:: Ile Mirabèce :: Port-Mirage :: Institut Océanographique Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Curiosités marines {ft. Del Hiraki (05/06)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 551
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Juin - 22:11


Retour à Port-Mirage. Hélène n’avait quasiment pas eu le temps de s’attarder à Nox Illum, prendre un peu de répit dans son 20m². L’appel de l’aventure commençait à devenir plus fort que sa raison. La dernière fois qu’elle s’était rendue à Mirabèce, elle n’avait pas eu le temps de visiter l’île. Elle décida donc de réparer cette erreur en prenant le premier bateau à Bord-au-Vent. Vivement que son Gobou évolue ! Par curiosité, elle avait été chercher des informations sur cette petite créature grâce au Pokénet. Venant de Kalos, la jeune femme n’avait jamais eu l’occasion de croiser ce genre de Pokémon. Elle fut agréablement surprise quand elle constata l’évolution finale de la bête. Il deviendrait un combattant hors-pair -pas de doute vu son tempérament- mais en plus, il pourrait transporter sa dresseuse sur l’eau. Ne restait plus qu’un petit détail à régler : son surnom. Hélène en donnait toujours, néanmoins, elle n’avait ni le temps, ni d’idée.

Flynn pourrait peut-être la conseiller. Ainsi, elle en profiterait pour visiter l’institut océanographique. Avec un peu de chance, elle aurait droit à une petite visite guidée personnelle. Arrivée sur place, elle s’empressa d’entrer dans le bâtiment. Vu de l’extérieur, son architecture austère ne donnait pas du tout envie d’aller voir l’intérieur. Pourtant, Hélène se retrouva à apprécier l’ambiance sous-marine de celui-ci. Ayant un peu parlé du sujet avec Flynn, la jeune femme décida d’aller faire un tour dans la partie dédié au réchauffement climatique. Histoire de bien se mettre dans l’ambiance. Entre la montée des eaux et le rétrécissement de la banquise, le moral en prenait un coup. Du moins, Hélène se sentit intérieurement tiraillée.

-Belle perspective en vue, n’est-ce pas ?

Reconnaissant la voix, Hélène ne prit même pas la peine de se retourner pour vérifier son interlocuteur. Elle croisa les bras et prit un air inquiet :

-En effet… En parlant de perspective, j’ai envoyé toutes les photos de notre plongée à la rédaction. Ça avait l’air de… les enthousiasmer, d’après la réponse.

La jeune femme ne voyait pas en quoi des clichés de corail morts pouvait créer de l’engouement. Pourtant, elle avait reçu un « Parfait ! » en guise de réponse à son mail. Flynn, par contre, semblait hilare. Si bien qu’il faillit envoyer valdinguer Hélène dans le décor avec une tape dans le dos, comme il avait l’habitude d’en faire.

-Bon allez… J’ai une meilleure nouvelle. Ça te dirait d’aller voir le Wailmer ?

L’institut avait donc bien pris en charge la baleine. Absolument emballée par l’idée, Hélène hocha la tête. L’homme la conduisit devant un immense aquarium, rappelant à la perfection le monde sous-marin. Quelques Pokémon se trouvaient à l’intérieur, la plupart d’entre eux paraissait blessés. Sur un des rochers d’ornements, on pouvait y voir un Stari avec une branche en moins. Ou encore ce Serpang avec un œil crevé. Hélène se retourna vers le scientifique, perplexe.

-Hum… Je vois pas en quoi c’est une meilleure nouvelle. Où est le Wailmer ?
-Attends un instant. Les soigneurs sont sûrement en train de s’occuper de lui.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kanto
Expérience : 500
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 22:05
Del n’avait pas besoin de feindre l’étonnement en rentrant dans le bâtiment avec les touristes. Il n’avait pas souvent eu l’occasion de voir des Pokémons s’ébattre dans l’eau, son job le tenant particulièrement occupé sur le plancher des Ecremeuh.
Ce qui l’amenait était le travail, cependant cela ne voulait pas dire qu’il ne pouvait pas en profiter pour observer un peu. Alors qu’il pénétrait dans le vaste hall où le bruit simulé de la mer était ponctué des « aaah » ou des « oooh » des touristes, il sentit son téléphone vibrer.
Le sortant de sa poche il tapota l’écran et répondit rapidement à son supérieur qui s’enquérait de ses progrès.

De : D.H.
Suis sur une piste. Beaucoup de vide pour l’instant. Rapport préliminaire dans quelques jours.


Il pressa la touche entrée en soupirant. « Beaucoup de vide » était même un euphémisme. Il n’avait rien trouvé sur les plusieurs jours qu’il avait passé sur l’île. La liste que Troy lui avait envoyé à Nox Illum comportait déjà trop de lieux et de noms barrés. Il n’avait pas non plus d’espoir pour la dernière qui l’avait amené à cet endroit précis mais il ne pouvait décemment pas partir sans avoir jeté un coup d’œil. C’était un employé de l’Institut qui était soupçonné d’avoir travaillé avec Anima, mais la nature de ce travail était inconnue. Del devait donc trouver si le lien était avéré et si c’était le cas, lui faire cracher ce qu’il savait. Ian Paterson. Sa cible.

Il se remit en mouvement, évitant un groupe de civils bruyant pour s’approcher du comptoir d’accueil où une employée -fort jolie au demeurant- attendait de pouvoir renseigner les visiteurs.

-Bonjour, entama-t-il en posant un coude sur la surface lisse du bureau, son sourire le plus charmeur plaqué sur le visage. Je dois voir un ami à moi qui travaille ici, il m’a dit que je devais le rejoindre. Son nom est Ian Paterson. Vous savez où je pourrais le trouver ?

-Bien sûr monsieur, enchaîna-t-elle avec un sourire factice plaqué sur son visage, apparemment imperméable à l’aura de séduction qu’émettait le jeune homme. Il se trouve près de la zone Est, juste après l’exposition sur le réchauffement climatique. Il devait s’occuper de réparer quelque chose là-bas.

-Merci beaucoup mademoiselle. Je vous souhaite une excellente journée.

Le policier s’éloigna du comptoir après un dernier sourire à l’employée pourtant repartie sur son écran.
Bien, son objectif n'avait pas encore filé ! Il avait enfin l'occasion de lever un Laporeille pour voir s'il le guiderait jusqu'au trou d'où il avait émergé !

Il se dirigea dans la zone Est, suivant les panneaux de l’exposition jusqu’à un couloir illuminé de bleu. Il passa assez vite mais la lumière bleue sembla lui apaiser un peu l’esprit. Finalement il émergea dans une salle où un aquarium montrait des spécimens de Pokémons marin. Près de là une jeune femme discutait avec un homme assez grand, semblant attendre quelque chose. Del les observa, repérant un badge de l’Institut sur la poitrine de l’homme, rien sur la femme qui était dos à lui.

Regardant le reste de la pièce, il ne repéra pas d’autre personne avec un badge. La réceptionniste pouvait-elle s’être trompée ou lui avait-elle donné une mauvaise indication ? Ou bien l’homme était le fameux Ian. Bigre, il aurait aimé pouvoir chercher dans les fichiers de la police pour trouver une photo du bonhomme pour comparaison.

En attendant, ne souhaitant pas impliquer la civile, il commença à longer l’aquarium, les mains dans les poches de sa veste, affectant d’observer les Pokémons à l’intérieur. D’ailleurs ils étaient pour la plupart blessés ? A quoi était destiné cet endroit ?
Il essaya néanmoins de rester à portée d'oreille de la conversation de sa cible, espérant grappiller des éléments intéressants pour l'enquête.


Avatars de circonstances : Officiel et Détente:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 551
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 17 Juin - 21:21


En attendant le baleineau, Flynn invita la jeune femme à s’assoir sur le banc juste en face de l’aquarium. Hélène en profita pour poser quelques questions, plus particulièrement sur les Pokémon se trouvant derrière ses vitres.

-Si je comprends bien, cet endroit est dédié à des Pokémon blessés ?
-C’est ça. L’institut prend en charge des Pokémon, qui ont pour la plupart, été victimes de la cruauté humaine. Une fois qu’ils sont guéris, on essaye de les remettre à la mer…

Néanmoins, il expliqua que ce n’était pas toujours possible car cela pourrait remettre leur vie en danger. C’était par exemple le cas de ce vieux Carapagos à qui il manquait une nageoire. Dans ces cas-là, l’institut essayait de prendre contact avec des associations de défenses des Pokémon pour lui trouver un meilleur endroit vivre. La photographe croisa les bras et prit un air grave.

-Heureusement que certaines personnes ont la gentillesse de s’occuper de Pokémon un peu plus faibles.

Des bruits de pas se fit entendre. Hélène tourna la tête et vit une autre personne rentrer dans la pièce. Nullement dérangée, elle reprit sa conversation avec le scientifique. Flynn lui présenta tous les pensionnaires de l’institut, un par un. Il expliqua ce qui leur était probablement arrivé, l’origine de leurs blessures, ce qu’ils mettaient en place pour les guérir. De temps à autre, la jeune femme hocha pour signifier son écouter. L’homme arrêta subitement son laïus, pointant du doigts la vitre.

-Hé hé ! Voilà notre petit protégé.

Le Wailmer apparut devant les deux personnes. Il semblait joyeux, accomplissant des pirouettes dans l’eau. Il se rapprocha un peu plus du bord de l’aquarium. Fascinée, Hélène rapprocha la paume de sa main contre la vitre. Elle ne savait pas trop si elle humanisait le geste du baleineau mais elle eut l’impression, que malgré la séparation en verre, il tenta de poser sa tête contre sa main.

-Vous pensez qu’il me reconnait ?
-A vrai dire, je sais pas trop… En tout cas, il ne semble pas hostile à ta présence.

Cette sensation d’avoir un lien l’unissant avec un Pokémon presque inconnu était inexplicable. Peut-être que ce Wailmer était juste un peu désespérer et qu’il voulait se rattacher à quelqu’un. En tout cas, les hypothèses d’Hélène ne valaient sûrement pas celle d’un homme hautement diplômé.

-Bien bien mademoiselle Mellecoeur. Que diriez-vous d’une petite visite guidée ?
-Très bien, monsieur Peterson, je vous suis ! répondit-elle en se prêtant au jeu.

Flynn l’emmena dans le hall juste à côté. Il contenait plusieurs vitrines, dans lesquelles étaient exposées des fossiles. Pour Hélène qui n’en avait jamais vu en vrai, elle trouvait cela impressionnant.

-Hé ! Tu m’avais pas dit qu’on allait voir ta famille, lança-t-elle sur le ton de la plaisanterie.

Elle le connaissait à peine mais elle savait qu’elle pouvait se permettre ce genre de vanne avec l’homme. Du moins, il se permettait bien d’en faire sur la photographe. Le scientifique prit un air désespéré. Néanmoins, son mauvais jeu d’acteur ne lui permit pas de dissimuler son sourire en coin.

-Super… Moi qui pensait parler de sujets sérieux…

Puis il éclata de rire. Après quelques secondes, ils reprirent tous les deux leur calme. Flynn commença alors à présenter les différents spécimens. Il se servait des supports déjà présents dans l’institut pour rendre plus attractif son discours.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kanto
Expérience : 500
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Juin - 18:30
Del affectait de lire les panneaux sur la biologie marine qui parsemaient la salle tout en gardant son attention rivée sur la cible. Enfin, la cible potentielle.

Il continua à regarder à droite et à gauche néanmoins dans l’espoir d’apercevoir un autre employé qui pourrait être sa cible, désignée selon la réceptionniste par une éventuelle clé à molette. Parce que oui, il devait réparer quelque chose alors il devait forcément avoir une clé à molette. Si par contre il se présentait en salopette bleue avec une casquette rouge, là ça deviendrait carrément suspect.

Devant l’absence de nouveau contact, il retourna à son observation. L’homme, Ian Peterson, était devant l’aquarium et montrait différents Pokémons à la jeune femme à ses côtés. Sa familiarité semblait suggérer qu’ils se connaissaient personnellement. Del dû réviser son jugement, si cet homme était ce qu’il pensait, la jeune femme pourrait se révéler être une complice. Il tapota ses deux Pokéballs rangées dans sa veste. Peut-être n’était-il pas assez armé pour s’occuper de deux malfaiteurs en même temps, si ces derniers avaient des Pokémons suffisamment puissants.
Pris d’une impulsion soudaine il ressortit son téléphone et tapa rapidement à message à son contact parmi les forces de police internationales. Cela ne coûtait rien d’essayer.

De : D.H.
J’ai besoin d’une identification. Envoie-moi la photo de Ian Peterson, scientifique travaillant à l’Institut Océanographique de Mirabèce. Ça urge !


Une fois la touche entrée pressée, il rangea à nouveau son combiné et se rapprocha, juste à temps pour entendre ses deux suspects s’appeler par leurs noms respectifs. Mellecoeur ne lui disait rien, mais Peterson, bingo !

Plus besoin de confirmation, juste d’une opportunité !

Sa cible se mettant en mouvement, Del entama une filature. Il allait lui falloir trouver un moment pour coincer l’homme, de préférence sans la civile. Attendre qu’elle s’en aille ou s’en débarrasser, d’une façon ou d’une autre.

Les deux personnes entrèrent dans un nouveau hall, quittant l’ambiance bleutée et marine pour entrer dans une salle plus classique de musée, avec les murs d’un jaune délavé et des vitrines contenant des vieux fossiles. Del attendit qu’ils soient un peu éloignés pour entrer à son tour, les observant à travers les vitrines. Heureusement cette salle était loin d’avoir la cohue présente à l’entrée là où les Pokémons s’ébattaient dans des bassins artificiels extérieurs, qui attiraient à chaque plouf un peu plus de touristes avides d’images mémorables. Il n’y avait guère qu’un vieil homme et sa moitié en train d’observer leur devenir.
En effet, le policier en avait plus qu’assez des touristes après avoir passé plusieurs jours à les voir partout, ce qui avait tendance à le rendre un peu cynique.



Peterson ne correspondait pas à l’image que s’était fait Del de lui. Il s’attendait à voir un individu plutôt renfermé, râblé et le regard fuyant. Un cliché quoi. Cependant au contraire il était plutôt bel homme, avec un humour affecté et assez intéressant, expliquant de façon interactive le contenu de la salle.

En se retournant, l’officier aperçu juste derrière la porte qui menait à la salle un set de poteaux servant à bloquer l’accès, par exemple pour cause d’accident ou pour rénovation. En essayant de faire le moins de bruit possible, il en attrapa un et le fit rouler, tirant doucement le fil jusqu’à ce qu’en apparence l’accès à cette pièce soit condamné. Au moins cela réduirait les risques que quelqu’un arrive dans son dos s’il devait faire une intervention musclée.

Sans mouvements brusques il se dirigea vers l’autre extrémité de la salle, passant devant Peterson et…c’était quoi déjà l’autre ?

Mellecoeur ! Bien que cela soit inutile de s’en rappeler pour l’instant. Il regarda donc les fossiles, d’un air très intéressé tout en se rapprochant d’eux.


Avatars de circonstances : Officiel et Détente:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 551
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Juin - 14:49


La photographe écouta attentivement l’exposé. A certains moment, Flynn employait des mots dont elle avait du mal à saisir le sens mais elle n’osait pas l’interrompre. Le scientifique semblait totalement parti dans son discours. Au moins, on ne pouvait pas lui reprocher de ne pas être passionné. Hélène se demandait néanmoins comment il faisait pour retenir autant d’informations. Elle avait déjà dû mal à se souvenir où elle posait ses clés alors retenir des thèses scientifiques… Elle essayait de prendre un air sérieux, faisant semblant de tout comprendre.

-J’ai pas l’impression que tu comprennes tout…

Grillée ! Le visage de la jeune femme afficha un sourire gêné.

-Désolée ! C’est vraiment très intéressant ce que tu dis, ne t’inquiète pas. J’ai juste un peu de mal à suivre.

Elle balaya la salle du regard. L’homme de tout à l’heure y était aussi présent. Puis elle regarda Flynn en fronçant les sourcils, un peu suspicieuse. Il haussa les épaules, visiblement pas embarrassé.

-J’en connais un qui veut une visite guidée gratuite, chuchota-t-il. Normal, avec mes talents d’orateur.

Il se mit à rire. Peut-être n’avait-il pas tort. Hélène rigola aussi, bien que moins franche. Elle n’aimait pas trop l’idée de se faire suivre mais c’était sûrement son imagination. Flynn reprit son exposé sur les fossiles. Au départ, c’était assez instructif mais la jeune femme aurait aimé changé de sujet. Quand l’homme parlait sur quelque chose qui le passionnait, plus rien ne semblait l’arrêter. Hélène devait avouer qu’elle commençait légèrement à s’ennuyer. Cependant, elle ne savait pas du tout comment il réagirait si elle l’interrompait.

-Hé !

Il y eut un blanc dans la salle. Jusqu’à présent, seul le scientifique occupait l’espace avec sa présence. Certes, ils n’étaient que trois mais si une autre personne était rentrée, Hélène était persuadée que l’homme aurait attiré l’attention.

-Euh… On fait pause ?

L’intéressé croisa les bras et haussa un sourcil. Hélène n’aimait vraiment pas ce regard. Elle avait la sensation d’avoir de nouveau huit ans et que Flynn allait lui faire la morale comme il le ferait avec ses propres enfants.

-Tu rigoles ?! Tu restes assise et tu veux faire une pause ?
-Rholala… Je parlais pour toi. T’as pas soif à force de parler ?
-Je ne parle pas de n’importe quoi, c’est pour ta culture générale !

Hélène fit semblant de bouder. D’une certaine manière, elle avait réussi à faire changer le sujet. A la place, elle avait droit au discours moralisateur de Flynn sur le respect des ainés. Bien sûr, elle savait qu’il n’était pas sérieux et qu’il voulait juste un peu l’embêter.

-Bon allez, finit-elle par dire, t’as d’autres trucs sympas à montrer ?

Le scientifique hocha la tête. Au moment où ils voulurent quitter la salle, ils se rendirent compte que l’accès était barré par des banderoles de sécurité. Le seul accès possible. Hélène se tourna vers Flynn, ses soupçons confirmés.

-C’est bien ce qu’il me semblait, soupira-t-elle entre ses dents.

Les mains dans les poches de son pantalon, Flynn semblait beaucoup plus calme qu’Hélène qui se demandait ce qu’il se passait. Il se dressait au type qui les suivaient.

-Vous avez besoin de quelque chose ?

La jeune femme se demandait à quoi il jouait. A sa place, elle se serait déjà énervée. Au lieu de ça, Flynn essayait d’engager la conversation, choisissant l’option de la diplomatie.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kanto
Expérience : 500
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Juin - 18:03

Del attendait, tranquillement que les deux finissent de papoter. Il n’en retirait rien d’intéressant ce qui l’agaçait un peu. Soit ils étaient très fort pour faire semblant de rien soit la jeune femme n’avait rien à voir et Peterson assurait pour sa couverture.

Il attendit qu’ils aient fini de blablater sur les fossiles, apparemment même la jeune femme en avait marre. Enfin, il sembla qu’ils parlaient de lui. Il hésite à y aller de suite mais il avait encore l’espoir qu’elle parte pour le laisser gérer le scientifique seul.

Enfin ils se dirigèrent vers la sortie, vers lui. Bien, le temps d’attente était révolu. Cette fois les deux avaient conscience et venaient délibérément lui parler. Après tout, en se mettant à leur place, un gars qui fermait la sortie pour bloquer les gens amenait légèrement de suspicion.  

La femme semblait plutôt énervée mais Peterson était tout à fait calme. Il vint s’adresser à Del avec un voix tranquille.
-Vous avez besoin de quelque chose ?

-M. Peterson. En effet j’ai besoin de vous poser quelques questions.

Il montra le revers de sa veste où était attaché son badge d’officier de Kanto.

-J’aimerais faire ça de façon aussi simple que possible M.Peterson, aussi il y a deux façons par lesquelles on peut procéder. Vous pouvez répondre à mes questions maintenant, à la suite de quoi vous pourrez vous retrouver en garde à vue. Ou sinon vous refusez et dans ce cas mes collègues se feront un devoir de vous ramener au poste, pas nécessairement en douceur.

Voilà c’était dit. Un bon petit engagement, certes un peu cliché mais qui généralement faisait son effet. Il semblait être un homme raisonnable mais ne préférant pas prendre de risques, Del se tenait prêt à lui asséner un Ura-Uchi au visage. La jeune femme par contre semblait se tenir en retrait. Il devait aussi s’occuper d’elle.
-Ah et mademoiselle, je suis désolé pour le dérangement, mais je préfèrerais que vous restiez aussi pour peut-être répondre à quelques questions.

Voilà, tout était dit. Del n’était pas très à l’aise dans ce boulot d’enquêteur, lui qui préférait généralement régler les problèmes de façon directe.




Avatars de circonstances : Officiel et Détente:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 551
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Juin - 19:58


Ce type était donc de la police. Du moins, d’après son badge. D’après cet homme, Flynn pouvait se retrouver en garde à vue. Chouette perspective. La jeune femme croisa les bras, lançant à regard inquiet à Flynn. Face à un officier, il valait faire bonne figure. Même elle allait devoir subir l’interrogatoire. Elle soupira, une nouvelle fois.

-D’accord, répondit-elle simplement.
-Bien, si vous le permettez on va s’asseoir sur ses bancs.  

Hélène sentait que son ami essayait d’assouplir l’atmosphère qui se faisait de plus en plus tendue. Elle se rapprocha du scientifique.

-T’as fait quelque chose de grave ou quoi… ?
-Non, pas que je sache. Laissons-le faire son boulot.  

Mis à part acquiescer, la photographe ne pouvait faire rien de plus. Elle vint s’asseoir à côté de Flynn, qui se trouvait entre elle et le policier. Hélène ne comprenait pas pourquoi il l’interrogeait aussi. Néanmoins, elle pouvait ainsi savoir les accusations portées sur le scientifique. Elle ne le connaissait que depuis très peu de temps mais elle avait du mal à croire qu’il baignait dans quelconque affaire louche. Logiquement, s’il n’avait rien à se reprocher, la police les laisseraient tranquilles. Flynn gardait son calme, affichant même un sourire confiant. Il avait enlevé les mains de ses poches. Hélène, elle, ne pouvait s’empêcher de triturer sa ceinture, sur laquelle étaient accrochées ses trois pokéballs. Première fois que la police l’interrogeait. Forcément, elle se sentit un peu nerveuse. Elle se pencha légèrement en avant, afin de voir l’officier.

-Est-ce… Est-ce qu’on peut savoir sur quoi vous enquêtez ? demanda-t-elle perplexe.

Normalement ce n’était pas à elle de poser les questions, elle en avait conscience. N’empêche, elle voudrait savoir pourquoi Flynn et elle se trouvaient dans cette situation. Y aurait-il un rapport de près ou de loin avec un meurtre ? Comme dans les séries policières… Qui qu’il venait de la police de Kanto. Hélène avait reconnu le badge, Troy lui avait montré la même. Plus la jeune femme y réfléchissait, plus elle trouvait ça louche.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kanto
Expérience : 500
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Juin - 18:02
A priori tout avait l’air de bien se passer, les deux étaient coopératifs. Ce type ne donnait pas l’impression de pouvoir travailler pour Anima, mais après Del savait que la première vision de quelqu’un n’était pas forcément la bonne. De nombreux criminels se donnaient un masque d’affabilité et de respectabilité tout en brisant la loi allègrement de l’autre côté.

Il se plaça en face de son suspect et de la jeune femme. S’il avait eu la possibilité de mettre en place l’interrogatoire de façon règlementaire il les aurait séparés et mis dans des salles individuelles afin de les questionner l’un après l’autre. Mais les infrastructures de la police de Mhyone étaient inaccessibles pour le moment. Une fois la question d’Anima réglée, tout rentrerait dans l’ordre…

Lorsque la jeune femme le questionna, il ne vit pas la nécessité de répondre un mensonge puisque de toute façon la nature de ses questions allait révéler le sujet de son enquête.
-J’enquête avec l’aide des forces de police internationales sur les ravages qu’a causé la Team Anima dans la région. Ce qui m’amène à vous. Il soupira avant de se détourner pour fixer son suspect dans les yeux. M.Peterson, je ne vais pas y aller par quatre chemins. Vous êtes soupçonné d’avoir fourni des produits issus du Centre Océanographique à Anima, produits destinés à faciliter leurs opérations illégales sur les Pokémons kidnappés dans la région.

Il laissa passer un instant de flottement avant de reprendre.
-Et vous mademoiselle, êtes là pour me dire ce que vous savez sur M.Peterson.

Voilà, le pavé était lâché. Désormais il allait falloir s’attendre aux dénégations habituelles du suspect qui insistera en disant que ce n’était pas lui, ou qu’on l’avait forcé ou autre. Mais Del avait bien au chaud dans son sac une preuve de la filiation du Centre avec Anima, trouvée au QG de cette dernière. Avant de produire sa preuve il allait voir la réaction des deux personnes en face de lui, qui souvent en disait long sur leur état d’esprit…


Avatars de circonstances : Officiel et Détente:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 551
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Juin - 20:18


Face à ces suspicions, Hélène et Flynn ne purent s’empêcher de se regarder l’un l’autre. La photographe ne connaissait le scientifique que depuis un petit moment mais elle était persuadée qu’il ne côtoyait pas Anima. Le voile de soupçons qui planait au-dessus de la tête de l’homme portait de lourdes conséquences. Quoi qu’il en soit, Hélène n’avait pas d’autres choix que répondre aux questions.

-Eh bien… Je connais Flynn depuis pas très longtemps. Je suis photographe pour le magazine Pokéscience et il arrive que le magazine face des collaborations avec certains instituts.
-Du coup, pour un des prochains numéros, Hélène et moi avions du travailler ensemble, précisa-t-il. Je tiens néanmoins à ajouter deux-trois petites choses…

Le ton de Flynn changea radicalement, devenant plus froid. Apparemment, il ne supportait pas cette accusation. Et le regard qu’il lançait à l’officier donnait des frissons. Il arriva toute fois à garder son calme olympien. Lui qui d’habitude semblait beaucoup plus joyeux et enthousiaste. Néanmoins, Hélène aurait été sans doute plus virulente à sa place.

-Sachez que j’étais dans le stade quand Anima a commis sa rafle. Mon Dracolosse, en voulant défendre d’autres personnes, s’est fait enlever. C’est un ranger qui me l’a remis après l’assaut du QG Anima.

Hélène regarda son ami avec un air étonné. Elle ne savait pas du tout que Flynn s’était trouvé dans la stade, essayant de combattre ce groupuscule de malades. Et encore moins qu’ils lui avaient volé son Pokémon. Cela signifiait donc…

-Expliquez-moi comment je ferais partie d’Anima si j’ai été victime de leur action ? A savoir que pendant l’assaut, je ne pouvais pas me retrouver dans leur base puisque je travaillais ici. J’ai des preuves de mes heures prestées.

Il croisa les bras, l’air impassible. La jeune femme se contenta de fixer l’officier, attendant de lui qu’il démonte un par un les arguments posés par le chercheur.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kanto
Expérience : 500
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Juin - 17:28
Hmm, donc la jeune femme était photographe. L’histoire qu’elle lui servait était plausible, il fallait le reconnaître. Il hocha la tête pour manifester sa prise en compte des informations et il griffonna rapidement sur son carnet, sorti pour l’occasion. Il reviendrait peut-être dessus plus tard.
Cependant le suspect repris la parole, très inamical. Del ne pouvait pas réellement lui en vouloir, se faire jeter en pleine face qu’on était soupçonné de conspiration illégale ne devait jamais faire plaisir. Mais enfin, il ne faisait que son métier.

Il soupira à l’énoncé de la défense de l’homme. Rien de tout cela n’était vérifiable sur l’instant. Concernant le stade il aurait fallu sortir les bandes des caméras de sécurité pour être fixé, et pour les heures…
-Je n’ai jamais dit que vous étiez à la base d’Anima pendant son assaut.

Hop, première technique de l’Académie. Répondre sur une erreur pour fragiliser la défense de l’adversaire. Il laissa flotter un instant, mais en soi l’affirmation n’était pas nécessaire.
-Sur vos propos j’ai deux problèmes. Le premier est que si vous vous êtes bel et bien fait voler votre Dracolosse -bigre il avait un Dracolosse !- pendant les évènements du stade, aucune trace de plainte ne ressort dans le fichier de la police. Pareil pour sa récupération « par un ranger ». Je suppose qu’avec ce dernier cela s’est fait de manière informelle. Donc encore une fois, pas de trace. Mais admettons.

Quant à ses heures travaillées pendant l’assaut du QG, il ne l’aurait pas évoqué si ce n’était pas béton, puisqu’une simple vérification aurait pu exploser sa défense.
-Et mon deuxième problème, peut encore se diviser par deux.

Il farfouilla dans la poche de sa veste avant de sortir deux photographies haute qualité, pliées. C’était les photos prises par la police quand elle avait investi le QG d’Anima à la suite des dresseurs, pour tout répertorier et cataloguer. Il tendit la première à son suspect. Sur celle-ci on pouvait voir des sachets entreposés sur une étagères dans la salle d’opération d’Anima, avec le logo de l’Institut Océanographique.
-C’est de l’Octana, un produit antihémorragique. Utilisé ici pour soigner les Pokémons blessés.

Il attendit les dénégations évidentes de Peterson, avant de lui tendre sans rien dire la deuxième photographie. Cette fois-ci, c’était une vue du dessus d’un bureau à moitié brûlé par une attaque de Pokémon. Avisant le regard interrogatif de son vis-à-vis, il pointa la liasse de papiers, du moins ceux qui avaient survécu aux flammes. Sur un document à moitié brûlé, qui avait été classé comme un récépissé de livraison après étude, figurait la fin du mot « océanographique » et en bas une signature, au nom de Peterson.

-Voilà, je ne sais pas bien comment vous pouvez expliquer ça. A la lumière de ce que vous m’avez dit, j’ai deux hypothèses. La première, vous me mentez et travailliez avec Anima, si ce n’est pas encore le cas maintenant. La seconde, votre Pokémon a été enlevé et on vous a fait du chantage pour délivrer ces produits.

Voilà, la preuve était fournie. Maintenant il fallait voir l’évolution de la défense de Peterson, et peut-être se préparer à une réaction violente. Une fois traqués et acculés, certains individus pouvaient avoir une réaction assez violente, et dans ce cas il allait falloir appeler les collègues, parce qu’il n’y avait aucune chance pour qu’il gère un Dracolosse seul…


Avatars de circonstances : Officiel et Détente:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 551
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Juil - 11:41


L’officier semblait posséder des preuves accablantes contre Flynn. Le dernier coup fut le plus dure à encaisser : sa signature. Le scientifique la reconnaissait mais n’avait aucun souvenir de l’avoir posée sur ce genre de document. Il regardait l’agent, avec un air complètement abattu.

-Je… Non, on ne m’a pas fait de chantage. J’ai été récupérer mon Dracolosse au Centre des Rangers dès que j’ai su que les Pokémons volés ont été libérer…

Il se cacha le visage avec ses mains, essayant de démêler le vrai du faux mais tout semblait tenir. Quant à Hélène, elle se contente de regarder le sol. Elle avait l’impression d’être dans une sorte d’état de choc. La jeune femme ne pouvait pas croire une seule seconde que Flynn baignait dans les affaires Anima. Ce n’était pas possible et elle le savait.

-Tu n’as rien avoir avec ça… ?
-Non, bien sûr que non…souffla-t-il.

Hélène avait en face d’elle un autre homme. Son énergie était comme aspirée, inexistante. Les suppositions de l’officier -quoi qu’il semblât confiant sur ce qu’il avançait- pesaient sur Flynn. Un poids écrasant faisant voler sa vie en éclat. Hélène se massait les temps. Pourquoi un homme ayant réussi sa vie irait rejoindre les rangs d’Anima ? Il avait une famille qu’il aimait, un boulot qu’il aimait, un Pokémon qu’il aimait… Il possédait une belle maison et tout le confort nécessaire, ses collègues l’appréciaient. Sans compter le fait qu’il avait une bonne place à l’institut. Bref, il menait une vie idéale. N’importe qui pourrait l’envier… Hélène se releva soudainement.

-Quelqu’un a volé ton identité, Flynn !

Le concerné fronça les sourcils. La jeune femme ne le remarqua pas, elle était bien trop occupée à défier du regarde l’officier. Elle afficha un sourire, convaincue que sa supposition était plausible.

-Dites-moi, en tant que membre de la police… Vous devez bien penser à tous les scénarios possibles, non ? Est-ce que l’usurpation d’identité vous a déjà traversé l’esprit ?

Hélène continua dans sa lancée, presque certaine que cette possibilité tenait la route. Si bien que tenir tête à un membre des forces de l’ordre ne lui posait pas problème. Elle devait au moins tenter de le convaincre. Au mieux, il écouterait et prendrait en compte son avis, au pire elle irait dire bonjour au commissariat de police pour sa désinvolture.

-Il y a des tas de raisons de voler l’identité de Flynn, continua-t-elle. D’abords parce qu’il occupe une place importante ici. Utiliser son nom pour faire passer certaines choses est plausible… vous ne croyez pas ? Et puis, on pourrait chercher à le nuire simplement par… jalousie. Elle se retourna vers Flynn. Tu penses que c’est possible ?

Il la regarda avant de secouer la tête de droite à gauche.

-Je ne me préoccupe plus de ça depuis un moment, tu sais. Mais l’être humain étant ce qu’il est… je suppose que oui c’est possible, soupira-t-il.
-Vous voyez ! dit-elle à l’officier. Je suis certaine que quelqu'un se fait passer pour lui. En tout cas, ça me parait logique.

Probablement qu’elle ne devrait pas mais la jeune femme afficha un sourire triomphant. Elle était persuadée que sa thèse tenait la route. Ceci dit, elle ne s’attendait pas à ce que son interlocuteur cède aussi facilement. Elle espérait seulement qu’il prenne son avis en compte et qu’il ne se fasse pas passer pour un vieux flic cynique… même s’il avait l’air d’avoir le même âge.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kanto
Expérience : 500
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 22:12
Après la présentation des preuves accablantes, Del assista à la transformation stupéfiante de Peterson, son assurance et sa colère fondant comme neige au soleil pour montrer un homme tremblant sur ses fondations. Au point qu’il se demanda s’il n’avait pas fait une erreur quelque part. Généralement, confrontés à leurs méfaits avec des preuves pour supporter les assertions de la justice, les malfrats avaient tendance à se montrer fiers de leurs exactions, les revendiquant puisque de toute manière ils n’avaient aucuns moyens de s’en sortir. A vrai dire, le policier était presque déboussolé.

Il se ressaisit pendant que les deux autres ne le voyaient pas. L’homme pouvait très bien jouer la comédie pour ne pas faire face aux conséquences de ce qu’il avait entrepris, mais s’il affirmait qu’il n’était pas soumis à un chantage, aucune autre raison ne trouvait grâce aux yeux de l’enquêteur. Il médita pendant que la jeune femme interrogeait son compagnon d’assise. Puis sans crier gare elle se leva, criant presque au vol d’identité, avant de le prendre à partie.

Il haussa les sourcils mais il la laissa développer le fond de sa pensée. Après tout, il séchait aussi sur les raisons. Mais enfin, il avait suffisamment de preuves pour coffrer le scientifique, même si vu son état ça lui faisait mal au cœur. Il décida de faire une fleur à la jeune fille, lui laissant son espace pour expliquer ce qui l’amenait à penser ça.

Il haussa un sourcil, surtout quand même Peterson se mit à douter de la plausibilité de la chose. Hmm. Puis elle se mit devant lui avec un sourire, hop une enquête de résolue, une ! Bientôt elle rentrerait à la police et Del pourrait prendre sa retraite, Anima elle les débusquerait partout ! Il en avait déjà soupé des je-sais-tout, mais il fit un effort pour mettre son agacement de côté.

Effaçant ce cynisme face à l’enthousiasme un peu trop débordant, il lui répondit avec patience.
-Vous savez, l’usurpation d’identité peut être un cas de figure envisagé, mais face à ce genre de cas, la culpabilité est quasiment établie. On a tout ce qu’il nous faut hormis le motif, mais même sans ça, l’issue du procès est courue d’avance.

Par acquis de conscience, il reposa ses yeux émeraudes sur le scientifique et s’assura de croiser son regard, pour déterminer la sincérité de la réponse.
-Cependant je veux bien suivre ce fil. Après tout il l’avait pas envisagé et passer à côté pourrait être préjudiciable plus tard. Le logo de l’Institut peut en effet concerner tout le monde ici, mais votre signature prime. Toutefois, avez-vous connaissance d’un collègue qui aurait des raisons de vous en vouloir et de vous piéger pour couvrir ses propres traces ? Réfléchissez-y sérieusement, même aux toutes petites choses qui pourraient vous paraître insignifiantes.

Voilà, la question était lancée. Il consulta brièvement son téléphone en attendant la réponse, pour regarder l’heure ainsi que la photo d’identification envoyée par son contact plus tôt, à laquelle il n’avait pas prêté attention. Sans surprise, c’était bien le même homme.
Il le rempocha pour écouter ce que les deux avaient à dire, sans compter que la jeune femme pouvait très bien simplement essayer de défendre un criminel dont la culpabilité était quasiment assurée.

Une idée le frappa. Il faudrait aller vérifier les registres du bâtiment concernant les entrées et sorties des produits pharmaceutiques. Avec une quantité manquante, soit quelqu’un l’avait retiré soit une partie d’une commande n’était jamais arrivée. Hmmm. Il joua un instant avec l’idée. Pourquoi pas aller voir ?


Avatars de circonstances : Officiel et Détente:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 551
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Juil - 17:05


L’issue était courue d’avance ? Hélène n’en attendait pas moins d’un flic. Elle faillit se rasseoir à côté de Flynn, prête à le rassurer. Jusqu’à ce qu’une lueur illumine le regard de la photographe et du scientifique. L’officier accepta de prendre un autre chemin pour enquêter sur une éventuelle usurpation. Ainsi, la question de qui pourrait utiliser l’identité de Flynn planait.

-Eh bien… le scientifique parut réfléchir un instant… Je ne sais pas trop.

Hélène faillit se taper le front contre un mur. L’officier avait bien voulu prendre en compte son point de vue, ce serait fort sympathique de la part de Flynn s’il pouvait en faire de même. La jeune femme essaya de prendre l’air le plus sérieux possible, bien qu’en réalité la situation la rendait totalement confuse.

-Réfléchis Flynn ! Je me doute que ce genre de chose te passe par-dessus la tête mais... me dis pas que tu veux passer ta vie en prison.
-Evidemment que non. Sauf qu’on me croit déjà coupable, ils ont sûrement des preuves accablantes sorties je-ne-sais-où.

Flynn semblait osciller entre l’énervement et le laisser-aller. Hélène essaya de l’encourager à réfléchir un peu plus à la question. C’était probablement le seul chemin, aussi étroit soit-il, qui pouvait le rendre innocent. Et Flynn l’était, Hélène n’en doutait pas. En tous cas, elle voudrait qu’on lui explique le contraire. Le scientifique reprit la parole.

-Je sais pas si c’est d’une grande aide. Il y a quelques semaines d’ici, je me suis un peu brouillé avec l’un des soigneurs. A ce moment-là, il avait un stagiaire à sa charge et exigeait de lui de soigner un Sharpedo. Je passais justement par le bassin des Pokemons. En toute âme et conscience, j’ai donc fait clairement comprendre au soigneur que ce n’était pas une bonne idée.

Le scientifique soupirait, peu convaincu que cela avancerait l’enquête. Un « c’est déjà pas mal » s’échappa des lèvres d’Hélène, tentant de le faire parler un peu plus. Bien que perplexe, Flynn continua.

-Maintenant que j’y pense, c’est vrai qu’Elliot et moi sommes un peu froid. On a toujours eu un point de vue différent mais on essaye toujours de se montrer professionnels. Si vous voulez, je peux vous emmenez à n’importe quel endroit de l’institut grâce à mon badge.

Pour appuyer sa réponse, l’homme sortit une carte magnétique d’une des poches de sa blouse blanche. Hélène trépigna déjà d’impatience à l’idée de voir l’envers du décor, enfin si le flic acceptait sa présence dans l’enquête. C’est pourquoi, la jeune femme lui lança un regard suppliant.

-Oh… Je peux venir ?
-Ça ne me gêne pas, répondit Flynn en haussant des épaules.

En réalité, la question ne lui était pas adressée.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kanto
Expérience : 500
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Juil - 22:11
Décidément, on ne pouvait pas dire que l’homme y mettait du sien. La jeune femme essayait pas contre de le sauver à tout prix. Quand le scientifique discuta de la fiabilité des preuves, l’inspecteur faillit se raviser et l’emmener direct. Après tout, il leur avait montré les preuves et leur fiabilité était sans appel. Il prit sur lui de ne rien dire. C’était dans son intérêt de garder Peterson éloigné de la Police de Mhyone, pour qu’il puisse lui tirer les vers du nez sans risquer des fuites. Il se contenta donc de taper du pied avec impatience pendant que l’homme cherchait dans ses souvenirs.

Il évoqua la piste d’un soigneur. Hmmm. L’officier se retint de grimacer. C’était pour le moins assez faible. Une petite brouille... Il réfléchit un instant. Peterson semblait pour le moins déconnecté du monde social et humain qui l’entourait. Du coup ce qu’il pouvait percevoir comme petite brouille pourrait fort bien être une haine explosive à son égard, pour peu que l’autre ait la personnalité adéquate… De plus, un soigneur avait accès aux produits pharmaceutiques. Ce ne serait peut-être pas une complète perte de temps…

-Très bien, dans ce cas allons voir ce fameux Elliott. Nous utiliserons votre pass. Par contre, ayez l’air naturel, pas besoin de crier que la police est là. Ce serait dommage que le suspect n°2 disparaisse quand on fait sonner le clairon…

La jeune femme se retourna vers lui avec un air suppliant, pour les accompagner. Deux arguments jouaient en sa faveur. Del voulait la garder à l’œil, suspicieux de sa défense véhémente d’un pseudo collègue. Et ensuite, elle avait également des idées qui pourraient ouvrir d’autres champs d’investigation. Ou alors elle pouvait laisser échapper une bourde qui la révèlerait comme complice. Au choix. De toute façon il ne perdait rien.
-Vous pouvez nous accompagner, votre éclairage sur certaines choses pourrait être utile. Par contre, pas d’action stupide. Si ça pète, vous partez vous planquer. Compris ?

Une fois ce détail réglé, il attendit que le scientifique se lève et fit un geste pour lui faire comprendre d’ouvrir la voie. Après tout il saurait mieux que lui où serait ce collègue de l’Institut.

-Par contre, gardez les mains où je peux les voir. J’aimerais également que vous me remettiez les Pokéballs en votre possession, mesure de sécurité vous comprenez, dit-il en tendant la main, un peu crispé.

Si on lui demandait de remettre ses propres Pokémons, il y avait plus de chances que sa main vole dans le visage du demandeur que de le voir obtempérer. Mais il était obligé, procédure standard. Et qu’il les lui remettre serait un sacré bond en la faveur du doute de sa culpabilité.


Avatars de circonstances : Officiel et Détente:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Mhyone
Expérience : 551
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Juil - 21:15


Hélène afficha un petit sourire de satisfaction. Pour la toute première fois de sa vie, elle pouvait mener l’enquête. Ou du moins, la suivre de très près. N’était-ce pas excitant ? Si on enlevait la tête peu aimable de l’officier, le scénario aurait été parfait. Néanmoins, la jeune femme essaya de rien laisser paraître et se contenta d’hocha la tête.

-Compris.

Par contre, lui donner ses Pokemon la fit redescendre sur terre. Flynn n’hésita pas un seul instant de laisser Draky le Dracolosse entre les mains de l’officier pour montrer sa bonne volonté. Hélène avait un peu plus de mal. Surtout qu’Helios était capable d’apparaître d’un instant à l’autre, l’air de dire « Hey ! Je suis là ! » et de se rendre compte que sa ball se trouvait entre les mains d’un inconnu. La jeune respira profondément. Pas le choix. Elle remit à contrecœur ses trois Pokemon.

-Soyez sages. Surtout toi Hélios, dit-elle en tapotant doucement la pokéball du félin.

Ceci fait, Flynn conduisit les deux jeunes gens à la salle juste à côté, avec les Pokemon blessés. Il franchit une porte avec l’écriteau « entrée interdite » avant de se retrouver dans un couloir étroit. Le scientifique fit un signe de la main pour qu’on le suive. Au bout du couloir, se trouvait une autre porte. Cette fois-ci, Flynn dû insérer son badge dans un détecteur avant de l’ouvrir.

-Maintenant que j’y pense… J’ai dû demander un nouveau badge il y a quelques mois d’ici parce que j’avais perdu le mien.

Essayait-il de les lancer sur une nouvelle piste ou voulait-il simplement détendre l’atmosphère en discutant ? En tout cas, Hélène se retourna vers le membre de la police, vérifier qu’il avait la même idée qu’elle. Bien que ce ne soit pas son rôle, elle se tenta à poser la question.

-Tu crois que c’est possible qu’on te l’ait volé ?
-Eh bien…

Il semblait hésiter sur ce qu’il s’apprêtait à dire. Flynn n’avait pas envie de faire pencher encore plus la balance en sa défaveur et cela se ressentait.

-J’ai accès à des locaux qui sont interdits à certains membres du personnel. En fait, je peux me rendre dans n’importe quelle pièce de l’institut. D'ailleurs, je vous dis pas le savon que je me suis pris par la direction… soupira-t-il. J’ai fouillé partout et j’ai ne l’ai jamais retrouvé.

Cela répondait à moitié à la question de la jeune femme. L’homme n’avait pas pensé à la piste du vol mais ne la remettait pas non plus en cause. Elle espérait au moins que ces informations puissent être utiles à l’enquête. Cependant, c’était à l’officier d’en décider.

Flynn ouvrit la porte puis emprunta les escaliers. Ils se retrouvèrent dans une salle avec d’immenses bassins. En se rapprochant d’un peu plus près, on pouvait apercevoir de haut les Pokemon nageant dans l’eau.

-Bah alors Flynn… T’es venu me fliquer ?

Un type, probablement pas plus vieux qu’Hélène, s’approcha du groupe. Il avait l’air sûr de lui malgré une tête en moins que le scientifique.

-Oh, t’as même apporté de la visite. Trop aimable. Ça tombe bien, je m’ennuyais.

Il ne se gêna pas pour lancer un clin d’œil en direction d’Hélène. Elle ne le connaissait pas mais elle savait déjà qu’elle n’arriverait pas à apprécier sa compagnie. Aussi, elle préféra faire semblant de regarder les alentours, feignant l’indifférence. Embêter par le comportement du jeune homme, Flynn ne put s’empêcher de le fusiller du regard.

-Je vous présente Elliot.

Le chercheur prit un air terriblement désolé en voyant le soigneur jouer avec l’anneau qui ornait ses narines.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Ile Mirabèce :: Port-Mirage :: Institut Océanographique-
Sauter vers: