:: Mhyone :: Méridian Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A entraînement difficile, combat facile - Ft. Alexandre Diame

avatar
Région d'origine : Johto
Expérience : 583
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Oct - 21:47
Musique:
 



Alexandre Diame & Ivar Northway
A entraînement difficile, combat facile


Fidèle à ses habitudes, Ivar errait dans la ville, les mains fourrées dans ses poches. C’était tôt le matin, le soleil venait de se lever et le blondinet bailla à s’en décrocher la mâchoire, il était beaucoup trop tôt pour se perdre ainsi dans ses pensées. C’était pourtant bien son esprit ébranlé qui l’avait mené jusqu’à cette promenade dès potron-minet, en plus du bruit qui avait résonné une bonne partie de la nuit dans sa chambre d’auberge. Ou peut-être l'inverse. Dans tout les cas, le garçon ne trouvait pas le sommeil et était parti visiter Méridian, chose qu’il n’avait pas encore eu le temps de faire, seulement vêtu de son débardeur noir et de son jean usé, n’oubliant pas de prendre ses compagnons avec lui.  

Depuis qu’il était arrivé, toute son attention avait été concentrée sur Artémis, ils étaient d’abord allé manger au restaurant de ses grands-parents, un établissement renommé au nom légèrement pompeux bien qu’amplement mérité : Le Parfait.  Ils y avaient tout les trois mangé copieusement, Ivar ne se souvenait pas avoir jamais partagé si bon repas, ainsi que participé à un tournoi organisé par les propriétaires des lieux. C’était des combats en duo et le jeune dresseur avait fait équipe avec son ami, raflant tout les prix par la même occasion. Bien que les affrontements aient été violents, ce n’est pas ceux-ci qui accaparaient les pensées éparses du jeune homme, mais plutôt la lueur d’un regard émeraude. Un regard intense qu’il affectionnait particulièrement. Sans s’en rendre compte, l’errant avait grimpé la route qui menait au château de Dulem qui dominait la cité. C’est sans la peur du vide qu’il grimpât sur un muret non loin, sa silhouette noire se démarquant sur le ciel violacé. Méridian se dévoilait sous ses pieds pendant que le soleil prenait de la hauteur, une douce brise lui caressant le visage, tandis qu’au contact du vent, ses pensées terminaient de s’envoler. Soudainement, il était de nouveau dans la salle d’attente, sentant à nouveau le doux contact de la fine main sur son torse, détaillant ce visage si plaisant des yeux. Puis des ailes lui poussaient et il approchait une nouvelle fois son visage, embrassant Artémis.

Tout était allé très vite dans sa tête et cela ne faisait pas longtemps qu’il connaissait la jeune femme, pourtant il commençait déjà à chérir quantité de souvenirs à ses côtés. Que ce soit son combat contre elle, qui l’avait poussé au bout de ses limites ou ce fugace baiser. Cette journée au lac qui lui avait permit d’en apprendre plus sur la belle et de voir qu’elle ne manquait pas de courage lorsqu’ils avaient affronté ce Clamiral particulièrement retors mais aussi de l’admirer dans un lieux qu’il jugeait plus qu’approprié. Le fil se déroula jusqu’à leur rencontre sur la plage de Minami, pendant ces belles festivités estivales, alors que la jeune demoiselle se faisait houspiller par deux dresseurs trop éméchés. La lumière matinale se reflétait sur les toits d’ardoises et pourtant Ivar n’en avait cure, tout ce qu’il voyait c’était ces moments. Son visage se fendit alors d’un sourire tendre, tandis qu’une foule de sentiments qu’il ne connaissait que peu l’envahissait. Jamais il n’avait pensé se faire de tels amis durant son voyage, qu’il s’agisse d’Alexandre, qui était tout autant son rival que le meilleur des compagnons ou d’Artémis dont il se rapprochait d’une manière qu’il n’aurait jamais soupçonné. Le fil continua de se dénouer jusqu’à ses premières aventures dans l’archipel de Mhyone, la capture de son second compagnon, son enquête dans l’oliveraie de Tom, sa rencontre avec Alexandre à Viridia, cette fois ou il était perdu dans la forêt et ou il avait rencontré la Ranger Sélena, affrontant d’étranges illusions. Sa première rencontre sur la route 1, Alice, ainsi que son arrivée à l’aéroport de Mhyone. Mais surtout, le sauvetage de celui qui était maintenant l’être qu’il chérissait le plus au monde, Hrafn.

Et dire qu’il se demandait seulement ce qu’il y avait de l’autre côté du grillage.

Il resta ainsi un long moment, sans bouger, perché sur l’édifice de pierre, se remémorant tout ces souvenirs qui commençaient déjà à le rendre mélancolique. Tout était allé si vite. Maintenant il était entouré de puissants dresseurs et s’entraînait d’arrache-pied pour devenir meilleur, voulant simplement que ses nouveaux amis soient fiers de lui. Enfin, son  meilleur ami et sa compagne. Ivar se faisait maintenant un devoir de les protéger tout les deux, bien qu’ils n’en aient pas besoin. Si cela était possible, son sourire s’élargit encore : il n’était pas déçu d’avoir prolongé sa visite de Méridian. Il avait encore tonnes de choses à voir, tant de personnes à rencontrer et surtout, tant de combats à mener. L’entraînement serait encore long, Hrafn était certes devenu un puissant Roucoups, mais le jeune homme savait qu’il lui restait encore un stade d’évolution et qu’il pouvait devenir la plus forte des créatures volantes à parcourir le ciel de Mhyone. Quand à Feather, le petit oiseau se montrait encore têtu, n’acceptant de combattre que des adversaires qu’il estimait à sa hauteur, se prenant à l’occasion des défaites mémorables. Il avait de l’affection pour son dresseur, mais ne l’écoutait pas encore, restant dans l’ombre de Hrafn qu’il semblait vouloir égaler malgré la jeunesse de son plumage. Mais ils y arriveraient, tout les trois. Non, tout les cinq.

Ivar fit soudainement volte-face et descendit de son perchoir, comme un étrange oiseau maladroit. Il fallait qu’il s’entraîne, il n’allait tout de même pas passer sa journée à se remémorer le moindre petit passage de sa récente existence ! Il fourra donc la main dans sa poche pour en saisir le vieux téléphone cabossé qui lui permettait de joindre les personnes qui lui étaient chères. Il n’eut pas à faire glisser l’écran du répertoire puisque le numéro qu’il cherchait était le premier de la liste : celui d’Alexandre. Tapant rapidement le message, le jeune homme ne prit pas de gants pour faire venir son camarade, il savait que de toutes façons, lorsque l’on parlait de combats Pokémon, celui-ci accourait au plus vite.


|Salut ! On se rejoint aux portes de la ville ? Hrafn et Feather ont grand besoin de se dégourdir les ailes et j’ai deux talentueux dresseurs à égaler d’ici peu.|


C’était simple mais efficace. Le jeune homme aimait aller droit au but, surtout avec Alexandre. Puis ils avaient par trois fois combattus ensemble mais jamais ils ne s’étaient entraînés et bien que leurs niveaux soient complètement disparates, tout comme leurs types de prédilection, il savait que l’homme aux cheveux violets ne manquerait pas de conseils pour améliorer les capacités des pokémons d’Ivar.

Il se dirigea donc vers la sortie de la ville d’un pas décidé. Pourquoi à l’extérieur de la ville ? Tout simplement parce qu’il ne voulait pas qu’un inconnu n’interfère avec leur entraînement pour se mesurer à eux. Le chemin inverse fut parcourut rapidement et Ivar passa la grande arche qui marquait la sortie de la ville et la jonction des remparts, s’appuyant contre le mur de celui-ci pour attendre son ami, toujours le sourire aux lèvres.
 


©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1965
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 11 Oct - 10:12
A entrainement difficile...




Le combat contre la dresseuse venait de se terminer. Je m’étais levé ce matin en ayant pour objectif de faire reprendre un peu l’entrainement à Zépar, mon Hippodoccus. C’était un pokémon largement sous-estimé mais un atout de taille que je gardais dans ma manche. Il était beaucoup plus combattif que son attitude désinvolte voulait bien le laisser croire, et, pour cause, depuis notre entrainement sur la route cendrée, il n’avait perdu aucun combat. Généralement, trop de facteurs étaient à prendre en compte et les dresseurs que je croisais, sans préparation, avaient généralement du mal à les intégrer. Déjà, défensivement, Zépar était une montagne. Il encaissait sans broncher les coups les plus imposants, et était particulièrement difficile à tomber. Ensuite, ces nombreuses possibilités de changements de stats faisaient de lui un adversaire redoutable, souvent mésestimé à cause de sa prétendue lenteur. Et pour finir, son bâillement pouvait s’avérer dévastateur pour un adversaire qui ne réagissait pas vite, car la puissance de ses crocs n’était d’ores et déjà plus à démontrer. Et, cette fois, c’était une jeune dresseuse sympathique qui en avait fait les frais.

Elle et son Mangriff n’avaient pas démérité, et elle avait accepté la défaite sans aucun problème, après un combat de longue haleine. Nous discutâmes quelques instants, puis, me saluant une dernière fois, elle prit la direction du centre pokémon le plus proche, pour prendre soin de son compagnon blessé. Je restais donc seul, flattant la tête de mon Hippodoccus qui s’était allongé contre un mur pour faire une petite sieste. Je m’asseyais ensuite, posant mon dos contre son flanc qui se soulevait lentement au rythme des respirations de mon compagnon. Je mis alors les mains derrière ma tête, m’installant confortablement, levant la tête vers le ciel. Je fermais les yeux, doucement, tâchant de faire un léger vide dans ma tête.

J’avais de curieuses pensées en ce moment. Je ne m’en inquiétais pas trop, mais j’avais, depuis quelques temps, une étrange impression. Comme un manque, quelque chose à combler. Mais je n’arrivais pas le moins du monde à mettre la main sur l’origine de cette sensation. Elle passerait surement avec le temps, de toute façon, mais, à l’instant, elle n’était pas des plus faciles à gérer. Pourtant, si je regardais légèrement en arrière, j’en avais parcouru du chemin. Un chemin certes tortueux, parsemé d’embuches et de désillusions, mais, au final, j’avais encore du mal à me rendre compte de ce que j’avais accompli. Et j’en prenais peu à peu la mesure. Mes rencontres contre les dresseurs étaient plus faciles, et, à part contre les champions de la région, je devais bien avouer avoir de moins en moins de mal à remporter des victoires. Mon équipe, elle aussi, était presque complète et, surtout, leur puissance était déjà impressionnante. Peut-être était-ce ça, finalement, qui me faisait un peu peur. Je m’étais toujours efforcé d’avancer, essayant sans relâche d’être plus fort pour être capable d’aider mes pairs et de me surpasser. Je ne m’étais jamais posé la question de ce qui se passerait quand j’arriverais au bout. Et je m’en approchais, indéniablement. Bien sûr, il me restait encore à battre la ligue, et, peut-être, en final, à affronter Finn, le maitre de la région. Au début, ce n’avaient pas été des objectifs palpables, car un monde nous séparait. Mais, plus j’avançais, plus j’apercevais la fin du chemin. Et cette idée était terrifiante, même pour moi. Je n’y étais pas encore, évidemment, mais j’y réfléchissais de plus en plus.

J’aurais pu me dire que, une fois fini, je quitterais Mhyone pour défier une autre région, mais je ne pouvais pas m’y résoudre. Je m’étais profondément attaché à la région insulaire, ainsi qu’aux différentes personnes que j’y avais rencontrées. Je m’étais lié à beaucoup d’entre elles, notamment à Ivar, Artémis et Alice, même si cette dernière avait disparu de la situation. Il fallait avouer qu’elle me manquait un peu d’ailleurs. Après tout, la jeune femme avait été ma première grande rivale, même si je savais que son avenir sur Mhyone était compté, au vu de sa mission. Toujours était-il que je n’avais pas envie de me séparer de toutes ces personnes. Enfin, il était peut-être encore trop tôt pour y penser, mais cette question commençait à se faire de plus en plus présente dans ma tête.

Je fus tiré de ma réflexion par la vibration du téléphone dans ma poche. Zépar, que le SMS avait réveillé, me jeta un regard endormi faussement vexé, montrant qu’il n’appréciait pas qu’on le dérange pendant sa réconfortante sieste. J’ouvrais alors l’appareil pour découvrir un message d’Ivar. Un entrainement ? La maintenant ? C’était une bonne idée. Au moins, ça me changerait les idées, et mon colosse de compagnon ferait un peu d’exercice. Je me levais alors, tapotant le flanc du pokémon sol qui se redressa en grognant.

« Allez mon grand. On avait dit qu’on s’entrainait aujourd’hui ! » Lui lançais-je, tâchant de le motiver.

Afin de gagner du temps, je le fis revenir dans sa pokéball, avant de prendre la direction de la sortie de la ville, qu’Ivar m’avait indiquée. Je me demandais bien ce qu’il pouvait avoir en tête, même si l’idée de me mesurait à mon ami ne me dérangeait pas le moins du monde. Je le vis rapidement, et je l’interpellais.

« Me voilà ! Alors, dis-moi, pourquoi cette soudaine envie d’entrainement ? » Lui demandais-je, en lui lançant un clin d’œil.





© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Johto
Expérience : 583
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Oct - 12:04

Alexandre Diame & Ivar Northway
A entraînement difficile, combat facile


Ivar attendait, jouant distraitement avec la pokéball de Hrafn. Il n'aurait pas longtemps à patienter, la chevelure violette d'Alexandre passant bientôt la porte de la ville, le jeune homme se tournant vers lui. Rejoignant rapidement Alexandre, le garçon lui sourit.

"Et bien, vous avez beaucoup trop d'avance sur moi, avec Artémis et je peux pas vous laisser faire comme ça ! répondit Ivar en riant légèrement. Faut qu'on progresse, sinon je ne pourrai jamais vous aider pour quoique ce soit. "

C'était vrai, pour lui en tout cas. S'ils se retrouvaient tout les trois dans une situations leurs demandant toute leur puissance, le jeune dresseur serait à la traîne et il ne voulait pas que cela arrive. Après tout, Artémis avait déjà une équipe plus conséquente que la sienne tandis qu'Alexandre commençait déjà à accumuler les badges et les victoires.
De plus, son Furaiglon manquait d'entraînement et Hrafn devait atteindre son dernier stade d'évolution. Une fois que ses deux pokémons seraient entraînés comme il le souhaitait, le fossé serait déjà bien moins grand.

"Je te propose donc une série de jeux, après tout, aucun de mes deux pokémons n'a la force de résister à l'un des tiens. Mais on peut toujours leurs faire esquiver des attaques, essayer quelques mouvements et je me suis dit que tu pouvais nous aider pour tout cela. De plus, cela te fera peut-être avoir des idées sur comment affronter un adversaire aérien ! lui affirma le garçon, tout sourire. C'est ce que je peux te proposer qui ressemble le plus à un combat."

Il espérait sincèrement que son camarade accepterait de l'aider, après tout, il était le dresseur le plus puissant que le jeune homme connaissait. Il ne pouvait qu'apprendre en le côtoyant et en s'entraînant avec lui. Puis, à ce rythme, ils pourraient faire un combat l'un contre l'autre dans une relative égalité.
Rapidement, Ivar se saisit de ses pokéballs et en libéra ses deux compagnons. Hrafn prit de suite de l'altitude, restant au-dessus de son dresseur tandis que le Furaiglon venait se poser sur l'épaule de celui-ci. Les deux volatiles semblaient content de cette promenade improvisée et prêt à l'entraînement. Même Feather paraissait motivé, peut-être était-ce la présence d'Alexandre qui lui faisait cet effet ? Le petit pokémon ne voulait se battre que contre des adversaires plus fort que lui après tout. Il décelait certainement la puissance de leur camarade.

"Donc si tu es d'accord, allons-y !"

Ils devaient s'éloigner un peu plus de la ville, Ivar ne comptait pas être tendre avec ses compagnons et il savait que les attaques des pokémons de son adversaires étaient destructrices. Il valait mieux éviter de faire tomber la moitié de la ville, pas sûr que les habitants n'apprécient un tel déchaînement de puissance.  
 


©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1965
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Oct - 14:53
A entrainement difficile...




Je rendais son sourire à Ivar, écoutant ce qu’il avait à me proposer. Il était vrai qu’Artémis avait un peu d’avance sur lui, et que j’en avais aussi, pourtant, le jeune homme progressait déjà plutôt vite selon moi. Je comprenais son envie de nous rattraper, puisque j’aurais sans doute éprouvait le même besoin, mais il ne fallait pas oublier un fait : devenir dresseur prenait du temps, quel que soit l’entrainement que nous nous attribuions. Je reportais alors mon attention sur le jeune homme.

« Moi ça me pose pas de soucis, mais, rassure-toi, je vois pas du tout pourquoi tu dis que t’es inutile. Chez Tom, par exemple, je n’aurais jamais réussi à faire quoi que ce soit si tu n’avais pas été là » Dis-je, amusé, mais toutefois sincère. « En tout cas, je veux bien t’aider avec plaisir. Qu’est-ce que t’as en tête ? »

Je l’écoutais alors me proposer une manière de procéder, avec une attention particulière. Je ne sous-estimais pas le moins du monde le jeune dresseur et, même si dans un combat normal je pensais pouvoir conserver un avantage, le fait de partir sur une idée de défis me parlait déjà beaucoup plus. Après tout, nos types étaient diamétralement opposés et il était plutôt normal de s’entrainer l’un contre l’autre. Et puis, Zépar ayant toujours un peu du mal à vaincre des adversaires rapides et hyper mobiles, l’équipe d’Ivar faisait vraiment une cible de choix. Il ne restait qu’à modérer sa puissance, et les volatiles de mon ami ne risqueraient alors absolument rien. En tout cas, il paraissait particulièrement déterminé, ce qui faisait plaisir à voir. L’après-midi allait donc être plutôt intéressante.

« Ça me va plutôt bien, Zépar a besoin de s’entrainer un peu en plus, et il a toujours un peu galéré contre les cibles mobiles. En plus, tu pourras te lâcher, les Hippodoccus sont des pokémons très résistants et le mien peut récupérer ses forces assez vite, donc n’hésite pas à tout donner si t’as envie de t’entrainer ! » Je lui dis alors un petit clin d’œil, puis j’eu soudain une idée de comment je pourrais formaliser notre petit défi. « Voilà ce que je te propose. Quel que soit le pokémon que tu utilises, tu as une quinzaine de minutes pour arriver à faire tomber Zépar sur le côté, enfin sur le flanc si tu préfères. Si tu n’y arrives pas, je gagne. Sinon, tu gagnes. Bien sûr, je vais délimiter la zone dans laquelle il pourra se mouvoir. Mes conditions de victoire sont donc les suivantes : Zépar n’est pas tombé au bout du Timer, ou plus aucun de tes pokémons n’est capable de se battre. Parce que, tu t’en doutes, je vais tout de même répliquer. » Lui lançais-je, un petit sourire en coin au niveau des lèvres.

Je fis alors sortir l’Hippodoccus pour lui expliquer les consignes. Il poussa simplement un grand bâillement pour toute réponse, me faisant éclater de rire. Je traçais ensuite, à l’aide d’un bâton, un grand cercle dans la terre autour de lui. Une fois fini, je regardais Ivar, préparant mon portable pour le chronomètre, avant de faire signe à Ivar qu’il pouvait y aller.



© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Johto
Expérience : 583
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Oct - 0:07

Alexandre Diame & Ivar Northway
A entraînement difficile, combat facile


Les deux jeunes hommes marchaient côte à côte, s’éloignant de la ville. Ivar ne comptait pas y aller doucement et il savait que son camarade avait tendance à détruire ce qui l’entourait lorsqu’il combattait, la puissance de ses pokémons étant impressionnante. Pendant ce temps, ils discutaient, le spécialiste des types Sol essayant de rassurer Ivar sur ses capacités en lui expliquant que s’il n’avait pas été présent pendant l’enquête à l’oliveraie, il n’aurait certainement pas réussi à résoudre le problème. Pourtant, le jeune blondinet ne voyait pas les choses sous le même oeil. D’abord, ils avaient résolu le problème bien trop tard, de plus Ivar n’avait pas combattu avec ses pokémons, l’exemple ne parut donc pas le rassurer. Cependant, son ami avait raison aussi, le blondinet n’était pas complètement inutile. Il voulait seulement combler son retard et apprendre à se débrouiller seul. Sachant pertinemment que devenir un dresseur était un processus long et laborieux, qui demandait des sacrifices et énormément de travail, le jeune homme ne pouvait qu’avoir envie de continuer de s’entraîner encore et encore, jusqu’à ce qu’il ait réussi à atteindre son but. Bien que celui-ci ne soit pas encore des plus précis.

Ils discutèrent donc de ce fameux défi, un vrai combat n’aurait servi qu’à transformer Hrafn ou Feather en puching-ball pour les pokémons d’Alexandre. Le spécialiste voulait visiblement utiliser Zépar, l’un des pokémons qu’Ivar n’avait pas encore vu à l’oeuvre. Il s’agissait d’un imposant Hippodocus, qui, bien qu’à l’air pataud et lourdaud, semblait des plus redoutables. Son camarade eut rapidement une idée de la façon de procéder et Ivar l’écouta.

"Ça me va plutôt bien, Zépar a besoin de s’entrainer un peu en plus, et il a toujours un peu galéré contre les cibles mobiles. En plus, tu pourras te lâcher, les Hippodoccus sont des pokémons très résistants et le mien peut récupérer ses forces assez vite, donc n’hésite pas à tout donner si t’as envie de t’entrainer !" Lui dit soudainement Alexandre, accompagnant ses propos d’un de ses clins d’oeil signature. "Voilà ce que je te propose. Quel que soit le pokémon que tu utilises, tu as une quinzaine de minutes pour arriver à faire tomber Zépar sur le côté, enfin sur le flanc si tu préfères. Si tu n’y arrives pas, je gagne. Sinon, tu gagnes. Bien sûr, je vais délimiter la zone dans laquelle il pourra se mouvoir. Mes conditions de victoire sont donc les suivantes : Zépar n’est pas tombé au bout du Timer, ou plus aucun de tes pokémons n’est capable de se battre. Parce que, tu t’en doutes, je vais tout de même répliquer."

"Très bien, tout ceci me va. On commence dès qu'on est prêts !"

Rapidement, son compagnon fit sortir Zépar de sa geôle blanche et rouge tandis que le blondinet en faisait de même pour Hrafn. Ce n’était pas un défi à la hauteur du petit Furaiglon, celui-ci se serait certainement emporté et perdrait le match. Non, si Alexandre voulait de la rapidité, il allait être servi, le Roucoups se montrait particulièrement agile une fois dans les airs. Le volatile se dévoila à coté de son dresseur, l’observant de son regard perçant. Celui-ci s’agenouilla et posa son front contre celui de son ami ailé pour lui dire bonjour, une habitude qu’ils avaient prit depuis peu. Enfin, Ivar expliqua les règles de leur petit jeu à son pokémon tandis qu’Alexandre traçait déjà un cercle autour de Zépar.

Pendant que l’installation se terminait, faire le tour de l’énorme hippopotame semblait particulièrement long, Ivar réfléchissait à une stratégie. Son adversaire semblait lourd, très lourd et bien que lent, il pouvait se montrer redoutable à distance. Pour le renverser, il faudrait déployer des moyens colossaux sans se faire voler dans les plumes. Jouer sur la vitesse de son compagnon ne suffirait pas, même si une plus grande rapidité équivalait à une plus grande force de frappe. Une idée commençait doucement à germer dans la tête du blondinet, bien qu’encore succincte.

Et l’épreuve commença, Ivar recula de quelques pas vif et ordonna à son pokémon de prendre de l’altitude et de lancer une attaque Hâte, afin d’augmenter sa vitesse. L’ordre d’après demanda a l’oiseau de proie de voler autour de l’Hippodocus le plus rapidement possible afin que celui-ci ne puisse le cibler, restant juste à portée de ses attaques. Le jeune homme attendait visiblement une ouverture dans la garde de son adversaire, lui foncer dessus sans l’obliger à bouger ne servirait à rien. Il fallait d’abord le perturber, créer l’ouverture s’il n’y en avait pas.
 


©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1965
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Oct - 11:30
A entrainement difficile...




Ivar ne perdit pas de temps une fois que le terrain fut mis en place. Au vu de son type, et surtout, des limites que j’imposais à mon Hippodoccus, le combat allait être particulièrement serré. Je savais Ivar suffisamment fort pour y parvenir, et je n’allais donc pas le ménager. Il avait beau être mon ami, je savais qu’il comprendrait que ce n’était que dans des situations difficiles qu’il pourrait progresser convenablement. A vrai dire, et pour l’instant du moins, c’était plus un entrainement à proprement parlé pour lui que pour moi, même si j’allais tout de même pouvoir expérimenter quelques tactiques et attaques que j’avais eu le temps d’apprendre à mon équipier.

J’observais donc Ivar prendre les devants, pour débuter. Hafrn semblait beaucoup plus fort et rapide qu’avant, et l’utilisation de Hâte n’arrangea pas cette sensation. J’étais curieux de voir à quel point le pokémon vol et son dresseur avaient progressé. Il était vrai que j’en avais déjà eu un aperçu lors du combat contre Artémis et le cuisinier à l’occasion du tournoi. Mais il était toujours difficile de jauger le niveau d’un équipier, alors qu’il était bien plus aisé de le faire avec un adversaire. J’étais donc assez intrigué de savoir quelle tactique Ivar s’apprêtait à utiliser. Il fallait dire que la différence de poids et de taille entre les deux pokémons opposés était énorme. Mais, ne disait-on pas : A cœur vaillant, rien d’impossible ? Soucieux de ne pas non plus le décevoir en me faisant surprendre par une stratégie, je décidais de lui laisser le moins de chances de victoires possibles. Un petit sourire en coin, je commandais alors mon Hippodoccus.

« Zépar, c’est parti, utilise Séisme, puis Tourbi-Sable ! » Le regard endormi de Zépar sembla changer du tout au tout, devant d’un seul coup plus inquiétant et agressif. Il frappa puissamment de la patte sur le sol, le faisant trembler. Ce n’était pas vraiment une attaque dirigée contre le pokémon vol, car le but était bien plus simple. Le sol se craquela, affaibli, et céda légèrement sous l’Hippodoccus. Ce dernier sembla alors s’abaisser d’un cran, formant une sorte de minuscule cratère qui le protégeait des attaques latérales. De la même manière, la tornade de sable n’était pas vraiment dirigée contre Hafrn. Elle enveloppa littéralement l’Hippodoccus, le sable semblant sortir des pores situés sur l’ensemble de son corps. Le siphon ensablé tournoya alors autour de lui, rendant plus difficile les approches prévues par mon adversaire. Zépar n’y semblait pas le moins du monde sensible, se contentant d’observer, bougeant seulement les yeux, son adversaire qui tournoyait autour de lui, cherchant un point d’entrée. Mais je décidais de précipiter un peu les choses, afin de forcer Ivar à l’action.

« Zépar ! Enchaine avec Lame de Roc ! » Une fois de plus, l’épais Hippodoccus frappa sur le sol de sa patte. Une série de pics rocheux en sortir et volèrent dans la direction du petit pokémon vol. L’attaque était puissante, mais assez peu précise à une telle distance. Toutefois, elle forcerait surement Hafrn à se rapprocher un peu et à cesser son analyse sous peine d’être percuté par l’attaque roche.




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Johto
Expérience : 583
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Oct - 10:23

Alexandre Diame & Ivar Northway
A entraînement difficile, combat facile


Fidèle à ses habitudes, son camarade ne mit pas longtemps à déployer sa stratégie, pendant qu'Ivar réfléchissait. D'un seul coup, le pokémon au regard endormi s'anima et la grande secousse modifia la topologie du sol. Ivar savait que dans tout les cas, cette attaque n'atteindrait pas son pokémon, sachant pertinemment qu'Alexandre avait une autre idée en tête et il comprit quand Zépar s'enfonça dans le sol, se protégeant des attaques latérales. Peu de temps après, l'attaque Tourbi-Sable entama son travail destiné à empêcher l'oiseau d'approcher, la poussière semblait émaner du pokémon lui-même et s'éleva dans les airs autour de lui.

"Hrafn, utilise une nouvelle fois Hâte."

Le jeune homme était calme, surement beaucoup plus qu'il ne le devait. Bien entendu il sentait l'adrénaline s'insinuer en lui, mais il faisait de son mieux pour ne pas paniquer. C'était la première fois qu'il affrontait Alexandre et même s'il ne s'agissait pas d'un combat mais d'un petit défi, le spécialiste des types Vol était désireux de gagner et ce n'était pas en s'excitant qu'il y parviendrait. Du moins pas pour l'instant, les réflexes reviendraient bien plus tard.

Hrafn lâcha une nouvelle vague d'énergie et la rapidité de son vol augmenta encore, si l'Hippodocus avait décidé de se placer, autant en faire du même. Le regard vif de l'oiseau de proie lui permettait de parfaitement localiser le gros pokémon, malgré le sable qui l'entourait, il ne pourrait donc pas l'attaquer par surprise, là ou il devait y parvenir contre d'autres pokémons. La lame de Roc ne tarda pas à sortir du sol et le Roucoups l'esquiva sans mal. Filant dans les airs, la vitesse du volatile lui permettrait d'esquiver la plupart des attaques. Maintenant, il fallait trouver un angle d'attaque, l'hippopotame de sable était lourd et l'attaquer de front serait inutile. Alors que Hrafn approchait de nouveau de la lame de Roc qui perçait le sol, le garçon eut une idée.

"Hrafn, Aile d'Acier, maintenant !"

Alors qu'il passait proche de la roche, les ailes de l'oiseau se mirent à briller et il ne prit même pas la peine de l'esquiver, la coupant en deux tandis que le gros morceau supérieur tombait au sol dans un fracas poussiéreux. Le Roucoups se cacha derrière, la caillasse étant bien plus imposante que lui, sur l'ordre d'Ivar et commença à battre des ailes. L'attaque serait longue, mais le rocher donnerait une protection au pokémon oiseau. De plus Ivar aurait le temps de venir voir l'offensive et de dire à Hrafn de partir.
Les bourrasques se levèrent rapidement, tandis que l'énorme rocher commençait à se mouvoir seul, très lentement, prenant de la vitesse au fur et à mesure de l'amplification du vent. D'autres gravillons plus petit à côté s'envolèrent rapidement eux, en direction de l'Hippodocus, tandis que les cheveux d'Ivar se mettaient à danser au rythme des ailes de son pokémon.
 


©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1965
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Oct - 12:08
A entrainement difficile...




Je n’en attendais pas moins de mon adversaire. Il conservait son calme, étudiant ma stratégie avec soin. Si son Roucoups était particulièrement rapide, il aurait, de toute façon beaucoup de mal à faire bouger Zépar avec une attaque frontale. Il fallait qu’il trouve une solution, et qu’il ruse, pour avoir une chance de faire tomber l’Hippodoccus sur le flanc. Ce n’était pas un défi facile, mais je savais qu’il pouvait y parvenir. Le colosse de sable n’était pas un adversaire très facile à vaincre, il fallait bien l’avouer. Toutefois, je me gardais bien d’y aller trop fort, souhaitant réellement voir ce que pouvait proposer le blondinet.

Les lames de roc ne touchèrent pas notre adversaire, bien trop rapide et agile pour se laisser avoir facilement. Je devais bien reconnaitre à mes antagonistes que leur manière de combattre était vraiment magnifique à observer. Comme une danse, le ballet aérien semblait suivre un rythme bien précis, posé, tout en finesse. Cependant, je fus tiré de mes pensées par la contre-attaque d’Ivar qui, utilisant les ailes d’aciers de son pokémon, découpa les rochers pointus qui étaient sortis du sol, pour se cacher derrière. Puis, se postant près de son dresseur, il battit des ailes de plus en plus vite, créant un véritable ouragan face à nous. Les rochers découpés, saisis par le vent, foncèrent alors vers l’Hippodoccus qui les regardait de nouveau avec son petit air endormi. C’était astucieux, mais encore insuffisant.

« Zépar, utilise tête de fer. » Lançais-je à mon coéquipier.

Son front se teinta alors d’une curieuse couleur argentée, et les rochers qui fonçaient vers lui se brisèrent à son contact, ne faisant pas bouger l’Hippodoccus d’un poil. Il fallait dire que les rochers étaient rarement efficaces contre les pokémons de type sol, et que Zépar ne faisait pas exception à la règle. Toutefois, devant la ténacité de mon adversaire du jour, je ne pouvais m’empêcher d’être impressionné. Je n’avais pas sous-estimé Ivar mais il paraissait s’en sortir mieux que prévu. Je décidais donc de passer à la vitesse supérieure.

« Zépar, Utile stockage, et enchaine avec une nouvelle lame de Roc pour stopper l’attaque d’Hafrn ! » Lançais-je à mon coéquipier.

Il ouvrit alors sa gueule, et un flot d’énergie sembla s’y emmagasiner, augmentant ses deux types de défenses. Une fois fait, il tapa une nouvelle fois de la patte sur le sol pour faire jaillir des pics de rocs juste en dessous du pokémon immobile qui battait des ailes en rythme pour créer les bourrasques qui projetaient des rochers sur le colosse de type sol. J’étais assez curieux de savoir comment mon ami allait réagir, et ça allait surtout me permettre de le jauger un peu mieux. Après tout, nous étions amenés à nous affronter un jour, donc obtenir quelques informations était bien loin d’être une mauvaise idée.




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Johto
Expérience : 583
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Oct - 15:29

Alexandre Diame & Ivar Northway
A entraînement difficile, combat facile




"Hrafn ! Vrille à droite et Aile d'Acier !"

Le mouvement avait été instinctif, autant pour le dresseur que pour le pokémon. Était-ce cela la symbiose dont l'on parlait quand le combat atteignait son paroxysme ? Ivar n'aurait su le dire, mais dans tout les cas, Hrafn et lui étaient en phase en ce moment même. Le rocher passa à une plume près du volatile qui vrilla ailes repliées, ainsi, l'attaque Aile d'Acier faisait une armure protégeant ses flancs et l'attaque qui le frôla ne perturba même pas son pokémon. De plus, quand il les rouvrit avec force, ses ailes explosèrent la lame de Roc en un tas de petits graviers et l'oiseau reprit de l'altitude, tournant de nouveaux autour de son adversaire. Le jeune spécialiste avait une idée, mais ne savait comment la mettre en place, il lui fallait casser les appuis de l'Hippodocus, mais enfoncé dans le sol, celui-ci paraissait être inatteignable.
Il fallait prendre une décision.

"Ouragan, maintenant !"

L'attaque dragon émergea après quelques battements d'ailes, en plein sur l'Hippodocus, se mêlant avec le Tourbi-Sable. La tornade sablée s'éleva haut, tandis que le courant aurait attiré la créature de sable vers le ciel s'il avait été moins lourd. Cependant, dans le déluge, Hrafn en était devenu complètement invisible, situé hors de l'Ouragan qui persistait à cause du Tourbi-Sable de son adversaire. Le plan du spécialiste se refermait sur le gros Pokémon, il n'y avait plus qu'à espérer que cela marche. Hrafn n'était pas resté sans rien faire, il tournait de nouveau autour de l'Hippodocus, dans le même sens que les bourrasques circulaires tandis qu'Ivar observait Alexandre. A l'instant même ou il bougerait, Hrafn passerait à l'action.  
 


©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1965
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Oct - 16:17
A entrainement difficile...




Ivar, ou plutôt Hafrn, avait réussi à esquiver in extremis la lame de Roc qui avait interrompu son attaque. Une nouvelle fois, il découpa les pics rocheux avec ses ailes d’aciers, alors que le regard de Hippodoccus semblait un peu plus vif. Il paraissait apprécier le combat, à son rythme, regardant virevolter son adversaire qui, pour l’instant, n’avait pas vraiment réussi à le faire bouger. Ce n’était pourtant pas faute d’avoir essayé, et, si Hafrn avait pu profiter de son évolution, le combat aurait pu être nettement plus serré. Il était vrai que, pour le moment, le différentiel de taille et de poids entre les deux pokémons posait de nombreux problèmes à Ivar, ce qui pouvait aisément se comprendre.

Pourtant, il décida alors d’emprunter une nouvelle stratégie. Au lieu de m’envoyer ses gravats, il m’envoya de puissants courants d’air qui se mêlèrent au tourbillon qui entourait Zépar. La colonne se mit alors subitement à grandir, étirée vers le haut, mais mon compagnon ne paraissait pas plus inquiet que ça. Cependant, il fallait bien avouer que, si elle n’avait pas causé beaucoup de dégât à mon Hippodoccus, la tornade nous empêchait d’y voir clair, faisant voler mes vêtements et mes cheveux violets. Hafrn semblait avoir disparu, mais il n’était pas hors de portée pour autant. Je donnais donc mes consignes au pokémon sol.

« Vas-y Zépar, Stockage, encore une fois. » Lançais-je, voyant la gueule de l’Hippodoccus s’ouvrir et emmagasiner de nouveau de l’énergie. Lorsqu’il eut fini, je poursuivais. « Vas-y ! Chant Canon ! »

L’Hippodoccus ouvrit à nouveau la gueule, et de puissantes ondes sonores s’en échappèrent. Même moi, je dû me boucher les oreilles. Les ondes dissipèrent le sable, et se mirent alors à envahir tout notre terrain d’entrainement. L’avantage de cette technique, même si elle était loin d’être la plus puissante de l’arsenal de Zépar, c’était que, même si le pokémon adverse n’était pas visible, l’onde sonore le toucherait, il n’y avait pas besoin de viser. L’Hippodoccus n’avait toujours pas bougé, et il paraissait maintenant distinguer de nouveau Hafrn à travers la tempête.



© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Johto
Expérience : 583
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Oct - 19:40

Alexandre Diame & Ivar Northway
A entraînement difficile, combat facile


C'était exactement ce qu'attendait Ivar, alors que le jeune dresseur se bouchait les oreilles. L'hippodocus aveuglé avait décidé d'utiliser Chant Canon, l'attaque étant sûr de porter sur sa cible tout en dégageant les grains de sable de la trajectoire, la tornade perdant de sa puissance par la même occasion. Le spécialiste avait prévu ce genre de réaction et dans son vol, Hrafn s'était lentement rapproché de leur objectif, volant en cercles concentriques.
L'oiseau encaissa l'attaque tandis qu'il devenait de nouveau visible pour son adversaire. Les deux comparses s'étaient préparés à l'idée de prendre un coup, aussi ils ne furent pas déconcentrés.

"Maintenant ! Vive-Attaque et Aile d'acier ! Vise la tête !"

L'oiseau de proie atteint rapidement le côté de son adversaire et exécuta une habile vrille tandis que l'énergie se déployait dans son plumage, l'entourant d'une aura bleutée. Hrafn piquait vers l'Hippodocus et sa vitesse amplifié par la Vive-Attaque rendrait le choc violent. Ainsi le jeune homme espérait qu'en visant la tête de l'Hippodocus, le coup serait porté assez fort pour au moins le déséquilibrer. S'il était assez vif et assez tenace, il pourrait peut-être même le harceler au corps à corps.

Hrafn atteignait bientôt la tête de l'Hippodocus et le choc allait survenir.

"S'il riposte, accroche toi à lui !"

L'idée était simple au final, bien que dangereuse. Soit le choc faisait chanceler l'Hippodocus et une autre attaque aurait raison de lui. Viser la tête ne pouvait qu'aider à cela, le corps de l'animal étant trop énorme pour être soulevé ou poussé, contrairement à sa tête qui bien que massive, bougerait plus facilement. Le poids deviendrait alors un avantage, s'il venait à basculer au niveau de la tête, le reste du corps suivrait. Si jamais cela ne marchait pas, Hrafn s'accrocherait autant que possible à Zépar, évitant les attaques et surtout ses crocs. Si l'oiseau arrivait à rester hors de portée, il réussirait peut-être à faire sortir le pokémon adverse de son cercle, voir à le faire se cogner lui-même.

Bien entendu la stratégie d'Ivar était dangereuse et il risquait d'y laisser des plumes. Mais après tout, on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs et il avait une entière confiance en son Pokémon.




©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1965
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 8:49
A entrainement difficile...




Même si le chant canon avait atteint sa cible, Ivar semblait déjà avoir tout prévu. Le stratagème était plutôt astucieux, et, malgré la différence de taille entre les deux pokémons, le dresseur spécialiste du type vol ne lâchait pas l’affaire. La défense de sable de Zépar étant brisée, Hafrn pu s’approcher pour passer à l’offensive et tenter de désarçonner le gros Hippodoccus. Viser sa tête était plutôt astucieux, très astucieux même. Ivar avait dû se rendre compte que la défense offerte par le reste du corps du colosse ne lui permettrait pas de le faire trébucher, aussi, il tentait une approche différente. Le coup d’aile d’acier fut si puissant qu’il fit reculer le pokémon sol de quelques centimètres. Le pokémon oiseau entreprit alors de harasser Zépar, s’accrochant à sa tête et esquivant les crocs du pokémon qui se débattait. Sans céder à la panique, l’Hippodoccus semblait toutefois particulièrement dérangé par la situation. Cette dernière commençait à légèrement se dégrader, et je ne pouvais pas laisser faire Ivar. Zépar avait emmagasiné suffisamment d’énergie maintenant, et je lui donnais mes consignes.

« Vas-y Zépar, utilise Relâche ! » Lançais-je à mon partenaire. Le colosse de sable ouvrit alors la gueule, et un puissant rayon d’énergie en sorti, frappant Hafrn de plein fouet, et l’envoyant bouler un petit peu plus loin. Je voulais éviter à tout prix une attaque aussi directe, mais il fallait avouer que mon ami ne m’avait pas vraiment laissé le choix. Vaillant, le pokémon vol se releva. Il était plutôt solidement touché, mais toujours apte au combat.

J’observais alors mon Hippodoccus, qui eut alors un comportement étrange. Il regarda son adversaire quelques secondes, avant de lui tourner le dos et de se coucher sur le flanc, me regardant à mon tour avec un regard endormi. Il avait visiblement cru qu’il lui suffisait de toucher son adversaire pour remporter la victoire, et voulait donc profiter de sa sieste. Je poussais un soupir de dépit, levant les yeux au ciel.

« Nan… C’est pas cool Zép… Fallait que tu tiennes encore quelques minutes… » Dis-je, légèrement amusé par la situation. Le gros pokémon continua alors de me regarder, puis tourna ses yeux vers Hafrn, avant de les fermer pour se reposer. Je me grattais alors l’arrière du crâne. Après tout, si on suivait les règles que nous nous étions fixées, Ivar venait de l’emporter. Je me doutais qu’il ne s’agissait en réalité pas d’une erreur de l’Hippodoccus, loin de là. Il semblait avoir été plutôt content que son adversaire lui ait donné tant de fil à retordre, et le soupçonnais très fortement de lui avoir concédé la victoire. Quoi qu’il en fût, la victoire revenait au blondinet.

« Bon et bah… C’est une fin plutôt inattendue, mais tu remportes notre défi ! Hafrn est vraiment impressionnant, sa vitesse est plutôt problématique je dois dire. » Lançais-je avec un sourire.



© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Johto
Expérience : 583
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 12:24

Alexandre Diame & Ivar Northway
A entraînement difficile, combat facile


Il fallait avouer que dans ce moment, Hrafn paraissait particulièrement féroce ! Battant de ses grandes ailes, ses serres visant les yeux de son adversaire afin de le perturber assez pour qu'il ne riposte pas violemment. L'attaque Aile d'Acier avait réussi à faire bouger l'hippodocus et le jeune homme n'en croyait pas ses yeux. Mais c'était sans compter sur l'énergie que l'Hippodocus avait emmagasiné à l'aide de Stockage qu'il relâchât envoyant valser l'oiseau de proie plus loin.

Le Roucoups avait essayé de se rétablir en l'air mais il avait été trop surprit par l'attaque, chutant sur une aile. Le pokémon finit par se redresser tant bien que mal sur ses serres, bien amoché par l'attaque adverse. D'un cri et d'un battement d'aile, il indiqua à son dresseur qu'il pouvait toujours voler quoiqu'Ivar comprit que ce serait avec beaucoup moins de rapidité. Le jeune spécialiste était en phase et tendait la main pour donner son ordre au Roucoups quand il remarqua l'attitude étrange de Zepar. Celui-ci observait Hrafn depuis quelques secondes, puis lui tourna le dos et s'allongea sur le flanc, tandis que le bras d'Ivar retombait le long de son corps, les yeux ébahis. Le gros flemmard venait de le laisser gagner en se couchant lui-même. Le jeune spécialiste jeta un coup d’œil à son ami aux cheveux violets et celui-ci semblait être aussi étonné que le blondinet.

Le jeune homme finit par s'approcher de son oiseau qui se posait au sol, venant lui flatter la collerette de plume sur sa tête et vérifier qu'il n'était pas blessé plus que de raison. C'était une victoire, même si l'Hippodocus les avait laissé gagner et Hrafn bombait légèrement son torse fier, faisant sourire son maître. Il se tourna ensuite vers Alexandre et s'approcha d'eux, passant au passage une main sur la peau rugueuse du pokémon sol en le remerciant du regard et vint attraper le bras d'Alexandre pour le serrer.

"Bon et bah… C’est une fin plutôt inattendue, mais tu remportes notre défi ! Hafrn est vraiment impressionnant, sa vitesse est plutôt problématique je dois dire."  

"Je pense que rien n'est aussi rapide qu'un pokémon oiseau qui fend les airs, répondit le blondinet avec un sourire, ce n'était pas de la vantardise, mais bien de l'adoration pour son type de prédilection. Vous m'avez laissé gagner, mais cet affrontement m'a apprit bien des choses ! Et Zépar n'est pas en reste. Il est beaucoup trop résistant. Je ne vois pas comment quelqu'un réussirait à le mettre K.O."

Le garçon était sincère, il avait été impressionné par la résistance du pokémon qui n'avait presque pas bougé lors de l'assaut du Roucoups et qui ne semblait même pas dérangé par ses puissantes bourrasques. Encore un adversaire qu'il serait compliqué de combattre.

"Il me tarde de pouvoir vous combattre à pleine puissance, ton équipe et toi."

Ivar était pressé, même surement trop. Le fait de gagner en puissance l'obsédait à tel point qu'il s'entraînait d'arrache-pied et n'était pas prêt d'arrêter, oubliant que ce n'est pas seulement le combat qui faisait un dresseur.  




©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1965
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 18:12
A entrainement difficile...



Je ne pus m’empêcher de sourire en entendant les propos d’Ivar. Il avait, déjà, la victoire humble, ce qui était quelque chose d’assez agréable. Et j’étais surtout bien d’accord avec lui, les pokémons vols semblaient particulièrement agiles et difficiles à battre, ce qui ferait d’Ivar, dans un futur proche, un adversaire redoutable à battre. Je me demandais de plus en plus à quoi pourrait bien ressembler un combat à forces égales entre son équipe et la mienne, mais, ce dont je ne doutais pas, c’était que cet affrontement risquait fort d’être explosif. Entre mon style et le sien, il n’y avait littéralement aucun doute quant à cette affirmation. Enfin, nous avions encore le temps d’y penser, mais j’étais certain que ce jour ne tarderais pas à venir.

Sa seconde remarque me fit sourire. Il était vrai que Zépar était un adverse coriace, et encore, il n’avait pas montré toute l’étendue de son talent. L’Hippodoccus n’avait encore jamais perdu, du moins jamais en combat officiel ou normal, et il le devait à son énorme ténacité. Ses adversaires tombaient généralement bien avant qu’il ne soit trop amoché pour continuer. Son rythme lent était souvent bien trompeur, mais, puisqu’Ivar me connaissait un peu, il ne s’était, lui, pas laissé berner. Je reportais alors mon attention sur le jeune homme, en lui souriant calmement.

« Zépar est costaud, et c’est ce qui pose problème à beaucoup de dresseurs je dois t’avouer. Officiellement, tu es le premier à emporter une victoire sur lui d’ailleurs. » Dis-je à mon ami en lui faisant un clin d’œil.

La remarque d’Ivar me fit sourire, il fallait dire que j’avais hâte également de me mesurer à mon ami à forces égales. Il me vint alors une curieuse question, mais dans quelles conditions tout ça allait bien pouvoir survenir. Serait-ce un combat amical ou un duel fratricide ? Un combat d’Arène ? Du conseil des Quatre ? Il me tardait réellement de le découvrir. Et puis, je ne me sentais pas non plus encore comme étant accompli. J’avais envie de plus, d’aller plus loin. Je souriais donc au dresseur de type vol.

« Peut être qu’un jour on aura l’occasion de se battre, chacun de notre côté, sans se retenir. Et j’dois dire que l’idée me plait bien ! » Lui lançais-je, enthousiaste, avant de poursuivre. « Mais ! Puisque tu dois encore progresser un peu, et que moi aussi, je te laisse proposer le challenge suivant ! Tu te doutes bien que je n’ai pas très envie de rester sur une défaite. De toute façon, tu connais mon équipe, dis-moi quel défi te tente ! » Lançais-je au jeune homme.




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Johto
Expérience : 583
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 20:46

Alexandre Diame & Ivar Northway
A entraînement difficile, combat facile


Les jeunes dresseurs débattirent un moment des stratégies utilisées pour leurs petit défi, ensuite Alexandre expliqua à Ivar qu'il était lui aussi impatient de disputer un combat au sommet contre son camarade. Mais oui, il avait encore besoin d'entraînement et le dresseur au cheveux violets lui donnait le champs libre pour le prochain défi.
Ivar vint croiser les bras en réfléchissant lentement, il prit son temps puisque pour celui-ci, Feather serait le challenger. Le petit oiseau avait besoin d'un entraînement féroce, encore plus que Hrafn. Le jeune spécialiste observait maintenant autour de lui, cherchant un élément qui l'aiguillerait et c'est en avisant un bosquet non loin que l'idée émergea dans son esprit. Son Roucoups restait non loin de lui, se grattant le plumage à grands coups de becs et Ivar le fit rentrer dans sa pokéball, non sans l'avoir une nouvelle fois gourmandé pour son combat, faisant ensuite signe à Alexandre de le suivre jusqu'à l'orée du bosquet. C'est une fois devant un grand arbre que le garçon prit la parole, non sans avoir libéré Feather de sa maison rouge et blanche, l'oiseau venant se percher sur l'épaule de son dresseur.

"Voilà, je te propose une simple partie de cache-cache. Tu as quinze minutes pour localiser et attraper Feather dans cet amas d'arbres, bien entendu les capacité sont autorisées."

Ivar sourit à son ami, cette fois-ci, le défi avantagerait Feather et permettrait d'entraîner le petit volatile à choisir ses angles d'attaques et à se cacher, tout comme il le faisait avec Hrafn alors qu'il n'était qu'un Roucool.

"Donc si tu es d'accord, laisse-moi trois minutes pour trouver un endroit ou nous cacher."

Sur ces mots, le blondinet prit son téléphone à la recherche de son propre chronomètre.




©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Mhyone :: Méridian-
Sauter vers: