HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Razvan ✻ Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again [TERMINÉE]
Razvan ✻ Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again [TERMINÉE]
Mar 21 Juin 2016 - 10:32
Région d'origine : Kanto
Messages : 19

Razvan Zidar

Razvan Zidar


Nom : Portant le nom de Zidar, ce n'est pas un nom de famille courant. Normal, c'est une famille qui ne fait pas d'histoire. Passionnée par les Pokémons légendaires, voilà bien des années maintenant qu'ils parcourent le monde pour en savoir plus sur eux.
Prénom : Razvan. Lui-même porte un nom qui pourrait faire penser à un Pokémon mais ses parents voulaient un nom original. Ils ne se sont pas loupés cela dit.
Âge : Il a soufflé ses 25 bougies il y a peu maintenant.
Origine : Provenant de Kanto, il n'a jamais pu aller plus loin que son jardin à cause de ses soucis de santé. Mais à présent, il prend sur lui et il voyage énormément. Doucement mais, sûrement.
Groupe : Cercle de la Justice - Emblème du Gueriaigle
Feat : Ogichi Shirosaki - Bleach


Surnom : Dès qu'il a rencontré ce Pokémon, il avait l'impression d'avoir en face de lui un ange de part le comportement de cette femelle Absol. De ce fait, il n'a pas été très inspiré et il l'a surnommé Angel.
Espèce : Elle fait partie des Absol qui parcourent ce monde.
Nature : De nature calme et disciplinée, elle est bien plus à l'écoute et attentive que Razvan. Elle a également très protectrice envers son dresseur. Un peu trop d'ailleurs.
Razvan n'est pas le genre de personne à vouloir des problèmes. Bien souvent, ce sont les problèmes qui viennent à lui. Aussi loin qu'il se souvienne, il a toujours été assez fragile physiquement à cause de son traitement lourd. Albinos, il n'a jamais pu profiter d'un bain de soleil car pour sa peau, c'était dangereux. Tout comme il ne pouvait pas aller dans le jardin car il souffrait de multiples allergies depuis son exposition à la poudre de Rafflesia. Il n'a jamais posé les pieds dans une école, il n'a jamais eu l'occasion de se faire des amis. La solitude a donc commencé à le ronger par de l'isolement que lui faisait subir ses parents et en particulier sa mère. Ne pas sortir, ne pas aller dehors, ne pas aller à l'école. À tel point qu'il a fini par l'accepter et qu'il est devenu très renfermé sur lui-même. En plus de ça, il est à présent complexé par son physique, se trouvant monstrueux et anormal. La banalité, il essaye de s'y adapter et de se fondre dans la masse comme une personne normale. Et de ce fait, il ne sort jamais sans masquer sa peau le plus possible. Notamment avec une capuche, des gants et même des lunettes pour ses yeux. Cette solitude et ce renfermement sur lui-même l'a conduis à opter pour un comportement agressif dès que quelqu'un s'approche trop près de lui. Un peu comme un chien lorsqu'on empiète sur son territoire. Il n'aime pas trop qu'on vienne le déranger dans sa bulle et il accepte que très peu de personnes viennent à l'intérieur. En soit, distances de sécurités obligatoires. Mais si la personne en face d'elle respecte son choix de se mettre à l'écart, alors il va être à l'écoute. L'ironie et le sarcasme en premier lieux, il a appris à relativiser avec la plaisanterie. Razvan relativise beaucoup d'ailleurs. Il fait partit de ses personnes qui se rappellent qu'il y a toujours plus malheureux que soi. Et puis, pour la fête d'Halloween, il se balade en short et en tong car c'est le seul moment de l'année où les monstres peuvent être sexy. Sinon, chez lui, il se balade très souvent en kimono, très enclin aux traditions japonaises. Il a le sens du respect et de la bienséance même si quelques privilégiés seulement peuvent entrer chez lui.

 ▌NOTHING CAN BE EXPLAINED -

And this is the best.


Les portes coulissantes de la chambre avaient fini par s'ouvrir. On ne pouvait y voir à travers que des ombres s'agiter derrières les stores fins parsemés de fleurs de cerisiers et de rossignols. La mère venait de donner naissance à un enfant qui criait, hurlait même. L'infirmière venait d'inviter son mari à entrer. L’albinisme est héréditaire et le père en souffrait. Alors en voyant ce bébé si fragile montrant les mêmes symptômes que lui, ses premiers mots envers lui étaient des excuses avant de le prendre dans ses bras avec méfiance. La crainte de ne pas avoir assez de force pour le porter. Pourtant, malgré tout, la mère épuisée riait en les voyant tous les deux. Il y avait des airs de ressemblances. Elle était la seule en bonne santé dans cette famille de voyageur. La maison était très souvent vide. Le temps passait et l'hiver avait été rude. Razvan, nouveau-né de son état, n'avait pas cessé de tousser et de pleurer. C'était son père qui l'avait baptisé ainsi avec le consentement de sa mère. Mais une fois que le soleil de l'été était venu réchauffé le tapis de sa chambre, il ne pouvait que profiter de la chaleur, n'osant pas ouvrir les yeux en présence de la lumière. Et de ce fait, sa mère le prenait régulièrement dans ses bras pour l'emmener à l'abri à l'ombre des Camélias. Il n'y avait que dans ses bras que l'enfant ne pleurait pas. Cependant, il privait également ses parents de voyages et de découvertes. Leurs ferveurs et leurs manques se montraient petit à petit sur leurs visages devenus triste. La tristesse n'était pas là à cause de leur fils mais plutôt à cause de leurs envies de partir. Ils ne pouvaient pas le laisser derrière eux seul.

Alors, la maison se remplissait un peu plus chaque année. Les parents de Razvan engageaient plusieurs domestiques pour s'occuper de lui lorsque ses parents s'absentaient. Il ne leur en a jamais voulu de partir ainsi en le laissant derrière. Plus il grandissait et, plus il prenait conscience de sa condition physique. Il ne pouvait que leur dire ce qu'il souhaitait afin que ses parents lui ramènent un souvenir de chacun de leurs voyages. Des babioles, des petites choses. Cela pouvait aller d'un coquillage venant d'un Kokiyas jusqu'à une peau de Abo ou bien des vêtements venant de Céladopole. Mais même si la bonne avait beau être gentille et aimable avec lui, il ne quittait que très rarement sa fenêtre. Les infirmières surveillaient à ce qu'il n'aille pas dehors tout seul. Contrairement aux autres enfants, il était heureux lorsqu'il entendait les gouttes de pluies s'abattre sur le carreau. C'était signe pour lui qu'il avait le droit de sortir. D'ailleurs, c'est un de ces jours de pluie qu'il s'est mit à détester les Rafflesias. Sortant dans le jardin, il était allé ramasser quelques framboises pour que la cuisinière lui en fasse une tarte. Cependant, Razvan avait profité d'un moment d'inattention de la part de l'infirmière pour se faufiler en dehors du jardin. La cour donnait accès à une forêt puisque, pour accéder à la partie ville, il fallait passer par la porte d'entrer.

Regrettant légèrement son choix, il s'était perdu dans ce lieu. La nuit était sur le point de tomber, les Malosse et les Démolosse entamaient leurs chants lunaires. L'albinos s'était abrité dans une clairière déboisée et, son ventre criant famine, il s'était mit à grignoter les framboises préalablement cueillies. Il faisait froid et il n'avait pour vêtement que son ciré trempé. Attendant patiemment que quelqu'un vienne le chercher, il regardait à droite et à gauche jusqu'à ce que ces yeux se mettent à le brûler. La noirceur ne lui avait pas permis de détecter où il venait de poser ses fesses et c'est sur les pétales d'un Rafflesias enfouis sous terre qu'il s'était installé. Le pollen de ce Pokémon s'était mit à lui brûler la gorge puis la peau. N'arrivant plus à bouger, il pouvait simplement sentir être soulevé, ayant réveillé le Pokémon plante qui se trouvait sous ses fesses. Un Pokémon peu commode d'ailleurs, ronchon d'avoir été réveillé. Des lianes avaient fini par sortir des pétales pour l'attraper par les poignets afin de le faire partir.

-« A-attend, je ne t'avais pas vu, je suis désolé ! » avait-il dit à l'intention du Rafflesia furieux à tel point qu'il ne semblait pas l'écouter.

Projeté au loin contre un arbre, Razvan était resté à Terre, incapable de se lever à cause des spores paralysants du Pokémon. L'excursion tournait peu à peu au cauchemar mais, une fourrure aussi blanche que lui avait fini par s'interposer entre l'albinos et le fleur géante. Il n'aura pas eu le temps de l'admirer et de le remercier puisqu'il avait fini par s'évanouir; les derniers bruits qu'il avait entendu étaient des rugissements. Le lendemain matin, il était dans son lit, toujours aussi empoisonné mais, branché à une poche de morphine avec un masque pour l'aider à respirer. Le poison avait atteint son système nerveux, empêchant ainsi le cerveaux de commander aux muscles d'assurer sa motricité. L'infirmière voulait qu'il comprenne qu'il avait eu beaucoup de chances. Un peu plus longtemps et c'est son cœur qui aurait cessé de battre. Attendant sagement que les infirmières repartent, son regard était revenu automatiquement sur la fenêtre. Il savait que ce Pokémon blanc l'avait sauvé. Pendant des jours, il était resté cloîtré dans sa chambre, dans son lit avec son masque sur la figure. Son professeur avait beau venir lui donner ses cours sur les Pokémons, Razvan arrivait à détourner le sujet en posant plusieurs questions pour avoir un indice, quelque chose de concret sur sa rencontre. Jusqu'à ce que celui-ci ait finis par lui donner une réponse qui avait capté enfin son attention :

« Les Pokémons sont comme les humains avec leurs émotions, leurs volontés. Si celui-ci est vraiment venu te sauver ce soir-là, c'est qu'il ne pouvait pas accepter de te laisser seul contre un de ses semblables. Il a même du te trouver idiot de t'aventurer sans être accompagné dans la forêt. »

Ne prêtant pas attention à la remarque sur son idiotie, l'albinos reposait son regard sur sa fenêtre. Ses parents venaient de rentrer en catastrophe après le coup de fils pour les tenir au courant de l'incident. Son sourire était revenu presque aussitôt en les voyant, bien qu'il se doutait qu'il allait encore se prendre une rouste dans la figure. Sa mère devenait de plus en plus possessive et protectrice tandis qu'il voyait de moins en moins son père. D'ailleurs, elle venait de rentrer seule et elle avait monté précipitamment les escaliers pour venir le voir. Serrant Razvan dans ses bras, il profitait de cet instant. Il savait pertinemment qu'elle allait repartir demain ou dans deux jours. Son retour sonnait aussi le début des restrictions de sorties bien plus serrées et sévères. Plus le droit de sortir du tout, même les jours de pluie. Plus le droit d'aller dans le jardin sans qu'elle le sache, qu'il soit accompagné ainsi bien couvert. Plus le droit de s'approcher des plantes, des Pokémons et de toutes choses vivantes. Sa maison devenait petit à petit sa prison alors qu'il voulait revoir ce Pokémon qui lui était venu en aide.
Les gouttes de pluies s'abattant sur sa fenêtre n'avait plus la même sonorité. Razvan avait développé des allergies énormes depuis cet incident. Elles l'empêchaient de sortir et l'obligeaient de porter un masque en permanence pour se protéger de la poussière. De temps en temps, il regardait par la fenêtre les autres enfants tenir par la main leurs mères ou leurs pères. L'amertume, la solitude, le mal être tout simplement le prenait. Il n'avait que pour occupation ses cours et son piano. Razvan grandissait dans cette maison devenue intemporelle. La seule compagnie qu'il arrivait à trouver était celles des domestiques. Il ne leur souriait même plus, ressemblant à une âme en peine dans cette maison typiquement japonaise. C'était la fille de l'une des servantes qu'il avait accepté d'héberger qui l'avait poussé à aller dehors. Une petite chipie selon certain mais dans le fond, il rêvait de pouvoir franchir les portes de son jardin à nouveau. Et puis, il avait un faible pour les chipies dans son genre.

Forcé de la suivre, elle l'avait pris par la main pour l'entraîner dans le jardin. Ils avaient à peu prêt le même âge et puis, ils avaient beau avoir bientôt seize ans, il faudra bien qu'un jour ils quittent le cocon familial. S'arrêtant un instant pou reprendre son souffle, revoir son jardin lui avait fait chaud au cœur. Si bien qu'il s'était assit sur la terrasse couverte en bois pour regarder les fleurs qu'il ne pouvait plus toucher. Les arbres fleurir et donner un pollen dont il n'osait plus approcher. Derrière un de ses arbres d'ailleurs, il avait cru reconnaître cette fourrure blanche qui lui était venu en aide il y a six ans. Se relevant difficilement, la fille l'avait aidé à tenir debout tandis qu'il s'approchait de cette espèce de chien blanc unicorne. Lui tendant sa main, il avait remarqué sa blessure à sa patte.

-« Il y a plein de médecin à l'intérieur, tu devrais venir. Je ne te ferais pas de mal et je te dois bien ça. » avait-il annoncé à cette Absol blessée tandis que son amie se méfiait à côté.

Le Pokémon avait accepté de le suivre, ayant reconnu ce garçon qu'elle avait sauvé contre le Rafflesia en furie. Ça donnerait un peu plus de travail aux infirmières ainsi. Mais il avait fallu appeler une spécialisée en Pokémon. Pendant que celles-ci soignait l'Absol, Razvan en avait profité pour lui trouver un nom et la baptiser Angel. Elle avait été comme un ange gardien après tout ce jour-là. Angel n'a plus quitté la maison une fois sa patte soignée. Même si les formalités obligent un Pokémon a être dans une Pokéball, l'albinos avait simplement attitré une balle à Absol en la faisant entrer une fois dedans. Sinon, elle demeure en dehors, ne voulant pas l'enfermer dans cette sphère. Ayant une auditrice, les mélodies au piano avaient pris une autre tournure, plus douce tandis que la Absol demeurait à ses pieds en écoutant. Jusqu'à ce qu'il ne supporte plus son traitement. Il n'était plus assis sur son siège à côté de l'instrument à corde mais étalé à terre, ses ongles se noircissant ainsi que ses yeux tandis que les pupilles devenaient jaune or. La chienne blanche s'était mise à hurler à la mort pour demander de l'aide au plus vite. Son museau noir se posant près du visage de son maître, elle sentait bien son souffle s’amenuiser. Il allait devoir dire au revoir à ses yeux bleus, la seule couleur un tant soit peu rafraîchissante qu'il avait encore. Le Pokémon blanc avait aidé les médecins à mettre Razvan sur son lit tandis que les infirmières s'empressaient déjà à préparer les piqûres et un substitut pour stopper la dégénérescence pigmentaire du maître de la maison.
Ne voyant rien, il avait peur. Peur des piqûres que son bras supportait de moins en moins, peur d'être aveugle, peur de ne plus pouvoir voir les touches de son piano. Cependant, Angel avait glissé sa tête en faisant attention de ne pas le blesser avec sa corne dans le creux de sa main pour le rassurer et lui faire signe qu'elle était bien là. Glissant ses doigts dans le pelage du Pokémon, leurs couleurs communes camouflées sa main dans le poil de l'animal tandis qu'il se laissait faire une nouvelle fois. Il ne pouvait donné sa confiance qu'à ceux qui se démenaient pour lui sauver la vie. Une vie que son père n'aura pas eu la chance de sauver. Le cancer l'ayant rattrapé à cause de sa nature fragile, il n'avait pas pu résister bien longtemps, d'où son absence à répétition. Lorsque l'opération pour stopper sa dégénérescence s'était terminée, une potentielle rechute était surveillée mais, la fenêtre restait tout de même son seul point de vue pour voir le monde. Il voulait voir le monde, quitter sa maison. Son amie qui l'avait poussé à quitter le jardin l'encourageait à le faire.

« Si t'as peur de tomber dans les pommes, je viendrais avec toi ! »

Il y avait de la moquerie dans ses paroles, il s'en doutait. D'un sens, elle n'avait pas tout à fait tord. Il avait vingt ans, il était bientôt majeur. Il avait le droit de décider par lui-même et de ne pas écouter sa mère qui en faisait bien trop depuis la mort de son mari. Ayant échangé un regard avec Angel, ils étaient tous les trois d'accord. Il fallait quitter le nid. Laissant tout de même un mot pour sa mère afin qu'elle ne s'inquiète pas, Razvan avait pris la relève de son père et il s'est à parcourir le monde pour trouver les Pokémons légendaires dont son père et son professeur lui parlaient tant. Il voulait les voir de ses propres yeux.

IRL

Surnom : Pour la forme, le petit surnom, c'est Shirosaki.
Âge : J'ai maintenant 23 ans.
Comment as-tu découvert le forum ? Via une publicité sur PRD alors je passais par hasard  Cool
Quelque chose à ajouter ? Je suis pas douée pour les discours donc on va s'arrêter là XD.
Re: Razvan ✻ Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again [TERMINÉE]
Mar 21 Juin 2016 - 15:11
Région d'origine : Mhyone
Messages : 389

avatar

Elisthel Firefly
Alors. Avant de pouvoir valider ça, il va falloir procéder à une relecture et une correction.
Le temps passé et l'hiver avait été rude > Le temps passait. Il y a plusieurs erreurs de conjugaison de ce type. Attention à certains usages abusif du participe présent. (Les infirmières surveillant bien à ce qu'il n'aille pas dehors tout seul., par exemple.)
avec le consentement de sa mère pour donner son accord > Tes phrase sont souvent longues, tu as tendance à te mélanger les pinceaux. Par exemple, là ça ne veut rien dire.

Une partie de tes phrases sont trop longues et perdent en sens. Je te conseille vivement de les alléger, cela donnera plus d'espace à ton texte et permettra une meilleure compréhension. Du coup, préviens moi quand tu auras fait une correction.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Razvan ✻ Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again [TERMINÉE]
Mar 21 Juin 2016 - 15:43
Région d'origine : Kanto
Messages : 19

Razvan Zidar

Razvan Zidar
J'ai fais la relecture et la correction comme demandé.
Re: Razvan ✻ Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again [TERMINÉE]
Mar 21 Juin 2016 - 16:03
Région d'origine : Mhyone
Messages : 389

avatar

Elisthel Firefly
BIENVENUE SUR MHYONE



Eh bien, c'est parfait ! Smile Je te remercie pour ta correction. J'espère que tu prendras plaisir à RP désormais !

Tu es dès à présent validé ! Nous espérons que tu t'amuseras sur Mhyone RPG. Si tu as la moindre question, n'hésite pas à aller en poser dans la partie Question & Suggestions. Tu peux regarder les nouveautés pour connaître les événements en cours. Nous t'invitons à créer un sujet dans les T-Card pour regrouper toutes les informations nécessaires à ton voyage. Tu as désormais dans ton inventaire 3 Pokéballs et un starter.
Bon jeu !


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Razvan ✻ Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again [TERMINÉE]

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives Administratives :: Présentations-
Sauter vers: