:: Mhyone :: Méridian :: Château de Dulem Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au pays des songes {ft. Alex Diame

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Ven 6 Oct 2017 - 9:42
Alexandre Diame
Au pays des songes




Je faillis sursauter quand la voix de Mitochondrie résonna dans ma tête. Il allait vraiment falloir que je m’habitue, et c’était pour l’instant très loin d’être le cas. Après tout, Furfur en était également capable, bien que moins puissante que la Kadabra, et je ne doutais pas que le pokémon psy puisse effectivement m’adresser la parole en permanence ainsi. Et je n’allais pas non plus sursauter à chaque fois qu’elle le ferait, ce serait un peu ridicule et surtout déstabilisant pour les personnes avec qui je pourrais me trouver. Dans tous les cas, l’avertissement était passé, et, surtout, particulièrement bien pensé. Je m’étais laissé surprendre et distraire par les gens qui m’entouraient. Essayant de rester le plus discret possible, je baissais tranquillement le verre pour l’écarter de mes lèvres, portant mon attention sur la jeune femme qui venait de se pendre à mon bras. Tout Lord qu’il était, la réaction d’Owen aurait logiquement était celle-ci, et je me promis de remercier Akane, ainsi que Mitochondrie, un peu plus tard. Après avoir jeté un regard laissant un instant passer ma gratitude pour la rouquine, je reportais mon attention sur Lord Austin, appuyant les paroles de ma soi-disante femme.

« Et bien… Je crois que la Dame de ces lieux a parlé. » Lançais-je, sur un ton faussement amusé. « Et il serait malvenu de la contredire, je vous le garantis. Que dites-vous de retourner dans la grande salle et d’oublier cette histoire ? » Continuais-je, en leur souriant.

Si Lord Austin aurait pu être contrarié, il n’en laissait rien paraitre. Ce n’était pas le cas d’Angelica que l’annonce avait visiblement refroidie. Elle jeta un regard noir à Akane, avant de s’éloigner au bras de son mari, nous laissant alors seuls. Lord Austin et Lord Daman se regardèrent alors, et, après un court contact visuel, ils reportèrent leur attention sur notre « couple ». Comme d’ordinaire, ce fut le vieil homme mielleux qui reprit la parole.

« Qu’il en soit ainsi ! » S’exclama-t-il, d’une manière dramatique exagérée, accompagnant ses paroles de grands gestes théâtraux. Il fit alors signe à son fils de le suivre et, alors qu’ils passaient près de nous, je ne les lâchais pas des yeux. La scène était plutôt tendue, car, ne connaissant pas vraiment ce dont ils pouvaient éventuellement être capables, je ne voulais prendre aucun risque. Les deux Lord nous frôlèrent presque, et, lorsque qu’il fut à notre hauteur, Lord Austin nous glissa, avec un petit sourire, et sans nous regarder dans les yeux.

« Je vous conseille de bien profiter de votre dernière soirée, et nuit, de tranquillité, chers hôtes. On ne sait jamais, peut-être qu’il pourrait bien s’agir de la dernière. » J’eu soudain une vague de douleur au niveau des temps. Il était évident que ce n’était plus le Lord qui avait parlé, mais bel et bien le pokémon derrière toute cette histoire. Je ne répondis rien, la douleur étant trop soudaine et intense pour que je n’aie le temps de dire quoi que ce soit. Lorsqu’ils furent partis, je me retournais vers Akane, et lui offrait un sourire confiant. A vrai dire, les menaces faisaient souvent parti des choses qui n’avaient pas beaucoup d’effets sur moi, et, même s’il subsistait un petit doute quant à l’issu de notre combat le lendemain, je n’avais pas à le faire peser sur les épaules de la jeune femme.

« Bon et bah… Comme tu l’as dit, retournons faire bonne figure auprès de nos invités, on discutera de tout ça quand on sera seuls ! » Lui dis-je, avant de l’emmener de nouveau dans la salle de réception.

Comme nous avions pu le constater la première fois, la salle continuait de se vider. Visiblement, ce genre de réception n’été pas fait pour durer toute la nuit, ce qui était indéniablement une bonne nouvelle. Emilie courrait à nouveau derrière son Caninos qui portait curieusement un joli nœud papillon rose. Maximilien n’était pas loin derrière elle, et sa sœur était loin de l’oublier, l’attendant fréquemment pour lui permettre de jouer lui aussi avec le pokémon orangé. Je n’étais pas forcément à l’aise avec les enfants, et ceux-ci avaient beau être des images, je me sentais tout de même responsable d’eux, ne pouvant m’empêcher de frissonner à l’idée que, dans la vie réelle, ils avaient perdu leur père le lendemain de cette magnifique soirée. Je tâchais de l’oublier, faisant un dernier tour de l’ensembles de nos convives. Il n’y avait plus aucun signe de Daman ou Austin dans les parages. Après que leur coup ait été contrecarré par Akane, ils n’avaient visiblement pas voulu en faire plus. Je décidais alors de commencer à préparer notre journée de demain.

« Je te laisse quelques minutes. » Glissais-je à la jeune femme. « Et pas de protestations, tu n’as pas idée de tout ce que j’ai dû faire pendant ton absence pour occuper tous ces nobliaux. » Continuais-je sur un ton un peu amusé, lui faisant un clin d’œil, avant de la laisser aux bons soins de Lustrini et Angelica qui s’avançaient une nouvelle fois vers elle.

Je parti alors à la recherche de Georges, que je ne tardais pas à trouver. Le majordome était en train de finir d’organiser le départ des derniers convives, et il fut surprit de me voir arriver. Je sentis alors l’esprit de ma Balbuto entrer en contact avec le mien, scrutant mes pensées pour en connaitre le fond. Elle glissa simplement.

« Ce n’est pas bête. Ça ne suffira sans doute pas sans rien autour, mais c’est une sécurité. »

J’appelais donc le Majordome, l’invitant à me rejoindre. Après avoir salué un couple de deux personnes relativement âgées, mais fortunées, qui partaient en carrosse, il vint vers moi, avec un air interrogateur. Je ne ressentis aucune douleur au niveau du crâne, preuve qu’il n’était alors pas habité par le pokémon, et j’en profitais.

« Que puis-je faire pour Monsieur ? » Me demanda-t-il, comme à son habitude. Je tâchais de ne pas perdre de temps, ne lui racontant alors qu’une partie de la vérité.

« Il faut que ça reste entre nous. Tu as bien fait préparer mon épée pour demain ? » Il hocha affirmativement de la tête, et je continuais. « Bien. Tu vas en faire préparer une deuxième. Dame Akane voudrait s’échauffer avec moi demain matin, afin de s’assurer que je suis parfaitement en forme pour le duel. » C’était un mensonge que j’espérais plausible. Jamais le Majordome n’aurait approuvé de laisser la Dame affronter le colosse. De plus, même s’il l’avait fait, je ne voulais pas qu’il occulte l’épée d’Owen pour autant. L’heure n’était pas au duel loyal. Il s’agissait d’une question de vie ou de mort, et je n’avais que faire que nous soyons un, deux, ou dix, pour arriver à vaincre notre ennemi.

Contre toute attente, il hocha la tête sans trop discuter. Visiblement, Milla et Owen avaient l’habitude de parfois s’entrainer ensembles, et ma demande devait donc lui paraitre parfaitement plausible. Il me demanda alors.

« Sa lame de d’habitude, donc ? Et je me dois de rappeler à Monsieur de ne pas y aller trop fort pour ne pas se fatiguer. Même s’il est loin d’être au niveau de mon Lord, Daman est tout de même un adversaire coriace et imprévisible. Je ne saurais donc que recommander à Monsieur de se montrer prudent. » Me dit-il, avec un petit sourire. Sans que je puisse dire pourquoi, l’air confiant de Georges me rassurait un peu. Je lui répondis alors.

« Ne t’en fais pas. Ah, et, une dernière chose. D’ici demain, je ne veux pas que quiconque puisse voir mon épée, nous sommes d’accord ? Elle doit se tenir prête à l’emploi, mais dissimulée, ou assez discrète pour ne pas attirer l’attention. » Devant l’œil interrogateur du Majordome, je continuais. « Je ne connais pas assez les deux Lords pour leur faire confiance, et j’aimerais éviter tout désagrément. » Ma demande l’avait surpris, mais il paraissait plutôt soulagé de me voir prudent. Aussi, il hocha la tête sans poser plus de questions. Je le remerciais, avant de retourner dans la salle de bal.

Cette fois-ci, il ne fallut attendre que quelques dizaines de minutes pour que tous les convives soient partis. Emilie et Maximilien commençaient à s’assoupir, tous comme le Caninos. Ils avaient couru une bonne partie de la soirée, et je me doutais qu’une réception comme celle-ci ne devait pas être reposante pour deux enfants. Je m’approchais alors de mes deux prétendus enfants, somnolents, pour les prendre dans mes bras. Ils ne pesaient pas grand-chose, et ils enfouirent chacun leurs têtes dans le creux de mon cou, s’endormant peu à peu. Je les raccompagnais alors dans leur chambre, suivi par le Caninos lui aussi fatigué, avant de les coucher dans leurs lits respectifs. Le pokémon orangé grimpa immédiatement sur le lit d’Emilie, se couchant à ses pieds. Je leur jetais un dernier regard, curieusement attendri, avant de fermer la porte.

Je pris alors la direction de notre chambre, me reconcentrant. La soirée était tout de même assez loin d’être finie pour la jeune femme et moi, car nous avions beaucoup de choses à nous raconter, et surtout à planifier pour être surs de nous en sortir demain. La situation n’était pour l’instant pas à notre avantage, mais nous pouvions y arriver. Une fois seuls, je m’installais sur le canapé, et je lançais à Akane.

« Bon ! La soirée a eu au moins le mérite d’être instructive. Je ne sais pas ce que tu as appris, mais la théorie de Furfur est la suivante. » Je marquais un petit temps d’arrêt, sachant que, effectivement, je ne ménageais pas ma partenaire dans cette aventure. Mais la situation était plutôt grave, et nous n’avions pas vraiment le choix. « Donc, selon elle, si le pokémon arrive à nous tuer ici, nous aurons des séquelles quasi-similaire dans la vraie vie. Le processus serait également valable dans l’autre sens. Furfur est persuadée que, si nous blessons ou tuons un avatar pendant que le pokémon le contrôle, il perdra suffisamment d’énergie pour ne plus être capable de maintenir le rêve. Je sais que, vu qu’aucun de nous n’est fort en duel, cette solution est assez difficile, mais au moins on a un axe d’approche. » Lançais-je, sur un ton enthousiaste. Ce n’était pas forcément grand-chose, mais, au moins, nous progressions un peu.





© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Wise
Région d'origine : Mhyone
Sam 7 Oct 2017 - 14:04
Akane Wise


Les dernières paroles de Lord Austin glacèrent le sang de la jeune femme. Même si elle avait prévu un plan pour le lendemain, la confiance démesurée du Pokémon la fit douter. Akane afficha une petite mine, peu sûre d’elle. Alexandre paraissait plus confiant. La rouquine se demandait comment il arrivait à rester de bonne humeur malgré la tension ambiante.

La jeune femme s’occupait des derniers invités alors qu’Alexandre s’éclipsait. Lui ayant fait faux bond pendant la soirée, protester son absence aurait été malvenu. Aussi elle fit semblant de rien. Avec Cunégonde, elle raccompagna les personnes restantes à l’entrée du château. Bientôt, la salle fut entièrement vidée. Seuls restaient Emilie et Maximilien avec leur fidèle Caninos. Le personnel du château commençait déjà à ranger la salle, balayant le sol. Vide, la salle de bal paraissait beaucoup moins attrayante. Akane afficha une petite mine, déçue ne pas en avoir profiter un peu plus. Néanmoins, le Pokémon ne lui avait pas laissé le choix. Elle devait se sentir prête pour demain.

Alexandre s’occupant des enfants, elle en profita pour aller enlever sa robe et enfiler une tenue plus confortable. La jeune femme fit un signe de main à sa servante attitrée, l’intimant de la suivre. Une fois dans la salle de bain, Cunégonde aida la rouquine à se défaire de ses habits. A croire qu’il fallait être obligatoirement deux pour espérer se débarrasser d’une robe…

- Demain risque d’être mouvementé.

La dresseuse tourna la tête vers la domestique, étonnée. Visiblement, les nouvelles se propageaient vite dans le château. Cependant, Akane ne fut qu’à moitié étonnée. Avec tout le personnel en service, le bouche à oreille devait provoquer son petit effet.

- Il n’y a pas d’inquiétude à avoir. Lord Alexandre est le meilleur épéiste du pays.
- C’est bien ça qui me fait peur.

Si les talents d’Owen était tant redoutés, Lord Austin n’aurait probablement pas envoyé son fils en pâture. Daman devait cacher l’un ou l’autre secrets s’il avait pu battre le Lord aussi facilement. Aussi Akane ne souhaitait pas simplement le battre, non. Elle voulait découvrir le fin mot de cette histoire. Cunégonde ne répondit pas, laissant un moment de flottement. Akane comprit que même le personnel d’Owen et Milla redoutait ce moment.

- Je sais que c’est tentant mais… je ne veux que personne n’assiste au duel.
- Pardonnez ma désinvolture…. Pourquoi ?
- Je me doute bien que personne ici n’apprécie Lord Austin et Lord Daman. Voir perdre Daman serait amusant pour tout le monde.
- Je n’osais pas le dire, de peur de leur manquer de politesse.
- Néanmoins, je préfère qu’on ne perturbe pas Alexandre.
- Bien, je ferai passer l’ordre.

Une fois détachée de ses liens, Akane se sentit plus libre. Les robes de princesses c’était bien beau mais elles n’étaient pas confortables pour autant. La jeune femme enfila une vieille robe de chambre, parsemées de nœuds. Cette époque avait le chic pour ajouter des froufrous là où il n’y avait pas besoin.

Akane rejoignit la chambre, laissant Cunégonde vaquer à ses occupations. La servante devait sûrement avoir un boulot monstre mais avec le bal, il ne faisait qu’amplifier. Alexandre l’attendait déjà, assis dans le fauteuil. Mitochondrie était également apparue dans la chambre, retrouvant sa forme normale de Kadabra. La rouquine vint à côté du jeune homme, jambes rempliées sous son menton. Il expliqua ce que Furfur avait appris au cours des évènements. Mauvaise nouvelle, si le Pokémon les blessait dans le rêve, les blessures se répercutaient dans la réalité. Bonne nouvelle, c’était réciproque pour lui. Une chance de sortir de cette illusion se dessina peu à peu devant eux.

- J’ai moi aussi des informations. Elles peuvent paraître futiles par rapport à celles de Furfur mais voilà, je crois qu’il faut négliger aucun détail. Le Pokémon ne sait pas lire dans nos pensées. Il n’est donc pas au courant que c’est moi qui vais l’affronter demain. Cela signifie également que le Pokémon qui contrôle ce rêve n’est pas de type Psy – certains ont cette capacité de manipuler les rêves grâce à leur psychisme. On peut donc en déduire qu’on est face à un Spectre est dans ce cas là… il faudra faire attention à Furfur et Mitochondrie. J'ai également demandé à ce que personne n'assiste au spectacle. Le Pokémon pourrait très bien se cacher dans une autre personne que Daman pendant le duel.

Akane tourna son regard vers Mitochondrie. Le Kadabra hocha simplement la tête.

- Le Pokémon n’est pas là, tu peux lui parler du plan.

La jeune femme se rapprocha et exposa ses idées pour le lendemain. Elle n’osa pas le faire avant de peur de mettre également au courant leur adversaire. Sachant tous dangers écartés, elle pouvait parler librement. Après quoi, elle se leva du fauteuil.

- D’ici là, on se fait toujours passer pour Milla et Owen. Il faut garder l’effet de surprise jusqu’au bout.

Elle s’étira puis bailla à s’en décrocher la mâchoire. Akane fut surprise de savoir qu’elle pouvait également ressentir la fatigue dans le rêve. Ce Pokémon ne faisait pas les choses à moitié. La jeune femme s’assit sur le bord du lit.

- On devrait peut-être se reposer.

Akane se glissa dans les couvertures. Apparemment, le lit avait été changé par les domestiques, de nouveaux draps avaient été mis. La Kadabra se téléporta prêt de sa dresseuse, tirant les couvertures jusqu’à son menton. La rouquine fronça les sourcils, pas certaine de comprendre les intentions de son Pokémon.

- Je peux savoir ce que tu fais ?
- Bah… j’ai toujours voulu dormir dans un lit à baldaquin.
-  Ah ouais, t’as des goûts de luxe…

Mitochondrie ricana, imitant la voix de sa dresseuse de manière suraigüe.

- Tu peux causer. T’as vu où tu vis ? Dans un château !
- Tu veux te battre ?!

Akane se redressa et prit son oreiller. Elle l’envoya valdinguer dans la figure de son Pokémon. Celui-ci ne se laissa pas faire. Mitochondrie fit léviter plusieurs coussins à la fois avant de les envoyer successivement à sa dresseuse. En à peine quelques secondes, des plumes volèrent dans la chambre.

- Bataille d’oreillers !

A force de projeter les coussins dans diverses directions, Alexandre n’échappa pas aux projectiles. Akane ne remarqua rien, trop occupée à contrer son Pokémon. Mitochondrie profita de se trouver dans un rêve pour dédoubler à volonté les oreillers.

- Aaaah ! C’est pas juste, je peux pas faire ça !

La jeune femme se retrouva rapidement ensevelie sous une montagne de coussins, complètement hilare.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Lun 9 Oct 2017 - 11:08
Alexandre Diame
Au pays des songes



Même si la jeune femme avait avoué que ses informations n’étaient peut-être pas au niveau des miennes, il n’en était pourtant rien. Le fait de connaitre un peu mieux notre adversaire était un atout de taille, car elle avait indéniablement raison : Il y avait fort à parier que, si nous finissions par sortir de ce maudit rêve, il y avait tout de même de grandes chances que nous devions affronter le pokémon dans la réalité. Si notre plan fonctionnait, il y avait fort à parier que notre ennemi serait particulièrement mécontent. Mais, si c’était le cas, il n’allait pas être déçu du voyage. Je n’étais peut être pas un grand Lord ou un épéiste de renom, mais, s’il fallait s’occuper de celui qui nous avait mis dans ce pétrin, c’était, dans la réalité, largement dans mes cordes. Zagan se ferait sans doute un plaisir de nous venger, même si je me doutais qu’Akane voudrait surement prendre part à cet affrontement.

Toujours était-il que j’écoutais son plan avec attention. Eviter que trop de monde puisse assister au duel était indéniablement une bonne idée, car, au moins, le pokémon adverse aurait moins d’occasions de fuir dans un autre avatar. Nous semblions alors tenir, au moins très faiblement, nos chances de victoires. Il était vrai que je n’avais pas pensé que ma Balbuto puisse prendre une autre forme, mais l’idée d’Akane était plutôt rusée. Continuer de jouer sur l’effet de surprise était essentiel, mais, même si je doutais un peu que la jeune femme puisse l’avouer un jour, avoir sa compagne à ses côtés au moment fatidique était également une grande aide morale. En tout cas, j’aurais surement été soulagé d’avoir Furfur ou l’un de mes autres compagnons avec moi si j’avais dû affronter un tel défi. Mais je n’allais certainement pas laisser la jeune femme se débrouiller toute seule. Une autre épée, classique, attendait cette fois. J’étais presque sûr que Lord Austin assisterait au combat, et, si le pokémon prenait possession de son corps pour fuir, il allait falloir que je me charge de lui. L’idée de tuer quelqu’un ne me plaisait pas, mais je me rassurais rapidement : tout ça n’était pas le moins du monde réel. Je dis alors part de ma pensée à ma partenaire.

« Ton plan est plutôt pas mal, donc je te fais confiance. Si tu as privatisé le combat, il y a fort à parier que seul Austin sera présent. Donc, quand tu feras tomber Daman, il risque de paniquer et de se réfugier dans l’avatar de son père. A ce moment-là, je m’occuperais de lui avec l’épée que j’ai faite cacher dans la salle. » Je lui souriais d’un air confiant.

Alors qu’Akane, baillant et s’étirant, s’approcha du lit, je restais sur le canapé. Il était certain que le jeune couple de châtelains ne devait pas dormir toutes les nuits ensembles, et il ne me paraissait pas anormal que je puisse dormir sur le canapé le temps d’une nuit. De toute façon, la Kadabra avait visiblement choisi de s’installer aux côtés de sa dresseuse, pour elle aussi profiter de la vie de château. La scène me fit sourire, et je les écoutais d’une oreille distraite. Je commençais à fatiguer aussi, et un peu de repos me ferait sans aucuns doutes le plus grand bien. Alors que j’ôtais ma grande veste, puis ma chemise, pour me retrouver torse nu, il me vint une question assez simple. Si Akane avait enfilé une robe de nuit, dans quelle tenue étais-je censé dormir, moi ?

Je n’eus pas vraiment le temps de trouver une réponse. J’entendis un simple « Bataille d’oreillers ! », et, en me retournant, je pris un oreiller en plein visage. Visiblement, les hostilités avaient démarrées entre la jeune femme et son pokémon, contrastant terriblement avec la situation dans laquelle nous nous trouvions. Pourtant, je me pris rapidement au jeu, même si je n’intervenais pas tout de suite. La Kadabra trichait d’ailleurs un peu avec la réalité. Elle avait droit à des munitions illimitées, ce qui ôtait toutes chances d’une éventuelle victoire pour la jeune femme. L’oreiller toujours en main, je pris alors le temps de viser le pokémon jaune avant de lancer l’amas de plumes sur lui. La trajectoire était parfaite mais, au dernier moment, le pokémon psy esquiva, se téléportant plus loin. Effectivement, si elle voyait les choses comme ça, ça allait être compliqué. Elle relâcha alors l’attention qu’elle avait sur sa dresseuse pour se focaliser sur moi, envoyant une pluie d’édredons dans ma direction.

Je ne pouvais pas esquiver, mais Furfur avait visiblement décidé d’équilibrer les chances. Un bouclier invisible sembla comme bloquer les oreillers dans les airs, m’empêchant d’être touché par l’attaque. Ils firent alors volte-face, à nouveau propulsés mais dans la direction de Mitochondrie cette fois. Cette dernière se téléporta une énième fois auprès de sa dresseuse. S’ensuivit alors le calme avant la tempête. La Kadabra regarda alors Akane d’un air complice, et j’entendis la voix de Furfur résonner dans ma tête.

« On fait équipe ? » La situation ne laissait absolument aucun doute, alors que les deux camps de cette guerre improvisée se faisaient face.

Il ne fallut pas longtemps pour que les hostilités reprennent, et, ni Akane, ni moi ne faisions le poids contre les deux pokémons psy qui s’étaient déclarés une guerre visiblement sans merci. Ne souhaitant pas me retrouver entre leurs tirs d’artillerie, je décidais bien vite de m’attaquer à la jeune femme, toujours entourée de coussins. Puisque je n’avais pas autant de munitions qu’elle, je décidais d’attaquer au corps à corps. Il s’ensuivit alors une joute plutôt intense, et enfantine, alors que j’oubliais totalement le monde qui nous entourait.

Après une longue lutte, nous nous écroulâmes, riant, allongés l’un à côté de l’autre. Les deux pokémons psy firent disparaitre les oreillers, et semblèrent se volatiliser un temps, probablement pour ne pas attirer l’attention plus que de raison. Je restais alors allongé, profitant de ce moment d’insouciance aux côtés de la jeune femme, reprenant peu à peu mon souffle et mon calme. J’appréciais de plus en plus la compagnie de ma partenaire que je ne connaissais pas beaucoup plus que ça en final, mais, sur le moment, ça n’avait pas vraiment d’importance.





© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Wise
Région d'origine : Mhyone
Lun 9 Oct 2017 - 23:42
Akane Wise


La Kadabra profita pleinement du rêve, se servant de son psychisme pour invoquer des pouvoirs qu’elle ne possédait pas dans la réalité. Elle dupliqua les coussins et les envoya à la figure de ses adversaires, ne le leur laissant aucune seconde de répit. Furfur protégeait son dresseur grâce à un bouclier, renvoyant les attaques de Mitochondrie. Elle échappa de justesse à la pluie d’oreillers qui s’abattait sur elle, venant se placer aux côté d’Akane. Elles se regardèrent un bref instant et un sourire narquois se dessina sur le visage de la jeune femme.

Même en faisant équipe avec son Pokémon, la rouquine se voyait dépasser par les pouvoirs psychiques de celui-ci. Furfur et Mitochondrie s’étaient visiblement déclarer la guerre, oubliant leur dresseur respectif. Alexandre n’eut pas d’autres choix que de s’en prendre à Akane. Décidée de pas se laisser faire, elle répliqua à grands coups d’oreillers. Bien qu’acharnée, la bataille se révélait aussi amusante.

Les deux jeunes gens finirent par se laisser tomber sur le lit, rigolant avec complicité. Les deux Pokémon disparurent, laissant les dresseurs entre eux. Les rires laissèrent peu à peu place au calme. Elle ne savait pas si c’était à cause des endorphines, ou de la situation qu’ils vivaient ensemble, mais la rouquine se sentait à l’aise avec Alexandre. Elle ne savait pas trop quoi penser de lui, ils se connaissaient à peine. Du peu qu’elle avait perçu de son partenaire, ils paraissaient… différents. En tout, elle ne se trouvait aucun point commun avec le jeune homme. Du moins, pour l’instant.

La jeune femme reprit sa respiration avant de comprendre qu’Alexandre se trouvait torse nu. Pas que la vue soit déplaisante mais elle doutait très fortement que les hommes de l’époque dormaient ainsi. Mitochondrie avait probablement dû dans les pensées de sa dresseuse car elle réapparut. Elle secoua sa cuillère en direction d’Alexandre.

- Il me semblait bien que j’avais oublié quelque chose.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Alexandre se retrouva affublé d’une grenouillère et d’un bonnet de nuit. Akane fit les yeux ronds. Main devant la bouche, elle faisait du mieux qu’elle pouvait pour se retenir de rire. Aussi, elle préféra se garder tout commentaire. Furfur apparut également. Voulant sauver la dignité de son dresseur, elle l’habilla d’un pyjama un peu plus classique. Visiblement en désaccord, les deux Pokémons se bataillèrent de nouveau. Cette fois-ci, ils changèrent à tour de rôle la tenue de nuit d’Alexandre. Akane trouvait cela marrant au début mais ces chamailleries commençaient à lui taper sur les nerfs.

- Ça suffit, dit-elle sèchement.Le personnel n’est pas censé rentrer dans la chambre quand on se trouve à l’intérieur. Si personne ne nous voit, on est pas obligé d’être habillé comme des clowns.

Mitochondrie disparut sans dire un mot. Quant à Furfur, elle resta pour laisser le choix à son dresseur. Ceci fait, la Balbuto s’en alla rejoindre la Kadabra.

- Bon, j’avoue que ça me fait de la peine de te laisser dormir dans le fauteuil. Du coup, tu peux rester. Mais je te préviens ! Tente seulement de me toucher et Mitochondrie te fait imploser le cerveau !

Akane tourna le dos au jeune homme, s’en voulant de se montrer aussi… sévère. Néanmoins, elle préféra prendre ses précautions. Elle n’avait nullement envie de se retrouver dans la situation gênante de ce matin. Elle ferma les yeux et tenta de trouver un semblant de sommeil

_____________


Le lendemain, la jeune femme eut du mal à se réveiller. Elle bailla à s’en décrocher la mâchoire et se frotta les yeux. Le duel ! La rouquine sauta hors du lit, prise d’une soudaine panique. Elle devait un minimum se préparer. Dans les couloirs, son chemin croisa celui de sa servante. Cette dernière la salua puis la guida jusqu’à sa salle de bain personnelle.

Evidemment, une robe était déjà prête. Probablement pas la tenue la plus adaptée pour un combat à l’épée mais Akane demanderait un coup de main à Mitochondrie le moment venu. Pour le moment, la jeune femme laissa les servantes s’occuper du rituel matinal habituel.
Ce jour-là, la morosité planait dans le château. D’habitude, les servantes s’amusaient à raconter des ragots et rigoler pendant qu’elles préparaient Akane. Là, le silence planait. Cunégonde essaya de détendre l’atmosphère, sans grand succès. La rouquine ne savait pas si le cauchemar commençait à étendre son ombre ou si, simplement, la journée se déroulait de la même manière qu’il y avait quatre cents ans.

En croisant les domestiques, Akane eut l’impression de se rendre à une exécution publique. Le personnel se contentait de petits « bonjour », peu convaincants, en voyant la jeune femme. Personne ne se l’avouait et pourtant tout le monde redoutait le duel.

Les enfants attendaient déjà dans la salle à manger. Maximilien avait visiblement fini son petit-déjeuner et s’amusait avec le Caninos. Sa naïveté et son innocence devait probablement l’empêcher de saisir l’ampleur de ce qu’il se passait. En voyant Akane, il se précipita dans ses bras avant de coller sur sa joue un baiser humide. La jeune femme fut prise de pitié pour les enfants de Milla. Elle n’avait pas eu le courage de lire les pages du journal après le moment fatidique de la défaite d’Owen. Aussi, elle n’osa pas imaginer de ce qu’il était advenu d’Emilie et Maximilien. La fillette, elle, fixa le vide, son assiette encore pleine. Contrairement à son frère, elle semblait comprendre la situation. Akane s’assit près d’elle.

- Ca va ? souffla-t-elle.

Question purement rhétorique, vu l’état d’Emilie. Néanmoins, la rouquine tenta de converser avec elle, espérant la consoler. Emilie se contenta d’hocher mollement la tête.

- Je me sens… pas bien.

Sans savoir pourquoi, Akane prit subitement l’enfant dans ses bras. Il n’en fallut pas plus à Emilie pour libérer les larmes qu’elle contenait. La fillette était inconsolable et la jeune femme se savait pas comment s’y prendre. Les deux dresseurs pouvaient certes changer la fin du rêve mais l’Histoire était écrite. Même en gagnant contre le Pokémon, la défaite d’Owen resterait graver à jamais. Akane regretta de s’être autant attachée à ces images. Cunégonde, Georges, les enfants, Lustrini… Finalement, la rouquine les appréciait.

La jeune femme dû se séparer des enfants afin de rejoindre Alexandre au Dojo. Ne connaissant pas du tout cette partie du château, elle dû demander à Georges de la guider, prétextant vouloir de la compagnie. Le jeune homme l’attendait. Akane se demandait si ça valait réellement la peine de s’entraîner. Aucun des deux dresseurs ne maîtrisaient l’art de l’escrime. Un peu plus ou un peu moins, ce n’était pas ça qui allait changer la donne.  




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Mar 10 Oct 2017 - 11:57
Alexandre Diame
Au pays des songes



Je tâchais peu à peu de reprendre mon souffle après notre bataille amicale, alors que les deux pokémons psy s’étaient eux-aussi calmés. La présence de la jeune femme rousse à mes côtés était plutôt agréable, et curieusement assez apaisante. Elle était une inconnue, presque en tous points, pourtant, je ne ressentais pas cette gêne que l’on pouvait avoir en restant seul avec quelqu’un qu’on ne connaissait finalement pas si bien. Bien sûr, cette histoire avait aidé à créer des liens mais j’étais encore bien incapable d’en identifier la nature. Après tout, il se pouvait également qu’une fois sortis de cette situation plutôt… dangereuse, nous partions chacun de notre côté sans imaginer nous revoir. En fait, à y repenser, ça me paraissait un peu normal, enfin, du moins, c’était dans ma nature. Pourtant cette fois, sans arriver à réellement savoir pourquoi, c’était un avenir qui ne me plaisait pas vraiment. Enfin, il était encore trop tôt pour y penser.

Je sentis alors le poids du regard d’Akane, puis celui de la Kadabra, sur moi. Je me redressais, leur jetant un air interrogateur, ne remarquant pas le moins du monde le problème. La Kadabra m’inspecta quelques instants, sans dire un mot, puis elle avoua avoir oublié un détail. Je fronçais les sourcils, ne comprenant pas vraiment ce qu’elle voulait dire. Avant que j’aie pu dire un mot, je sentis un frisson, et lorsque je captais le regard hilare d’Akane, je finis par comprendre ce qui l’avait provoqué. Une grenouillère, hideuse, et un bonnet de nuit en laine m’habillaient à présent. Je ne pus m’empêcher un petit commentaire.

« Oh la vache… C’est IM-MONDE ! » Lançais-je, affichant un air dégouté.

Heureusement, Furfur passa à la rescousse. Je n’étais pas un grand fan du pyjama dont elle me revêtit aussitôt, mais c’est nettement mieux qu’avant, il fallait l’avouer. Enfin, je me sentais un peu moins comme un clown. Pourtant, Mitochondrie n’avait pas dit son dernier mot. Visiblement, la Kadabra tenait vraiment à ce que j’ai l’air ridicule, et m’habilla de nouveau comme elle le souhaitait. Ne pouvant pas me défaire de la nouvelle bataille entre les deux pokémons psy, je la supportais en espérant que leur manège ne continuerait pas trop longtemps et, surtout, que je ne me retrouverais pas dans un état trop ridicule.

L’intervention d’Akane me surprit un peu, même si elle me sortit alors d’une galère bien partie pour durer. Les deux pokémons psy, eux aussi visiblement touché par son ton un peu plus dur, s’arrêtèrent immédiatement. Furfur me rendit ma tenue initiale, et ils nous laissèrent ensuite de nouveaux seuls. La fougue de la jeune femme se dirigea alors sur moi. Visiblement, elle n’avait pas digéré notre réveil de ce matin – ce que je pouvais comprendre – et son ton cassant ne me blessa ni ne m’affecta pas plus que ça. De même, dormir sur le fauteuil n’aurait pas été un problème, mais il fallait avouer que le lit à Baldaquin était bien plus tentant. Je lui fis alors un petit sourire innocent, grattant l’arrière de ma tête, légèrement gêné. Je me repris bien vite, feignant une attitude seigneuriale exagérée, m’inclinant ostensiblement devant elle.

« Si ce sont les volontés de Madame… » Lui lançais-je, sur un ton amusé.

Je m’installais donc dans le grand lit à mon tour, m’allongeant sur le dos. Un bras derrière ma tête, et l’autre sur mon abdomen, je ne m’endormis pas tout de suite. Les nuits qui me séparaient d’évènements importants avaient l’habitude d’être des nuits blanches, ou presque, tant mon cerveau avait tendance à vouloir analyser toute la situation. Je jetais un coup d’œil à ma partenaire qui n’avait visiblement pas eu trop de mal à trouver le sommeil. Je l’enviais un peu, mais je repartais rapidement dans mes pensées. Ces dernières ne se fixèrent pas vraiment sur un point précis, si bien qu’au bout d’un moment, je sombrais moi aussi dans les bras de Cresselia

_______________________

Je me réveillais plutôt tôt. La journée venait de commencer – A en voir la luminosité encore très faible qui filtrait à travers les rideaux – et Akane dormait encore profondément. Je décidais de la laisser se reposer encore un peu. Après tout, la journée d’hier avait été éprouvante et nous n’étions pas au bout de nos peines. Je me glissais donc hors des draps, prenant garde à ne pas la découvrir, et je demandais à Furfur de m’habiller rapidement. Une fois que ce fut fait, je descendais dans les couloirs encore assez vides.

J’avais besoin de m’aérer un peu la tête, aussi, je partais faire un tour dans le magnifique parc qui entourait la propriété. Je ne croisais personne, et j’avais peine à croire, au vu de la stimulation de chacun de mes sens, que tout ça n’était pas réel. Les odeurs, les bruits, le toucher… Tout y était. S’il fallait attribuer une qualité à notre ennemi, c’est qu’il ne faisait pas les choses à moitié. J’aurais bien voulu pousser mon exploration plus loin, mais il ne fallait pas oublier que nous étions encore en dangers, et que le dénouement de toute cette histoire, qu’il soit bon ou mauvais, approchait à grand pas. Je décidais donc de faire demi-tour, partant en direction du dojo où j’étais censé retrouver Akane.

Lorsque j’arrivais dans la pièce, il n’y avait encore personne. Je ne savais pas vraiment si ma partenaire était déjà levée, mais j’en profitais pour inspecter les lieux. Georges avait visiblement respecté mes consignes, et l’épée préférée d’Owen était bel et bien préparée, et surtout si habilement dissimulée que, même avec les instructions du Majordome, j’eu moi-même du mal à la trouver. Je la laissais en place. Elle représentait en quelque sorte notre salut, et il était hors de question de prendre le risque qu’elle soit découverte, tant pis si je ne pouvais pas l’essayer.

C’est ce moment que choisi la jeune femme pour arriver. Elle portait une robe, assez peu pratique pour un éventuel combat, mais, au vu des capacités de Mitochondrie et Furfur, ça n’avait pas vraiment d’importance. Au contraire, même, sa tenue pouvait ajouter un facteur de surprise. J’attendis que Georges, nous jetant un dernier regard inquiet, sorte de la salle. Lorsqu’il le fit, j’eu un petit pincement au cœur. Quel que serait l’issu de notre affrontement, il s’agissait de la dernière fois que nous le voyions. Cette sensation de vide était un peu étrange, et il fallait que je me ressaisisse. J’arborais alors un sourire confiant, faisant un petit clin d’œil à la jeune femme pour détendre l’atmosphère qui s’avérait pesante.

« Alors, t’es prête à retourner dans notre monde ? » Dis-je simplement.

Je n’eus pas le temps d’enchainer sur quoi que ce soit, qu’à ma grande surprise, Alvin et Daman firent irruption dans la petite pièce, nous prenant de court. Heureusement, aucun de nous n’était encore armé, ce qui ne laissait aucune place à la suspicion. Je sentis alors un mal de crâne assez lourd m’envahir, alors que Daman posait son regard sur nous. Mais soudain, le mal s’estompa, sans que le Lord, ou plutôt le pokémon, ne le remarque. J’entendis une simple voix.

« On a trouvé une solution pour les maux de têtes. Mitochondrie s’occupe de protéger Akane, mais faites comme si de rien était. » Je mis alors ma main sur mon front, faisant mine de souffrir, alors qu’Alvin prenait la parole.

« Désolé d’interrompre de si touchants adieux… » Dit-il, sur un ton mielleux qui était insupportable. « Mais nous avons pensé que, comme vous étiez déjà là, nous pourrions en finir rapidement. » Dit-il, tout sourire, visiblement assez confiant. Il reporta ensuite son attention sur Akane.

« Je dois dire qu’il me tarde de rectifier cette erreur commise il y a quelques années, ma Dame. Mais en second ménage, vous épouser sera un véritable plaisir. » Lança-t-il, jetant un regard sans gêne sur la pseudo-compagne d’Owen. Son attitude était répugnante, mais j’étais d’accord avec lui sur un point : Autant en finir vite. Nous n’allions pas devenir des maitres épéistes en l’espace d’une paire d’heure, et le plan était déjà réglé. Il ne servait à rien de perdre notre temps.

« Et bien, j’approuve cette idée. » Dis-je, faisant fi de son commentaire. « Que Lord Daman prenne place face à son adversaire dans ce cas. » Lançais-je, avec un léger sourire, m’écartant alors de ma partenaire, et prenant soin d’avoir l’épée cachée à portée de main. Pour la première fois, les deux Lords parurent déstabilisés.

« Qu… Qu’elle est cette plaisanterie ? » Grinça Alvin. Je lui souriais alors naïvement.

« Et bien… Je n’ai jamais promis d’affronter votre fils en personne après tout. Et Dame Akane préfère tester elle-même l’homme qui, possiblement, deviendra son genre. N’est-ce pas ? » Bien sûr, je les provoquais un peu, espérant les déstabiliser. Une donnée que je n’avais pas prévue semblait nous avantager d’un seul coup. Lors Alvin avait toujours des vues sur la jeune femme, et, logiquement, Daman serait forcé à la retenue lors du combat. Ce stratagème risquait d’éveiller la curiosité du pokémon, mais il avait l’air d’avoir envie de jouer le jeu, pensant déjà, puisque c’était après tout son monde, qu’il avait déjà gagné. Lord Alvin fronça les sourcils alors que son fils lui jetait un regard un peu perdu.

« Vos manières sont peu orthodoxes… Mais tant pis pour vous. Si vous voulez modifier les termes de ce duel, nous acceptons. Seulement… Si Daman l’emporte, il vous exécutera sans que vous ne résistiez. Il en va de votre honneur, Lord Alexandre. » Glissa-t-il, reprenant son ton mielleux.

« J’accepte, il en va de soi. » Répondis-je d’un ton sérieux. Le Lord bedonnant fit alors un signe de tête vers Daman, qui se plaça en face d’Akane. Nous y étions, l’heure de vérité était enfin arrivée. Lord Austin siffla une dernière consigne à son fils.

« Ne l’abîme pas, je te préviens. » Dit-il sur un ton dur. Quant à moi, je me contentais d’un hochement de tête confiant envers ma partenaire, lui signifiant que j’étais prêt à jouer mon rôle. Le duel pouvait commencer.





© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Wise
Région d'origine : Mhyone
Mer 11 Oct 2017 - 12:02
Akane Wise


- Alors, t’es prête à retourner dans notre monde ?
- J’y compte...

La jeune femme n’eut pas le temps de répondre. Elle fut prise d’une migraine suite à l’apparition d’Austin et fils. Légèrement paniquée, Akane jeta des coups d’œil furtifs autour d’elle. La rouquine n’avait même pas eu le temps de se changer ! Mitochondrie ne pouvait pas se permettre d’apparaître. Néanmoins, Akane entendait sa voix résonner à l’intérieur de son crâne…

- Avec Furfur on vous protège des maux de tête. Fais juste croire à notre adversaire que tu as encore mal pour ne pas éveiller ses soupçons.

Effectivement, la jeune femme se sentait étrangement bien et ce en présence du Pokémon. Néanmoins, Lord Austin se faisait un malin plaisir de déshabiller Akane du regard. La jeune femme grimaça, répugnée par le personnage. Elle avait hâte de fendre en deux Daman et, par la même occasion, refroidir son père de toute envie… Les deux hommes se montrèrent surpris quand Alexandre annonça clairement qu’il n’affrontera pas Daman.

- Et bien… Je n’ai jamais promis d’affronter votre fils en personne après tout. Et Dame Akane préfère tester elle-même l’homme qui, possiblement, deviendra son gendre. N’est-ce pas ?
- En effet, enchaîna Akane en hochant la tête, Vous comprendrez que je n’ai pas envie de voir ma fille aux mains de n’importe qui.

Forcément, Lord Austin répliqua en redéfinissant les termes du contrat. Si Akane perd, la mort d’Alexandre serait alors fatidique. La gorge de la jeune femme se noua. Elle ne voulait pas avoir un mort sur la conscience… Alexandre se contenta simplement d’un hochement de tête quand la rouquine se tourna vers lui.

Epée en main, la jeune femme fit face au colosse. Avec sa carrure, Daman domptait n’importe qui. Heureusement que Lord Austin lui avait ordonné de retenir ses coups. Cela donnait un léger avantage à Akane et elle en tirerait parti du mieux qu’elle pouvait. Surtout avec son accoutrement, ce n’était pas du luxe…

- Honneur aux Dames.

Akane déglutit en attendant la voix de son ennemi. Elle était si grave qu’elle se demanda si ce n’était pas le Pokémon qui avait parlé à cet instant. Jusqu’à présent, Daman n’avait dit aucun mot, Akane le pensant ainsi muet. Elle s’avança prudemment puis donna un coup d’épée, un peu hasard. Daman esquiva et répliqua aussitôt. La dresseuse évita de justesse la pointe de l’arme en sautillant sur le côté.

La jeune femme savait qu’elle n’avait aucune chance toucher son adversaire. Ainsi, elle se contenta d’éviter les coups et de se tenir à distance de Daman. Probablement que les gestes d’Akane paraissaient maladroits mais au moins le fils n’arrivait pas à la toucher. Seuls les pans de sa robe prenaient les dégâts.

Aux fils des coups, Daman se montra plus virulent. Visiblement, il n’appréciait pas qu’Akane se défile et esquive ses attaques. Lord Austin perdait aussi patience, tapant du pied. Il ne put s’empêcher d’exprimer son mécontentement.

- Mais enfin ! Ça rythme à quoi ce cirque ?!

Malgré la protection de Mitochondrie, le mal de tête de la jeune femme revint. La douleur était largement supportable cependant, elle était la preuve de l’énervement du Pokémon. Il voulait vite en finir.

- Je pense que c’est le bon moment Mito’…

Akane, ignorant l’avertissement, continua son petit manège. Tant qu’elle pouvait, elle se contenterait d’éviter les attaques de Daman. Le colosse se montra de plus en plus violent, en oubliant presque la recommandation de son père. En tentant d’esquiver un coup, le pied de la rouquine glissa et elle tomba lamentablement à terre. En voulant se relever, Daman l’obligea à rester agenouillée en pointant sa lame vers son front. Un mouvement de plus et elle se faisait littéralement embrochée.

- J’ai gagné.

La jeune femme essaya de saisir son épée, posée juste à côté d’elle. Néanmoins, son corps ne répondait plus de rien, se voyant entraver de tout mouvement. Elle sentit l’ombre du Pokémon planer au-dessus d’elle, prêt à la happer dans son cauchemar. Akane dû réaliser un effort surhumain pour au moins espérer attraper le fourreau de son arme. Daman, lui, afficha un sourire satisfait, savourant sa victoire.

- J’ai… pas… perdu…

Voyant à quel point la jeune femme avait dû mal à parler, le colosse éclata de rire. Un rire monstrueux qui en disait long sur lui. Néanmoins, Akane n’avait pas dit son dernier mot. Elle réussit à se saisir de la poignée de son épée, la pointant en direction de son adversaire.

- Rafale Psy !

Le visage du colosse se figea instantanément. L’onde de choc, tout droit sortie de l'épée, se planta entre les deux yeux de l’homme. Tel de la porcelaine, son visage se fissura jusqu’à se briser en de minuscule morceau. L’avatar de Daman se brisa définitivement.

Libérée de son entrave, Akane se releva, non sans afficher une mine satisfaite. Néanmoins, le rêve n’avait pas pris fin. Comme l’avait prédit la jeune femme, le Pokémon s’était réfugié dans l’image de Lord Austin. Celui-ci fusilla la rouquine du regard.

- Bravo… bravo… mais je crains que cela ne soit considéré comme de la triche.

L’avatar accompagna ses paroles d’applaudissement. Il se rapprocha doucement de la jeune femme, le visage impassible.

- Parce que l’Entrave ce n’était pas de la triche ? Je n’ai fait que jouer au même jeu que toi, répliqua-t-elle. Je mettrai ma main à couper que c’était pour cette même raison que Lord Owen avait perdu, il y a 400 ans.
- Maligne, maligne…

Méfiante, Akane recula d’un pas. Le Pokémon, toujours sous les traits d’Austin, paraissait étonnamment calme. Les yeux fermés, il se balançait sur lui-même. La rouquine se demandait quel mauvais coup il préparait. En voyant une masse sombre se former entre ses mains, elle eut juste le temps de s’allonger au sol.

- Ec… ec… ec…

Les yeux d’Austin s’empourprèrent, arborant peu à peu un rouge vif. L’homme se déforma et rétrécit à vue d’œil. Le décor changea lui aussi, s’assombrissant jusqu’à devenir un fond entièrement noir. Une ombre remplaça le physique informe d’Austin.

- Vous êtes loin de m’avoir battu. Aussi je rappelle que vous êtes dans MON monde et je fais ce que je veux de vous.

Le Pokémon se dévoila enfin. La jeune femme s’en doutait : un Ectoplasma. Le Pokémon ricana, fier de ce qu’il avait entreprit.

- Et ce n’est pas un Kadabra et son idiote de dresseuse qui m’arrêta. JE SAIS QUE TU ES LA !

Mitochondrie apparut alors devant lui. Le Pokémon Psy était calme, fixant sa némésis.

- Soyez raisonnables. Je suis bien meilleur que vous -il continuait de s’adresser à Akane et Mitochondrie-, alors oui, je vous ai légèrement sous-estimer mais ce n’est qu’un détail…

La jeune femme se contenta de bailler puis de regarder ses ongles avec ennuis. Vexé, l’Ectoplasma rit jaune, tentant de capter l’attention de celle-ci.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Mer 11 Oct 2017 - 14:27
Alexandre Diame
Au pays des songes




J’observais avec, je ne sais pourquoi, une once d’inquiétude ma partenaire faire face au colosse. Un moment fatidique, et, surtout, indirectement, un duel à mort entre un colosse et une jeune femme. Certes nous avions un plan plutôt bien rodé, mais rien n’était non plus certain. Il ne suffisait de pas grand-chose pour que toute la situation bascule et je ne pouvais de toute façon pas me résoudre à l’idée d’abandonner mon amie si la situation tournait mal. C’était quitte, ou double, et, même si je me préparais à agir pour en finir une bonne fois pour toute avec le pseudo-Alvin, j’étais également prêt à bondir au secours de la jeune femme si le besoin s’en faisait ressentir. Pas par esprit de chevalerie, simplement parce qu’elle était ma partenaire et, qu’au même titre que je ne laisserais jamais l’un des membres de mon équipe derrière moi, il était hors de question de n’obtenir qu’une victoire partielle.

La danse entre les deux jouteurs commença alors. Comme prévu, Daman dominait mais retenait toutefois ses coups. Akane, elle, avait fait le choix que j’aurais fait à sa place : tout miser sur l’esquive en espérant que l’énervant ferait faire une erreur à son adversaire pour pouvoir contre-attaquer. Elle ne s’en sortait pas trop mal, mais l’irruption d’Alvin et Daman nous avait fortement déstabilisé, et, surtout pris de court. La jeune femme n’avait pas eu le temps de se changer, et sa tenue semblait particulièrement inadaptée pour un combat de ce genre. La lame de Daman, bien que grossièrement maniée tant l’homme prenait le combat à la légère, entamait sévèrement le tissu, coupant de profonds lambeaux dans les habits chics et raffinés de la Châtelaine. Si le revirement de situation avait pu déstabiliser le pokémon adverse, il n’en laissait pour l’instant rien paraitre.

En revanche, son énervement, lui, était palpable. Daman accélérait, ulcéré de voir la jeune femme qui esquivait chacun de ses mouvements, et Lord Alvin trépignait d’impatience. A ce rythme, ma partenaire n’allait pas tenir longtemps, et je n’aurais de toute façon pas mieux fait. Le ballet improvisé se termina brutalement, alors que la jeune femme tombait sur le sol, après avoir été déséquilibrée. La lame de son opposant s’arrêta juste devant son front. Pour Daman, ou pour n’importe quel spectateur d’ailleurs, le combat aurait été terminé. Mais j’avais suffisamment confiance en ma coéquipière pour savoir que c’était loin d’être le cas. Je sentis le poids du regard d’Alvin, triomphant, se poser sur moi. Je ne prenais même pas le temps de lui rendre, restant concentré sur ce que faisais la jeune femme. Lorsqu’elle brandit son épée qui était en réalité Mitochondrie, je me teins prêt. Tout allait probablement se jouer en quelques instants.

L’attaque surprise de la Kadabra pulvérisa le visage de Daman, qui s’effondra, en miette, comme s’il s’agissait d’une poupée d’argile. Mais nous étions toujours dans le rêve, ce qui signifiait que nous avions manqué notre cible. Très bien. Plan B. Lord Alvin n’avait en rien perdu ses moyens, félicitant la jeune femme malgré sa tricherie. De mon côté, je préférais me taire, soucieux de me faire tout petit aux yeux du pokémon que je devais abattre. Ce dernier ne tarda alors pas à reprendre sa forme normale, abandonnant son camouflage de fortune. Il s’agissait d’un pokémon bien connu, avec une forme violette assez caractéristique. Mais, de mémoire, je le trouvais tout de même un peu plus imposant que les pokémons « normaux » de son espèce. Il se remit alors à fanfaronner, avant d’appeler le pokémon d’Akane qu’il avait finalement réussi à déceler. Mais c’était une information importante que me confiait notre ennemi. Il n’avait visiblement aucune conscience de ne pas être face à un mais deux pokémons psy. Puisqu’il tenait tant à étaler sa victoire, je m’apprêtais à saisir l’épée qui allait me servir à l’occire et mettre un terme à cette histoire, lorsque la voix de Furfur m’interrompit.

« Attends ! » Je me stoppais net dans mon geste. « Je crois que j’ai fait une erreur d’appréciation. Et il faut que je te prévienne, il s’agit sans doute d’un dominant dans la réalité. Il est bien plus fort que ce que je pensais. Apprêtez-vous à faire ce que vous pouvez pour le battre, car le fait de l’occire ici ne suffira probablement pas dans la réalité. Pour le reste, laisse-moi te guider, fais mon confiance, et ne pose pas de questions. » Je lui donnais mon acceptation silencieuse, et elle poursuivit rapidement. « Je vais te rendre invisible aux yeux de tous quelques instants, et te téléporter au hasard dans la pièce. Lorsque je te le dirais, tu fonceras vers lui, et tu en finiras avec l’épée d’Owen. Bonne chance.». Sans que j’ai le temps de penser à quoi que ce soit, je me retrouvais soudain à l’opposé de la pièce. Pourtant, je pouvais toujours m’apercevoir aux côtés du pokémon, saisissant l’épée cachée. Mon pseudo-moi contourna alors le pokémon, comme je l’aurais fait, et se jeta sur lui, pointe de l’épée en avant.

Je compris alors où Furfur voulait en venir, et le pokémon sol venait de nous sauver la vie. Au moment où Alexandre bondissait, les yeux rouges se tournèrent sur le côté, et le sourire du pokémon spectre s’agrandit. D’une patte, il fit sortir une sorte de pic violet qui, à toute vitesse, embrocha net mon clone. Ce dernier mit les mains sur son torse, écarquillant les yeux, et baissant le regard vers l’espèce de lance violette qui transperçait son cœur. L’ectoplasma la retira d’un seul coup, et le corps Inanimé retomba sur le sol. Je commençais à comprendre le plan de Furfur, alors que le pokémon violet se retournait vers Akane.

« Vous croyiez vraiment vous en sortir aussi facilement ? Maintenant que nous sommes tranquilles, tous les deux, je ne pense pas te tuer tout de s-… » Il s’interrompit. En poussant un rugissement, un Alexandre fonçait de nouveau sur lui, venant de son angle mort, et tentant de l’embrocher. Il répliqua de la même manière, atteignant à nouveau son but, mais, cette fois, il semblait avoir perdu de sa superbe.

« Qu’est-ce qu-.. » Siffla-t-il, s’interrompant à nouveau alors qu’un Alexandre fonçait de nouveau sur lui. Furfur harassait visiblement son adversaire d’images de moi qui, certes se faisaient presque instantanément détruire, mais avaient au moins le mérite de déconcentrer notre ennemi. Ce dernier ne trouvait absolument aucun répit entre toute ces attaques, peinant de plus en plus à contenir le flot de Lord qui l’assaillait. Mon pokémon essayait de m’offrir une ouverture. Je l’entendis soudain.

« Maintenant ! » Effectivement, l’ectoplasma était à découvert. Je fonçais alors vers lui, sans réfléchir, suivant simplement mon instinct et la consigne initiale de Furfur. Je m’approchais, mais je me trouvais trop lent. Ce n’était qu’une question de seconde pour que je subisse le même sort que mes clones improvisés. Mais je n’avais pas le choix. Trois mètres. Deux mètres. D’un seul coup, je vis les yeux de l’ectoplasma se tourner vers moi. J’étais trop prêt pour reculer, aussi, poussant un rugissement à mon tour, je poussais davantage sur mes appuis. Le pic parti au même moment, en direction de mon visage. Par réflexe, avançant toujours, je décalais légèrement la tête, et l’attaque ne laissa qu’une estafilade légèrement sanguinolente sur ma joue. Il m’avait raté, et j’enfonçais l’épée d’Owen dans son cœur.

Tout bascula alors brutalement autour de nous, comme si la gravité n’avait plus aucune logique. Dans un hurlement, le pokémon se désagrégea et le château commença rapidement à se noircir. Les murs s’écroulaient alors que la scène toute entière tournait autour de nous. Soudain, dans ce chaos, le sol céda sous nos pieds, nous faisant alors chuter dans un puit sans fin.

_____________

Je me réveillais dans une énorme respiration, comme si mon cœur s’était arrêté et qu’on avait cherché à me réanimer. Je peinais à reprendre mon souffle, et ma vue était encore trouble. Je sentis alors le corps de la jeune femme toujours allongé sur le mien, me rappelant alors que c’était ainsi que nous avions chuté avant de sombrer dans cet étrange cauchemar. Je remarquais également que nous étions dans la salle de Bal, donc pas du tout où nous nous trouvions initialement. Cette dernière avait l’apparence que beaucoup de gens lui connaissaient : Délabrée, abandonnée et totalement vide. Mais je n’eus pas le temps de réfléchir davantage.

Un immense pokémon spectre rentrait alors dans la salle. Il n’était pas vraiment difficile de définir de qui il s’agissait. L’ectoplasma dominant devait au moins mesurer plus de deux mètres, et il était accompagné de Spectrum et de Fantominus, qui nous encerclèrent rapidement. Sans me relever, je décrochais la pokéball de Zagan, instinctivement, avant de l’envoyer au combat.

« Allez Zagan ! Il est pour toi celui-là ! » Lançais-je. Le Tyranocif sorti alors de sa pokéball en poussant un puissant rugissement, faisant face au pokémon dominant. Je me relevais alors prestement, aidant au passage Akane, et en lui souriant, plus confiant cette fois-ci. Ça, c’était un domaine que je maitrisais. « Bon, on dirait que c’est le dénouement ! Un dernier combat et on est libre collègue ! » Dis-je en lui faisant un clin d’œil.

Nous nous positionnâmes alors dos à dos, prêt à l’affrontement. Il me tardait de faire regretter à ce pokémon de s’en être pris à nous et, bien qu’en infériorité numérique, j’étais, cette fois, parfaitement prêt à lui faire payer son cauchemar au prix fort.






© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Wise
Région d'origine : Mhyone
Jeu 12 Oct 2017 - 12:30
Akane Wise



Akane écarquilla les yeux, choquée par la scène qui venait de se jouer devant elle. Alexandre tomba inerte, un pic planté de part et d’autre de son torse. Le Pokémon se tourna vers elle, un sourire satisfait aux lèvres. Déshabillant Akane du regard, l’Ectoplasma n’était pas si différent de l’homme qu’il incarnait quelques instants plus tôt. Mitochondrie, yeux clos, ne réagissait pas à la scène. Elle paraissait concentrée.

- Vous croyiez vraiment vous en sortir aussi facilement ? Maintenant que nous sommes tranquilles, tous les deux, je ne pense pas te tuer tout de s-…

Un autre Alexandre apparu, prêt à en découdre. D’abords déstabilisé, le Pokémon Spectre sut néanmoins répliquer. S’en suivit une nuée de dresseurs aux cheveux violets, assaillant de tous les côtés l’Ectoplasma. Akane se retrouva vite perdue parmi ces clones, tentant de visualiser le vrai Alexandre. Celui apparut derrière leur ennemi. Pendant un moment, la rouquine crut que la scène se déroula au ralenti. Elle voyait son partenaire foncé droit sur leur adversaire et ce dernier se tourner subitement. Préférant encore se voiler la face, la jeune femme ferma les yeux. Sa respiration se coupa net.

Le Pokémon émit un hurlement de douleur et Akane eut cette désagréable impression de tomber dans le vide. Elle ne savait pas exactement si les murs tombèrent ou tourbillonnaient mais tout était flou à ce moment précis.


_________


La jeune femme ouvrit subitement les yeux, peinant à respirer. Il lui fallut quelques secondes de flottement avant de comprendre qu’elle se trouvait toujours sur le dresseur. Se sachant aussi près, son visage s’empourpra. Akane avait presque oublié qu’elle s’était étalée sur lui. Cependant, elle était quasiment certaine qu’ils ne s’étaient pas évanouis à cet endroit du château. Ils se trouvaient dans une pièce qui ressemblait étrangement à la salle de bal du rêve. Complètement délabrée, elle avait perdu toute sa majestuosité.

La rouquine n’eut pas le temps de regretter la splendeur d’antan du lieu, l’Ectoplasma fit son apparition. Entouré de Fantominus et Spectrum, il paraissait prêt à en découdre, voulant se venger de l’humiliation qu’il venait de subir.

Alexandre ne se fit pas prier et envoya un Tyranocif contre l’Ectoplasma. La bête de roche semblait de mauvais poil. Akane espérait de pas devoir l’affronter un jour, tant elle semblait redoutable.

- Bon, on dirait que c’est le dénouement ! Un dernier combat et on est libre collègue !
- Yep ! On va lui mettre la misère !

La dresseuse se positionna dos à dos à son partenaire. Aussitôt, sa Kadabra apparut avec Furfur. Les deux Pokémons se placèrent chacun d’un côté de la rouquine. Mitochondrie tendit déjà sa petit cuillière en avant, choisissant un Fantominus dans sa ligne de mire.

- Je propose un petit jeu. Les Fantominus valent un point et les Spectrum en valent deux. Celle qui amasse le plus de points à gagner ! fit la rouquine à l’intention des deux Psy.

Sans plus attendre, Mitochondrie envoya un Choc Mental au premier Fantominus. One-shot ! Le fantôme disparut dans un nuage de fumée. Furfur s’amusa elle aussi à dégommer les Fantominus. Les fantômes répliquèrent tant bien que mal. Ils essayèrent de s’approcher de la Kadabra et de la Balbuto afin de les paralyser avec des Léchouilles. Sans succès, se prenant aussitôt une attaque Psy. Akane pouvait entendre la voix de Mitochondrie résonner, comptant les Fantômes qu’elle mettait au tapis. Furfur se débrouillait également très bien, battant avec une facilité déconcertante les boules de fumée.

Les Fantominus débarrassés, la Balbuto et la Kadabra s’occupèrent des Spectrum. Ils furent plus résistants que leurs congénères, obligeant Mitochondrie à utiliser des Rafale Psy pour les repousser. Egalement plus vicieux, ils n’hésitèrent pas se dématérialisés. Akane supervisait donc les deux Pokémon Psy, observant avec attention leurs adversaires.

- Attention à ta droite Furfur ! Mito, au-dessus de ta tête !

D’abords, la jeune femme eut du mal à suivre le fil mais petit à petit, la Kadabra et la Balbuto déblayèrent la salle, ne laissant aucune chance à leurs assaillants. De nombreux Spectrum fuirent le combat. Leur double type Poison donna un avantage appréciable pour les deux Pokémons Psy. Néanmoins, les spectres qui restaient dans la bataille, se montraient tenaces. Ils avaient d’abord empêché Mitochondrie de se téléporter en usant de Regard Noir. Ils répliquèrent ensuite à coups de Poing Ombre. Beaucoup trop concentré sur la Kadabra, ils en oublièrent sa collègue Balbuto. Cette dernière en profita, les affaiblissant peu à peu. Mitochondrie réussit à en battre quelques un, non sans l’aide de Furfur.

Une fois dépêtrés des sbires de l’Ectoplasma, elles se retournèrent vers leur ennemi commun. Apparemment, l’immense Spectre se débrouillait pas trop mal, résistants aux attaques déchaînées du Tyranocif. La jeune femme évita de justesse une Ball’Ombre. Après avoir vécu autant de temps, l’Ectoplasma devait avoir pris de l’expérience. L’ombre se défendait très bien, mettant parfois à mal le monstre de roche. Akane se plaça à côté d’Alexandre, venant lui prêter main-forte. Ils devraient encore travailler en équipe s’ils voulaient avoir une chance de vaincre l’ombre.

- Mitochondrie, Entrave !

Alors que le Spectre prépara une nouvelle nuée de Ball’Ombre, il fut coupé dans son élan. Les yeux de la Kadabra brillèrent, obligeant l’Ectoplasma à arrêter cette attaque infernale. Au moins, ils étaient tranquilles avec cette dernière. Ceci dit, le Pokémon était assez malin pour se défendre d’une autre manière. Une vraie plaie. Ils devaient agir vite.

- Que dirais-tu d’une attaque combinée ? Il a l’air coriace…

En temps normal, la rouquine aurait sûrement répugné à l’idée de combiner plusieurs attaques sur un même Pokémon. Cependant, leur adversaire se montrait incroyablement rusé et intelligent, en plus d’être puissant. Après avoir manipulés les deux jeunes gens sans scrupules, Akane estimait que cet Ectoplasma méritait une bonne leçon. Mieux, elle voulait également faire honneur à la mémoire de Milla, Owen et toutes les personnes ayant partagés leurs vies. S’ils y parvenaient, l’Ectoplasma arrêterait une fois pour toute ses manigances.

- Allez, encore un dernier effort, dit Akane son Pokémon. Rafale Psy !




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Jeu 12 Oct 2017 - 22:01
Alexandre Diame
Au pays des songes



Ma partenaire n’avait pas mis beaucoup de temps à reprendre ses esprits après son réveil. Zagan dévisageait toujours l’Ectoplasma qui, surprit, avait marqué un temps d’arrêt. Le temps sembla marquer un temps d’arrêt, mais Akane brisa le silence. Je ne pus m’empêcher de laisser un fin sourire se dessiner sur mes lèvres. Revancharde, la jeune femme provoquait délibérément ses adversaires. Il fallait dire que, contrairement à ce qui s’était passé dans le rêve, nous maitrisions cette fois totalement la situation. Nous étions dans notre monde, dans notre peau, et donc bien plus confiants. Ayant une pleine confiance en la jeune femme, je laissais Furfur à ses bons soins pour s’occuper de tous les fantominus et de tous les Spectrum qui nous entouraient. La bataille avait déjà commencée dans mon dos, je le sentais, alors que l’ectoplasma était toujours à l’arrêt. Qu’est-ce qui se passait dans sa tête ? Il hésitait ?

« Je vois que, quand nous sommes à armes égales, tu t’amuses nettement moins… » Lui lançais-je, provocateur jusqu’au bout. « Je vais te faire regretter sincèrement tout ce qui s’est passé, et cette nuit, et il y a quatre siècles. » Dis-je, en cognant mes poings l’un contre l’autre. Cette ultime provocation fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Fou de rage, l’ectoplasma géant fonça sur nous dans une vision absolument cauchemardesque. Mais je ne faillis pas. Pas cette fois.

« Zagan ! Vibrobscur ! » Le Tyranocif, solidement campé sur ses appuis, Ouvrit la gueule pour en laisser s’échapper un puissant rayon d’énergie ténébreuse, qui fila droit vers l’ectoplasma, le percutant alors de plein fouet dans une explosion noirâtre qui stoppa net sa course. Le spectre poussa un hurlement de douleur, nous regardant alors avec des yeux emplis de haine. Pour toute réponse, je lui fis un léger sourire, croisant les bras. Zagan rugit dans sa direction. Le pokémon adverse répliqua alors, se cachant dans le sol. Lorsqu’il ressorti derrière le pokémon ténèbres, il était déjà trop tard pour tenter d’esquiver. Un poing chargé d’ombre frappa alors mon compagnon, qui poussa un rugissement de douleur. L’ectoplasma flottait alors devant lui, visiblement satisfait de son coup. J’avais déjà pu remarquer qu’il s’agissait d’un pokémon particulièrement arrogant, et c’était d’ailleurs en partie ça qui nous avait permis de l’emporter sur lui. Je souriais alors, car, visiblement, il n’avait pas tiré d’enseignements de ses erreurs. Je décidais donc de contre-attaquer.

« Zagan, représailles ! Fais lui mordre la poussière ! » Le regard du Tyranocif se teinta alors d’une lueur inquiétante, et l’ectoplasma comprit bien trop tard son erreur. Le coup de patte du pokémon ténèbres, chargé d’une énergie noir, le percuta de plein fouet à son tour, et l’envoya voler plus loin. Mais je n’allais surement pas attendre qu’il reprenne ses esprits pour enchainer. Je donnais alors la suite de mes consignes à mon compagnon.

« Enchaine avec Lame de Roc ! Puis tête de fer ! » Le pokémon vert frappa violemment le sol de sa patte. A l’endroit supposé où devait retomber le pokémon spectre sortirent une série de rochers en formes de Rocs qui le percutèrent de plein fouet, l’envoyant à nouveau dans les airs. Mais Zagan avait d’ores et déjà commencé sa course et fonçait sur notre adversaire. Sa tête sembla alors se durcir, comme si elle se polissait, et se teinta d’un joli reflet argenta. Il percuta alors le pokémon ennemi de plein fouet, ce dernier ayant bien du mal à se remettre de la succession d’attaque.

Pourtant, à ma grande surprise, la créature était toujours debout. C’était tout de même remarquable, car les attaques de mon pokémon n’étaient pas réputées des plus tendres, et il avait l’avantage du type. Notre adversaire était donc particulièrement coriace, ce qui n’arrangeait pas du tout nos affaires. Ce dernier envoya alors une série de Ball ‘Ombres incroyablement rapides sur mon compagnon, qui ne put les esquiver. Même si les Tyranocif étaient résistants au type spectre, je pouvais sentir les dégâts des attaques sur le grand Lézard qui les encaissait en rugissant. A ce rythme, il ne tiendrait pas longtemps. Je sentis soudain la présence d’Akane à mes côtés. Elle avait visiblement terminé sa part du travail, et venait m’aider à finir le mien. Et son aide était très loin d’être de refus.

L’attaque entrave de la Kadabra fut en quelque sorte le salut du Tyranocif. Visiblement, la Kadabra connaissait également cette attaque, et le pokémon dominant dû se résoudre à ne plus nous asperger de balles spectrales. Zagan s’ébroua, soulagé que son calvaire soit terminé, au moins un temps. Je regardais alors Akane, lui offrant un petit sourire. Nous avions commencé cette aventure ensembles, et nous allions y mettre un terme ensembles. Alors qu’elle donnait sa consigne à sa partenaire, je fis de même pour Zagan.

« Zagan ! Avec elle ! Utilise Vibrobscur pour le finir ! » Le puissant rayon d’énergie se mêla à l’énergie psychique de la Kadabra, la même qui avait terrassé Daman un peu plus tôt. Le puissant rayon frappa l’Ectoplasma de plein fouet, causa une explosion de lumière violette. Visiblement, il n’avait que très peu apprécié la combinaison des types, mais tenait encore à peu père debout. Sans que j’aie à lui donner le moindre ordre, Le Tyranocif le chargea, avant de planter ses crocs ténébreux dans sa peau. Comme un trophée, il le souleva dans les airs à la seule force de sa mâchoire, le secouant pour augmenter la taille de sa blessure. Le pokémon spectre hurla de douleur, mais son cri perdit peu à peu son intensité, pour s’éteindre complètement. Zagan ouvrit la mâchoire pour laisser tomber le corps inerte de son adverse au sol, poussant un long cri triomphant. La masse violette inanimée commença alors à disparaitre doucement et, en quelques instants, il ne resta plus une trace de notre ennemi.

Le calme revint alors, et je m’asseyais, avant de m’allonger, épuisé par toute cette histoire. Je peinais à réaliser que tout ça était terminé, car, jusqu’au bout, l’issue de notre aventure avait été incertaine. Alors que l’adrénaline redescendait, toujours allongeait sur le dos, mon sourire s’élargissait. Je finis alors par éclater de rire, euphorique, prenant la mesure de notre victoire.





© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Wise
Région d'origine : Mhyone
Ven 13 Oct 2017 - 13:15
Akane Wise


Le Vibrobscur et le Rafale Psy s’entremêlèrent pour ne forme qu’une seule et même attaque, venant percuter l’Ectoplasma. Probablement le son et lumière le plus violent qu’Akane n’ait jamais vu. Malgré cette combinaison surpuissante, le spectre se releva. Certes chancelant mais ses pattes tenaient encore. Il était beaucoup plus coriace que ne l’avait imaginé la jeune femme. Sans un mot de la part de son dresseur, le Tyranocif se précipita sur l’ennemi, gueule grande ouverte. Il le mordit jusqu’à sang puis souleva la masse sombre, triomphant. Le Pokémon Roche secoua sa proie dans tous les sens. Akane ne put réprimer une grimace de dégoût et préféra tourner la tête pour ne rien voir de ce macabre spectacle. Le cri de l’Ectoplasma transperçait le silence de la salle, avant de s’éteindre peu à peu. Inanimé, il retomba sur le sol et disparut. Le combat était désormais terminé.

Alors qu’Alexandre s’allongea sur le sol, Akane avança prudemment vers l’endroit précis de la mort de leur ennemi. Passer devant Zagan -qu’elle surnommerait l’Impitoyable tant il se montrait violent-, lui fit un léger frisson dans le dos. L’Ectoplasma s’était montrer tenace mais elle ne doutait pas que le Pokémon de son coéquipier l’était encore plus. La rouquine inspecta le sol. Rien. Il ne restait plus rien du spectre. Juste un mauvais souvenir de cette nuit.

La rouquine s’écroula près de son partenaire et poussa un long soupir de soulagement. C’était parfois agréable de vivre la vie de Châtelaine. Cependant, elle ne regrettait pour rien au monde sa réalité. Elle se coucha elle aussi sur le sol, observant les restes du plafond. Le rire d’Alexandre surprit la jeune femme. Elle ne savait pas pourquoi il réagissait ainsi. Une chose était sûre, sa bonne humeur fut contagieuse et la rouquine n’eut pas à se retenir longtemps avant d’éclater de rire. La pression redescendit d’un coup. Akane se redressa pour s'assoir en tailleur, sourire aux lèvres. Mis à part pendant la bataille d’oreiller du rêve, elle ne se souvenait plus avoir ri ainsi dans la réalité.

Un peu plus loin, Mitochondrie s’était installée contre un pilier. Inquiète pour son Pokémon, la rouquine se précipita vers lui. La Kadabra avait les yeux clos et respirait bruyamment. Visiblement, elle s’était endormie. Elle avait dû épuiser toute son énergie dans l’illusion de cette nuit et le combat final ne lui avait pas laissé le temps de récupérer. Akane sortit sa Poké Ball, le rayon rouge happant Mitochondrie à l’intérieur. D’habitude, le Pokémon Psy tenait à rester près de sa dresseuse. Cette fois-ci, il n’eut même pas l’occasion de protester.

- Ça va aller, dit Akane en revenant près du jeune homme. ‘Chondrie est juste épuisée.

Sur ces mots, la rouquine ne put contenir un bâillement. Ils avaient peut-être dormi mais elle se sentait fatiguée. En regardant son téléphone, elle se rendit compte qu’ils n’avaient dormi que quelques heures. Ses doutes s’envolèrent en tirant un des rideaux poussiéreux qui ornaient les fenêtres. Le soleil commençait seulement à se lever.

- On a pas beaucoup dormi, en fait…

Après un sommeil agité, elle devait avoir une petite mine. Alexandre aussi mais dans la pénombre, elle distinguait à peine son visage. Elle regarda alors le sol. Malheureusement, il n’était pas aussi bien lustré que le soir du bal. Certaines dalles étaient même fissurées. Désormais, la jeune femme avait de la peine pour cette partie abandonnée du château.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Ven 13 Oct 2017 - 15:49
Alexandre Diame
Au pays des songes




Toute la tension qui s’était accumulée durant ces « derniers jours » si on pouvait les appeler ainsi s’était envolée brutalement à l’occasion de notre soudain fou rire. La situation n’était pourtant pas particulièrement drôle, il s’agissait simplement d’une euphorie intense qui ne tenait qu’à s’exprimer librement. Après tout, nous étions en vie, et surtout intacts, ce qui relevait presque du miracle. Notre adversaire était au sol, enfin façon de parler, et nous étions hors de dangers. J’observais alors, restant toujours allongé, ma partenaire se redresser, tout sourire. Elle s’enquit alors de la santé de sa Kadabra qui paraissait effectivement épuisée par tous les efforts qu’elle avait fournis. Je me mis alors en quête de Furfur, cherchant du regard ma nouvelle équipière qui en avait déjà tant fait elle aussi. Sa voix résonna alors dans ma tête.

« Je suis là. Mitochondrie a fait la majeure partie du travail, donc je ne suis pas aussi fatiguée qu’elle. Je vais continuer à m’assurer que vous ne courrez aucuns risques, toi et ton épouse. » Je fronçais les sourcils, ne comprenant pas du tout où elle voulait en venir. Son ton ne laissait pas vraiment penser à une plaisanterie, mais, après tout, les pokémons psy semblaient tout de même bien particuliers. Je ne répondais donc pas, levant les yeux au ciel, avant de reporter mon attention sur la jeune femme, lui souriant.

« J’imagine bien qu’elle est fatiguée, c’est quand même grâce à elle qu’on s’en est sortis. » Dis-je simplement, avant de poursuivre, voyant la lumière du jour poindre dehors et remarquant le bâillement de la jeune femme.  « Woah. Il fait déjà jour ? » Je devais bien avouer commencer à également bien sentir la fatigue qui envahissait peu à peu chaque parcelle de mon corps. Pourtant, je n’avais pas envie de quitter ainsi le château d’Owen et Milla. Pas avant de leur avoir rendu un léger hommage. Je me tournais alors vers Akane.

« J’aimerais bien explorer le château, maintenant que je le connais un peu mieux. Je peux pas m’empêcher de penser à Owen et Milla, et à ce qu’il s’est passé pour eux. Même si on peut dire que justice a été faite, j’ai l’impression qu’ils méritent que quelqu’un observe leur ancienne maison autrement que comme de simples débris. » Dis-je, grattant l’arrière de ma chevelure, un peu gêné. « Tu veux venir ? » Demandais-je alors à la rouquine.

Je fis revenir Zagan dans sa pokéball, avant de partir dans les couloirs, accompagné d’Akane. Furfur nous rejoignit rapidement, sans rien dire. J’entendis alors sa voix dans ma tête, elle paraissait un peu perplexe.

« Je voulais te demander… Depuis quand êtes-vous mariés avec Akane ? Le spectre vous a sans doute choisi parce que vous étiez proches du couple que formaient Owen et Milla. » Je fronçais les sourcils, lui répondant mentalement. « Encore cette histoire, mais de quoi tu parles ? » Lui lançais-je mentalement. « Je n’ai vu Akane qu’une seule fois avant aujourd’hui. » Il s’ensuivit alors un long silence, mais il me sembla entendre comme un rire dans ma tête. Visiblement, la Balbuto était particulièrement amusée par quelque chose qui m’échappait.

« Oh… Je vois. Alors tu devrais regarder ta main, dans ce cas. » Lança-t-elle.

Je m’exécutais, remarquant alors l’alliance que je portais à l’annuaire droit. J’écarquillais les yeux, ne connaissant absolument pas sa provenance. L’objet était simple mais semblait d’une qualité incomparable. Mais surtout, il me disait quelque chose, et je me souvins rapidement pourquoi. Cette alliance, je l’avais déjà vu à mon doigt, ainsi qu’au doigt de Milla. Elle était rigoureusement exacte à celle que portaient le Lord et sa femme. Je me retournais alors vers Akane.

« Akane, fait voir ta main. » Lui demandais-je.

Elle aussi portait l’alliance. Je mis alors ma main à côté de la sienne, pour vérifier ce dont j’étais pourtant sur. Nos alliances étaient identiques, témoignant sans conteste d’un engagement fictif que nous aurions pris l’un envers l’autre.





© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Wise
Région d'origine : Mhyone
Sam 14 Oct 2017 - 12:08
Akane Wise


La rouquine hocha à la tête à la proposition de son ami. C’était effectivement l’occasion parfaite rendre hommage à Lord Owen et Lady Milla. Après le drame qu’ils avaient vécu, ils méritaient bien cela. Akane se demandait même si, avec Alexandre, ils étaient désormais les seuls à connaître l’existence du couple.

- Bien sûr que je viens, sourit-elle.

Les deux jeunes gens se mirent alors en route dans le dédale de couloir. Désormais, ils connaissaient un peu mieux le château et pouvaient espérer ne plus se perdre. Alexandre, d’habitude un peu plus causant, se montra silencieux pendant un long moment. Akane ne préféra pas rompe ce moment de sérénité, pensant que c’était sa manière à lui de respecter la mort du Lord et de sa Dame. Néanmoins, il s’arrêta net, fixant ses mains.

- Euh… quelque chose ne va pas ?
- Akane, fait voir ta main.

Perplexe, la jeune femme s’exécuta. Elle remarqua alors qu’une bague ornait un de ses doigts. Exactement la même qu’Alexandre. Akane eut l’impression de vaciller. C’était pourtant un simple anneau. Simple mais joli. Elle tenta de l’enlever de son doigt.

- Oula ! Faut vite enlever ça, je suis pas une voleuse !

La dresseuse n’avait pas encore saisi le lien qui unissait ces deux bagues. Elle était simplement paniquée à l’idée qu’on puisse croire qu’elle ait volé un bijou de valeur. La rouquine tira l’anneau pour l’enlever mais il ne bougea pas d’un iota. Soudain, un rire résonna dans la tête de la jeune femme.

- Tu n’as donc pas remarqué où se trouve la bague ?

Akane reconnu la voix si particulière de la Balbuto d’Alexandre. Le Pokémon paraissait se moquer de la rouquine. Cette dernière fronça les sourcils en observant mieux le bague. Elle n’émit aucune réaction, bouche bée. Main gauche sur l’annulaire. Si c’était une blague, elle ne faisait nullement rire la dresseuse. Elle se remit à tirer avec force sur l’anneau afin de l’enlever. Pourtant celui-ci semblait vissé sur son doigt. Akane essaya de tourner le bijou sur lui-même mais il ne bougea pas non plus.

- Je… je n’arrive pas à l’enlever ! dit-elle alors que la panique l’envahissait.
- Du calme. Montrez-moi les anneaux.

Ne voyant pas d’autres solutions, les deux dresseurs approchèrent leur main de la Balbuto. Elle regarda à tour de rôle les anneaux. Pendant ce temps-là, Akane lança un regard inquiet à Alexandre. Intérieurement, elle voulut relativiser la situation. Cependant, elle avait reconnu les bagues d’Owen Milla. Le fait de savoir qu’elle portait la bague de la Dame la rendait dingue.

- Hum… oui, je vois. C’est un coup de l’Ectoplasma.

- Quoi ?! hurla-t-elle. Il n’est pas mort ?!
- Si mais on dirait bien qu’il vous a légué un cadeau avant d’être tué. Il a cru bon de vous unir.
- Mais il doit y avoir un moyen de les enlever…
- Qu’est-ce que vous dites les humains ? la Balbuto réfléchit. Ah oui ! « Jusqu’à ce que la mort vous sépare ».


Akane se laissa tomber mollement sur le sol. Cet Ectoplasma leur aura causé des ennuis jusqu’au bout. Même en étant mort, il arrivait encore à causer des ennuis. La jeune femme afficha une mine déconfite. Cela n’empêcha pas le Pokémon Psy de continuer son hypothèse.

- Il vous a sûrement lancé une malédiction. C’est la seule explication que j’ai.
- Je ne crois pas à cette histoire de magie noire ! répliqua Akane furieuse.

Son esprit cartésien l’empêchait d’imaginer, ne fusse qu’une seconde, qu’on puisse rendre les gens maudits à coup de baguette magique. La jeune femme était dans le déni le plus total, voulant à tout prix enlever cette bague. Pour le moment, ne voyant pas comment elle pouvait se débarrasser de l’anneau, elle joua la carte de l’ignorance.

- Bon bon… Ce ne sont que des bijoux. Personne ne croira qu’on est marié. On est trop jeune pour ça.

Furfur se retourna vers la rouquine et la fixa. Elle n’eut pas besoin de parler pour contredire Akane. Cette dernière se mordit la lèvre inférieure, gênée. La voilà liée pour le restant de ses jours à Alexandre.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Sam 14 Oct 2017 - 23:08
Alexandre Diame
Au pays des songes




Je devais bien avouer ne pas trop comprendre tout ce qui se passait. Mes « craintes » furent confirmées lorsque je vis qu’Akane portait exactement la même alliance que moi. Et, plus je les voyais, plus j’étais certains qu’il s’agissait bel et bien de celles d’Owen et Milla. En revanche, leur provenance m’était pour l’instant totalement inconnue. Je misais sur un reliquat du rêve qui ne tarderait sans doute pas à partir de lui-même, ou même, qui disparaitrait dès lors que nous les aurions ôtées de nos doigts. Et c’est alors ce que nous essayâmes de faire, sans rencontrer le moindre succès. Je fronçais les sourcils devant l’anneau métallique qui ne voulais pas bouger le moins du monde. Ma partenaire semblait commencer à paniquer légèrement devant cette impossibilité, lorsque la voix de Furfur la ramena à la raison.

Nous tendîmes alors nos mains en direction de la Balbuto qui lévita vers nous. Au vu de tout ce que Mitochondrie et elle avaient accompli durant le rêve, j’étais sûr que le pokémon psy arriverait à nous guider une fois de plus. Lorsque son verdict tomba, je fronçais les sourcils. Encore un coup de ce maudit pokémon ? Un de plus ? Et quel allait être le propre de cette malédiction cette fois ? Et surtout, comment nous en défaire ? Autant de questions qui restèrent sans réponses, puisque la jeune femme avait pris les devants, visiblement particulièrement en colère à l’idée que notre ennemi n’ait pas encore trépassé. Et il fallait bien avouer que, si tel était le cas, nous n’étions pas encore tirés d’affaire. Fort heureusement, Furfur infirma bien vite cette théorie, nous confirmant que notre adversaire avait bel et bien été vaincu, et que son retour était impossible. Je ne pouvais pas m’empêcher d’être tout de même un peu soulagé par la nouvelle, ce qui occulta indéniablement la gravité de la suite, que j’écoutais d’une oreille un peu distraite.

Je repris davantage conscience de la réalité lorsque qu’Akane se laissa tomber au sol, visiblement au comble du désespoir. Il fallait dire que les propos de la Balbuto n’avaient franchement rien de rassurant. Une malédiction, surtout lancée par un pokémon spectre aussi puissant, n’était vraiment pas à prendre à la légère. Pourtant, je n’avais, sur l’instant, l’impression de ne souffrir d’aucuns maux particuliers. Si la malédiction s’arrêtait simplement au port de cette bague, je m’en accommoderais surement sans problème. Après tout, la valeur symbolique d’une parure telle que celle là n’était réelle que si on lui portait du crédit. Je tendais alors ma main vers Akane pour l’aider à se relever, gardant mon sourire.

« De toute façon, ce n’est qu’un bijou. Il n’a pas de réelle valeur symbolique si on ne lui en donne pas. On a cas considérer qu’il s’agit simplement d’un souvenir du lien que nous avons avec ce château. » Dis-je, en lançant un petit clin d’œil à la jeune femme, comme pour la rassurer.

Une fois qu’elle fut debout, j’examinais les murs autour de nous, essayant de tomber sur un détail qui me rappellerait leur aspect d’antan. Je fis quelques pas, avant de me retourner vers ma Balbuto.

« Au fait, Furfur, cette malédiction… Elle n’a pas d’autres effets au moins ? Et tu es sûre de ne vraiment pas pouvoir l’enlever ? » Lui lançais-je, souhaitant vraiment me rassurer au sujet d’éventuels effets secondaires.

« Hum… » Fit mine de réfléchir mon nouveau pokémon. « Je ne pense pas qu’elle ait d’autres effets. Quant à l’enlever… Je ne sais pas, je ne pense pas. » Elle jeta alors un coup d’œil à Akane, avant de reprendre. « Mais je peux toujours prendre le temps d’essayer de trouver une solution, si c’est ce que vous voulez. »

Je jetais à nouveau un clin d’œil à la jeune femme, qui paraissait encore bien chamboulée. Je hochais alors la tête en direction du pokémon psy. Elle sembla curieusement soupirer, avant de reprendre.

« Bien, je verrais ce que je peux faire. Mais, en attendant, va falloir que vous appreniez à vivre avec. »




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Wise
Région d'origine : Mhyone
Dim 15 Oct 2017 - 18:27
Akane Wise


La jeune femme accepta la main tendue de son ami. Alexandre paraissait toujours confiant, comme si rien ne pouvait l’arrêter. Plus elle restait avec lui, plus enviait cette capacité à garder la tête haute. Elle aurait aimé se montrer moins anxieuse mais elle ne cessait de se faire des films. L’aide de Furfur n’était pas de refus. Cependant, un léger détail titilla la jeune femme.

- Je ne connais pas du tout ta vie amoureuse Alex mais… si t’as une copine et qu’elle voit la bague, je doute très fortement qu’elle le prenne bien. Si t’en as pas, bah… bonne chance pour draguer. Ce genre de détail – elle tapota sa bague du bout du doigts pour appuyer ses propos – ça se loupe pas.

Akane, elle, se tracassait moins pour sa vie sentimentale. Jusqu’à présent, personne ne s’était intéressé à elle, du moins pas de manière sérieuse. Et elle ne voyait pas pourquoi cela changerait. En revanche, elle voyait déjà les mauvaises langues venir. Elle savait qu’ils étaient trop jeunes pour ce genre d’engagement et ça allait forcément avoir des répercussions dans la vie quotidienne. Elle avait déjà dû supporter un tas de rumeurs au lycée et elle ne tenait pas à revivre cette situation. Bref, elle supportait mal le regard inquisiteur des gens qui l'entouraient.

En pleine réflexion, elle croisa les bras. Bague ou pas, rien ne les empêchait de continuer leur visite au château. Akane s’était promise de faire honneur à la mémoire du Lord et de sa Dame et elle comptait tenir sa parole. Avec un peu chance, ils trouveraient une solution à ce problème d’anneaux récalcitrants.

- Je propose qu’on continue cette visite. Peut-être qu’on trouvera un moyen d’enlever ces bagues.

Ainsi, ils continuèrent leur inspection des lieux. D’après ce qu’avait entendu Akane, le Comte de Dulem était une personne très fortunée. Néanmoins, une grande partie du château restait à l’abandon. Le domaine devait sûrement être trop grand pour un seul homme mais Akane trouvait dommage de le délaisser. S’il était aussi riche qu’on le prétendait pourquoi ne pas rénover les lieux ? Quitte ensuite à organiser des visites payantes. A moins que la fortune de ce type ne soit fondée que sur des « on dit », n’existant que pour entretenir une légende locale. Dans tous les cas, cela désespérait la jeune femme, désormais convaincue que Milla et Owen méritaient meilleure sépulture.

- Oh ! Je sais ! fit soudainement la rouquine. On devrait se rendre à la bibliothèque. C’est là qu’on se trouvait avant de tomber endormis. Ça nous fait un début de piste.

Se rappelant des couloirs à emprunter, ils arrivèrent à leur lieu de rencontre. Une question survint dans l’esprit de la jeune femme. Comment s’étaient-ils déplacés de la bibliothèque jusqu’à la salle de balle pendant leur sommeil ? Akane s’imagina alors l’Ectoplasma les prenant par les chevilles et les trainer d’un endroit à l’autre. Effrayant. La jeune femme ne put s’empêcher de réprimer une grimace de dégoût. Cette salle de balle aurait-elle une signification particulière ? La rouquine ne secoua la tête. Comme à son habitude, elle se posait trop de questions. Elle préféra ne pas en faire part à Alexandre, estimant qu’elle se faisait du souci pour pas grand-chose.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Lun 16 Oct 2017 - 12:21
Alexandre Diame
Au pays des songes




Alors que je venais d’aider la jeune femme à se redresser, sa remarque me fit littéralement exploser de rire. Elle n’avait pas tort, et je ne me moquais absolument pas d’elle, simplement, imaginer les différentes situations dans lesquelles je pouvais me retrouver m’amusait beaucoup. Sans parler de ce que pourrait dire Ivar et Artémis s’ils ne remarquaient un jour. Ça allait surtout être, pour moi, l’occasion d’en jouer en entretenant un maximum le mystère et en les laissant à leurs spéculations, sachant qu’ils ne trouveraient que très peu probablement la vraie version de cette histoire. Donc, non, la situation ne m’angoissait absolument pas. Je vivais un peu au jour le jour, et donc je ne me faisais pas plus que ça pour d’éventuelles futures conquêtes. Et puis, comme l’avait dit la jeune femme, qui pourrait bien croire que nous nous étions mariés si jeunes. Toujours amusé, je reportais mon attention sur elle.

« Oh, t’en fais pas pour moi, on verra bien. Déjà, je n’ai vraiment personne qui pourrait se poser des questions à ce sujet actuellement, à part quelques amis, peut-être. Et puis, je te retourne aussi la remarque. Après tout, si c’est censé me poser des problèmes, on est dans le même bateau ! » Dis-je en faisant un clin d’œil à la jeune femme. « Enfin, je suis d’accord ! Puisqu’on est là, autant en profiter pour faire notre visite. Après tout, on ne risque plus rien, et, comme tu dis, il est possible que nous trouvions le moyen de virer cette malédiction ! » Finis-je, enthousiaste.

Nous avançâmes alors, plus sereins, dans les entrailles de l’immense château qui nous avait accueilli d’une manière si particulière. Furfur lévitait un peu plus loin de nous, et son calme était rassurant. Après tout, le jour c’était levé et la majeure partie des pokémons spectres qui peuplaient le château s’étaient volatilisés. Nous étions alors dans une partie du château qui était bien loin d’être rénovée, et la lumière filtrait sous la formes de petits faisceaux à cause de la pierre fatiguée qui accusait quelques faiblesses. Je ne savais pas vraiment comment la partie « rénovée » était financée, mais je trouvais dommage qu’une grande partie du château reste encore sous la forme de ruines. Bien sûr, je supposais qu’il devait être trop couteux ou trop difficile d’entretenir l’édifice au complet, mais j’aurais bien aimé le revoir un jour sous sa complète forme d’antan. Je fus tiré de mes pensées par les paroles de la jeune femme, soudain motivée par une idée. Sa proposition était loin d’être bête, et avait surtout beaucoup de sens. Après tout, quel était le dicton déjà… Quand tu ne sais pas où tu vas, retourne d’où tu viens ? Enfin, il fallait un peu l’adapter pour qu’il colle à la situation, mais il était probable que, si indice il y avait, ils se trouveraient surement à l’endroit où tout avait commencé. Je suivais donc Akane dans la pénombre de la partie abandonnée du château jusqu’à arriver devant ladite bibliothèque.

L’endroit était toujours couvert de poussière et de toile de Mimigale. La soi-disante porte qui avait disparue n’avait pas réapparu. Nous pénétrâmes donc dans les lieux. La bibliothèque était vraiment immense, et il ne devait pas y avoir moins de quelques centaines de vieux ouvrages qui trônaient sur les étagères. Certains espaces suggéraient que des pillards ou des conservateurs avaient déjà emporté les livres les plus précieux. En revanche, chercher quelque chose ici allait nous prendre des jours, mais c’était sans compter sur nos pokémons psy. Ma balbuto était déjà en train de feuilleter des ouvrages, et je m’apprêtais à faire de même lorsque je fis un ouvrage visiblement tombé de son étagère, et bloqué sous une pile de vieux livres sans valeur. La raison pour laquelle il avait attiré mon regard était que je l’avais déjà vu. Je m’approchais alors pour le retirer délicatement, voulant en avoir le cœur net. Les couleurs avaient beau être fatiguées, je le reconnu rapidement. C’était le journal que j’avais déjà aperçu dans les mains d’Akane, et qui contenait tous les souvenirs de Milla. Je revins alors vers la jeune femme.

« Tiens, regarde ce que je viens de trouver. Peut-être qu’on en apprendra davantage et qu’on trouvera un début de piste pour retirer ces alliances. » Lui lançais-je, souriant et optimiste.

Nous commençâmes alors la lecture de ce que nous ne savions pas encore, donc de la partie qui concernait l’histoire de la famille après la mort du Lord Owen. J’avais espéré qu’un miracle soit arrivé, qu’Owen ait réussi à survivre, ou, très bêtement d’ailleurs, que notre séjour dans le rêve avait légèrement modifié la réalité. C’était stupide, mais c’était une toute petite pointe d’espoir qui fut vite dissipée. La douleur de Milla transpirait par ses mots, ne laissant aucun doute quant à la descente aux enfers qu’elle avait subi. Elle s’était remariée, contrainte et forcée, à Lord Alvin, simplement pour protéger ses enfants et s’assurer qu’ils ne manquent de rien. Mais le Lord grassouillet se fichait pas mal de ce qui pouvait arriver à la famille d’Owen. Une fois en possession de sa fortune et de sa renommée, il envoya Emilie et Maximilien en pension, et, selon le journal, Milla ne les revit jamais. Elle fut forcée de rester aux côtés de l’assassin de son mari, le voyant continuer de grimper dans la société jusqu’à acquérir une immense renommée. Lorsqu’Alvin s’enticha d’une femme beaucoup plus jeune, il mit Milla à la porte, et le journal se finissait ainsi. La seule information que nous ayons au sujet des alliances était que la Dame, après avoir retiré celle de son Mari, les avaient précieusement gardées avec elle. C’était ainsi que Milla avait disparu sans laisser aucune autre trace, emportant avec elle la dernière chose qui avait de la valeur à ses yeux.

Je n’étais pas du genre émotif, mais le récit m’avait tout de même secoué. Je sentais comme un poids sur ma poitrine, et je regrettais curieusement d’avoir voulu ôter ses alliances. Ça n’avait pas vraiment de sens, mais je ne les voyais presque plus comme une malédiction à présent.





© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Mhyone :: Méridian :: Château de Dulem-
Sauter vers: