HAUT
BAS

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Retrouvailles embourbées {ft. Alexandre
Aller à la page : Précédent  1, 2
Re: Retrouvailles embourbées {ft. Alexandre
Mar 28 Aoû 2018 - 20:38
Région d'origine : Hoenn
Messages : 1081

Alexandre Diame

Alexandre Diame
Retrouvailles embourbées




L’attente du-dit Eliott semblait exaspérer la dame richement habillée qui se tenait devant nous au plus haut point, et je ne pouvais réprimer un léger sourire en imaginant sa réaction lorsqu’elle allait découvrir ce que nous avions fait. Le chef des braconniers allait avoir un certain mal à l’expliquer, celle-là, mais j’espérais juste qu’Akane avait pu terminer son œuvre à temps, sans quoi, tout allait tomber à l’eau. Dans tous les cas, je ne pouvais pas réellement bouger de ma cachette sans me faire repérer pour l’instant, et un éventuel effet de surprise ne pourrait que m’être bénéfique si le moindre problème se présentait.

Je continuais donc de m’interroger sur cette étrange carte que j’avais aperçue et prise en photo, bien impatient de savoir quels secrets elle allait bien pouvoir renfermer. Le lieu ne ressemblait à rien que je ne connaissais, mais, en même temps, j’étais bien loin d’être familier avec les marécages dans leur totalité. Mais il y avait forcément quelque chose. Pour que l’inconnue ne s’associe avec de vulgaires braconniers, il y avait forcément quelque chose. Mais je n’eus pas beaucoup plus le temps pour m’interroger. Des bruits de pas précipités dans l’escalier, et ce qui devait arriver arriva. La jeune rouquine avait été trouvée par les braconniers et, bien qu’elle ait surement dû faire son office, son identité était désormais révélée. Alors que le chef commençait à l’apostropher, je réfléchissais à un plan. Heureusement pour nous, nous avions des types psy avec nous. S’échapper ne serait donc pas un problème. J’appelais donc mentalement Furfur qui devait être prête à intervenir.

« Fur’, tu es là ? » Demandais-je.

« Oui. » Répondit-elle mentalement.

« On a un soucis. Il faut que tu téléporte Akane vers moi pour nous téléporter tous les deux hors d’ici. Ça te semble jouable ? »

« Oui. Fais diversion le temps d’une petite seconde. »

Je lui donnais mentalement mon accord, puis, prenant une grande inspiration, j’ouvris avec fracas la porte du casier métallique dans lequel je me trouvais. Les braconniers et la commanditaire sursautèrent en se tournant vers moi, et je leur adressais un grand sourire, Akane soudain prêt de moi, à l’autre bout de la pièce. Il leur fallu un instant d’incrédulité pour combattre, et, lorsqu’ils tournèrent les yeux à l’endroit où elle se trouvait une fraction de seconde plus tôt, ils comprirent qu’il était trop tard. Du moins c’était ce que je croyais. Je leur lançais un clin d’œil mais, alors que je pensais disparaitre, rien ne se passa. Furfur lévitait toujours prêt de nous.

« Je n’arrive pas à me téléporter. » Dit-elle simplement.

Ce fut le braconnier qui, tout sourire, nous apporta la réponse. Dans un coin de la pièce, un Démolosse endormi venait de se réveiller et fixait sans vergogne la Kaorine. Un regard noir. Me grattant l’arrière de la tête, je fis un sourire gêné au chef des braconniers, alors que mon cerveau tournait à cent à l’heure pour trouver une autre solution.

« Bon… Et bah… On va pas s’attarder nous… » Commençais-je, bien vite coupé par le malfrat.

« Choppez-les ! » hurla-t-il, alors que ses hommes commençaient à avancer vers nous.

J’allais prendre la fuite en compagnie d’Akane, lorsqu’un puissant rugissement immobilisa tout le monde dans la pièce. Il fut ensuite accompagné d’un léger tremblement, et de cris terrifiés à l’extérieur. Le chef des braconniers grommela.

« Qu’est-ce qui se passe encore ? »

Un second rugissement survint alors que plus personne n’osait bouger. Quelques secondes de silence suivirent, puis, tout sombra dans le chaos. Le bâtiment entier se mit alors à subir de violentes secousses, et commença peu à peu à s’incliner. Le sol se transforma peu à peu en une pente vertigineuse qui menait tout droit dans l’eau des marais. Alors que je tentais de me raccrocher à quelque chose. Une énorme forme reptilienne aux écailles noires fendit littéralement le bâtiment en deux, nous propulsant dans les eaux glacées.

J’avais à peine eu le temps de prendre ma respiration que je disparaissais sous l’eau. J’essayais alors de garder les yeux ouverts pour identifier une éventuelle menace, mais je n’y voyais pas plus loin que le bout de mon nez. Lorsque soudain, je le vis. L’espace d’un instant. Une énorme bouche lardée de crocs. Poussant un cri étouffé de surprise, je me dépêchais de remonter à la surface, et me dépêchais de regagner la terre ferme. Autour de nous, tout était dévasté, comme si un puissant cataclysme venait de s’abattre. Le bâtiment dans lequel nous nous trouvions gisait à moitié dans le marécage. Il ne restait plus qu’un seul préfabriqué encore debout, mais ce ne fût pas pour longtemps. Un immense Léviator aux écailles noires venait de brutalement fondre dessus. Il devait être au moins deux ou trois fois plus gros et plus grand que le dernier Léviator que j’avais croisé, et semblait ne laisser aucune chance à toute trace humaine sur son passage. Je me rendis alors compte que mon amie rousse n’était plus à côté de moi. Je la cherchais des yeux, sans succès.

« Akane ?! » Criais-je, dans l’espoir qu’elle m’entende.




© ANARCISS pour épicode

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Retrouvailles embourbées {ft. Alexandre - Page 2 G7bq
Re: Retrouvailles embourbées {ft. Alexandre
Ven 31 Aoû 2018 - 16:51
Région d'origine : Mhyone
Messages : 484

Akane Wise

Akane Wise
Retrouvailles embourbéesft. Alexandre
Quelle fut la surprise d’Akane en voyant son ami effectuer une sortie fracassante d’un casier… L’instant d’après, là voilà aux côtés d’Alexandre. La rouquine avait bien sûr l’habitude de voyager par téléportation mais autant de rebondissements en si peu de temps la laissaient pantoise. Un dernier clin d’œil triomphal et… rien ne se produisit. Furfur flottait simplement dans les airs.

- Je n’arrive pas à me téléporter.

Le Pokémon avait prononcé ces mots dans le plus grand des calmes. Pourtant, Akane ne se sentait pas sereine face au Démolosse qui fixait avec férocité la Kaorine. Les voilà dans un sale pétrin…

- Bon… Et bah… On va pas s’attarder nous…

La désinvolture d’Alexandre n’allait certainement rien arranger à leur situation. Alors qu’une horde de braconniers, un effroyable cri se fit entendre, suivit d’un tremblement. Le chef ne paraissait rien comprendre mais, instinctivement, Akane regarda son ami.

- Alex… T’as laissé ton Tyra-

Un autre rugissement coupa la rouquine, laissant planer un instant de silence dans la pièce. Akane pensait qu’il s’agissait d’un des Pokémons du spécialiste Sol mais ni le dresseur, ni les braconniers semblèrent comprendre quelque chose à la situation. Il y eut soudainement de puissants tremblements, plus violents encore que le précédent. La rouquine eut alors la désagréable impression de voir le local pencher… Sa crainte se confirma quand elle glissa, ne trouvant rien pour se raccrocher.

Akane ne comprit pas exactement ce qu’il s’était passé, juste qu’elle se retrouvait désormais dans les eaux froides et sales du marais. Elle s’agrippa au premier bout de bois venu, essayant de reprendre peu à peu ses esprits. Ce fut un énième grondement qui força la rouquine à revenir à la réalité. Une réalité à laquelle elle préférait ne pas croire. Un Léviator noir détruisait tout sur son passage. Akane n’avait jamais vu une de ces bêtes et, elle ne s’était imaginée qu’à aucun moment ce Pokémon soit aussi grand et féroce.

Pourtant, le Léviator était le cadet des soucis de la jeune femme. Elle ne savait pas où se trouvait Alexandre et encore moins ses Pokémons ! Au moment de l’effondrement, le chef des braconniers tenait toujours la ceinture de la dresseuse avec ses Poké Balls. Elle s’imaginait déjà les sphères couler, doucement et lentement, dans les eaux troubles du marais. Comment allait-elle les récupérer ?

- Akane ?!

Cette voix familière, elle la reconnaissait.

- Alex ! Je suis là

Sans réfléchir nagea vers son ami, qu’elle commençait à distinguer au milieu de toute cette pagaille. Le souffle court, Akane tenta d’éviter algues, bouts de bois et autres débris causés par la folie destructrice d’un Léviator. La jeune femme n’était pas particulièrement douée pour la nage mais elle réussit tant bien que mal à rejoindre son ami. Son esprit l’assaillait par un nombre incalculable de pensées que, lorsqu’elle ouvrit la bouche parler, elle bu la tasse.

- A-Alex ! Mes Pokémons !

Complètement paniquée, la jeune femme rousse n’arrivait pas à exprimer le fils de ses pensées. D’un coup, Mitochondrie apparut à leurs côtés puis d’un claquement de doigts, le petit groupe se retrouva à un autre endroit, mais toujours dans les marais. Les grondements du Léviator se faisaient entendre mais les dresseurs se trouvaient désormais écartés de l’énorme mâchoire du monstre. Toussant à plusieurs reprises, Akane tenta de se remettre petit à petit de son état. Néanmoins, elle avait d’autres préoccupations, beaucoup plus importantes à ses yeux.

- Proton-Electron et Synapse sont toujours là-bas ! s’exclama-t-elle, affolée.
- Oh… tu veux parler de… ça ?

L’Alakazam tenait dans ses doigts la ceinture de sa dresseuse. Celle-ci constata, avec un énorme soulagement, que tous ses Pokémons se trouvaient à leur place habituelle. Akane enlaça Mitochondrie, heureuse d’avoir pu retrouver ses compagnons de route sains et saufs.

- Tu es beaucoup trop géniale, ‘Chondrie !
- Je sais, je sais, répondit le Pokémon, non sans une pointe d’arrogance.

Alors qu’elle remit la ceinture à ses hanches, Akane commençait à reprendre ses esprits. Elle comprenait seulement ce qu’elle venait de vivre et sa gorge se noua instantanément. Le Léviator avait probablement fait des victimes… La jeune femme eut alors les larmes aux yeux.

- C’est-c’est horrible ! On a faillit y passer, nous et nos Pokémons… fit la rouquine, estomaquée.

© CRIMSON DAY
Re: Retrouvailles embourbées {ft. Alexandre
Sam 1 Sep 2018 - 13:54
Région d'origine : Hoenn
Messages : 1081

Alexandre Diame

Alexandre Diame
Retrouvailles embourbées




Je cherchais du regard Akane, qui devait surement être perdue au milieu des décombres. Si le pire s'était produit et qu'elle s'était cognée avant de plonger, alors j'allais avoir besoin de Furfur pour la retrouver. Seule la type psy allait me permettre d'être suffisamment rapide. Mais, fort heureusement, je n’eus pas le temps de trop m'inquiéter. La rouquine avait émergé des eaux marécageuses et avait fait écho à mon appel nageant à présent vers moi pour me rejoindre. Je comblais à mon tour la distance qui nous séparait, mais la jeune femme, pressée et inquiète, semblait légèrement paniquée, sa voix coupée par les remous de l'eau marécageuse. Mais il ne fallait pas être devin pour savoir ce qu'elle avait en tête. Maintenant que nous nous étions retrouvés, il restait notre priorité : Nos pokémons. Mais nous n'eûmes pas plus le temps de les chercher plus longtemps. Mitochondrie, qui n'était pas sous l'effet du regard noir, s'était téléportée près de nous, avant de nous mettre en lieu sûr. Le calme revint légèrement, alors, que, plus loin, le Léviator continuait son œuvre de destruction.

Je regardais autour de moi, cherchant des yeux mon équipe. Seuls Zagan et Furfur étaient hors de leurs pokéballs, mes quatre autres pokéballs encore toutes accrochées à ma ceinture. Akane, toujours inquiète pour ses autres partenaires, fut rapidement rassurée par l'ingéniosité de son Alakazam, portant fièrement les pokéballs manquantes de la Dresseuse devant elle. Son soulagement m'arracha un léger sourire alors que l'observais étreindre son amie. Mais ce soulagement sembla la ramener brutalement dans la réalité, et prendre conscience de tout ce qui venait de se dérouler sous ses yeux. Certes, l'attaque avait était terriblement cruelle, ne laissant aucune chance aux braconniers, dont les cris s'élevaient toujours dans les airs. Je parcourais alors la scène lointaine des yeux, avant de me retourner vers mon amie, posant mes mains sur ses épaules et plongeant mon regard dans le sien.

« Je sais. Mais on ne peut rien y faire. » Dis-je, d'une voix calme, avec un sourire rassurant. « On a déjà réussi à sauver un bon nombre de pokémons avec notre intervention. C'est l'essentiel. » Finis-je simplement. Nous restâmes ainsi quelques instants, avant que l'arrivée de Zagan ne vienne légèrement me réveiller.

Il avait réussi à s'extirper du cataclysme en cours, mais pointais du museau le campement toujours en proie à l'attaque. Et je compris rapidement ce qu'essayait de me dire mon compagnon. Furfur n'avait pas pu se téléporter, et devait encore être bloquée là-bas. Il fallait retourner la chercher, mais il était hors de question que je mette en danger mon amie ou ses partenaires. De plus, le Tyranocif semblait fatigué et légèrement blessé, et devait être soigner rapidement. Les yeux rivés sur l'objectif, je décrocher la pokéball de Caim de ma ceinture, avant de faire apparaitre mon Laggron. Je me tournais ensuite vers mon équipe et celle d'Akane.

« Fur' est toujours là-bas, je vais la chercher. » Dis-je d'une voix calme, qui trahissait néanmoins mon inquiétude. « Akane, je te laisse Zagan et les autres. J'ai perdu la pokéball de Furfur, elle doit encore être là-bas avec elle. Je prends Caim avec moi au cas où il faudrait la porter. Attends-moi-ici. » Je lui tendais alors ma ceinture sur laquelle étaient accrochées les pokéballs de mes autres partenaires, avant de flatter le museau de Zagan. « Et toi, tu les protèges en cas de besoin, d'accord ? Je serais pas loin. » Le Tyranocif poussa un léger cri teinté d'inquiétude, mais je m'étais déjà retourné vers le campement encore dévasté par l'attaque, Caim à mes côtés. Si tout se passait bien, Furfur aurait suffisamment d'énergie pour nous téléporter en arrière dans un ultime effort. La seule difficulté consistait donc à traverser le champ de bataille où les rares braconniers encore debout tentaient vainement de riposter avec leurs filets ou leurs pokémons personnels. Je pris alors une profonde inspiration.

« Allez, c'est parti ! » Lançais-je, en m’élançant sur les parties praticables du marais, avant de sauter sur le dos du Laggron.

Ce dernier se mit alors à fendre les eaux marécageuses, se dirigeant droit sur le chaos que nous venions de quitter. Ses capacités hors norme pour détecter les pokémons allaient nous être considérablement utiles pour repérer notre partenaire manquante. Caim fit alors une brutale embardée latérale pour esquiver un plongeon de l'énorme Léviator qui le manqua de peu. Mais mon partenaire fut déséquilibré, et l'impact nous projeta dans les airs. L'atterrissage sur l'île des braconniers fût plutôt douloureux, mais pas critique. Je relevais alors la tête, consultant mon compagnon qui s'ébrouait du regard. Il me fit alors signe avec sa patte palmée, indiquant une direction. Je la suivais du regard, pour finalement déceler, proche de l'une des bâtisses effondrées, le corps argileux de ma partenaire. Au milieu des combats et des hurlements effrénés des braconniers, je courrais en direction de ma partenaire, glissant sur les genoux près d'elle lorsque je fus à sa portée, Caim sur mes talons.

« Ah... Tu t'es décidé à venir... » Fit-elle d'une voix faible.

« Qu'est-ce que tu racontes, tu as vraiment cru que j'allais te laisser tomber comme ça ? Akane me tuerait. » Dis-je, en plaisantant pour masquer l'immense soulagement que j'avais de retrouver la Kaorine. « Où est ta pokéball ? Tu penses être capable de nous téléporter près de Mitochondrie ? »

« En vérité... Je ne sais pas où elle est... Et je n'arrive plus à me téléporter... » Répondit-elle.

Je jetais un coup d'œil autour de moi, mais ne vit aucune trace du Démolosse censé bloquer la capacité de la Kaorine. Non, ça devait être autre chose. Dans tous les cas, je m'apprêtais à faire signe à Akane et Mitochondrie de venir nous chercher, lorsque je me rendis compte de deux choses. La première, c'était que le calme semblait brutalement revenu autour de nous, et qu'une présence dans mon dos avait attiré mon attention. Une silhouette, dans une sorte de robe blanche immaculée, se tenait au milieu du camp et nous observait sereinement. A première vue, elle paraissait humaine, mais, à y regarder de plus près, ce n'était pas le cas. Il s'agissait d'un pokémon que je n'avais croisé que quelques fois auparavant. Un Sidérella a la couleur claire.

« C'est elle... J'ai déjà dit à Mitochondrie de ne pas s'approcher... Elle ne pourrait pas repartir... » Fit alors Furfur.

Mon cerveau réfléchissait alors à toute vitesse. Je ne pouvais pas porter la Kaorine, et Caim ne pourrait pas vaincre le duo de pokémon, puisqu'il semblait effectivement ensembles. La raison ? C'était que, depuis quelques instant et l'apparition de ma mystérieuse Sidérella, le Léviator semblait s'être calmé. Il fallait donc prendre la fuite. Les Laggrons étaient costauds, et, bien que ralentit par le poids de la Kaorine, si le pokémon psy n'attaquait pas, il pourrait sans problème rejoindre notre campement de fortune. Il faudrait après rallier très rapidement

Mais je sentis une présence dans mon dos. L'ombre qui me couvrait maintenant me suffisait à comprendre que le Léviator était de retour. Et Caim ne pourrait surement pas le semer en portant la Kaorine. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres, alors que je me tournais vers le Laggron qui lui, regardait l'immense Léviator avec, pour la première fois, une lueur d'inquiétude dans le regard. En réalité, il n'y avait pas milles solutions possibles.

« N'y pense même pas, Alexandre. » Fit la voix de la Kaorine qui résonna dans ma tête.

« Ça va aller. » Répondis-je, avant de m'adresser au Laggron. « Je vous confie tous les deux à Akane, le temps que je vous retrouve. Elle saura quoi faire pour soigner Furfur. Et on ne s'inquiète pas, je vous retrouve bientôt. » Répétais-je, avec un sourire confiant.

Bien sûr, Furfur, qui suivait mes pensées, avait compris depuis longtemps ce que je voulais faire. Elle avait également compris depuis longtemps que, même moi, pour une fois, n’était absolument sûr de rien, si ce n’était de la nécessité d’emprunter cette voie. Elle aurait encore longtemps pu m’en dissuader, mais, ni elle, ni le Laggron gris ne le firent. Caim saisit alors dans ses bras le corps argileux de la Kaorine, alors que je me retournais pour fixer le colosse noir, qui me dévisageais avec une colère non dissimulée. J’avais senti partir mes deux partenaires, aussi, il n’y avait désormais plus que la Sidérella, lui, et moi.

« Ce sont les humains qui te foutent en rogne, pas vrai ? » Le provoquais-je. « T’en as un juste devant toi. T’attends quoi ? » Murmurais-je ensuite.

Il s’ensuivit une seconde de silence, puis, après un premier hurlement de rage, le Léviator fondit sur moi. Je plongeais sur le côté pour l’esquiver in extremis, puis je commençais ma course à l’opposée de la direction qu’avaient pris mes deux camarades. Tant que je restais sur l’île, j’étais condamné, mais, sur la terre ferme, j’avais davantage mes chances. Heureusement, après avoir esquivé un nouvel assaut. Je pus traverser de l’eau jusqu’à la taille avant d’arriver sur un sol spongieux, mais plus praticable.

La suite, je ne m’en souvins pas vraiment. Je courrais au hasard, plongeant tant bien que mal pour esquiver les assauts du Léviator qui semblait peiner à me suivre dans la végétation, rasant tout sur son passage. Mais je sentais mes jambes fatiguer et mon souffle peu à peu se tarir. Le sol n’était pas aussi meuble que je l’aurais voulu, et les coupures dues aux branches ou aux esquives trop tardives des crocs du Léviator commençaient à s’accumuler l’une d’entre elle, d’ailleurs, situées au niveau de mon flanc droit, saignait sérieusement, sans toutefois être potentiellement fatale. Epuisé, je m’écroulais finalement, adossé contre un arbre, afin de reprendre mon souffle. Le colosse noir me cherchait, et n’aurait sans doute aucun mal à me trouver après avoir ravagé la zone. Mais j’étais à bout de force. Je ne pus m’empêcher de réprimer un sourire en pensant que cette blessure était assez similaire à celle que j’avais subie lors de notre première investigation de groupe avec Ivar. Une nouvelle cicatrice à mon compteur, en somme. De toute façon, il n’y avait plus vraiment grand-chose que je puisse faire. Mes jambes étaient trop fatiguées pour que je ne puisse continuer à courir, et le Léviator ne semblait pas, lui, éprouver une quelconque lassitude.

Il ne fallut que quelques instants de plus pour qu’il me retrouve, dressant alors son corps reptilien de tout son long pour m’écraser de son nombre, rugissant en face de moi. La main sur mon flanc, je le regardais dans les yeux, toujours un léger sourire aux lèvres.

« Salut mon grand, t’as mis du temps. » Ironisais-je d’une voix plus faible.

Mais je n’eus pas le temps de perdre la face, ni même de me rendre compte que, de toute manière, il ne me restait absolument plus une seule option viable pour gagner. La mystérieuse Sidérella apparut devant moi, se positionnant devant le Léviator qui sembla alors se calmer. La scène se maintint quelques secondes, puis, lentement, le pokémon psy glissa vers son compagnon, puis ils disparurent dans la pénombre des marais. La nuit était en train de tomber peu à peu, et l’humidité grimpait, laissant présager une prochaine averse.

« Non mais sérieux, c’est quoi cette région de fou… » Grognais-je, me replaçant contre l’arbre pour ne pas trop appuyer sur la blessure dont le flot sanguin s’était tout de même relativement tari. Je savais que je devais retrouver les autres, mais, pour l’heure, la seule chose que réclamait mon corps, c’était du sommeil. Et je n’avais plus vraiment la force de l’en priver.





© ANARCISS pour épicode

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Retrouvailles embourbées {ft. Alexandre - Page 2 G7bq
Re: Retrouvailles embourbées {ft. Alexandre
Dim 2 Sep 2018 - 17:43
Région d'origine : Mhyone
Messages : 484

Akane Wise

Akane Wise
Retrouvailles embourbéesft. Alexandre
La voix d’Alexandre se voulait calme mais cela ne suffisait pas pour apaiser Akane. Elle entendait toujours les cris des braconniers, et cela suffisait à l’angoisser. Essayant d’apaiser ses craintes, la jeune femme lâcha un long soupir. Son ami avait raison. Ils avaient réussis à libérer tous les Pokémons et ils se trouvaient désormais hors de portée du Léviator noir.
Peu de temps après, le Tyranocif d’Alexandre apparut, visiblement épuisé. Et pour cause, la pauvre bête venait d’échapper de justesse à la colère du dragon des mers. Le lézard vert se tourna vers l’ancien campement. Akane n’avait pas l’habitude de communiquer autrement par la télépathie avec les Pokémons, pourtant elle compris instinctivement le message de Zagan. La rousse écarquilla les yeux, presque en état de choc.

- Furfur !
- Fur' est toujours là-bas, je vais la chercher.

Encore cette voix calme. Pourtant, Akane pouvait y discerner de l’inquiétude. Elle lui aurait bien crier de rester ici en sécurité, que c’était de la folie pure d’y aller. Néanmoins, elle resta silencieuse. La jeune femme aurait probablement réagi de la même façon pour sauver un de ses Pokémons. Ainsi, Alexandre lui confia ses Pokémons, ses fidèles alliés. Seul le Laggron parti en route avec son dresseur, prêt à affronter la rage destructrice d’un Léviator.

Tandis que l’ombre d’Alexandre s’éloigna puis s’enfonça dans les marais, Akane regardait la ceinture et ses Poké Balls. Pour la première fois de sa vie, la jeune femme devait s’occuper de Pokémon qui n’étaient pas les siens. N’était-ce pas là une marque de confiance ? Le spécialiste Sol avait dû en vivre des aventures avec ses compagnons, de leur évolution jusqu’à leurs premiers matchs d’arène. Akane n’en doutait pas, elle tenait entre ses mains de puissants Pokémons. Pendant un long moment, elle contempla les sphères bicolores, ne sachant pas trop comment réagir.

Finalement, elle ajusta la ceinture de son ami autours de sa taille, juste au-dessus de la sienne. Ensuite, elle s’approcha prudemment vers le lézard vert, qui s’était enroulé en boule. Il leva le museau vers la dresseuse rousse, ce qui la fit légèrement sursautée. Elle n’avait pas l’habitude de s’approcher de Pokémons aussi grands. Contrairement aux Sol, les Psy arboraient rarement une carrure aussi impressionnante.

- Je veux juste voir tes blessures, le rassura Akane.

Elle ne savait pas si le mastodonte comprenait ses paroles, en tout cas il baissa sa garde et laissa la rouquine inspecter sa cuirasse verte. Quelques soins ne seraient certainement pas de refus pour le Tyranocif… Néanmoins, il manquait un élément crucial.

- C’était soit le sac, soit… nos amis.
- Tu as fait le bon choix, ‘Chondrie. Je ne te reproche rien.

Le sac de la jeune femme contenait des potions et divers objets de soins… ainsi que ses papiers. Visiblement, elle allait devoir s’adapter à cette situation. Heureusement, le Tyranocif se portait assez bien.

- On attend Alex, décida Akane. On ira au centre Pokémon une fois qu’il aura récupéré Furfur.

Toujours en boule, le lézard vert n’émit aucune contestation. Akane aurait pu se rendre au Village Athiki sans son ami mais il lui paraissait plus sage d’attendre son retour. Si elle partait pendant qu’il arrivait, Alexandre ne saurait pas probablement pas la retrouver de suite. La jeune femme estimait qu’il valait mieux ménager son ami. Elle s’assit près du Tyranocif, les genoux repliés sous son menton.

Elle ne savait pas combien de temps exactement Akane avait attendu. Mais en voyant la forme imposante de Caim, elle se releva d’un bond, prise de joie… et retomba aussitôt de son nuage. Furfur avait été retrouvée dans un sale état et Alexandre répondait absent. Inquiète pour son amie, Mitochondrie s’empressa d’aller voir la Kaorine.

- Qu’est-ce qui s’est passé ? demanda la jeune femme, de nouveau en proie à la panique.

Le Laggron émit des grognements plaintifs. Cependant, Akane ne comprenait toujours pas ce langage primitif. Heureusement, Mitochondrie joua le rôle de traductrice pour sa dresseuse.

- Apparemment, Alexandre n’a pas eu d’autre choix que de provoquer le Léviator pour sauver Furfur. Caim l’a donc portée jusqu’ici et il ne sait pas c’est qu’il advenu d’Alex.

- Il est complètement fou ! C’est-c’est insensé !

Akane en avait bien des mots pour décrire les actions irréfléchies de son ami mais aucun ne définissait avec exactitude l’angoisse et la colère qu’elle ressentait pour lui. La jeune femme ne pouvait s’empêcher d’imaginer différents scénarios, pire les uns que les autres. Elle tenta de se calmer. Alexandre lui avait confié ses Pokémons, ils devenaient donc la priorité de la spécialiste.

- Zagan, il faut que tu rentres dans ta Ball. On va au centre Pokémon.

La dresseuse chercha la sphère vide parmi celle qui se trouvait à sa taille. Quant à Caim et Furfur, leurs Poké Balls étaient, pour l’instant, portée disparue. Néanmoins, le Laggron paraissait assez costaud pour porter la Kaorine, ce qui arrangeait la rouquine. Heureusement pour la poupée d’argile, Mitochondrie téléporta le groupe…

Le village Athiki était chamboulé. Des braconniers avaient réussi à s’échapper avec leurs Pokémons, demandant des soins d’urgence. Le petit centre Pokémon du coin se retrouvait débordé, et l’infirmière qui le gérait avait dû demander de l’aide à des villageois qui s’y connaissait à peine. Néanmoins, l’état de Furfur la fit passer en priorité et une infirmière promit de s’occuper de Zagan et de Caim. Pendant ce temps, Akane n’eut pas d’autres choix que d’attendre, assise sur un banc. La journée avait été épuisante, il n’en fallait pas plus à la jeune femme pour s’assoupir.

Une main posée sur son épaule fit sursauter Akane. Un des bénévoles l’avait réveillée, assurant que « ses » Pokémons avaient été soignés. La jeune femme se secoua la tête. Non, il s’agissait des compagnons de son ami et elle espérait sincèrement que cela ne change pas.  
Elle s’était endormie sans avoir vu le temps s’écouler… Et Alexandre n’était vraisemblablement dans le coin. Il ne laissait d’autres choix à la jeune femme que de le rechercher dans les marais.

- Furfur, maintenant que tu vas mieux, tu pourrais nous téléporter là où Alexandre t’as laissée avec Caim ?
- Si la Sidérella est toujours là, on risque de se mettre en danger.

Ne comprenant pas cette histoire de Sidérella, Akane fronça les sourcils. Mitochondrie aurait-elle omis un détail important ? Evidemment, l’intéressée lisait les pensées de sa dresseuse et y coupa court.

- Enfin… il n’y a pas de meilleure piste, je suppose.

Le temps d’un battement de cil pour Furfur et tous se retrouvèrent parmi les débris de ce triste spectacle. C’était peut-être une bonne chose qu’il n’y ait plus de campement de braconniers mais Akane se serait passée de cette vision. Des corps inertes gisaient deçà delà des anciens baraquements. Baissant la tête, Akane tandis simplement la ceinture d’Alexandre vers son Laggron et Mitochondrie.

- Vous croyez que vous saurez le retrouver en combinant vos forces ?

L’Alakazam réfléchit avant d’opiner la tête, tandis que Caim émit un simple grondement. Le Pokémon Poissonboue s’élança alors, accompagné de l’humanoïde, montrant le chemin à suivre. Quel ne fut pas le soulagement d’Akane en voyant Alexandre contre un arbre. Sans hésiter, elle se jeta à son cou.

- Alex ! Alex !

Elle se retira immédiatement, vérifiant l’état de son ami. Ses vêtements étaient maculés de sang séché, rien qui puisse rassurer la jeune femme.

- Ça-ça va ?! Il faut vite qu’on aille te soigner !  

© CRIMSON DAY
Re: Retrouvailles embourbées {ft. Alexandre
Lun 3 Sep 2018 - 19:57
Région d'origine : Hoenn
Messages : 1081

Alexandre Diame

Alexandre Diame
Retrouvailles embourbées




Je m’étais assoupi d’un seul coup, bien que j’aie quelques instants lutté pour rester éveillé. Il fallait dire que m’endormir – ou m’évanouir, tout dépendait du point de vue – dans un lieu aussi inhospitalier n’était pas vraiment rassurant, ni vraiment prudent. Mais la blessure sur mon flanc me faisait un mal de Caninos, et la douleur commençait réellement à me fatiguer. Couplée à la course que je venais de réaliser, et à la retombée d’adrénaline, cette dernière ne me laissa pas d’autre choix que de fermer les yeux là où je m’étais écroulé, les vêtements encore trempés par l’eau des marais que j’avais précédemment traversée. De toute façon, ce n’était pas comme si j’avais suffisamment de force ni d’énergie pour avoir le choix.

Je n’eus absolument pas conscience du temps qui s’était écoulé depuis que mes yeux s’étaient fermés. J’avais davantage navigué dans un état second que plongé dans un réel sommeil, mais le repos commençait doucement à porter ses fruits. En revanche, le froid était rapidement venu imposer sa loi à cause de mes vêtements encore mouillés. Alors que je finissais de récupérer mes forces, j’entendis une voix, floue, me tirer difficilement de ma catatonie.

« … ‘lex... Alex ! »

Je n’eus le temps d’ouvrir les yeux que pour voir le visage inquiet de mon amie qui plongeait sur moi pour m’étreindre. Son contact était chaud, et plus que bienvenu, mais elle se retira bien vite, son œil rivé sur mes vêtement tâchés de liquide pourpre. Plus que logiquement, elle était inquiète, et je regrettais d’avoir à lui infliger ça. Mais, heureusement, mes blessures n’étaient que superficielles.

« T’inquiète pas, ça va… » Grognais-je en me redressant légèrement. « Je ne dois rien avoir de très grave, mais je t’avoue que si c’était à refaire, je m’y prendrais autrement. » Fis-je avec un sourire fatigué.

« Tu es un imbécile. » La voix de la Kaorine résonna dans la tête de chacun d’entre nous, alors que je posais l’arrière de la tête contre le tronc de l’arbre derrière moi.

« Ah ça. Curieusement, je vais pas te donner tort, cette fois. » Répondis-je, légèrement amusé et soulagé de voir que ma partenaire avait repris du poil de la bête. Confier mon équipe à Akane m’avait semblé parfaitement naturel, et la jeune femme s’en était visiblement particulièrement bien occupée.

« Tu avais tellement de solution possibles, et tu as préféré n’en faire qu’à ta tête. On s’entraine pour quoi, nous ? C’est de la part de Caim, au passage. » La voix de la Kaorine s’éleva une nouvelle fois. Mais je savais qu’elle comprenait. Nos adversaires du jour n’étaient pas réellement de ceux que l’on affrontait sans une solide préparation, et mettre en danger Akane, ses partenaires, ou les miens n’était pas vraiment l’une des options que j’avais voulu étudier.

« En même temps, on finit toujours par tomber sur des histoires de fous… Comment tu veux que je prévoies ça moi ? » Dis-je, plaisantant toujours pour détendre l’atmosphère. « Cela dit… Je crois encore que je préfère largement revivre ce qui s’est passé au château plutôt que de refaire ce genre de truc. Faut vraiment que je pense à arrêter de faire des conneries un de ces quatre. »

Bien sûr, je disais toujours ça sur un ton détaché, mais une partie de mes paroles était sincère. La plaie sur mon flanc n’était qu’une cicatrice de plus, et ces dernières commençaient lentement mais surement à s’accumuler. A vrai dire, j’avais presque de la chance de ne jamais avoir vraiment subi plus grave que ce que je n’avais pu subir. La Kaorine ne répondit rien, et je reportais mon attention sur la jeune femme à mes côtés.

« Tu me files un coup de main pour me lever ? Je t’avoue que j’ai hâte de me changer et de retrouver un peu de chaleur et de confort. » Dis-je en lui lançant un clin d’œil.

_____

Grâce à nos partenaires de type psy, nous parvînmes rapidement à regagner le village. Même si le calme semblait à peu près retombé, l’endroit portait encore quelques stigmates qui trahissaient l’agitation qui était tombée sur la zone. Plus spécifiquement, le centre pokémon était toujours bondé, et la plupart des médecins et infirmiers voisins étaient venus leur prêter main forte. Il fallait avouer qu’il n’y avait pas que les pokémons qui étaient blessés, et que les braconniers semblaient en bien moins bon état que je ne l’étais. J’avais donc envisagé un instant de considérer que mes blessures, bien moins graves, pouvaient attendre, mais Furfur m’avait instantanément stoppé dans ma démarche.

Nous avions donc attendus patiemment qu’un docteur se libère. Nous discutions sagement de nos précédentes rencontres, de la première fois où nous avions visité le château de Dulem, en nous demandant ce qui pouvait bien advenir du comte de Dulem et des recherches qu’il s’était promis de mener suite à nos révélations. Puis se fût enfin mon tour. Comme prévu, les soins ne furent pas bien longs. La plaie n’était pas trop profonde ni dangereuse et, lorsqu’elle fût enfin bandée, je pus quitter le centre pokémon en compagnie d’Akane.

Nous passâmes ensuite le reste de la soirée et une partie de la nuit à discuter tranquillement. Il fallait dire que nous étions tous les deux assez occupés, et que nous nous croisions bien moins que je ne pouvais le vouloir, alors je souhaitais profiter le plus possible de sa compagnie. Quand la fatigue commença à se faire sentir, nous partîmes nous accorder un repos bien mérité, et, au matin, j’étais d’ores et déjà reparti, suite à un nouvel appel du professeur de la région.



© ANARCISS pour épicode

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Retrouvailles embourbées {ft. Alexandre - Page 2 G7bq
Re: Retrouvailles embourbées {ft. Alexandre

Contenu sponsorisé
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: ILE ESCHINE :: Marais Sombrétoile-
Sauter vers: