HAUT
BAS

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez
Un Présent du Passé au Futur (Partie 1)
Un Présent du Passé au Futur (Partie 1)
Jeu 20 Sep 2018 - 20:19
Région d'origine : Hoenn
Messages : 201

Benjamin Makuno

Benjamin Makuno

L'observatoire de Elerya suscitait une renommée qui n'était plus à faire, et je devais m'avouer m'être senti passablement stupide d'avoir eu à flâner sur le Poryweb pour me renseigner sur des éventuels travaux de résurrection de fossile. En effet, j'avais passé beaucoup de temps dans cette ville de montagne il y'avait de cela plusieurs mois, mais mon ermitage au Mont Kaygon m'avait suffisamment occupé l'esprit pour ne pas avoir à penser, sur le moment, aux différentes recherches qui pouvaient se dérouler dans un tel lieu. Géré par Jerry Vive, scientifique de renom au même titre qu'Acacia bien que leurs caractères soient sensiblement différents, l'Observatoire n'avait été à mon sens qu'un lieu de recherches en tout genre, probablement centrées sur l'étude des astres, que cela soit d'un point de vue astrologique, astronomique, ou même de par l'étude des pokemons qui selon certaines rumeurs en découleraient. Et c'était effectivement une des tâches qui incombaient à l’édifice et à ceux qui l'occupaient.  De plus, je savais également que de multiples travaux, en tout genres, étaient parfois émis par la structure en manque de temps pour pouvoir investiguer sur toutes les choses qui pouvaient parfois les intéresser de près ou de loin. Mais pour les fossiles...

Il y'avait de cela bien peu de temps, suite à ma petite virée sur l’île Mirabèce à l'occasion de la soirée de Rencontre organisée par la ligue notamment, j'avais eu l'occasion de me promener un peu, notamment au casino de la ville voisine, Médéa... Mais j'avais surtout eu l'improbable chance de pouvoir mettre la main sur un fossile en bon état d'un spécimen de nos jours éteints, à savoir Kabuto. La pierre, en partie bombée, laissait deviner la carapace caractéristique du spécimen, tandis que les fines silures qu'on pouvait apperçevoir ci et là semblaient être les marques des pattes de la créature. C'était fascinant, ne serait-ce que sous simple forme rocheuse... Mais pas autant que l'éventualité de pouvoir en observer un de mes propres yeux. Disparus de nos jours, beaucoup de pokemon déclarés "fossiles" avaient suscité un intérêt tout particulier de scientifiques à travers le monde, poussant la recherche à innover dans ce secteur... Ce qui avait abouti à l'un des plus incroyables progrès scientifique qui soit. Dans certaines structures, comme c'était le cas à Mérouville, dans ma région natale, on avait pu voir de complexes machineries émerger afin de littéralement recréer la vie à partir de fragments, ou en l’occurrence, de fossiles...

Et telle était la raison de ma présence en cette ville, toujours aussi glaciale malgré la saison pourtant encore relativement estivale par ailleurs. Tandis que je passais les portes de l'observatoire, je me dirigeais vers l'accueil au publique du bâtiment. J'étais pour une fois tout à fait à l'heure et même un peu en avance, ce qui en disait long sur mon état d'intérêt pour ce que j'apprêtais à faire. M'adressant à la réceptionniste qui m'invita à la parole, j'eu du mal à retenir mon flot de paroles, un peu trop rapides pour être totalement naturelles.


- Bonjour ! Benjamin Makuno, j'avais pris rendez-vous avec un spécialiste des fossiles, dans l'éventualité de pouvoir ramener à la vie un spécimen dont j'ai pu faire l'acquisition.


De ce que je pouvais comprendre du sourire de la jeune femme, j'avais effectivement eu quelques difficultés à contenir mon excitation, moi qui tâchait en général de me montrer le plus posé possible. Mais après tout, si elle travaillait dans un tel lieu de savoir, elle ne pouvait que comprendre : L'excitation de la découverte, l'impatience du scientifique... Un défaut commun. Oh, bien sur, je n'étais pour l'heure pas vraiment ce que l'on pourrait officiellement appeler un scientifique, mais je travaillais sur ce point avec ardeur, tout autant que je pouvais travailler le développement des capacités de mon équipe en tant que dresseur, même si c'est ce point qui avait prit le dessus récemment. Raison de plus pour cette petite piqûre de rappel ! Tandis que la jeune femme m'indiquait d'aller m'asseoir un peu plus loin dans le hall avant que je ne sois reçu par un docteur dont je n'avais pas vraiment retenu le nom.

Celui ci ne tarda pas trop à me rejoindre, bien que l'attente pourtant courte me parut être des plus interminables. M'invitant à le suivre dans son laboratoire, j'eu à gravir quelques marches dans l'immense bâtiment visiblement encore en travaux par endroits - j'avais entendu dire que les événements mettant en cause Anima avaient causé un sacré foutoir dans le coin - pouvant constater au passage la beauté des lieux. Une luminosité certaine, le bâtiment étant partiellement fait de verre, et une décoration futuriste qui dénotait pas mal avec la plongée dans le passé que je m'apprêtait à faire. Pénétrant la pièce où m'invita le chercheur qui m'accompagnait, je pu constater de mes propres yeux la présence de cette immense machinerie, indéchiffrable pour mes connaissances encore trop peu entraînées. Néanmoins, de petites verrières où une végétation dense et tropicale poussait donnait à la pièce un côté magique, tandis que des bruits dont je n'arrivais pas à analyser la provenance s'élevaient de ci et là.


- Alors, Monsieur Makuno, il paraît que vous avez un spécimen à me montrer ?

- Oh, oui, attendez... Voilà. Regardez. J'ai eu l'occasion de mettre la main dessus récemment au détour d'une... aventure heureuse. Il s'agit d'un fossile de K...

- Un fossile de Kabuto, oui ! Tout à fait remarquable ! Dans un état de conservation des plus surprenants. Une pièce d'une rareté sans pareille ! Je pourrais surement vous en faire un prix des plus alléchants, on ne compte pas face à pareille beauté !

- Oh. Euh... Non, il y'a erreur, je ne souhaite pas le vendre.


J'étais passablement redescendu sur terre face au choc que m'avait octroyé la proposition du scientifique : Certes, je ne possédais que bien peu d'économies, et la plupart étaient d'ailleurs parties au Casino afin de pouvoir acquérir ce fabuleux trésor... Bon nombre auraient sans doutes profité de l'occasion pour se faire un maximum d'argent, surtout qu'un type bossant pour l'Observatoire d'Elerya semblait en pleine extase face au fossile. Néanmoins... Ce n'était pas ce que j'étais venu chercher ici. Je pouvais lire la déception dans le regard du scientifique, qui me dévisagea avec insistance, comme pour me faire comprendre ce que je venais de dire. Néanmoins, je n'avais pas de remords face à cette décision : Il finit par le comprendre lorsque, lâchant un soupir, l'homme me tendit le fossile, presque à contrecœur.


- Comme vous voulez... Mais vous n'imaginez pas à côté de quoi vous passer. Que me vaut donc votre venue en ces lieux, alors, Monsieur Makuno ? Vous sembliez déjà connaître le spécimen qu'avait autrefois pu être ce fossile ?

- Eh bien... J'aurais aimé, voyez vous... le ramener à la vie.


Nouveau regard perçant du scientifique, dont la moue boudeuse et presque agressive se fendit d'un léger sourire suite à ma phrase. Pour ma part, c'est avec stupeur que je venais de comprendre les différents bruits que j'avais enregistré plus tôt : Parmi les multiples vivariums qui parcouraient la pièce, certains étaient en réalité occupés... par des espèces revenues du passé. C'est ainsi que je pu voir un Anorith taper la vitre de sa griffe d'un air impatient. Néanmoins, pas la moindre chance que la vitre ne se brise, au vue de l'épaisseur apparente de cette dernière. Tout l'endroit semblait des plus sécurisés, de ce que laissaient supposer les différentes caméras et systèmes de sécurité au niveau des issues ou des "box". Pas étonnant en soit. Si un fossile était quelque chose de très cher et prisé, un spécimen vivant l'était bien plus encore... Le scientifique, néanmoins, ne répondit pas tout de suite à l'évocation de mon souhait. S'avançant dans les allées d'un air réfléchi, je le vis sortir un carnet de sa poche, où il se hâta de griffonner quelques mots à l'aide du stylo qu'il portait à la boutonnière de sa blouse. Il réitéra l'opération en passant devant l'Anorith qui tapotait à la vitre de sa cage.


- Il s'agit là d'une opération complexe... et particulièrement coûteuse, vous l'imaginez bien. De plus, je dois vous dire que les sujets réanimés ne sont pas toujours très... faciles à approcher. Comprenez : Il n'y avait pas d'êtres humains. Pas de villes. Pas de pokeballs. Tout était bien différent, c'était la vie sauvage, la loi du plus fort... Vous êtes dresseur, de ce que je peux deviner aux pokeballs à votre ceinture. Je crains que vous ne puissiez pas entraîner ce Kabuto comme vous semblez le souhaiter...


Si je n'appréciais pas trop le petit ton que l'homme prenait au fur et à mesure de son explication, à la limite du mielleux et semblant presque se venger de mon refus de lui vendre le fossile, je pris un temps de réflexion, observant la pièce et ses occupants, marchant entre les allées moi aussi. Il avait bien sûr raison : la vie sauvage d'autrefois n'avait rien avoir avec la vie de maintenant, bien plus liée aux humains, aux relations avec autrui et à la technologie, omniprésente qu'on le veuille ou non. M'écouterait-il si je lui donnais un ordre ? Certainement pas. Pour survivre, ces pokemons avaient appris à devenir les plus forts, les prédateurs, les alpha... Et je ne connaissais que trop bien les dangers que pouvaient représenter un pokemon non contrôlé et non contrôlable. Sans doutes serait-ce même pire que pour Mimiqui... Je faisais les sens pas au fur et à mesure de ma réflexion, marchant dans les allées, observant les spécimens présents. Puis je marquais l'arrêt, me retournant vers mon interlocuteur... un sourire sur mon visage.


- Vous avez tout à fait raison, mais je ne vous cacherais pas que je me doutais déjà de tout cela. Aussi, j'aurais une... proposition à vous faire. Un marché d'homme de science à homme de science, qu'en dites vous ?


La vérité, c'était que j'avais beau sembler soucieux en réfléchissant à tout ce que venait de me dire le scientifique... Je savais déjà tout ça. Depuis bien longtemps déjà, bien avant d'arriver à Elerya. C'était un sujet qui m'était venu lorsque je réfléchissais à l'éventualité de le ramener à la vie. Pas besoin d'être docteur pour comprendre les points problématiques que cela pouvait soulever. Et puis, bien sur, il y'avait le problème de l'argent... Mais j'avais eu une idée. Et de ce que j'avais pu voir en faisant mon petit tour d'un air soucieux... La chance, facteur clé de mon idée, semblait me sourire aujourd'hui.


- Je vois que vous ne possédez pas de spécimen de Kabuto, ce qui explique le grand intérêt que vous portiez à mon fossile. Aussi, je vous propose de le ramener à la vie. Gratuitement. En contrepartie, je m'engage à vous le laisser le temps qu'il se familiarise au contact humain, et à la technologie de notre époque. Vous pourrez l'étudier autant que cela vous chante. Deal ?


Une idée que je trouvais brillante, mais qui comprenait malgré tout un léger risque : Je ne savais pas vraiment quel traitement le scientifique pouvait réserver à Kabuto, et je n'étais pas sur que ce dernier ne le traite bien. Cependant, mon petit tour m'avait permis de mieux observer les "biomes" d'habitat des pokemons ramenés à la vie. Et ils semblaient pour la plupart relativement heureux, à part cet Anorith visiblement bougon. De grands espaces, de la nourriture en abondance, une hygiène impeccable... J'étais scientifique moi même, et je parais sur une chose : Lorsqu'un scientifique était passionné par un sujet, il pouvait en effet parfois se montrer assez fougueux sur le sujet, avec risque d'un peu s'emporter, comme cet homme l'avait fait avec sa façon particulière de me présenter les choses... Mais il n'en restait pas moins passionné, et de par ce fait, ne vouait sans doutes qu'un respect sans failles aux dits pokemons fossilisés. Le docteur sembla réfléchir un moment, avant qu'un nouveau sourire ne fende son visage, loin d'être malsain cette fois, mais rayonnant.


- Vous avec du cran, Monsieur Makuno, mais vous me plaisez, et vous comprenez vite les choses. J'accepte votre offre, et je vous en remercie même. Un Kabuto... C'est magnifique. Néanmoins, tout cela risque de potentiellement prendre du temps.

- Qu'à cela ne tienne, je vous le confie. Je compte juste sur vous pour en prendre le plus grand soin, et grâce à ces merveilles de visioconférences, je compte sur vous pour me laisser prendre régulièrement des nouvelles !

- Comme de la prunelle de mes yeux ! Ça me convient parfaitement.

- Alors faisons ça. Merci, Docteur...


Une poignée de main virile s'échangea entre le docteur et moi, tout les deux ravis d'avoir trouvé un accord. L'atmosphère était bien plus amicale et cordiale qu'à l'arrivée dans ce bureau... Commun pour un accord à négocier qui se solde par une victoire pour les deux partis. Je vis néanmoins mon interlocuteur pousser un petit soupir de dépit en voyant que je n'avais même pas retenu son nom, ce qui n'entacha néanmoins visiblement pas sa joie.


- Smith. Mais appelez moi Roger.

- Eh bien, merci Roger.


Après un nombre important d'échanges de banalités, j'appris que Roger allait devoir se rendre à un rendez-vous avec ses collègues afin de parler de la nouvelle acquisition de l'observatoire, collègues qui semblaient très empressés de discuter avec lui de tout cela. Aussi, après avoir pris nos numéros respectifs, je me décidais à quitter le centre, lui confiant donc ainsi le fossile de Kabuto. Cela pourrait s'avérer long, mais je le savais désormais entre de bonnes mains, jusqu'à ce qu'il ne soit prêt à rejoindre mon équipe... et jusqu'à ce que je le sois aussi.


HRP:
 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: MHYONE :: Elerya :: L'Observatoire-
Sauter vers: