:: Ile Mirabèce :: Forêt Amarante Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une histoire de baies | Sujet capture n°2

avatar
Région d'origine : Sinnoh
Expérience : 168
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Juin - 18:23
Terminé. Je ferme les yeux, enclin à me vider complètement l’esprit. A oublier ce que j’ai pu voir lors de cette descente. A gommer de manière définitive le regard de ces différents pokémons. Exactement le même. Un mélange d’angoisse, de tristesse. De résignation. Cette impression que, malgré les efforts et cette découverte capitale, nous étions arrivés trop tard. Une certitude pour certains. Un vague espoir pour d’autres. J’ouvre les yeux péniblement, mon regard se perdant dans l’infini bleuté au-dessus de ma tête. J’imaginais le pire en me rendant sur place, mais cela se trouvait encore en deçà de la vérité. Les expérimentations, les cages. Le monde n’est pas rose et n’est pas enseveli sous les paillettes, je le sais pertinemment. Il n’empêche qu’une certaine limite est à respecter. Une limite que ces choses, que je ne peux définitivement pas qualifier d’êtres humains, n’ont pas su respecter. Et si Pandore s’était retrouvée là-bas ? Cette question tourne en continue dans mon esprit. Voilà deux jours que l’assaut a été mené contre un bastion de la team Anima. Deux longues journées. Quarante-huit heures où j’ai très peu dormi. Avec des si, il est possible de refaire le monde. Pour le meilleur et pour le pire. Actuellement, c’était pour le pire.

Je ne suis pas rentré directement sur l’île principale. Je ne voulais pas garder de mon voyage sur l’île Mirabèce ce sentiment de dégoût qui me prenait à la gorge. L’espoir de voir quelque chose de positif de cette île me force à continuer. A admirer les paysages, à noter quelques informations sur la faune locale. A me gorger de sensations positives pour atténuer cette vision horrible. Sentimentale je suis. Je l’assume. Personne ne peut se prétendre de marbre face à tout ceci. J’avais beau affirmer le contraire dans ma petite tête, ce jour-là sur la plage, je n’étais pas prêt à voir cela. A être confronté à la dure réalité. Pandore n’est pas non plus ressortie indemne de cette journée. Elle est plus agitée que d’habitude, au point de continuer dans son sommeil. Elle aussi, elle a besoin de se changer les idées. De gommer ces images pour retrouver un semblant de tranquillité. Une illusion, une simple fuite. Une faiblesse selon certains. Une nécessité pour d’autres. Pour nous.

Ce qui m’a le plus touché, ce sont ces pokémons en cage. Un, tout particulièrement. Un Axoloto. Comme le pokémon qui m’avait fait douter sur le bienfait ou non d’une capture. Ceci, je ne l’avais compris qu’en rentrant à Nox Illum le soir-même. Puis, nous étions retournés avec Pandore sur les lieux le lendemain, sans jamais retrouver l’Axoloto farceur. Voir un pokémon de cette espèce, enfermé entre ces barreaux, m’a fait un choc. A Pandore également. Nous n’étions pas prêts. Nous ne serons jamais prêts.

Il est impossible de se préparer à certaines choses.

« On avance. » Je me relève, aussitôt imité par la Wattouat. Elle aussi, elle ne parvient pas à trouver le sommeil. Pourtant, le cadre se veut adéquat : la forêt forme un semblant de cocon protecteur, tandis que les bruits des divers pokémons s’accordent pour former une berceuse. Notre problème réside dans nos pensées. Deux jours ne sont pas suffisants pour oublier. Pour laisser de côté notre sentimentalisme. Il nous faut du temps, des péripéties, pour passer outre. Pour ranger cet événement dans un coin de notre esprit, caché sous le tapis pour ne jamais revoir la lumière du jour. « Tiens. » Je m’arrête cinq secondes, puis pivote sur la gauche. Ce n’est pas souvent que je fais des remarques à voix haute, dans une logique d’économie d’énergie. Sauf que la chose m’a marqué et qu’il m’a fallu un certain temps pour mettre un nom dessus. Je m’approche de l’arbre et cueille quelques fruits. Des baies mangou. L'arbre a beau avoir une couleur étrange, on m'a assuré que le tout était sans danger. Je tends l’une d’entre-elles à Pandore, qui s’empresse de la manger. Ce n’est pas sa préféré, mais la mangou se trouve suffisamment haut de sa liste pour pouvoir lui redonner un peu de joie après ingestion.

Il suffit d’un rien pour retrouver un semblant de bonne humeur.


Apparition d'un pokémon sauvage, s'il vous plaît ! J'ai trois pokéballs (:



#749AC6 - TCard
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 5504
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Juin - 18:50

Un pokémon apparaît !

   


Tu rencontres un Galekid sauvage !


Que vas-tu faire ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Sinnoh
Expérience : 168
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Juin - 16:08
On avance. On avance sans autre but que de passer le temps, de profiter de ce paysage étrange et des couleurs si particulières. Ces mines de fer ont laissées des traces. Combien de temps avant que la nature ne reprenne une couleur normale ? Pour que, elle aussi, elle puisse oublier et gommer ce passage de l’être humain ? L’Homme détruit tout ce qu’il touche. Ouais. C’est plutôt réducteur, un poil trop généraliste, comme manière de penser, mais c’est également véridique. On détruit, on saccage, puis ensuite l’on s’étonne des dégâts causés. Vient alors les diverses actions pour remettre en peu d’ordre dans le tout, en invoquant des raisons absurdes à ce massacre. Nous sommes des hypocrites. Peut-être que ces Hommes de la Team Anima pensent faire le bien. Peut-être qu’ils s’imaginent poursuivre un but justifié par la science, ou quelque chose dans ce style-là. Puis, lorsqu’ils seront attachés à un pokémon en particulier, lorsque ce pokémon sera le cobaye de ces expériences, alors ils viendront se plaindre. Ils invoqueront l’inconscience de leurs actes. Combien de personnes ont déjà avancées l’argument du « je ne savais pas » ? Trop. Beaucoup trop. On avance, on se cache derrière des causes absurdes, puis l’on se convainc de son innocence. Au point de passer outre tout le mal causé. Sauf que les êtres vivants touchés ne reviendront pas. Que le mal est fait et qu’il est impossible de revenir en arrière.

Ce fait me laisse un goût amer en bouche.

Je n’ai pas l’habitude d’être au cœur de l’action. Ni même de regarder les journaux télévisés ou de lire les nouvelles sur internet. Je me tiens éloigné de ces nouvelles terribles et du mal extérieur. Fragile, diraient certains. Je l’avoue. Lire ces atrocités suffit à me retourner l’estomac. Le simple fait de recevoir l’information me submerge, alors m’y confronter ? Jamais je ne l’aurais fait avant d’arriver ici. Jamais je n’aurais affronté le problème et eu à vivre à ceux-ci. Je suis un lâche, un type appréciant ses illusions. Et je l’assume. Merci.

Pandore s’arrête un peu plus loin. Depuis tout à l’heure, nous longeons une mini-falaise. Je ne sais pas comment qualifier autrement ce paysage à deux niveaux. Nous en bas, le reste de la forêt en haut. Puis des pierres, ici et là, décrochées de cette verticale inhospitalière. Pandore s’arrête et se retourne vers moi. De son regard, elle semble me presser de m’approcher. Curieux, j’obéis. Une fois à sa hauteur, la Wattouat rose contourne un amas de roches. Derrière, un pokémon. Un pokémon au calme, sans doute épuisé par ce qui est sa vie, tombé dans les bras de Morphée sans autre forme de procès. Au point de ne pas nous avoir entendus. Curieuse, Pandore commence à s’approche, mais je me baisse pour passer une main dans sa laine épaisse. Aussitôt, elle s’arrête pour me lancer un regard interrogateur. Silencieux, je secoue la tête de droite à gauche et pose mon index sur mes lèvres. Lui, il n’a rien demandé. Le surprendre dans son sommeil serait une raison suffisante pour passer une bien mauvaise journée. Autant pour lui que pour nous. Pandore ne possède pas l’avantage du type. Elle ne peut pas grand-chose contre lui. Alors, je préfère m’éloigner. Laisser le pokémon à ses rêves et reprendre cette marche silencieuse.

On avance, sans réellement savoir ce que l’on recherche.


Fuite du pokémon et apparition d'un nouveau, s'il vous plaît : ) !



#749AC6 - TCard
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 5504
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Juin - 17:20

Un pokémon apparaît !

   


Tu rencontres Magnéti !


Que vas-tu faire ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Sinnoh
Expérience : 168
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Juin - 14:05
« Tu réponds toujours pas … S’il faut, je vais te harceler jusqu’à ce que t’en ai marre de moi ! » J’arque un sourcil. Me harceler, c’est ce que Skygge fait à longueur de journées. Tous les jours, j’ai le droit à une dizaine de messages plus ou moins intéressants. Tantôt, il me parle de sa vie rangée sur les bancs de l’université de Frimapic. Tantôt, il digresse en me racontant tout et n’importe quoi sur son quotidien. La forme étrange du légume qu’il vient d’acheter, le goût des cupcakes de la boulangerie près de son appartement. Skygge, en plus d’être un parfait petit emmerdeur de ce côté-là, ne prend même pas conscience de mon manque d’intérêt pour sa petite vie. Sans doute parce que, même si je ne l’avouerai jamais, celle-ci m’intéresse un minima. Sinon, jamais je n’aurais pris la peine de devenir son ami. Jamais, ô grand jamais, je ne l’aurais supporté pendant ces longues années. Un sourire étire mes lèvres, alors que je continue ma lecture. « Hé ! Tu sais, la nana dont je t’ai parlé l’autre jour ? Celle avec la photo, là. Bah, je l’ai revu à une soirée. » Et ? Skygge peut être vraiment énervant. Il dévoile un peu de son histoire et attend un retour de ma part pour continuer. Sûrement va-t-il me raconter que rien ne s’est passé entre eux. Qu’il voulait simplement voir si je le lisais. Dans le doute, je préfère tout de même demander. Une question que je garde dans un coin de mon esprit, ma lecture n’étant pas encore terminée.

Encore une vingtaine de messages comme le précédent.

Je tape ma réponse avec rapidité, résumant mes impressions à la lecture de l’ensemble de ses messages en une dizaine de lignes. Bien peu comparé à ce qu’il a écrit, mais suffisant pour me faire comprendre. Skygge ne se vexera pas. A la longue, il s’est habitué. Malheureusement pour lui. D’une pression sur le bouton d’allumage, j’éteins l’écran. Fin de la séance pour aujourd’hui. Ou peut-être y aurait-il une seconde salve ce soir. Cette histoire avec cette fille m’intéresse. L’ensemble de ses histoires m’intéresse. Comme quoi.

L’air de rien, cette parenthèse m’a fait du bien. Elle m’a fait oublier, l’espace d’un instant, la nature même du problème qui m’a amené dans ces lieux. Skygge est plus doué pour me faire oublier qu’une simple balade. Je ne parviens pas à m’émouvoir des pokémons que je rencontre, des espèces florales disséminées ici et là. Le bloc-notes sur mon smartphone reste vide, tout comme mon calepin. Ce n’est certainement pas aujourd’hui que je vais écrire l’analyse du siècle. D’ailleurs, il faut que je termine ce papier sur l’analyse du comportement des Wattouat. Pandore est mon sujet. Le seul pokémon à ma disposition et mon plus proche compagnon. A quoi bon écrire un papier, même pour s’amuser, sur le comportement d’un pokémon inconnu. Celui de Pandore ne peut faire acte de généralité, mais il est le seul que je maîtrise. Je soupire. Il faut que j’arrête avec cette idée de me faire publier pour des articles aussi stupides. Le Sigle a été fermé à cause de ses entités corrompues, mettant un terme à cette idée de publication grâce au réseau interne. Fin de l’histoire. Ce n’est certainement pas avec nos héros de l’Emblème que je vais trouver une écoute attentive. Mis à part Vixion. Même si, je l’avoue, l’idée de me faire juger par un type possédant des ambitions plus fortes que les miennes me freine. Autant garder ces bouts de papiers pour soi. Jusqu’au moment adéquat. Je ferme les yeux et passe une main lasse sur mon visage. Je suis fatigué de cette manière de penser, de ce manque d’envie qui freine la seule chose professionnelle pouvant me tenir à cœur. Je suis fatigué de mon sentimentalisme à la noix et de cette faiblesse qui me caractérise. Fatigué. Mon esprit a besoin de changements : d’un stimulant qui bouleverse mon tout. Ma perception.

Le portable vibre, indiquant un nouveau message. A nouveau, un soupir s’échappe de mes lèvres. Avec des gestes lents, j’allume l’appareil et atterri directement sur ma messagerie. Skygge. Une question. Douze mots. Un revirement. « Mec, ça te ferais quoi si je disais être à Nox Illum ? » Un cœur qui s’accélère et une joie tempérée par l’idée d’un faux espoir. Est-ce véridique ? Il est connu pour ses coups tordus et ses blagues qui ne font rigoler que lui. « Tu te fous de moi ? » J’ai du mal à taper ces quelques mots et à les envoyer. A côté de moi, Pandore s’agite. Elle ressent ces sentiments qui s’entrechoquent et l’agitation qui en découle. Elle voit mon pied gauche qui frappe le sol dans un rythme connu de moi seul. « Vu le prix du billet, je vais éviter. » Suivi d’une photo. Le terminal de l’aéroport de Nox Illum, avec sa banderole souhaitant la bienvenue aux nouveaux arrivants. Il est là. Lorsque je me trouve sur une autre île, à me morfondre. Qu’importe. Il est là.

Le stimulant dont j’ai besoin vient d’atterrir sur l’archipel.


Après une loooooongue hésitation, je vais fuir ce Magneti ! Merci pour la modération : )



#749AC6 - TCard
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Ile Mirabèce :: Forêt Amarante-
Sauter vers: