HAUT
BAS

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
New World [SOLO]
New World [SOLO]
Mer 3 Oct 2018 - 9:55
Région d'origine : Hoenn
Messages : 1076

Alexandre Diame

Alexandre Diame
New world



Je posais finalement le pied sur l’île volcanique après la petite heure de vol nécessaire pour m’y rendre. L’endroit était totalement désert et, pour cause, le petit monceau de terre ne devait pas faire plus qu’une vingtaine d’hectares. Constituée d’un ancien petit volcan aujourd’hui éteint, d’un relief au dénivelé conséquent, d’une terre sèche et d’une pinède sauvage, l’endroit n’avait pas vraiment de quoi attirer l’œil au premier regard. Il fallait dire que le presque désert montagneux était, en plus d’être isolé, particulièrement difficile d’accès. Il était suffisamment loin des côtes Mhyonaises pour être inaccessible à la nage, et pour décourager les aventuriers de s’y rendre en bateau. L’endroit ne présentait, de toute façon, aucun vrai intérêt pour qui que ce soit, car, en plus d’une flore déjà inhospitalière, la faune était, elle, particulièrement rare. Je n’avais moi-même pris connaissance de l’endroit qu’en le survolant une fois par hasard, et j’aurais pu l’ignorer s’il ne me rappelait pas légèrement les alentours du volcan d’Hoenn, soulevant en moi une vague de nostalgie. J’y avais donc fait une halte, puis une deuxième lorsque je m’étais trouvé proche de sa position, avant de définitivement tomber sous le charme des terres arides qui constituaient l’îlot.

Dès lors, j’avais cherché à qui pouvait bien appartenir ce lopin de terre perdu et à l’abandon. J’avais donc naturellement commencé par voir avec les notaires de la Canopée. Après tout, la petite île était située à l’Est de la grande ville, et il y avait fort à parier que la réponse devait se trouver dans leurs dossiers administratifs. Pourtant, après quelques semaines d’attente, seule une piste avait été trouvée. Le propriétaire, ou plutôt sa famille puisqu’il était mort depuis des années, était parti vivre à Bord-au-Vent, laissant alors ce petit terrain oublié en friche et abandonné dans les eaux mhyonaises. M’étant alors vu confier un nom et une adresse, j’avais entrepris un petit voyage dans l’espoir de trouver ceux qui possédaient l’île. N’étant pas vraiment un commercial de renom, je n’avais aucune idée de la valeur que pouvait bien avoir un tel terrain, et n’escomptait pas vraiment en obtenir les droits de toute manière. Après tout, engager un prêt en étant dresseur était bien impossible, et, même si j’avais tout de même réussit à amasser une certaine somme d’argent au fil de mes rencontres, je doutais réellement d’avoir réussi à glaner suffisamment de sous pour m’offrir un tel terrain. Je n’étais donc pas dans un état d’esprit de négociations quelconques, mais, plutôt, d’informations. Finalement, il se pouvait parfaitement que, dans le futur, je puisse parvenir à obtenir un poste fixe quelconque, qui me permettrait alors d’envisager un tel achat.

Le propriétaire n’était pas très difficile à trouver. Petite famille tranquille composée d’un couple et de ses deux enfants, tout ce beau monde vivait dans une maison loin d’être modeste disposant d’une vue éblouissante sur la mer. Pas le genre de famille à vivre dans le besoin, en somme. Je m’étais donc présenté au sympathique foyer, et leur accueil me surprit tant il fut chaleureux. Même s’ils ne manquaient de rien, ils étaient bien loin d’avoir l’arrogance que l’on pourrait prêter à une famille bourgeoise et vivaient avec une simplicité d’esprit admirable. Soucieux de ne pas leur faire perdre de temps, je les entretins rapidement de la raison de ma venue. Le couple me laissa parler tandis que leurs deux enfants partaient jouer dans le jardin, puis, après s’être concertés un instant, finirent par me donner une réponse. Et cette dernière m’étonna considérablement, ce qui dû se lire sur mon visage puisque la femme éclata alors de rire. Le prix était déraisonné, mais, je devais l’avouer, plutôt dans mon sens. Je n’avais certes pas encore totalement les moyens de parvenir à ce résultat, mais j’en étais bien plus proche que ce que je ne le pensais. Voyant mon air incrédule, l’homme s’expliqua d’une voix amusée. Comme je le pensais, ils n’avaient jamais réussi à se séparer du terrain. Il était trop éloigné des falaises Mhyonaises, et il n’y avait pas grand-chose d’intéressant là-bas. Aussi, s’il me croyait prêt à le prendre même s’il n’en comprenait pas la raison, il était lui prêt à s’en séparer pour une somme plus que modique. J’eus beau lui avouer que je n’avais pas réellement les moyens d’en faire l’acquisition pour le moment, il me répondit qu’il acceptait de me le réserver le temps que je les réunisse. Après la signature de quelques papiers attestant de cette promesse d’achat, je retournais à mes entrainements et à l’atteinte de mon objectif.

Quelques mois après, j’avais eu le temps de beaucoup réfléchir sur cette possibilité d’avenir. Je n’avais parlé à personne de ce projet, mais, plus j’y avais pensé, plus mes idées s’étaient précisées. Ne souhaitant pas – et ne pouvant pas trop non plus – faire marche arrière, je retournais voir les propriétaires avec juste ce qu’il fallait pour conclure la vente. Je ne gardais donc qu’une légère réserve d’argents en poche, juste de quoi me loger et me nourrir convenablement, et dépensais tout le reste de mon pécule durement amassé. Il fallut alors quelques semaines de plus pour que la vente ne soit officiellement conclue, et la petite île déserte fut officiellement à moi. Toutefois, je n’eus pas réellement le temps de m’y rendre au vu de la montagne de travail qu’il me restait à abattre pour parvenir à vaincre la dernière championne encore en lice. J’avais donc attendu d’être sorti de mon combat à la tour du maitre et de celui contre Ivar pour finalement choisir de me rendre dans mon nouveau « chez moi ».

Et l’endroit n’avait pas changé, et respirait toujours le même univers. C’était tout ce qu’il me fallait, je ne demandais rien de plus. Une terre à bâtir avec mes partenaires dès que l’occasion se présenterait. J’allais surement être beaucoup moins occupé durant les mois à venir tant mon équipe avait progressé et ce défi promettait d’être beaucoup plus paisible, même s’il serait surement un nouveau challenge pour chacun d’entre nous. Je n’avais pas encore l’argent nécessaire pour réunir les matières premières plus « rares » et exotiques dans la région, ni suffisamment d’expérience et de précision pour pouvoir me passer d’un architecte, mais tout viendrait en son temps.



© ANARCISS pour épicode

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: TERRA NOVA :: Canopée-
Sauter vers: