:: Mhyone :: Nox Illum Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Festival des Lumivoles, deuxième édition

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
avatar
Région d'origine : Johto
Expérience : 5
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Juin - 19:10
«Mamaaaaan, elle m'a volé ma piñata !»

«Oh c'est bon, t'es bruyant ! Déjà de un, il y a pas ton nom marqué dessus, et de deux, c'est moi qui ai gagné le combat, alors c'est moi qui l'ouvre. Voilà, oust !»

N'importe quoi ! Ils doivent avoir le même âge, et ce gamin pleurniche comme s'il venait de perdre son doudou. Il est où son amour propre ? C'est son problème s'il a voulu régler ça de façon traditionnelle, hein !

Il devait pas s'attendre à ce qu'elle soit aussi forte, héhéhé.

«Je vais le dire !»

«Bah vas-y, mais lâche-moi un peu, t'es lourd !»

Yuki simule un classique «du balais» avec sa main droite. Qu'il aille retrouver sa maman, sa grande-sœur, ou n'importe qui, mais son incompétence empeste les environs, alors qu'il traîne pas ce tocard.

Ci-fait, la jeune fille se concentre sur le Porygon empaillé. Ça y est, plus qu'à lui faire son affaire. Elle a toujours été chanceuse pour ces choses-là, alors que la chance lui obéisse bien sagement et lui donne le meilleur lot !

De son côté, le petit Marcacrin savoure sa victoire. Il fait des roulés-boulés sur les pavés, toujours à la recherche d'une prochaine victime à humilier. Pour lui, ça faisait longtemps qu'il n'avait pas pu s'amuser autant : depuis que Yuki est à Mhyone, les combats sont de plus en plus rares. Elle a dû s'occuper de plein de paperasse, et sans Papa et Maman, ça reste quand même un peu compliqué.

Elle est vraiment pas douée pour ça.

Mais là..

Il y a beaucoup de gens. Beaucoup de gens à défoncer.

La petite boule de poils dévoile un sourire malsain.

HRP : Je suis tombé sur la CT, je suis juste débile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 551
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Juin - 20:43


Enfin chez elle ! Hélène s’affala sur son canapé-lit complètement extenuée. Plus jamais de voyage en Dracolosse ! Ce fou de scientifique le lui avait ‘’gentiment’’ prêté pour le voyage Port-Mirage – Nox Illum. Cependant, Hélène ne voulait pas perdre son temps. La capitale était en effervescence.  Pour cause, le fameux festival des Lumivoles se produisait cette nuit. La jeune femme ne pouvait pas louper cet évènement. Pour l’occasion, elle avait acheté une tenue traditionnelle.

Accompagnée de son appareil photo et d’Hélios, elle dévala l’escalier du dernier étage jusqu’au rez-de-chaussée. Cette fois-ci, elle laissa le lionceau en dehors de sa pokéball malgré cette peur de le perdre en plein milieu de la foule. Tant pis ! Au moins, il profiterait aussi de la soirée.

Hélène n’arrivait pas à contenir son excitation, elle voulait voir les stands uns à uns. Une seule nuit, c’était bien trop court. Elle craqua pour une barbe à papa. Ça lui rappelait les forains qui venaient de temps à autre s’installer à Illumis. Elle y allait toujours avec son amie d’enfance. Que de souvenirs et de nostalgie… Hélène espérait pouvoir croiser une de ces connaissances. Comme le disait le dicton : « plus est de fous, plus on rit ! » Oui, ce serait amusant de croiser une personne qu’elle connaissait.

Le Hélionceau semblait tout aussi attiré par l’odeur de la nourriture que sa dresseuse. Il lui lança son regard le plus malheureux et le plus attendrissant qu’il soit. Hélène ne résista pas. Elle prit une barquette d’aile de poulet juste pour le félin. Pour ne déranger personne, elle se recula dans une rue perpendiculaire. La barquette à terre, Hélios se rua dessus tel un affamé. Pourtant, Hélène lui avait donné des croquettes juste avant de sortir… Le lionceau n’en fit qu’une bouchée. En allant jeter les déchets à la poubelle, un énorme Porygon attira son œil. Une piñata. Hélios la regarda. Fesses en l’air, il s’apprêtait à bondir dessus.

-Vas-y Hélios. Je sais que tu veux sauter dessus.

Le chat bondit sur le Porygon. S’il n’avait pas été en papier mâcher, Hélène aurait sûrement eut de la peine pour le Pokémon… Hélios déchirait le moindre bout de papier, ne leur laissant aucune chance de rester intact.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 5958
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Juin - 20:43
Le membre 'Hélène Mellecoeur' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Pinata' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Unys
Expérience : 161
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Juin - 23:17
« Qu'est-ce que c'est ? »

Charlotte écouta vaguement les explications du vendeur. Bof. Rien ne valait l'expérimentation. Elle croqua à pleines dents dans l'aliment embroché, avant d'ouvrir ses yeux d'émerveillements. Incroyable. C'était mangeable et mieux même : c'était bon. Elle observa son oiseau d'or qui piétinait à ses côtés, attirant l'attention de tout le monde. Elle finit par lui tendre le bâton, qu'il dévora en un coup de bec. Elle lui sourit. Il faisait bon vivre à Mhyone. Surtout en période de festival. Elle avait fait son rapport et profitait pleinement de ce que les écoliers appelaient vacances d'été. L'endroit était animé, et somme toute assez amusant.

« Hé hé, t'as un eu un truc dans la pinata toi ?
-Héhé, regarde mon super porte-clef ! »

Charlotte se tourna vers les deux jeunes dresseurs qui avaient la conversation, s'interrogeant. Elle attrapa son téléphone, où Al' l'informa de l'événement spécial du jour. Hmmmm.... Un brin intriguée, elle observa son type acier.

« César. Rapporte moi une de ces pinata. »

L'oiseau métallique décolla à toute allure, survolant Nox Illum à la recherche d'un bout de papier coloré. Coloré et en 3D, s'il vous plaît. Charlotte patienta quelques minutes en dévorant une nouvelle spécialité locale, avant que finalement son partenaire ne revienne avec une de ces fameuses... pinata.

« … Bon, eh bien détruit là. »

L'oiseau métallique découpa l'objet.

HRP : Pourvu que ce ne soit pas un Ratata.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 5958
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Juin - 23:17
Le membre 'Charlotte Evans' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Pinata' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kalos
Expérience : 45
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Juin - 20:31

Agathe regardait le paysage qui défilait devant ses yeux.
Eilenn avait assisté pour l'emmener à ce fichu festival situé à Nox Illum, en plein cœur d'une ville. Et de plus, la plus grande ville de tout l'archipel !
Étant arrivée depuis peu à Mhyone, la jeune femme n'avait aucune envie de retrouver la ville alors qu'elle venait tout juste de quitter Illumis pour changer d'air et vivre surtout dans la campagne.
Mais les arguments de celle qu'elle considérait comme sa tante avait réussi à la convaincre, et de toute manière, elle n'aurait pas eu d'autres choix que de venir.
Apparemment, il y avait plein de belles photos à prendre et des cadeaux gratuits pour chaque personne assistant au festival.

Et malgré la distance entre bord-au-vent et Nox Illum, le trajet sembla passer assez vite.
Elle qui s'était pourtant juré de ne pas remettre les pieds dans une ville avant longtemps...

Néanmoins, elle ne fut pas déçue d'être venue : il y avait des guirlandes accrochées un peu partout, des stands de tout et n'importe quoi, et des gens, des gens qui souriaient.
Ce simple spectacle lui mit le baume au cœur et elle ne put s'empêcher de préserver cet instant dans une photo.

-Clic ! C'est dans la boîte !


Bien que l'absence de couleur était marquante, Agathe restait ahurie devant la beauté de cette ville déguisée.
À Illumis, elle n'avait pas eu l'occasion d'assister à des festivals ces derniers temps, et elle était heureuse d'enfin pouvoir revivre ces moments. Et elle décida de faire profiter de cet instant magique à Hana, sa flabébée. Le petit pokémon chromatique sembla premièrement impressionné par ce nouveau paysage mais il finit vite par s'habituer.

Eilenn entraîna la fille aux cheveux gris dans les ruelles jusqu'à atteindre la grande rue, où Agathe put constater que de nombreuses attractions avaient été installées pour l'occasion. Sur la place centrale qui donnait sur la grande rue, une sorte d'attraction à Pinatas attira l'attention de la jeune femme. Elle fit signe à Eillen et Hana de la suivre puis se dirigea devant l'étrange objet destiné à être brisé.
Un simple regard complice avec la flabébé lui suffit pour se faire comprendre et le petit pokémon son attaque fouet liane afin de briser l'objet pour en dévoiler une surprise.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 5958
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Juin - 20:31
Le membre 'Agathe Dobrev' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Pinata' :
Revenir en haut Aller en bas
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 878
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Juin - 17:43

Elle profita de l’introduction pour se placer, les mouvements encore lents, paresseux, ménageant ses effets, les visage grave, une main dans les cheveux. Une première voix, féminine, se fit entendre dans le public pour l’encourager. Les percussions frappèrent. Elle plaça soudainement ses appuis au sol, attirant l’attention sur elle avant de se laisser descendre, les jambes pliées, avant de déplacer son poids sur une jambe, se relevant, ondoyante, se laissa tourner lentement sur une jambe. We built these walls of steel and what a waste of time, You went ahead and made them crumble just one night. Sa main fit le mouvement d’aiguilles sur son poignet, en rythme avec les basses. Elle s’éloigna, tournant en souplesse. Elle ouvrit ses mains en griffes sur une basses plus lourdes et broya une masse invisible entre elles. Ses cheveux sautillaient devant son visage plissé de colère. Elle se jeta vers la droite, ramenant ses bras contre elle avant de les rouvrir, la moue méprisante, avec l’air de demander, d’exiger quelque chose de son public ; qu’elle pointa ensuite brutalement, le bras tremblant, prêt à briser, avant de le lever. I bend, you break. This loooove ~

Ses mains se serrèrent sur son corps, moulèrent les formes de sa gorge, de son ventre. Elle baissa les bras et marcha lentement, dignement, pour reprendre place, avant que le premier chorus ne frappe, et elle avec. Elle avança à renfort de coups de pieds, tout le corps secoué de saccades, avant de décocher un coup de pied dans le vide qui sembla se répercuter dans tout son corps. She’s gonna take the heat… Baby I guess she’s better, better than I’ll ever be. Elle se déhanchait, se débattait, le visage torturé de cet amour perdu, tordant tout son corps. Le premier refrain démarra, relativement court. Elle ondoya, les hanches souples, dans toutes les directions, reculant, rejetant la comparaison avec sa rivale invisible. Elle leva progressivement les mains au-dessus de sa tête et retint difficilement un sourire. Elle l’avait entendu parmi les autres voix. Elle l’attrapa du regard alors que ses mains redescendaient doucement le long de son visage avant de pirouetter vers le prochain couplet. Le savoir là apportait un nouvel enjeu à sa danse, l’encourageait à se montrer encore meilleure, plus vive, plus inventive.

Thank God she came between us. Ses bras se refermèrent devant son visage dur, croisés, les mains en poings, scellant les portes d'un paradis. Puis ses mains se relevèrent devant son visage, ouvertes, le masquant, avant de revenir le long de son corps et de ses courbes, lascive, avant de revenir à des gestes plus secs, soulignant la perte. Le refrain reprit, mais sur une gamme différente. Elle recula par à-coups, rejeta sa jambe avec colère, mais s’élevait progressivement au-dessus de ça. Elle ondoya, laissant planer un doute.

Le rythme ralentissait, les accords montaient à leur apogée. Ses mouvements se firent plus lent, en contre-temps, son pas imitant une sorte de salsa, son corps ondulant avec les membranes des enceintes. Elle ralentit encore, s’arrêta, pointant ses doigts en fusil sur son admirateur. Les accords atteignaient leur paroxysme. La chanteuse hurla ; elle pointa dans les différentes directions de son public puis tourna sur elle-même, vrillant, tournoyant, puis s’arrêta brutalement, cambrée. Elle se laissa ployer en avant, un œil provocateur sur Troy, avant de se rejeter en arrière et de s’accorder encore une pirouette sur un pied, les bras croisés derrière la tête. Elle avança, jeta sa jambe à la verticale, revint en roulade arrière, retombant en grand écart, se tourna vers les enceintes, leva un bras pour se relever, la tête en arrière, comme soulevée toute entière par un fil. La chanson s’arrêta brusquement sur ses derniers mouvements saccadés. Elle sourit d’une oreille à l’autre, acclamée par le groupe de danseurs en délire, sans se soucier des chaussures qui volaient.

Elle se laissa retomber en avant, dans une révérence fatiguée, la langue tirée mais toujours souriante, relevant ses index et majeurs en V, en signe de victoire. Elle s’était donnée entièrement, mais elle était heureuse. Elle connaissait peu de choses meilleures. Elle releva pourtant la tête vers une voix qu’elle avait bien entendu. Troy était là. Comme toujours, il était là. Et il la regardait. Il la dévorait des yeux, et elle lui rendit son regard complice, les yeux pétillants. Elle se releva, le souffle encore un peu court et le cœur palpitant, pour le rejoindre.

Coucou toi ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kanto
Expérience : 1250
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Juin - 20:44
FESTIVAL DES LUMIVOLES : LE RETOUR


OST | Velvet Underground - Sunday Morning :
 

Et elle termine sa danse endiablée d'un regard à en faire pâlir les anges. Je l'applaudis, en chœur avec la foule ; un sourire arrache mon visage d'une oreille à l'autre ; je coince mes doigts entre mes lèvres et siffle en hommage aux danseurs.

Puis, Caoimhe me rejoint, encore sous l'effet de ses cabrioles. Le souffle court, les joues rouges, la chevelure ébouriffée, le cœur en émoi. Si naturelle. Si fragile. Et pourtant, elle vient d'éclipser les étoiles de Nox Illum en une poignée de minutes. J'aurais dû la prendre en vidéo. Immortaliser ce moment. Je promène mon regard dans la foule, traque un portable du regard. Hélas, personne ne semble avoir eu l'idée.

Coucou toi ~
Bonjour toi ~

Je la contemple, recule d'un pas pour la mirer sous son plus beau jour. Elle rayonne de mille feux. J'espère secrètement qu'Hélène la canarde de clichés dans l'ombre.

Tu ne m'avais pas dit que tu étais aussi douée. Tu as littéralement illuminé ma journée. Et elle partait très mal, pour te dire à quel point tu danses bien ! Il faut que je te raconte. Ce con de Jack a fendu la capsule technique qu'on venait de trouver dans une piñata ! Oh... mais tu ne dois pas connaître Jack.

Je ne lui ai jamais parlé de lui ni de ma capture improvisée en pleine mer. Donc, non, elle ne connait pas Jack. Et c'est une chance qu'elle verra disparaitre dans quelques minutes, lorsque je lui aurai arraché sa bienveillante ignorance au profit du savoir.

Ok, laisse-moi tout t'expliquer. Mais avant ça...

Je m'approche d'elle, effleure son bras, perd une main sur sa joue, l'embrasse. Et rattrape aussitôt un mois de baisers perdus, savourant celui-ci comme la dernière gorgée d'eau d'une âme égarée en plein désert.

Je retire mes lèvres, souriant bêtement.

Ça m'avait manqué.

Je prends ses mains, les caresse doucement de mes pouces.

Tu sais quoi ? Je vais garder l'anecdote pour plus tard. Pour l'instant, tu as juste besoin de savoir que Jack est un Crabagarre, mon Crabagarre – malgré moi –, et qu'il a tendance à chercher la merde. Ce type a un gros problème d'autorité. Enfin bref, je comptais aller au stand évènementiel du festival pour échanger mon lot avec un autre... Tu veux me suivre ? À moins que tu veuilles tenter ta chance avant ?

Pas de sac sur elle. Aucun lot de piñata. Et son visage nage en plein mystère.

Caoimhe traverse le monde à la recherche de perles, d'aventures à raconter, d'anecdotes et de plats exotiques, mais lorsque lui vient la chance de participer à la coutume de Mhyone, elle ne la voit même pas passer sous son nez. Ironie du sort, quand tu nous tiens. J'aurais presque l'impression que le destin m'a mis sur sa route pour nous rapprocher davantage l'un de l'autre. C'est encore l'occasion de remettre ma casquette de guide pour satisfaire les beaux yeux de madame.

Tu n'es pas au courant de ce qu'ont préparé les festivaliers ? (D'après son visage, non.) Oh, parfait. Troy à la rescousse ! (Je souris naïvement, ma carapace mise à mal.) Vois-tu, chaque année, une horde de Lumivoles et de Mucioles viennent envahir la capitale le temps d'une journée, mais surtout, d'un soir. Tu as dû en croiser sur le chemin, un peu partout, à faire leur petite vie tranquille parmi les touristes. Bref. Au coucher du soleil, la ville organise un rituel en leur hommage. L'année dernière, la maîtresse d'arène de Nox Illum s'en était occupé, et avait dansé avec eux lors d'un ballet aérien aux mille lumières. Très joli, tu verras. Mais cette année, l'organisatrice a mis des centaines de piñata à disposition pour se défouler dessus, et surtout... roulement de tambours... GAGNER DES CADEAUX ! Par contre il va falloir se dépêcher, il n'en reste plus beaucoup. Le but est de tomber sur une pièce, Lumivole ou Muciole ; si deux personnes se présentent avec une paire, ils peuvent prétendre à un cadeau bien plus rare. Il y a des rumeurs sur les lots potentiels, mais pour l'instant, personne n'a récolté assez de pièces pour les confirmer. Mais il pourrait y avoir un cristal Z !

L'étincelle enflammée dans mon regard soutient mon discours : nous devons trouver les deux pièces et profiter tous les deux d'un océan de richesses. Le destin nous est déjà favorable ; cette heureuse coïncidence sera l'extension de sa volonté.

Donc, oui, si ça te tente, on peut se balader dans la ville et traquer des piñata encore intactes. De un : tu as le droit de tout détruire sur ton chemin. De deux : il se pourrait qu'il y ait des porte-clés et des Rattatas dans certains punching-ball. De trois : sérieusement, je rigole pas, tu peux tout détruire, alors fonce et trouve une pièce.

Je lève mon index, plonge ma main dans la poche de mon pantalon, y extirpe mon portable. Je le déverrouille d'un geste du pouce et lance la messagerie.

Laisse-moi juste contacter quelqu'un avant. J'ai une surprise pour toi...

De : Troy O'BowenHey, John, t'es encore dans les parages ? Je dois te présenter quelqu'un. Quelqu'un d'important. Ça te dit de me rejoindre à la Place de l'Étoile dans une demi-heure ?

Mais la surprise n'arrive que dans trente minutes, dis-je d'un clin d’œil.

Color Code HTML:
 
Revenir en haut Aller en bas
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 878
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Juin - 18:27

Il y eu quelques cris, mi moqueurs, mi encourageants quand elle lui rendit son baiser, un bras autour de son cou, l’autre encore contre son bras, lui tenant le coude. Juste assez pour provoquer un petit court-circuit entre ses neurones, pour oublier de faire un doigt d’honneur aux moqueurs, ou de demander qui est Jack.

Ça m'avait manqué.

Elle s’avança, caressant l’arrête de son nez contre le sien, un sourire doux lui flottant sur les lèvres. A elle aussi ça lui avait manqué. Ça, lui. Il lui avait manqué. Ses élans enthousiastes, sa manière de balayer les problèmes d’un revers de main comme un rien. Et son sourire. Son sourire qui illumine tout son visage. Il est beau comme ça. Elle recula un peu pour mieux l’écouter, lui abandonnant complètement ses mains, les balançant faiblement. Elle leva les sourcils, surprise, quand il lui dit que Jack n’était pas un collègue ou un autre contact, mais son pokémon. Elle ne lui connaissait pas l’habitude de nommer ses pokémons jusqu’ici. Et pourtant, ce Crabagarre – encore une espèce qui lui passait au-dessus de la tête – semblait énerver Troy. Le mystère s’épaississait.

Elle l’écouta lui expliquer un peu mieux le principe du festival de Nox Illum en s’éloignant du cercle des danseurs, sa main nouée dans celle de Troy.

J’ai eu raison de danser donc, intervint-elle brièvement, sans même vraiment l’arrêter dans ses explications, même si ses yeux s’ouvraient et pétillaient d’avidité et d’excitation au fur et à mesure qu’il continuait, et dévoilait un peu mieux la teneur des festivités. Elle souriait et piétinait comme une gamine, sa main serrée sur celle de Troy

Attends, t’es en train de me dire que j’ai le droit d’exploser des trucs ? Et légalement ? Mais c’est Noël !!

Elle se rendit compte qu’elle criait et lui colla un baiser sur la joue, espiègle. Elle sortit Ryusei de sa pokéball. Le jeune dragon oublia un instant qu’il était censé être sérieux et sautilla sur place, saisi par l’excitation général, faisant tinter au passage ses écailles avec des graillements de joie.

Tu vois ça ? dit-elle en pointant une piñata déjà éventrée à l’enfant terrible de son équipe. Look for that !

Ils s’élancèrent alors à la recherche d’une proie, Caoimhe tirant Troy par la main, riant déjà de voir son pokémon si orgueilleux s’oublier complètement, d’être là avec Troy à rire, à courir comme des gamins. Ryusei poussa un véritable rugissement en voyant une piñata dans une ruelle oubliée. Sa Dresseuse glapit, plus énergique encore.

GO FOR IT RYUSEI ! TU PEUX T’AMUSER !

Il se lança à toute vitesse vers le Porygon, bondit, fit volte-face en l’air, et décocha un coup de queue mémorable à sa cible, qui partit s’exploser plus loin. Le dragon retomba sur ses pattes, poussant de petits cris vers le ciel, ayant l’air de demander un bis. Caoimhe, elle, tira une moue déterrée, les lèvres rentrées dans son visage avant d’éclater de rire, son sourire revenant de plus belle.

Welp ! J’espère qu’il n’y avait rien de fragile ou de vivant dedans !

Elle se détacha de l’homme pour partir en trottinant vers la piñata, flattant Ryusei au passage, qui la regardait et regardait Troy à la recherche de compliment face à sa superbe Draco-Queue et à sa toute-puissance face à au Porygon démoniaque.
Edit MJ : récompense donnée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 5958
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Juin - 18:27
Le membre 'Caoimhe O'Kelly' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Pinata' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Sinnoh
Expérience : 500
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Juin - 18:30
Ahem.. FESTIVAL ! YAY ! J'adore les festivals. Celui des lumières avant mon accident était vraiment top. Mais celui-là sera sûrement encore plus génial ! "Pourquoi ?" me demandez-vous ? Et bien car j'y vais avec ma Tohkami adorée ! Mais je stresse un peu, j'dois bien avouer, c'est la première fois que je vais a un événement comme ça avec une fille, je savais pas comment m'habiller ni rien, et mon équipe était pas super utile pour m'aider. Sauf Soul. C'est lui qui a choisi ma tenue. Ce Funécire, quand il ne met pas au point des plans machiavéliques, est un don du ciel.

~FLASHBACK, PLUS TÔT DANS LA JOURNÉE~

C'est quoi cette tenue, Maitre Ren ? Oú est la cape sanglante ? Bien que le noir de votre costume soit très bien, ça manque de rouge ! Comment voulez-vous montrez votre puissance incommensurable, et la mienne, dans une tenue sans envergure ?

Le Funécire me tourne autour, visiblement déçu de mes habits, un simple costard noir, en oubliant la cravate et laissant la veste ouverte pour laisser une touche décontractée. Mais le machin était loin d'être satisfait.

Tenez. Mettez ça. Et ça aussi.

Il me lance un t-shirt rouge, et ma cape. Bon bah c'est officiel : mon Funécire est styliste. En plus d'être sur la voie de la domination mondiale. Ok.

... Déjà mieux. MAIS SOYEZ PLUS FIER. LA TÊTE HAUTE, MAITRE SEISHIN !

Long soupir de ma part. Cette session d'habillage allait être longue.

~RETOUR AU PRÉSENT~

Oh boy j'suis devant la porte de Tohkami. Je stresse. Soul, qui est sur mon épaule un air satisfait au visage, est tout fier d'avoir réussi a me faire m'habiller comme il le voulait, dans un code couleur noir et rouge qui contrastait fort avec mes yeux et mes cheveux azur. Bon. Allez. Heure de vérité. J'appuie sur la sonnette et...

-"Salut !!! Je suis vraiment contente de te voir ce soir. J’avais peur de passer la soirée toute seule. Comment tu me trouves dans cette tenue ? Je sais que tu m’avais déjà dit que tu l’aimais bien mais les circonstances étaient différentes à ce moment là."

Omph. Elle venait de se jeter sur moi, et de me serrer tendrement dans ses bras. Étreinte que j'avais évidemment rendue. Je m'écarte un peu pour voir la tenue qu'elle a choisi et... Le rouge monte instantanément a mon visage. Elle est resplendissante. J'espère que les fringues que Soul m'a choisie sont a la hauteur...

-"Je suis super heureux de te voir aussi, Tohkami ! Tu sais bien que je ne te laisserais jamais seule, hein ?.. Et tu es la plus belle, cette robe te va a ravir, mon coeur !"

Grand sourire, masquant difficilement la rougeur de mes joues, et nous voilà partis vers le festival des Lumivoles ! Les rues sont bondées, pleins d'attractions et tout, c'est génial ! J'ai l'impression d'être un gosse mdr. Justement, en parlant de gosse, Candy s'éclate. Elle hurle, cours partout, fait n'importe quoi... Mais adorablement n'importe quoi. Smokey me suit juste, étonnement docile, il lance juste des regards fiévreux vers chaque Pokémon apte au combat qu'il croise. Les Ace se sont accrochés dans mon dos, par dessus la cape, et émette des grincements joyeux. Soul, lui, trône sur ma tête, une lueur joyeuse dans le regard. (Soit le festival le rend joyeux, soit il imagine ce monde en train de brûler.)

Au détours d'une rue, deux pinatas nous attendaient, J'ADORE CES CHOSES. TU FRAPPE UN TRUC POUR GAGNER DES BONBONS. C'EST GÉNIAL. Mais fallait le faire de manière classe. Sinon c'est pas marrant. Prenant donc mon élan, je dégainais lentement les lames jumelles de mon dos, et chargea héroïquement mon adversaire en papier mâché.

-"ACE, VENGEANCE !"

Cette attaque est trop classe, et son nom aussi. Ça fait anime as fuck. Bon, en espérant que la carcasse de la chose contienne quelque chose de bien ! (J'y compte pas trop, vu ma chance.)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 5958
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Juin - 18:30
Le membre 'Ren Seishin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Pinata' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kanto
Expérience : 1250
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 10:31
FESTIVAL DES LUMIVOLES : LE RETOUR


OST | Velvet Underground - Sunday Morning :
 

Ce Bébécaille a de la hargne, la rage de vaincre, la soif de gagner. Ou simplement une envie aigüe de se défouler sur des cibles inanimées. Mot de passe de démarrage du programme [KILL_3M_4LL] de la machine de guerre : "Tu peux t'amuser."

Je rattrape Caoimhe, passe ma main sur son dos et lui souris, si... fier d'elle.

Ooooh, bien sûr que si il y a des choses fragiles et/ou vivantes là-dedans ! Comme des capsules techniques. Ou des Rattatas. Mais Acacia a dû prévenir le problème en organisant un service après-casse du tonnerre. Enfin, j'espère. On continue ? Je connais un coin où que peu de personnes connaissent, un peu reculé. À cinq, dix minutes d'ici. On pourrait y faire un rapide aller-retour avant... ta surprise.

Je ricane doucement, alimente le mystère, espère lui faire penser à d'étranges hypothèses. Un humble cadeau ? Une bague de fiançailles ? Ou pire encore ?

Je me tais, un sourire gravé sur les lèvres. Elle le saura bien assez tôt.


Color Code HTML:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Sinnoh
Expérience : 168
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Juin - 16:58
Les festivals, ce n’est pas vraiment mon truc. La faute à un décalage flagrant vis-à-vis des personnes qui peuvent m’entourer. Ils s’amusent, gesticulent dans tous les sens au rythme d’une musique qui m’est complètement étrangère. Certes, je peux en prendre plein la vue. D’ailleurs, c’est souvent le cas. Sauf qu’à la longue, cela devient ennuyeux. Un bien–pensant a nommé ce fait « être blasé ». Des couleurs vives, des stands lumineux, des costumes traditionnels. C’est beau, mais cela devient également redondant au bout d’un certain temps. Skygge a essayé de me traîner à sa suite, des années durant, au festival organisé à Frimapic. Puis celui du printemps à Floraville. Un long voyage pour un bien piètre événement, si vous voulez mon avis. J’ai râlé, Skygge a râlé, puis nous avons passé le chemin du retour sans lancer le moindre coup d’œil à l’autre. Ambiance. Il dit que je suis buté, j’avance le fait que c’est partout pareil. Il s’émerveille, je me renfrogne. Une telle distance entre nos deux visions entraîne immanquablement quelques conflits. L’année dernière, il n’a pas cherché à me forcer la main. Il y est allé avec quelques connaissances, puis à passer la soirée suivante à se plaindre de l’ambiance sur place. Comme quoi, c’était exactement la même chose que la dernière fois.

J’ai difficilement ravalé mon expression faciale pour le « je te l’avais dit ».

Alors, pourquoi ? Pourquoi me balader dans la rue, au beau milieu du festival des Lumivoles à Nox Illum ? Si Skygge me voyait, il serait dingue. Je pourrais même avoir le droit à l’affectueux qualificatif de « traître ». Chose amplement mérité. J’ai quitté Sinnoh pour changer d’air et me changer un peu moi-même. Ce que, présentement, j’essaye de faire. Seulement, cela n’a pas la même saveur que les autres fois. Il y a la joie, des lumières partout, des attractions à avoir le porte-monnaie vide. Il fait doux, également. Ce qui contraste énormément avec les festivités hivernales de Frimapic. Toutefois, il manque ce petit quelque chose qui pourrait rendre ces festivités encore plus attrayantes. Ce grain de folie matérialisé par mon ami resté au pays. Soudainement nerveux, je passe une main sur ma nuque. Trop de sentimentalisme.

J’ai une pinata à éclater ce soir. Pas de temps pour les sentiments.

Adieu bons sentiments. L’appât du gain est ce qui motive essentiellement ma venue en ces lieux. Ce pour quoi je me faufile entre les passants, en râlant intérieurement sur la lenteur de ceux-ci. C’est dingue de pouvoir seulement faire cinq mètres en cinq minutes. Certes, il y a ces attractions. Certes, les artistes dans les rues, les couleurs qui se rencontrent, tous ces éléments attirent l’attention et ralentissement la circulation. Il n’empêche que j’exècre cette foule immobile, fascinée par un même point et qui bloque le passage. Qui trouve même le culot de sortir tout un tas d’insultes si elle se fait bousculer. J’ai eu le malheur de vouloir m’excuser auprès d’une petite vieille bousculée par inadvertance. Maintenant, je file sans demander mon reste. Merci, mais non merci. Ces festivités prônent la joie et la bonne humeur, mais ils ne supportent pas de devoir reconnaître leurs tords.

Stupidité humaine.

Un attroupement de gosses attire l’attention de Pandore, qui ne tarde pas à me le signaler. La Wattouat sait exactement ce que l’on fait ici ce soir. Trouver une chose bizarre, qui à une vague forme de Porygon, et qui peut potentiellement mener à un regroupement de personnes. Autant dire que mon pantalon ne ressemble plus à rien au niveau de ma cheville. Je suis la direction qu’elle m’indique et écarquille les yeux lorsqu’un Porygon se met à voler au-dessus des têtes. Si Acacia souhaitait créer des bagarres entre des gosses avides de toujours en avoir plus, elle pouvait se féliciter. Tout comme je pouvais remercier mes parents pour m’avoir transmis des gènes me permettant d’être plus grand que ces mioches. Et plus rapide. Ni une, ni deux, je me saisis du Porygon volant. Un regard en arrière pour graver dans mon esprit l’image des gosses et de quelques parents dégoûtés, puis je file.

Ce n’est qu’une fois dans une rue parallèle au gros des festivités que mon larcin se retrouve éclater par terre.



#749AC6 - TCard
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Mhyone :: Nox Illum-
Sauter vers: