu vent de tes récents exploits, auprès de Grand-Père. Ton nouvel ami est... intéressant. Elle se promène dans la pièce, caresse le fauteuil d'une main distraite. Quelques décisions ont été prises, tu dois le savoir. Je suis la nouvelle héritière de la famille. »

Elisthel écoute Lucinda d'un air nerveux. Toutes les deux n'ont jamais eu de très bons rapports, et à fortiori, la situation actuelle n'allait sans doute pas améliorer les choses.

« Oui, euh... J'ai appris. Tu dois être... contente. Je crois savoir que Grand-Père possède une fortune conséquente... »

Elle fait un signe de la main, levant les yeux au ciel. Il n'a jamais été question d'argent. Ce qui est relativement étrange, d'ailleurs. Normalement, tous devraient se battre pour cette fameuse fortune, mais tous la fuyaient comme la peste. Cadeau empoisonné que c'était, d'attendre en vain que l’aïeul de la famille lâche sa poigne de fer et cesse son jeu de marionnettiste.

« A ce titre, j'estime qu'il n'est pas nécessaire de te bannir à vie de notre maison. Tu pourras venir y séjourner quand bon te semble, rassure-toi. Ses yeux semblent pétiller, comme un Séviper. En revanche, je crois que tu vas devoir remplir certaines obligations familiales. Mais nous en discuterons plus tard, je ne t'ai pas invitée pour cela. Je pourrais bien te proposer de parier ta vie au jeu, mais, j'achèterais cet endroit pour pouvoir te la voler. »

Son sourire mesquin et ses propos ne trompent personne. Elisthel lui jette un regard noir, agacée par son comportement. Lucinda lui a toujours été insupportable. Avec plus ou moins de difficultés.

« Peu importe, dirigeons nous vers la salle de jeu. Je suis sûre qu'il y a toutes sortes de choses que nous devrions nous dire. »

Elisthel manque de répliquer, mais elle se ravise. Lucinda trouvera n'importe quel prétexte pour l'entraîner avec elle. Ce n'est que quelques heures de sa vie. Ça ne la tuera pas. La dame à talons aiguilles se dirige avec aplomb vers une roulette, ses bijoux ostentatoires se balançant au rythme de son déhanché. Elisthel tâche de garder sa mauvaise humeur pour elle, mais rien n'y fait. La délicieuse femme aux cheveux chocolat noir dévisage le monde qui lui fait face de manière hautaine, aboyant à un serveur avec une voix suave et un vocabulaire trop soutenu pour être sympathique de lui attraper quelque chose à boire. Elisthel profite donc de ce court répit pour chercher Noctis du regard, mais ce dernier s'est bien fondu dans la masse. Elle soupire, et soudain, son regard s'accroche.
Troy. Éberluée, elle ouvre la bouche pour mieux la refermer lorsqu'elle se rend compte que Lucinda s'apprête à jouer contre cet homme. Elle ne le regarde même, pauvre espèce inférieure qu'il est. Elle place une dizaine de jetons sans même réfléchir sur le sept rouge, sur une somme ridiculement élevée. Mais cela lui bien égal, elle peut bien jeter son argent.  Elle les toise d'un regard hautain, avant que sa cousine n'ose tenter une approche vers l'homme qu'elle connaît.

« Troy ?
-J'aurais dû me douter que tu ne fréquentais que la populace. »

Elisthel l'ignore, habituée à ses mesquineries permanentes. Rien ne lui garanti que c'est vraiment lui. C'est vrai, il lui ressemble, mais... Elle ne reconnaît pas le garçon à ses côtés. Elle observe la table, le croupier qui s'apprête à relancer. Tourne, tourne... Où t'arrêteras-tu ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timothy Boote
Région d'origine : Unys
Expérience : 1918
Dim 23 Avr 2017 - 1:15
Timothy Boote
Ma remarque a bien fait rire mon voisin de table qui n’a pas pu s’empêcher de lancer un pique au type à cravate, histoire d’ajouter un peu de moquerie à son humiliation. Il semblerait qu’il n’ait pas vraiment apprécié qu’on lui fasse des réflexions dans le genre puisqu’il s’est relevé comme une bête avant de joueur à l’homme en montrant ses muscles (bien dissimulés sous la couche de graisse, je dois dire…) et en frappant sur la table. Il avait l’air encore plus ridicule à agir de la sorte. Néanmoins, je préférais me tenir prêt dans le cas où il essayait de s’attaquer à moi. J’ai posé la main sur la pokéball de Baron pour le faire sortir en cas de besoin. Je ne donnais pas cher de sa main s’il l’abattait sur le bouclier de mon Exagide. J’en étais même à me demander si je n’allais pas le provoquer davantage pour faire en sorte d’assister à la scène. Néanmoins, ça n’a pas été nécessaire puisque le bonhomme a fini par se calmer de lui-même et s’est excusé avec l’aide d’une raison bidon à propos de médicaments oubliés.

Un serveur qui passait par là, semblait assez mal à l’aise par ce qu’il venait de se passer à la table de jeux puisqu’il nous a demandé s’il y avait un problème. Le fumer à mes côtés s’est occupé de lui répondre que tout allait bien puis de prendre commande de boissons. Je me doutais bien que le jus de fruit était pour moi puisqu’il prenait un alcool pour lui et qu’il a demandé à Adam s’il voulait prendre quelque chose. Ça a été une nouvelle occasion de rire à ses dépens puisque le serveur s’est amusé à lui faire répéter trois fois sa commande, de plus en plus fort. Je me doutais bien que ce n’était que pour l’embêter puisque personnellement j’avais parfaitement compris ce qu’il demandait du premier coup. Finalement, le serveur a arrêté son petit jeu et a résumé la commande de la table avant de s’éloigner pour aller chercher nos boissons. Je me tournais vers mon voisin de table pour le remercier, mais celui-ci était déjà occupé à pianoter sur son téléphone, certainement pour envoyer un message. J’allais attendre qu’il ait terminé avant de lui adresser la parole puisque je ne voyais pas l’intérêt de le déranger pour si peu.

Plus rien ne bougeait à la table et tout comme moi, le croupier attendait qu’il se passe quelque chose. Perdu dans l’observation de la roue, c’est la voix du serveur quo hurlait qui m’a fait relever la tête en direction de mes camarades de jeu. Pour une étrange raison, Adam fuyait mon regard tandis que Troy, si je me souvenais bien de ce que j’avais entendu, se tournait vers moi pour me parler. Il voulait savoir si c’était la première fois que je jouais, il l’avait très certainement compris vu qu’il avait pris le temps de m’expliquer comment miser lorsque je suis arrivé à la table un peu plus tôt. Prenant une gorgée, et finissant par la même occasion le contenu de mon verre, j’ai acquiescé d’un simple signe de tête pour lui confirmer qu’effectivement il avait raison et que c’était ma toute première expérience dans un casino. Mon interlocuteur n’en est pas resté là puisqu’il a m’a parlé de l’ambiance des lieux en m’expliquant que ce n’était pas toujours comme ça, enfin c’est ce que je comprenais à ses paroles. Il m’a ensuite complimenté sur le fait que j’ai préféré commencer à la roulette plutôt que sur une machine et ses lumières affolantes. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai inconsciemment répondu à cette dernière phrase :

-Oh, je n’aime pas trop les éclats et les lumières vives, je suis plus à l’aise dans une lueur tamisée ou l’obscurité.

Je ne sais pas pourquoi j’ai répondu ça, mais ça me donnait vraiment un air stupide. On aurait dit les propos tenus par un adolescent gothique, dissimulé dans l’ombre d’une ruelle. Enfin, ce qui était dit était dit, je n’allais pas retirer mes propos puisque ça me ferait passer pour quelqu’un d’encore plus stupide. Il fallait donc faire comme-ci de rien n’était et pour cela, rien de mieux que jouer ! J’ai donc été poser un nouveau jeton sur les noirs, j’avais perdu le dernier coup, mais les probabilités faisaient que j’allais bien finir par gagner à un moment ou à un autre. Pendant que je misais, Troy m’a posé une nouvelle question en me demandant si j’étais de passage à Médéa. Pour l’instant, c’était le cas, mais j’espérais bien que ça change d’ici peu. Tout dépendait d’un mail que j’attendais, mais je n’avais pas la moindre idée de quand j’allais le recevoir. Sans regarder en direction de mon interlocuteur, j’ai commencé à lui répondre :

-À vrai dire, je…

J’ai été coupé dans ce que j’allais dire par une voix féminine qui commandait une boisson et pas de ma façon la plus aimable qui soit. Relevant les yeux de ma pile, j’ai levé les yeux pour apercevoir qu’une femme pouvant servir de promontoire à une bijouterie s’était installée à notre table. À ses côtés se tient une autre jeune femme tout aussi bien habillée, mais moins ostentatoire dans sa façon d’être et de se comporter. J’avais l’impression de l’avoir déjà aperçue quelque part, mais impossible de me souvenir d’où et quand cela pouvait être. La femme en blanc semblait croire en sa case puisqu’il a déposé une grosse quantité de jetons sur un chiffre en particulier. Si j’en croyais l’explication que Troy m’avait faite un peu plus tôt, c’était risqué de miser de la sorte. Enfin, chacun faisait ce qu’il voulait de son argent après tout.

C’est à ce moment-là que j’ai senti mon téléphone vibre dans ma poche. Je l’ai donc sorti pour voir de quoi il s’agissait. Décidément, c’était une manie à cette table puisque mon voisin avait fait la même chose quelques instants auparavant. En ce qui me concerne, j’avais reçu un mail, enfin le mail. Celui que j’attendais et qui conditionnait beaucoup de choses dans mon futur. Le parcours rapidement, un large sourire est apparu sur mon visage. C’était la première bonne nouvelle depuis l’enlèvement de Princesse. Certes, elle n’avait pas la même saveur puisque ma Momartik n’était pas à mes côtés, mais c’était déjà ça. Pendant que je lisais, je n’ai pas fait attention à ce qu’il se disait autour de moi, mais j’ai pu entendre deux voix féminines, certainement celles des deux nouvelles arrivantes de la table. Profitant d’un silence pendant que le croupier faisait tourner la roue, j’ai repris la parole pour enfin répondre à la question de Troy :

-Du coup, pour te répondre. Je viens d’avoir la confirmation que ne suis pas que de passage à Médéa, mais que je vais y rester un moment. La Ligue Pokémon vient d’accepter de me confier la gestion d’une arène en ville. À partir de cet instant, je suis donc le Champion de Médéa.


Avatar par Elisthel. Merci ! o/

#TimGhost

Champion de l'arène de Médéa


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Troy O'Bowen
Région d'origine : Kanto
Expérience : 1250
Dim 23 Avr 2017 - 4:56
Troy O'Bowen
RIEN NE VA PLUS, LES JEUX SONT FAITS


OST | Blues Brothers - Sweet Home Chicago :
 

« Aaaah, que le monde est petit ! » chantent les bienheureux face au principe même d'aléatoire qui, en ses moments les plus fantaisistes, rassemble deux variables uniques d'un océan de données. Et cet océan me frappe de plein fouet.

Troy ?
Du coup, pour te répondre...
J'aurais dû me douter que tu ne...
UN COCKTAIL PONYTA.
Je viens d'avoir la confirmation que...
... fréquentais que de la...
PIKA !
... Ligue Pokémon...
... populace.

Mon cervelet disjoncte. Un écoterroriste aux yeux lagon a décidé de baisser drastiquement ma facture d'électricité, et mes neurones en subissent le prix. Ils sombrent dans un mutisme que je me dois d'accuser bras ouverts, et ce malgré moi.

Elisthel.

Point de non-retour franchi. Bouclez vos ceintures, ça risque de secouer.

Dans un plan parallèle, Troy ignore Elisthel. Dans un plan parallèle, Troy prend garde à ne pas être reconnu. Dans un plan parallèle, Troy n'abandonne pas son frère.

Je... Je te présente ce jeune homme. Qui est...

Je cherche de l'aide auprès du gosse sans même le réaliser. Ma politesse bénigne s'effondre en dévoilant ma frêle ombre cachée derrière, vulnérable. L'alcool n'aide en rien à consolider mon visage de marbre. Je me noie dans l'éthanol, et ma seule main tendue vers l'extérieur s'est refermée sur une branche de nostalgie.

Ma cigarette décède sur un cendrier, dans la cour de mon château de jetons.

Je soupire.

Cela fait quoi. Huit mois ? Trop de choses se sont passées depuis.

Le croupier m'invite à ne pas bloquer la partie ; je m'invite à ne pas bloquer définitivement la partie de ma vie par un faux pas regrettable. D'un geste machinal, je mise une poignée de jetons sur les nombres pairs ; et d'un ton de confidence, je dis :

Ça me fait plaisir de revoir un visage amical. Laisse-moi t'offrir un verre.

Color Code HTML:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Théodora Winchester
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 206
Lun 24 Avr 2017 - 21:44
Théodora Winchester
Rien ne va plus, les jeux sont faits.

Théa observe la fourmilière quelques mètres plus bas, derrière la vitre teintée d'un des salon VIP qui trône au dessus de la salle principale du Miaoussino. Le casino est bien rempli ce soir, pas de doute la direction doit se frotter les mains devant tant de consommateurs dilapidant leur argent à tout va.
Depuis la réouverture de l'île Mirabèce Théodora n'a pas eu beaucoup le temps de souffler. Son frère aîné semble l'avoir piégée à son propre jeu. Elle voulait être le centre de l'attention de la famille ? Soit, elle se chargerait donc de rencontrer les célébrités qui pourraient potentiellement être de futures égéries pour la marque de bijoux Winchester. Les réunions et entretiens se sont enchaînés et l'endurance de la jeune femme a été mise à rude épreuve, sa découverte du monde des dresseurs n'a pas aidée, cela a même ébranlée sa détermination. Elle a doutée de sa motivation à vouloir récupérer l'héritage de sa famille, et cela lui a été fatale. Même blessé un Némélios a toujours ses crocs, Audric le lui avait prouvé.
Mais Théodora n'a pas dit son dernier mot, elle trouverait un moyen de se tirer de cette situation et de rendre la pareille à son frère. Mais pour l'instant elle doit souffler, il faut profiter du peu de repos dont elle peut bénéficier. Alfred s'approche d'elle en lévitant lentement comme à son habitude, il remet en place sa petite cravate noire et lui désigne un point dans la grande salle. Curieuse, la demoiselle suis la direction pointée du regard.

"Qu'est-ce qui vous arrive Alfred vous a..."

Un sourire se dessine sur le visage de Théa alors qu’elle observe les cheveux couleurs argenté entourant le premier visage amical qu'elle voit depuis un long moment. Sans perdre un seul instant elle remercie Alfred et se dirige vers la sortie du salon, le bas de sa longue robe pourpre glissant délicatement sur le sol. Certes elle est fatiguée mais ce n'est pas une raison pour donner une mauvaise image de sa famille, Théa porte un petit collier de perles et une bracelet en argent orné d'une petite pierre rouge pour accompagner les coutures couleur diamant de sa robe.

La jeune femme fend la foule sans vraiment prêter attention aux gens autour d'elle, pendant ce temps Alfred peine à suivre, bloqué à plusieurs reprises par les serveurs ou les clients du casino. Finalement Théodora atteint la table de roulette où se trouve son amie, alors qu'elle semble discuter avec un homme à l'air tout sauf honnête assis devant une grande pile de jetons. Mais ce qui surprend le plus la jeune femme c'est le garçon qui se tient juste à côté de l'inconnu, Timothy, le dresseur avec qui elle avait participé au tournoi en duo.

"Mademoiselle Winchester, c'est rare de vous voir à ma table, que me vaut ce privilège ?"

La jeune femme sourit poliment au croupier et s'installe sur l'une des chaises autour de la table, un peu à la gauche d'Elisthel et d'une autre demoiselle couverte de bijoux, dont certains de la marque de sa famille.

"Eh bien je me suis dit que je pourrais venir saluer une amie et au passage surveiller qu'elle ne soit pas au prise avec l'un de vos clients douteux." Théa adresse un sourire toujours aussi polie à l'homme qui discutait avec Elisthel. "Et à ma grande surprise je retrouve également une seconde connaissance, cela fait bien longtemps que je ne vous avez pas vu Timothy, comment vous portez vous depuis le temps ?"

Alors que Théa termine ses salutations, Alfred parvient ENFIN à rejoindre la table, transportant avec lui la sac contenant les jetons de sa dresseuse. Le pokemon psy dépose le tout près de Théa et remet ensuite sa cravate avant de s'incliner poliment en direction de chacun des joueurs présent et du croupier.

"En tout cas je suis ravie de te revoir Elisthel, qu'est-ce qui t'amène ici ? Je croyais que le feu des projecteurs n'était plus si passionnant."
Alors qu'elle discute Théa fait glisser une petite pile de jetons sur la couleur rouge.
"Rassurez vous Antoine, je ne vais pas demander à Alfred de me faire gagner ce soir."

La croupier laisse échapper un rire nerveux et lance la roue, "les jeux sont faits".
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elisthel Firefly
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 1070
Mar 25 Avr 2017 - 0:33
Elisthel Firefly
Elisthel observe Troy. D'abord perturbé, l'homme finit par adopter une attitude plus calme. Lui-même ne sait pas quoi donner comme explication, hein ? Elle dévisage d'un air distrait le jeune homme à ses côtés, qui apparemment vient de devenir Maître d'arène de Médéa. C'est la première fois que Mhyone aura un cinquième champion. Et cela veut aussi dire qu'elle devra forcément venir l'affronter un jour. Mais alors que Troy se propose de lui offrir un verre sous le sourire narquois de sa cousine, c'est une autre vieille connaissance qui débarque, l'air pimpante et joyeuse. Théa. Le sourire d'Elisthel grandit progressivement avant qu'elle ne se jette dans ses bras, très heureuse de retrouver son amie. Sa cousine zieute la nouvelle arrivante, avant de pousser un léger soupir et de se tourner vers elle, en une simple révérence trop parfaite.

« Mes salutations, mademoiselle Winchester. Moi qui croyait que ma cousine ne fréquentait que des gens de bas étages, me voilà obligée de réviser mon jugement. Elle tourne son regard vers Elisthel. Tu aurais pu nous présenter plus tôt. J'aime beaucoup ce que votre famille fait. Elle lève son poignet pour montrer le bracelet bien trop brillant. Mais au moins maintenant je comprends comment tu as pu te fournir cette robe. Elisthel rougit, le prix qu'Allen avait échappé lui revenant douloureusement en tête. A nouveau, Lucinda se tourne vers Théa. Lucinda Aénor. Je suis la cousine d'Elisthel.
-... C'est elle, qui m'amène. Il se trouve qu'elle va prendre la suite de Grand-Père.
-Il faut dire que tu t'es défilée avec une lâcheté médiocre. »

Elisthel ne pipe pas mot, préférant se retourner vers Troy pour accepter son offre. Là, un verre ne lui fera pas de mal. D'autant que cela leur permettra de discuter. Cette... Elle lève les yeux au ciel pour mâcher ses mots. Cette insupportable cousine ne lui rendait pas la vie facile. Pour couronner le tout, c'est Noctis qui débarque, un énorme tas de jetons dans les bras. Lui, il a triché, c'est sûr. Il a un grand sourire fier sur le visage, mais vu la petite troupe attroupée, il le ravale vite. Il ne pipe pas mot, s'écartant légèrement pour se contenter de parier sur un chiffre complètement aléatoire. Visiblement, il ne trichera pas. Elisthel comprend rapidement pourquoi ; Alfred le dévisage. Aha.

« Sinon... Que deviens-tu, Théa ? Ça fait un bout de temps que je ne t'ai plus vue. Elle tourne son regard vers Troy, comme pour lui poser à lui aussi la question. Elle attend vaguement la réponse, avant de dévisager à nouveau Timothy. Timothy... c'est ça ? Je pense que nous aurons l'occasion de nous affronter plus tard. »

S'il était champion, ça ne faisait aucun doute. Mais déjà, la roue se remet à tourner. Tournent les vio, tournent les vio, tournent et s'en vont... Et finalement, s'arrête. Un numéro, un vainqueur. Chacun braque son regard sur le chiffre, cherchant à savoir à qui appartient la mise.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timothy Boote
Région d'origine : Unys
Expérience : 1918
Mer 26 Avr 2017 - 23:39
Timothy Boote
Complètement ravi de l’annonce que je venais de recevoir, j’étais perdu dans mes pensées et ne préoccupais pas vraiment de ce qu’il se passait autour de moi. J’étais déjà en train de prévoir comment j’allais m’organiser, où j’allais m’installé en ville, dans quel type de bâtiment j’allais m’installer, quel genre de combat j’allais proposer et ainsi de suite. Pendant ce temps-là, j’entendais tel un fond sonore les propos que s’échangeaient mon voisin de table et la nouvelle arrivante. Je ne suis pas capable de me souvenir de ce qu’ils racontaient puisque je n’ai pas écouté. Ce n’est que lorsque j’ai entendu le croupier prendre la parole suite à l’arrivée d’une nouvelle joueuse que j’ai repris conscience qu’il se passait des choses autour de moi. Il parlait à une certaine Mademoiselle Winchester et ce nom me disait quelque chose. Lorsque j’ai vu la propriétaire de ce fameux nom, je me suis rendu compte qu’effectivement je connaissais cette personne puisqu’il s’agissait de la femme avec laquelle j’étais en binôme lors du tournoi de Minami. Il m’a fallu quelques secondes pour me souvenir de son prénom, mais il est revenu assez facilement, il s’agissait de Théodora !

Vu la façon dont le croupier lui parlait et dont elle lui répondait, je me suis rendu compte qu’elle devait être quelqu’un d’assez important dans la région. En revanche, je n’avais pas la moindre idée de pourquoi c’était le cas. Quoi qu’il en soit, il y avait à cette table trois femmes qui semblaient avoir d’importants moyens et de l’influence. Heureusement que je venais moi-même de prendre de l’importance en rejoignant les rangs des champions de Mhyone, mais je me sentais tout de même pas à ma place. Ce sentiment s’est encore quelque peu exacerbé quand Théodora s’est adressée à moi pour demander comment j’allais depuis la dernière fois que nous nous étions vus. Certes, c’était extrêmement gentil de prendre de mes nouvelles, mais sa façon de s’exprimer me perturbait quelque peu, je n’avais pas l’habitude d’être autant considéré de la part de mes interlocuteurs. Enfin, c’était peut-être déjà arrivé, mais je n’y avais probablement pas fait attention étant donné que je faisais tout pour mettre de la distance entre moi et les autres jusqu’à il y a peu.

Alors que la demoiselle venait de terminer de s’exprimer, un pokémon portant une cravate venait d’arriver en se téléportant à nos côtés, un gros sac de jetons avec lui. J’avais déjà vu ce pokémon lors d’une de mes explorations du Manoir de Dulem, il s’agissait d’un Abra et de ce que j’en savais, ils ne savaient rien faire mis à part se téléporter. Enfin, il semblerait que celui-ci connaisse la politesse puisqu’il a salué toutes les personnes autour de la table. D’après ce que je voyais, il appartenait à Théodora puisqu’il se tenait à ses côtés. Il s’agissait donc d’un autre de ses pokémons, je ne l’avais pas vu celui-là lors de notre dernière rencontre. Suite à cela, elle s’est remise à parler à sa voisine de table puis au croupier. Les propos qu’elle a tenus à celui-ci m’ont assez étonné puisqu’elle a parlé de demander à quelqu’un de la faire gagner. Est-ce qu’elle agissait comme ça habituellement ? Je ne la croyais pas ainsi, mais si c’était elle-même qui le disait, il y avait peut-être un fond de vrai dans toute cette histoire. J’ai profité de ce moment-là pour répondre à sa question :

-Bonsoir Théodora. C’est vrai que le tournoi de Minami commence à dater maintenant. Sinon, les choses n’ont pas été toutes roses depuis, mais je ne plus les changer désormais. Enfin, j’espère bien régler quelques histoires problèmes tout de même… Et vous, comment allez-vous ?

Suite à ma réponse, c’est l’espèce de bijouterie ambulante sans une once d’amabilité qui a pris la parole pour s’adresser à Théodora. J’ai profité de l’occasion pour appuyer sur la pokéball de mon Motisma à ma ceinture pour le faire sortir. Sans un mot et d’un tapotement de la main sur mon téléphone, je lui ai indiqué de pénétrer à l’intérieur de celui-ci. Une fois fait, j’ai attrapé mon téléphone pour commencer à taper un message. Enfin, c’est ce que je voulais faire croire… En réalité j’écrivais une note pour que Monarque puisse la lire de l’intérieur et comprendre ce que je voulais qu’il fasse, à savoir pénétrer la caméra de surveillance placée au-dessus de notre table. Depuis celle-ci, il n’aurait aucun problème à surveiller les agissements des uns et des autres pour éviter toute tricherie. Je voulais bien jouer mon argent dans un casino, mais il était hors de question que des tricheurs se permettent de gagner de l’argent sur mon dos ! Le spectre a compris ce que je lui ai demandé et s’est mis en place pour la réalisation de sa mission.

En revanche, plus j’entendais parler la femme arrivée en première, plus elle commençait à me fatiguer avec ses grands airs et sa façon de parler à et de tout le monde. Elle s’est présentée comme la cousine de l’amie de Théodora mais n’arrêtait pas de la dénigrer et de la rabaisser en permanence. Je ne sais pas pour qui elle se prenait, mais ça n’allait pas durer bien longtemps son cirque à celle-là, il fallait qu’elle se méfie ! D’ailleurs, pourquoi attendre ? Autant s’en occuper tout de suite puisque ça me détendrait pour le reste de la soirée. Un autre joueur était en train d’arriver, mais je ne m’en occupais, j’avais le regard fixé sur cette femme. Je ne sais pas vraiment à quoi ressemblait mon expression sur le moment, mais j’espérais bien la rendre aussi froide que possible avant de prendre la parole :

-Bon, tu commences à me gonfler la pimbèche avec tes grands airs ! Tu te crois supérieur aux autres parce que t’as plein de fric et des kilos de bijoux ? Bah, crois-moi, t’es plus ridicule qu’autre chose ! Donc je t’offre un choix à deux positions. Soit, tu te casses maintenant, soit tu restes en fermant t’excusant puis en fermant ta gueule. C’est bon, t’as compris ? Je te laisse prendre ta décision.

Ah, je me lâchais, mais ça faisait un bien fou ! J’avais manqué tellement de choses avec mes problèmes de timidité que j’étais peut-être un peu trop direct désormais… Enfin, c’était trop tard maintenant puisque ce qui était fait était fait ! Lorsque j’ai entendu mon nom, j’ai tourné la tête vers cette Elisthel si je me souvenais bien qui s’adressait à moi. Elle me disait que l’on s’affronterait certainement plus tard. J’imaginais qu’elle devait faire le tour des arènes et qu’il faudrait donc qu’elle passe un jour par la mienne. C’est donc avec un grand sourire que je lui ai répondu :

-Ce sera avec plaisir. Enfin, pas tout de suite puisqu’il faut que j’installe mon arène, mais je serais prêt le jour où vous viendrez !


Avatar par Elisthel. Merci ! o/

#TimGhost

Champion de l'arène de Médéa


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Troy O'Bowen
Région d'origine : Kanto
Expérience : 1250
Jeu 27 Avr 2017 - 2:56
Troy O'Bowen
RIEN NE VA PLUS, LES JEUX SONT FAITS


OST | Blues Brothers - Sweet Home Chicago :
 

Plus on est de fous, moins on rit. N'est-ce pas le fameux adage que tout le monde déforme ? Les connaissances défilent sur le tapis rouge de la luxure, chevelure sous permanente, échasses sous les pieds, ego exhibé en pleine poitrine. Bien en évidence dans le canyon aride que doit être leurs cœurs.

Je signale au serveur de rajouter un détour à son circuit de faux-sourires pour nous venir en aide. Il hoche la tête, lève son pouce en l'air, cligne de l’œil droit.

Vient alors le moment fatidique où je dois rendre des comptes à mon passé. Que deviens-tu, Troy ? J'attise les foudres de la population de Mhyone au nom du Larcin. Je harcèle la veuve et l'orphelin. Je vole aux pauvres pour donner aux riches.

Je deviens.

Un résumé exhaustif digne des plus grands tours de magie. De la poudre aux yeux. Une curiosité boostée aux hormones. Les détails de mon aventure trépidante risqueraient de se perdre dans les méandres de cette multi-conversation. Quelle perte.

Tu es très belle ce soir.

J'ai enfilé mes beaux souliers de diamant et ne compte les enlever qu'à minuit. Du moins, c'est ce que je me répète chaque beau matin depuis bientôt huit mois. Peut-être qu'un jour, de nouveau dans mes mocassins, je retrouverais le goût pour la violence, le cynisme et l'alcool. Des théories trop fades lorsque privées de pratique.

Est-ce que... ?

Le gamin pète une durite. Il choisit son bouc émissaire et lui déverse un torrent de rage salée au visage. Un raz-de-marée violent, haineux, sincère. Reste à discerner si l'explosion latente couvait dans son crâne, ou dans son entrejambes.

Seize rouge ! beugle le croupier devant ce reflux d'audience sorti des ombres. (Son flair de nain renifle les jetons ; son œil de rapace compte les gains.) Ce qui double les mises de Mr. O'Bowen sur les pairs, et Mme. Winchester sur les rouges. Félicitations.

Et il happe aussitôt les martyrs de cette guerre sur son côté du champ de bataille.

En voilà, une partie mouvementée. Nos esprits tournent comme la roulette, nos joues rouges et le regard noir. Je racle mes jetons dans ma poche « Miaoussino » et ôte mes fesses du siège. L'heure est à la retraite anticipée. J'échappe au no man's land infernal, bientôt adapté à échelle humaine, où les joueurs s'impatientent de crever.

Je pose ma veste sur mon avant-bras et gagne celui d'Elisthel. Mon souffle intime s'impose en maître face au brouhaha de nos voisins simiesques.

Des nouvelles de John ?

Color Code HTML:
 
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Théodora Winchester
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 206
Lun 1 Mai 2017 - 21:05
Théodora Winchester
Rien ne va plus, les jeux sont faits.

Théa rend avec joie le câlin à Elisthel alors que la jeune femme aux côtés de son amie semble d'assez mauvaise humeur.

« Mes salutations, mademoiselle Winchester. Moi qui croyait que ma cousine ne fréquentait que des gens de bas étages, me voilà obligée de réviser mon jugement. Tu aurais pu nous présenter plus tôt. J'aime beaucoup ce que votre famille fait. »

"C'est toujours un plaisir de voir une cliente satisfaite. J'espère que la collection d'été vous plaira également. Vous passerez les salutations de notre famille à votre grand-père ? Mon père a toujours insisté pour que nous gardions contact."

Par politesse la demoiselle ne préfère pas poursuivre le sujet concernant le désistement d'Elisthel, après tout elle était déjà au courant et en public Théodora préfère éviter d'attirer une attention qu'elle ne désire pas.

-Bonsoir Théodora. C’est vrai que le tournoi de Minami commence à dater maintenant. Sinon, les choses n’ont pas été toutes roses depuis, mais je ne plus les changer désormais. Enfin, j’espère bien régler quelques histoires problèmes tout de même… Et vous, comment allez-vous ?

"En effet, le tournoi est assez loin derrière moi, mon envie d'être dresseuse s'est un peu perdue en chemin également pour être franche. Mais je garde un très bon souvenir de nos deux combats. En tout cas j'ai cru comprendre que vous étiez le champion de Médéa désormais, j'espère qu'en plus de pouvoir régler vos problèmes vous représenterez fièrement ce bijou de Mhyone."

Un nouveau sourire poli et Théa se retourne vers son principal centre d'intérêt, Elisthel, qui semble en pleine discussion avec l'inconnu qui était à la table il y a quelques instants. la jeune femme pousse un discret soupir déçu et se tourne vers la table, un peu plus animée depuis qu'un autre joueur est arrivé, les bras remplies de jetons.

-Bon, tu commences à me gonfler la pimbèche avec tes grands airs ! Tu te crois supérieur aux autres parce que t’as plein de fric et des kilos de bijoux ? Bah, crois-moi, t’es plus ridicule qu’autre chose ! Donc je t’offre un choix à deux positions. Soit, tu te casses maintenant, soit tu restes en fermant t’excusant puis en fermant ta gueule. C’est bon, t’as compris ? Je te laisse prendre ta décision.

Théodora hausse les sourcils, même si elle ne l'a pas vraiment côtoyé longtemps, dans ses souvenirs Timothy était une personne qui lui avait plutôt paru être discret et même un peu timide. L'entend dire de telles choses était plus que surprenant. Et alors qu'Alfred récupère les gains de sa dresseuse après sa mise sur le rouge, Théa tente de désarmer la bombe que le nouveau champion pourrait avoir déclenché.

"Ne nous emportons pas je vous prie, cette table est certes un endroit où l'on s'affronte mais il n'y a nul besoin de tenir de tels propos. Je pense que vous devriez plutôt vous reconcentrer sur le jeu Timothy, évitons de froisser les égaux des uns et des autresx pour quelques jetons..."

D'habitude plutôt à l'aise avec ce genre de situations, l'héritière Winchester n'est pas certaine d'avoir choisi les bons mots. Les deux personnages autour d'elle lui sont beaucoup trop inconnu pour qu'elle sache comment leur parler. Espérons juste que la cousine d'Elisthel n'ai pas le même caractère que son grand-père.

Pendant ce temps Alfred observe la pile de jetons que Théa vient de remporter et décide qu'en tant que bon majordome, il se doit de faire fructifier les gains de sa dresseuse. Le Abra profite donc que Théodora ne regarde pas et place une pile sur le chiffre 5 puis attend que la roue recommence à tourner, il n'utilisera pas ses pouvoirs cette nuit, mais il se pourrait que le pokemon psy ai quelques problèmes avec les jeux d'argent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elisthel Firefly
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 1070
Lun 1 Mai 2017 - 21:23
Elisthel Firefly
Lucinda Aénor dévisagea vaguement la tâche qui venait de prononcer quelques propos injurieux avant de se reconcentrer sur le jeu. Cela ne lui faisait ni chaud ni froid. Elle observa l'héritière Winchester tenter de calmer le jeu mais intervint rapidement :

« Ne vous inquiétez pas. Je conçois que la classe inférieure ait quelques difficultés à accepter notre supériorité. Ils ne conçoivent pas la chance qu'ils ont. »

C'était avec une amertume non mesurée qu'elle prononçait ces derniers mots. Elle se tourna vers Timothy, l'air calme au possible.

« Profite de ta chance. Tu as la possibilité de faire ce qu'il te plaît, comme ma cousine. »

Elisthel n'osa pas dire quoi que ce soit, baissant les yeux. C'était une subtile remarque qui lui rappelait qu'en refusant le devoir qui aurait dû être le sien, elle avait privée Lucinda à jamais de la vie qu'elle souhaitait. Elle savait à quel point leur aïeul avait le bras long, et surtout une poigne de fer. De son vivant, il ne l'autoriserait jamais à dévier du droit chemin. Et il avait encore de longues années devant lui. Elle fut surprise par la manière dont Troy se rapprocha d'elle. Noctis haussa un sourcil, visiblement intrigué. Elle rougit au compliment, avant de comprendre ce qui l'amenait réellement là. John, bien sûr. Elle lui murmura :

« On s'éloigne un peu ? Pars devant, je dois dire quelque chose à Théa. »

Elle se décrocha de son bras pour se rapprocher de Théodora Winchester. Cette dernière récupérait ses gains – ou plutôt Alfred le faisait. Et il misait davantage, d'ailleurs. Si la dresseuse ne pipa pas mots, elle nota dans un coin de sa tête que le Abra aimait l'argent.

« Théa ! Je reviens d'ici un petit instant, je dois parler à Troy. Mais j'aimerais bien qu'on passe un peu plus de temps toutes les deux, à l'occasion. Tu as déjà mon numéro je crois. Mais appelle moi dès que tu as un moment, on va rester dans le coin un moment avec Noctis... Je te présenterais Noctis. Euh. Il s'est passé des choses depuis Allen, et euh... … BREF. On en reparlera ! »

Elisthel gratifia son amie d'un dernier câlin avant de filer vers le bar pour parler avec Troy.


HRP : Elisthel s'éloigne un moment avec Troy pour parler (voir Au détour d'un chemin).


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timothy Boote
Région d'origine : Unys
Expérience : 1918
Mer 10 Mai 2017 - 23:00
Timothy Boote
L’expression de mon ressenti vis-à-vis de la pimbèche à créer des émules puisque tout le monde a eu une réaction différente. Théodora a été la première à réagir en demandant à tout le monde de se calmer puisque ce n’était pas lieu pour tenir ce genre de discours. Elle n’avait pas tout à fait tort là-dessus puisque je m’étais quelque peu emporté et n’avait pas utilisé un vocabulaire très correct. On peut même dire que j’avais été vulgaire et je regrettais. En revanche, je n’avais aucun regret quant à la teneur de mon propos. Les personnes comme cette femme avaient besoin de se faire ramener sur terre de temps en temps. Ce n’était en rien une attaque contre les riches, mais plutôt contre ceux qui avaient tendance à se croire supérieurs simplement parce qu’ils avaient de l’argent, qu’ils n’avaient même pas gagnés eux-mêmes en général. Je n’avais absolument rien à redire de Théodora par exemple, c’était une personne simple et sympathique qui se comportait normalement et ne faisait pas de différence en fonction du compte en banque de son interlocuteur. À la fin des quelques mots qu’elle a tenus, la dresseuse du Abra m’a dit que je devrais me concentrer sur le jeu plutôt que de froisser les égaux des autres. Ces derniers mots m’ont fait sourire puisque j’ai compris le sous-entendu caché derrière tout cela. Elle voulait me faire comprendre qu’elle aussi c’était rendue compte que la femme que j’avais insultée avait un égo surdimensionné. Je n’ai pas pu m’empêcher de confirmer ce qu’elle disait d’un léger hochement de tête.

En revanche, cette madame je m’aime n’a as du tout eu la même réaction. Elle n’a pas même daigné s’adresser directement à moi au début. Elle a parlé à Théodora pour lui dire que ce n’était pas la peine qu’elle réagisse puisque je faisais parti d’une classe inférieure ne comprenant pas sa supériorité. Non, mais quelle conne celle là ! Heureusement que Théodora était là et que je ne voulais pas la décevoir en recommencer à m’emporter. Dans le cas contraire, je n’aurais pas hésité à lui faire ravaler ses paroles à l’héritière ! D’ailleurs, j’espère pour elle qu’elle n’est pas du genre à se balader seule dans les rues de Médéa la nuit parce que sinon elle risque de se souvenir longtemps de sa promenade. J’avais décidé que si l’occasion se présentait, je lui ferais subir la peur de sa vie avec l’aide de mes compagnons spectraux. Je n’avais pas encore de plan bien défini en temps, mais je comptais bien y réfléchir et saisir ma chance de lui faire regretter sa façon de me traiter. L’ancien Timothy se serait écrasé pour se faire oublier, mais j’étais désormais le champion de Médéa et il était hors de question qu’on me marche sur les pieds !

Elle m’a ensuite parlé pour m’expliquer que j’avais de la chance ou je ne sais trop quoi. Je n’ai même pas cherché à comprendre quoi que ce soit à la situation. Je lui ai adressé un geste d’agacement avec la main pour lui faire comprendre qu’elle pouvait me dire ce qu’elle voulait, je n’en avais strictement rien à faire. Je me contrôlais pour ne pas recommencer à lui cracher mon venin au visage alors je n’avais pas envie d’écouter les autres conneries qui allaient sortir de sa bouche. La dresseuse qui était venue avec elle et comptait me défier un jour à l’arène n’a pas dit un mot aux propos de sa cousine, si j’avais bien compris leur lien de parenté. Néanmoins, je voyais bien à sa façon de se tenir et de baisser les yeux qu’elle n’était pas du tout faite du même bois. Elle avait l’air beaucoup plus sympathique et pas noble pour un sou. En revanche, elle se laissait complètement écraser par la présence de sa cousine. Je trouvais ça dommage pour elle, mais ce n’était pas à moi de me permettre d’intervenir dans des relations familiales. D’autant plus que je n’étais pas de la même classe qu’elles comme me l’avait si bien dit l’arrogante.

L’homme qui était à la table depuis le début et m’avait conseillé sur la meilleur façon de miser s’est approchée de la dresseuse qu’il connaissait avant qu’ils ne s’éloignent ensemble suite à quelques derniers mots entre elle et Théodora. Je n’ai pas suivi ce qu’elles se disaient puisque quelque chose d’autre attirait mon attention sur le coup. Le Abra de mon ancienne binôme au tournoi s’était décidé à jouer de lui-même en posant les jetons de sa dresseuse sur la table. C’était bien la première fois que je voyais une telle chose. Un pokémon qui jouait au casino, c’était assez étonnant ! Je savais que certains pokémons aimaient l’argent, c’était notamment le cas des Tutankafer qui sont fait et mangent de l’or. C’était peut-être aussi vrai pour les Abra, je n’en savais rien puisque j’étais loin de connaître tous les pokémons et celui-ci faisait partie de la longue liste de ceux qui m’étaient inconnus ! Quoi qu’il en soit, il avait raison, il était temps de jouer. J’étais venu pour ça, pas pour m’énerver contre la première venue. J’ai donc attrapé une poignée de jeton pour les déposer sur les noirs. En attendant que les choses évoluent, j’ai continué à regarder le pokémon de Théodora tout en lui demandant :

-Je ne connais pas grand-chose des Abra, est-ce qu’ils sont tous joueurs ? Et vous ne trouvez pas ça risqué de confier votre argent à un pokémon qui le mise. Personnellement, je n’oserais pas sauf pour m’assurer qu’il garde précieusement mes économies contre de possibles vols. D’ailleurs, j’y pense, vous m’avez dit que vous aviez perdu l’envie d’être dresseuse, mais je ne me souviens pas de cet Abra quand on a combattu ensemble.


Avatar par Elisthel. Merci ! o/

#TimGhost

Champion de l'arène de Médéa


 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Ile Mirabèce :: Médéa :: Le Miaoussino-
Sauter vers: