HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Ven 15 Juil 2016 - 17:40

Anonymous

Invité
Takeshi avait décidé de faire une petite session d'entraînement à la route numéro 1. Hime avait beau entraîner les pouvoirs psychiques de son cerveau rien ne valait le terrain et son expérience. Takeshi avait donc pris un petit sac à dos avec de quoi manger ou soigner Hime en cas de blessure. Il fit sortir son Tarsal de sa Pokéball.

Le duo avancçait tranquillement jusqu'à commencer à apercevoir des hautes herbes et d'autres dresseurs qui affrontaient des Pokémons. Takeshi voyait un combat non loin de lui. Un jeune dresseur affrontait un Phylali avec son Insecateur.

Alors que l'Insecateur sauvage lançait Vive-Attaque, le Phylali ripostait grâce à l'attaque Tranch'Herbe pour perturber la charge du Pokémon sauvage. Tout ça excitait Takeshi qui voulait se donner corps et âme lui aussi. Le dresseur regarda son Tarsal et les deux se mirent à courir plus loin dans un coin non occupé pour ne pas être gêné, ni observé.

Takeshi était rentré aux abords d'une grotte pleine de verdure. On ne voyait pas beaucoup à l’intérieur. Takeshi regarda son Pokémon, qui haussa les épaules. Il ne pouvait pas éclairer plus la zone, il n'avait pas cette capacité. Takeshi plissa les yeux pour voir et il vit, au loin, ce qui ressemblait à un Pokémon de couleur rouge. Takeshi pensa à un dos sur le moment, un dos bombé.

Takeshi voulu avoir l'effet de surprise.

— Allez Hime, attaque Feuillemagik !

Takeshi pointa du doigt le Pokémon à peine visible. L'attaque toucha à peine le Pokémon. Il était trop loin et à peine visible. Il ne pouvait en vouloir à Hime. Mais d'un seul coup le Pokémon se dressa sur ses pattes laissant voir de quel Pokémon il s'agissait.

À ce moment là Takeshi devint tout pâle. Il attrapa Hime et le plaça devant son visage, les bras tendus.

— Vas-y attaque le avec Choc mental. Vite ! Je les détestes ces sales bestioles, tu le sais !

Mais Hime ne pouvait viser juste, Takeshi la secouant dans tous les sens. D'un seul coup le Migalos prit une pause offensive et se mit à courir en direction de Takeshi et son Pokémon. Le dresseur prit ses jambes à son cou, levant les bras en l'air tout en tenant son Tarsal.

Takeshi courut comme un dératé quand il aperçut une silhouette au loin. Il prit cette direction pour arriver en freinant, dans un nuage de poussière, devant cette personne dans une panique totale.

— Un... un … un Migalos sauvage immense me poursuit ! Et je suis arachnophobe ! Et... et...

Le Migalos arrivait et Takeshi perdait de plus en plus en couleur.
Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Ven 15 Juil 2016 - 22:01
Région d'origine : Johto.
Messages : 394

Soburin Ikeda

Soburin Ikeda
une histoire de huit pattes et d'yeux

Soburin et Hiryō se promenaient sur la route une, particulièrement boisée et sauvage, reliant Nox Illum à Viridia. En réalité, la brune était déjà passée par-ici mais pas à pied, elle n'avait donc pas eu la chance de pouvoir admirer comme il le fallait les environs. De plus, son petit Sonistrelle n'appréciait guère rester vadrouiller en ville au milieu du béton et de la trop grosse foule, ayant sans cesse besoin de se retrouver au milieu de la végétation. Ce qui ne déplaisait guère à l'ex habitante de Jotho. Cette-dernière c'était aujourd'hui parée d'un magnifique yukata dont la couleur principale était un noir profond, tout comme le obi. Seulement, des fleurs et autres motifs extrêmement colorés tranchaient complètement avec ce noir, offrant une touche colorée admirable. Soburin avait par ailleurs noué sa longue chevelure sombre en un chignon haut et orné d'un pic à cheveu aux ornements dont les couleurs faisaient penser à celles du yukata.
Un fin sourire habillait ses lippes en se remémorant la petite aventure de ce matin, un groupe de touriste avait cru avoir affaire à une sorte d'attraction à la vue de Soburin et son accoutrement, pensant peut-être à une tradition de l'île. Soburin se souvenait bien de leurs faciès surpris lorsqu'ils avaient apprit le contraire : elle s'habillait simplement ainsi tous les jours, ou presque.

Mains enfouies dans les larges manches de l'habit, Soburin ferma ses prunelles sombres, arrêtant sa marche afin de simplement apprécier une brise rafraîchissante. Le petit Sonistrelle profitait de la brise pour effectuer quelques cabrioles habiles, poussant un léger cri joyeux alors qu'il volait tout autour des troncs, libre de sa sphère bicolore. L'ancienne Kimono semblait toujours immobile, se perdant peut-être dans le méandre de ses pensées tandis que Hiryō stoppait ses facéties, intriguée par un bruit de cavalcade. Le Pokémon Dragon et Vol poussa un cri de surprise à la vue d'un type en pleine panique qui débarqua en manquant de percuter la jeune femme toujours immobile à l'instar d'une parfaite statue.
Nullement surprise, Soburin rouvrit ses prunelles sombres et observa le jeune homme dont les couleurs disparaissaient de plus en plus au fil de secondes, il portait un petit Pokémon et paraissait des plus apeurés. Que se passait-il donc ? La jeune femme parvint à saisir les paroles de l'homme en dépit du débit rapide du à la peur. Et en effet, un énorme Migalos courroucé arrivait juste derrière.

Soburin se déplaça sur le côté et posa une main légère sur l'épaule de l'inconnu, arborant un fin sourire aussi énigmatique qu'il se voulait rassurant.

« Ne vous inquiétez pas, fermez les yeux, il ne sera plus là lorsque vous les rouvrirez. »

La demoiselle connaissait bien les Migalos, Pokémon très présents dans sa région et qui pouvaient se montrer bien agressifs lorsqu'on les dérangeaient. Mais la jeune femme à la crinière ébène savait aussi comment le repousser sans trop de problème, elle effectua donc un léger geste à l'attention de son Sonistrelle qui se préparait déjà à l'affrontement, battant un peu plus vite des ailes. Avec force, il les ramena d'un coup en avant et créa une lame d'air tranchante et en forme de croix. Le Miagalos furieux se la prit de plein fouet et se stoppa soudainement, évaluant la situation. Mais sans attendre, le Pokémon Dragon et Vol retourna à l'assaut avec célérité, écartant ses ailes et tentant de percuter l'araignée qui se décida bien vite ; il envoya un fil de toile droit sur le volant qui s'empêtra dedans, goûtant le sol herbeux pendant que le Migalos choisit de prendre la fuite, disparaissant bien vite.

Soburin s'approcha de son Sonistrelle, le prenant dans ses bras afin de l'aider à se débarrasser des sécrétions. Puis, son starter dans les bras, elle se rapprocha du jeune homme tout en décrochant sa gourde rattachée au niveau de sa hanche droite.

« Tout va bien, il est partit, vous n'êtes pas blessé ? Hm, peut-être désirez-vous de l'eau ? »

Elle présentait humblement sa gourde emplie d'eau encore un peu fraîche, laissant de son bras libre Hiryō qui vint se planter sur l'épaule gauche de la demoiselle, bombant un peu le torse, un sourire fier dessiné sur son faciès.



(c) chaotic evil

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Sam 16 Juil 2016 - 1:05

Anonymous

Invité

Takeshi n'avait pas vraiment cherché à comprendre et avait obéi à la jeune femme toute vêtue de noir. Ce n’était pas dans ses habitudes d'aborder de la sorte une personne, mais sa phobie avait pris le dessus sur les bonnes manières. Il s'en excuserait plus tard.

Ainsi Takeshi était rester dos à l'action. Bien qu'il aimait voir les dresseurs en action il ne se sentait vraiment pas de le faire actuellement et ce, même avec la main apaisante sur son épaule. Mais Hime, qu'il avait posé au sol, regardait le combat. Le Tarsal aurait bien aimé aider, n'ayant pu faire preuve d’efficacité à cause de son dresseur et de son état de peur. Mais Hime savait bien que venir s’immiscer dans un combat où le dresseur et le Pokémon étaient aussi concentrés ne serait pas une aide.

Quelques minutes plus tard de grosses bourrasques de vent se firent sentir. Takeshi prit le risque de se retourner, et aperçut la femme en noir revenir vers lui avec un calme olympien. Que devait-elle penser de voir un grand gaillard comme lui, de quasiment deux mètres de haut, se ridiculiser ainsi ? Ah ça c’était sûr qu'il avait bien honte et ne faisait pas le fier alors qu'elle lui proposait de quoi boire.

Takeshi sourit un peut bêtement, se frottant la nuque de la main gauche, avec un air embarrassé.

— Volontiers. Je tiens à te remercier, vraiment. Je suis arachnophobe depuis tout petit, et j'ai été en panique. C'est un peut bête tu trouves pas ?

Takeshi commença à boire quand il se rappela qu'il avait dans son sac de quoi boire.

— Mais que je suis stupide aujourd'hui. J'ai pris de quoi boire dans mon sac. J'ai aussi de quoi soigner un Pokémon si jamais le tien s'est blessé pendant le combat. J'ai aussi de quoi nourrir deux Pokémons.

Vu qu'il avait espéré attraper un Pokémon il avait du coup prévu une deuxième ration, mais apparemment ce ne serait pas pour aujourd'hui.

— Je m'appelle Takeshi Yamaguchi et elle c'est Hime. Enchanté mademoiselle ?

Takeshi enchaîna directement avec une autre remarque qu'il espérait ne vexerait nullement sa sauveuse.

— Tu es pas d'ici non ? Ici les gens portent ce genre de vêtements que pendant les festivals. Mais si je peux me permettre je trouve que ça te va bien. C'est simple et à la fois élégant.

Takeshi lui offrit un sourire lui tendant de quoi soigner son Pokémon au besoin.
Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Sam 16 Juil 2016 - 4:44
Région d'origine : Johto.
Messages : 394

Soburin Ikeda

Soburin Ikeda
une histoire de huit pattes et d'yeux

Soburin était certes quelque peu amusée de la situation mais ne le montrait pas, conservant sobrement son habituel léger sourire. Les démonstrations telles d'émotions lui faisaient étrangement grand plaisir, elle-même ayant du mal à le faire à cause de sa mère lui ayant toujours inculqué que c'était quelque chose de mauvais à montrer. Ainsi, la brune avait grandit dans un monde où les êtres autour d'elles conservaient généralement une certaine neutralité en public ou devant autrui, un fait bien triste selon la brune. C'était bien plus vivant de voir ce gigantesque jeune homme totalement effrayé face à un Migalos, même s'il paraissait gêné de la situation. Soburin tenta de le rassurer en accentuant un peu son sourire, secouant légèrement sa tête de gauche à droite.

« Mais non, ce n'est rien, c'est difficile de lutter contre ses phobies après tout. »

Certes, elle-même ne savait même pas réellement ce qui l'effrayait. Les insectes ne lui faisaient ni chaud ni froid et ce, comme la plupart des choses peuplant la planète. Peut-être était-ce aussi pour cela que la jeune femme se sentait souvent un peu vide, n'ayant que rarement de grosses frayeurs ; à moins peut-être lorsqu'il s'agissait de son Sonistrelle ? Mais enfin, cela n'était guère le moment de réfléchir à propos de ces choses. Soburin récupéra simplement sa gourde lorsque le jeune homme eut terminé, s'exprimant de telle façon que cela amusa Soburin. L'émotion devait l'avoir chamboulé à tel point qu'il en avait oublié quelques petites choses.
En tout cas, à peine Hiryō entendit le mot "nourrir" qu'il s'agita comme jamais, poussant un soudain cri plein d'enthousiasme avant de voleter tout autour de la jeune Tarsal, un large sourire flanqué sur son faciès.

« Enchanté Takeshi, je suis Soburin Ikeda et votre sauveur est ce preux Hiryō. »

Déclara la jeune femme en riant doucement, présentant élégamment sa petite chauve-souris d'un mouvement de bras léger, le montrant de sa main dont la paume était levée en direction du ciel. L'interpellé s'était posé face à la petite Tarsal, désireux de la taquiner un peu mais l'entente de son nom lui avait fait tourné la tête. Levant une aile comme pour saluer, arborant un sourire un peu benêt.

« Et en effet, je ne suis pas d'ici mais de Jotho, j'ai encore du mal à m'habituer aux vêtements plus... habituels. Mais toi, tu es d'ici ? Oh et, merci du compliment. »

En effet, cela changeait des certains regards insistants, lourds ou un peu trop dans le jugement. Ou des touristes qui se trompaient sur son compte. Soburin prit entre ses mains la potion dédiée au soin de son Sonistrelle. Celui-ci bomba fièrement le torse, levant ses deux ailes membraneuses afin de démontrer qu'il était en forme parfaite, il porta par contre quelques griffes au niveau de sa bouche, effectuant un geste comme s'il mangeait. La brune eut un sourire en coin, retournant l'objet de soin à Takeshi.

« Je crois que tes paroles à propos de la nourriture ont éveillé son appétit. »

Soburin avait au moins réussit à tutoyer son interlocuteur, tentant sans cesse de se débarrasser du vouvoiement qui revenait parfois à tout hasard à cause de l'habitude. Ce n'était en effet que depuis son arrivée ici que la jeune femme se mettait enfin à tutoyer autrui, cela paraissait anodin pour beaucoup mais à ses yeux, c'était presque un infime morceau de liberté.
La demoiselle glissa son regard sur la Tarsal, l'observant tranquillement.

« Ton Pokémon est vraiment adorable en tout cas et... Dis donc Hiryō ! Cesse de d'embêter cette pauvre Hime ! »

Le petit Sonistrelle avait en effet attrapé la corne rouge sur le front du Pokémon Psy et Fée avant de l'observer de plus près, cessant vivement son action et déplaçant son regard vers les humains en arborant un air fautif de personne prise la main dans le sac.


(c) chaotic evil

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Dim 17 Juil 2016 - 1:06

Anonymous

Invité

Takeshi était soulagé qu'elle le comprenne. Peut être avait-elle, elle aussi, une phobie qui lui faisait perdre tout moyen quand elle se retrouvait en face. En tout cas Takeshi était bien tombé. Cette jeune femme était une personne qu'il appréciait déjà.

Elle n'avait pas l'air très expressive contrairement à lui mais c’était peut-être cela qui faisait son charme. Il appris qu'il devait le salut de son esprit au Pokémon qu'elle lui présenta. Takeshi regarda le Pokémon qu'elle avait nommée Hiryo.

— Enchanté de te connaître Soburin, et merci beaucoup Hiryo. Vous m'avez sacrement bien aidé. Je saurais payer ma dette un jour.

Takeshi prit la main de Soburin pour y appliquer un baise main. Il avait vu ça quand il était en vacances dans la région de Kalos. Du coup comme elle était étrangère il se disait que, peut être, dans sa région ils faisaient la même chose. Puis il lâcha la main pour se relever.

— Personnellement ça me choque pas à proprement parler. Si tu aimes t'habiller de la sorte tu en as le droit. Après tout on est libre d’être comme on le souhaite du moment qu'on est pas un criminel ou quelque chose du genre.

Le Tarsal était intrigué par le Pokémon volant. Hime n'avait jamais vu ce genre de Pokémon et elle était un peu curieuse.

— Je suis né sur l'archipel, oui, à Nox Illum. J'ai toujours vécu dans cette ville. J'ai une maison là-bas, mais j'ai souvent passé certaines vacances à l’étranger.

Takeshi regarda le Pokémon de Soburin. Il avait l'air fier d'avoir réussi à repousser le Migalos sans aucune blessure. Takeshi rigola un peu et rangea la potion.

— Ahah il y a pas de soucis. J'ai de quoi lui remplir le ventre je pense. On peut aller s’installer dans un coin à l'ombre si tu veux. J'ai un bento si tu as faim.

Les paroles complimentant Hime firent légèrement rougir cette dernière qui alla en direction de Soburin pour lui faire un câlin. Mais le Pokémon vol et dragon se dirigea vers elle, touchant à sa corne. Hime secoua les bras toute paniquée.

— Ton Pokémon a l'air affamé. Mais il aura sa part que si il s'excuse auprès d'Hime.

Takeshi avait un air plutôt amusé. Il voulait, à son tour, taquiner Hiryo, comme il avait taquiné Hime.

— Qu'en penses-tu Soburin ? Il mérite d'avoir sa nourriture maintenant ?

Takeshi tendit la boite contenant la nourriture pour Pokémon à la dresseuse en kimono, la laissant seule juge. Si la nourriture serait donnée maintenant ou en même temps que le bento qu'il allait offrir à cette dernière.
Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Lun 18 Juil 2016 - 4:18
Région d'origine : Johto.
Messages : 394

Soburin Ikeda

Soburin Ikeda
une histoire de huit pattes et d'yeux

Soburin fut quelque peu surprise du baise-main offert par Takeshi mais resta muette pour le moment, plutôt amusée par cette étrange coutume qu'elle ne connaissait guère. Venait-elle d'ici ? Depuis les quelques jours où elle était ici, la jeune femme n'avait pas encore été embrassé sur la main mais peut-être s'était fourvoyé en pensant que chez elle, on faisait ainsi ? L'attention était touchante mais Soburin nota dans un coin de son esprit de lui demander d'où venait cette acte de politesse. Mais en tout cas, ses paroles sur ses vêtements, même si cela paraissait mineure, lui faisait plaisir. Soburin désirait garder le minimum de souvenir de sa vie auprès de sa mère, de sa vie dictée par sa génitrice. Cependant, les yukata et les kimono étaient des choses qu'elle affectionnait particulièrement.
Elle préférait en tout cas laisser parler le jeune homme à la taille aberrante - la demoiselle avait en effet rarement vu de personne aussi grande, elle-même étant relativement petite et mesurant aux alentours d'un mètre soixante. Alors que Soburin allait répondre à son homologue, l'adorable Tarsal vint lui offrir un câlin qui fit sourire la brune de plus belle, même si le moment fut entaché par la furieuse curiosité de la chauve-souris. Rejoignant alors les dires et l'amusement de Takeshi, l'ex habitante de Jotho posa ses mains sur hanches, observant Hiryō en arborant un sourire malicieux.

« Hm... Tu veux..., elle récupéra la boîte que le jeune homme lui tendait, ne quittant pas de son regard sa petite bestiole ailée. ... ceci, Hiryō ?  »

Soburin agita un peu la boîte, un large sourire sur ses lèvres tandis que son petit dragon poussait un cri frustré, conscient que sa dresseuse et le dresseur d'Hime le taquinaient. Il croisa ses bras aux ailes membraneuses, détournant la tête de côté tout en arborant une moue boudeuse. La jeune femme eut un léger rire alors qu'elle se baissait à la hauteur de sa chauve-souris, le poussant doucement du bout du doigt.

« Allez, on t'embête. Trouve nous un endroit à l'ombre sans Migalos et tu pourras manger à ta faim mon grand. »

En prononçant le mot "Migalos", Soburin avait adressé un léger sourire à Takeshi. Mais puisqu'il était arachnophobe, ce n'était pas que les Miagalos qu'il craignait et mieux valait éviter toute nouvelle rencontre avec un Pokémon araignée. De toute manière, avec le bruit qu'ils faisaient, les Pokémon aux alentours n'allaient certainement pas rester dans les environs bien longtemps.
Hiryō poussa un cri déterminé, courant un peu pour prendre de l'élan tout en battant des ailes, décollant du sol dans un tout petit nuage de poussière. Rapidement, il tourna autour de ses compagnons, scrutant les alentours de ses prunelles ambrés avant de filer voler aux alentours. Pendant que la chauve-souris s'était vu donnée une mission, Soburin se détourna vers Takeshi.

« Oh, d'ailleurs, c'était gentil de ta part ton salut poli, ce baiser sur ma main. Je ne sais pas où tu as vu cela mais au sein de ma région natale, Jotho, nous nous saluons plutôt de cette manière. »

Soburin recula de quelques pas et se plaça juste face au jeune homme. Ses mains passèrent devant elle, chacune se trouvant devant un genoux tandis qu'elle fermait ses yeux et abaissait légèrement son buste d'environ trente degrés. Deux secondes plus tard, elle se redressait en souriant légèrement.

« On m'a apprit que l'on se baissait plus ou moins selon la supériorité de notre interlocuteur... enfin, si c'est un ami, je dois me baisser un peu moins que ce que j'ai fait là. Et si c'est un champion d'arène, par exemple, je dois me baisser encore plus. Mais ce baise-main est très élégant, j'aime beaucoup. »

Le Pokémon volant revenait alors à la charge, poussant un cri afin d'interpeller le trio. Il effectua un tour autour d'eux en volant avant de crier de nouveau pour les motiver à le suivre, volant en direction de trois arbres offrant énormément d'ombre, trois rochers de tailles plus ou moins grandes étaient présents, offrant des sièges naturels et il y avait même quelques buissons et arbustes à baies non loin. Un coin parfait, en somme.
Soburin se mise donc à suivre son starter, jugeant l'endroit du regard avant de s'installer délicatement sur l'un des rochers, posant la boîte offerte par celui qu'elle avait aidé après l'avoir préalablement ouverte.

« Tiens mon petit mais attends Hime avant de manger, ce n'est pas courtois de commencer ainsi sans attendre la demoiselle. »

La petite chauve-souris qui s'était presque précipitée sur la nourriture avait alors stoppé son avancée, un léger sourire gêné dessiné sur son faciès tandis qu'il glissait son regard sur la petite Tarsal.



(c) chaotic evil

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Sam 23 Juil 2016 - 1:27

Anonymous

Invité
Takeshi était tout simplement bien. Voir Soburin et son Pokémon, et la façon dont cette dernière le taquinait était tellement bon enfant que sur son visage on pouvait voir un sourire bienveillant sur le duo.

Comment ne pas aimer les Pokémons en voyant la complicité qu'il pouvait y avoir entre un bon dresseur et ses Pokémons ? Quand la jeune femme en kimono eut une attention pour lui et sa phobie, il avait eu un petit sourire crispé, mais c’était rien que de repenser à ce qu'il avait vu plus tôt.

— Merci pour cette attention. Je dois t'avouer que si je pouvais ne pas en revoir ça serait génial.

Et alors que Hiryō s'envola Hime le regardait, le regard plein d’admiration. Elle pouvait faire voler/flotter les choses mais en aucun cas elle ne pourrait faire la même chose. Puis Soburin lui parla du baise-main qu'il avait effectué un peu plus tôt lui faisant remarquer que, dans sa région, on saluait d'un autre façon qui paraissait bien noble. Décidément il en apprenait tous les jours.

Mais une chose l'interpella dans l'explication de la dresseuse. Si elle s’était baissée plus que pour un ami, et moins que pour un champion d’arène, comment le considérait-elle ? Takeshi n’eut pas le temps de répondre que Hiryō était revenu. Il lui répondrait une fois installé.

Takeshi et Hime avaient suivit d'un pas assuré Soburin et Hiryō pour ne pas se perdre de vue. Une attaque d'un Pokémon sauvage ou d'un troupeau pouvait bien les séparer à tout moment et brusquement. Mais rien, pas un Pokémon en vue. Ils allaient pouvoir manger tranquillement.

— Tu peux mangeait aussi Hime. Régalez-vous bien. Pour nous il y a un bento que j'ai préparé moi même. Enfin je sais pas si tu trouveras ça à ton goût. Je ne suis pas un expert. Mais j'aime bien manger donc je tente de m'appliquer. C'est que du froid. Après les efforts un peu de frais c'est génial.

Takeshi sortit un bento à deux étages. Un des étages était remplie de riz vinaigré et de petites prunes salées cachées un peu partout dans le riz. Le second était composé de maki a l'avocat, ou encore au saumon. Il n'avait pas eu le temps de préparer plus de deux sorte de maki en plus des boule de viande appelées hamburger.

— Vas-y, mange, fais-toi plaisir. Pendant ce temps je vais m'expliquer pour le baise main. C'est une pratique que j'ai appris à Kalos. On fait cela aux personnes qu'on apprécie bien. J'ai une amie qui vit là-bas. Du coup, à ma grande honte, j'ai cru, à tort, qu'il en était peut être de même chez toi. J'ai du te paraître étrange. Tu m'en vois désolé, vraiment. Surtout que ta façon de saluer est belle. Elle a quelque chose de noble ou plutôt de humble je trouve.

Takeshi avait l'air un peut embarrassé. Il crut, en plus, entendre quelques bruits dans les buissons. Le vent ? Un Pokémon ? Ou pire...

hrp : Désolé, j'ai mis un peu de temps cette fois-ci. >///<
Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Lun 1 Aoû 2016 - 9:50
Région d'origine : Johto.
Messages : 394

Soburin Ikeda

Soburin Ikeda
une histoire de huit pattes et d'yeux

Hiryō entendit à peine Takeshi dire à sa petite Tarsal qu'elle pouvait manger que, déjà, il se jeta sur sa propre nourriture comme un affamé. Le regardant, Soburin eut un soupire mi-fatigué mi-amusé. Elle le nourrissait, et bien en plus, son petit Sonistrelle mais ô grand jamais il ne raterait une occasion de se remplir la panse. Pourquoi donc ? Était-il en pleine croissance ou quelque chose comme ça ? Peut-être était-il tout simplement un goinfre, c'était tout aussi possible après tout.
Soburin reporta finalement son attention sur le jeune homme, laissant Hiryō avaler la nourriture sans l'embêter davantage même si une question subsistait dans l'esprit de la demoiselle : comment un si petit Pokémon pouvait autant manger ? Il était tel un Embrylex.

La demoiselle observa le bento fait par Takeshi avec un léger sourire aux lèvres, cela avait l'air bon et tandis que Takeshi lui expliquait quelques choses à propos du baise-main, la demoiselle glissa une main dans sa petite sacoche. Entre ses fins doigts, deux baguettes noires et dorées apparurent. Elle piocha un premier maki à l'avocat et l'enfourna délicatement - tout de même - dans sa bouche afin de le goûter. Ses orbes obsidiennes se posèrent finalement sur Takeshi qui venait d'en finir avec son explication - fort sympathique par ailleurs, Soburin adorait découvrir de nouvelles choses. La demoiselle reprit cependant habilement un nouveau maki à l'aide de ses baguettes personnelles, l'un des rares souvenirs de sa mère qu'elle conservait.

« Ce n'est pas un soucis, ne t'excuse pas. J'aime découvrir de nouvelle chose alors me voici avec une nouvelle manière de saluer ! Mais c'est vrai que la façon de saluer de chez moi à ce petit quelque chose d'humble. Les traditions, la culture, tout là-bas est similaire, calme et humble, le sens de l'honneur y est important. »

Elle avait toujours adoré observer les bretteurs s'entraîner ou parfois livrer de véritables batailles, ils paraissaient alors comme des danseurs terriblement légers, habiles mais avec une certaine force incomparable. La demoiselle prit en bouche le second maki, mâchant tranquillement, elle n'avait même pas prit garde au bruissement dans les buissons. Ou plutôt, plusieurs bruissements. Son Sonistrelle n'y coupa pas et, curieux comme il était, le petit ne pu s'empêcher de s'envoler afin d'aller farfouiller.

« Hm ? Tu as vu quelque chose ? »

Un cri perçant lui répondit et l'ailé réapparut, haussant ses petites ailes pour signifier qu'il n'avait rien déniché. Soburin lui sourit tendrement avant de couler son regard en direction de Takeshi.

« En tout cas, je dois féliciter ton travail culinaire, j'aime beaucoup. Oh, surtout... Kalos tu disais ? Tu connais bien cette région ? Y a t-il de belles légendes, mythologies ? »

En sommes, tout ce qui régalait Soburin, cette dernière ayant une mémoire incroyable pour cela. Ainsi, la demoiselle connaissait par cœur les légendes de sa région, adorant Raikou, Entei, Suicune, les deux Oiseaux Légendaires. Elle avait également apprit celles de Kanto et de Hoenn mais il lui en manquait encore.

____
Pas de soucis, je m'excuse également du retard, je n'ai que très peu de temps en ce moment ><


(c) chaotic evil

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Mar 2 Aoû 2016 - 12:47

Anonymous

Invité
Takeshi regardait Hiryō manger de bon cœur et il n'en demandait pas plus. Avoir un bon appétit était une chose importante pour Takeshi. Bien que Hime mangeait plus doucement, le dresseur de la Tarsal était plutôt du genre à manger, peut être pas vite comme Hiryō, mais en quantité. Il ne pouvait pas le nier. Heureusement pour lui son métabolisme, en plus de ses activités physiques et sa grande taille, lui permettaient de ne pas trop prendre de ventre.

Takeshi n'avait pas forcement l'habitude de faire goûter sa cuisine aux autres. Du coup voir Soburin goûter et même en reprendre le rassura. Il n'aurait pas voulu rendre malade une personne qu'il venait à peine de rencontrer et qu'il appréciait déjà par sa franchise et la façon dont elle était. Il se sentait bien là, à partager un bento, à parler de choses qu'ils connaissaient tous les deux. Comme le baise-main qui avait apparemment plu à cette dernière, ne serait-ce que pour la découverte d'une tradition étrangère. Takeshi ne put que approuver d'un mouvement de tête quand elle lui confirma que sa façon de saluer était en effet plutôt noble. Mais il y avait un petit quelque chose qui avait fasciné  le dresseur dans les mouvements légers de ce salut.

Quand Takeshi entendit quelque chose Hiryō alla aussi vite en reconnaissance. Le dresseur avait été bluffé par la rapidité avec laquelle le Pokémon avait réagi pour revenir et dire qu'il n'avait rien vu aux alentours.

— Il est vraiment impressionnant Hiryō. Hime n'a pas ce genre de talents. Plus tard elle aura de grands pouvoirs psychiques. Mais elle doit encore progresser. Ton Hiryō  a l'air vraiment à l’affût du moindre mouvement. Merci. J'ai eu beaucoup de ratés par le passé. Mais j'aime bien cuisiner. C'est une activité, selon moi, qui mêle science et créativité. Du coup j'aime beaucoup préparer ce genre de choses. Mais j'ai un petit faible pour les gâteaux. Si tu veux, un jour, je t'en ferais si tu aimes ça et que, bien sûr, tu as envie de me revoir.

Takeshi se rendit compte qu'il avait peut être outrepassé quelques règles de politesse. Il se frotta la nuque de la main avec un sourire un peu gêné.

— Enfin excuse moi. Pour ce qui est de Kalos j'y suis beaucoup allé en vacances et j'ai une très bonne amie qui vient de Kalos. Elle m'a pas mal fait visiter plein de lieux. Leur capitale Illumis est encore plus grande que Nox Illum. C'est un peu la ville de la mode là-bas. Pour ce qui est des légendes je ne les connais pas toutes par cœur. Mais je me rappelle de deux d'entre elles en particulier.

Takeshi sortit de quoi boire, tendant une bouteille de thé et un verre à Soburin.

— Il y a celle de Xerneas, un Pokémon immortel qui pourrait, en donnant de sa propre énergie, rendre d'autres Pokémons immortels. Il aurait de grand bois sur la tête qui peuvent prendre la couleur d'un arc-en-ciel quand il donne de son énergie vital. Il y a aussi celle de Zygarde, un Pokémon qui apparaîtrait qu'en l'écosystème de Kalos est menacé. Il vivrait dans une grotte d’où il surveillerait tout Kalos. Mais personne ne l'a jamais vu, quand bien même les nombreuses grottes et montagnes ont été explorées.

Takeshi avait raconté tout ça en parlant un peu vite peut être. Il s’était laissé emballer par le fait de raconter des choses qu'il connaissait d'une autre région.

— De mémoire je ne souviens de ces deux là. Mais je pourrais demander à mon amie de me raconter d'autres légendes pour te les raconter, si tu le veux. Mais dis-moi dans ta région il doit aussi y en avoir ? Tu ne voudrais pas m'en raconter quelques-unes aussi ? Je n'ai jamais pu visiter ta région malheureusement. J'aimerais bien la connaître un petit peu.

Hrp: Pas de soucis j'ai vu ton poste dans les abs (ou j'ai oublié de poster pas taper ><)

Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Dim 11 Sep 2016 - 0:35
Région d'origine : Johto.
Messages : 394

Soburin Ikeda

Soburin Ikeda
une histoire de huit pattes et d'yeux

Aux dires de Takeshi à propos du jeune Sonistrelle, ce-dernier sembla comblé. Il avait toujours été particulièrement réactif et énergique, complétant la certaine nonchalance de sa dresseuse. Soburin avait le calme, Hiryō l'agitation et le duo fonctionnait pour le moment bien ainsi tout en apprenant chaque jour davantage à se connaître.

« Ce serait avec grand plaisir que je goûterais l'un de tes gâteaux, te revoir serait également agréable je pense, tu m'es sympathique. »

Elle souriait légèrement, l'air sincère. Elle l'avait toujours été, ou presque. Disons que mentir par méchanceté n'était pas forcément dans ses habitudes mais mentir pour ne pas froisser quelqu'un, elle le ferait peut-être. Bien que tel n'était pas le cas pour le moment.
Mais alors, ses prunelles brunâtres qui dégageaient jusque là de la tranquillité s'allumèrent de surprise, une capitale plus grande que celle de Nox Illum ? Comment était-ce possible ? Soburin n'avait déjà jamais vu un endroit tel que Nox Illum, à Jotho, la plus grande ville était Doublonville mais... elle n'était pas si grande que cela. Mais sa surprise fut alors bien vite remplacée par de la curiosité lorsque Takeshi évoqua la fameuse légende dont il se souvenait. La demoiselle attrapa distraitement la tasse et la bouteille contenant le thé, se servant en faisant un peu plus attention, glissant ensuite ses deux fines mains autour de la tasse. L'une se trouvait en dessous, l'autre, les doigts enserraient l'anse.

Xerneas, Zygarde. Les Pokémon Légendaires était un sujet qui passionnait Soburin depuis son enfance, le fait que personne n'ait pu déterrer Zygarde l'attirait encore plus. C'était ce genre de mystère qu'elle voulait résoudre. Pas être une folle furieuse voulant avoir tous les Pokémon Légendaires au point de les traquer sans relâche, pas ça. Simplement pouvoir admirer leur puissance, la beauté et ce, même de loin. Percer les mystères du monde des Pokémon, entre autre.
La brune revint bien vite sur terre quand le jeune homme lui demanda si elle connaissait des légendes de sa propre région. Soburin hocha légèrement la tête, buvant deux gorgées du thé avant de rebaisser ses mains et la tasse, se tenant diablement droite comme on le lui avait apprit durant toute son enfance et son adolescence.

« Déjà, cela me ferait en effet très plaisir de connaître d'autres légendes de Kalos.. et même de rencontrer cette fameuse amie !, elle sourit un peu plus et ferma un instant ses yeux. Alors prépare toi pour l'histoire des fabuleux Légendaires de ma chère région. », il était possible de ressentir une pointe de nostalgie dans sa voix alors qu'elle rouvrait les yeux, le cœur léger.

« A Jotho existe le fameux trio des bêtes légendaires. Aussi connu sous les noms des fauves légendaires, du trio bestial ou encore des chiens légendaires. Raikou qui incarne la vitesse de l'éclair, on raconte qu'il est né de a foudre et que ses rugissements peuvent libérer des ondes de choc provenant du ciel. Entei qui incarne la colère du magma, on dit qu'il est né de l'éruption d'un volcan, que lorsqu'il rugit un volcan entre en éruption quelque part dans le monde et qu'il parcourt le monde entier en courant. Et Suicune qui serait la réincarnation du Vent du Nord, il peut marcher sur l'eau et purifier les eaux, on raconte qu'il parcourt le monde à la recherche d'eau à purifier. »

Soburin marqua une pause, cherchant un peu dans sa mémoire tout en observant le faciès de Takeshi afin de capter ses réactions.

« Au sein de ma ville natale, Rosalia, se dressaient deux tours : la tour Carillon et la tour Ferraille, sur chacune des deux, il y a sept cent ans, régnaient deux oiseaux légendaires. Lugia qui vivrait dans les abysses et serait le Maître du trio légendaire de Kanto. Son complémentaire, Ho-Oh régnait sur la Tour Carillon. Il est capable de résurrection et on dit que les personnes le voyant seraient ensuite promises à un bonheur éternel. »

Nouvelle pause tandis qu'elle achevait le présentations de ces légendaires. La jeune femme leva son regard vers le ciel où quelques nuages immaculés venaient les abriter un peu des rayons du soleil.

« Un jour, il y a cent-cinquante ans, la foudre tomba sur la Tour Carillon, la foudroyant tandis qu'à côté, la Tour Ferraille était en proie aux flammes. Les deux oiseaux légendaires prirent la fuite et peu après, une pluie torrentielle tomba sur Rosalia, calmant l'incendie et sauvant les habitants de la ville. Quand Ho-Oh revint, il constata la mort de trois Pokémon qu'il ressuscita, ils devinrent alors Raikou, Entei et Suicune. Les incarnations de la foudre qui tomba, de l'incendie qui ravagea et de la pluie qui stoppa la destruction.
La Tour Ferraille devint alors la Tour Cendrée et depuis ce jour, on dit que Ho-Oh est partit à la recherche d'un dresseur au cœur pur.
»

Soburin acheva alors ses paroles, reposant finalement son regard sur Takeshi. La brune paraissait intriguée, un sourcil légèrement arqué, comme si elle demandait silencieusement si le jeune homme avait apprécié ou non l'histoire contée.
Son Sonistrelle avait en tout cas tout écouté, fasciné car c'était la première fois qu'il entendait parlé de cela.
___
Me revoici du coup !


(c) chaotic evil

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Lun 12 Sep 2016 - 23:13

Anonymous

Invité
Takeshi écouta le récit de la dresseuse avec grande attention ; tout en mangeant sa part du repas. Lui qui était d'une curiosité infinie, il enregistra dans sa mémoire les grandes lignes, et surtout, le nom des Pokémons légendaires qu'elle venait de décrire. Avec ces informations là il pourrait se rappeler correctement des récits de la jeune femme. Et il pourrait les croiser avec ce qu'il trouverait sur le Pokéweb.

— C'est vraiment intéressant. Chaque région a ses légendes Pokémons et elles sont toutes bien différentes les une des autres. Du moins pour celles que j'ai entendu. Je ne connais pas toutes les légendes. Il doit même sûrement en avoir que personne ne connaît. On découvre tellement de choses tous les jours sur le monde des Pokémons.

Takeshi se releva. Il était resté un peu trop longtemps en position jambes croisées et en avait des fourmis dans les jambes. Takeshi tendit la main à la jeune femme en kimono.

— Ça ne te dirais pas de marcher un peu pour se dégourdir les jambes ? On peut continuer à parler en même temps. Ou faire autre chose si tu préfères.

Pendant que Takeshi attendait la réponse de la jeune femme Hime, la Tarsal, était partie à la rencontre de Hiryō  pour lui donner le reste de sa nourriture pour Pokémons, n'ayant plus faim.
Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Ven 16 Sep 2016 - 22:06
Région d'origine : Johto.
Messages : 394

Soburin Ikeda

Soburin Ikeda

Soburin hocha doucement de la tête tout en terminant les restes du repas, transportée par les paroles de Takeshi : des légendes que personne ne connaissait... peut-être qu'un jour, ce serait-elle qui ferait de telle découverte ? Ce n'était que des rêves, des illusions d'avenirs, un espèce d'espoir la motivant depuis son enfance. Mais elle s'y était toujours accrochée et son histoire commençait enfin, doucement mais sûrement. Tout comme Hiryō avait sonné le début de sa liberté, le premier membre de son équipe, son fidèle ami signe de la future bande draconienne qu'elle comptait se bâtir.

La demoiselle leva son regard vers Takeshi et sourit légèrement, élevant l'une de ses fines mains afin de la poser dans celle du jeune homme, s'aidant ainsi à se relever tranquillement. Son regard empreint de sa typique clarté rubescente sous la lumière se glissa en direction de sa petite chauve-souris qui souriait, aux anges. Le repas l'avait visiblement enchanté et voir Hiryō aussi heureux, cela suffisait à rendre Soburin également satisfaite. Tandis que son interlocuteur lui parlait de nouveau, la brune en yukata eut un air amusé à la vue de la petite Hime qui venait offrir les restes de sa nourriture à son homologue. Hiryō eut un sourire encore plus grand, il ouvrit ses pattes et récupéra le plus doucement possible la nourriture afin de ne pas brusquer la Tarsal. Son cri fou de joie fut parfaitement audible et, tout jovial, tapota affectueusement la tête de la Pokémon Psy et Fée.

« Ils sont mignons., elle se retourna finalement vers le jeune homme.Oui, marchons un peu, cela fera du bien après manger. Merci encore, je crois que Hiryō a autant apprécié que moi. »

Elle se mise alors en marche afin de rejoindre le sentier boisé pendant que sa petite chauve-souris suivait en marchant à même le sol, engouffrant les derniers restes dans sa bouche. La jeune femme marchait au départ silencieusement, le regard dirigé vers l'horizon quand un souffle de vent fit bruisser les buissons à leur gauche. D'humeur étrangement taquine, la demoiselle joua la comédie à la perfection et pointa du doigt les buissons tout en s'arrêtant brusquement.

« Un... un Migalos ?! »

Même sa voix habituellement calme et apaisée se modifia selon son envie, prenant un doux air quelque peu surprit. Puis, sa tête de détourna légèrement vers Takeshi, ses yeux en amandes habillés d'une infime lueur malicieuse. Remontant sa large manche gauche devant le bas de son visage, Soburin rit doucement.

« Oh... Excuse-moi Takeshi, c'était étrangement tentant... Je crois que je n'avais jamais fait ça de ma vie. »

La petite chauve-souris mauve s'était également arrêtée à l'entente du nom "Migalos", prête à passer à l'attaque tel un preux chevalier afin de protéger son groupe. Cependant en voyant Soburin rire, il se détendit et regarda Hime d'un air incompréhensif. Non, il n'avait jamais vu sa dresseuse faire une "blague" à quelqu'un.
La jeune femme se tourna complètement vers Takeshi, s'inclinant légèrement.

« Je suis vraiment désolée. Je n'aurais peut-être pas dû... »

La brune se redressa afin de se tenir droite, l'air quelque peu ennuyé.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Sam 17 Sep 2016 - 23:55

Anonymous

Invité

Takeshi prit la main de la jeune femme pour l'aider. Le Pokémon de Soburin avait l'air tout heureux de l'action d'Hime.


— Je dois avouer qu'ils sont bien mignons à les voir comme cela, si gentils et affectueux l'un envers l'autre. Et de rien. J'aime faire plaisir aux gens que je croise. On n'est pas là pour tous se tirer dans les pattes. Du moins, selon moi.  

Takeshi avait mis les détritus dans une poubelle non loin d'eux avant de se mettre en route. Mais, apparemment, un blanc s'était installé, alors que leurs Pokémons les suivaient doucement derrière eux. La petite Tarsal marchait le plus vite qu'elle pouvait avec ses petites jambes.

D'un coup tout le monde s'arrêta, en entendant la nouvelle amie de son dresseur crier dans une direction. Et pas n'importe quel cri, celui annonçant un danger. Enfin pour Takeshi un danger était un mot faible. Il annonçait la pire des créatures que ce monde avait connu : un MIGALOS !

Takeshi ne put se contrôler. Se clouant contre Soburin il l'agrippa dans ses bras comme s'il était en train d'enlacer sa chère et tendre, mais un peu plus de façon crispée et pas du tout détendue.

— Une blague...

Takeshi ravala une grande bouffée d'aire et devait avouer qu'il n'avait pas spécialement apprécié la chose. Mais il avait reculé, relâchant Soburin de l'étreinte ses bras.  

— Je peux comprendre que cela peut être amusant. Mais je t'avoue que pour moi ça l'était nettement moins. J'ai senti mon sang faire un tour complet dans mon système sanguin en une seconde. Et mon cœur s'est arrêté pendant quelques secondes.

Takeshi en avait encore de grosses gouttes de sueur qui coulaient le long de sa nuque et de sa joue. Hime, quant à elle, ayant ressenti la peur de Takeshi, avait envoyer un Choc Mental dans le vide. Elle n'avait pas eu l'air d'avoir apprécié la mauvaise blague et avança jusqu'aux pieds de Soburi,n tirant sur le bas de son kimono pour manifester son mécontentement.

— Tu permettras que je reprenne mes esprits quelques secondes, je suppose ?

Takeshi prit de quoi boire et, sous l'effet du stress, vida d'un seul coup la bouteille de son contenu.

— Je t'ai fait quelque chose de mal pour que tu me fasse ça ? Enfin comme dit je peux comprendre que ça soit drôle pour la personne qui observe. Mais je ne me colle pas de peur à chaque fois à la personne.

Ce qui, en y repensant, était quelque peu gênant.

— J'aurais pu avoir une mauvaise réaction. C'est le genre de choses qu'on ne contrôle pas toujours quand on a ce genre de phobie. Je tente souvent de prendre sur moi, mais c'est vraiment dur. Et je n'y suis jamais arrivé.
Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Dim 18 Sep 2016 - 2:50
Région d'origine : Johto.
Messages : 394

Soburin Ikeda

Soburin Ikeda


Le rouge aux joues, la demoiselle n'osait même plus regarder son interlocuteur dans les yeux, le regard baissé. Même son starter paraissait quelque peu dubitatif de la situation, ralliant l'avis de son amie Tarsal en "faisant la morale" à sa dresseuse, poussant quelques cris démontrant qu'il n'était guère content.
Soburin trembla légèrement, aussi ennuyée que désolée. Elle avait visiblement fait une très mauvaise chose, elle s'en rendait finalement compte, malheureusement pour elle, ne pas avoir été suffisamment en contact avec les autres durant son passé ne l'aidait guère. Gorge nouée, elle était gênée par la réaction du Bleuté mais elle ressentait davantage de... tristesse. Le petit Sonistrelle soupira doucement et prit son envol, venant se percher sur le haut de la tête de Takeshi, tapotant affectueusement à l'aide de l'une de ses ailes comme pour le réconforter.

« C'était... C'était... »

Voilà qu'elle en perdait ses moyens, peu habituée à tout cela. Elle n'avait jamais ressentit l'envie de s'enfoncer sous terre jusqu'à disparaître pour de bon... non, encore mieux, elle aurait aimé avoir le pouvoir du fabuleux Célébi afin de revenir en arrière.
La grande brune releva finalement son menton, son sourire habituel avait disparu pour laisser place à un faciès bien piteux, une lumière soucieuse allumée au fond de ses prunelles. Soburin sortit de l'une de ses petites sacoches un mouchoir rouge, le tendant fébrilement à son interlocuteur.

« Je suis si désolée... Je suis une imbécile, vraiment... Voilà ce qui arrive lorsque je me laisse aller... Je m'en veux vraiment Takeshi, excuse-moi... je... »

Que dire donc ? Soburin soupira tragiquement, rebaissant le regard, entremêlant ses fins doigts et jouant nerveusement avec.  Hiryō reprit son envol et vint se poser aux côtés d'Hime, la bousculant gentiment en souriant avant de voler à nouveau, venant se percher maintenant sur la tête de sa dresseuse, se penchant en avant, baissant ses ailes pour essayer de faire sourire la demoiselle. Ses efforts furent malheureusement vains et la chauve-souris -qui tentait visiblement d'arranger la situation- opta pour aller sur une branche basse.

« Enfin si tu ne veux plus me parler ou me revoir, je comprendrais après tout, j'ai été... »

Sa voix se coupa.
Ah, pourquoi n'avait-elle donc pas réfléchit un peu plus avant d'agir ? Elle ne s'y reprendrait plus et se maudissait intérieurement. Tout avait bien débuté et voilà que d'un claquement de doigt, elle mettait le bazar.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda
Dim 18 Sep 2016 - 18:50

Anonymous

Invité

Takeshi vit le malaise que tout cela avait causé. Soburin elle-même avait l'air d'avoir compris que son geste était maladroit. D'ailleurs le petit Pokémon dragon vint se nicher sur la tête de Takeshi, comme pour apaiser le jeune homme.

Il est vrai que Takeshi s’était quelque peu emballé. Bien qu'il ne pensait pas être dans son tort il avait peut être un peut trop haussé la voix. Le Pokémon volant quitta la tête du dresseur pour aller voir la petite Tarsal qui lâcha le kimono.

Takeshi eu un petit effet de recul quand Soburin parla de ne plus se revoir ou se parler. Takeshi se gratta la nuque, se sentant coupable pour le coup. Il approcha de Soburin et passa son bras autour de la hanche de cette dernière pour la rapprocher de lui sans la regarder dans les yeux.

—  Mais ne dis pas de bêtises. Oui tu as fait quelque chose de maladroit. Mais bon je suis pas stupide au point de croire que tu l'as fait exprès pour juste me faire avoir un arrêt cardiaque. Tu as voulu faire une blague mais c’était un peu maladroit. Ne plus te parler pour ça serait un peu extrême, tu ne penses pas ?

Takeshi essaya de rassurer son amie. Il avait eu la peur de sa vie, mais de là à lui en vouloir à ce point, peut être pas. Enfin sauf si elle recommençait plusieurs fois. Là, à force Takeshi se poserait certaines questions.

—  Bon on va pas rester la à broyer du noir. On pourrait continuer à avancer. Peut être as-tu envie de faire quelque chose en particulier ? Faut pas croire que je te déteste pour ça. J'ai haussé la voix, mais c'est la peur qui a parlé et je m'en excuse.
Re: Une histoire de huit pattes et d'yeux. pv Soburin Ikeda

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives RP :: 2016-
Sauter vers: