:: Mhyone :: Réseau routier :: Route 4 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Défi et aventures

avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Lun 26 Fév 2018 - 10:11
Jeremiah Summers
La météo a annoncé une journée magnifique, et Jem s'est levé tôt pour en profiter. Il a fait son sac et a pris la route 4 à l'aurore. Il a déjà parcouru cette route et en a particulièrement apprécié le paysage. Aujourd'hui, il a l'intention d'explorer un peu plus les alentours, prendre au hasard des chemins détournés et voir ce qu'il découvre.

Le bâton de pluie bat la cadence à mesure que le soleil se lève. Ils prennent un chemin de traverse, tournent à droite, reprennent à gauche. Très vite, ils sont perdus, mais peut-on dire qu'on est perdu lorsqu'on est exactement là où on désire être ? En l'occurrence, au beau milieu de nulle part.

Le lieu qu'ils parcourent est une lande vallonnée, entrecoupée de petits bois aux arbres rendus timides par le vent et le sol sablonneux. Les acanthes et agapanthes sont nombreuses et pour la plupart inconnues. Jem prend des photos de chaque plante semblant être un nouveau spécimen, pour les référencer plus tard. Il ne connait pas le statut de ces plantes, alors il n'en cueille pas.

La journée continue sans mésaventure. Ils marchent, s'arrêtent pour prendre une photo, font une pause déjeuner, et re-marchent. C'est une journée parfaite pour Jem, un peu moins pour William, qui préfère bien plus leurs mésaventures. Mais aujourd'hui, pas d'Emolga pour leur jouer des tours, pas de passant à qui faire la causette. Juste eux deux, le soleil et les fleurs des champs. En un mot, une journée parfaite.

Au détour d'une colline, ils débouchent dans un petit vallon peu profond rempli de coquelicots. La lande est mouchetée de rouge aussi loin que les yeux peuvent voir, les fleurs se balançant doucement au rythme d'une brise légère. Jem s'arrête pour les contempler, prend une photo, et continue son chemin. Il traverse le champ de coquelicots. Le bâton de pluie joue un air calme et plein de contentement. Les fleurs sont si nombreuses ici. Et le coquelicot est si commun qu'il est considéré par beaucoup comme une mauvaise herbe. Il y a largement ici de quoi faire plusieurs bocaux de confiture... Ça ne va pas être facile, de cuisiner dans la petite cuisine partagée des centres pokémon. Jem secoue la tête de droite à gauche, pesant le pour et le contre. Il décide finalement que cela fera un bon cadeau à envoyer à sa famille. Il sort un grand sac plastique de son sac à dos, un canif pour pouvoir couper les tiges plus rapidement, et se met au travail.

Snip, snip, snip, les tiges se coupent. Les pétales s'arrachent sans un bruit et tombent dans le sac comme une neige nocturne. Jem sifflote, le soleil tourne, le sac se remplit. Lorsqu'il est satisfait de la quantité de pétales obtenue, Jem est surpris de voir le soleil si bas et l'heure si tardive. Le soleil n'est pas encore prêt à se coucher, mais il faut qu'il se mette en route s'il ne veut pas passer la nuit dans les collines. Allez, il ramasse son sac, retourne sur ses pas et...

Ou est William ?

***

William est insatisfaite. On lui avait promis des aventures (enfin, elle se les était promises, Jem ne lui avait rien dit du tout) et jusqu'ici la majorité de leurs journées se sont passées exactement comme ils les passaient à la maison : se promener, cueillir des fleurs, et encore se promener. Elle n'a rien contre les balades, mais tout cela commence à être un brin répétitif. Il lui faut de l'action ! Des adversaires ! Des combats sans merci ! Des ruines pleines de pièges à explorer ! Pour l'instant la pire chose qu'ils aient eu à affronter, ce sont les chemins qui tournent en rond.

Parlant de chemins qui tournent en rond, il semble qu'aujourd'hui, ils n'aient même pas de destination. Ils ont déjà visité ce coin et si son dresseur voulait atteindre la ville suivante, ils seraient restés sur le chemin principal. Le menu d'aujourd'hui semble donc se résumer à de la promenade sans but. Elle n'aura même pas de nouvel endroit à découvrir à la fin de la journée. Il est donc bien naturel qu'elle soit frustrée par la situation. Et donc, il est bien naturel qu'elle tente de pimenter un peu la situation. Si elle ne le fait pas, son dresseur (sans parler d'elle !) risquent de mourir d'ennui. Et elle a juré de le protéger, elle ne peut décemment pas le laisser mourir d'ennui.

Lorsqu'ils arrivent dans un endroit rempli de fleurs rouges, William sait que son dresseur est parti pour rester au même endroit un bon bout de temps. Certes, les fleurs rouges c'est délicieux, mais ça ne justifie pas d'y perdre des heures de sa journée. C'est décidé, il est temps pour William d'entrer en scène et de leur créer un peu d'aventure.

Et pour ça, il faut d'abord la trouver, l'aventure.

William fait donc le tour des fleurs rouges pour s'assurer qu'il n'y a pas un pokémon sanguinaire dans les parages prêt à sauter sur son dresseur. Une fois qu'elle s'est assuré que son dresseur est en sécurité (il ne peut rien lui arriver ici. absolument rien, à son grand regret.) elle s'éloigne d'un bon pas. Bon, maintenant, qu'est-ce qui ferait une bonne aventure ? Tirailler un groupe de pokémons sauvages mal embouchés et tous les ramener à son dresseur pour un combat aux proportions épiques ? Mmmh, non, il lui faut quelque chose d'un peu mieux qu'un pokémon sauvage. Un donjon sombre, poussiéreux et rempli de mystère ? Ce serait pas mal, mais quand bien même elle en trouverait un, il faudrait encore convaincre Jem de l'y suivre. Aucune chance de réussite. Elle pourrait défier un dresseur de pokémon. C'est bien les combats entre pokémons dressés, on y a toujours des surprises, et lorsqu'elle gagne son dresseur la félicite. Bon, puisqu'elle est toute seule pour le moment, elle devra faire sans félicitations, mais ça vaut quand même le coup. Elle s'affaire donc à dénicher, quelque part dans ces chemins de traverse, un dresseur de pokémon.

Il lui faut un certain temps pour atteindre son objectif. Les chemins du coin ne vont nulle part d'intéressant et la route principale n'est pas tout à fait à côté. Mais finalement, elle entend une voix d'humain ! Elle suit la voix, la localise et se dissimule pour réfléchir à une entrée héroïque. Elle fait subrepticement le tour de la scène pour se mettre en travers du chemin de son ennemi du jour et, soudainement ! Elle surgit sur le chemin, ses lianes fouettant l'air de façon menaçante.

"Toi, dresseur ! Euh, dresseuse ! Je te défie ! Prépare toi à combattre !" lance-t-elle d'une voix assurée. Ce qui donne quelque chose du genre "Bulba ! Baba, bababa ! Bulbizarre bizarre !" mais c'est l'intention qui compte.

[Nina, je te défie ! En garde, à l'action, et accroche toi à ton slip !]


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nina Collin
Région d'origine : Ebenelle, Johto
Mar 27 Fév 2018 - 12:23
Nina Collin
Bon, l’aventure citadine, ça va bien cinq minutes, enfin une semaine. Mais quand il faut y aller, il ne faut pas hésiter à partir. Même si les évènements nous forcent à revenir une demie journée après. Ce n’est pas de la mauvaise volonté mais quand on nous offre la possibilité de chevaucher un Libegon, il est difficile de refuser. Surtout quand on s’appelle Nina Collin, qu’on s’ennuie rapidement et facilement et qu’on recherche les sensations et le fun partout où il se cache.

Ainsi, après avoir quitté une première fois Nox Illum, la rouquine et son Kaïminus s’était de nouveau retrouvés là-bas, en compagnie d’Alexandre Diame, avec qui le duo infernal avait vécu quelques aventures, un peu banales pour Nina mais qui devaient sortir de l’ordinaire pour le jeune homme. Et finalement, enfin, elle quittait de nouveau la ville pour aller… par-là. S’étant perdu et ayant oublié le plan de la région quelque part, la rouquine avait décidé d’une direction, de manière arbitraire, tout cela bien sûr avec la validation de Toti, son Kaïminus et compère de longue date.

Ainsi, le groupe formé d’une jeune fille téméraire et d’un Pokémon Eau commençait sa randonnée acidulée. C’est donc fièrement et la truffe au vent que Nina prit fièrement les devants tout en chantonnat et marchant d’un pas joyeux., Toti sur sa tête, scrutant les alentours à la recherche de n’importe quoi qui pourrait égayer le voyage et des choses trop dangereuses que sa dresseuse pourrait être tentée de faire. Il était étrange de ce dire que des deux, c’était lui le plus raisonnable. D’un autre côté, il ne lui viendrait jamais à l’esprit de se laisser tomber dans le vide, parce que c’est drôle, tout en pariant que le Libegon aura les réflexes nécessaires pour la rattraper avec de finir en crêpe sur le sol. Ce qui n’était pas le cas de Nina, qui avait une carte de fidélité à l’hôpital proche d’Ebennelle.

Quelque chose attira le regard de Toti sur la droite. Le Pokémon descendit alors sur l’épaule de sa dresseuse et lui tira l’oreille fortement pour la faire tourner. Aïe, pas si fort Toti, j’ai compris. Qu’est-ce qu’il y a là-bas ? De l’aventure ? Mmmmmmh, alors allons-y ! La jeune femme s’élança dans les buissson à grandes enjambées. Suivant les directions de Toti, qui les lui indiquait en tirant sur ses cheveux, Nina courut dans les bois pendant dix bonnes minutes, si bien qu’elle se perdit sans s’en rendre compte.

Après un virage à gauche, la rouquine fit face à l’ennemi des randonneurs : un gros buisson d’orties. Mais rien n’arrête l’inexorable avancée du progrès et Nina est bien mieux que le progrès. Ce n’est pas un petit buisson qui va m’arrêter. En avant ! Puissant un rugissement de bataille, elle bondit au-dessus du buisson pour se rendre compte qu’il était beaucoup plus grand que prévu et que son saut était bien plus petit que dans son imagination. Tant pis, ça va piquer. Nouveau cri de guerre avant l’atterrissage. Un atterrissage qui a tardé à se faire. La végétation était si dense que Nina n’avait pas remarqué que le parterre d’orties avait en réalité poussait au fond d’un fossé. Et ce qu’elle croyait être des plantes d’un cinquantaine de centimètre, était en réalité un mètre, plus grande.

Ne sentant pas le sol au moment prévu, la jeune femme perdit l’équilibre et se vautra dans les plantes urticantes, retenant un cri de surprise et de douleur alors que les démangeaisons commençaient déjà à se faire sentir. Comble de la malchance, vicieusement cachées par les orties, des ronces accueillir Nina et Toti avec force d’épines. Un cri bestial résonna dans les bois, faisant s’envoler quelques Roucools tranquillement posés dans les arbres.

Rampant, combattant, franchissant ce mur végétal qui l’agrippait, la griffait, la grattait, Nina s’extirpa du trou et sautillant sur place. Elle se grattait comme une damnée, retirant son T-Shirt rose bonbon d’une marque de gâteaux qu’elle avait obtenu en remplissant une carte de coupons, elle s’en servit pour se frotter avant de se rendre compte de sa nouvelle erreur. Ce faisant elle répandait sur son corps, les éléments qui était sur son vêtement, rendant la chose pire encore.

De son côté, Toti sortait tranquillement du trou, insensible aux orties et sa petite taille lui ayant permis de ne pas trop subir les ronces. Il rit en voyant son amie se dandinait et dansait la gigue. Arrête de rire comme un dingue toi ! Fait quelque chose ! Il n’en fallut pas plus pour que Toti réagisse. Il noya sa dresseuse sous un pistolet à Ô. Celle-ci le regarda avec un regard noir. Je ne t’aime pas. Nouvelle douche. Je ne t’aime vraiment pas. Encore une pour la forme. C’est officiel. Je te déteste. Non. Tu ne recommence pas sinon, ça va… Gloups.

Un jet prolongé coupa la menace de Nina. Mais la Rouquine avait de l’énergie à revendre et un certain talent pour le n’importe quoi. Plutôt que de se décaler. Elle s’avança dans le jet d’eau de son Pokémon pour l’attraper et commença une contre-attaque à base de chatouille. Le Kaïminus cessa son attaque et gigota pour échapper à l’étreinte de son amie. Mais elle était trop forte et lui trop petit. Un réflexe lui fit mordre le bras de Nina. Rien d’inhabituel, puisqu’ils savaient se chamailler. Sauf que cette fois, Toti y était allé un peu fort. Nina souffla par le nez en serrant les dents. Toti… Tes… Dents.

Le Kaïminus relâcha sa prise immédiatement et prit un air désolé. Le bras de Nina déjà griffé par les ronces, laissait échapper de petit filet de sang. En y regardant de plus près, on pouvait voir que ce n’était la première fois qu’un tel accident arriver. De nombreuses marques, plus ou moins grandes entachaient les bras, mais le reste du corps aussi en avait, de la Rouquine, laissant des traces blanches aux endroits de ses nombreuses cicatrices, trophées des bêtises passées. On la dit et redit, pas trop de dents, ça risque de me couter littéralement un bras sinon, un jour ou l’autre.

Elle fit un grand sourire à Toti, pour le rassurer et le petit Pokémon se précipita sur le sac à dos de sa dresseuse posé plus loin et revint avec une trousse de secours. Après désinfection et bandage, la jeune femme mit un T-shirt neuf. L’avantage de ses douches intempestives, c’était qu’elle ne se grattait plus maintenant. Toti, grâce à toi, on est perdu. Le Kaïminus regarda autour de lui, avant d’acquiescer énergiquement. Ce n’était pas la réponse que j’attendais. Tant pis.

Soudain les buissons s’agitent et un Bulbizarre en surgit, bulbizant quelque chose en agitant ses lianes en l’air de façon menaçante. Devant cette apparition soudaine, Nina ne put avoir qu’une seule réaction. Arceus ! Il est trop MIGNON !!! Toti ! REAGARDE !!! Un Bulbizarre sauvage trop mimi qui nous fait coucou de ses lianes ! C’est trop rigolo. La rouquine se précipita vers le Pokémon Plante pour l’attraper avec ses bras et lui faire de caresser et autres papouilles sous le regard quelque peu jaloux de Toti.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Mar 27 Fév 2018 - 14:06
Jeremiah Summers
La dresseuse la voit, crie quelque chose qui veut sûrement dire "J'accepte ton défi ! Prépare toi à manger des mandales !" et se précipite sur William.

Ceci n'était pas tout à fait ce qui était prévu. William a déjà affronté des pokémons sauvages. William a déjà affronté des pokémons de dresseur. William a même affronté une ou deux fois des dresseurs sauvages, comme ceux du centre commercial quand ils essaient de l'empêcher d'explorer un magasin. Mais affronter un dresseur de pokémon, ça, c'est une première.

William en est tellement secouée que la dresseuse en profite pour la prendre par surprise ! Ah, voilà un adversaire à ne pas sous-estimer ! La dresseuse l'a piégée dans une attaque étreinte et ne semble pas prête de la libérer. Il va falloir jouer finement pour renverser la situation et remporter ce combat.

Dans un combat ordinaire, William ne s'abaisserait pas à utiliser une technique aussi fourbe. Mais ceci n'est pas un combat ordinaire. Ceci est un combat contre un humain pas sauvage (quoiqu'un peu sauvage) et il va lui falloir user de tous ses tours. Tous les coups sont permis, seule compte la victoire. William redirige donc ses lianes subrepticement dans le dos de son ennemi et... lui chatouille les aisselles.

Oui, c'est une technique cruelle, aussi William ne l'utilise qu'en cas d'extrême nécessité. Et ce combat est, assurément, une extrême nécessité. Si elle ne le gagne pas, elle aura l'air bête, et ceci serait en effet une situation extrême.

Cette technique, bien que peu fair-play, est très efficace. C'est à noter : le type cruauté est super efficace face aux humains de type, euh... de type roux. Voilà. Elle pourra toujours demander son type plus tard. Pour le moment l'important c'est que l'humaine l'a lâchée. Elle a repris l'avantage ! Mais cela signifie qu'à présent, son adversaire sait qu'elle n'est pas à sous-estimer. Ce combat va pouvoir commencer à être sérieux...

Elle jette un coup d'œil au Kaiminus en arrière-plan. Le... pokémon dresseur ? Dresseur de dresseur ? Allons pour dresseur de dresseur. Le dresseur de dresseur l'observe également, réfléchissant sans doute au prochain ordre à donner à son... dresseur. Il doit y avoir une meilleure façon de désigner ces deux-là, mais elle y réfléchira plus tard.

William toise le dresseur de dresseur, lui laissant le temps de réfléchir à sa prochaine commande, parce qu'elle demeure courtoise, même au cœur d'un combat sans merci. Et aussi parce que c'est plus intelligent de laisser l'autre agir en premier, afin de savoir comment au mieux parer et répliquer. Héhé, William est une maline. Elle garde donc ses lianes prêtes, parée à réagir au moindre mouvement suspect. Cette fois-ci, elle ne se laissera pas surprendre par une étreinte, foi de William !


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nina Collin
Région d'origine : Ebenelle, Johto
Ven 2 Mar 2018 - 18:07
Nina Collin
Nina eut un mouvement de recul. Les lianes du Bulbizarre avaient pressé sous ses aisselles, provocant des piqûres désagrables à cause des épines de ronces qui avaient dû s’y glisser. La jeune femme essaya donc de les retirer car maintenant chacun de ses mouvements, surtout des bras, était douloureux. Toti la regarde puis le nouveau venu, puis sa dresseuse de nouveau. Il n’est pas si mignon que ça. Je suis bien plus mignon que lui. En plus, il n’a pas de bras, alors que moi oui. Bien sûr Nina ne comprendra pas la subtilité de ce qu’il dira mais les deux compères se connaissaient bien assez pour que les mimiques de Toti laissent entrevoir une partie de ce qu’il a dit.

La rouquine se tourne vers lui alors qu’il gesticule. Mais ne te mets pas dans cet état grand bêta. Bien sûr que tu es plus mignon que lui. Mais il est tout de même trop chou. Regarde-le avec ses petites lianes qui s’agitent dans tous les sens. On dirait qu’il essaye de nous faire peur. C’est trop mignon. Vient on l’invite à nous rejoindre dans l’équipe. Vous formerez le duo le plus adorable du pays. T’es d’accord ? La réponse négative du Toti lui fit froncer les sourcils. Aller ! Fait pas ton rabat-joie. Imagine tout ce qu’on pourrait faire. Des tyroliennes de folie avec ses lianes euh… Okay, je n’ai que ça en exemple pour l’instant mais les possibilités sont infinies tu ne penses pas ? Le Pokémon Eau réfléchi un instant avant de hocher la tête.

Bon toi là-bas, ça te dit de suivre cette folle et moi dans nos aventures ? En même temps que Toti parler avec le Bulbizarre, Nina sortait une Pokéball du fond de son sac et l’exhiba triomphalement. Dis moi petit Bulbizarre, ça te dit de venir avec moi ? On va être super copain tu verras. Lui c’est Toti et moi c’est Nina. Ensemble on va bien s’éclater. Tu verras, on fera du saut en cascade, on escaladera les falaises, les immeubles. Oh, on cassera aussi les genoux des méchants et on se préparera à affronter Alexandre Diame, le terrible Baron de la Ligue Pokémon. Et puis on ira faire du ski et bien sûr on mangera. Beaucoup, et très souvent. Ce sera génial !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Sam 3 Mar 2018 - 21:48
Jeremiah Summers
Le dresseur de dresseur ennemi se met à parler à sa dresseuse, à propos de trucs mignons. William n'a aucune idée de ce qui a prompté cette réplique, aussi assume-t-elle qu'il s'agit d'une stratégie pour la rendre confuse et lui faire baisser sa garde. Elle reste donc vigilante !

La dresseuse déblatère des trucs, comme le font la plupart des humains, et le pokémon la gratifie de quelques réactions. William n'a jamais trop su si les autres pokémons peuvent comprendre ce que racontent les humains, ou s'ils font juste semblant pour ne pas les vexer. Elle attend poliment qu'ils aient terminé leurs bavardages et reviennent à leur combat. Peut-être qu'ils élaborent une stratégie pour la contrer. Il leur faudra bien ça pour résister à sa puissance.

Finalement, le pokémon ennemi s'adresse à elle, probablement pour tenter de la distraire de... il a dit aventures ?

Vos aventures ? Vous avez des aventures ? Moi j'adore les aventures ! Vous allez où ? Vous allez faire quoi ? Vous allez explorer des ruines bizarres ? Ou bien... Wowowo, pourquoi elle sort une pokéball celle-là ?

L'humaine recommence à parler, ce qui ne la renseigne pas beaucoup. Mais William est une maline, et il ne lui faut pas longtemps pour comprendre ce qui se trame.

J'aimerais clarifier la situation : ceci est un combat entre pokémons dressés. Euh, entre humain et pokémon dressés. J'ai déjà un humain. Je l'ai laissé dans un champ un peu plus loin, mais il faudra que je retourne le chercher dans un moment. Elle accompagne son explication d'un mouvement de liane dans la direction d'où elle vient. Mais, euh, je suis toujours partante pour les aventures hein ! Tant qu'on est rentrés pour le dîner, sinon mon dresseur va commencer à me chercher et il risque de se perdre, tout seul. Donc euh. Tu peux faire comprendre à ton humaine de ne pas essayer de me capturer s'il te plait ? Et je promets de pas lui faire trop mal dans notre combat. Enfin, si elle veut toujours finir le combat, hein... heum...

William n'a pas eu beaucoup l'occasion dans sa vie d'interagir avec d'autres pokémons dressés. Enfin, à part pour leur mettre des roustes. Du coup elle n'est pas très sûre de comment se comporter, et se sent un peu gênée. Mais ce n'est pas grave ! Car rien n'arrête William, ni monts, ni vaux, ni situations sociales inconfortables !

Donc euh pour les aventures... ?


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nina Collin
Région d'origine : Ebenelle, Johto
Jeu 15 Mar 2018 - 13:58
Nina Collin
Nina éclate de rire. La situation est assez comique dans les faits. Elle est en train de négocier avec un Pokémon son entrée dans une Pokéball. Elle est à peu près sûre que ce n’est pas comme ça que doit se passer une capture normalement. D’un autre côté, la rouquine ne s’y est jamais vraiment intéressée. Le Bulbizarre gesticule et semble indiquer quelque chose avec ses lianes mais à part les branches, la rouquine ne voit pas trop ce que le Pokémon veut dire.

C’est Toti qui lui apporte la traduction avec une série de gestes tous plus énergique et incompréhensible que les autres. Toutefois, la jeune femme semble le comprendre et parait un peu déçu, mais Toti moins. Il jette au passage un regard suspicieux à cet étrange Pokémon qui se balade en laissant son dresseur sans surveillance. Si le Kaïminus faisait, non seulement il risquait de rater des choses vraiment amusantes mais en plus Nina risquait de faire encore plus de choses stupides que d’habitude, comme se jeter dans le vide du haut d’un Libegon en pariant sur la rapidité du Pokémon et sa dextérité pour la rattraper. Le Pokémon Eau, de nature pourtant frivole, était le plus responsable des deux. Et ce n’était pas bon signe.

Tu as un dresseur c’est ça ? Et bien allons le chercher pour l’emmener avec nous. Plus on est de fous, plus on rit. Alors en…. Ooooh. Tu sens ça Toti ? Dans cette direction. Mais oui, ça sent l’aventure ! En route. La rouquine commença à marcher d’un bon pas dans les buissons, suivit de Toti.

Dépêche-toi sinon on part sans toi. D’ailleurs tu ne serais pas un peu bête, toi ? Qui te parle de combat ? Non, mais sérieux, on n’a jamais vu ça, un humain qui affronte un Pokémon dans un duel. Y en a bien qui nous courent après et inversement, mais volontairement. Quoi que Nina en serait capable, elle est complètement folle. Et puis si tu veux un combat, ce ne sera pas avec nous. Moi, je ne me bats pas, Nina y tient et ça me va très bien. Quand elle se met dans les ennuis, elle s’en sort toujours avec une pirouette. Toutefois, même si je ne me bats pas, elle le fait. C’est une bagarreuse. Tu devrais la voir quand elle s’énerve. Elle mettrait à terre un Tygnon ou un Tyranocif facilement et ferait peur à Darkraï lui-même. Mais bon, ça n’arrive pas souvent. Il faut qu’on lui pique sa nourriture, qu’on l’empêche de manger ou de dormir. Ah, et puis y a quand on fait du mal au gens. Elle ne le supporte pas. Du coup elle fait aussi du mal au gens à ce moment-là, ce qui est assez contradictoire quand on n’y pense. Mais bon. Elle est comme ça. Super sympas et intelligente et parfois terrifiante. Je me demande ce qu’elle a flairé. Ça peut être n’importe quoi et même rien du tout.

Nina avançait vaillamment dans les fourrés, laissant Toti babiller autant qu’il le voulait. S’il se faisait un compagnon de jeu, tant mieux. Nina n’était pas trop possessive. Elle avançait rapidement vers le bruit d’eau qu’elle avait cru entendre. Elle ne s’était pas trompée et rapidement, elle découvre un petit lac. Le bruit de l’eau venait des nombreux Axoloto et Maraiste qui s’y baignait. Toti !!! Des copains de jeux. La rouquine se mit à courir à comme une dingue vers n groupe d’Axoloto qui se dispersa. Elle courut ainsi autour du lac, Toti faisant pareil. Viens ! on va se faire des copains. Avait-il lancé avant de se mettre à courir.

Quand il s’avéra que la manière trop franche de Nina ne plaisait pas au Pokémon celle-ci s’exclama en avoir marre de courir. Ni une ni deux, T-shirt et short, chaussette et basket, sac à dos et casquette, tout s’envola et une Nina en sous-vêtement plongea dans le lac. Elle barbota un instant, vite rejointe par son Kaïminus. La présence du Pokémon Eau décida certains Axolotos puis des Maraistes à les rejoindre. Ainsi ils commencèrent à s’amuser bruyamment.

[HRP] Désolé pour la tente, je cherchais l’inspiraiton.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Ven 23 Mar 2018 - 12:37
Jeremiah Summers
Le Kaiminus arrive à faire comprendre la situation à sa dresseuse. Ouf ! Une catastrophe d'évitée, une !

Donc, pour les aventures... ? La dresseuse dit un truc et s'élance d'un bon pas à travers buissons, suivie de près par son pokémon. Apparemment, les aventures c'est par là, William se joint donc au groupe avec enthousiasme. Cette humaine-là a l'air bien plus susceptible de trouver des aventures que son dresseur. Cette impression initiale est renforcée par le discours du Kaiminus. William n'est pas une bavarde. Elle laisse le Kaiminus parler et en apprend tout ce qu'elle a besoin de savoir sur la dresseuse. Nina, donc. Oui, cet après-midi s'annonce bien !

Leur petit groupe débouche sur une clairière abritant un petit lac abritant des pokémons. Aha, que de possibilités s'ouvrent à eux ! Faire des batailles d'eau, provoquer les pokémons sauvages en duel, leur demander s'ils n'ont pas des quêtes à leur proposer... Mais avant même que William ait pu faire l'inventaire de leurs options Nina avait balancé ses affaires et sauté à l'eau. Suivie par Kaiminus. Well then.

William s'approche du lac et commença à réfléchir. C'est que les bulbizarres, ça ne flotte pas très bien. Petites pattes, gros bulbe lourd sur le dessus, bouche proche du sol... ça n'aide pas. Ce qu'il lui faudrait ce serait... aha !

Il y a une grosse branche sur le sol non loin. Elle est sans doute tombée à terre durant une tempête il y a un certain temps. Le bois a commencé à pourrir, ce qui aide William à en casser un morceau de taille raisonnable. Armée de son bout de bois, la bulbi retourne au lac et l'y laisse tomber. Elle saute sur son radeau de fortune, s'y accroche avec ses lianes, et... ouais, ça fonctionne ! Le bout de bois s'enfonce dans l'eau sous son poids et lui mouille les pattes, mais elle reste suffisamment hors de l'eau pour que la situation soit viable. D'une liane, elle se tient au radeau, de l'autre elle pagaie en direction de ses nouveaux compagnons.

Pendant qu'elle faisait son manège, Nina, Toti et les pokémons sauvages ont sympathisé. Ils barbotent ensemble et s'amusent à s'envoyer de l'eau. William les rejoint et s'empresse d'envoyer de l'eau à la figure du Kaiminus à l'aide de sa liane. Un pistolet à o lui revient à la face. Aha, s'il veut la guerre, il l'aura !

La bataille d'eau qui s'ensuit est pour le moins bruyante. William manque de chavirer à deux reprises et est sauvée in extremis de la noyade par ses nouveaux compagnons. Après cela ils s'allient face aux Axolotos et les pokémons sauvages n'ont plus aucune chance.

La bataille est à son paroxysme lorsqu'une ombre imposante est projetée sur la scène. Les axolotos, paniqués, se rangent en rang deux par deux.

-Je vois qu'on s'amuse bien ici.

C'est un énorme maraiste qui a surgit des profondeurs du lac et domine la scène d'un regard menaçant. Les axolotos restent silencieux.

-Il me semble vous avoir dit que vous deviez ranger votre plage avant de pouvoir aller jouer. Est-ce que vous vous en souvenez ?
Les axolotos ne répondent rien.
-Est-ce que vous vous en souvenez ? l'énorme maraiste répète avec plus de force.
-Oui maman. murmurent collectivement les axolotos.
-Et est-ce que la plage est rangée ?
La maraiste désigne d'un large mouvement du bras la rive opposée du lac. On peut voir des algues, morceaux de bois et coquillages éparpillés dans l'herbe et dans la boue.
-Non maman. ronchonnent les axolotos.
-Dans ce cas, vous avez du travail devant vous. Allez, rangez moi tout ça ou vous serez privés de goûter. Et ça vaut aussi pour vous ! elle ajoute en direction de Nina, Toti et William. Si tout n'est pas rangé dans une demi-heure, vous n'aurez pas de goûter et vous serez renvoyés directement chez vos parents. Hop hop hop, au travail.


[nan mais c'est bien les tentes hein... j'ai eu une semaine chargée]


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nina Collin
Région d'origine : Ebenelle, Johto
Mer 4 Avr 2018 - 8:17
Nina Collin
Nina avait vite oublié la présence du Bulbizarre. Pas qu’elle ne s’intéressait pas à lui, mais juste qu’elle avait toujours eu l’habitude de faire des choses avec Toti et parfois ses amis humains et leur Pokémon mais jamais avec seulement un autre Pokémon. Et elle ne pensait déjà pas aux limites que peut supporter son propre corps alors imaginer un instant qu’un Pokémon Plante ne puisse pas se baigner ne lui viendrait pas là l’esprit. Et puis la possibilité de s’amuser avec des Pokémons Eau, sauvage et dans l’eau avait été beaucoup plus forte que tout autre préoccupation.

Une grande bataille d’eau avait rapidement éclaté, Nina manqua plusieurs fois de se noyer sous le poids des Axoloto qui lui grimpait dessus ou sous le déluge d’eau qu’elle recevait entre deux éclats de rire. Mais cela ne l’avait pas arrêtée et elle avait répondu coup pour coup à toutes les attaques. Jusqu’à ce qu’une paix brutale s’installe.

La rouquine ne comprit pas tout de suite pourquoi, et rester tout autant interloquée lorsque ses compagnons de jeu sortir de l’eau et s’agitait sur la plage. Craignant une attaque de prédateurs, elle nagea vers le bord suivit de Toti, mais comme ce dernier ne semblait pas inquiété, la jeune fille se détendit et commença à regardait les alentours. Tout était calme et Toti la regarda d’un air coupable. La même tête qu’il avait lorsque la mère de Nina demandait au duo de ranger la chambre ou la cuisine ou le salon, ou tout autre endroit qu’ils avaient mis en désordre. Cela n’arrivait pas très souvent puisqu’il fallait l’avouer, le duo mettait un tel bazar partout où ils allaient que certaines pièces de la maison leur étaient interdites à certaines heures de la maison.

Nina ne comprit pas pourquoi il faisait cette tête, mais elle était déçue de voir son moment de jeu s’arrêter aussi brutalement. Elle observa les alentours et approcha un Maraiste. Le Pokémon passif observait ses pré-évolution s’agiter sur la plage. Nina l’éclaboussa en riant en espérant une réaction et relançait un peu d’amusement. La réaction ne se fit pas attendre.

Le Maraiste se retourna et infligea un Coup de Boule à la rouquine, qui vola dans l’eau. La pauvre n’eut pas vraiment l’occasion de comprendre ce qui lui était arrivé et perdit connaissance sous le choc. Ce fut Toti, qui malgré sa petite taille tira sa dresseuse hors de l’eau. Nina ! Nina ! Réveille-toi ! Nina. Le Kaïminus était complètement paniqué et ne savait pas comment endiguer le flot de sang qui coulait du front de son amie inconsciente. Toi, va chercher ton humain ! Nina se réveille pas, c’est pas normal. Fait quelque chose !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Mar 17 Avr 2018 - 11:11
Jeremiah Summers
Le corps humain est une chose particulièrement solide et aussi incroyable fragile. Une glissade, une ferraille qui dépasse, une balustrade un peu trop petite... et l'amusement tourne au drame.

A l'apparition du Maraiste, William était prudemment retournée sur la terre ferme. Malgré sa nature casse-cou, elle avait été élevée par un garçon faisant tout avec délicatesse et prudence. N'étant pas sûre de comment la situation allait évoluer, elle avait regagné un terrain à partir duquel elle pourrait plus facilement réagir.

De toute évidence, le Kaiminus et son humaine n'avaient pas grandi à la même école. Appliquant le principe de "il m'est jamais rien arrivé de grave" Nina avait continué à s'amuser dans l'eau, confiante en sa grande expérience en aventures rocambolesques et sans filet.

Seulement, lorsqu'on applique le principe de "il m'est jamais rien arrivé" tôt ou tard il nous arrive bel et bien quelque chose.

Un instant, tout le monde s'amusait bien, le suivant, Nina était inconsciente et la tête en sang. William galopa auprès de l'humaine et regarda bêtement le sang couler de la blessure. Elle n'avait aucune idée de quoi faire. Les axolotos continuaient de nettoyer la plage, insensibles au drame se déroulant à quelques mètres d'eux. William resta là, hébétée, de longues secondes, avant que l'injonction de Toti ne la tire de son état second.

Oui, son dresseur saura peut-être quoi faire. C'est un humain après tout. Il doit savoir comment soigner les humains. William hocha la tête en direction de Toti et tourna les talons, galopa droit devant elle en direction du vallon rempli de coquelicots.


***


Le bâton s'agite de droite à gauche, une mélodie saccadée. Jem est tendu, pas vraiment inquiet, pas vraiment rassuré non plus. Il n'ose pas trop quitter le vallon de coquelicots, de peur que William ne retrouve pas sa trace. C'est bien son genre, de partir de son côté lorsqu'elle s'ennuie. Mais Jem est resté des heures à cueillir ses coquelicots. Jusqu'où William est-elle allée ? Dans quel pétrin s'est-elle fourrée ? Allons, elle doit juste avoir trouvé quelque chose de captivant. Pas la peine de s'inquiéter.

Le bâton s'agite de droite à gauche.

Jem tourne en rond, secoue la tête en rythme. Toutes les fois où William a disparu, il ne lui est jamais rien arrivé.

Jem se mort les lèvres. Un "Bulba !!" le fait sursauter. William ! Enfin ! Jem veut l'enguirlander mais il est trop soulagé de la voir saine et sauve pour se composer un air menaçant. Il sort néanmoins sa pokéball, moins pour la punir que pour avoir l'esprit tranquille sur le chemin du retour.

Mais William ne l'entend pas de cette oreille. Il attrape le bas de sa robe entre ses mâchoires et le tire à petits coups secs dans la direction dont elle vient. Elle a sans doute trouvé quelque chose d'intéressant, mais il est tard, et poursuivre cette aventure ne serait pas très raisonnable.

William est déterminée. Elle tire plus fort. Jem hoquette de surprise. Que se passe-t-il ? Est-ce qu'il y a encore un Emolga coincé dans un arbre ? Non, l'attitude de William est pleine d'urgence.

Est-ce que quelque chose est arrivé ?

Jem cale le sac de coquelicots sur son épaule et lui emboite le pas. William galope. Jem court après elle. Quelque chose s'est passé. Mais quoi ?

William se faufile sous les fourrés et Jem bataille pour se frayer un chemin. Il grimace, frotte les éraflures de ses bras pour chasser la sensation des branchages contre sa peau. William l'entraine profondément dans la forêt. Finalement, au bout de plusieurs minutes de course, une William paniquée et un Jem essoufflé débarquent au bord de l'étang.

Jem prend un instant pour apprécier le décor. L'eau est transparente, des saules laissent paresseusement trainer le bout de leurs branches dans le lac et le rivage est couvert de petits cailloux gris et brillants. L'endroit idéal pour un pique-nique. Mais William ne l'a certainement pas entrainé ici pour un pique-nique. Elle continue de courir, jusqu'au rivage, où elle rejoint... une fille inconsciente ? Oh merde !

Jem se précipite sur la scène et laisse tomber ses affaires dans l'herbe. Il pose une main sur la poitrine de la fille, l'autre devant sa bouche... Le cœur bat, elle respire. Elle est vivante ! Jem force une expiration tremblante. Qu'est-ce qu'il doit faire ? La fille est toute mouillée. Elle s'est noyée ? Qu'est-ce qu'il faut faire quand quelqu'un se noie ? Jem n'en sait rien. Il faut qu'elle crache l'eau qu'elle peut avoir dans les poumons, peut-être ? Il lui attrape l'épaule et la roule sur le côté. Position latérale de sécurité, c'est sûrement bon, non ?

C'est à ce moment là que Jem remarque brusquement que les cheveux de la fille sont couverts de sang. Oh. Oh ! C'est pas bon non plus ça. Le sang coule encore ? Le sang coule encore ! Oh, euh, compresser la plaie, c'est ça ? Jem attrape sa serviette dans son sac et l'applique maladroitement contre le cuir chevelu de la fille. Les coupures au crâne saignent beaucoup, non ? C'est peut-être impressionnant mais pas trop grave ? Il espère que c'est pas trop grave. Et la fille se réveille pas. C'est pas bon d'être inconscient plusieurs minutes, non ? Et qui sait depuis combien de temps elle est inconsciente. Elle respire au moins. Elle est peut-être en hypothermie aussi, mais il n'a pas quinze bras et il ne peut pas la sécher, tenir la serviette et la maintenir sur le côté.

Il faut qu'elle se réveille. Réveille-toi vite. Est-ce qu'il doit appeler des secours ? Est-ce qu'il a du réseau ? Jem est sur le point de lâcher la serviette pour sortir son téléphone quand la fille crachote.

Oooooh un signe de vie, enfin !! Jem expire, lentement. Tout va bien. Elle est vivante. Ils vont tous bien. Pfiouh.

La fille essaie de se relever aussitôt, mais Jem pose une main sur sa clavicule et lui adresse un regard extrêmement sérieux.

"r... reste." Il parvient à articuler.

William prend le relais pour tenir la serviette contre sa blessure à la tête. Jem sort une potion de son sac. Utilisé sur les humain, un soin pokémon n'a pas ses propriétés quasi-magiques, mais ça convient comme antiseptique. Doucement, Jem écarte la serviette. Délicatement, il écarte les cheveux collés contre la plaie. La blessure est, au final, pas très grande, et c'est tant mieux. Il donne quelques coups de spray et observe la blessure se nettoyer sous l'effet du médicament. Une fois satisfait, il désinfecte également la serviette et l'applique à nouveau contre le crâne de l'inconnue.

Bon, il n'aura pas son diplôme de premiers secours aujourd'hui, mais elle est en vie, elle est consciente, et elle est en un seul morceau. C'est déjà pas mal. Jem saisit son téléphone, pour lui parler ou appeler les secours il n'en est pas trop sûr, mais ses doigts tremblent trop pour manier le clavier tactile. Okay, il faut qu'il se calme d'abord. Expiration...

Il regarde la fille. Il a toujours une main sur sa clavicule pour la maintenir allongée. Gêné, il reprend sa main et triture ses doigts pour faire passer la sensation. Il faut au moins qu'il lui demande si elle va bien. Il prépare ses mots, se racle la gorge.

"... comment va ?"


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nina Collin
Région d'origine : Ebenelle, Johto
Lun 23 Avr 2018 - 13:58
Nina Collin
Nina était allongée sur l’herbe, inconsciente. Toti était particulièrement inquiet car le duo avait vécu des choses terribles, prit des risques ridicules un nombre incalculable de fois. Elle avait fini souvent à l’hôpital, alors que le Kaïminus n’avait pour sa part presque jamais connu de blessure. La faute, non pas à sa prudence mais à la protection de sa dresseuse, qui a toujours tenu à le protéger à outrance, si cela était possible, lors de leur péripétie. Ça pouvait se traduire par une récupération avant atterrissage brutal, jusqu’à un coup de pied aux fesses pour l’envoyer voler loin de la trajectoire du Tauros enragé qui allait l’écraser et se prendre sa charge à la place du Pokémon Eau. Toti ne se bat pas. Il n’est là pour ça et surtout il n’en a pas besoin. Si tu as problème, c’est moi qui vais te botter les fesses. disait toujours Nina aux dresseurs un peu trop portés sur l’affrontement.

Mais aujourd’hui, c’était bien plus grave. La rouquine ne réagissait pas aux stimuli de Toti qui était désemparé au milieu des bois, et seul maintenant que le Bulbizarre était parti. Le petit Pokémon Eau ne savait pas quoi faire. C’était une grande première et la peur de perdre sa dresseuse était plus que grande. Pour la première fois de sa vie, le Kaïminus ressentait du désespoir et n’osait imaginer une vie sans Nina, simplement parce que c’était impossible. Qu’allait-il devenir ? Aussi loin que remonter sa mémoire, il n’avait vécu qu’auprès de Nina, cette fille plus folle que lui et avec qui sa vie n’avait été qu’amusement et un grand n’importe quoi quasi permanent.

Finalement, après une attente interminable, le Bulbizarre revint avec un humain. L’espoir revint dans le regard de Toti qui ne dit rien, et ne bougea pas de la proximité du visage de Nina. Cet homme en robe, étrange, regarde le lieu comme s’il visitait un monde merveilleux. Finalement, il mire Nina et se précipite à son chevet. Toti note son hésitation mais le regarde agir. Au bout d’un moment, Nina toussa, crache un peu d’eau et semble se réveiller. Son premier réflexe, Toti le connait, est de se lever. La rouquine considère qu’en dehors du sommeil, la position allongée ne sert pas à grand-chose. Le Pokémon Eau est soulagé mais attend encore avec appréhension la première réflexion de son amie.

Nina pour sa part regarde vaguement autour d’elle. Avant de faire quoi que ce soit, elle essaye de remettre ses idées en place. Le Bulbizarre sauvage pas sauvage, il est là à ses côtés. Toti, présent aussi mais ce n’est pas une surprise. La baignade avec les Axolotto, le coup de boule du Maraiste. LE COUP DE BOULE DE MARAISTE. Oh le sale petit méchant. Il a la tête dure, presque autant que la mienne. Il m’a prise par surprise. Il me doit une revanche.

Aux premiers mots de Nina, Toti lui saute dans les bras, fou de joie. Nina le serre par réflexe, puisque manifestement, Toti veut un câlin et pas une bagarre. Le regard vert de Nina se pose sur le jeune homme à ses côtés. Elle fait une mue indescriptible. Puis mine la déception avec brio. Oh… C’est toi mon prince charmant ? Je ne m’attendais pas à ça. Mais bon, les contes sont formels. Viens faire un gros poutou. Nina ferma les yeux et fit une duck face avant d’éclater de rire. Je rigole. Merci pour ton aide. J’ai encore du mal à comprendre ce qui s’est passé, mais c’était littéralement l’éclate.

La voix de Nina n’était pas aussi dynamique et pleine d’entrain que d’habitude, presque fatiguée, probablement le contrecoup. Toti était allé remercier William pour être allait chercher son dresseur et danser autour avec entrain et énergie. Je suppose que tu es le compagnon du Bulbizarre. Il est très gentil d’être venu te chercher. Je m’appelle Nina. Et ne fais pas cette tête. Je fais ça presque tous les jours. Peut-être pas aussi fort mais bon. Il vaut mieux rire du danger et chanter après son passage que de s’inquiéter pour rien. C’est ce que je dis et c’est ce que je fais de mieux. Mettre un sourire sur chaque chose

Les Axoloto semblaient avoir fini leur rangement et venaient voir les deux humains et leurs Pokémons. Un Maraiste les accompagnait Tenant quelque chose dans ses mains. Kaïminus courut vers lui et commença à le fustiger. Malgré son air benêt, le Pokémon semblait désoler. Mais ça ne calma pas Toti. Le Maraiste dépose devant Nina ce qu’il tenait. Il s’agissait d’un caillou. La jeune fille s’assit avant de se rallonger tout de suite. Je ne sais pas ce que c’est mais, Arceux, la terre tourne beaucoup trop vite aujourd’hui et j’ai une terrible envie de vomir.

Une envie qui ne se réalisa pas. Chez Nina, la nourriture n’était autorisée à sortir qu’une fois complètement digérée pas avant. La nourriture c’est sacré.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Mer 9 Mai 2018 - 12:30
Jeremiah Summers
Jem soupire de soulagement. La fille parle avec aisance et énergie. Le pire est évité.

Il a un instant de panique lorsqu'elle arrondit les lèvres dans sa direction, et a un petit rire nerveux lorsqu'elle annonce qu'il s'agissait d'une blague. Jem se sent un peu dépassé. Passer de la scène de drame à cette personne parlant beaucoup et très vite pèse un peu trop sur ses nerfs. Le stress retombe, et avec lui une vague de fatigue. Sa posture s'affaisse. La fille, Nina a-t-elle annoncé, parle toujours, et il arrive tout juste à suivre ce qu'elle dit.

Nina est distraite quelques instants par les pokémons eau. Jem en profite pour regarder autour de lui pour trouver où il a laissé tomber son bâton de pluie. Il le ramasse et l'agite en petits coups pressés. Toute cette situation, c'est un peu beaucoup pour lui. Et Nina parle beaucoup trop vite. Elle a envie de vomir ? C'est pas bon ça, ça peut être le signe de... le mot lui échappe, tous les mots lui échappent, mais ce n'est pas bon signe. Nina parle, et Jem tapote sur son clavier en l'écoutant à moitié. Il n'attend pas qu'elle marque une pause dans son monologue pour lui fourrer son téléphone sous le nez.

"Bouge pas trop tu es blessée à la tête. Je vais appeler les secours et tu vas leur parler, d'accord ?"

Nina a l'air d'aller mieux, mais les blessures à la tête, il faut s'en méfier. Surtout si elle dit avoir la nausée. Jem n'a jamais suivi de cours de premiers secours, et les informations à ce sujet sont floues dans sa tête. Surtout avec le stress. Mais dans le doute, mieux vaut déranger les secours que laisser quelqu'un mourir. C'est la seule chose dont il soit sûr.

Pendant ce temps, William tient toujours tant bien que mal la serviette contre la tempe de la dresseuse. Ce serait plus facile si elle arrêtait de gigoter quand même ! "Dis lui de se tenir tranquille !" elle grommelle en direction de Toti.

Dès que Nina a lu le message et confirmé son approbation, Jem reprend le téléphone et scroll aux numéros d'urgence. L'écran affiche le numéro d'urgence par sms, mais les appels vocaux vont plus vite, et il a une personne parlante à côté de lui. Son pouce fait glisser un peu plus la liste et s'arrête sur le numéro du samu. De sa main libre, il agite de façon saccadée son bâton de pluie. Il ne sait pas quoi faire pour résoudre la situation, mais eux, ils sauront. Il appuie sur le numéro et passe aussitôt le téléphone à Nina. Voilà. Ils sauront quoi faire.

Il agite son bâton de pluie plus vite, et commence à se balancer d'avant en arrière. En arrivant sur les lieux, l'urgence de la situation avait recouvert l'entièreté de ses émotions. Maintenant, le stress le rattrape. Mais il faut qu'il se maîtrise. Nina a encore besoin de lui, jusqu'à ce que les secours arrivent. Après ça... On verra quand on y sera.

[J'ai assumé que Nina acquiesçait sans broncher pour pouvoir avancer, mais dis le moi si elle veut protester et je couperai/modifierai mon message ^^ ]


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nina Collin
Région d'origine : Ebenelle, Johto
Dim 20 Mai 2018 - 18:09
Nina Collin
Toti saut dans les bras de sa dresseuse, sans faire attention à l’état de Nina. A l’impossible nul n’est tenu. Répondit Toti à William. Il savait parfaitement qu’il serait très difficile pour Nina et pour lui de se tenir tranquilles. Ce n’était pas de la stupidité, car ce n’était pas la première fois qu’ils se retrouvaient dans cet état. Nina était une inconsciente mais pas stupide. Elle allait vite comprendre qu’il fallait appeler les secours. Mais elle n’arrivera pas à se tenir tranquille malgré ses efforts. Ce n’était pas dans sa nature tout simplement.

Nina regarda l’inconnu avec un léger regard hagard avant de lui sourire à nouveau de toute ses dents. Je crois qu’appeler les secours est une excellente idée et plus que nécessaire. En revanche, comme je me suis perdue en venant ici, je ne sais pas du tout où on est. Tu as une idée ? Parce que les secours vont en avoir besoin. Et comment tu t’appelles ?

La jeune femme prit le téléphone. Puis elle commença à décrire ses symptômes, les raisons de l’accident, avec une grande sincérité. Elle expliqua qu’elle n’était pas stressée, mais inquiète tout de même, car elle avait encore un peu les idées floues, mais ce n’était pas la première fois qu’elle avait un accident, qu’elle avait l’habitude et savait ce qu’il fallait dire, d’où une certaine assurance dans sa voix. Cependant, elle nota que son sauveur n’était pas dans le même état d’esprit qu’elle.

Est-ce que tu peux arrêter de t’agiter comme ça ? Et surtout ne fait pas tourner ton bâton comme ça, ça me file le tournis bien plus que je ne l’ai déjà. Non, je ne parle pas à vous, mais à celui qui m’aide actuellement. Il est encore plus inquiet comme moi et s’il continue, je vais vraiment vomir. S’il te plait calme toi. Oui, d’accord, je vais essayer d’aller sur la route. Vous ne devrez pouvoir nous manquer. Je suis avec un énergumène qui commence à me taper sur le système. Si vous voyez deux personnes en train de se battre, c’est moi qui faudra sauver, pas le mec que je serai en train d’assommer. Merci.

Elle raccrocha le téléphone et le rendit à son proproétaire. Bon, file moi un coup de main. On va se rapprocher de la route et attendre l’arrivée des secours. C’est à toi le Bulbizarre ? Il est super sympa et tu fais quoi dans la vie ? Et surtout dans le coin ? T’es en vacances ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Mar 5 Juin 2018 - 15:43
Jeremiah Summers
Nina parle beaucoup. Trop pour que Jem arrive à suivre. Elle lui demande où ils sont et comment il s'appelle, mais comme c'est elle qui a le téléphone de Jem dans les mains il lui serait difficile de lui répondre. Alors il se contente de hausser les épaules.

Jem profite que Nina soit occupée à parler aux secours pour tenter de se calmer. Il se secoue d'avant en arrière, secoue la tête de droite à gauche, secoue le bâton de pluie de gauche à droite. Le stress est toujours là, mais au moins il ne monte plus. Le rythme l'aide à contenir son malaise.

Est-ce que tu peux arrêter de t’agiter comme ça ?

Jem sursaute. Il tente de stabiliser sa posture, mais ensuite Nina parle de son bâton, puis elle parle de vomir, puis de se bagarrer. Elle parle elle parle elle parle et elle ne veut pas qu'il stim ce qui le stresse encore plus.

Respire. Inspire par le nez. Expire par la bouche. Inspire. Expire.

Nina lui tend son téléphone. Il faut qu'il le prenne, mais tous ses muscles sont tendus. Il expire, force son bras à se détendre et récupère son téléphone avec quelques secondes de délai.

Bon, file moi un coup de main. On va se rapprocher de la route et attendre l’arrivée des secours. C’est à toi le Bulbizarre ? Il est super sympa et tu fais quoi dans la vie ? Et surtout dans le coin ? T’es en vacances ?

Elle parle trop trop trop trop. Et elle part déjà vers la route tout en parlant. Jem est tenté de rester planté là et la laisser partir. Ce serait parfait, les secours arrivent de toute façon, elle n'a plus besoin de lui.

Sauf qu'elle vient d'avoir une blessure à la tête, et qu'elle pourrait tomber dans les pommes à tout moment. Il faut qu'il reste avec elle jusqu'à ce qu'ils atteignent la route, puis jusqu'à ce que les secours soient effectivement là.

Okay. Il peut le faire. Il force ses muscles à se détendre et parvient à se relever. Il accroche son bâton de pluie à son sac à dos par la dragonne, pour se forcer à ne pas jouer avec. A la place, il utilise ses deux mains pour taper sur son téléphone. Mince, il n'a pas enregistré tout ce qu'elle lui a demandé. Il se souvient seulement de la dernière phrase. Okay, okay. Il peut répondre à la dernière phrase.

Il emboite le pas de Nina tout en tapant sur son téléphone.

Je visite. Il y a des fleurs toutes l'année à Mhyone.

Il tend son écran à Nina pour lui permettre de lire. L'une de ses mains se libère et vient automatiquement tapoter contre sa cuisse. Zut, il faut qu'il se contrôle. Mais ça ne fait pas beaucoup de bruit, ça devrait aller ? Pour ne pas prendre de risque, il déplace sa main libre pour aller tapoter directement contre son oreille. C'est un bruit à peine perceptible pour autrui. Ça ne devrait pas trop déranger Nina.

William trottine tout près de son dresseur. Pratiquement dans ses pattes. D'habitude, elle sait donner à son dresseur son espace vital. Mais là, pas question de le lâcher. Qui sait ce qui pourrait lui arriver ? Il vient de voir une humaine se mettre en danger en l'espace d'un clin d'œil, et même si maintenant elle a l'air d'aller mieux, ça ne la rassure pas beaucoup. Et puis cette Nina met son humain mal à l'aise. Ils se sont bien amusés ensemble, mais William n'aime pas beaucoup les humains qui mettent Jem mal à l'aise. Alors elle reste dans les pattes de son Jem, prête à le secourir au cas où... au cas où quoi elle ne sait pas trop, mais elle sera prête !


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nina Collin
Région d'origine : Ebenelle, Johto
Lun 11 Juin 2018 - 9:51
Nina Collin
Nina s’appuya sur l’inconnu pour se lever. Sa tête lui tournait terriblement et elle avait une douleur lancinante qui battait telle un tambour contre crâne. Et sincèrement, ça ce n’était pas agréable. Cependant, elle n’allait pas s’arrêter à ce détail, elle avait connu pire. Quoi que, elle avait un doute et elle prit le temps d’y réfléchir, debout et vacillante. Puis elle se souvint d’une cuite mémorable durant laquelle elle avait eu la gueule de bois pendant la soirée. Et aussi le lendemain matin, pendant sa soutenance de Master. Elle ne se souvenait plus comment ça s’était passé, mais elle avait eu son diplôme tout de même donc il fallait supposer qu’elle n’avait ni vomi sur l’examinateur ni raconter trop n’importe quoi.

Elle se mit en marche d’un pas mal assurée, tombant plus qu’elle ne marchait. Le monde vacillait beaucoup trop pour elle et son compagnon ne l’aidait pas à se stabiliser. Il ne pouvait vraiment pas se détendre celui-là ? La rouquine n’était pas foncièrement violente, mais s’il continuait à s’agiter comme ça, elle allait le calmer d’un poing dans la figure, ce sera vite fait. Elle le laissera peut-être même profiter de son ambulance s’il cesse d’avoir des tics de cinglés. Non mais sérieusement, ce mec devait vivre un enfer constant si dès que quelque chose se passait un peu mal il se mettait à paniquer.

Pour toutes réponses à ses questions, Nina reçoit un téléphone avec la réponse écrite dessus. Elle aurait pu trouver ça drôle, si elle n’avait pas de nausée, si elle ne devait pas attendre les secours, si sa journée n’était pas fichu, et si le garçon n’était pas aussi stressé. Le regard de la rouquine se pose sur la main qui tape la cuisse. Elle pousse un raclement de gorge agacé, et s’éloigne en essayant d’accélérer le pas. Ça y est, elle était énervée. Sérieusement, c’était quoi le problème de ce garçon. Il avait le droit de pas aimer les filles, mais là c’était pousser le concept un peu trop loin.

Nina aperçoit la route, Toti trottant à ses côtés. Le Kaïminus sens l’état de sa dresseuse et sait pertinemment qu’il va s’améliorer avec le temps si on la laisse tranquille. Mais même lui trouve la réaction de l’autre dresseur exagéré. Et vraiment, il ne comprenait pas pourquoi le Bulbizarre continuait à être avec lui. Ce devait être un ennui mortel de vivre comme ça.

Finalement le petit groupe arrive au bord de la route, et Nina se laisse glisser le dos contre un arbre pour s’asseoir. Elle ne dit rien, de toute manière, elle ne se sent vraiment pas bien et puis, si c’est pour avoir un texto comme réponse, ce n’était pas la peine. Elle lutta pour ne pas s’endormir, mais ce n’était pas l’envie qui manquait. Toutefois, elle imaginait la panique de l’autre si jamais elle perdait de nouveau connaissance. Ce serait drôle à voir, mais elle ne pourrait pas le voir. Toti, pour sa part, s’était lové dans les bras de sa dresseuse et s’en donnait à cœur joie et à grand renfort de ronflement.

Finalement un véhicule arriva et Nina tenta de se relever, laborieusement, la nausée se réveillant avec cette action. Elle expliqua la situation, que ce n’était pas la première fois que cela lui arriver, d’où la raison de son calme, et que par contre, il faudrait tranquilliser le garçon en robe parce que ce n’était vraiment pas possible d’être blessée avec un type aussi stressant et qu’il finira par se blesser ou se faire blesser s’il continuait ainsi. Finalement, les secouristes l’allongèrent dans le véhicule et repartirent, par avance saouler par tout ce flot de parole.

HRP: Cela clôture bien je trouve. Un dernier message de ta part? Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Mer 27 Juin 2018 - 11:40
Jeremiah Summers
Nina traverse la forêt à pas rapides et Jem suit comme il peut. Au moins, le reste du voyage est silencieux. Et le bruit régulier de ses pas parvient à le calmer. Lorsqu'ils débouchent finalement sur la route Nina s'assoit contre un arbre et continue de garder le silence. Jem l'imite, choisissant un arbre à quelques mètres de distance pour éviter de la déranger.

Les minutes passent en silence. Jem n'est pas trop sûr de savoir s'il s'agit d'un silence tendu ou pas, mais il choisit de prendre ça comme un silence reposant. Sans s'en rendre compte, il a commencé à se balancer doucement. Il jette des coups d'œil à Nina pour s'assurer qu'elle va bien mais sinon la laisse tranquille. Il n'a pas envie que dans un sursaut d'humeur elle s'empare de son bâton de pluie et le jette au loin. Lorsque l'ambulance finit par apparaitre il se sent déjà nettement mieux.

Il se lève et une fois l'ambulance stationnée il s'en approche. Ce qui se révèle inutile, puisque Nina a déjà finit d'expliquer la situation avant même que Jem puisse s'approcher. Les secours connaissent leur boulot et en instant Nina est à bord et ils sont prêts à repartir. Ils demandent à Jem s'il est un proche et veut accompagner Nina à l'hôpital. Il secoue la tête si fort que ses cheveux lui fouettent le visage. Oh non non non, maintenant que Nina est entre de bonnes mains, il a eu largement son quota d'interactions pour la journée.

Et voilà, les secours sont partis. Jem et William sont à nouveau seuls. Il soupire, décroche le bâton de pluie de son sac et le secoue en rythme. Enfin. Ça va déjà nettement mieux, mais il se sent surtout extrêmement fatigué. Cette Nina était... quelque chose. C'était loin d'être sa pire interaction sociale, mais ce n'était clairement pas une expérience agréable.

Il est tard, Jem est fatigué et il a perdu son sac de coquelicots. Même William a l'air épuisée. Il n'a qu'une envie, c'est que cette journée se termine.

Lentement, il suit les traces de l'ambulance.

Lentement, le soleil se couche.

Il passe les lumières de Nox Illum sans les voir.

Route. Rue. Centre Pokémon. Lit.

Jem s'effondre.

Tout ce qu'il espère, c'est qu'il ne recroisera pas Nina de sitôt.

[et c'est fini ! merci pour le RP ^^ ]


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Mhyone :: Réseau routier :: Route 4-
Sauter vers: