:: Mhyone :: Réseau routier :: Route 4 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En route vers les problèmes [CAPTURE]

avatar
Benjamin Makuno
Région d'origine : Hoenn
Sam 21 Juil 2018 - 18:40
Benjamin Makuno
Arpenter ce qui était connu comme étant la "Route 4" après avoir eu à descendre le Mont Kaygon était un véritable plaisir : Certes, la descente était toujours bien moins compliquée que lorsqu'il s'agissait de vaincre la montagne dominant Mhyone, mais elle n'en restait pas moins éprouvante. Les pierres qui ont tendance à rouler sous vos pieds si vous ne prêtez pas suffisamment attention à où vous posez vos pieds, la pente parfois ardue qui a tendance à vous faire prendre trop de vitesse et où il peut être ardu de s'arrêter, la froideur de la neige qui se faisait néanmoins de plus en plus rare au fur et à mesure de la descente... On était guère mécontent de revoir des paysages plus boisés, même si la dénomination de forêt n'était pas forcément la plus adaptée. Les arbres des environs n'avaient rien à voir avec la puissante végétation, parfois centenaire et souvent emmêlée, que l'on pouvait apperçevoir ailleurs. Ici, tout était... propre ? Les chemins étaient clairement entretenus, visibles au milieu d'arbres jeunes et où il était compliqué de se perdre, même pour celui qui n'avait pas un bon sens de l'orientation.

J'avais fait une longue marche, et le soleil commençait à perdre de sa vivacité au fur et à mesure qu'il se rapprochait de l'horizon, partiellement caché par les jeunes arbres du coin. Il gagnait néanmoins en splendeur, et ses reflets rougeoyants teintaient les environs d'une ambiance des plus agréables, tandis que les senteurs boisés, que je n'avais pas eu l'occasion de sentir depuis trop longtemps à mon goût, embuaient mon esprit en cette heure tardive, usant de ma fatigue pour arriver à leurs fins... L'heure de la pause allait être venu, et si je me devais de rejoindre Nox Illum le plus rapidement possible si je voulais voir ce qu'il se passait à l'aéroport, je devais bien me faire une raison : Y arriver sans avoir dormi ne serait surement pas une bonne idée si les ennuis pointaient le bout de leur nez... Et je n'en doutais étrangement pas, ce genre d’événements étant en général prétextes à tout les débordements. M'installant un peu en retrait du sentier afin de ne pas importuner les éventuels passants nocturne de ma présence, je dressais le camp du soir. Pas de feu : La froideur du Mont Kaygon avait fait place de façon un peu trop brutale à mon goût aux chaleurs saisonnières qui régnaient en ces terres, et l'heure tardive n'y changeait pas grand chose. Voilà qui ne rendrait pas mon voyage plus aisé... La chaleur n'était déjà pas spécialement mon environnement préféré, mais lorsque l'on se devait de se dépêcher et effectuer de longues marches, cela en devenait très vite irritant.

M'installant un lit de fortune avec l'aide de Monsieur Mime, émerveillé de ces nouveaux paysages, je fis sortir mes compagnons pour qu'ils profitent eux aussi au maximum du moment... Un peu naïvement, il fallait l'avouer. Si Monsieur Mime était visiblement intéressé de tout, ce n'était pas vraiment le cas de mes autres compagnons. Certes, Brindibou semblait relativement joyeux, même si on ne pouvait pas vraiment parler de grand intérêt au vu de son regard perdu dans le vide et de son air absent, posé sur une des branches un peu plus haut... mais Mimiqui semblait d'une humeur toujours aussi tranchante. Il avait étrangement plutôt bien réussi à accepter ses nouveaux compagnons, même si on ne pouvait pas parler de franche camaraderie, mais profite ne semblait pas être dans ses préoccupations. Se contentant de se mettre à l'écart de tout le monde, il brassait les premières feuilles en avance qui avaient daigné tomber au sol, emmenant les branches cassées au passage à l'aide de ses ombres, un air rageur. Si seulement il avait besoin de se nourrir, j'aurais pu naïvement penser que le repas, à base de baies locales, aurait pu le sociabiliser quelque peu... mais je n'avais pas vraiment d'autre idée présentement, et ce n'était de toutes façons pas le moment de réfléchir à une meilleure façon de renforcer l'esprit d'équipe de notre petit spectre.

La fatigue, la chaleur, les senteurs boisées et le vent dans les branches eurent raison de moi assez rapidement, malgré le confort tout relatif qu'offrait ce lit de branchages et de grandes feuilles sur lequel je m'étais installé. Avant que je ne m'en rende vraiment compte, les bras de Morphée m'avaient emportés loin de cette forêt, pour un repos bien mérité... qui s'avéra bien plus court qu'escompté.


[Apparition d'un Pokemon Sauvage svp, merci ! o/]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur
Dim 22 Juil 2018 - 3:15
Administrateur

Des pokémons apparaissent !

   


Tu es soudainement réveillé à cause du contact des antennes auriculaires de plusieurs Nanméouïe qui sont réunis autour de toi. A première vue, ils ne font que t'ausculter pour le moment !


Que vas-tu faire ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Benjamin Makuno
Région d'origine : Hoenn
Jeu 23 Aoû 2018 - 2:44
Benjamin Makuno

Le cerveau encore embrumé dans un semblant de sommeil, je remuais dans mon sommeil, vivant certainement des rêves agités. Le bruit de la vie sauvage autour de moi ? Non : J'avais pris l'habitude de l'agitation sauvage lors des mois précédents passés sur le Mont Kaygon, ou la vie sauvage était autrement plus agressive que par ici. La chaleur ? Plus probable, j'avais du mal à la supporter, mais la nuit apaisait tout de même considérablement sa présence étouffante. Non, je me sentais comme obstrué dans mon sommeil, mais pour d'autres raison. Grommelant, j'ouvrais les yeux à moitié, cherchant à voir malgré les brumes qui me recouvraient toujours la vue. Cependant, un sursaut me vint rapidement en constatant qu'une tripotée de visage béats m'observaient de très près, tous penchés sur ma couche, tandis que je me faisais palper. Réprimant un cri qui n'aurait sans doutes pas été très viril suite à la surprise, je m'agitais rapidement, rampant sur mes mains vers l'arrière pour me reculer de ces visages oppressants, attrapant machinalement une pokeball se trouvant non loin pour la lancer afin d'avoir un moyen de défense contre cette présence peut être hostile mais clairement oppressante.

Ce fut mon Monsieur Mime qui surgit de sa sphère, étonnamment frais comme un gardon. Sauf qu'il ne se mit pas sur la défensive, mais s'approcha de la masse de pokemons qui me regardaient avec insistance depuis tout à l'heure, tout aussi intrigué qu'à son habitude. Je percutais d'ailleurs enfin qu'il s'agissait effectivement de pokemons, et non de visages humains. A y regarder de plus prêt, et surtout avec un œil plus vif, il aurait en effet impossible de voir des visages humains avec ce sourire amical et ce regard béant, à en faire pâlir de jalousie ce bon vieux Brindibou. Je constatais également après un petit moment que tout ces visages interloqués dans ma direction n'étaient pas agressifs pour un sou, et je mis enfin un nom sur les créatures qui me faisaient face, mes études sur ces créatures me revenant tardivement suite à mon sommeil inachevé. Des Nanméouïes. Des créatures réputées pour incarner la gentillesse même. Elles étaient très prisées pour aider les humains dans les hôpitaux ou au sein de Centres Pokemons. Pas de quoi paniquer donc...

Je reprenais doucement mon souffle tandis que je prenais enfin le temps de me frotter les yeux, prenant mon temps pour me réveiller. Cela ne sembla pas troubler les créatures, d'ailleurs. Elles restaient en face de moi, s'étant rapprochées subtilement de moi sans que je le remarque tandis que certaines étaient de nouveau en train de me palper les jambes de leur air circonspect. Est ce qu'ils... m'auscultaient ? Je tressaillais, me reculant d'avantage avant de me relever, sous l’œil interrogateur de ces créatures qui ré-avançaient de nouveau dans ma direction.


- J'apprécie le geste mais... je vais bien les gars, c'est cool. Vous pourriez me laisser finir ma nuit s'il vous plaît ? Vous m'avez foutu la frousse à me réveiller comme ça, faut pas être cardiaque je vous jure... Et j'ai de la route demain, vous voyez ?


J'observais les créatures rosâtres fraîchement arrivées dans l'espoir de les voir déguerpir, mais je déchantais bien vite : Elles ne semblaient clairement pas avoir la moindre volonté de  me laisser tranquille, et elles se contentèrent de rester là à m'observer, s'approchant toujours un peu plus. Intimidant... Jetant un regard à Monsieur Mime pour lui faire comprendre qu'une intervention ne serait pas de refus, je le vis en train d'essayer de communiquer avec l'un des pokemon sauvage, sans grand succès visiblement, tant ils ne semblaient pas se comprendre par le simple langage des signes qu'ils échangeait... Enfin, que mon pokemon échangeait, ne récupérant que des yeux ronds en face de lui. Ça ne le troublait cela dit pas plus que ça... Moi par contre, cela me troublait bien plus : Prenant une décision rapide, je récupérais en hâte les effets qui m'appartenaient au sol sous l’œil oppressant de ces braves bêtes, avant de quitter à petits pas pressés la zone sans demander mon reste, rappelant mon compagnon. Ils ne semblaient pas décidés à me laisser me reposer visiblement, et si j'aurais été ravi de pouvoir les observer moi aussi dans d'autres circonstances, j'avais surtout envie de poursuivre ma nuit, qui au vu de la position de la lune ne semblait pas être encore bien longue. Aussi me mis-je à la recherche d'un endroit plus tranquille pour tenter de me reposer un peu plus avant la longue marche qui m’attendait.


[Nouvelle apparition s'il vous plaît, merci d'avance ! o/]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur
Jeu 23 Aoû 2018 - 16:19
Administrateur

Des pokémons apparaissent !

   


Alors que tu trouves enfin un endroit où t'installer tranquillement, une douce odeur sucrée te monte au nez. Malheureusement, tu te retrouves vite entouré par une horde de Sucroquin ! Ont-ils flairé des bonbons dans tes poches ?


Que vas-tu faire ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Benjamin Makuno
Région d'origine : Hoenn
Jeu 23 Aoû 2018 - 17:06
Benjamin Makuno

Grommelant envers ces effrayantes bestioles, assez fortement agacé de n'avoir pu profiter de ma nuit comme il se devait, je m'éloignais au pas vif de cet attroupement sauvage imprévu. Quelle idée de venir importuner un type qui dormait pour l'ausculter. Pour l'ausculter... J'avais beau étudier le comportement des pokemons dans leur état naturel, il y'avait des choses qui m'échapperaient certainement toujours, et j'étais prêt à miser une pièce que ce cas précis en ferait partie. Tandis que je râlais toujours dans un langage incompréhensible, encore à moitié endormi, la fatigue me rattrapant au galop, j'essayais néanmoins de relativiser : Au moins, si ils avaient été des plus incommodants, ils ne s'étaient nullement montrés hostiles malgré leur attitude hautement intrusive. Néanmoins, Monsieur Mime ne s'était pas montré très prompt à la réaction... Heureusement qu'ils ne l'avaient pas été, me dis-je. Le pokemon psy l'avait-il tout de suite senti ? Je préférais me rassurer en tablant sur cette éventualité, bien que l'hypothèse ne soit pas la seule potentiellement réaliste. Sa curiosité était certes un trait de caractère parfois touchant, cela risquait de l'handicaper à plus d'un égard dans certaines situations. Mais après tout, il n'était jamais vraiment sorti de sa montagne, jusqu'à maintenant... Il était normal qu'il profite. Tout cela ne durerait qu'un temps, sans doutes.

Tandis que j'y réfléchissais, je m'avançais d'une démarche peu assurée, manquant de trébucher à plusieurs reprises sur des obstacles qui n'en étaient pas vraiment : Moi qui n'était déjà clairement pas du matin, mon demi réveil ne m'aidait pas, et la visibilité en cette nuit pas encore tout à fait achevée n'était pas au beau fixe. Dans un bruit de feuilles mortes prématurément tombées foulées du pied, je me décidais finalement à m'installer un peu plus loin, ayant selon moi suffisamment marché pour sortir du territoire de ces drôles de bestioles rosâtres. Soufflant de lassitude à l'idée qu'il fallait désormais que je me refasse un lit, je m'étirais en me décidant de me mettre à la tache, bien décidé à l'accomplir vite, quitte à ce qu'elle soit un peu bâclée. Ce n'était plus que pour une heure ou deux, après tout. Quelques feuilles y suffiraient bien. Bâillant tandis que je faisais sortir Monsieur Mime pour qu'il m'aide à dénicher le fruit de ma recherche, non sans que ce dernier ne prenne un malin plaisir à imiter ma mimique faciale par ailleurs, j'avais presque terminé ma besogne lorsqu'un bruissement qui n'avait rien d'un coup de vent se fit entendre non loin, dans les fourrés.


- Si c'est encore vous, j'vais finir par...


Ce n'était pas eux. C'était entre le rose et le blanc cassé, c'était bizarre, c'était beaucoup, mais c'était pas eux. Une petite flopée de Sucroquin se mit à sortir des buissons qui nous faisaient face après que j'ai commencé à m'adresser à eux, visiblement conscients du fait qu'ils n'étaient de toutes façons pas très doués pour le furtif. Me redressant pour observer la situation dans une position un peu plus avantageuse que celle d'un type agençant des feuilles au sol, je remarquais néanmoins bien vite que la situation, outre son petit air de déjà vu, n'était néanmoins pas vraiment la même que quelques temps plus tôt. Premier indice, ceux-ci avaient essayé de s'approcher discrètement, ce qui pouvait laisser planer le doute sur leurs intentions, contrairement à celles de ces oppressantes créatures médicales que j'avais pu voir un plus tôt... ou tard, je n'avais plus vraiment de repères temporels.

Deuxième indice, et non des moindre : Leur regard n'avait rien de très béat, et si la curiosité se lisait sur leur visage, c'était aussi l'avidité que je pouvais lire sur le coin de leur lèvre, à en douter par le mince filet de bave qui s'écoulait de certaines bouches peu éduquées. Ces créatures, réputées pour leur gourmandise, étaient très friandes de sucre. Cependant, je n'en possédais pas sur moi, et je peinais à comprendre pleinement la raison qui... attendez une minute. Reniflant subitement mes habits que j'avais enfilé à la hâte avant de changer de campement, je constatais qu'une forte odeur de sucre se dégageait de ces derniers, odeur à laquelle je n'avais pas prêté attention au départ, trop occupé à ne pas tomber lors de la marche que j'avais effectué en demi sommeil. D'où cela provenait il ? Je n'avais pourtant pas... Nanméouïs ! C'était surement eux qui avaient du s’occuper de créatures sucrées un peu avant leur venue, et qui avaient ainsi imprégnés leur odeur et mon corps tout entier de cette fragrance sucrée, suite à leur manie de toucher à tout, moi y compris... Mauvaise nouvelle. Reculant d'un pas, je constatais bien vite que ces Sucroquins ne semblaient pas du tout enclins à me laisser en paix, et au vu de leur regard avide, ils ne seraient également sans doute pas aussi enclins que mes précédentes rencontres à me laisser filer.

Poussant un râle de dépit, j'entrepris de faire sortir de leurs pokeballs mes deux autres compagnons, tandis que les Sucroquin continuaient de se rapprocher : L'affrontement serait certainement inévitable. Peut être que si je leur montrais suffisamment de résistance, ceux-ci finiraient pas abandonner pour se concentrer sur de potentielles cibles moins tortueuses ? Tel était le plan. Je l'exposais mentalement à Monsieur Mime, qui le relaya aussitôt à mes autres compagnons, à qui l'idée de se battre ne semblait pas du tout déplaire. Venant de Mimiqui, je n'en avais pas douté une seule seconde, mais pour Brindibou ? Sans doutes s'ennuyait-il, ces jours-ci. Vrai qu'il avait toujours été aventureux. Tandis que le premier Sucroquin, en tête de peloton, bondissait dans les airs en notre direction, bientôt suivi par plusieurs camarades, il se heurta en plein air à un mur invisible, monté rapidement par Monsieur Mime. Aussitôt le choc acté, celui-ci s'ouvrit pour laisser passer l'assaut combiné de feuillages de la part de Brindibou, tandis que Mimiqui balançait ses Ombres Portées sur ses adversaires avec une grande joie, visiblement très satisfait à l'idée de blesser un maximum d'opposants.

Monsieur Mime, derrière, alternait entre les phases de protections afin de bloquer les assauts adverses, et les phases plus offensives où il se servait de ses pouvoirs psychiques contre ses assaillants, de façon parfois assez futée. C'est ainsi que je le vis attraper à plusieurs reprises des Sucroquin tombés au sol pour les balancer sur d'autres, à la manière d'un jeu de quille. Tout cela était très bien rodé, et j'en été assez fier. Je profitais de l'occasion pour entraîner d'avantage ma petite escouade à la stratégie "Tempo" que j'avais élaboré lors de mon ermitage en montagne : Après tout, toute occasion était bonne à prendre. Elle consistait à maintenir un mur invisible, mais solide néanmoins, du côté de Monsieur Mime, tandis que celui ci le faisait disparaître et réapparaître au rythme de mes claquements de doigt, afin de laisser passer les assauts de ses camarades mais pas de ses adversaires. Au début, bien sur, cela avait demandé un petit temps d'adaptation, et les couacs furent nombreux : Attaques alliées finissant bloquées par le mur, ou au contraire trous dans ce dernier face aux assauts des Sucroquin. Très vite cependant, peu d'assauts parvinrent à passer pour atteindre Mimiqui, en première ligne et au sol, et il s'agissait le plus souvent de charges inefficaces ou d'assauts faibles dont le masque du pokemon spectre parvenait bien à encaisser. Bientôt, la rage de ces petites créatures caricaturale se ternit, et elles finirent par tourner les talons à grands cris pour prévenir leurs comparses, constatant qu'elles ne gagneraient pas cette assaut en l'état. Soufflant de dépit, je souriais à mes pokemon pour les féliciter de l'assaut... Avant de déprimer en constatant que j'y voyais un peu plus clair que précédemment : Le soleil, si il n'était pas encore levé, commençait à faire signe d'activité à l'horizon... Jetant un regard de dépit à mon lit, je me résignais à attraper mes affaires et à me remettre en route en direction de Nox Illum, de grandes cernes entourant sans doutes mes yeux : Il était trop tard pour finir sa nuit désormais, et vu l'odeur de sucre que je dégageais, m'éloigner d'avantage du coin ne serait peut être pas une mauvaise idée, au cas où ces Sucroquin connaissent quelques Cupcanailles... ou autres Dardargnan.

Alala, ce qu'il fallait pas endurer pour aller aider les forces de l'ordre... J'espérais au moins que le jeu en vaudrait la chandelle.


[Pas de capture, fin de Rp, encore merci !]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Mhyone :: Réseau routier :: Route 4-
Sauter vers: