:: Ile Mirabèce :: Port-Mirage :: QG du Sceau Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prendre la température [PV. Charlotte Evans] 20/05

avatar
Région d'origine : Kanto
Expérience : 1250
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 04 Juin 2017, 16:25
PRENDRE LA TEMPÉRATURE


OST | Bridge of Spies - Rain :
 

L'échec cuisant de l'assaut sur la base Anima m'a paradoxalement refroidi.

Pourquoi s'entêter à insuffler un vent d'espoir dans les rangs d'un groupe si les autres ne suivent pas ? Il faut centraliser l'information. Distribuer les honneurs. Partager les tâches. Et c'est pour cette raison précise que je me présente aux portes du quartier général de l'Ossatueur, premier escale de mon périple diplomatique.

La Rune attendra. J'y ai un bon contact à l'intérieur ; nul doute que Nathaniel partagera mon point de vue au moment voulu. Mon pragmatisme m'oblige à me concentrer sur des dresseurs assoiffés de puissance plutôt que sur des artistes engagés.

Pour l'instant.

Je zieute les aiguilles de ma montre, relève mes yeux vers le bâtiment aux couleurs du Sceau. Il sent encore la peinture neuve. J'espère y dénicher assez de membres pour gonfler les résultats de mon sondage. Si suffisamment de consciences sont prêtes à me tendre la main, les futurs rapports inter-groupes n'en seront que plus aisés.

Je toque à leur porte.

Ouvre.

Et entre sans attendre.

Monsieur ?

Un vigile me dévisage de la tête aux pieds. Il examine chaque fibre de mon costume flambant neuf, traque la moindre étincelle de bizarrerie dans mon comportement. Je vois dans ses yeux le reflet d'un vendeur de tapis en porte-à-porte.

Bonjour, dis-je d'une main tendue. Troy O'Bowen, membre de l'Emblème.

Autant me présenter comme tel ; nous couperons bien des sentiers pour arriver directement au cœur de la discussion. À ce que je vois, ma remarque a au moins eu le mérite de le surprendre – voire de l'intriguer. Reste à voir si cela m'aidera.

Euh... Ok. Pourquoi pas. Bonjour aussi, je suppose. Et c'est pour ?
J'aimerais demander une audience auprès du Sceau de l'Ossatueur. Avez-vous élu un dirigeant ? Une autorité pouvant parler au nom de tous ?

Mais au vu de sa grimace, je crains d'avoir déjà deviné sa réponse.

Négative.

Color Code HTML:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Unys
Expérience : 161
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 04 Juin 2017, 16:36
Charlotte est perdue, yeux rivés sur le plafond. Elle observe, attend. Elle ne sait pas trop quoi d'ailleurs. Son rapport était parti depuis un moment déjà, mais ses pensées dérivaient malgré elle. César devait s'amuser, au dehors. Elle revient à la réalité malgré elle quand un énergumène entre dans la nouvelle salle rénovée du QG du Sceau. Elle n'apprécie que moyennement l'endroit, mais c'est un bon lieu pour observer. Elle tique instantanément sur le nom qu'elle croit entendre. Se pourrait-il ? Elle doit engager une manœuvre subtile. Elle saute sur ses deux pieds, hoche la tête. Elle sait déjà quoi faire. La jeune femme avance vers l'homme d'âge mur. Il lui ressemble. Aucun doute là dessus. Mais elle ne doit pas lui parler ici, devant tout le monde.

« Eh, toi. Je ne sais pas comment ça marche chez vous, mais ici, c'est la loi du plus fort. Tu veux quelque chose, tu te bats pour l'obtenir. Prouve ta valeur. »

Typique d'un membre du Sceau. Elle a étudié leur comportement pendant des semaines, elle paraîtra tout à fait crédible. Elle fait un signe de la main à l'homme, l'invitant à le suivre au dehors. Dès qu'elle a passé les portes, elle siffle. Son oiseau d'or fend les cieux vers elle, se posant avec le plus de boucan possible pour bien se faire remarquer. Il était vraiment trop amoureux de la célébrité, celui-là. Charlotte observe l'homme, pendant que l'attention est portée sur César.

« Tu es le frère de John, non ? »

Aucun doute possible. Le nom, la ressemblance physique... Charlotte commence à contourner le grand QG bien délabré, tâchant de trouver un coin tranquille. Elle n'avait pas l'intention de se battre. Même pas en rêve. Elle n'avait jamais essayé, avec César. Il ferait tout son possible pour briller encore plus, plus que d'arracher une victoire. Elle s'adossa à un mur, dévisageant l'homme aux cheveux noirs.

« J'ai enquêté à votre sujet. Je n'ai pas l'intention d'interférer dans les quelconques manœuvres que vous prévoyez, je suis là en observation. Même si mes supérieurs ont jugés... utile un partenariat. Je travaille à l'heure actuelle avec votre frère. Enfin, dans la mesure du possible. Elle observait du coin de l’œil son interlocuteur. Je suis surprise de vous trouvez là. Vous n'êtes pas entrés en contact direct avec votre frère depuis plusieurs mois. Un problème ? »

Charlotte ne savait clairement pas parler d'autre chose que de boulot. Même si une question brûlait son esprit, elle tâchait de rester strictement professionnelle. Dans la mesure du possible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kanto
Expérience : 1250
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 04 Juin 2017, 17:16
PRENDRE LA TEMPÉRATURE


OST | Bridge of Spies - Rain :
 

Un premier obstacle se dresse sur mon chemin. Et il n'a fallu qu'une petite minute pour arriver à ce résultat fructueux. Une efficacité à toute épreuve ! Hélas, je dois surmonter cette épreuve, la contourner, l'enjamber ; bref : trouver un subterfuge afin de porter mon message aux oreilles de tous les membres du Sceau.

Eh, toi. Je ne sais pas comment ça marche chez vous, mais ici, c'est la loi du plus fort. Tu veux quelque chose, tu te bats pour l'obtenir. Prouve ta valeur.

Oh, miracle. On me tend une perche, me glisse un indice en poche. « Pour laisser un message, tapez 1. » ; « Pour convaincre le groupe, tapez tout le monde. ». Suis-je surpris de la tournure des évènements ? Pas le moins du monde. Les Ossatueurs ont une petite réputation, et « la réflexion avant la baston » n'est pas leur devise.

Ce serait tendancieux d'ouvrir ma braguette pour comparer la taille de nos pénis.

Qui dit instinct duelliste dit ambiance machiste. Les murs du manoir suinte de testostérone et de transpiration ; je verrais bien tout un pan recouvert de miroirs pour que Jean-Ossatueur puisse admirer ses gains de tour de bras en rentrant.

... Ok, c'était une blague, désolé, ça sonnait mieux dans ma tête. Mais je viens de passer trois semaines à éprouver mon champion aux pires supplices, alors je suis partant. Choisis ton champ de bataille et je me ferais une joie de briser la glace.

Je plonge mes mains dans mes poches, hausse un sourcil, reste maître de mon expression. Ces barbares ont dû développer une forme de respect envers leur alpha ; une variante plus civilisée de la loi du plus fort. S'il me faut user d'esbroufe pour les maitriser, je le ferai. Surtout lorsque l'Emblème n'a rien à envier à ces dresseurs.

La prétendante accro à l'action me happe vers l'extérieur. Le manoir est peut-être imposant vu de dehors, les thermites ont dû investir les lieux pendant l'absence de tout propriétaire... Ce serait peu judicieux de combattre à l'intérieur, en effet.

Tu es le frère de John, non ?

Ah oui. C'est vrai. Il appartient au Sceau. J'avais presque oublié. C'est dommage, pourtant ; je comptais me servir de lui comme d'un intermédiaire pour atteindre son groupe sans me retrousser les manches. Mais ça m'a complètement échappé.

Pouf.

Le nom O'Bowen ne court pas les rues, acquiescé-je d'un hochement de tête.

Et puis, roulement de tambours, lever du rideau, le dieu sort de sa machine bien huilée, re-pouf ; la rousse me dévoile une main pleine de figures et d'as, la déposant sur la table avec aplomb. Enquête. Manœuvres. Observation. Supérieurs. Travail avec mon frère. Un arrière-goût d'espionnage m'agresse les narines. La police, donc. Mais laquelle ? Autant y réfléchir par élimination ; et le bureau de Kanto est viré d'office.

Mais ces affaires-là ne me concerneront bientôt plus.

Disons que je n'ai pas encore trouvé la bonne manière de me présenter devant lui, les bras ouverts, un gros sourire aux lèvres, lançant un « Coucou mon frère ça faisait un bail, la bise ? » jovial pour justifier un an de silence radio. Tu as dû entendre parler de moi depuis le Poryweb. Les fameuses coordonnées de la base Anima...

Je saisis mon paquet de cigarettes d'urgence, en place une entre mes lèvres, l'embrase de la flamme de mon briquet, recrache un halo de nicotine vers le ciel. Je ferme les yeux, profite du tabac, l'imagine insuffler mes poumons, souris.

Ça faisait longtemps.

Mais je n'arriverais jamais à définitivement arrêter cette drogue si l'on continue de me parler boulot ; ni les chewing-gums, ni les patchs ne font l'affaire.

Publicité mensongère.

Un partenariat, donc ? Je dois te prévenir d'une chose : je vais lever le pied sur ma campagne contre Anima. Et sûrement donner ma démission au poste.

Color Code HTML:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Unys
Expérience : 161
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 04 Juin 2017, 19:47
Charlotte hoche la tête aux dires de son interlocuteur. S'il comptait démissionner, ça faisait une inconnue en moins dans son équation. Elle n'allait pas s'en plaindre. Elle sortit rapidement son téléphone et tapota, avant de le ranger.

« J'ai observé le problème de loin. J'étais juste en face, j'ai pu voir tous les... Charlotte n'était pas sûre du terme à employer. Les dresseurs qui se sont rués. J'ai simplement fait un rapport. Si vous n'avez pas l'intention de continuer dans ce métier, je n'ai rien de plus à discuter avec vous. C'était déjà assez compliqué de travailler avec John. Même si on sera sûrement amené à se revoir. Je passerais le bonjour à votre frère. … Ou vous pouvez aller le voir, aussi. Salut. »

Aussi vite arrivée, aussi vite repartie. Charlotte ne savait vraiment pas faire les choses à moitié. Elle amorçait déjà son départ, mais.

« Atten- »

Paf. Sans vraiment avoir eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait, la jeune femme était... trempée ou colorée, elle n'était pas certaine. Il faisait noir, rien d'étonnant quand on a un seau sur la tête. A côté du QG du sceau. En pleine rénovation, évidemment. Elle n'avait pas choisit le meilleur chemin. Un peu sonnée, elle réalisa qu'elle était par terre. Elle avait dû prendre un mauvais coup, avec le récipient de métal. César ne disait rien. Il était stoïque. Il avait évidemment très envie de rire, mais il se doutait que sa dresseuse le prendrait mal et risquait de lui faire payer tôt ou tard. En bon type acier, il était capable de s'immobiliser et d'attendre. Juste le temps que la crise passe.

La rouquine – désormais verte – souleva le pot tandis que ses yeux lavandes admirait le paysage peuplé de visages surpris ou amusés. Logique. Elle leva les yeux vers le haut, observant l'apprenti gaffeur qui descendait à vive allure, vraisemblablement navré. Qui ne l'aurait pas été, au moins en apparence ?

« Je suis désolé, j'ai donné un coup de pied dedans sans faire exprès... Vous allez bien ? Euh... Ne vous en faites pas pour la peinture, ça partira au lavage ! Enfin j'espère... … Euh je... »

Visiblement, il ne savait pas trop quoi dire de plus. Charlotte pariait qu'il pensait au coût du prochain pot de peinture. Elle soupira, posa l'objet au sol en se disant qu'elle avait sérieusement besoin d'une douche. … Bon, eh ben, plus qu'à rentrer à l'hôtel. C'est à dire parcourir la moitié de la ville en étant à moitié verte. Génial.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kanto
Expérience : 1250
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 05 Juin 2017, 07:08
PRENDRE LA TEMPÉRATURE


OST | Bridge of Spies - End Title:
 

D'accord. Donc je viens de perdre cinq minutes de ma vie. Merci madame. Comme ça, en claquant des doigts. L'entretien a tourné au vinaigre ; j'ai plus l'impression de m'avoir fait truander dans une ruelle l'opinel au poing plutôt que d'avoir avancer dans mon plan. Enfin. Quand quelqu'un qui te demande de "prouver ta valeur" sans bonjour ni s'il te plait, ce n'est pas pour faire des ronds de jambe ou te proposer un bouquet de fleurs. Des chrysanthèmes, à la limite ; mais je préfère les pétunias.

Bon bah... hm, ouais, salut. I guess ?

Et elle s'en va. Sa conscience a tourné trois fois la clé dans son dos de pantin et elle a aussitôt rebroussé chemin. Elle bosse avec John, qu'elle a dit ? Je vois qu'il m'a bien remplacé. Mon frangin a toujours eu besoin d'un partenaire très premier degré niveau boulot, pour lui laisser la chance de briller devant les demoiselles en détresse.

Clairement, je ne pourrais jamais redevenir son sidekick du jour au lendemain. J'ai trop de voyage dans les pattes. Autant m'improviser médic de terrain et jurer sur le serment d'hypocrite ; ma légitimité n'en connaitra zéro remouds.

Je suis capable de suturer des gens, après tout.

Je détourne le regard, écrase ma clope tout juste entamée, comble mes lèvres d'un chewing-gum parfum Fraive-Sitrus. Prouver ma valeur, donc. Je convoquerai tous les Ossatueurs sur la plage Hibiscus s'il faut leur décrasser les oreilles d'une baffe bien placée. Nidoqueen les prendra par paquet de dix, dresseurs inclus.

Atten-... !

Huh, quoi ? Je passe ma tête à l'angle du bâtiment, sourcil haussé. La rousse a sorti un somptueux couvre-chef new-age pour l'été. Peut-être trop new-age pour son propre bien, puisqu'il s'agit d'un seau aux allures de four micro-ondes.

Le destin est joueur. Un seau pour un membre du Sceau sot.

Un gamin s'étend en excuses, sur les toits. Il redescend en trombes, s'infligerait l'auto-flagellation s'il avait un fouet à portée. Sa mère pourrait le gronder d'une seconde à l'autre ; il doit gagner des points auprès d'elle, la mettre en confiance, lui faire oublier ce malencontreux accident. Astuce de manager : pour faire passer la pilule, rien de mieux que de l’enrober entre deux mots doux, comme l’on mettrait du beurre sur les parois d’un certain orifice pour une meilleure pénétration.

Ah, la métaphore n’aurait pu être mieux ficelée !

Bon, eh bien bonne continuation. Le vert te va à ravir.

Je vais pour pénétrer le manoir en ruines, mais me ravise aussitôt.

Quoique. Je n'en ai pas fini avec toi. Tu es un membre du Sceau, que tu ne le veuilles ou non. Et je demande un duel, selon la « loi du plus fort », loi n°84-53 du 26 janvier 1984 du Code de l'Ossatueur, pour obtenir ce que je veux. Soit une entrevue.

Color Code HTML:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Ile Mirabèce :: Port-Mirage :: QG du Sceau-
Sauter vers: