HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Sous caféine (ft. Soburin)
Sous caféine (ft. Soburin)
Jeu 30 Juin 2016 - 0:02
Région d'origine : Kanto
Messages : 10

Edgar Wynne

Edgar Wynne

On déteste le changement, mais c'est pourtant la seule chose qui nous permet de progresser. Edgar l'avait malheureusement compris trop tard. En effet, le jeune homme s'était toujours contenté de subir la vie, même lorsqu'il avait l'occasion de se reprendre en main. À l'école, par exemple, il n'était pas un mauvais élève. Au contraire, ses résultats étaient suffisants pour qu'il puisse obtenir une bourse et quitter le taudis dans lequel il vivait. Il n'eut toutefois jamais le courage d'engager les procédures administratives nécessaires qu'il jugeait trop fastidieuses. Il était donc destiné (même si ironiquement, la fatalité restait une chose à laquelle il ne croyait pas !) à rester tout en bas de l'échelle sociale, comme sa famille, ses amis, ses voisins et tous ceux qui avaient eu le malheur de se retrouver un jour coincé dans la « Zone ». Néanmoins, un événement vint changer la donne : le décès de sa mère. Dès lors, il comprit qu'il ne pouvait pas avoir la même vie qu'eut sa mère, c'est-à-dire une existence triste et plate. Il devait donc quitter la région et s'en aller assez loin pour qu'il ne puisse pas faire demi-tour. L'archipel de Mhyone semblait être la destination parfaite.

~~ ~~

Edgar n'aimait décidément pas l'avion. Il n'était déjà pas habitué aux transports terrestres, mais la simple idée de s'envoler dans les airs à bord d'une grande cage métallique était un véritable cauchemar. Il ne supportait ni la sensation d'être ballotté dans les airs comme un vulgaire ballon de baudruche ni l'idée de se trouver à plusieurs centaines de mètres du sol, sans véritables chances de survie en cas d'accident. Il n'avait pourtant pas le choix : si il voulait partir de la Zone le plus rapidement possible, l'avion était la seule solution ; il se voyait mal sur un bateau de croisière, surtout après ce qui l'avait poussé à fuir. Ainsi, il prit son mal en patience et ne put que embrassé le bitume une fois les pieds sur la terre ferme. La souffrance éprouvée durant le voyage n'était rien par rapport à la joie qu'il avait d'être enfin arrivé à destination. Sa grande quête allait enfin pouvoir commencer.

L'aéroport était grand, mais la ville était simplement gigantesque. Il ne décida pas tout de suite de s'engouffrer dans les nombreuses rues de la capitale – il était bien trop fatigué, et il devait encore trouver un endroit où dormir – mais il avait hâte de pouvoir découvrir ce que la cité lumineuse lui réservait.  Néanmoins, sa priorité absolue pour l'instant était de trouver un bon café. Il n'avait pas pu dormir dans l'avion, à cause du stress, et il était maintenant à deux doigts de s'allonger sur les pavés froids du parvis de l'aéroport et de s'endormir.

Le jeune dresseur se précipita donc dans la première buvette qu'il trouva. La boisson chaude était chère (un attrape-touristes quoi !) mais Edgar était tellement désespéré qu'il ne se posa pas plus de questions. Toutefois, son assoupissement finit par lui jouer un tour : alors qu'il se dirigeait vers une table libre, il ne remarqua pas le balais allongé sur le parquais et trébucha. Il finit le nez dans la poussière tandis que le contenu de son gobelet se renversa sur la robe d'une cliente.

« Je.. » Edgar n'arrivait pas à formuler sa phrase, gêné à la fois par la situation dans laquelle il se trouvait mais aussi par l'acte qu'il avait commis. « Je.. suis.. désolé ! Je ne voulais pas.. »

De son seul œil, il observait la victime de sa bêtise. Comment allait-elle réagir ?
Re: Sous caféine (ft. Soburin)
Jeu 30 Juin 2016 - 7:18
Région d'origine : Johto.
Messages : 394

Soburin Ikeda

Soburin Ikeda

L'ex habitante de Jotho n'avait pas forcément un sens de l'orientation extrêmement développé et se repérer au sein de Nox Illum était une véritable plaie pour elle. Si elle n'avait pas vraiment peur de parler aux passants, c'était plutôt que la plupart étaient bien trop presser pour lui accorder un regard. Ainsi, la jeune femme à la chevelure sombre se retrouva bien vite en face de l'immense Aéroport qui l'avait accueillit à son arrivée. La soif lui arrachait littéralement la gorge et l'idée de faire demi-tour, vadrouiller d’exténuantes minutes afin de trouver un coin à boire ne lui plaisait guère. Ainsi, tentant d'oublier l'argent qu'elle allait débourser pour boire un simple verre d'eau, Soburin entra à l'intérieur de l'endroit et alla à la rencontre de la première buvette en vue. La demoiselle commanda un verre d'eau, payant en remarquant que l'eau n'était finalement pas si cher que cela. Elle prit ensuite place à une table libre.

Soburin posa son verre et jeta un œil à travers la baie vitrée, son menton au creux de sa main droite. Au final, cet endroit représentait pour le moment son meilleur souvenir ici : le symbole de sa délivrance. Elle se souvenait encore d'il y a peu, lorsqu'elle débarquait ici, un peu perdue, son sac à dos avec quelques affaires à l'intérieur : peu, son père lui avait dit que le minimum serait suffisant. Le reste, elle le trouverait dans sa nouvelle vie. Ce n'était pas faux, Soburin avait acheté quelques autres vêtements dont la robe immaculée qu'elle portait aujourd'hui, robe dont la couleur contrastait avec sa longue crinière ébène mais amplifiait la teinte presque trop blanche de sa peau.
La jeune fille ferma ses yeux, somnolant presque, bercée par les fins murmures des clients aux alentours.

Rouvrant ses mirettes après quelques minutes, Soburin bu l'intégralité de son verre d'eau avant de se relever afin d'en re-demander. Cependant, elle venait à peine de se redresser qu'un bruit de chute se fit juste devant elle. La jeune femme fit un léger pas en arrière en sentant sa robe s'affaisser légèrement à un endroit, l'ex kimono passa presque instinctivement la main au dit endroit, sentant le liquide chaud. Baissant son regard, elle aperçu alors la tache et, au sol, le jeune homme qui en était la cause. Ce qui intrigua directement Soburin fut certainement son cache-œil qui, peut-être renfermait une histoire intéressante (elle ne pouvait s'empêcher de penser à cela, se souvenant des paroles de son père lui rappelant que chaque individu pouvait avoir une histoire des plus passionnantes). Loin d'elle l'idée de se fâcher pour sa robe tachée, elle posa simplement son gobelet sur la table et tandis sa main au rouquin afin de l'aider à se relever.

— « Je m'en doute que vous ne le vouliez pas. Ne vous inquiétez pas, ce n'est rien, cela se nettoie. »

Du moins, elle espérait mais, ce n'était pas important. Que du tissu. Soburin respirait clairement le calme, même des prunelles sombres n'inspiraient aucune animosité, ni agacement. Son fin sourire aux lèvres, elle récupéra son gobelet et indiqua alors le comptoir d'un doigt.

— « Vous allez certainement devoir reprendre un café, et puis, ce balai traînait en plein milieu, essayez de négocier afin d'avoir un café moins cher. »

Elle déclara cela en s'avançant près du comptoir, quémandant ensuite un nouveau verre d'eau. Son attention se reposa ensuite sur le rouquin au cache-œil si intriguant.

— « Mais dîtes-moi, votre cache-œil est-il un style ou est-il témoin d'une aventure houleuse ? »

Toujours cette politesse qui lui avait été dicté depuis qu'elle était enfant, ces paroles presque soutenues. Seulement, elle se rendit compte que si c'était la deuxième option, sa curiosité était clairement mal placée. Soburin s'excusa donc rapidement.

— « Excusez-moi, je suis sincèrement désolée de ma curiosité si votre réponse est la deuxième option. »

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives RP :: 2016-
Sauter vers: