:: Mhyone :: Méridian Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En état d'arrestation - Alexandre Diame

avatar
Nina Collin
Région d'origine : Ebenelle, Johto
Expérience : 330
Mer 25 Avr - 14:34
Nina Collin
Méridane était une ville fabuleuse qui en mettait plein la vue à Nina et Toti. Le duo incontrôlable profitait du retour des températures clémentes pour explorer les rues et ruelles de la cité médiévale à la recherche d’aventure et de curiosité. Ils avaient déjà parcouru presque l’intégralité des petites ruelles, regardaient presque chaque boutique en quête d’originalité, mais rien. Finalement, cette flairer bon la simplicité, l’authenticité et l’attrape touriste. C’était désolant de ne pas trouver l’exotisme. Toutes les villes étaient pareilles de toute manière. Visiter le quart des rues et vous avez tout vu. C’était désespérant et la rouquine et son Pokémon commençait à sentir l’ennui les envahir. Il ne lui fallut pas longtemps pour prendre le contrôle des réflexions des deux individus. Ce n’était jamais bon.

Un beffroi dominait la ville et Nina se souvint de la vue imprenable qu’elle avait du haut de la tour de combat. Du bonheur et de ce sentiment de liberté qu’elle avait ressenti. Cette sérénité qui l’avait envahie. Malgré le froid mordant, elle s’était sentie bien, calme, apaisée. Elle aurait pu passer au moins deux heures immobiles. Pour une fille comme Nina, s’immobiliser sans rien faire d’autre qu’admirer un paysage plus de deux minutes était un exploit. Tout était parfait jusqu’à l’intervention de ce rabat-joie de champion d’arène. Le mec était venu la forcer à descendre avec un ton qui avait fort déplu à la jeune fille.

Mais aujourd’hui, ce sera certainement différent. Il n’y avait pas de champion désagréable dans le coin. Et puis, il n’était pas interdit de grimper au sommet d’une tour. Et ce qui n’était pas interdit était donc autorisé. C’était aussi simple que ça. Alors certes, la jeune femme aurait se contenter de la visite simple, monter au sommet regarder par la fenêtre puis redescendre. Mais Nina était une femme capricieuse et dès que les regards furent détournés un instant dans la salle du carillon, elle s’échappa par une fenêtre pour s’asseoir sur le toit.

Elle y resta un quart d’heure mais elle ne retrouva la sensation de plaisir qu’elle avait ressenti la fois précédente. Elle avait une vue sur toute la campagne avoisinante mais rien qui ne fit chavirer son cœur. Déçue, elle redescendit dans la salle mais ne remarqua pas en contrebas, les gyrophares qui l’attendaient. Elle reprit l’escalier maintenant désert de visiteurs, car elle était entre deux visites.

Arrivée en bas, elle sortit dans la rue et se fit immédiatement encadrer par deux hommes en uniformes. Mademoiselle, veuillez nous suivre au commissariat, s’il vous plait.

Nina regarda surprise les deux hommes. Pardon, mais vous devez faire erreur, pour une fois je n’ai rien fait de mal. Permets moi immédiatement de t’interrompre. Mais j’étais à Port-Mirage et je te reconnaitrai entre toutes. Ça gamine, ça s’appelle de la récidive. Ce n’est pas acceptable. Alors tu vas nous suivre et ne pas utiliser l’excuse de la dernière fois comme quoi ce qui n’est pas interdit et je ne sais plus trop quoi. On va appeler des parents ou quelqu’un qui pourra se porter garant de toi et venir te chercher. Euh… vous savez, j’ai vingt-quatre ans. Je suis ma propre garante aussi. On verra ça au poste.

Nina n’insista pas. Elle savait quand un agent de police était énervé, quand on pouvait pousser le bouchon et espérer gagner. Là manifestement, ce n’était pas la peine. Elle monta donc dans la voiture sans faire d’histoire. De toute façon, elle n’avait rien de mieux à faire.

Au commissariat, elle eut beau justifier par une carte d’identité sa majorité, le policier ne voulut rien savoir. Il lui demanda une personne à contacter pour qu’on vienne la chercher. Elle s’entêta pourtant à refuser jusqu’à ce qu’il décide d’appeler ses parents. Tout de suite, Nina réagit. Elle accepta de lui donner le numéro de quelqu’un de plus proche et avec un sourire en coin lui indiqua le numéro de son « copain ». Elle avait de plus en plus de mal à retenir son sourire en imaginant la réaction de l’autre quand l’agent commença l’appel. Qu’est-ce qu’elle aimerait la voir en direct.

Bonjour monsieur Diame ? Ici l’agent de police Libourt du commissariat de Méridane. Je suis avec votre copine, Nina Collin et il faudrait que vous veniez la chercher le plus vite possible. Elle sera détenue en garde-à-vue pendant 24h à partir de maintenant. Après, si vous n’êtes pas là, elle passera au tribunal. Merci.

Le policier n’avait pas encore raccroché que Nina fut conduite en cellule. Elle n’était pas inquiète. Elle avait l’habitude de ce genre de situation. Qu’Alexandre vienne ou non, ce n’était pas un problème. Plutôt une routine, car elle savait qu’elle ne craignait rien, ce n’était que de la provocation et de l’intimidation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 3312
Mer 25 Avr - 16:10
Alexandre Diame
En état d’arrestation




Ivar, Daphnée, Mélodie et moi étions confortablement installés dans la chambre de fortune qui nous servait de QG depuis quelques jours. Beaucoup de choses s’étaient passées depuis mon retour, et, même si je ne pouvais pas passer plus agréable moment qu’en cet instant, il fallait bien avouer que je ne m’étais pas du tout attendu à un tel accueil. Assis sur le canapé au côté de la championne qui dormait la tête sur mes genoux, je discutais à voix basse avec mes deux autres compères, nous amusant de la série B que nous étions en train de regarder. D’ordinaire, nous préférions largement sortir, mais le climat du jour à Nox ne le permettait pas vraiment. Un orage d’été avait éclaté, et il pleuvait des cordes. Nous avions donc préféré rester bien au chaud à l’intérieur, tout en profitant de la fraicheur qu’apportait l’imposante ondée.

Cette sensation d’être à l’abris et de bien être commençait à peser sur nos esprits, et, pour cause, nous avions veillé tard. Daphnée parti dormir peu après, alors qu’Ivar observait le ciel. Confortablement installé, je commençais presque à m’assoupir, lorsque qu’un téléphone sonna sur la table. Mélodie se redressa en toute hâte, brutalement réveillée par l’appel, et, comme mue par un réflexe, elle s’empara du portable en question et décrocha sans réfléchir. La championne était bien loin d’être de bon poil lorsqu’elle était réveillée, même plus calmement, aussi, elle se mit à directement crier sur la personne au bout du fil.

« Hey ! ça ne va pas de démarcher les gens et de les déranger en plein après-midi ?! On est pas intéressés, merci bien ! » Hurla-t-elle, raccrochant brutalement le combiné et reprenant sa position sans même nous donner plus d’informations.

« Euh… Mélodie ? » Lançais-je, un peu hésitant, à la championne dont la tête avait retrouvé sa place sur mes genoux.

« Hm ? » Grogna-t-elle, visiblement agacée d’être de nouveau dérangée.

« Je suis ravi que tu puisses te reposer, mais tu viens de répondre à mon téléphone, et j’aurais bien aimé savoir qui c’était. » Fis-je, amusé, me penchant vers mon portable pour le récupérer.

« Une agence matrimoniale ou une autre idiotie du genre… et arrête de bouger… tu m’empêche de dormir… » Fit-elle, alors que je consultais mon historique. Cependant, le numéro affiché était très loin de m’être inconnu, comme il aurait dû l’être.

« Tiens c’est marrant, je ne savais pas que la police faisait dans le matrimonial. » Lançais-je amusé, à la jeune femme qui se redressa d’un bon, les yeux écarquillés, m’arrachant presque le portable des mains pour vérifier d’elle-même.

« T’es sérieux ?! » Dit-elle, paniquée, en balayant l’écran, avant d’avoir la réponse à sa question. « Oh merde, Alex, j’suis désolée ! Rappelle ! Vite ! » Me dit-elle, rouge pivoine, et collant son oreille pour elle aussi entendre la discussion et intervenir si besoin. Je composais donc le numéro du poste de police de Méridian, intrigué par leur appel.

« Oui bonjour, Alexandre Diame. Désolé, je crois qu’il y a eu une confusion, vous venez de m’apeller mais j’ai confondu votre numéro. Vous pouvez me repasser la personne qui souhaitait me joindre ? » Dis-je, tâchant de paraitre le plus aimable possible.

« C’était moi que vous venez d’avoir au téléphone. Agent Libourt. J’ai avec moi votre copine, Nina Collins, et vous devez venir la récupérer au plus vite si elle ne veut pas passer devant un tribunal. » Dit une voix agacée. Je tournais alors les yeux vers Mélodie qui fronçait les sourcils, visiblement intriguée par la jeune femme, et, surtout, par l’appellation que le policier avait utilisée. Je ne pouvais pas vraiment prendre le temps de lui expliquer avec l’agent au bout du fil, aussi, je mettais rapidement un terme à ma conversation téléphonique après un léger soupir.

« Okay, j’arrive, attendez-moi. » Dis-je un peu sèchement avant de raccrocher, tournant mon regard vers Mélodie. « Bon bah, fin de la sieste pour moi, faut que j’aille chercher une amie qui s’est mise dans la galère. Mais la connaissant, ça doit pas être bien méchant. » Dis-je, me levant du canapé sous l’œil inquisiteur de la championne.

« Une amie ? » Me demanda-t-elle, insistante. Je lui souriais pour la rassurer.

« Une amie, oui, vraiment. » Dis-je, amusé.

Mes paroles semblèrent la rassurer, même si sa réaction était à la fois surprenante et attendue. La soirée passée sur l’un des Toit de Nox Illium avait rendu notre relation amicale un peu plus floue, et nous n’avions pas eu l’occasion d’en parler. Il ne s’était certes rien passé, mais cette proximité soudaine avait eu de quoi nous surprendre.

« Et comment tu vas y aller alors ? En moins de 24 heures, c’est compliqué non ? » Me demanda-t-elle avec un sourire.

« Pas avec un pokémon psy dans l’équipe très chère. » Fis-je, m’inclinant d’une manière dramatique. « Je reviens vite, préviens les deux autres ! » Je lançais un clin d’œil à la championne de Nox Illium, avant de disparaitre en un tour de bras, apparaissant à Méridian.

La ville ancestrale n’avait pas changé depuis la dernière fois. Je ne me souvenais plus d’où se trouvait le poste en question, mais je le savais non loin. Grâce à mon sens inné de l’orientation, et surtout à mon GPS, je parvins rapidement devant l’office de police, et me présentais à l’accueil. Un agent vint rapidement me chercher.

« Ah. Vous avez fait vite, c’est parfait. » Me lança-t-il.

« Alors, qu’est-ce que Nina a bien pu faire pour se retrouver dans un tel pétrin ? Et pourquoi vous ne la laissez pas sortir toute seule si ma seule présence suffit à la libérer ? » Demandais-je, légèrement courroucé.



© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nina Collin
Région d'origine : Ebenelle, Johto
Expérience : 330
Mar 1 Mai - 9:27
Nina Collin
Nina commença à s’installer dans la cellule de garde à vue. Un confort rudimentaire, un lieu clos et étroite. La porte était fermée par une grille ce qui était un plus pensa la rouquine, par rapport aux portes pleines. Au moins, elle pouvait guetter l’arrivée de son sauveur et pouvoir lui expliquer la situation de vive voix. Mais bon, elle ne savait pas trop où il était et s’apprêtait à attendre longtemps.

Par chance, elle eut la chance de pouvoir s’occuper en s’épuisant à expliquer qu’elle ne pouvait pas ranger Toti dans un Pokéball, puisqu’il n’en avait pas. Ou plutôt, qu’elle ne savait pas où elle était. Le petit Kaïminus regardait l’altercation en mangeant un gâteau, comprenant qu’on parlait de lui, mais ne s’inquiétant pas plus que cela de la situation. C’était une question d’habitude, puisqu’à chaque fois c’était le débat. Finalement, l’agent de police rendit les armes et laissa Nina prendre Toti avec elle dans sa cellule, de toute manière, la Pokémon Eau ne pourrait pas faire grand-chose de nocif. L’homme se méfiait plus de la femme.

Nina n’eut pas trop longtemps à attendre pour l’arrivée d’Alexandre. Elle fut presque surprise de le voir, mais pas trop tout de même. La seule vraie inconnue qu’elle avait était le temps d’attente. Ce qui fut fort agréable. Elle se demanda où il était pour faire le trajet en si peu de temps, si c’était important. Elle se convainc de faire une quelconque blague sur leur histoire de héros et de mafias car manifestement le policier n’avait pas beaucoup de second degré et les autres ne semblaient pas vouloir lui tenir tête. Un muté disciplinaire ? Un gradé venu remettre de l’ordre dans un commissariat de tire-au-flanc ? Un agent infiltré ? Toutes ses idées étaient plausibles et d’autre encore.

En voyant son ami, la rouquine se jeta contre la grille et agita la main avec un grand sourire, imitée par Toti, en dessus. Coucou Alex ! Comme on se retrouve. Ça fait un petit moment dis-donc. C’est super gentil de ta part de me rendre visite, tu as amené des oranges ? Plus sérieusement, tu peux m’aider à sortir ? Elle lui sourit de toutes ses dents.

L’agent de police poussa un soupir en entendant Nina parler. Monsieur Diame, Mademoiselle Collin a été prise à grimper sur le toit du clocher de la ville, mettant en danger sa vie. Je ne vois pas où est le problème puisque c’est ma vie. Vous comprenez qu’elle ne peut pas être considérer responsable de ses actes et qu’il nous faut un garant. Mais bon sang, bien sûr que si je suis responsable. Youhou, j’ai dépassé la majorité depuis longtemps. Alors il faudra juste que vous me signez ça. Vous prenez sur vous de l’emmener loin d’ici et surtout loin de moi s’il vous plait. Si vous le faites, je vous fais grâce de l’amende. Mais s’il vous plaît, gardez votre copine et son insupportable Pokémon avec vous.

L’agent avait ignoré les remarques de Nina et semblait vraiment épuisé. Lui qui avait insisté pour amener la rouquine ici, malgré les dires de ses collègues le regrettait amèrement et ne souhaitait plus qu’elle disparaisse et que le bâtiment reprenne un peu de calme. Pendant l’attente, elle n’avait arrêté. Sautillant dans sa cellule, chantonnant, essayant de faire la conversation en inondant les gens de question sans laisser le temps aux interlocuteurs de répondre. Vraiment, il était à bout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 3312
Mar 8 Mai - 9:51
Alexandre Diame
En état d’arrestation




Je regardais l’agent avec un air passablement énervé. En réalité, je passais une relativement bonne journée, et j’espérais que le fait de la gâcher n’était pas lié à de quelconques bêtises qui n’avaient pas d’importance. Mais il fallait avouer que, venant de Nina, tout était littéralement possible, si bien que la curiosité l’avait finalement emporté sur tout le reste. L’agent, qui paraissait à la fois en colère et fatigué, perçu rapidement mon mécontentement.

« Ecoutez. Le mieux, c’est qu’on voit tout ça directement avec elle, et vous verrez de quoi il en retourne. On y va tout de suite ? Je pense que c’est mieux. » Me fit-il, visiblement à bout de nerf.

J’hochais la tête, et le suivait dans les méandres du commissariat. L’endroit semblait fraichement rénové, ce qui voulait sans doute dire qu’il avait fait l’objet de destructions diverses lors de la tentative de coup d’état. Ça expliquait sans doute la nervosité actuelle des forces de l’ordre d’ailleurs, et ce n’était pas très rassurant. Ma relation avec ces dernières avait toujours été tumultueuse – et sans aucun doute à raison – et leur rigidité actuelle n’allait certainement pas arranger les choses. Mais je prenais sur moi. Après tout, plus vite cette affaire été réglée, plus vite j’étais libre de repartir.

Trouver Nina n’était pas quelque chose de… très compliqué. Et il fallait dire qu’elle n’avait pas changé d’un poil. Lorsqu’elle me vit, elle m’adressa de grands gestes pour me signaler sa présence. Je lui fis un petit signe mais, avant que je n’ai eu le temps de lui répondre, l’agent embraya sur ses explications. Et quelles explications. Par Arceus quelles explications. Je l’observais avec un regard incrédule, prenant conscience que ma première impression avait été la bonne. Ils m’avaient, réellement, dérangé pour rien du tout.

« Wow… » Répondis-je simplement.

« Je sais… Vous voulez bien signer le papier ? » Me fit-il, agacé, visiblement pressé d’en finir.

« Non, wow dans le sens où : Wow, vous m’avez vraiment dérangé pour rien du tout en fait. » Commençais-je. Voyant sa surprise, j’en profitais pour embrayer. « Mais sérieusement. Vous avez des lois non ? Qu’elle se mette en danger, c’est son problème, déjà, alors pourquoi vous l’arrêtez ? Si vous ne voulez pas que les gens grimpent, déjà, mettez des panneaux, et ensuite, protégez vos fenêtres où je ne sais quoi. Et puis, même sans ça. Elle est majeure et vaccinée, elle est même sans doute plus âgée que moi, c’est pas à vous de décider si elle est responsable ou pas ! » Continuais-je, haussant légèrement le ton.

« Monsieur Diame, ne haussez pas le t…- » Commença-t-il, avant que je ne le coupe sèchement.

« Je hausse le ton parce que votre excès de Zèle ou quoi que ça puisse être me cause un déplacement que j’aurais très bien pu éviter. Vous êtes en tort, à cent pourcents, mais c’est à moi de me taper l’aller-retour. Je ne signerais rien du tout, vous allez simplement la laisser sortir parce que vous n’avez pas le droit de la retenir ici. » Fis-je sur un ton glacial.

« Il est hors de qu…- » Fit-il, se coupant alors que je m’approchais d’un pas dans sa direction.

« Vous allez. La. Libérer. Tout de suite. J’ai autre chose à faire, croyez-moi. Dépêchez-vous. » Dis-je, toujours sur le même ton.

« Mais pour qui vous vous prenez ? » Hurla-t-il alors, hors de lui, mais rapidement interrompu par l’un de ses collègues qui lui faisait signe de ne pas insister. Il se tourna alors vers lui. « Quoi ? Je ne vais quand même pas… » Commença-t-il, alors que l’autre policier s’approchait pour lui souffler quelques mots à l’oreille. Il s’interrompit alors. Et, sans un regard, avec des gestes secs, il s’empara de ses clefs et ouvrit la cellule.

« Vous êtes libre. » Lança-t-il sur un ton glacial.

Je ne pris pas le temps de lui répondre, rebroussant chemin vers la sortie, Nina sur mes talons.




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nina Collin
Région d'origine : Ebenelle, Johto
Expérience : 330
Dim 13 Mai - 16:25
Nina Collin
Nina souriait derrière ses barreaux. Ce n’était pas très gentil de sa part, mais ce petit côté sadique n’était pas vraiment méchant. Comme elle l’avait prévu, Alexandre était un peu énervé de s’être déplacé pour rien. Leur première rencontre avait déjà révélé cet aspect de la personnalité du spécialiste du type sol. Et Nina l’avait utilisé à son avantage, sans aucune pitié pour l’ennui policier qui l’avait enfermée ici malgré les avis contraires de ses collègues. Excès de zèle était le terme. Voir même plus. Nina retint un gloussement en entendant Alex s’énerver sur le pauvre agent de police. Le pauvre homme ne faisait que trop bien son boulot et il était gronder pour ça, quelle ironie.

Finalement, l’agent capitula et on ouvrit la porte à Nina qui sortit, tentant de dissimuler son grand sourire. Elle remercia les agents et pris ses affaires, Toti sur l’épaule et suivit Alexandre en sautillant. Elle avait envie de chantonner, devant sa liberté retrouvée, bien qu’elle ne craignît pas grand-chose. Une amende tout au plus. Cela aurait été gênant mais guère important. Si elle voulait de l’argent, il lui suffirait de racketter les gens, on gagner des paris stupides, comme qui gagne au bras de fer, qui boit le plus… etc. Elle se porta au niveau d’Alex d’un pas guilleret et entama la conversation.

Salut Alex ! Merci d’être venu me chercher et navrée pour le dérangement. Mais tu as vu comme il était insupportable ce flic ? Heureusement que tu étais, je ne me voyais pas appeler Blanche. Tu as fait super vite d’ailleurs, tu étais dans le coin ? Oh, comment s’est passé ton voyage ? Quand on s’est quitté tu devais partir…pour… pour… Tu ne l’as pas dit d’ailleurs. Tu es parti où ? Moi j’ai fait un premier tour de l’île. Un petit et je suis aller voir la maison de la rune. Y avait de la neige. J’adore la neige, c’est trop cool. Je vais peut-être m’acheter des skis. Tu as déjà skié ? Parce que ça aussi c’est génial, on se sent libre, presqu’autant que quand on vole. Oh, je vais probablement essayer d’avoir un Pokémon Vol, tu en penses quoi ? Mmmmmh, en plus si on doit devenir ennemis, et que tu maitrise le type roche, j’aurai un avantage. Bof, ce n’est pas ce qu’il y a de plus flagrant dans un combat. Comment on capture un Pokémon d’ailleurs ? Ca ne doit pas être si compliqué en fin de compte. J’apprendrai sur le tas, ça me fera une petite aventure sympathique. Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Et si on allait à la plage ? C’est un peu loin. Ou alors à la montagne, je vais t’emmener skier. Ouai non encore plus loin. Et si on allait manger un truc. Il est toujours l’heure d’aller manger. Tu en penses quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 3312
Mer 16 Mai - 10:27
Alexandre Diame
En état d’arrestation




Je marchais d’un pas rapide, bien décidé à rapidement sortir de commissariat. Nina, quant à elle, faisait comme si de rien était, m’abreuvant d’un long discours comme à son habitude. Si je m’étais mis en colère contre le policier pour son excès de Zèle, il fallait aussi avouer que la jeune femme n’y était pas non plus pour rien. Bien sûr, j’avais accepté de lui filer un petit coup de main, mais, au vu du nombre de problèmes qu’elle semblait cultiver, je n’allais pas non plus faire le déplacement à chaque fois. Quant à elle, Nina ne semblait absolument pas dérangée par la situation alors que nous approchions de la sortie. Si elle avait posé quelques questions sur les raisons de mon absence, elle avait toutefois immédiatement embrayé sur un autre sujet, me proposant milles et unes activités. J’attendis qu’elle eut finit et, lorsque se fût le cas, nous étions déjà dehors.

« Alors, dans l’ordre… » Répondis-je en soupirant. « Il n’y a pas de quoi. J’étais à Sinnoh car j’avais promis à une amie d’affronter Terry, sa grand-mère, avec l’un des pokémons qu’elle m’avait confié. Non, je n’ai jamais skié, et ça ne me tente pas plus que ça non plus. Un pokémon vol est un bon choix, et je ne suis pas spécialisé dans le type roche mais dans le type sol, parce que si j’étais spécialisé dans le type roche, le type vol serait particulièrement mal indiqué. Mais tu as raison, ça ne fait pas un combat. » Je pris alors une grande inspiration avant de poursuivre d’un air désabusé.

« Attraper un pokémon n’est pas si difficile, surtout qu’il y a plusieurs méthodes permettant d’y parvenir. Le combattre, l’amadouer, c’est toi qui voit. Et pour finir… » Je plongeais mes yeux dans ceux de Nina, avec un air plus sérieux.

« Je veux bien venir te filer un coup de main quand je le peux Nina, même si je vais pas te faire la morale parce que tu être bien plus âgée que moi, mais je peux pas venir à chaque fois que tu as ce genre de soucis. Je suis d’accord, le policier en a fait un peu trop mais… » Commençais, réfléchissant à la suite de ma phrase. « Tu es une bonne amie, et je t’apprécie, mais à voir tout ce que tu me proposes de faire, tu ne t’es même pas dis que j’étais sans doute déjà en train de faire quelque chose avec possiblement quelqu’un d’autre, ou que je sois tout simplement occupé ailleurs. Donc… Même si ça me fait plaisir de te voir, je ne peux pas rester très longtemps. On m’attend à Nox, et, même si le trajet retour est assez court, j’ai promis de ne pas m’absenter trop longtemps. » Mes paroles étaient un peu plus sérieuses que ce à quoi elle aurait pu s’attendre, mais il n’y avait aucune agressivité, simplement la vérité. Je devais avouer que mon humeur n’avait pas virée au beau fixe au moment où j’avais dû venir l’aider, et, ensuite, la voir faire comme si de rien n’était – malgré ses remerciements que j’avais toutefois bien noté – ne l’avait certainement pas arrangée.





© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Mhyone :: Méridian-
Sauter vers: