:: Mhyone :: Nox Illum Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sauvetage chaotique - Ft. Alexandre Diame

avatar
Max Lochlainn
Région d'origine : Mhyone
Lun 29 Oct 2018 - 11:22
Max Lochlainn

Alexandre Diame & Max Lochlainn
Sauvetage chaotique


Le laboratoire Pokémon se dressait fièrement, prenant une grande partie de l'espace disponible dans la rue dont il était la seule attraction. Aussi loin que la population s'en souvenait, l'édifice avait toujours été présent et bien des habitants n'y faisaient pas attention. Pourtant, il y avait constamment de l'activité : entre les scientifiques qui y venaient pour porter assistance au professeur Acacia et les dresseurs qui venaient  récupérer leur premier Pokémon ou s'inscrire à un groupe du Poryweb.

C'est d'ailleurs cette question là qui ennuya le plus le jeune homme, qui ne connaissait même pas l'existence de ces groupes avant de souhaiter se faire enregistrer comme dresseur. Il n'avait d'ailleurs pas forcément envie d'être associé à l'un d'entre eux, mais n'eut pas le choix et choisit donc les combattants du Sceaux. L'on racontait que c'était de grands stratèges, peut-être glanerait-il quelques informations intéressantes en surfant sur le Web. Quelle ineptie.

Max sortit du labo, observant la petite carte dans sa main, qui l'officialisait en tant que dresseur. Il n'aimait pas trop se savoir enregistré dans tout les fichiers de Mhyone, d'autant qu'il ne savait pas vraiment comment cela fonctionnait, mais c'était un passage obligatoire s'il voulait pouvoir s'inscrire à la ligue. Il rejoignit ensuite sa moto, grimpa dessus après avoir rangé la carte dans son portefeuille. Cependant, son téléphone se mit à vibrer dans sa poche et le jeune homme en sortit un smartphone récent, dans un bon état. Acquisition toute neuve dû à son statut d'externe de la Fratrie : tous les autres n'utilisaient que des prépayés difficilement traçables.

« Tu sais très bien que tu n'as pas le droit d'appeler sur ce téléphone. » Dit-il en reconnaissant la voix qui l'appelait.

« La cabine téléphonique, à l'angle de la rue du laboratoire. »

Et Théo raccrocha. Max soupira, démarrant la moto pour rejoindre le jeunot qui semblait avoir un nouveau problème. Il ne lui fallu que quelques mètres pour le trouver, l'homme mat ayant toujours cet air paniqué qu'il avait plus tôt dans la journée.

« C'est une vraie merde pour te joindre Lochlainn ! »

« Je ne suis plus en service Théo, plus pour le moment. Il va te falloir combien de fois pour que tu l'imprime ? Et puis vas-y, gueule mon nom de famille dans la rue aussi. Histoire que nous soyons bien discret. »

Théo s'immobilisa sous la réprimande, la panique ne lui avait pas fait penser à ce genre de détails. Il se rapprocha vivement du loubard pour venir lui parler sans que les passants n'entendent.

« C'est la bande ! Ils ne sont toujours pas revenus de la réunion avec les Moufflair ! »

« La réunion devait durer un moment. »

« Ça fait deux heures qu'ils sont censés être rentrés. J'sais que ça fait deux fois dans la journée et que tu veux juste partir, mais j'peux pas y aller seul ! J'ai pas de Pokémon. Plo était avec eux. »

Le prénom magique fonctionna, comme d'habitude.

« On dirait que vous le faites exprès. Allez, monte et accroche-toi. »

Le moteur vrombit tandis que la moto disparaissait à l'angle de la rue, sous le regard inquisiteur des passants. Il fallut une bonne vingtaine de minutes pour que le duo arrive à proximité du hangar ou avait lieu la réunion. Max freina brusquement en voyant le trou béant qui formait une ouverture dans la porte de celui-ci.

« Tu reste ici et tu ne bouges pas. Prépare-toi à me récupérer si jamais ça tourne mal. Et bien sûr, tu déguerpis si les flics arrivent. »

« Et toi ? »

Théo ne reçut pas de réponse, Max disparaissant dans l'ouverture du portail. Que s'était-il passé ici ? Il fit quelques pas, ses yeux se posant sur les motos renversées de ses camarades. Deux corps inertes se tenaient non loin d'elles : Inara et Caïn. Le loubard se précipita vers eux, venant chercher le pouls de ses camarades du doigt. Celui-ci battait toujours, ils étaient simplement assommés. Et attachés. Le garçon prit donc le temps de défaire leurs liens pour qu'ils puissent s'enfuir une fois réveillés.

Le dresseur continua son inspection, montant lentement l'escalier de métal qui menait jusqu'au reste du complexe. Rien d'autre n'attira son attention dans le hangar, la poussière s'élevait déjà dans l'air et s'il n'y avait pas les corps inertes de ses camarades et le trou béant dans le portail, on aurait pu croire qu'il ne s'était rien passé. Il ignora le membre des Moufflair qui gisait au sol, attaché lui-aussi.  Ce n'était donc pas une trahison pendant la réunion. Certainement un autre gang, le jeune homme réfutant la solution de la police, n'ayant vu aucune voiture ni aucun garde sur la scène de crime. Cependant, s'il s'agissait d'une troisième bande, c'était étonnant qu'ils ne postent personne non plus.

Il poussa la lourde porte en métal qui séparait le hangar du reste du complexe, essayant d'être le plus discret possible. Max déambula dans le couloir. Des traces de combats Pokémon étaient visibles, mais apparemment, il n'y avait plus personne, seuls quelques Moufflair reposaient au sol, dans les vapes et attachés eux aussi. Il continua donc son avancée dans l'étroit corridor de béton, les enjambant sans leur porter attention. Quelque chose clochait dans cette histoire, pourquoi personne ne se jetait sur lui, comme d'habitude ? Pourquoi le hangar était-il si calme alors qu'un combat venait visiblement d'avoir lieux, terrassant tout le monde ?

Son regard se dirigea vers la porte au fond, la seule étant entrouverte, persuadé qu'il trouverait ses réponses là-bas. Pourtant, l'inquiétude montait en lui. Jusque maintenant, il n'y avait aucune trace de Rim et encore plus inquiétant, de Plo. Il se dirigea donc vers la porte à pas de Lougaroc, maintenant la chaîne de son pantalon d'une main pour ne pas qu'elle tinte contre sa jambe. Le sang battait à ses tempes, l'adrénaline commençant à monter. Qui que ce soit, ils ne devaient pas être nombreux pour ne pas avoir posté de gardes, mais sacrément puissants pour avoir réussis à vaincre une quinzaine de gangsters à eux tout seul. S'il voulait s'en sortir, il devrait profiter de l'effet de surprise.

Il poussa lentement la porte, s'y glissant le plus doucement possible, jetant un coup d’œil circulaire à la pièce avant d'y pénétrer complètement. Le chef des Moufflair était là, avec sa seconde, tout deux attachés aux chaises au bout du grand bureau qui séparait la pièce en deux. Contre le mur, en face de Max, se trouvaient Rim et surtout Plo, ses longs cheveux blonds tombant devant son visage, eux aussi attachés à des chaises.  Le loubard se pencha pour voir la suite de la pièce, la partie cachée sur sa droite. Un jeune homme blond, à peu près aussi grand que lui, était en train de fouiller dans les casiers verrouillés du fond de la pièce et ne lui prêtait pas la moindre attention. Un seul homme ? Pour deux gangs ? Soit il était très fort, soit il avait beaucoup de chance. Dans le doute, Max opta pour la première solution.

Il se laissa glisser silencieusement dans la pièce, bien déterminé a surprendre son nouvel adversaire. Rim leva alors la tête, écarquillant les yeux à la vue du loubard, sans dire un mot. Plo suivit son mouvement avant que ses deux grands yeux ne se posent sur Max, un expression apeurée que le jeune homme ne lui connaissait pas sur le visage. Elle agita violemment la tête, ses cheveux s'enroulant autour d'elle, tandis qu'elle voulait dissuader le jeune homme de continuer. Le loubard lui jeta un regard pour l'intimer à se calmer, ce qu'elle ne fit pas, continuant de lui dire de dégager. Malheureusement, son dernier mouvement fut trop brusque et la chaise glissa sur le sol provoquant un grincement sonore et désagréable.  Les deux chefs des Moufflair levèrent soudainement leurs têtes et se mirent à se débattre, les pieds de leurs chaises venant taper le sol sous eux.

Max ne réfléchit pas, il s'élança vers l'inconnu.



©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Mar 30 Oct 2018 - 15:03
Alexandre Diame
Sauvetage chaotique



C’était une journée comme les autres. Depuis quelques semaines maintenant, je travaillais à la construction de ma nouvelle maison située sur l’île à l’Est de la Canopée. Nous avancions doucement, mais surement, et je savourais pour la première fois depuis mon arrivée à Mhyone de longues semaines sans réels entrainements, ni sans aucune pression. J’avais pour l’instant accompli ce que j’avais toujours cherché à accomplir, et je pouvais désormais profiter d’un repos bien mérité avec l’ensemble de mes partenaires. Je commençais tout doucement à aborder avec Baal les prémices des entrainements, mais je ne voulais pas l’y lier de manière aussi intensive que je n’avais pu le faire avec ses ainés. Nous avions aujourd’hui bien plus le temps, et je comptais bien le prendre pour faire progresser le petit Chamallot.

Mais surtout, en plus de cette ambiance désormais bien plus sereine, il y avait Akane. Notre relation avait soudainement évolué, et, si c’était bien loin de me déplaire, elle occupait désormais une grande partie de mes pensées. Nos vies respectives nous empêchaient sans doute de pouvoir nous retrouver autant de fois que nous le souhaitions tous les deux. Mais ce n’était pas vraiment un poids. Après tout, nous étions chacun très occupés, et les journées passaient vite.

Cette journée, donc, aurait pu ressembler à toutes les autres si je n’avais pas reçu un curieux coup de téléphone. Le numéro était masqué, et, bien que d’ordinaire je ne répondais pas à ce genre d’appels, un instinct m’indiqua cette fois-ci de décrocher. Une voix familière résonna alors de l’autre côté de mon portable, bien qu’il me fût difficile d’en analyser réellement la provenance. Je n’eus cependant pas trop le temps de réfléchir, car l’individu se présenta rapidement.

« Alex, c’est Raphaël. On s’est rencontrés lors de la soirée organisée par Akane. C’est elle qui m’a donné ton numéro. » Fit-alors la voix de l’Admin, qui semblait particulièrement pressé.

« Euh… Salut Raphaël. Je peux t’aider ?  » Dis-je, légèrement surprit par le coup de fil.

« A vrai dire, oui. Mais je ne peux pas t’en parler au téléphone. Tu es disponible pour venir à la fondation aujourd’hui ? Si tu as besoin, je peux demander à Akane de te téléporter jusqu’à nous.  »

Je n’eus pas vraiment besoin de beaucoup réfléchir à la suite des évènements. Ma curiosité m’empêchait de refuser réellement son offre. D’une part parce que nous n’avions jamais conversé en dehors de ladite soirée, et d’autre part parce que son ton laissait présager d’une affaire particulièrement intéressante.

« Je suis disponible, et je me débrouille pour venir, ne t’en fais pas. Compte environ une demi-heure, et je serais là.  » Fis-je simplement, avant de raccrocher.

La demi-heure concernait essentiellement le temps qu’il me fallait pour une toilette rapide et pour enfiler des vêtements plus convenables. J’optais pour un jean classique et une chemise bleu-clair, puis, après avoir vérifié que l’ensemble de mes pokéballs étaient accrochées à ma ceinture, je me téléportais grâce à Furfur jusqu’à la capitale Mhyonaise.

_______________

La tour Olympe n’était pas réellement difficile à trouver. Plantée au milieu de la ville, elle était une source d’attraction pour une grande partie de la population. De nombreux commerces s’étaient ouverts à ses pieds, surfant sur le succès grandissant de l’organisation. Olympe avait réellement le vent en poupe, et l’opinion générale ne tarissait pas d’éloges à son sujet. Pour ma part, c’était la première fois que j’allais visiter l’endroit, ce qui me rendait particulièrement curieux. Une fois entré au rez-de-chaussée de la tour, je me rendis à l’accueil. Je donnais mon nom à l’hôtesse, et attendait patiemment qu’on vienne me chercher. Assez logiquement, ils ne laissaient pas n’importe qui monter dans les niveaux supérieurs, et je dus attendre qu’un badge me soit remis pour pouvoir passer le portique de sécurité. Raphaël m’attendait de l’autre côté, mais ne fut pas très loquace avant de m’avoir amené jusqu’à son bureau. Une fois à l’intérieur, il verrouilla discrètement la porte, avant de se retourner vers moi.

« Désolé de ne pas avoir pris le temps de t’expliquer davantage, mais je préférais que tu sois là pour t’en parler.  » L’homme semblait contrarié, et croisa les bras avant de continuer. « Tu n’es pas obligé d’accepter, mais je t’avoue que tu m’ôterais une sacrée épine du pied.  »

Il se dirigea alors vers une grande table de réunion où semblait installé un plan de la grande capitale. Plusieurs indications y semblaient annotées, et je n’eus pas le temps de les déchiffrer que l’homme continuait.

« Bon. Je te fais le topo. L’une de nos équipes devait étudier un nouveau système sur le terrain. Je ne sais pas comment, mais des infos ont fuité et le dispositif a été volé après l’agression de l’équipe. Nous équipons tous nos équipements de systèmes de localisations pour les retrouver facilement, et, heureusement pour nous, celui-là est toujours fonctionnel.  » Il marqua alors une courte pause pour me laisser le temps de digérer les informations, et j’en profitais pour lui réponde.

« Je ne vais pas te demander de quoi il s’agit, par contre, je ne comprends toujours pas pour quoi tu fais appel à moi. » Lui dis-je sincèrement. Il se fendit alors d’une mine plus sérieuse.

« C’est simple. J’aimerais que tu ailles à l’endroit indiqué pour récupérer la mallette qui contient notre dispositif. Tu as le droit de ne pas accepter, je ne sais pas du tout ce que tu peux trouver là-bas, mais nous avons besoin de quelqu’un de confiance, et tu sembles l’être aux yeux d’Akane.  »

Je restais alors silencieux quelques instants, profitant de la fin du discours de Raphaël pour réfléchir. Le danger ne me dérangeait pas vraiment, même s’il allait falloir que je me montre prudent. J’étais néanmoins très curieux de savoir pourquoi ils ne faisaient pas appel aux forces de l’ordre.

« J’ai plusieurs questions.  » Dis-je, attendant qu’il hoche la tête pour poursuivre. « Pourquoi vous ne faites pas directement appel aux forces de l’ordre ? Après tout c’est, le vol est officiel, donc ce serait simple pour vous de le récupérer. Et ensuite… Est-ce qu’Akane est au courant ?  » Il secoua la tête.

« Pour ta première question, nous ne pouvons pas faire appel aux forces de l’ordre pour deux raisons. La première, c’est que le vol n’a pas été officiellement déclaré. Ce dispositif est censé rester secret et je n’ai pas envie de risquer que la presse s’empare de l’affaire. La seconde, c’est les délais. La police mettra de toute manière tu temps à intervenir pour récupérer notre bien, et nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre. Et je ne veux pas que le nom d’Olympe soit mêlé à cette affaire, ce qui m’empêche de m’y rendre moi-même. Enfin, pour la dernière question… » Commença-t-il avec un léger sourire. « Je n’ai rien dis de précis à Akane. Je n’allais pas lui annoncer que j’envisageais d’envoyer son nouveau petit ami au casse-pipe, je pense que tu comprends. D’ailleurs… J’apprécierais que tout ça reste entre nous. Qu’Akane soit au courant à terme ne me dérange pas, mais seulement elle. Ça te convient ?  »

Je marquais une courte pause, avant de hocher la tête et de me concentrer sur son briefing. Réfléchissant en même temps, je ne pus m’empêcher de me dire que, s’il voulait vraiment faire appel à moi, ce serait tout sauf une mission d’infiltration…

_______________

Une heure plus tard, je me retrouvais dans les quartiers de Nox Illum, positionné en surplomb sur un toit. Devant moi se trouvait l’entrée d’une espèce d’immense hangar faisant office de véritable Bunker. Toutes les fenêtres étaient fermées et barricadées grâce à de lourds volets. J’avais déjà pu faire le tour, et constaté qu’aucune autre entrée que l’immense porte de garage n’était envisageable. Furfur veillait elle aussi, mais l’absence de point d’observation direct nous empêchait d’aller trop vite, et d’estimer l’éventuel nombre de nos adversaires. Je n’oubliais pas que j’étais seul, et que le moindre faux pas risquait fort de me coûter cher. Décidant de jouer la carte de la prudence, je fis sortir Caim de sa pokéball. La clairvoyance du Laggron couplée à la vision de la Kaorine pouvait être un atout majeur. J’attendais qu’ils se coordonnent, lorsque la voix de la poupée d’argile résonna dans ma tête.

« Ils sont assez nombreux, mais, de ce que j’ai pu voir de leurs pokémons, ils n’ont pas l’air si dangereux que ça. Dans notre situation, et vu nos capacités, je préconise davantage un passage en force.  » Dit-elle sur une voix on ne peut plus sérieuse.

Je ne pus m’empêcher de sourire en voyant qu’elle prenait son rôle particulièrement à cœur. En un sens, elle avait raison. La situation était vraiment tendue.

« Combien de temps pour entrer et sortir ?  » Demandais-je alors.

« Je ne sais pas. Le temps de vaincre chacun d’entre eux et de trouver la mallette : une vingtaine de minutes.  »

« Hum… » Fis-je, réfléchissant un instant. « Okay, c’est parti.  » Repris-je en me relevant, et en m’étirant légèrement.

_______________

Furfur m’avait directement téléporté devant la porte, et je me dressais face à cette dernière, accompagné de Caim. Le plan était plutôt simple. Exploser la porte d’entrée et neutraliser les premiers adversaires grâce à l’effet de surprise. Ensuite, continuer jusqu’au grand escalier de fer, puis utiliser la même stratégie jusqu’à l’étage. C’était ensuite là que les choses se compliquaient. Je ne pouvais décemment pas utiliser la majorité de mon équipe hors des hangars, car le combat en milieu confiné leur était défavorable. Il faudrait donc compter sur Furfur et Paimon, et faire revenir mes autres partenaires pour plus de discrétion. Après tout, le but n’était pas de créer un véritable champ de guerre non plus…

Je pris alors soin de déclencher une légère tempête de sable à l’extérieure, avant de pulvériser le volet métallique à l’aide des poings de mon Laggron. Je n’attendis pas les cris de surprise pour me ruer à l’intérieur en compagnie de Shax, Caim, Furfur et Paimon. La Minotaupe fut la première à se porter au combat. Sa vitesse hallucinante permise par la tempête qui avait brusquement fait irruption dans la pièce était un atout majeur. Ses griffes d’aciers rencontrèrent le Rattatac d’Alola d’un de nos adversaires avant même que ce dernier n’ait le temps de réagir. L’attaque combat l’envoya directement au tapis, et le Libégon, le Laggron et la Kaorine semèrent alors le reste du chaos à leur tour. La poupée d’Argile amplifia drastiquement la gravité. Le dragon ne pouvait alors plus voler, mais c’était bien inutile dans cet environnement réduit. En revanche, pour qui n’avait pas l’habitude, il était extrêmement difficile d’arriver à combattre dans d’aussi mauvaises conditions. Dresseurs et pokémons furent suffisamment perturbés pour ne pas opposer de trop grosse résistance. Les chocs mentals de la Kaorine parvinrent à mettre K.O nos adversaires sans trop de problèmes, et les chaines des motos servirent à les ligoter pour éviter toute représailles. A priori, ils ne devraient pas avoir trop de séquelles à leur réveil, excepté un léger mal de crâne.

La deuxième phase de mon plan était désormais en cours. J’avais franchi une grande porte en métal qui m’avait alors mené dans divers petits couloirs. Suivant toujours les instructions de ma Kaorine, nous nous dirigeâmes peu à peu vers ce qui semblait être une grande salle de réunion, tout en éliminant les quelques gangsters qui se trouvaient sur notre route. Ils commençaient à être moins nombreux, ce qui signifiait que l’endroit n’était pas non plus le grand repère d’une quelconque bande, mais plutôt un lieu de rencontre. Dans tous les cas, ça ne me concernait pas vraiment. La salle devant moi semblait parfaitement insonorisée. Selon les dires de Furfur, quatre individus s’y trouvaient, mais nous n’entendions absolument rien. En somme, c’était une chance pour nous. Cela voulait surement dire que le vacarme que nous avions causé jusqu’à présent n’était pas parvenu jusqu’ici. Je franchis alors la porte avec une attitude décontractée, lançant un grand sourire aux visages surpris qui se tournaient vers moi.

« Salut ! Sympa votre comité d’accueil ! » Lançais-je sur un air détaché, avant d’arborer un sourire bien plus carnassier en voyant que deux d’entre eux envoyaient leur partenaire au combat.

Ma Minotaupe surgit alors de la pénombre et frappa de plein fouet le Nostenfer de sa tête d’acier. De l’autre côté, la Kaorine avait d’ores et déjà verrouillé ses capacités communes avec le Cryptéro, et enchainé avec son pouvoir antique. La surprise quittait peu à peu les deux dresseurs adverses, loin de démérités, mais la différence entre le niveau de mes partenaires et le niveau de nos adverses nous avait déjà fait prendre un avantage certain. Rapidement, l’issue du combat été pliée.

_______________

Il y avait de nombreux casiers, aussi, la recherche de la fameuse mallette mit plus de temps que prévu. Par mesure de sécurité, Furfur avait donc lié les quatre derniers protagonistes de la salle de réunion à leurs chaises respectives. S’ils s’étaient débattus un moment, ils se tenaient à carreaux depuis plusieurs minutes. Loin d’être un tortionnaire, j’avais espéré que les combats suffisent à endiguer leur envie de résister, mais ça n’avait pas été le cas. Je comprenais d’ailleurs que la situation puisse un peu les effrayer, mais, après tout, ils avaient agressé et volé un précieux bien pour la fondation. C’était donc une douce revanche, qui n’irait pas plus loin que ces quelques minutes d’immobilisation.

« Alexandre. Quelqu’un vient d’entrer dans le hangar.  » Glissa soudain mentalement la voix gutturale de ma Kaorine.

« Continuons. S’il vient par ici, on avisera.  » Répliquais-je.

Continuant mes recherches durant quelques minutes, et faisant une pleine confiance à ma partenaire, j’entendis soudain une légère agitation dans la pièce. Sans me retourner, un léger sourire se dessina sur mon visage. Une chaise racla le sol, et un bruit métallique se fit entendre, alors que je sentais un brutal mouvement dans mon dos. Je me retournais à cet instant pour sourire à l’inconnu, bloqué une fraction de seconde dans son élan par les pouvoirs psychiques de ma partenaire. Cette dernière, avec sans doute un peu trop de véhémence, projeta ensuite le blondinet au sol, un peu plus loin dans la pièce. Réprimant mentalement ma coéquipière, je reportais mon regard sur le nouveau venu. Blond comme moi, il ne paraissait pas vraiment plus vieux. Il était habillé d’une manière assez similaire à celle de la jeune femme blonde et de son ami, ce qui voulait probablement dire qu’il faisait partie de la même bande. Ça n’était en soit pas vraiment un problème, surtout qu’il parviendrait lui, peut-être, à raisonner ses amis.

Paimon, cachée dans l’ombre, s’avança alors doucement pour aider l’homme à se relever. C’est lorsque j’entendis le cri de stupeur de la jeune femme que je compris ce qui était en train de se passer. Les lames luisantes au bout des pattes du pokémon et son avancée lente vers le blondinet laissaient entendre aux spectateurs que sa première intention était bien loin de l’aider à se mettre de nouveau debout. Pourtant, lorsqu’elle fut à sa hauteur, elle s’inclina simplement de manière chevaleresque, proposant le dos de sa patte argenté comme appui. Devant la scène, je ne pus réprimer un sourire, croisant les bras avant de prendre la parole.

« Je ne sais pas pour qui vous me prenez, mais je n’ai vraiment pas l’intention de vous tuer ou de vous blesser. » Lançais-je, légèrement amusé, en direction de la jeune femme blonde. Je reportais ensuite mon regard sur le retardataire. « D’ailleurs, si vous arrivez à les convaincre de rester tranquilles, vous pouvez les détacher.  »



© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Max Lochlainn
Région d'origine : Mhyone
Mar 30 Oct 2018 - 18:56
Max Lochlainn

Alexandre Diame & Max Lochlainn
Sauvetage chaotique


Alors qu'il allait le percuter, l'inconnu se retourna en lui souriant. Max ne comprit pas tout de suite ce qu'il se passait, restant en suspension un instant qui lui parût une éternité avant de se retrouver projeté avec violence contre le mur de l'autre côté de la pièce. Le choc lui coupa le souffle et lui fit voir des étoiles alors qu'il touchait le sol. Le loubard poussa un gémissement en posant sa main sur ses côtes pour vérifier leur état.

Un cri se fit entendre, celui de Plo. Ce n'est qu'à ce moment là que Max remarqua le Minotaupe qui s'approchait de lui toutes griffes sorties. Pourtant, la créature ne semblait pas belliqueuse. Le dresseur inconnu prit alors la parole.

« Je ne sais pas pour qui vous me prenez, mais je n’ai vraiment pas l’intention de vous tuer ou de vous blesser. » Expliqua-t-il en observation la blondinette qui se tût sur le champs, habituée a la fermer quand il le fallait. « D'ailleurs, si vous arrivez à les convaincre de rester tranquilles, vous pouvez les détacher. »

Le Minotaupe tendit alors sa patte vers Max pour qu'il la saisisse, l'aidant à se relever. Le loubard accepta l'aide à contrecœur, jetant un regard mauvais au dresseur blond qui se tenait devant lui. Le Pokémon qu'il voyait n'était pas un type Psy et n'aurait jamais eut la force de le projeter ainsi contre le mur sans qu'il le voit. Une autre créature se trouvait non loin, c'était certain. De plus, aux vues du nombres de pokéballs à sa ceinture et de la puissance que semblait avoir le dresseur, le combat était perdu d'avance dans tout les cas. Cela n'empêcha pas le malfrat de lui jeter un regard mauvais.

« Tu es fier de ta démonstration de puissance ? Tu nous a tous étalés à toi tout seul. Bravo. » Lança Max d'un ton ironique. « Mais j'aimerai bien savoir ce qui t'amène ici ? Tu fais pas parti du coin, sinon on le saurait. »

« Max, va-t-en ! Ne te mêle pas de ça ! » Dit Plo avant que Rim ne l'intime à se taire d'un regard noir.

Le jeune homme s'attendait à prendre un autre coup, mais il s'en fichait. Que faisait un dresseur aussi puissant dans ce quartier ? Il ne pouvait être avec la police, sinon ils seraient déjà là. Les deux camps sont amochés, aussi il ne travaille pas pour leurs adversaires. Il n'est pas connu du quartier, alors soit il fait partie d'une bande extérieure à Nox, soit il agit pour son propre compte. Cherchait-il quelque chose en particulier ? Dans la planque des Moufflair ? Il avisa ensuite les casiers ouverts.

« Il y a quelque chose ici qui t'appartient, n'est-ce pas ? Un truc que ces sales types t'ont piqué ? » Dit-il, essayant de décrypter les émotions de l'inconnu. « Si les flics ne sont pas déjà là, c'est que tu ne travailles pas pour eux. Nous avons donc tout notre temps. Tu me dis ce que c'est, je t'aide à le trouver et tu nous laisses partir. »

Max mit ensuite une main dans sa poche l'autre venant se poser sur la pokéball de Thug.

« Je me demande bien ce qui se passerait si les flics se ramenaient avant que tu sortes d'ici. »

Il savait qu'il n'était pas en position de négocier. Pourtant il essayait, sa fierté l'empêchant de se soumettre aussi facilement à un inconnu, aussi puissant soit-il. De plus, il se demandait ce que voulait un dresseur aussi costaud à une bande de malfrat à peine connue.



©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Mer 31 Oct 2018 - 10:00
Alexandre Diame
Sauvetage chaotique


Je détournais rapidement les yeux du nouveau venu pour me reconcentrer sur mes recherches. Je n’avais que peu d’informations concernant le coli que j’étais censé « réceptionner », mais, selon les dires de Raphaël, il devait s’agir d’une mallette noire avec le logo d’Olympe gravé dans le plastique. Elle serait sans aucun doute verrouillée, les dispositifs de sécurité étant bien trop complexes à contourner pour qu’il ne soit possible que les voleurs aient déjà réussi. Surtout depuis que je voyais à qui j’avais affaire. Il ne s’agissait que d’un petit réseau criminel, ce qui, en un sens, étant sans aucun doute rassurant. Il était probable que le vol ne soit pas aussi organisé que l’admin ne pouvait le croire, et qu’il s’agisse d’un pur coup de chance de la part des malfrats. Enfin… Coup de chance, ça dépendait désormais nettement du point de vue.

En tout cas, l’attaque psychique ne semblait pas avoir calmé le nouveau venu, et sa tirade m’arracha un sourire autant qu’elle me fit lever les yeux au ciel. Son égo semblait rudement touché par son échec, et la visible défaite de ses partenaires. Et, pour un loubard, l’égo était quelque chose de particulièrement important, ce qui justifiais sans doute la tirade. Je ne pris alors pas la peine de répondre, car la jeune femme blonde le fit à ma place. Mais le jeune homme aux cheveux blancs ne semblait pas l’entendre de cette oreille, bien décidé, au contraire, à se mêler de l’affaire. Au vu des regards qu’elle lui lançait, et de sa décision de ne pas perdre la face, il n’était pas vraiment difficile de deviner qu’elle pouvait être leur relation.

A sa proposition, je finissais alors par me retourner pour river mes yeux azurs dans les siens. Il ne pouvait pas vraiment le savoir, mais la police n’était pas vraiment une menace qui pesait bien lourd pour moi. Si elles venaient à être alertées, je n’aurais qu’à me servir de Furfur pour disparaitre. Je n’étais même pas obligé de réellement récupérer la mallette. Le faire permettrait juste à Olympe de ne pas perdre de temps avec les formalités judiciaires pour récupérer leur bien. Toujours souriant, je levais une main devant moi lorsque le jeune homme porta la main à la pokéball située à sa ceinture.

« Je serais toi, j’écouterais sincèrement ton amie. Je n’ai pas envie de blesser inutilement ton partenaire. » Dis-je, sur un ton calme. « En ce qui concerne les forces de l’ordre, je m’en ferais davantage pour tes amis à ta place. Tu pars du postulat que je viens récupérer quelque chose qui m’appartient, et que cette chose volée est sans doute illégale. Or, ce n’est pas le cas. Faillir à récupérer ce bien ne m’attirera par ailleurs aucun ennui, donc tu n’as pas vraiment de moyen de pression contre moi. »

Je pris une grande inspiration, réfléchissant ensuite à sa proposition de m’aider. Visiblement, ils n’arrivaient pas à comprendre que je ne cherchais en aucun cas à les séquestrer ou à leur faire du mal. Je poussais un léger soupir avant de reprendre avec le sourire.

« Ecoute, je veux bien un petit coup de main. Je n’ai pas toute la journée, et, vu les paroles de ta copine, il y a de fortes chances pour qu’elle sache pertinemment ce que je suis venu chercher. Si tu pouvais les interroger toi-même pour que je gagne du temps, je suis sûr qu’ils seraient plus loquaces. »

Je lui désignais alors un par un les quatre sièges sur lesquelles étaient assis ses amis, toujours attachés. Avant de reprendre mes recherches, je lui lançais.

« Ah et je renouvelle mon offre, tu peux les détacher. »




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Max Lochlainn
Région d'origine : Mhyone
Mer 31 Oct 2018 - 11:15
Max Lochlainn

Alexandre Diame & Max Lochlainn
Sauvetage Chaotique


Le regard au ciel de l'inconnu énerva d'autant plus Max, sentant que sa tirade avait été inutile. Il continuait de fixer Alexandre de son regard mauvais, sans faire attention à ses camarades.

Le dresseur blond avisa les mouvements de mains du loubard avant de se tourner de nouveau vers lui, pour lui parler d'un ton plus calme.

« Je serais toi, j’écouterais sincèrement ton amie. Je n’ai pas envie de blesser inutilement ton partenaire. En ce qui concerne les forces de l’ordre, je m’en ferais davantage pour tes amis à ta place. Tu pars du postulat que je viens récupérer quelque chose qui m’appartient, et que cette chose volée est sans doute illégale. Or, ce n’est pas le cas. Faillir à récupérer ce bien ne m’attirera par ailleurs aucun ennui, donc tu n’as pas vraiment de moyen de pression contre moi. »

Touché, une nouvelle fois. Les sourcils de Max se froncèrent un peu plus si c'était possible. A une erreur prêt : le jeune homme n'avait jamais sous-entendu que l'objet volé était illégal, de plus, l'inconnu précisait clairement qu'il ne lui appartenait pas : une tierce personne était bel et bien impliquée. Il avait donc une piste de plus. S'il précisait qu'échouer ne lui attirerait aucun ennui, c'est qu'il connaissait bien son employeur, peut-être une connaissance proche ou un ami. Et qu'il ne s'agissait certainement pas d'un malfrat. Alors pourquoi cette personne n'avait pas fait appel aux policiers ?

Max jeta un coup d’œil à Rim et Plo qui le fixait toujours attachés à leurs chaises. Son regard dériva ensuite jusqu'aux chefs des Moufflair qui baissaient la tête sans mot dire. Le loubard savait pertinemment que ce n'était pas son équipe qui était dans le coup, il aurait eut vent d'un tel vol et cela faisait plusieurs semaines que la Fratrie ne s'occupait que de défendre son territoire. C'était sûrement la raison de la réunion, d'ailleurs. Par élimination, c'était donc les Moufflair les fautifs. Il redirigea son regard émeraude sur Plo, l'interrogeant du regard en haussant un sourcil. Celle-ci restait muette et faisait non de la tête, Max n'arrivant pas à savoir précisément ce que cela voulait dire. Il réfléchissait à toute vitesse, toujours sur ses gardes.

« Ecoute, je veux bien un petit coup de main. Je n’ai pas toute la journée, et, vu les paroles de ta copine, il y a de fortes chances pour qu’elle sache pertinemment ce que je suis venu chercher. Si tu pouvais les interroger toi-même pour que je gagne du temps, je suis sûr qu’ils seraient plus loquaces. Ah et je renouvelle mon offre, tu peux les détacher. »

« Non, elle ne sait rien. » Finit par lâcher Max, relâchant sa pose. Il n'avait pas le choix, il devait coopérer. « Si c'était nous qui avions ce que tu cherches, tu aurais été envoyé dans le quartier d'à côté. La réunion qui avait lieux ici n'avait rien à voir avec ça. Enfin, tu te doutes bien que si nous ne sommes pas chez nous, nous sommes chez eux. » Dit le loubard en pointant du doigt les Moufflair.

Vu le regard que lui jeta Rim, Max comprit qu'il avait vu juste : ils n'étaient au courant de rien et ne voulait pas parlementer par pure fierté, un trait de caractère qui le rendait particulièrement stupide. Plo suivait le mouvement parce qu'elle n'avait pas le choix en tant que seconde, elle devait montrer du respect et suivre les décisions de son capitaine. Pour autant, il savait que leur cher chef passerait un sale quart d'heure une fois rentré. Ce n'est pas la première fois que Max le tirait d'affaire sans en retirer la reconnaissance méritée. Mais lui aussi passerait un sale quart d'heure pour avoir outrepassé son rang.

« Bien, c'est d'accord, je vais t'aider à trouver la mallette. De toutes façons, je n'ai pas vraiment le choix. Par contre, je doute qu'elle soit en évidence devant ces casiers. Plutôt dans la pièce d'à côté ? »

« Tu vas la fermer, abruti ! Ne te mêle pas de nos affaires ! » Cria soudainement le chef des Moufflair. « De toutes façons, vous ne savez pas ou se trouve la mallette et nous ne dirons rien. »

Max sourit de toutes ses dents, se tournant vers le chef des Moufflair, une brute dénommée Rick. Il n'avait pas eu d'emprise sur le dresseur inconnu, mais faire sortir de ses gonds le capitaine de l'autre bande réparait son ego blessé, il aimait montrer qu'il était le plus malin de tous dans cette histoire. De plus, sa réaction montrait que la réflexion du garçon avait fait mouche. Le regard des autres membres de la Fratrie se posa sur Max. Il était difficile de savoir s'ils étaient énervés ou reconnaissants. Peut-être les deux à la fois pour Rick. Le loubard prit un nouvel instant de réflexion. Ils avaient surement ramené la mallette dans leur planque principale.

« Oui, je pense savoir ou est la mallette, puisque ce bon vieux Rick vient de vendre la mèche. Mais sache deux choses. Je sais que tu te contrecarres de la première, parce que une fois ta mallette récupérée, tu vas partir. Mais tu viens de déclencher une guerre que nous essayions d'éviter. » Le loubard se stoppa, posant son regard perçant sur l'inconnu. La Fratrie gardait toujours son silence forcé et son regard énigmatique.  « Deuxièmement, cela m'étonnerait fort que les renforts ne soient pas déjà en route. Et s'ils viennent, ils vont arriver nombreux. »

« Réfléchis bien, l'éleveur ! Comme tu l'as dit, tu viens de déclencher une guerre. Nous vous traquerons jusqu'au dernier. »

« Ne menace pas mon gars ou je te fais la peau ! » Dit finalement Rim de sa voix rauque, faisant un sourire à Max. Enfin le loubard avait l'aval de ce qu'il faisait.

Le jeune homme se retourna donc, envoyant son pied dans la tête du chef des Moufflair, le nez de celui-ci produisant un craquement sinistre, la chaise tombant à la renverse dans un grand bruit de bois. Il poussa un cri mais la ferma ensuite.

« Depuis le temps que j'en rêvais. »

Max sentait toujours le regard de Plo et Rim sur lui. Maintenant qu'il était proche d'eux, ils pouvaient lui parler en chuchotant.

« Merci, Max. » Dit la première en levant son regard bleu sur lui.

Rim opina du chef.

« Oui, merci. » Ajouta-t-il, sincère.

Ils savaient tout les deux que le loubard avait un plan pour éviter cette guerre.

C'est à ce moment là que Théo, le jeune qui gardait la moto de Max fit irruption dans la pièce, le visage écarlate à cause du sprint qu'il venait de faire pour les rejoindre le plus rapidement possible. Il ne s'occupa même pas de l'inconnu, se dirigeant droit vers Max.

« Je viens de voir un 4x4 des Moufflair passer ! Ils arrivent et ils sont nombreux ! »

Il n'était plus temps à la réflexion, ils ne pourraient pas se battre librement dans ces couloirs. Le chef des Moufflair se mit à rire, persuadé de la défaite de la Fratrie sur ce coup là. Pourtant, l'arrivée de tout le gang servait les ambitions du jeune homme.

« Théo ! Détache Plo et allez chercher cette foutue mallette ! » Dit-il en se ruant vers la porte. « L'inconnu avec moi, on va avoir besoin de tes Pokémon vu que tu as mit K.O ceux de mes potes ! T'inquiète pas, tu vas la récupérer ta mallette et après tu nous foutra la paix ! »


©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Mer 31 Oct 2018 - 16:17
Alexandre Diame
Sauvetage chaotique


Je ne pouvais m’empêcher d’être légèrement surprit par la réaction du loubard, mais, sans doute était-ce parce que je ne venais pas de son monde. A notre manière, chacun de notre côté, la vie nous avait forgés différemment. Dans tous les cas, je ne m’offusquais pas de son comportement, qui ne m’atteignait pas vraiment. J’étais surtout pressé de récupérer ce pour quoi j’avais été envoyé ici. Les guerres de clan, ou de gangs, n’étaient vraiment pas mon univers, et je ne souhaitais en aucun cas qu’elles le deviennent. Toutefois, un élément m’intriguait. Le nouvel arrivant, dans son discours, parlait très clairement de deux entités distinctes. Je n’avais absolument pas du tout fait attention mais, en observant désormais de plus près les différents protagonistes, il était vrai que le logo qu’ils portaient sur leurs vêtements ainsi que les couleurs de ces derniers n’étaient pas vraiment les mêmes. Je ne souhaitais pas vraiment en apprendre plus, mais force était de constater que, dans la situation cette information pouvait s’avérer particulièrement utile.

Le « QG » n’était donc pas celui du groupe auquel appartenait le nouvel arrivant et ses deux amis, mais bien celui du groupe de l’homme aux allures plus rustres et de son assistante. D’ailleurs, ce dernier ne semblait pas du tout apprécier la proposition du jeune homme aux cheveux blancs. La dispute qui s’ensuivit en témoigna, et je restais silencieux, un léger sourire aux lèvres, les observant alors se crêper le chignon dans mon sens. La manœuvre du retardataire était plutôt intelligente, car le chef du local où nous nous trouvions s’était trahit lui-même en s’énervant de manière si intensive. La mallette était donc toujours là, quelque part, comme l’avait indiqué le GPS. Je me perdais dans mes pensées, tâchant de réfléchir à quel moyen utiliser pour retrouver le bien d’Olympe le plus rapidement. Je ne portais donc pas vraiment d’importance au conflit musclé qui semblait désormais opposer les deux partis, et j’attendais que le jeune homme aux cheveux blancs revienne vers moi pour répondre à sa tirade, après qu’il ait soulagé ses nerfs sur le chef du clan opposé.

« En réalité, je ne savais même pas que vous étiez deux clans différents. » Lançais-je, presque amusé. « Plus sérieusement, votre guerre m’est totalement égale, tant qu’elle n’affecte que vous. Je ne suis pas un justicier, et je n’ai surtout pas la prétention d’en être un, crois-moi. Vous causez vous-même ce qui est en train de vous arriver, et je suis très loin d’avoir été l’élément déclencheur. Quant aux renforts, je ne vois même pas pourquoi nous sommes encore en train de discuter. Tu m’aides, je m’en vais. C’est aussi simple que ça. » Dis-je, sur un ton plus sérieux.

Je devais bien avouer que la situation commençait sérieusement à devenir trop complexe pour que je ne garde indéfiniment mon sang froid. D’autant plus que j’exécrais au plus haut point ce genre de « familles » criminelles, qui se battaient pour leur territoire. Rien que l’idée de voir des civils pris au milieu de leurs feux ravivait un flot de colère dans ma poitrine. Mais je n’étais pas là pour ça. Le jour où ce serait le cas, la note risquait d’être bien plus salée que quelques combats pokémons perdus. Je me contentais donc d’acquiescer, pressé d’en finir, lorsqu’un nouvel individu fit irruption dans la pièce, semblant totalement paniqué. Les renforts théoriques dont avait parlé le jeune homme semblaient définitivement arrivés cette fois, et nous n’allions pas échapper à un nouveau combat. L’effervescence gagna soudain la pièce, alors que ledit « Max » commençait à organiser les défenses. La voix gutturale de la Kaorine résonna soudain dans ma tête.

« Son plan a deux accros. S’il ne possède pas de pokémons roche, sol, ou acier, il sera incapable de combattre à tes côtés. Et même si c’était le cas, sans avoir l’habitude, il risque de te gêner. Le deuxième problème, c’est que les renforts dont il parlait sont en train de se scinder en deux groupes. Le gros des forces va se concentrer sur l’entrée que nous avons traversée, mais une demi-douzaine d’individus se dirigent vers une porte dérobée qui mène directement à l’étage. Ils sont mieux organisés que la première fois, et, surtout, je pense que l’objectif des renforts à l’arrière est uniquement de récupérer leur chef et la mallette. Sa petite amie risque d’avoir fort à faire s’il ne va pas l’aider. »

« Je peux défendre le hangar avec Caim, Shax, Zagan et Zépar. Garde Paimon avec toi au cas où, mais n’intervenez que si c’est absolument nécessaire. Et surveille-les. Dès que tu as la mallette, on décolle. »

Je me redressais alors après cette conversation mentale, puis je passais devant le jeune homme, m’arrêtant quelques instants à son niveau.

« Je m’occupe du Hangar. Seul. D’une part parce que tu risques de me gêner, et d’autres part parce que nos invités se sont scindés en deux groupes, et qu’environ six personnes se dirigent directement vers nous. Si tu ne veux pas qu’il arrive quelque chose à ta copine, tu devrais rester près d’elle. » Dis-je, d’une voix calme.

Sans attendre de réponse de sa part, je me dirigeais vers les escaliers métalliques. Une fois en bas, je fis apparaitre mes différents compagnons alors que le bruit dehors suggérait que l’assaut était imminent. Soucieux de perdre le moins de temps possible et de diminuer les risques, j’activais la Méga-gemme accrochée à mon poignet. Le corps du Laggron gris fut alors happé dans une colossale énergie lumineuse, et, lorsque cette dernière s’estompa, la forme colossale du Poisson-boue méga évolué apparut. La tempête de Sable, aidée par le talent du Tyranocif, était déjà particulièrement intense. Je m’installais un peu plus haut sur les escaliers pour avoir une meilleure vue, un léger sourire aux lèvres. Le combat pouvait débuter.




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Max Lochlainn
Région d'origine : Mhyone
Mer 31 Oct 2018 - 18:00
Max Lochlainn

Alexandre Diame & Max Lochlainn
Sauvetage chaotique


L'homme répondit à sa tirade de façon très logique. Il n'avait pas tort sur ce point, ils causaient eux-même cette guerre. Mais ils avaient tous grandit dans cette ambiance et ne savaient pas faire autrement. Et si la cupidité du chef des Moufflair n'avait pas mené à cet incident, la paix aurait sûrement eut lieux. Mais cela n'était pas important, la Fratrie contrôlerait bientôt un nouveau quartier. L'inconnu l'arrêta alors qu'ils allaient passer la porte.

"Je m’occupe du Hangar. Seul. D’une part parce que tu risques de me gêner, et d’autres part parce que nos invités se sont scindés en deux groupes, et qu’environ six personnes se dirigent directement vers nous. Si tu ne veux pas qu’il arrive quelque chose à ta copine, tu devrais rester près d’elle."

"Comment tu...? Peu importe." Dit Max, le laissant passer. "On se retrouve en bas quand nous aurons la mallette."

Il se saisit de sa pokéball, jetant ensuite un regard réprobateur en direction de Théo qui semblait avoir du mal à défaire les liens de Plo. Max jeta ensuite un coup d’œil vers la porte vide. La puissance de ce dresseur ne faisait pas de doute et il regrettait de ne pas se battre à ses côtés pour l'observer. Mais ils avaient plus important à penser actuellement. Plo se leva finalement de sa chaise, courant vers Max qui libérait son compagnon de la sphère rouge et blanche.

"Décidément, tu n'arriveras jamais à partir !" Railla-t-elle en le dépassant. "J'espère qu'on peut faire confiance au blondinet pour qu'il ne nous vende pas après. Salut Thug !"

Le Baggaïd fit un mouvement de bras enchanté en direction de la demoiselle avant de reprendre son sérieux, suivant de près son dresseur. Maxne s'étonna pas des railleries de la jeune femme dans une telle situation. C'était sa façon de réagir à la panique.

"La faute à qui ? Dès que je ne suis pas là, vous vous mettez dans la merde." Déclara le loubard aux cheveux blancs. "Théo, libère Rim aussi, laisse les autres pourrir ici et rejoins-nous, ça va chauffer."

Ils avancèrent dans le couloir en trottinant, Plo ouvrant toutes les portes pour trouver la mallette. Elle repéra rapidement une salle ou se trouvait un coffre et un ordinateur. Aucune serrure n'était visible sur celui-ci, seulement un digicode.

"Il va me falloir un moment pour déverrouiller le système. Tu es sûr que tu vas t'en sortir ?"

"File."

Et le garçon partit en courant, Thug continuant de le suivre. Tout deux rejoignirent la sortie de secours et se retrouvèrent dans un escalier de service. Il s'agissait bien du seul accès du bâtiment par lequel pouvaient passer les malfrats, l'autre étant déjà couvert par l'étrange dresseur. Max décida donc de prendre de l'avance, ce qui lui permettrait d'éloigner les combats de Plo et de battre en retraite si nécessaire. Ils sautèrent les marches pour arriver dans un nouveau couloir. Une seule porte en métal trônait devant eux, certainement la sortie. La largeur du corridor empêcherait les renforts de rentrer tous en même temps, ce qui arrangeait le dresseur et son Pokémon. Le Baggaïd vint se poster face à son dresseur, arrangeant sa mue pour qu'elle le protège et n'entrave plus ses mouvements. Tout deux fixaient la porte, une lueur de concentration sur le visage.

La porte vola en éclat, le garçon et son Pokémon se couchant au sol pour ne pas se faire faucher par celle-ci. Un épais nuage de fumée bouchait la visibilité de l'entrée, une silhouette indistincte avançait dans celle-ci. Humain ou Pokémon, ils n'avaient pas le temps de réfléchir.

"Pied Voltige !"

En sautant, le Baggaïd dispersa la fumée, son pied arrivant en plein dans la tête du Nidoqueen qui entrait dans la bâtisse, le faisant ressortir derechef tandis que le combattant se réceptionnait habilement. Les autres dresseurs et leurs Pokémon se trouvaient juste derrière la cible. Ils étaient bien six, mais Max ne voyait pas toutes les créatures. Tant mieux, il aurait bien du mal à tous les affronter à la fois.

Défi:
 



©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Lun 5 Nov 2018 - 13:32
Alexandre Diame
Sauvetage chaotique


Le sable s’était levé sur le Hangar, et des cris de surprises avaient résonné à l’extérieur. La visibilité était devenue très faible, la poussière volatile masquant en partie les lumières artificielles de l’édifice ainsi que les rares fenêtres qui laissaient passer les rayons du soleil. Pour mes partenaires, ce n’était pas un problème. Chacun avait l’habitude de combattre dans ces conditions. Le Libégon était né entouré de ce genre d’environnement, tout comme l’Hippodoccus ou le Tyranocif. Caim, lui, avait la faculté de ressentir le moindre mouvement grâce à la sensibilité de ses pattes avant et de ses branchies. Et sa forme méga-évoluée, en plus de profiter de sa capacité de clairvoyance, n’allait pas laisser de grandes chances à nos adversaires. Il y avait d’ailleurs fort à parier pour qu’ils n’aient pas besoin de mes consignes. Nous nous battions ensembles depuis suffisamment longtemps pour qu’ils sachent parfaitement ce qu’ils avaient à faire. Moi aussi habitué à œuvrer dans la tempête, je restais assis sur l’escalier métallique, prêt à observer la scène.

Les loubards avaient visiblement choisi de passer en force. Un énorme 4x4 fit irruption dans le hangar, bien décidé à franchir les lignes de défenses ennemies. Mais il n’y avait en réalité pas de ligne de défense, ou alors, pas celle auxquelles ils s’attendaient. Le véhicule s’arrêta, et ses occupants ne virent qu’au dernier moment l’immense poing du Laggron sortir du rideau de Sable. Il vint s’écraser sur l’acier du capot, à la verticale, soulevant littéralement l’arrière du tout terrain, dont l’avant venait de se faire pulvériser. Les hommes eurent à peine le temps d’en sortir qu’un second coup de poing faisait valser le véhicule sur le côté. Surpris, et effrayés, ils ne virent que trop tard l’appendice caudal du dragon sortir à nouveau de la tempête pour les balayer brutalement. D’autres véhicules arrivèrent alors en renfort, mais, de nouveau, il était trop tard. Bien en place, Zépar bloqua ces derniers avec de puissantes lames de Roc qui vinrent perforer les voitures par en dessous, les rendant inutilisables. Les occupants se trouvaient alors confrontés à la vitesse de Shax, ou à la puissance de Zagan, dont les Vibrobscurs suffisaient à mettre à terre toute éventuelle résistance. Nous faisions alors d’une pierre deux coups. La violence de l’affrontement et les pertes considérables que subissaient ces fameux « moufflairs » dans leur propre QG allaient être des facteurs déterminants dans les évènements à venir. Sans véhicules, et sans centre d’opération, une guerre était désormais plus que difficilement envisageable. Ils étaient donc en train de sceller eux-mêmes le sort de leur gang. Leurs « troupes » se faisaient décimer par le quatuor, et de nombreux loubards blessés avaient déjà pris la fuite. Les voitures et les 4x4 étaient, eux, dans un piteux état. Une dizaine de véhicules étaient désormais immobilisés, inutilisables, formant eux-mêmes une muraille contre les prochains assauts qui ne viendraient sans doute pas. Une fois que je fus sûr que la fin de l’affrontement était une évidence, je laissais mes quatre partenaires monter la garde, me relevant en soupirant légèrement.

Furfur ne m’avait pas informé du moindre problème, et je doutais de la capacité des Loubards à venir à bout de la Kaorine. Le dresseur aux cheveux blancs avait donc réussi sa part, et protégé sa petite amie des éventuels assauts de la « discrète » équipe d’infiltration. La jeune blondinette devait donc avoir terminé de récupérer la mallette si précieuse pour la fondation. Et il était plus que grand temps pour moi de quitter les lieux. Je me dirigeais donc dans la salle qu’ils avaient indiqué précédemment, trouvant alors la jeune femme en pleine concentration devant un coffre-fort qu’elle semblait à peine réussir à déverrouiller. Un léger sourire aux lèvres, je lui lançais, la faisant légèrement sursauter.

« Du… coup ? C’est tout bon ? Disons que je ne pensais pas passer autant de temps ici, et que je n’ai pas envie de m’éterniser. » Lançais-je, sur un ton presque amical.




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Max Lochlainn
Région d'origine : Mhyone
Lun 5 Nov 2018 - 19:32
Max Lochlainn

Alexandre Diame & Max Lochlainn
Sauvetage chaotique


Du côté du loubard, le combat faisait rage. Malgré les nombreux ennemis, Thug arrivait à conserver l'avantage grâce à l'étroitesse du couloir, leurs adversaires n'arrivant pas à se décider à réellement tout casser. Pourtant, ils avaient les Pokémon pour !

Le Pokémon enchaînait donc les Représailles et les Pied Voltige, renvoyant leurs adversaires de l'autre côté de la porte de service ouverte. Un Abo particulièrement motivé se reçut le lourd battant en fer au coin de la figure, reposant maintenant K.O au sol. Mais même s'ils gardaient leur avantage, le jeune homme n'arrivait pas à mettre complètement hors d'état de nuire ses opposants et le Baggaïd, bien que toujours aussi agressif, commençait à fatiguer. Ils devraient en finir rapidement s'ils ne voulaient pas qu'il tombe d'épuisement.

Ils devraient donc prendre des risques.

Les deux compagnons, firent alors une percée, Thug se jeta hors de la bâtisse avec son dresseur. La riposte ne tarda pas, alors que l'un des malfrats se jetait sur Max pour le maîtriser. Celui-ci l'attrapa à la taille et le projeta dans le sable, tandis que le Nidoqueen essayait de saisir le Baggaïd à la gorge d'une attaque Morsure. Heureusement, celui-ci esquiva le coup du Tarinor qui arrivait dans son dos et celui-ci percuta de plein fouet le Pokémon Sol et Poison qui tomba au sol avant de revenir dans sa Pokéball. Le combat continua à ce rythme encore une vingtaine de minutes, les deux compagnons rusant pour mettre à terre chacun de leurs adversaires tout en protégeant farouchement l'entrée de service du hangar. Ils semblaient se parfaire dans ce chaos de poussière et de coups échangés.

Puis ce fut le calme plat. Le dernier des Moufflair s'enfuyait sans demander son reste, oubliant complètement le véhicule avec lequel ils étaient arrivés. Le jeune homme cracha au sol, s'essuyant la sueur sur son front tandis que Thug, essoufflé du combat, laissait tomber sa mue sur ses jambes.

____________

Plo entendit l'homme arriver et se tourna vers lui avant de le reconnaître et de se remettre au travail. Le code lui donnait bien du mal cette fois-ci et elle aussi devenait curieuse de ce que pouvait bien contenir ce coffre.

"J'ai presque fini, il ne me reste plus qu'un chiffre à trouver." Répondit-elle, surprise par le ton amical d'Alexandre.

Rim et Théo arrivèrent alors dans la pièce, toisant l'inconnu d'un regard inquisiteur. Ils se placèrent de chaque côté de la porte sans dire un mot. Si Rim avait le regard implacable du malfrat endurci, ce n'était clairement pas le cas de Théo, bien plus jeune, qui avait plus l'air d'avoir peur qu'autre chose. Visiblement, il n'avait jamais vécu une situation de crise aussi forte.

Quelques minutes plus tard, Max s'annonça avant de pénétrer dans la pièce, ses deux yeux se rivant instantanément sur le dresseur. Le loubard avait retrouvé son expression blasée habituelle. Thug, son Baggaïd le suivait sur ses talons et entra dans la salle à sa suite et vint croiser les bras en imitant Rim et Théo.

"Tu as été rapide. Plus que nous." Déclara Max, sans aucune trace de moquerie dans la voix. Il devait avouer que l'inconnu forçait le respect.

Quelques minutes passèrent et finalement, un cliquetis salvateur résonna dans le silence de la pièce et le lourd battant du coffre-fort s'ouvrit, dévoilant une mallette avec un étrange logo que les loubards reconnurent tous entre mille. La curiosité naissait dans l'esprit de Max. Dans quelle affaire étaient allés se mettre les Moufflair, cette fois ? Plo la saisit prudemment entre ses mains avant de la tendre au jeune dresseur blond.

"Bien, maintenant, sortons d'ici."


©️ Nephilith pour EPICODE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandre Diame
Région d'origine : Hoenn
Mar 6 Nov 2018 - 13:49
Alexandre Diame
Sauvetage chaotique



La jeune femme semblait au moins se débrouiller avec les coffres-forts, c’était déjà ça. Elle était loin d’être une mauvaise dresseuse, mais n’avait vraisemblablement jamais réellement essayé d’en devenir une. Après tout, c’était son choix. Alors que j’attendais tranquillement qu’elle finisse, les deux loubars que j’avais déjà croisés débarquèrent. L’un d’entre eux me jeta un regard particulièrement mauvais, tandis que l’autre, bien plus jeune, semblait plus angoissé qu’autre chose face aux évènements qui venaient de lui tomber dessus. Pourtant, la phase « critique » de la journée était bel et bien derrière nous. Et elle n’avait finalement pas posé tant de soucis que ça. Les Loubards étaient certes impressionnants, mais il était plutôt rare que leurs représentants soient d’excellents dresseurs. Ils misaient généralement plus sur l’intimidation et le nombre que sur un réel talent de combattant, ce qui, une fois passée la barrière de l’apparence, les rendait plutôt aisés à vaincre.

Si le loubard au regard méfiant ne me lâchait pas des yeux, je me contentais pour ma part de rester immobile. Le dresseur aux cheveux blancs débarqua ensuite accompagné de son Baggaïd. Ce dernier me faisait d’ailleurs un peu penser au pokémon d’Estelle que j’avais pu affronter à la tour, même si son niveau n’était surement pas aussi élevé. Après tout, malgré nos différents, la jeune femme était un membre du conseil des 4, et donc une excellente dresseuse avec d’excellents pokémons. Je ne relevais donc pas tant les paroles du dernier arrivant, me contentant simplement d’un hochement de tête. Je n’étais pas vraiment ici pour me faire des amis, et mon intervention n’avait déjà que trop duré. La jeune blondinette finit enfin par débloquer le coffre-fort, et elle en sorti une boite en plastique noire, assez lourde, et gravée du symbole d’Olympe. Je la récupérais doucement des mains de la dénommée Plo’, sans vérifier son contenu. Comme l’avait dit Raphaël, il y avait de fortes chances pour que la mallette soit totalement hermétique à la moindre tentative d’ouverture. Une fois la boite noire en ma possession, je me tournais vers le petit groupe.

« Merci pour le coup de main. » Dis-je, sincèrement. « Ah. Et il se pourrait que votre problème concernant une éventuelle guerre, ou je ne sais pas quoi d’autre, soit temporairement résolu. Enfin, ça vous regarde de toute façon. » Je repris soudain un ton plus sérieux. « En revanche, vous avez vu aussi bien que moi le symbole sur la mallette, et, même si c’est peut-être ce que vous aviez déjà envisagé, je vous suggère fortement de vous tenir à l’écart de cette histoire, et d’Olympe d’une manière générale. Admettons que c’est un service que vous me rendez en échange de l’aide que je vous ais fourni contre votre gang rival. » Dis-je, avec une pointe d’amusement dans la voix, en lançant un clin d’œil au petit groupe.

« Sur ce, je ne vous dérange pas plus. Amusez-vous bien ! » Lançais-je, alors que la Kaorine se téléportait près de moi l’espace d’un instant, avant de me téléporter directement devant les locaux d’Olympe.





© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Mhyone :: Nox Illum-
Sauter vers: