HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Yuzuru Narumi [fini]
Yuzuru Narumi [fini]
Jeu 20 Juil 2017 - 2:54
Région d'origine : Hoenn
Messages : 9

Yuzuru Narumi

Yuzuru Narumi
Narumi Yuzuru




Surnom : Yuki
Espèce : Pokémon gazeux [SPECTR] [POISON]
Nature : Jovial, curieux, gentil, très joueur, parfois discret
Détails :
- Mâle
- Talent : Lévitation
- Pas Shiny
- Il sort souvent de sa pokéball et joue souvent à faire peur aux gens.

identité
irl


Nom : Narumi
Prénom : Yuzuru
Âge : 15 ans
Région d'origine : Hoenn, Mérouville
Groupe du Poryweb : Rune de feunard
Archétype : Dresseuse
Feat : Yuno Gasai

Surnom : Akira
Âge : 27 ans
Comment avez-vous découvert le forum ? Google
Autre chose ?
psychologie & physique

Caractère : Il fut un temps où j'étais la plus naïve et la plus douce des petites filles... Ce temps est désormais révolu. Il fut un temps où j'avais une famille et depuis que je l'ai perdu, j'ai comme qui dirait changé... et pas dans la meilleure des conditions.

Avant toute chose je ne suis pas le genre de fille à fréquentations, parce que je ne me considère pas vraiment comme sociable. C'est vrai, après tout le mal qui m'est arrivé par le passé, j'ai plutôt tendance à avoir une personnalité évitante et une timidité à couper le souffle. Je suis une fille tout ce qu'il y a de plus gentille quand je ne suis pas sur mes gardes, en crise de parano ou bien que je ne suis pas en combat pokémon. Je regarde parfois ce nouveau réseau social auquel j'ai affaire sur mon téléphone mais je n'y poste presque jamais rien, je ne répond pas aux gens. Les seuls moments où je considère ce truc comme utile, c'est quand je me perd en pleine forêt ou quand j'ai de gros ennuis et que j'essaye d'appeler de l'aide. Sinon la plupart du temps, j'essaye d'être débrouillarde mais bon, ce pays m'est totalement l'inverse de familier et je m'y égare sans cesse.

J'ai tendance à analyser le peu de relations nouvelles que j'ai, surtout parce que je ne cherche que deux choses : être forte mentalement et au combat pokémon mais aussi, trouver l'assassin de ma famille. Voilà pourquoi je ne souris presque jamais, je ne dors pas facilement et j'ai tendance à plus faire confiance à Fantominus qu'aux étrangers. Bon, j'avoue, le Fantominus et moi on forme une très mauvaise équipe, d'une part parce que je ne comprend rien de ce qu'il me raconte et après tout c'était le pokémon de mon défunt frère, mais d'autre part et surtout celle-ci : parce que j'ai une phobie monstrueuse des pokémon. Effectivement j'ai tendance à être facilement effrayée par ces créatures et les éviter, c'est pourquoi je ne suis pas super proche de ce pokémon. Mais bon, il a la particularité d'être mon seul ami et quand je me sens seule ou effrayée, c'est le seul à me rassurer. La petite boule de gaz est gentille avec moi et fait tous les efforts du monde pour que je l'aime à sa juste valeur. D'ailleurs j'ai fais des efforts aussi de mon côté en lui donnant le nom de Yuki.

Physique : Parce que j'aime bien dire comment je suis de la tête aux pieds et me regarder dans le miroir en même temps.

J'ai de longs cheveux qui m'arrivent au bas du dos juste au dessus de mes fesses. Ceux-ci sont de la couleur rose bonbon et je les coiffe généralement de deux couettes derrière ma tête, tout en laissant en liberté deux lots de longues mèches devant mes épaules. J'ai une frange qui recouvre pratiquement la majeure partie de mon front et qui cache légèrement mes fins sourcils, eux aussi de couleur rose. Mes grands yeux sont ovales et entre le rouge et le rose pour ce qui est de leur couleur. Je dis entre ces deux couleurs car cela varie surtout de la luminosité du jour qui donne cette couleur. S'il fait par exemple un temps nuageux et sombre ou s'il fait nuit, mes yeux ne seront pas très rosés mais plutôt presque rouges, vous voyez où je veux en venir. Parfois je met un peu de mascara noir sur mes cils afin d'accentuer mon joli regard, mais il est rare que je mette autre chose qu'un maquillage que l'on nomme Nude ou Natural. C'est juste histoire d'avoir une belle tête au naturel, même en temps de fête. Les traits de mon visage sont fins et assez triangulaires, je ne pense pas être en surpoids. J'ai une poitrine dans la norme je dirais, elle n'est pas trop grosse et n'est pas trop plate non plus. Pour ce qui est des autres formes de mon corps, il n'y a pas grand chose à stipuler, pas de piercing, pas de bourrelets ni de formes disgracieuses et pas de tatouage à énumérer. En fait la seule cicatrice qui se trouve sur moi est dans mon cœur brisé en milles morceaux, et hélas, c'est totalement invisible à l'œil nu !

Pour finir, je vais m'arrêter sur mon armoire ou plutôt mon sac de voyage. Car oui, le fait est que je n'ai plus de maison, à Hoenn on pouvait si on le souhaitait faire partie du clan de Millepertuis et posséder une base secrète, mais ici, je n'ai pas trouvé la moindre cabane pour m'abriter même en temps de pluie. Du coup je fais comme je peux : du camping. Bref, je m'égare. Oui donc je disais que j'avais un look assez banal, enfin de compte. J'ai deux ou trois ensembles dans mon sac, l'un est un uniforme scolaire qui me rappelle avec nostalgie l'école des dresseurs. Il est violet, une marinière et une jupe plissée. Le deuxième ensemble n'est autre qu'une chemise de nuit blanche en soie. Mais vous me direz, c'est pas la meilleure des tenues à porter quand on campe dans la forêt infestée d'insectes. Et pour finir, ma tenue préférée est une robe noire assez simple mais très jolie. Voilà, ah oui, et j'ai une veste qui n'est autre qu'un hoodie violet. On dirait un kigurumi de chat coupé au niveau des hanches. Quant à mes chaussures, je n'ai qu'une seule paire et c'est mes chaussures d'école, des mocassins en cuir marron. Bref, si j'ai de l'argent je ferai peut-être les soldes dans les boutiques de fringues, on verra bien.
histoire

Je suis née à Hoenn dans une famille que l'on pourrait définir comme normale mais un peu populaire quand même. En effet, comme tout le monde j'ai des grands-parents, des parents, un grand frère, une petite sœur et un petit frère ; les deux derniers étant des faux jumeaux. Mais le plus important dans cette famille, ce n'est pas de savoir combien on était mais de savoir qui l'on était et surtout le nombre hallucinant de pokémon qui vivaient avec nous. Parce qu'en fait, ma famille était très connue dans la région pour le talent de ma mère Isabelle aux concours pokémon. Elle était championne de Hoenn dans cette catégorie et puis mon père Daisuke était Chef brigadier des pompiers. Il y a mes grands-parents, qui eux, sont les meilleurs boulangers-pâtissiers de la région. Mon grand frère quant à lui, avait le plus de pokémon dans la famille, il en capturait un par semaine et livrait de nombreux matchs avec tous les passants et touristes pour le fun, quand il ne révisait pas. Il était quand même connu pour être le plus fort et le plus envié de tout Mérouville ! Par contre moi j'étais tapis dans l'ombre. Je n'avais pas de talent particulier et encore moins de fan. Bwarf allez, on va dire que si l'on connaissait mon prénom quand je me baladais c'était parce que j'étais la sœur de mon frère quoi. J'avais pas forcément de titre et ça m'allait très bien comme ça.

J'aimais énormément Hoenn, je n'aurais jamais pu m'imaginer quitter cette région. Si je dis ça, c'est pour vous dire que par un malheureux concours de circonstances, j'ai dû m'en aller de Hoenn. Oui, hélas, on m'a envoyé dans une autre région pour une raison assez particulière et pas forcément des plus agréables. Mais je reviendrai plus tard sur ce détail ! Commençons par le début si vous le voulez bien.

Quand j'étais toute petite, les jumeaux n'étaient pas encore nés et j'étais à cette époque considérée comme la cadette de la famille. Mon grand frère Hiro en profitait donc et n'arrêtait pas de m'embêter pour passer le temps. Il me racontait des histoires d'horreurs tout le temps : Il me parlait de fantômes qui vivaient dans les placards, la cave et le grenier du manoir ; de sorcières qui m'attraperaient les chevilles et me les dévoreraient si je ne planquais pas mes pieds sous la couette durant la nuit ; d'aliens aussi qui pouvaient me capturer en pleine nuit si je sortais dehors après minuit. Et il me flanquait la trouille sur les pokémon sauvages, surtout les pokemon insecte, spectre et d'autres trucs comme les Mangriff. Il me faisait surtout comprendre que tout ce beau paquet de créatures s'en prendraient à moi si je ne lui obéissais pas, ou bien si je n'étais pas sage. Moi, naïve comme j'étais vous comprenez bien que je le buvais ses paroles comme s'il était parole d'évangile. Je l'admirais, pour moi il était super cool de me prévenir du danger, de me conserver et me protéger, mais c'est vrai que la plupart du temps j'avais super peur quand j'imaginais ce qu'il me racontait. Et puis j'étais une gamine super timide et douce à la base, jamais je n'avais fais de caprice ou bien de rébellion, j'étais vraiment une gosse calme.

Dans l'fond, mon frère c'était un mec bien quand même, un ado complètement con ça je vous l'accorde, mais sympa quand même. Hélas, c'est de sa faute -et même après qu'il ait arrêté de m'enquiquiner avec ses histoires d'horreur- si je faisais d'innombrables cauchemars chaque nuit. En effet, je ne passais pas une nuit sans m'agiter dans mon lit et ce depuis mes trois ans. Je cherchais tout le temps à trouver le sommeil sans jamais être véritablement reposée. Soit j'hurlais de mes terreurs nocturnes, soit j'étais somnambule, soit j'étais insomniaque et ces trois symptômes m'ont durant longtemps affecté de manière aléatoire. La journée j'étais tout le temps fatiguée au point que je ne faisais pratiquement aucune tâche ménagère, aucunes courses et que je n'aidais à rien. On m'envoyait surtout beaucoup à la sieste mais celles-ci aussi se finissaient mal en plus de ne durer qu'une poignée de minutes, et bien souvent elles étaient accompagnées de larmes au réveil.

Bref, on vivait dans un grand manoir à Mérouville, bon on n'était pas riche non plus mais ma famille travaillait assez bien pour payer ce joli bâtiment. Mes grands-parents paternels vivaient dans une région du nom de Kanto je crois, je ne les ai jamais connu personnellement et ce sont les seuls qui ne vivaient pas avec nous. Mes grands-parents maternels quant à eux, vivaient au quotidien à la maison afin de leur permettre de conserver leur emploi et d'éviter la maison de retraite. Ils étaient les meilleurs boulangers-pâtissiers de tout Hoenn et partaient tous les dimanches à la pêche au Magicarpe,... pour la passion. Mon père était pompier et ma mère était vendeuse en plus d'être championne aux concours. Quant à mon grand frère, il était étudiant en fac de médecine mais il était surtout un dresseur reconnu dans notre belle ville de Mérouville, il voulait être infirmier pokemon. Moi à cette époque, je n'étais encore qu'une petite pisseuse qui grandissait, qui allait à la maternelle puis à la primaire, puis à l'école pokémon.

Mais je voulais comme de nombreux dresseurs, partir à l'aventure au lieu de rester enfermée dans une classe de débiles mentaux. Simuler des combats sur des machines ou apprendre la table des types pokémon par cœur dans des bouquins, c'était vraiment pas mon tripe. Je voulais de l'action, de l'aventure, des rencontres, que ça bouge quoi ! Malheureusement, à partir de mes sept ans, j'ai fais une belle crise d'angoisse en pleine classe lorsque des dresseurs étaient venus nous raconter leurs anecdotes et nous avaient présenté leurs pokémon. Le médecin m'a longuement ausculté et fait plusieurs séries de tests avant de me diagnostiquer de source sûre une phobie des pokémon sauvages. Sûrement la faute de mon grand frère et ses histoires débiles me direz-vous et vous n'aurez pas tord. Le pire, c'est que cela entraînait des complications physiques, bon en fait j'avais déjà un cœur fragile mais on ne s'en est rendu compte que tard et seulement grâce à mes angoisses. Pour le reste, les migraines fréquentes provenaient directement de cette phobie. Plus je m'angoissais et plus j'avais mal au crâne.

Je n'osais pas m'approcher de l'herbe haute, des champs, je n'osais pas m'approcher de ceux qui avaient des pokémon et quand on me proposait un combat à l'école, on se moquait de moi parce que je n'avais pas de pokémon. Je ne pouvais pas en avoir, et pourtant j'en voulais un. C'est paradoxale, surtout en sachant que je vivais dans une maison remplie de pokémon mais eux ... j'avais l'habitude d'eux, les sauvages ou les pokémons des autres, j'en avais peur. Bref, j'avais foiré dès l'entrée le truc de base dans l'école des pokémon, c'est la honte, non ? Mais je me moquais bien de ce qu'ils pouvaient penser ces abrutis, j'avais un rêve qui était d'être poké-ranger et dans ma tête, je me disais que c'était possible, je l'imaginais genre dix ans ou quinze ans plus tard. Même les jumeaux qui eux, ont grandi de façon normale sans la pression de mon frère, se moquaient parfois de moi. Bah eux en même temps, ils avaient beau être très jeunes, mon frère leur avait déjà donné plein de pokémon. Ils ont eu cinq ans quand moi j'en ai eu onze. D'ailleurs Suzy et Jack (les jumeaux), adoraient particulièrement les pokémon électriques et me narguaient de ceux qu'ils avaient : Pichu, Posipi, Dédenne, Négapi, Pachirizu, Raichu. Le genre de type de pokémon que je n'aimais pas particulièrement. Moi j'étais plutôt raide dingue amoureuse des Métamorph. Leur texture bizarre, leur forme élastique, leur couleur pastelle et leur tronche totalement rigolote qui me faisaient penser que c'était les seuls pokemon sous leur forme originelle à ne pas être dangereux. Pas de griffe, pas de pattes, pas de crocs. Rien, nada. C'est pourquoi ma chambre était remplie d'accessoires de Métamorph.

Quoiqu'il en soit, ma vie a changé du jour au lendemain et pas forcément de la manière la plus agréable. Une nuit alors que j'étais prise d'une terreur nocturne -la plus violente de toute ma vie- et que je croyais cauchemarder, j'ai vécu quelque chose de vraiment horrible. D'effroyable, d'inimaginable. Le drame quoi. Je ne me souviens réellement que de deux choses : le sang et la migraine affreuse que j'avais eu cette nuit-là. Le reste je n'arrête pas de le raconter à la police depuis quatre ans, mais bon, ils s'en foutent eux, ils n'arrivent même pas à coincer les coupables. Bref, cette nuit-là aura été la pire de toutes.

Comme je vous le disais, je croyais dormir, cauchemarder et j'étais en pleine panique nocturne mais en réalité je crois que j'étais surtout somnambule. J'étais debout à me battre avec ce que je croyais être réel et je gesticulais dans le vide quand soudain mon petit frère s'est levé de son lit pour aller aux toilettes et le gamin s'est aussitôt mit à crier. Il a hurlé si fort qu'il en a réveillé la maison toute entière... excepté moi qui ne m'entendais même plus penser dans mes cauchemars. Bah parce que dans mes cauchemars j'hurlais dix fois plus fort que lui, mais revenons à notre petit frère. Je ne sais même pas pourquoi il a crié cet idiot. La famille a accouru vers lui dans notre chambre, sa jumelle qui dormait dans notre chambre s'est réveillée et a hurlé a son tour. Mon grand frère a rappliqué en courant depuis sa chambre et a soudainement reculé, choqué, il s'est même cogné contre la porte. Mes parents se sont levés et ont eu la même réaction que Hiro en me regardant. Mais qu'est-ce qu'ils avaient ? Et pourquoi je ne me réveillais pas ?! Par contre, mes grands parents étaient les seuls à ne pas être présents, car oui ils se levaient la nuit pour aller travailler à leur boulangerie.

Ma famille m'encerclait choquée, effrayée et restait là sans bouger, sans tenter quoique ce soit ou même s'enfuir de cette scène dont j'ignore totalement l'existence jusqu'à ce que je me réveille soudain en sentant mes pieds mouillés. J'avais dû marcher dans je-ne-sais-quoi mais une chose était sûre, c'est que c'était tiède ou presque chaud. En ouvrant les yeux, je constatais être debout dans le noir. Je m'approchais de l'interrupteur mural en manquant de trébucher plusieurs fois car de nombreuses choses molles se cognaient à mes pieds, me faisant des croches-patte. J'allumais la lumière et ma réaction fut immédiate. J'ai crié de surprise en voyant la trace de ma main rouge sur le mur, je me retournais aussitôt les yeux écarquillés. La pièce était maculée de sang, du sol au plafond, j'étais totalement repeinte moi aussi et il n'y avait qu'une arme au beau milieu de la pièce : un simple couteau de cuisine. Je me sentais instantanément manquer d'air en voyant cette inondation de sang sur le sol.

Je me souviens avoir senti une migraine affreuse frapper violemment ma tête à ce moment-là ou mes yeux ont croisé la lame du couteau. Puis quand j'ai regardé lentement tout autour de l'arme en suivant les innombrables flaques rouges, quand j'ai aperçu mes frères et ma sœur ainsi que mes parents, tous morts autour de moi... Et leurs pokémon qui pour la plupart n'étaient plus de ce monde. Je ne saurais vous dire à quel point j'étais bouleversée et choquée, j'ai hurlé d'un cri long et strident en m'attrapant le visage. Je n'arrêtais pas de me demander si je rêvais encore ou bien si c'était la réalité mais j'avais le cœur qui battait à deux cent à l'heure. Je me demandais également comment c'était possible, s'il y en avait encore un en vie, je me précipitais sur eux, je paniquais, je faisais n'importe quoi jusqu'à me recroqueviller au fond de la pièce. Le stress, la panique et cette chaleur qui montaient en moi ; ces sueurs froides qui perlaient partout sur mon corps et qui me piquaient la nuque. Puis ma voix stridente s'étendait dans tout le quartier jusqu'à ce que je m'évanouisse. Mon corps et mon esprit n'ont pas supporté de découvrir cette macabre scène. Je crois que j'étais plus terrorisée que triste à cet instant mais la peine et le deuil sont arrivés bien plus tard.

Après cette nuit de pure folie monstrueuse, je suis restée dans le coma durant deux semaines tellement j'avais été choquée de ce massacre. Les voisins et mes grands parents avaient accouru et ils étaient dévastés de trouver une telle horreur, ce sont eux qui m'ont fait hospitaliser. En vrai, même après être sortie de l'hôpital, j'ai cherché à comprendre ce qui s'était passé mais je remarquais vite que plus personne ne voulait me parler. Soit on chuchotait en me fixant du regard, soit on m'esquivait ou on m'ignorait dans la rue. Même mes amis qui compatissaient à ma peur des pokémon, ils m'ont jeté comme une vieille chaussette. Toute la ville de Mérouville me prenait déjà pour une folle. Les rumeurs ont circulé, les réseaux sociaux en parlaient, la télé également. Tous étaient attristés que leur championne, leur boulangerie préférée, le chef brigadier des pompiers n'existaient plus. Ils parlaient tous de meurtre mais la police n'arrivait pas à trouver le moindre indice. Ils ne comprenaient pas cette macabre histoire.

Je ne sais toujours pas qui a assassiné ma famille à l'heure d'aujourd'hui, la police pense que c'est moi mais ils n'ont pas de preuve, ils n'ont jamais trouvé la moindre empreinte sur l'arme du crime et j'ignore comment c'est possible. Durant longtemps je leur ai même demandé pourquoi j'étais la seule à avoir survécu ? Si y avait eu des traces d'effraction ? De vol ? De cambriolage ? Mais rien, y avait juste eu ce meurtre en série et ils ne savaient pas pourquoi j'étais seule survivante. Les médecins ont longtemps pensé que j'étais devenue complètement folle et pour finir mes grands-parents ont décidé récemment de m'envoyer loin d'eux pour leur propre sécurité. C'est monstrueux non ? Ne pas croire leur propre petite fille d'innocence alors qu'elle ne sait même pas ce qu'il s'est passé... Bref. Ils m'ont donné le seul pokémon qui avait survécu à ce massacre : le pokémon spectre de mon frère. Le voir ou l'entendre leur rappelait trop la présence énergique de mon frère et les attristait. C'est un Fantominus, c'est aussi un peu pour ça que ce truc a survécu au drame familial. Puis j'ai quitté Hoenn récemment à leur bon vouloir et sans même rechigner à partir, j'étais dévastée et déprimée. Au départ j'avais peur de Fantominus mais j'ai même pas cherché à le rejeter tellement je me sentais seule puis j'ai fini par y voir comme un symbole, une signification, ou même juste un signe du destin.

Si Fantominus était un fantôme, c'est qu'il pouvait peut-être parler aux morts, non ? Et j'ai souvent demandé à ce pokémon s'il savait quelque chose, s'il était capable de parler à ma défunte famille... En vrai c'était comme pisser dans un violon car je ne comprenais pas ce qu'il me répondait. C'est cette question qui tournait dans ma tête pendant longtemps et qui a fait que je me suis prise d'affection pour tous les pokémon spectres sans même m'en apercevoir. Même si j'avoue, je ne renoncerai pas d'avoir un Métamorph non plus.

Mais ma vie s'arrête-t-elle aux pokémon ? Bah non en fait. J'ai abandonné mon rêve d'être poké-ranger, j'ai arrêté mes études et j'ai commencé un long voyage initiatique mais pas pour être dresseuse particulièrement. Enfin si mais je me fous de ce genre d'étiquette à vrai dire. Ce que je veux moi, c'est retrouver les coupables qui ont décimé ma famille et leur faire payer au centuple ma vengeance la plus terrible, je veux retrouver mon honneur. Pour ça, je me dis qu'il va falloir que je sois une fille forte et que je vais devoir mettre de côté la peur que j'ai pour les pokémon sauvages. Voilà seulement deux semaines que j'ai mis les pieds à Mhyone. Je suis arrivée par avion, en vrai je ne connais rien de ce pays, je ne sais même pas comment me diriger ou m'orienter, et je ne cherche pas spécialement les badges ou les rubans. Mais je cherche surtout à être très forte et à me dépasser.
Re: Yuzuru Narumi [fini]
Jeu 20 Juil 2017 - 17:46
Messages : 1846

Admin

Admin
BIENVENUE SUR MHYONE




Voilà une histoire très intéressante (et glaçante) ! J'espère que son voyage lui permettra d'en apprendre plus sur le meurtre de sa famille en tous cas, ou peut-être à oublier ce tragique événement. Bien contente de te voir rejoindre la Rune surtout o/

Tu es dès à présent validé ! Nous espérons que tu t'amuseras sur Mhyone RPG. Si tu as la moindre question, n'hésite pas à aller en poser dans la partie Question & Suggestions. Tu peux regarder les nouveautés pour connaître les événements en cours. Nous t'invitons à créer un sujet dans les T-Card pour regrouper toutes les informations nécessaires à ton voyage. Tu as désormais dans ton inventaire 3 Pokéballs et un starter.

Tu peux demander un RP ici, ou nous rejoindre sur Discord !
Bon jeu !


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives Administratives :: Présentations-
Sauter vers: