:: Mhyone :: Réseau routier :: Route 4 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'appel de la montagne

avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Mer 22 Aoû 2018 - 16:24
Jeremiah Summers
L'été touche à sa fin.

Cela fait maintenant plus de six mois que Jeremiah est arrivé à Mhyone. Il n'a pas vu le temps passer. Six mois, et il n'a même pas exploré plus loin que l'île principale. Il y a eu tant à voir. Tant à faire. Il a vu passer les pissenlits, puis les coquelicots, puis les lavandes, puis les mûriers. Les baies noires annoncent l'arrivée de l'automne et provoquent une certaine agitation dans le cœur de Jeremiah. Il a envie de faire quelque chose de différent aujourd'hui. Il faut dire qu'il n'a pas fait grand chose d'autre que se promener depuis l'attaque de l'aéroport.

***

Jeremiah reste caché sous son lit pendant trois jours.

L'attaque de l'aéroport était terrifiante. Il n'a aucune idée de comment il a fait pour gérer la situation. Il se souvient avoir combattu des activistes, avoir soigné William de véritables blessures, avoir assisté à l'arrestation de leur chef. Il se souvient des messages paniqués de sa mère. Et maintenant c'est lui qui panique à retardement. Il panique à l'idée du danger dans lequel il s'est retrouvé, à l'idée que William aurait pu être sérieusement blessée. Qu'il aurait pu être sérieusement blessé.

Il n'a aucune idée de comment il a géré tout ça sur le moment. Mais dans les jours qui suivent, il ne le gère plus du tout.

Alors il ne quitte pas le centre pokémon pendant trois jours. Et après ça, il passe beaucoup de temps seul sur les routes. Après tout, c'est là qu'il a toujours trouvé son calme.

***

Mais trois semaines plus tard, le calme des routes ne le calme plus beaucoup. Quelques jours plus tôt, il a eu une mésaventure face à un large groupe de Neuneufs sauvages. Là aussi, il aurait du paniquer. Mais il a géré le danger, a combattu au bon moment, s'est enfuit au bon moment, et a même récupéré un Granivol au passage.

Cette aventure ne fait rien pour calmer l'énergie nerveuse qui coule dans ses veines. Il a envie de bouger. De faire quelque chose de différent. Ce matin-là, ses yeux parcourent l'horizon, à la recherche de quelque chose... Il ne sait pas trop quoi. Différent.

Ses yeux se posent sur le mont Kaygon.

Voilà quelque chose qu'il n'a jamais fait. Il met un gilet dans son sac et fait défiler les applications de son téléphone jusqu'à afficher la carte. Aujourd'hui, ils grimpent.

Il a déjà pris la route 4. Mais généralement, il s'arrête à la fourche indiquant la direction de la grotte du passage et d'Elerya. Cette fois-ci, il prend la direction d'Elerya.

Le chemin est escarpé. La progression difficile. À la mi-journée, Jeremiah n'est pas certain qu'il pourra atteindre Elerya avant la nuit. Il n'a pas vraiment le matériel pour camper dans la montagne. Bah, il se débrouillera, lui dit la partie de lui qui ne sait plus se contenter des promenades fleuries.

En début d'après-midi, ses cuisses lui font mal et ses chevilles le tiraillent. Ses sandales ne sont pas plus adaptées à la montée que le reste de son attirail. Il décide de faire une pause déjeuner et de libérer William, sa Bulbizarre, ainsi que sa nouvelle compagne Aigrette, la Granivol. Ce sont de petits pokémons et il a pensé que le trajet les épuiserait trop, alors il les a gardées dans leurs pokéballs.

William s'émerveille devant le dénivelé qui s'étale devant leurs yeux. Ils n'ont jamais vu Mhyone d'aussi haut. Aigrette s'émerveille en regardant Jeremiah droit dans les yeux, ce qui est à peu près tout ce qu'elle fait depuis que Jeremiah l'a capturée. Ça ne le met pas plus à l'aise que d'habitude, mais elle ne s'améliorera pas sur ce point en restant dans sa pokéball.

Ils partagent des sandwiches puis Jem se remet en route, ses deux pokémons ouvrant la marche avec excitation.

William est moins dispersée que d'habitude. En général lorsqu'ils se promènent elle court partout, de préférence en dehors des chemins. Aujourd'hui, elle reste quelques pas au devant de son dresseur. Elle regarde partout, mais elle reste sur la route. Elle a compris que le chemin d'aujourd'hui est difficile. Et puis si elle sort de la route c'est le ravin, alors...

Aigrette se contente de marcher à côté de Jeremiah sans jamais s'arrêter de le regarder. Il en vient à se demander comment elle fait pour ne pas se prendre des arbres dans la figure. Pour l'occuper, Jeremiah ramasse la première fleur qu'il trouve --un trèfle-- et la remet solennellement à la Granivol. Comme ça, au lieu de regarder son dresseur, elle regarde sa fleur. C'est déjà plus supportable.

Et ils marchent.

Une demi-heure plus tard, ils arrivent à une bifurcation. Un chemin plus petit s'écarte de la route. Sur un arbre sont peintes les indications d'un sentier de randonnée. Mais à part ça, aucune direction. Le seul panneau indique Elerya, et il va dans l'autre direction. S'ils veulent atteindre la ville avant la tombée de la nuit, ils n'ont pas le temps d'explorer. Jeremiah et William continuent sur la route principale... et Aigrette s'engage gaiement sur l'autre chemin.

"Mmh ! Eeeh !" Jem l'appelle. Mais elle l'ignore. Pour une fois qu'elle n'est pas accrochée à lui ! Il attrape le sifflet qui pend autour de son coup et joue la note pour la rappeler à lui. Aigrette se tourne vers lui, lui fait un grand sourire... et continue sa route.

Jeremiah soupire et sort sa pokéball. Mais Aigrette, à la vue de l'objet, se met soudain à courir ! Eh, mais ! C'est pas possible ça ! Jeremiah se met à courir derrière elle, mais c'est qu'elle est foutrement rapide ! Et ce chemin est encore plus pentu que la route. Rapidement, Jem est à bout de souffle. Aigrette se tient juste trop loin pour être rappelée par la pokéball, avec une précision qui est forcément faite exprès. Normalement, Jem serait partant pour ce genre de petite aventure. Mais là ils n'ont pas le temps et il n'a aucun moyen de le faire comprendre à ce petit machin rose qui ne connait même pas bien ses commandes.

Il pourrait l'abandonner là. Après tout, il n'a jamais cherché à la capturer.

Jem grogne dans sa barbe. Bien sûr qu'il ne peut pas l'abandonner. Alors il lui court après.

Le chemin qu'ils suivent se perd dans un vallon escarpé. William est bien contente de voir qu'ils entament une nouvelle aventure. Aigrette est bien contente de pouvoir faire n'importe quoi et d'être suivie quand même. Jeremiah n'est pas content du tout. Ils ont fait un sacré détour et maintenant il est épuisé. Enfin, alors qu'Aigrette s'arrête pour cueillir une fleur, il parvient à la toucher avec le rayon de sa pokéball. Voilà, et restes-y ! pense-t-il en raccrochant la ball à la bretelle de sa robe.

Il n'empêche que le détour l'a épuisé. Il s'assoit sur un rocher au pied d'une haute paroi rocheuse, le temps de reprendre son souffle. William en profite pour gambader un peu plus loin. Il la laisse faire. Elle, elle reviendra à son coup de sifflet.

Il ferme les yeux un instant. Ici, ils sont tellement loin de tout... Tout est si calme...

Et puis soudain, un énorme bruit retentit. Il a juste le temps de lever la tête pour voir un très gros rocher se diriger vers lui.

"Oh."


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Mar 28 Aoû 2018 - 20:30
Alexandre Diame
L'appel de la montagne




Trouver de nouvelles zones d’entrainement s’avérait être une tâche particulièrement ardue compte tenu de mon équipe actuelle. Premièrement, ces derniers étaient plutôt voyants et attiraient vite l’attention. Ce n’était pas un problème en soit, sauf quand on savait que mes récents entrainements visaient à imaginer et inventer de nouveaux combos d’attaques pour mieux déstabiliser mes adversaires. Je n’étais pas nécessairement quelqu’un de très discret ni de secret, mais, pour ma dernière arène, il valait mieux que je me pare de toute éventualité désagréable. Je connaissais bien Mélodie sur le plan personnel, mais je savais également qu’elle était une adversaire redoutable en plus d’une championne on ne peut plus célèbre. Il y avait donc fort à parier que, puisqu’il s’agissait de ma dernière arène, Mélodie allait se donner à fond, et il était hors de question de la décevoir. Et puis, elle avait tout de même décidé d’ouvrir l’arène au public, et je lui faisais confiance pour avoir déjà attiré pas mal de monde. A leur risques et périls tout du moins, car il suffisait de connaitre mon style de combat pour commencer à se méfier.

La deuxième raison était liée à ce dernier point. Bien que beaucoup en oubliaient généralement mes réflexions stratégiques, il fallait bien avouer qu’ils avaient raison sur un point : Le potentiel tout de même assez destructeur des pokémons que j’entrainais. Et ça ne s’arrangeait pas vraiment avec le temps et les entrainements, puisqu’ils repoussaient leurs soit-disantes limites avec une facilité plus que déconcertante. Et Furfur en était sans doute l’une des illustrations les plus flagrantes. La Kaorine était la partenaire qui avait intégré l’équipe plus tard que tout le monde, et, pourtant, elle était bien loin de démériter. Moi qui n’avais que peu eu affaire à des pokémons psys au plein potentiel, je devais bien avouer que ce type me surprenait de jour en jour, tant je m’apercevais des possibilités stratégiques qu’il offrait. De plus, personne n’avais encore vraiment vu Furfur combattre, mis à part Ivar qui en avait fait les frais durant notre duel. Et encore, ma partenaire n’était pas, à cette époque, aussi forte qu’elle ne pouvait l’être aujourd’hui.

Je m’étais donc logiquement tourné vers le Mont Kaygon, puisque c’était, après tout, l’endroit le plus indiqué pour ce type d’entrainement. Les zones montagneuses étaient vastes, et, pour beaucoup, particulièrement arides, ce qui dissuadait généralement le tout venant de faire le chemin jusqu’à ses zones les plus reculées. Et, pourtant, c’était bien là que je me rendais. Sans doute parce que les conditions climatiques y étaient plus rudes, et l’oxygène un peu plus rare, ce qui en faisait un endroit idéal pour progresser. C’était bien loin d’être la première fois que nous tentions ce genre d’expérience, car, au fil des mois, les plaines montagneuses étaient devenues notre terrain de jeu favori.

Le matin, j’étais parti particulièrement tôt afin d’éviter de croiser trop de monde. Les températures étaient dans l’ensemble plutôt douces, et le temps ne semblait pas prêt de se dégrader. C’était les conditions idéales pour une petite séance d’entrainement. Je savais que mes partenaires avaient d’ores et déjà hâte de sortir se dégourdir les pattes et les ailes, ce que je ne pouvais que comprendre. Il fallait dire que, malheureusement, je ne pouvais pas tout le temps les laisser hors de leurs pokéballs respectives. La plupart d’entre eux étaient bien trop massifs, et seule Furfur pouvait se permettre d’être suffisamment discrète pour passer le plus clair de son temps dehors. C’était aussi la raison pour laquelle je passais beaucoup de temps dans la nature, au lieu d’avoir simplement loué un appartement. Dormir à la belle étoile avait sans aucun doute ses limites, mais je ne voulais pas d’un endroit où mes partenaires ne pourraient pas vivre avec moi.

Perdu dans mes pensées, je me dirigeais vers une plaine située au bord d’une grande falaise, généralement désertée par la présence humaine, et même par les pokémons d’une manière plus générale. L’endroit était aride, et il n’y avait nulle arbre ou végétation susceptible d’intéresser d’éventuels herbivores. Et comme les herbivores n’y venaient pas, les carnivores ne s’y aventuraient pas non plus. L’entrainement commença rapidement, les combats entre mes partenaires s’enchainant rapidement, jusqu’à ce que, lors d’un affrontement entre Shax et Paimon, une attaque éboulement ne passe par-dessus la falaise, emmenant donc un gros rocher dans le vide. Il fallait faire vite.

« Paimon ! Accroche-toi à moi ! Fur’ ! On y va ! » Lançais-je.

En un instant, la Kaorine fut sur nous, et nous téléporta jusqu’en bas de la falaise avant que le rocher ne l’atteigne. La Minotaupe ne se fit alors pas prier, et, d’un bond, elle se propulsa vers la masse rocheuse qu’elle explosa de sa patte en acier, faisant pleuvoir une multitude de cailloux et de poussière. Elle retomba souplement sur ses pattes arrières, visiblement très fière d’elle, alors que le Libégon accourait avec un air coupable. Je me rendis alors compte que je n’étais pas seul, et que, dernière moi, un homme se tenait encore assis-là. Me grattant l’arrière de la tête, un peu gêné, je lui demandais.

« Vous… n’avez rien ?  » Commençais-je. « Désolé pour ça, ils ont tendance à s’emporter.  »



© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Sam 1 Sep 2018 - 12:30
Jeremiah Summers
Sorti de nulle part, un énorme pokémon s'élance sur le rocher et le détruit en plein vol. Jeremiah a tout juste le temps de se protéger de ses bras avant qu'une pluie de gravier s'abatte sur lui.

Qu'est-ce... Qu'est-ce qui vient de se passer ?

« Vous… n’avez rien ? Désolé pour ça, ils ont tendance à s’emporter. »

Un dresseur, accompagné d'un kaorine. Oh ! Le pokémon qui lui a sauvé la mise doit lui appartenir. Eh beh, heureusement qu'il est arrivé au bon moment celui-là. Il préfère ne pas imaginer ce qui se serait passé sinon. Il ne sait pas trop de quoi il s'excuse, de l'avoir sauvé trop brusquement ?

Il sort son portable de sa poche pour répondre à l'inconnu. Alors qu'il tape, il s'aperçoit qu'il ne sent pas spécialement affolé pour quelqu'un qui vient de frôler la mort. Tout s'est passé si vite qu'il n'a pas vraiment eu le temps d'avoir peur.

Pendant ce temps là, William la bulbizarre a été attirée par le raffut et semble un peu plus affectée par la situation que son dresseur. Elle se met en position défensive entre Jeremiah et le mec louche qui vient de débarquer en même temps qu'un éboulement, tous deux sortis de nulle part. Foi de bulbizarre, c'est suspect ! Jeremiah est un peu étonné de sa réaction. Il s'agit du type qui l'a sauvé quand même. Mais il peut comprendre qu'elle se sente le besoin d'être protectrice. Alors il ajoute une phrase à son message, puis tourne son écran vers l'autre dresseur.

Merci beaucoup, heureusement que tu étais là au bon moment ! Je m'appelle Jeremiah et elle c'est William. Désolé, normalement elle est plus amicale, je pense qu'elle s'en veut de ne pas avoir pu me sauver de l'éboulement elle-même.


C'est en tendant l'appareil devant lui qu'il remarque le gros bleu sur son avant-bras. Et sur son bras. Et l'éraflure sur son poignet. Oh. Oui, une pluie de cailloux, c'est moins dangereux qu'un seul gros caillou, mais ce n'est pas bénin non plus. On dirait bien qu'il est bon pour un petit détour par une clinique ce soir...


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Lun 3 Sep 2018 - 19:54
Alexandre Diame
L'appel de la montagne




Visiblement, il y avait eu plus de peur que de mal. Le jeune homme qui me faisait face ne paraissait pas blessé plus que de raison, ou, du moins il ne l’était pas autant qu’il aurait pu l’être compte tenu du rocher qui venait de s’abattre sur lui. Il allait décidément falloir que je fasse plus attention, et, surtout que j’évite un territoire avec falaise, ne sachant pas ce qu’il pouvait y avoir en dessous. Shax s’était posé prêt de nous, me jetant un regard d’excuse qui me fit éclater de rire. Paimon, elle, s’était assise tranquillement et aiguisait simplement ses lames, ne se concentrant plus sur autre chose que ses pattes faites d’acier. La connaissant comme ma poche, je savais parfaitement qu’elle était fière de son action et que, par pudeur, elle se refusait de trop l’afficher. Tout en flattant l’arrière du cou de mon partenaire dragon, je reportais mon attention sur le dresseur et sur son pokémon.

Lui ne m’avait pas encore répondu, se contentant de pianoter tranquillement sur son portable. Mais le Bulbizarre qui l’accompagnait, lui, ne quittait pas notre petit groupe des yeux, visiblement particulièrement méfiant. Et, en soit, il n’avait pas complètement tort. Après tout, même si nous n’avions pas vraiment d’intentions de nuire, nous avions tout de même causé l’éboulement qui avait menacé son dresseur. Mais au moins, pour l’instant, il n’agissait pas de manière hostile. C’était déjà ça. Il fallut ensuite que le dresseur en question tourne son portable pour que je comprenne pourquoi il ne m’avait pas encore adressé la parole. Me remerciant silencieusement de ne pas lui avoir fait de remarques désobligeantes avant, je portais un regard sur le petit texte qu’il avait écrit à la hâte.

Hum. Il n’avait visiblement pas compris pourquoi sa Bulbizarre était aussi méfiante. Après tout, il était logique de penser que ce qui s’était passé avait été un phénomène naturel. Surtout dans une région montagneuse. Sauf que, cette fois-ci, il ne l’était pas, et son partenaire semblait en avoir bien conscience. Donc tout excusait le pokémon bulbe, et, de nature sincère, je n’allais pas faire croire à son dresseur qu’il en était autrement.

« Euh… Moi c’est Alexandre, et voici Shax, Furfur, et Paimon. » Dis-je en désignant tour à tour les concernés. « Et… n’en veut pas trop à ta Bulbizarre. Je pense que si elle est méfiante, c’est parce que c’est un peu de ma faute si le rocher est tombé. J’étais en train de m’entrainer là-haut. » Dis-je en désignant le sommet de la falaise derrière moi.

Je remarquais ensuite les nombreux bleus qui recouvraient les avant-bras du jeune homme. Me sentant tout de même légèrement coupable – puisqu’il fallait avouer que c’était quand même le cas-, j’approchais pour examiner rapidement ses blessures. Elles n’étaient que superficielles, et je pouvais me targuer d’en savoir quelques chose. J’étais habitué à ce genre de contusion, et avais donc généralement tout ce qu’il fallait pour les soigner dans mon sac.

« Alors, bouge pas, je dois avoir de quoi traiter ça quelque part dans mon sac. » Fis-je en le déposant au sol tranquillement, puis en commençant à chercher à l’intérieur. « Oh et, pour que ça soit plus simple, si tu veux, tu peux parler dans ta tête directement, Fur’ fera la traduction directement. » Lançais-je, avec certes un manque de tact, mais avec une attention focalisée sur parfaitement autre chose.




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Lun 10 Sep 2018 - 16:05
Jeremiah Summers
Jeremiah donne un hochement de tête à chacun des pokémons d'Alexandre à mesure qu'il les présente. Ils ont tous l'air évolués et beaucoup plus forts que ses deux petites plantes. Il se sent un peu intimidé face à ce dresseur puissant.

Et puis Alexandre explique l'origine du rocher qui a failli lui tomber sur le coin du nez. Les yeux de Jeremiah s'écarquillent de surprise et un rire s'échappe de ses lèvres. Il ne saurait vraiment l'expliquer, mais il y a quelque chose de comique à voir ce puissant dresseur s'excuser d'avoir failli le réduire en purée comme s'il s'agissait d'un peu de boue projetée sur sa robe. William n'a pas l'air de trouver ça très drôle, vu la tête qu'elle tire. Elle regarde son maître comme s'il lui manquait un boulon. Ledit boulon s'est probablement perdu dans les débris qui les entourent.

« Alors, bouge pas, je dois avoir de quoi traiter ça quelque part dans mon sac. Oh et, pour que ça soit plus simple, si tu veux, tu peux parler dans ta tête directement, Fur’ fera la traduction directement.  »

"Fur"... ? Jeremiah regarde les pokémons autour d'eux, confus, et accroche le regard de celui qui ressemble à une statue cultiste. Il sent comme une légère pression sur son esprit, un toucher du bout des doigts qui a le goût d'une confirmation.

Un pokémon psy ? Qui peut lire ses pensées ?? Okay, il a entendu dire que certains pokémons psy peuvent faire ça, mais il ne pensait pas... Est-ce qu'il est en train de lire ses pensées, là tout de suite ? Comment il choisit quoi lire ? Est-ce qu'il peut tout lire ?

Ses pensées court-circuitent à l'idée que s'il les formule clairement, elles seront immédiatement retransmises à cet inconnu. Son regard passe du pokémon à son dresseur, désemparé. Mais s'il s'empêche de penser, il n'ira pas bien loin. Donc... Comment ça se passe ? Se demande-t-il. Est-ce que Fur transmettra uniquement ce qu'il veut dire et gardera le reste pour lui ?

Pendant que Jeremiah se prend les pieds dans ses propres pensées, Alexandre sort de son sac des produits de premier secours. Oh, oui. Bonne idée, ils devraient s'occuper de ça. Et il devrait remercier Alexandre pour ça. Comment séparer le flot de ses pensées de ce qu'il voudrait dire... ? Oh, peut-être que... Il tente de visualiser l'écran de son portable dans son esprit, sur lequel serait affiché 'Même si c'était de ta faute, merci de ton aide : )' Avec un peu de chance, ça aidera Fur ? Il ajoute un autre message à son téléphone mental 'Est-ce que ça fonctionne ? Je n'ai jamais fait ça.' qu'il accompagne d'un regard interrogatif.

Cette méthode de communication est déstabilisante, et un peu flippante à vrai dire. Mais si Alexandre n'a accès qu'à ce qu'il veut dire, et pas à la moindre de ses pensées... Il doit avouer que c'est plutôt pratique. Peut-être qu'il devrait essayer de se trouver un pokémon psy...

William a remarqué que son dresseur est soudain mal à l'aise, et elle ne sait pas pourquoi. Cela ne la rend pas moins méfiante vis à vis de cet étranger. Lorsqu'il commence à fouiller dans son sac, elle s'approche un peu de lui pour mieux surveiller ce qu'il trafique. Mais au lieu d'une bombe, ce sont des produits de soin qu'Alexandre sort de son sac. Uh.

...

C'est louche.

La bulbizarre continue de surveiller chaque geste d'Alexandre. Des fois que ce soit une ruse pour achever son dresseur. On ne la lui fait pas, fois de bulbizarre !


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Lun 10 Sep 2018 - 21:32
Alexandre Diame
L'appel de la montagne




Mon sac était plutôt fourni, et je parvenais difficilement à retrouver les bandages et baumes qui me restaient. Ces derniers servaient principalement pour mes partenaires, et nous avions déjà entamé notre voyage d’entrainement depuis plusieurs jours, ce qui limitait désormais considérablement les ressources qu’il pouvait me rester. De l’autre côté, je sentais une légère agitation chez la Bulbizarre du jeune homme et chez son dresseur, que je ne pouvais réellement expliquer. Lisant mes pensées, se fut à ma Kaorine de me répondre.

« Il est un peu perturbé par le fait de devoir parler en pensée, je crois qu’il n’a pas trop l’air de comprendre comment ça marche. » Fit sa voix gutturale. « Quant au… Petit pokémon vert, je crois qu’elle ne t’apprécie pas beaucoup. Et que tu la rends nerveuse. »

« Je vois. » Dis-je, toujours en train de chercher dans mes affaires, un léger sourire aux lèvres. « En même temps, on vient de manquer de tuer son dresseur, je vais pas lui faire un procès. » Répliquais-je mentalement. « Et pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude, c’est relativement normal de ne pas être à l’aise. Surtout si c’est un dresseur qui n’est pas encore expérimenté, tu ne penses pas ? »

Je n’obtins pas de réponses immédiates de la Kaorine, qui se contentait surement de suivre le fil des pensées du dresseur au Bulbizarre. J’ignorais en réalité si elle lui répondait directement, mais, connaissant le caractère posé de ma partenaire, j’étais persuadé que, lorsqu’elle répondrait, elle le ferait pour tous les protagonistes présents.

« Il te dit que c’est gentil, même si c’est de ta faute. » Dit-elle sans détour. « Et il me demande si ça marche, du coup. »

Même si les pokémons psy avaient la faculté de lire sans soucis les pensées des autres, ils ne restituaient généralement que le strict nécessaire. Sans doute que les problèmes humains ne valaient pas grand-chose aux yeux de ces curieux phénomènes. Cette pensée m’arracha un nouveau sourire alors que je répondais mentalement à ma partenaire, trouvant du même coup finalement le reste de mes bandages et de la pommade qu’il me restait dans mes affaires.

« Bah, répond-lui, non ? » Lui dis-je mentalement.

« Oui, je te comprends parfaitement. Pas besoin d’imaginer un téléphone tu sais, tu peux simplement me répondre comme si tu répondais à une voix dans ta tête. » La voix gutturale de la Kaorine résonna alors dans tous les esprits, y compris celui de la petite Bulbizarre.

Les bandages en main, je m’approchais alors du jeune homme pour examiner son bras. Toutefois, je stoppais bien vite mon avancée. Non pas que la Bulbizarre m’inquiétait énormément, mais je préférais ne pas effrayer ou risquer d’énerver davantage le pokémon qui était d’ores et déjà sur la défensive. Après tout, comme je l’avais dit, il l’était surement pour de très bonnes raisons, même si je ne voulais pas vraiment de mal à son dresseur. Lisant dans mes pensées, se fut la Kaorine qui intervint de nouveau.

« Si tu pouvais juste rassurer ta partenaire. » Dit la Kaorine, s’adressant directement au dresseur. « Ce que tiens mon dresseur dans sa main n’est ni du poison, ni quoi que ce soit de dangereux. Après, si tu n’acceptes pas son aide… Tant pis pour toi. »

Une nouvelle fois, le tact légendaire du pokémon psy avait fait son apparition. Dire qu’elle ne s’encombrait pas des convenances d’usage était souvent un doux euphémisme, car, même pour un pokémon psy, son caractère laissait parfois légèrement désirer en société.





© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Mar 25 Sep 2018 - 14:40
Jeremiah Summers
« Oui, je te comprends parfaitement. Pas besoin d’imaginer un téléphone tu sais, tu peux simplement me répondre comme si tu répondais à une voix dans ta tête. »

Jeremiah et William sursautent d'un même mouvement.

"Euh... okay..." Jeremiah pense. répond. les deux.

C'est super bizarre... il pense. pour lui cette fois. du moins il espère.

William a l'air stupéfaite. Elle regarde la Kaorine comme s'il lui était poussé une septième tête. Son expression provoque un ricanement amusé chez son dresseur. Ce n'est pas souvent qu'il la voit figée sur place.

L'attention de William cependant ne reste pas très longtemps concentrée sur la Kaorine puisque le dresseur suspect effectue à nouveau une action suspecte qui mérite un regard suspicieux. aka : s'approcher avec des bandages. Très suspicieux.

« Si tu pouvais juste rassurer ta partenaire. Ce que tiens mon dresseur dans sa main n’est ni du poison, ni quoi que ce soit de dangereux. Après, si tu n’acceptes pas son aide… Tant pis pour toi. »

Jeremiah hoche la tête. La réaction de la Bulbizarre est usuelle, elle considère le protéger comme étant sa mission dans la vie. Après investiguer le moindre brin d'herbe qui bouge bizarrement. Et défier en combat les roucools qui passent. Et les attirer dans ce genre de situation absurde (pour sa défense cette fois-ci c'était la faute de la Granivol). Le protéger est assez loin dans sa liste de priorités en fait, mais quand même.

Jeremiah siffle pour attirer son attention et pointe le sol de l'index pour lui dire de s'asseoir et rester tranquille. William lui lance un regard lui disant bien ce qu'elle en pense hein. Mais elle s'assoit. Et boude. Jeremiah est plus amusé que vexé par son attitude. Il prend note de se faire pardonner plus tard et reporte son attention sur Alexandre.

Il prend possession des bandages du bout des doigts, sans effleurer la peau d'Alexandre. "Merci ! Je vais le faire moi-même."

En partant du poignet pour pouvoir tenir l'extrémité du ruban avec son autre main, il n'a pas trop de mal à le faire tout seul. "J'imagine que tu dois pas croiser beaucoup de gens dans ce coin-là. Je serais jamais arrivé là si mon Granivol nous avait pas perdus." Hé, il commence à prendre le coup de main. Il arrête de... parler ? penser ? le temps d'entortiller le bout du bandage dans un nœud satisfaisant et de commencer l'autre bras. "On est pourtant pas si haut que ça. J'ai vu des gentianes, des rhododendrons sauvages, on ne doit pas être à plus de 2300 mètres, mais c'est loin de la route."

Et voilà, bras bandagés. Il doit toujours avoir du gravier plein les cheveux, mais c'est moins important. Et William boude un peu moins. Que de progrès.


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Mer 26 Sep 2018 - 20:08
Alexandre Diame
L'appel de la montagne




Avançant vers le jeune homme, je pus entendre un léger sifflement lorsqu’il fit assoir sa Bulbizarre, visiblement plutôt mécontente de la réaction de son dresseur. En un sens, je me sentais un peu désolé pour elle étant donné que son attitude restait plutôt logique compte tenu de la situation, mais, si elle me barrait la route, j’allais avoir bien du mal à soigner son dresseur. Cependant, ce dernier semblait assez méfiant également, prenant simplement les bandages de ma main. Je haussais les épaules. Après tout, s’il préférait se soigner lui-même, je n’allais pas vraiment objecter. Sa pensée, transmise par Furfur, m’arracha un léger sourire. Le jeune homme semblait prendre peu à peu l’habitude de converser ainsi.

La première chose qui était à noter, c’est que la Bulbizarre n’était pas son seul pokémon, puisqu’il avait suivi un Granivol. Je comprenais ainsi mieux la raison inopportune et malchanceuse de sa présence ici. Il était bien loin des routes classiques, et se balader sous une falaise était généralement une mauvaise idée en montagne, surtout lorsqu’on connaissait la faune plutôt… agressive des hauts plateaux et des parties rocailleuses. Me repositionnant vers mes coéquipiers avant de m’adosser contre un arbre, je reportais mon attention sur le jeune homme.

« Oh. Mais je ne viens pas de tout à côté. » Dis-je, amusé, en indiquant le haut de la falaise sous laquelle nous nous trouvions. « C’est généralement une zone que les gens évitent, ce qui en fait une zone de prédilection pour pouvoir s’entrainer. Enfin… Sauf cas d’accidents comme celui-là, qui sont heureusement plutôt rares. »

Je vis alors Furfur disparaitre un instant, pour revenir avec le reste de mon équipe laissée un peu plus haut. Il fallait dire que notre conversation commençait à durer et je n’allais pas non plus les laisser m’attendre trop longtemps sans leur donner de nouvelles. L’Hippodoccus, le Laggron et le Tyranocifs arrivèrent donc en un éclair, puis, remarquant qu’il ne se passait finalement pas grand-chose d’intéressant, se dispersèrent dans les environs. Seuls Shax et Caim demeurèrent à mes côtés, alors que les autres partirent se prélasser au soleil pour profiter d’un repos imprévu durant notre séance d’entrainement. Une fois que je fus sûr qu’aucun d’entre eux ne risquait de déclencher une nouvelle catastrophe, je reportais mon attention sur ledit Jeremiah qui se trouvait en face de moi.

« Et du coup, ce Cotovol, tu as réussis à le rattraper en final ? » Dis-je, ne voyant pas ledit compagnon près de lui. « Et ta partenaire peut se détendre, elle n’a pas non plus besoin de rester assise dans son coin. Encore une fois je… ne dirais pas que tu ne risques rien, mais je ne compte absolument rien faire de mal. » Dis-je avec une pointe d’amusement. Après tout, c’était rarement moi qui cherchait les problèmes, mais généralement bien plus eux qui parvenaient à me trouver.



© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Ven 5 Oct 2018 - 14:55
Jeremiah Summers
Jeremiah suit le regard d'Alexandre vers le haut de la falaise. Ah oui, ça fait haut. Y a-t-il seulement un chemin menant à son terrain d'entrainement ? Pas étonnant qu'il soit rarement dérangé.

Soudain, une horde de gros pokémons fait son apparition. Jeremiah sursaute de surprise. Ils sont à lui, tous ceux-là ? Ouah. Il sait que la taille ne fait pas le pokémon, mais quand même... Il est fort comment, cet Alexandre ?

William aussi est intéressée par l'arrivée de l'équipe. Elle regarde chaque arrivant avec de grands yeux tous pleins d'étoiles. Qu'est-ce qu'ils sont grands et qu'est-ce qu'ils ont l'air forts et qu'est-ce qu'elle a envie d'aller dans leurs pattes pour aller voir ça de plus près ! Et c'est ce qu'elle s'apprête à faire, juste avant de se rappeler qu'elle est supposée rester assise. Elle jette un coup d'œil à son humain pour jauger si désobéir à l'ordre de rester assise lui causerait des problèmes.

« Et du coup, ce Cotovol, tu as réussis à le rattraper en final ? »

Jeremiah soupire et ressort la pokéball de son sac, tout en la tenant fermement dans son poing pour lui ôter l'envie de s'ouvrir toute seule.

"Oui, mais j'aurais aussi bien fait de la laisser courir. Je n'avais pas particulièrement envie de la capturer et elle ne m'attire que des ennuis. Mais elle est vraiment attachée à moi pour une raison obscure et je n'ai pas envie de lui briser le cœur..."

« Et ta partenaire peut se détendre, elle n’a pas non plus besoin de rester assise dans son coin. Encore une fois je… ne dirais pas que tu ne risques rien, mais je ne compte absolument rien faire de mal. »

Ah oui, agrée Jeremiah en pensée, maintenant qu'il s'est occupé de ses bras il n'a plus besoin que William... eeet elle est déjà partie toute seule de toute façon. Pas très étonnant, rester tranquille plus de deux secondes c'est déjà un exploit pour elle. Jeremiah fait un geste dans la direction de son Pokémon avant de se rappeler que, hey, il peut communiquer en pensée.

"Elle n'a pas besoin qu'on lui dise de ne pas rester assise dans son coin. J'espère juste qu'elle ne va pas trop embêter tes compagnons."

En même temps il la comprend. Lui aussi il a envie d'aller les voir de plus près. Mais abandonner une conversation en plein milieu ça ne se fait pas, non ?

"Avec une équipe pareille si tu comptais me faire du mal je le saurais déjà. Tu es dresseur depuis longtemps ? Tes pokémons sont..." même en pensée, ses difficultés à former des phrases finissent par le rattraper et il lui faut quelques secondes pour trouver le mot qu'il cherche "impressionnants."

Pendant ce temps-là, William s'est mise dans les pattes de la grosse créature grise appelée Caim. Elle en fait deux ou trois fois le tour juste pour être sûre de n'avoir pas raté d'élément important. Et elle lui pouic la patte du bout de la liane pour faire bonne mesure. Elle ne sait pas trop ce que c'est que ce gros machin, mais elle compte bien le découvrir !


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Dim 7 Oct 2018 - 11:21
Alexandre Diame
L'appel de la montagne




Le jeune dresseur avait déjà réussi à rattraper son pokémon fuyard, c’était un bon point. Gérer une équipe était souvent bien plus compliqué qu’il n’y paraissait, même pour les plus petits pokémons. Isara avait eu des problèmes avec un Galvaran, et Nana avec une Mysdibulle, qui n’étaient pas réputé pour être des pokémons aux physiques de colosses. S’occuper de ces créatures semblait réellement être parfois un emploi à plein temps.

Dans tous les cas, l’arrivée de mes autres partenaires semblait avoir captivé le petit duo. La Bulbizarre ne semblait plus vouloir rester dans son coin, mais jetais régulièrement des regards à son dresseur l’air de lui demander une éventuelle permission. Permission qu’elle n’avait, au dire de son dresseur, visiblement pas besoin d’avoir pour bouger. Alors que son dresseur me posait une question qu’on me posait finalement assez souvent, la Bulbizarre était partie inspecter le grand Laggron gris, qui l’observait arriver sans bouger. Non pas que le poisson-boue était effrayé, plutôt qu’il craignait de la blesser sans le faire exprès en se déplaçant. Shax, généralement assez protecteur, veillait d’un œil à ce que la Bulbizarre ne risque pas de souffrir d’un coup malencontreux de son équipier. Caim était légèrement gêné, mais se laissait tranquillement inspecter, inoffensif. Voyant que le pokémon du jeune homme ne craignait rien, je reportais mon attention sur lui pour répondre à sa question.

« Alors… Je suis arrivé à Mhyone il y a environ un an, et j’ai commencé à peu près au même moment à être un dresseur. Au début, je n’avais que mon Libégon, enfin, à l’époque, mon Kraknoix. Tous les autres viennent de l’île ! »

Sa réflexion suivante m’arracha un léger sourire. En tant que spécialiste du type sol, il était vrai que j’avais constitué une équipe relativement massive. Le type en question voulait sans doute un peu ça, mais chacun de mes partenaires m’avaient en quelque sorte rejoint par hasard. Ils s’étaient trouvés sur ma route et avaient finalement accepté de m’accompagner. Si mes quatre premiers partenaires avaient été, effectivement, plutôt massifs, la Minotaupe et la Kaorine arrivées en dernières avaient ajouté une petite dose de subtilité et de finesse à l’équipe. Mais elles étaient loin de ne pas être redoutables pour autant. Je reportais alors mon attention sur le jeune homme, surveillant toujours du coin de l’œil le trio.

« Disons que… Je suis un spécialiste du type sol, enfin, quelque chose du genre, et que du coup les pokémons qui me sont liés sont souvent assez massifs. » Dis-je, amusé. « Mais toi alors ? Tu as commencé il y a longtemps ? Et tu es venu à Mhyone pour la ligue ou tu viens simplement faire un petit peu de tourisme ? »




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Dim 7 Oct 2018 - 22:06
Jeremiah Summers
Un an. Toute cette puissance, toutes les heures d'entrainement que Jeremiah peut facilement imaginer... en seulement un an.

Jeremiah est arrivé sur Mhyone au printemps. Il est là depuis plus de six mois et n'a rien pour en témoigner. Le temps lui a filé entre les doigts.

Mais en même temps, il n'est pas comme Alex. Il n'est pas "vraiment" un dresseur. Jeremiah se secoue mentalement et se reconcentre sur leur conversation.

« Disons que… Je suis un spécialiste du type sol, enfin, quelque chose du genre, et que du coup les pokémons qui me sont liés sont souvent assez massifs.  »

Oh, le type sol donc. Il ne connait pas assez bien les pokémons face à lui pour avoir pu deviner ça tout seul.

« Mais toi alors ? Tu as commencé il y a longtemps ? Et tu es venu à Mhyone pour la ligue ou tu viens simplement faire un petit peu de tourisme ? »

Son anxiété vient repointer le bout de son nez. Il n'a pas trop envie de se comparer à Alexandre. Le résultat ne serait pas glorieux. Il n'est certainement pas venu pour la ligue, est-ce que tourisme est le mot approprié ? Ses pensées s'emmêlent entre les différentes questions d'Alex et leurs multiples réponses possibles. Il secoue son bâton de pluie de droite à gauche pour aider à classifier ses idées.

Il lui faut un peu de temps avant qu'il parvienne à ordonner ses pensées en mots et ses mots en phrase. Mais il arrive à un résultat satisfaisant, et c'est déjà pas mal.

"Je ne suis pas vraiment dresseur de pokémon à vrai dire, ce n'est pas ma spécialité. Je m'intéresse davantage à la botanique."

Ce n'est pas toute l'histoire. Il y a eu l'aéroport, il y a ce courant électrique juste sous sa peau qui lui dit de faire quelque chose mais il ne sait pas quoi. Et il serait bien incapable d'expliquer tout ça. Alors il s'arrête là.

Enfin presque. Il fait un geste en direction de William.

"C'est plutôt elle qui aime les combats pokémon. Alors j'étudie un peu ça pour pouvoir mieux la guider. Mais ce n'est pas..." Les mots lui échappent. Pas son point fort. Pas le focus de ses journées. Pas ce en quoi il peut devenir un spécialiste en un an d'entrainement intensif. Il hausse les épaules, espérant que son geste ait plus de sens que ses mots. Puis soudainement, une formule lui vient.

"Si tu es "quelque chose comme" un spécialiste sol, je suppose que je suis "quelque chose comme" un dresseur..."

William, elle, face des challenges bien différents. Voyant que la cible de son attention ne s'offusque pas trop de s'être fait pouiquer par sa liane, elle laisse son enthousiasme s'emparer d'elle. Avec la rapidité dont les petits pokémons ont le secret elle utilise ses lianes pour se hisser sur le dos de Caim. Ouah ! Qu'est-ce que c'est haut ! Qu'est-ce que c'est cool ! Elle agite une liane en direction de son dresseur comme un enfant sur un manège. Ce qui est un assez bon résumé de la situation.

Maintenant qu'elle est là-haut, l'étape suivante et logique est d'aller encore plus haut ! Alors elle tend ses lianes en direction du pokémon volant. Parce que voler, wouah ! Ça doit être encore plus cool ! Et plus haut ! Et plus beaucoup de choses !


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Lun 8 Oct 2018 - 18:23
Alexandre Diame
L'appel de la montagne




La réponse semblait nécessiter un peu plus de temps de réflexion pour le jeune homme. Furfur pouvait certes être intrusive, je savais qu’elle ne suivrait que l’essentiel de son fil de pensée pour me restituer simplement ses paroles. Le but n’était pas de me traduire chacune des pensées du dresseur, mais simplement de nous permettre de communiquer plus facilement. J’attendis donc patiemment qu’il ne les formule, et laissait ensuite la Kaorine me les transmettre.

Un botaniste, donc. C’était intéressant, et je devais bien avouer n’en avoir jamais réellement rencontré. Bien sûr, il y en avait parmi les scientifiques que j’étais souvent amené à aider, Mais il ne me semblait pas avoir un jour prit le temps de discuter avec eux. Non pas que la discipline ne m’intéressait pas, mais je devais tout de même avoir un intérêt bien plus prononcé pour la géologie ou l’archéologie, qui étaient davantage dans ma « branche ».

Cependant, contrairement aux scientifiques lambda que je rencontrais, il avait visiblement avec lui une petite équipe de pokémons, dont, à ses dires, au moins une qui appréciait le combat. Je ne pouvais d’ailleurs constater avec soulagement qu’elle n’avait pas foncé dans le tas à la première occasion, car la Mysdibule de Nana avait âprement regretté d’avoir foncé sur Zépar, mon Hippodoccus. Si la Bulbizarre aimait les combats, elle avait visiblement suffisamment de discernement pour ne pas s’en prendre à n’importe quel pokémon, ce qui était rassurant et pour elle, et pour son dresseur. Reportant alors mon attention sur ce dernier, je lui répondais.

« Un botaniste ! C’est plutôt cool ! J’avoue que je ne suis pas un spécialiste de la flore Mhyonaise, mais j’imagine qu’elle doit être suffisamment atypique pour t’avoir donné envie de faire un voyage comme celui-là. » Dis-je, amusé. « Et, pour ce qui est de devenir dresseur, c’est juste beaucoup de persévérance. On a tous eu des difficultés à nos débuts, et je suis loin d’échapper à cette règle, crois-moi ! »

J’observais toujours le manège des pokémons à nos côtés, amusé par la situation. Non contente d’avoir pu approcher le Laggron, la Bulbizarre s’était mise en tête de grimper au sommet du poisson-boue pour y admirer la vue. Caim n’osait pas trop bouger de peur de faire tomber la téméraire pokémon plante, mais se fut surtout Shax qui vint finalement à sa rescousse. Le Libégon semblait nettement plus à l’aise et permit à William de grimper sur son dos. Une fois qu’il fut sûr qu’elle était bien installée, le Dragon se mit à battre légèrement des ailes pour décoller du sol d’un petit mètre, et ainsi montrer à la Bulbizarre comment était la sensation de voler. Une fois que ce fut fait, il se reposa doucement au sol pour lui permettre de redescendre.




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremiah Summers
Région d'origine : Kantô
Jeu 11 Oct 2018 - 11:43
Jeremiah Summers
C'est plutôt cool !

Jeremiah cache son sourire gêné derrière son bâton de pluie. C'est plutôt cool ! Personne ne lui a jamais dit qu'il était cool !

Il se lance dans une longue explication des différents biomes de Mhyone en sa qualité de région insulaire d'origine volcanique mais les premiers mots de sa tirade mentale se téléscopent avec le début de la phrase suivante d'Alex. Du coup il s'interrompt avant que la Kaorine commence à retransmettre ses paroles.

« Et, pour ce qui est de devenir dresseur, c’est juste beaucoup de persévérance. On a tous eu des difficultés à nos débuts, et je suis loin d’échapper à cette règle, crois-moi ! »

Jeremiah hoche la tête. "Ça je n'en doute pas. La vie c'est toujours difficile."

Il pourrait continuer la conversation sur ce sujet. Mais Alex lui a posé une question sur la flore Mhyonaise et son obsession botanique ne peut être contenue très longtemps. "Mais au moins ici la météo est agréable. Mhyone est une île d'origine volcanique, caractérisée par sa forte élévation. C'est une topographie similaire à Hoenn, si tu connais, mais Mhyone est située plus loin de l'équateur et sous l'ombre pluviométrique de Sinnoh du coup le climat y est plus sec et se rapproche davantage des climats méditerranéens. Et qui dit origine volcanique dit élévation et sol riche, donc davantage de biomes et la présence d'espèces plus rares et fragiles. Et comme la faune dépend de la flore sur laquelle elle se nourrit, Mhyone se retrouve aussi avec une grande variété de Pokémons. À vrai dire j'ai vraiment hésité entre Mhyone et Hoenn, il y a de grandes similarités, mais je suis tombé par hasard sur un article sur la plage Hibiscus, et puis il y a Port Lilas, comme c'est un terrain argileux c'est... enfin, bref..."

Il le sait, monologuer sur les écosystèmes, ça ennuie les gens. Une conversation doit aller et venir entre les deux participants et évoluer autour d'intérêts communs. Pas que les siens. Il a appris tout ça. Mais c'est vraiment, vraiment difficile de s'empêcher de parler de sa passion.

Du côté de William, c'est trop l'éclate !

Contrairement à ses attentes, le Pokémon qui vole ne s'est pas mis hors d'atteinte de ses lianes. Au contraire il s'approche et lui présente son dos.


Pas besoin de lui dire deux fois ! Elle bondit sur le dos du Libégon ! Son enthousiasme rend leur position extrêmement précaire pendant quelques instants mais heureusement la maîtrise de Shax leur permet de rester dans les airs. William a des étoiles plein les yeux pendant son petit tour de manège. Elle regarde partout, en haut, en bas, et semble en particulier ravie d'être maintenant plus grande que son dresseur. C'est elle la plus grande, la plus forte, la plus aventureuse !

Lorsque Shax se pose William saute à terre et va faire la fête à son dresseur. Elle sautille tout autour de lui en lançant des "Ba ba ba ba ba !" surexcités. Jeremiah rigole avec elle. "Remercie tes Pokémons pour elle, visiblement ça lui a plus. Je n'aurais pas pensé que des Pokémons aussi grands puissent aussi être calmes et délicats. Ça fait partie de leur entrainement je suppose. C'est peut-être bizarre mais en un sens je trouve ça plus impressionnant que tirer des lasers ou démolir des montagnes."

Ses pokémons à lui en tout cas ne sont ni gros ni délicats. Il faudra qu'il règle le second point avant de songer au premier. Faire ça dans l'autre sens doit amener à pas mal de dégâts.


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Jeu 11 Oct 2018 - 17:32
Alexandre Diame
L'appel de la montagne




La leçon sur l’écosystème mhyonais était particulièrement intéressante, et je l’écoutais avec attention. Après tout, j’avais déjà pu constater certains de ces faits de mes yeux, mais jamais je n’en avais fait une analyse aussi poussée. Sans compter que tout ce qui attrayait au climat, à la météo ou à la pluviométrie était loin, très loin d’être ma spécialité. Mais son explication trouvait un sens, pour moi, tout particulier. Si j’appréciais tant l’archipel, c’était en y repensant parce qu’effectivement, ses biomes, son climat, et ses contrées me faisaient légèrement penser à celles d’Hoenn. Avec certes quelques petites différences, mais qui étaient à mes yeux surtout des détails. Je ne pus m’empêcher de m’amuser sur le fait que le jeune botaniste soit sans doute tombé sur le seul dresseur ayant grandi loin de toute espèce de végétaux. Il fallait dire que le désert Hoennien était particulièrement aride, et que les plantes y étaient particulièrement rares.

Je n’eus toutefois pas le temps de répondre au jeune homme que sa Bulbizarre revenait vers nous en courant, visiblement enchantée par son court voyage sur le dos du Libégon. La remarque du dresseur m’arracha alors un nouveau sourire. S’ils pouvaient parfois être maladroits, mes pokémons, ou les pokémons massifs d’une manière générale, étaient bien loin d’être des bêtes sanguinaires. Leur apparence avait certes de quoi impressionner, voir intimider, ils étaient loin d’être les destructeurs que l’on pouvait imaginer. Du moins, pas dans la vie de tous les jours… Reportant mon attention sur le jeune dresseur, je lui adressais un léger clin d’œil malicieux avant de lui répondre.

« Oh, tu sais, ils ne sont pas tout le temps comme ça… » Commençais-je, avec un brin de malice dans la voix. « Plus sérieusement, contrôler leur force est essentiel. Lorsque j’étais un dresseur moins expérimenté, nous avions tendance à générer de… sérieux dégâts autour de nous. Donc on a tous apprit à faire attention au quotidien, et surtout à ne pas se battre n’importe où… » Je regardais alors le haut de la falaise, avant de reporter mon attention sur le botaniste. « … bon là, d’accord, c’est pas très bien tombé. Mais ils savent parfaitement se contrôler d’une manière générale. Certains sont juste plus boudeurs que d’autres ! »

Repensant alors à son discours sur le climat Mhyonais, je repris sur un sujet qui me tenait un peu plus à cœur.

« D’ailleurs, j’y repense, mais je suis originaire d’Hoenn. Je viens d’un peuple qui vit dans le désert. Donc je dois t’avouer que je ne m’y connais pas trop en plante. Cela dit, je ne désespère pas, vu que j’ai prévu d’entrainer un Tortipousse un de ces quatre, il va bien falloir que je finisse par m’y mettre ! »



© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Mhyone :: Réseau routier :: Route 4-
Sauter vers: