:: Mhyone :: Réseau routier :: Route 5 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Voleurs du dimanche || Artémis Bleuette

avatar
Région d'origine : Sinnoh
Expérience : 168
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Juin - 15:33
Il se fout de moi ? Complétement. Ce n’est pas possible autrement. Depuis que Skygge a débarqué sur l’île et que je l’ai retrouvé à Nox Illum, c’est le jeu du Rattata et du Miaouss. Outre le fait de quitter la chambre d’hôtel en pleine nuit, où nous dormions en tout bien tout honneur, monsieur communique seulement par photos maintenant. Il m’envoie une photo, je dois le trouver. Si je ne suis pas assez rapide, il quitte les lieux sans demander son reste. Je l’ai rattrapé une fois depuis le début de son petit jeu. Une seule et unique fois. Seulement parce que l’on voyait très clairement l’endroit où il se trouvait, grâce à une carte d’arrêt de bus. J’étais arrivé énervé, épuisé, et dans l’incompréhension la plus totale quant au but de ce petit jeu. Lui, il se marrait bien. Il disait vouloir s’amuser, découvrir cette région et me montrer des coins que je n’aurais pas été chercher tout seul. Un point pour lui. Je ne me balade au fin fond de la cambrousse pour le plaisir, moi. Sauf quand je déprime. Chose que je n’ai pas eu le temps de faire ces deux dernières semaines. Skygge est mon stimulant, celui qui me permet de revoir la vie du bon côté lorsque les choses tournent mal. Il a compris mon mal-être vis-à-vis de ce qui s’était déroulé lors de l’attaque contre la base d’Anima. Il a compris, et il cherche à me changer les idées. J’aurais applaudis son initiative si je ne me trouvais pas en première ligne.

Les jeux de pistes, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé.

La photo du jour montre un bâtiment au style ancien, bien conservé, avec ses poutres apparentes. Le style de Méridian. Pour la première fois depuis mon arrivée sur l’archipel, je passe de l’autre côté de l’île principal. Skygge veut me faire découvrir les environs. Il n’y va certainement pas de main morte. Et il ne pense certainement pas aux dépenses qu’engendre un tel voyage. Le taxi, ce n’est pas lui qu’il l’a payé. Sur ce coup-là, il va m’entendre parler. Je ne dispose pas d’un petit boulot et l’argent envoyé par Klara et Sigrid ne me permet pas des folies. J’ai beau avoir quelques économies, le fait de les dépenser dans les transports ne me met pas en joie. Lui, il a un travail à Frimapic. Afin de payer une partie de ses études, mais tout de même. D’ailleurs, il devrait encore se trouver sur les bancs de la faculté, à s’acharner à noter les cours dispensés par les professeurs. Des vacances à l’improviste ? Skygge ne s’est pas montré bavard sur le sujet.

Une première.

Pandore sur les talons, j’arpente les rues de la ville à la recherche du point d’où la photographie a été prise. Du bois, un décor quelconque, quelques plantes ici et là. Et du rouge. Sur les volets, la porte d’entrée. Un rouge qui détonne avec l’ensemble de la photo, mais qui offre également un certain équilibre. Le meilleur cliché de Skygge. Je n’ai pas manqué de lui en faire la remarque, mais il a préféré passer outre ma moquerie. Parfois, il peut se montrer aussi imperturbable qu’un Ramoloss en train de se faire dorer au soleil. Du grand art ! Surtout lorsque l’on prend en considération qu’il est la plupart du temps aussi remonté qu’une pile électrique. Je souris en repensant aux péripéties qu’il m’a fait affronter, aveugle à ce qui m’entoure. Erreur. Un coup dans les jambes me fait chuter lourdement. Hébété, les fesses à terre et douloureuses, je cligne plusieurs fois des yeux. Au-dessus de moi, deux pokémons volants. Dont un avec quelque chose dans le bec. Smartphone. Mon rythme cardiaque accélère, tandis que je recherche mon bien par terre. Rien. Que dalle. Néant.

Nom d’Arceus.

Le temps de relever la tête que les oiseaux filent déjà dans la rue, presque vide à cette heure-là. « Pandore ! » Je me relève précipitamment et me met à courir. Sur la gauche, un éclair passe à quelques centimètres de moi. Puissant, mais pas suffisamment pour toucher sa cible qui continue de filer. Bordel. C’est quoi cette merde encore ? Je cours, bouscule certaines personnes qui ne prennent pas attention à mon passage. Derrière, Pandore suit. Vérifier sa position est bien le seul luxe que je m’octroie. Hors de question de la perdre aussi. Ils filent, libres comme l’air. Inconscients de la détresse qui s’empare peu à peu de moi. Pas mon smartphone. Surtout pas mon smartphone. Là-dedans se trouve ma vie. Sans exagération de ma part. Mes contacts, mes diverses notes, les photos de Skygge. Mes souvenirs. Je serre les dents, alors qu’un point de côté menace sérieusement de me faire mettre genoux à terre. Hors de question de fléchir. Pas maintenant. Ralentir, s’arrêter, ce serait les perdre définitivement de vue. Je ne peux certainement pas me le permettre. Et pourtant.

Ils me sèment à la sortie de la ville.

Le souffle court, si ce n’est pas absent, je pose mes mains sur mes genoux. Mon côté droit me fait un mal de Ponchiot et j’ai les jambes qui flageolent, mais je ne peux pas arrêter. Ces pokémons ne doivent pas être loin, non ? Un rapide coup d’œil en arrière m’informe que Pandore est toujours présente. Fatiguée, essoufflée, mais présente. Faible, je titube légèrement lorsqu’il s’agit de reprendre la route. Bordel. L’endurance est à retravailler. Après. Une fois mon smartphone retrouvé et une gueulante poussée à l’encontre de Skygge. Il n’est pas directement responsable, mais cela me fera du bien. Une dernière grande inspiration, puis je me redresse. Un peu plus loin, sur la route, j’aperçois ce qui doit être une fille. Parfait. Peut-être qu’elle a vu la direction prise par les oiseaux. En une dizaine d’enjambées je me trouve à sa hauteur. Je dois avoir l’air fin avec la sueur sur mon front, mes joues rouges et ma respiration quelque peu hachée, mais ce n’est pas mon principal souci. « Excuse-moi … T’aurais pas vu des oiseaux bleus ... filer dans le coin ? » Je n’ai pas le nom de l’espèce en tête, mais cela va bien me revenir. Un jour. En attendant, voilà bien la seule description que je peux lui offrir. En espérant qu’elle ne prenne pas peur vis-à-vis d’un type à la dégaine incertaine et à la voix plus qu’enrouée.



#749AC6 - TCard
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kalos
Expérience : 697
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Juin - 19:59


Artémis était paniquée. Voila maintenant une bonne trentaine de minute qu'elle tergiversait au milieu de la route 5, ses doigts s'entrelaçant par réflexe. Elle était à Méridian depuis peu -depuis hier très exactement- et elle se trouvait déjà dans une situation très compliquée. A peine arrivée dans la ville médiévale, ses grands-parents lui avaient trouvés des occupations. Et par occupations, ils parlaient de services gratuits qu'ils avaient la flemme de faire. La blonde connaissaient bien sa famille, tous des profiteurs, elle n'était pas surprise. Toutefois, lorsqu'elle reçut sa première mission, Artémis avait un peu de mal à y croire. Délivrer une boite de couvert en argent au restaurant que tenait un ami de la famille. La tâche avait l'air simple, trop simple. Enfin, elle n'avait pas posé trop de questions et s'était contenté de se perdre dans les rues de Méridian, une caissette remplie d'argenterie hyper chère dans les mains.

Evidemment tout ne pouvait pas se passer comme prévu. Ce n'était même plus étonnant pour Artémis, elle semblait porter la poisse avec elle partout où elle allait. Un petit groupe d'oiseau rôdait autour de la blonde durant son parcours, attendant le bon moment pour attaquer et voler ce qui les intéressaient : ce qui brillait. A l'entrée d'une rue un peu moins peuplée, quelque chose percuta la blonde dans le dos, assez fort pour qu'elle perde pied et tombe en avant, la caisse d'argenterie envoyant son contenu dans tout les coins. Après avoir lâcher une dizaine de jurons, la jeune femme s'était redressée pour constater les dégâts. Ce qu'elle vit n'était certainement pas plaisant. Quatre Pokémon oiseau attrapaient dans leurs serres le plus de couvert que possible avant de s'envoler à toute vitesse. Abasourdie devant le vol qui venait de s'opérer devant ses yeux, Artémis n'eut pas de réaction directe. Ce qu'elle venait de voir était réelle ? Elle venait de se faire voler par un gang d'oiseau ?

Et la voila donc au milieu de la route 5, après avoir courut dans tout les sens dans les rues de Méridian, son dernier espoir était de retrouver les malfaiteurs dans la nature. Complètement perdue, elle avait envoyé son Cornèbre à la recherche des voleurs il y a dix minutes.

"Par Arcéus, je vais me faire démonter..."

Rien qu'en y pensant, la blonde se sentait mal. Elle remarqua à peine les deux Pokémon qui passèrent à toute vitesse à coté d'elle. Pas le temps de réaliser qu'ils étaient les même qu'auparavant, un jeune homme aux cheveux bleus s'approchent à petite foulée. Essoufflé et en sueur, le garçon n'avait pas l'air bien du tout. Artémis fouilla rapidement dans son sac pour en sortir une bouteille d'eau qu'elle allait proposer au dresseur du petit mouton, mais il la devança.

"Si, je les ai vu... Vous aussi ils vous ont volé quelque chose ? Ca fait une demi-heure que je cherche ces voleurs sans succès..."

Honnêtement, elle était un peu rassurée de ne pas être la seule dans cette galère. Au moins à deux ils auront plus de chance de retrouver ces foutus oiseaux. Elle tendit la bouteille d'eau fraîche au jeune homme avant de reprendre.

"J'ai envoyé mon Cornèbre à leur poursuite, et... Ah bah tiens le voila. Tu as trouvé où ils se cachaient ?"

Le volatile au plumage noir lança un regard perplexe vers les nouveaux arrivants mais se concentra sur les paroles de sa dresseuse. Avec son langage de Pokémon, il tenta de faire comprendre qu'il connaissait le chemin qu'avait prit les malfaiteurs. Un petit sourire se dessina sur le visage de la blonde.

"Bonne nouvelle, je crois qu'il sait par où ils sont partis. J'espère qu'on les trouvera. Eumh, vous venez ?"
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Mhyone :: Réseau routier :: Route 5-
Sauter vers: