HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Jeu 21 Juil 2016 - 22:50
Région d'origine : Kalos
Messages : 65

Athanaël Denys

Athanaël Denys

Si l’on pouvait décrire la situation de manière un peu caricaturale et de sorte à briser ce vilain quatrième mur, la manière dont les événements se déroulèrent pourrait être décrite ainsi : tout d’abord, un bruit annonçant l’arrivée d’un événement dangereux lors d’une balade en milieu sauvage, puis, hors du buisson, un Athanaël Denys sauvage. Celui-ci utilise une attaque proche de celle de la charge sur l’inconnue. L’attaque ayant, a priori, l’initiative et la priorité, les deux masses entèrent en collision, provoquant un effet de renversement. Le tout, pour éviter un insecte beaucoup trop gros pour être inoffensif.

Mais retournons un peu dans le passé, du point de vue de celui qui est soudainement apparue hors des hautes-herbes. Athanaël poursuivait son périple à travers Mhyone à la recherche de l’expérience et de la force nécessaire pour remporter le défi que son père lui avait imposé. Et à cet effet, le jeune homme se dirigeait droit vers les plus hautes montagnes de l’île pour s’entraîner, lui et son Embrylex, sobrement surnommé Kaiser. Cela étant, tout n’était pas si simple et la route entre Nox Illum et la ville d’Elerya était à plusieurs journées de marches. L’espace, sauvage, était en lui-même, donc, à défaut d’être dangereux, peu sûr.

C’était là, les premières armes des deux compères. Les kilomètres étaient parcourus, lentement mais sûrement et le jeune dresseur s’habituait à un changement de paradigme dans sa vie ; celui du passage entre le véhicule conduit par un chauffeur et de celui de la randonnée pédestre en milieu sauvage. Il y eut quelques rencontres pacifiques, d’autres un peu moins. Mais Kaiser avait l’avantage d’avoir une peau de pierre qui faisait de lui un être relativement apaisé en milieu forestier. Tant que les pokémons ne devenaient pas trop grand, il se sortait relativement assez indemne des affrontements ; tout du moins, rien qui ne puisse poser des soucis au dresseur et que le temps en lui-même ne saurait apaiser.

Un peu comme une terreur des bacs à sable, Kaiser imposait donc sa domination aux pokémons qui auraient l’outrecuidance de venir leur bloquer la route. Même s’il fallait avouer, Kaiser était encore bien plus doué pour les affrontements  que ne l’était son dresseur. Et cela finit par jouer un mauvais tour au dresseur, lorsque Kaiser se s’attaqua à plus gros que lui…

C’est ainsi qu’on pu voir courir très vite le jeune Athanaël, son pokémon entre les bras. Courant à travers la forêt en cherchant à éviter les arbres, le bourdonnement du pokèmon guêpe qui les suivait menaçait dangereusement ceux-ci en se faisant de plus en plus présent, tandis que le cœur du jeune homme pompait du mieux qu’il pouvait de l’hémoglobine au sein des différents muscles, dans l’espoir de faire survivre son porteur aussi longtemps que possible. En effet, le pokédex avait était plutôt formel à ce sujet ; les piqûres de Dardargnan n’était pas vraiment conseillé à celui qui voulait vivre très longtemps et si le petit Embrylex parvenait à résister aux assauts,  le Dardargnan était suffisamment agressif pour vouloir s’en prendre au dresseur plutôt qu’au petit dinosaure de terre.

L’effort était assez intense et il espérait semer le pokémon en s’éloignant suffisamment. Cependant, ça ne semblait pas fonctionner : était-on en saison des amours pour que la guêpe géante fût si agressive ? Les pokémons fuyaient sur leurs trajectoires, ceux-ci faisant un minimum de bruit en avançant.

La guêpe chercha à planter ses dards une fois. Athanaël fit un pas de côté et continua sa course, comme s’il avait la mort aux trousses. Une nouvelle attaque le rata à nouveau. Finalement un sentier ! Le jeune homme appuya sur ses deux jambes, sentant derrière lui, la présence du pokémon. Le long de sa colonne, un frisson le parcourut. Survivre.

Un jeune homme bondissant hors d’un buisson, voilà ce que put voir la jeune inconnue, avant de voir celui-ci se rapprocher d’elle dans sa chute. Athan’ écarquilla les yeux… Collision dans un, deux… Le visage du jeune homme parcourut de haut en bas, le corps d’une demoiselle qui… Semblait être assez jeune. Autant dire qu’aucun amortissement eu lieu et que la réception fut brutale pour les deux. Au-dessus deux, le Dardargnan tenta une nouvelle fois une attaque, mais Kaiser fut plus rapide et le tint à distance de par l’effet d’un regard particulièrement menaçant. Cela n’allait cependant pas durer ; maintenant, le Dardagnan semblait avoir deux cibles… Athanaël se releva doucement en relevant la demoiselle assez fluette et courte sur patte…

   « Excusez-moi… Petit problème de faune sauvage, comme vous pouvez le voir… »

Maintenant qu’il l’avait mêlée à tout ça, il allait devoir se battre et la protéger. Dans un sens, c’était sa faute s’il était blessé. Pour la première fois, Athanaël réunit son courage et d’un geste du bras gauche d’est en ouest, il sembla jeter sa peur sur le côté. Sa voix se fit déterminée et détonante :

   « Kaiser ! Prépares-toi ! Nous allons le faire fuir, à défaut de pouvoir le vaincre ! »

   « Lex ! Embrii ! »

Il fallait gagner du temps… D’une voix franche et ferme, le jeune homme ordonna :

   « Kaiser, provoques une tempête de sable ! »

La créature se mit à tourbillonner sur elle-même. Les poussières du sentier l’aidèrent alors à créer des violents sablonneux violents autour de lui… Tout en prenant bien soin d’enfermer Athanaël et la jeune inconnue au centre de la tempête pour éviter que ceux-ci ne soient touchés. Le dresseur contempla les vents qui s’étaient mis à tourner autour de son pokémon, impressionné. En effet, il fallait voir la taille du petit Embrylex… Le pokémon était si petit et pourtant, il avait déchaîné une tempête de sable en pleine forêt, forçant à fuir les pokémons cachés dans les herbes, effrayés par cet événement surnaturel. Et cela eut l’effet escompté sur le Dardargnan, qui était déstabilisé dans son vol. Kaiser le fixait de ses yeux menaçants…

Cette fenêtre ouverte, Athanaël se retourna vers l’inconnue :

   « Je suis désolé de l’impolitesse et si je vous ai fait mal… Cela étant, si vous pouvez marcher, je vous propose de le retenir… Quand la tempête faiblira, courez dans la direction opposée… »

Les chances de gagner contre le Dardargnan était assez floues pour le dresseur, mais il allait devoir assurer : ce n’était plus le moment de reculer… Peut-être était-ce ça, finalement d’être dresseur… Mais il se surprit à trembler d’excitation en faisant face à ce qui était un danger pour eux. Il souriait… Son cœur palpitait d’une certaine tension alors que dans la tempête, Kaiser échangeait des coups assez violents avec l’insecte qui n’en demeurait pas moins très fort…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Jeu 21 Juil 2016 - 23:12
Région d'origine : Kalos.
Messages : 44

Maïlys A. Poesy

Maïlys A. Poesy


Athanaël & Maïlys


« Hypotrempe, le pokémon hippocampe. »
« Hypotrempe… »

Maïlys regardait avec attention le petit pokémon sauvage qui sortait son nez de l’eau translucide, méfiant mais curieux. Accroupie à côté du filet d’une petite rivière, le cœur de la jeune étrangère battait avec force et trahissait sa nervosité face à son premier pokémon sauvage en tant que dresseuse… Rang qu’elle possédait depuis moins d’une semaine.
Sur son épaule, tout aussi intrigué, se dressait fièrement Quasar, bien accroché à sa nouvelle dresseuse.

Après de très, très longues secondes d’hésitations, et n’ayant absolument aucune expérience en capture sauvage… Maïlys tendit légèrement sa main vers le pokémon, Quasar se pencha pour la suivre… Mais désillusion pour les deux comparses, en une fraction de seconde, plus d’Hypotrempe. Soupirant en en voyant le regard à la fois incrédule et déçu de son compagnon, Maïlys passa un doigt sur sa petite tête.

« Au moins ça nous a fait une rencontre ! »

Et elle s’en serait bien contentée, de cette possible « unique » rencontre… Après un rapide coup d’œil sur la carte achetée dans une boutique de l’aéroport de Nox Illum, elle sourit à Quasar :

« On en trouvera d’autres, mais en attendaaaant… Hum, à droite ! »

Une bonne demi-heure de marche plus tard, Maïlys observait les montagnes se dessinant au loin, et semblant ne toujours pas se rapprocher, malgré les nombreux kilomètres déjà parcourus sur ce sentier semblant sans fin… Sûrement que la jeune fille avait par le passé, plus de nez dans les livres, que les jambes sur un terrain de course. Mais pas d’abattement, du courage ! Jusqu’à présent et sinon l’Hypotrempe, elle n’avait pas encore osé trop s’aventurer hors des sentiers battu, sur conseil d’une vendeuse du Centre Pokémon, et vu l’expérience de Quasar… Autant commencer doucement, un par un, plutôt que se retrouver de suite dans le pétrin.

Et finalement, peut-être aurait-elle dû quitter le sentier… Car le choc de cette deuxième rencontre se fit bien violent, poussant la jeune femme sur le sol, ses lunettes rebondissant à quelques centimètres de son visage, rendant le monde autour d’elle flou. Et son sac s’envolant à quelques mètres à côté des buissons. Elle arriva pourtant à clairement voir le jeune homme au-dessus d’elle… Avec un peu plus de mal, elle pouvait voir sa nervosité sur tout son visage… Et c’est seulement une fois cette analyse succincte réalisée que Maïlys remarqua le bourdonnant semblant… émaner du jeune homme ? De plus en plus fort… Minidraco récupérait progressivement ses esprits, encore un peu sonné… Encore totalement perdue dans son incompréhension, elle se laissa doux de même aider pour retrouver sa stature bipède.

« Ce n’est… »

C’est à ce moment que l’agresseur fut enfin « visible » pour la jeune femme. Un corps… Des rayures… Des ailes… Un bourdonnement… Et malgré le flou de la situation, l’image de la vendeuse de Nox Illum, celle avec quelques pokémon dangereux à éviter dans la forêt lui revint. La peur saisit Maïlys, totalement prise au dépourvue… Alors qu’elle vit l’autre dresseur se dresser entre elle et le pokémon sauvage, commençant à se mettre en duo avec son propre compagnon… Et Maïlys n’avait aucune idée de la nature de celui-ci. Alors qu’elle se trouvait sur la défensive, le sable commença à s’élever autour d’eux, leur laissant quelques instants à l’abri d’une nouvelle et potentielle attaque.

« Je suis désolé de l’impolitesse et si je vous ai fait mal… Cela étant, si vous pouvez marcher, je vous propose de le retenir… Quand la tempête faiblira, courez dans la direction opposée… »

Elle tourna son regard vers le jeune homme, regardant la tempête un peu plus faible à l’opposé du Dardargnan… Avant d’entendre des coups violents dans la tempête, et se souvenant de la toute petite taille du dinosaure par rapport à l’insecte menaçant, la peur saisit son ventre…

« Je… Je vais vous aider ! »

Bon, dis ainsi, il est clair qu’on aurait pu espérer plus convainquant de la part d’une jeune femme, lui arrivant à l’épaule, et pas plus lourde que trois pommes. Au moment où elle déclama cela, elle sursauta vivement et, son cœur fit un bon en sentant une petite pression contre sa jambe, en effet quand elle baissa les yeux, Quasar essayait de se manifester, portant au bout de sa queue, la paire de lunette tant convoitée. La récupérant, elle tendit le bras pour qu’il puisse se glisser sur son épaule, de nouveau réuni… et essayant de se donner du courage mutuellement.

Les coups s’intensifièrent alors que la tempête se fit plus timide, et les deux pokémons redevinrent visibles… Dardargnan s’acharnant sur l’Embrylex. Soufflant, essayant de se concentrer maintenant le monde redevenu net, elle sentit une vague de courage l’envahir, sachant très bien qu’il s’agissait de son premier vrai combat en tant que dresseuse, et elle ne pouvait laisser le jeune homme se démener seul face à un tel insecte, et hors de question de décevoir Quasar…  

« Quasar, aide l’autre Pokémon ! Déstabilise-le… »

Quelques instants de concentration…

« Fais un ouragan autour de lui, ça va l’immobiliser ! »

Quasar couina pour acquiescer, contractant tout son corps alors que de petites bourrasques de vent commencèrent à se faire ressentir autour d’eux, s’intensifiant doucement à chaque seconde, obligeant Maïlys à se protéger les yeux pour les protéger du sable encore plus soulevé par le vent alors que l’insecte se trouvait secoué dans les airs, mais continuait également à essayer de toucher le petit Embrylex qui par sa persévérance, commençait à attiser de plus en plus la colère du Dardargnan.

« Fais attention… ! »

Son corps frêle malmené par le vent violent, elle avança de quelques pas vers l’affrontement… Mais qu’il est difficile de voir, dans un tel bazar ! Surtout quand on sait que les guêpes de ne sont jamais loin les unes des autres… Et qu’elles ont l’habitude de se protéger les unes des autres…

Malgré le danger, et la peur, l’appréhension… Oui, c’était la voix qu’elle avait choisi, avec sourire.


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Ven 22 Juil 2016 - 0:02
Région d'origine : Kalos
Messages : 65

Athanaël Denys

Athanaël Denys

Le bourdonnement s'accentuait et semblait de plus en plus irrité. Athanaël, lui-même, était de plus en plus irrité par cet insecte qui avait un acharnement à les poursuivre relativement ennuyeux. Le combat fut rapidement rejoint par la jeune inconnue et son pokémon... Elle n'avait pas obéi, ce qui en soi, était gênant : désormais, l'insecte s'opposait à quatre individus, certes, mais elle semblait beaucoup trop jeune pour qu'Athanaël accepte que celle-ci se fasse blesser. Elle avait voulu immobiliser la guêpe géante. Enfin une guêpe... Le jeune dresseur ne s'y connaissait pas... Mais à y voir de plus près, c'était de toute façon trop gros.

Et dangereux. Maintenant, il devait protéger la jeune inconnue. Et pour ce faire, il allait devoir trouver une stratégie pour au moins la faire fuir : la vaincre semblait improbable… Mais peut-être que la solution était à portée de main… Plutôt habitué à analyser des marchés et la concurrence, le jeune homme allait devoir utiliser de sa culture pour trouver une solution. Les dresseurs, outre le côté pratique d’entraîner et faire grandir des pokémons pour les rendre plus fort, contenait aussi une grande portée stratégique. Il devait forcément y avoir une solution logique et tirant avantage des atouts à leur disposition. Embrylex était pratiquement immunisé au venin du mastodonte à dard et il devait leur survie uniquement à cette résistance pierreuse. Mais cela dit, Kaiser finirait par s’épuiser : une lourde armure est encombrante à mouvoir et il commençait déjà à voir son petit pokémon être de moins en moins vif.

C’était d’ailleurs assez spectaculaire ; même à deux contre un, ils ne parvenaient pas à imposer leur rythme au Dardargnan… Les dards plantés dans le sol, avec vitesse et précision, laissaient des trous béant dans le sol ou dans les arbres où ils se plantaient. Pourtant, les contre-attaques ne manquaient pas et la force du petit Kaiser n’en était pas moins respectable, forçant très souvent son adversaire à devoir voler dans cette tempête qui avait eu le mérite, au moins pour Kaiser, de lui faciliter la vie en gênant les attaques de l’insecte venimeux. Les bruits de percussions qui s’échappaient des attaques du duel entre le petit dinosaure terrestre et le frelon géant étaient spectaculaires en soi, mais l’alliance du « Quasar » de la jeune fille à cet affrontement n’était pas mauvaise en soi… Encore que des deux pokémons, celui-ci, malgré l’avantage de son corps serpentin, était moins mobile que son homologue terrestre.

Mais la tempête de sable allait blesser le pokémon serpentin et cela allait les desservir. Maintenant qu’il se battait avec eux, la tempête de sable ne serait plus une option envisageable, sauf dans le pire des cas… Athanaël se mordit la lèvre. D’ailleurs, qu’est-ce qu’était cette créature serpentine ? Le jeune homme dégaina son pokédex comme s’il avait pu être un holster et celui-ci identifia le pokémon de la dresseuse comme étant un Minidraco, une créature au moins aussi rare que son Embrylex. Quelques coups d’œil supplémentaire le firent sourire…

   « On peut le faire. »

Il avait murmuré ça avec un regard brillant. Un regard illuminé, un sourire carnassier, comme si dans l’épaisse tempête de sable que son pokémon avait provoqué, il avait su alors trouver et tailler une route vers cette victoire inespérée qu’ils cherchaient désormais à deux. Et pour réussir, ils allaient avoir besoin de s’entraider. Cependant, en regardant la frêle jeune fille sourire, il comprit qu’elle aussi, découvrait la sensation grisante d’être devenue dresseur de pokémon… Mais celle-ci semblait bien trop captivée et en oubliait de réfléchir ; or, c’était pour le moment la force de leurs pokémons et non eux qui leur sauvait la mise. Et malgré que chaque poil du jeune homme soit hérissé vers cette exultation qu’ils semblaient partager actuellement, le jeune homme gardait l’esprit clair :

   « J’ai un plan… Ordonnez à votre Minidraco d’utiliser l’attaque cage-éclair quand la tempête de sable sera complètement levée ; ensuite, je me chargerais de le faire fuir. Pour le moment, je vais attendre le moment propice pour le désorienter, ensuite ce sera à votre tour d’ordonner à votre pokémon d’agir ! »

La voix du jeune homme était intrépide, mais toujours aussi ferme. Il espérait que celle-ci se fasse coopérative, puisqu’actuellement – et dans un sens, une part de son exigence reprochait à cette jeune inconnue de ne pas avoir déjà paralysé l’agresseur  –, il estimait cette solution comme étant la plus sûre et la plus impérative à mettre en œuvre. Il prit une grande inspiration pour réunir ses forces et lâcha un simple :

   « Faites-moi confiance et bouchez-vous les oreilles... »

Cette phrase semblait être amplifiée par l’aura électrique qu’il dégageait désormais. Son regard était si sûr et brillant qu’il semblait percer à travers la scène… Pourtant, le jeune homme allait procéder à quelque chose d’extrêmement risqué, alors que la tempête de sable était désormais dissipée ; d’un pas, il s’élança dans la mêlée, sous les yeux ébahi de Kaiser qui reçut comme nouvel ordre :

   « Kaiser, prépares-toi ! »

La créature, un peu confuse, fit de son mieux pour interpréter l’ordre de son dresseur et se contenta désormais de préserver ses forces. L’attention du Dardargnan se reporta sur le Minidraco dénommé Pulsar jusqu’à ce qu’une pierre vienne rebondir près des yeux du Frelon géant. Le cri de fureur insectoïde fit prendre un air dégoûté au jeune homme. Il craignait les pointes, mais cet accès de fureur était clairement annonciateur de ce que la créature ressentait à son propos. La nuée de dard qui s’abattit manqua de faire lâcher la vessie du jeune homme qui roula sur le sol derrière un arbre ; trop aveuglée par sa frénésie, la créature inesctoïde géante planta ses dards dans le tronc – paix à celui-ci, par ailleurs  – et se retrouva coincée.  Sortant par l’autre côté alors que celle-ci semblait prise au piège, le jeune ordonna alors :

   « Kaiser, utilises ton attaque grincement ! »

Le petit Embrylex se jeta tout près de l’insecte pris au piège et utilisa ses cordes vocales comme jamais son jeune dresseur aurait pu le croire possible : un son strident, affreux, fut propulsé par la gorge du petit dinosaure. Ledit son était si intolérable que même le Dardargnan, qui venait de se libérer, fut hébété dans les airs, pris au piège, sans défense. Athanaël, les oreilles bourdonnants, fit signe à l’inconnue de se déboucher les oreilles et hurla :

   « Maintenant, utilisez l’attaque cage-éclair ! »

Le petit Minidraco n’éprouvait aucun risque, désormais, maintenant qu’elle était hébétée, la créature insectoïde ne pourrait fuir l’éclair qui lui parcourrait le corps et provoquerait chez elle, une paralysie qui, au pire, lui serait fatale, au mieux, la forcerait à fuir. Cette stratégie n’avait rien d’extraordinaire, mais c’est plutôt en sa mise en place que celle-ci avait de quoi forcer l’admiration pour le jeune homme, qui outre son courage et sa prise de risque (qui pour certains, forceraient le respect, pour d’autres, le mépris que l’on réserve aux imprudents), avait su garder la tête froide pour analyser la situation et mettre à profit le peu de possibilités que leur réservaient leurs capacités de débutants et leurs toutes-jeunes créatures de compagnie.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Dim 24 Juil 2016 - 1:09
Région d'origine : Kalos.
Messages : 44

Maïlys A. Poesy

Maïlys A. Poesy


Athanaël & Maïlys


Les deux petits pokémons ne déméritaient absolument pas, se battant avec force, Quasar essayant de déstabiliser la guêpe géante alors que le petit Embrylex frappait de toutes ses forces… Mais il fallait se rendre à l’évidence, s’ils continuaient comme ça, ils allaient finir par s’épuiser, sous le regard de leurs jeunes dresseurs.  

Le problème ? Maïlys n’avait aucune expérience en tant que dresseuse. Ouragan se trouvait être la toute première attaque que la jeune femme et Quasar pratiquait face à un autre pokémon. Que faire… Elle s’apprêta à lancer de nouvelles indications à Quasar, afin d’essayer de débloquer la situation de son mieux… Enfin essayer de ne pas empirer la situation surtout. Mais elle fut prise de cours par son partenaire d’un combat, qui lui semblait plus agile dans ses réflexions, en prise à ses incertitudes.  

« J’ai un plan… Ordonnez à votre Minidraco d’utiliser l’attaque cage-éclair quand la tempête de sable sera complètement levée ; ensuite, je me chargerais de le faire fuir. Pour le moment, je vais attendre le moment propice pour le désorienter, ensuite ce sera à votre tour d’ordonner à votre pokémon d’agir ! »

Maïlys prit quelques secondes pour imaginer le plan dans sa tête… Et il fallait se l’avouer, ils avaient une chance en le suivant ! … Bouchez-vous les oreilles ? Certes, le combat dégageait pas mal de bruit mais pas à ce point… Quand le jeune dresseur commença a courir en direction de l’insecte colérique, Maïlys ne put s’empêcher de s’exclamer :

« Attention ! Il va vous tuer ! »

Face à cette action sur le coup incompréhensible, on pouvait se demander qui était le plus perplexe entre la dresseuse, son Minidraco et le petit Embrylex qui voyait son dresseur courir à une situation très risquée. Même si sa nature protectrice poussait Maïlys à courir pour l’arrêter, la voix du jeune homme, cette voix sûre lui revient en tête et serrant les dents, elle se força à ne pas intervenir.

C’est quand elle vit le Dardargnan bloqué, se débattant comme une furie pour essayer de se libérer, qu’elle comprit enfin totalement le plan du jeune homme. Utiliser l’environnement naturel à son avantage, pour ensuite tirer au mieux des capacités extraordinaires de ses pokémons… D’une certaine manière, par cette action, Athanaël venait de dévoiler à la jeune femme, l’aspect stratégique du combat, la plongeant totalement dedans puisqu’elle-même impliquée.

Sauf qu’absorber par l’analyse de cette situation, elle ne protégea pas de suite ses oreilles quand un cri strident, assourdissant retentit brutalement dans la forêt. Fermant les yeux et plaquant ses mains contre ses oreilles, il lui fallut bien quelques secondes pour se remettre de cette attaque… on ne peut plus puissante. Et il faut dire que le Dardargnan se montrait bien moins résistant. En voyant les gestes vifs du dresseur, Maïlys n’hésite pas une seconde et hurla pour que Quasar l’entende :

« Utilise Cage-Éclair sur le Dardargnan, de toutes tes forces ! »

Il n’y avait dans le ciel, que quelques nuages blancs, moutonnant un bleu azuré. Pourtant brutalement, Minidraco poussa un cri, qui avait comme respect de se faire un peu entendre au-dessus du grincement toujours permanent. Et en même temps que cette démonstration vocale, un éclair brillant, émanant du petit dragon et frappa lourdement l’insecte géant, dans un vacarme assourdissant, à tel point que Maïlys eut peur pour le jeune homme bien plus proche qu’elle… Mais il semblait ne pas souffrir de brûlure, à la différence du Dardargnan, gisant à terre, parcouru de spasmes… Au moins l’attaque avait réussi mais Maïlys découvrit en plus de la stratégie, la vision d’un pokémon à terre, et ça n’avait rien de très amusant malgré le sentiment de fierté qui régnait dans son cœur en voyant son petit Minidraco, ébahi devant sa propre attaque.

Elle avança, doucement, lentement… Passant devant son petit pokémon qui la suivit de près, assez pour arriver à voir tous les détails du corps de l’insecte.

« J’espère qu’elle va bien se remettre… »

Nouveau spasme violent du Dardargnan, réflexe habituel de Maïlys, qui sursauta presque aussi violemment, reculant d’un saut, manquant de trébucher contre le dresseur, mais Quasar réussit en tirant sur le bras sa dresseuse, à éviter ce troisième choc à Athanaël… Allez, reprends ton souffle, Maïlys.
Elle prit une grande inspiration avant de se retourner, souriant à l’inconnu, et tendant sa main, après tout, il l’avait aidée tout à l’heure, c’était à son tour !  

« Vous ne vous êtes pas fait mal… ? »

Attrapant sa main, elle l’aida à se relever… Alors qu’il put sentir la prise de la jeune femme sur sa main se serrer brusquement au nouveau spasme du Dardargnan, toujours immobile à terre.

« Déso… »

Sonné, mais pas mort… Le Dardargnan battait doucement des ailes, coupant la parole à la jeune femme, montrant encore sa présence, ce qui avait pour résultat de provoquer une lente sueur froide dans le dos de la jeune fille… Alors que Quasar ne le lâchait pas du regard.


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Lun 25 Juil 2016 - 23:44
Région d'origine : Kalos
Messages : 65

Athanaël Denys

Athanaël Denys

L’insecte gisait sur le sol, paralysé. C’était un peu décevant ; a priori, le frelon géant n’avait pas eu assez de force pour résister à l’entièreté des assauts qu’il lui avait réservée. Soit, c’était un peu désappointant, mais il valait mieux s’en réjouir. Cela dit, il se garderait bien de capturer ledit pokémon, celui-ci semblait de toute manière beaucoup trop belliqueux pour le jeune homme qui n’aimait pas les dards effilés qui armaient le pokémon assommé au sol.

La jeune inconnue, quant à elle, semblait beaucoup plus intéressée par la survie de l’insecte qui les avait agressés avec une certaine forme d’acharnement. Après tout, ces gens-là existaient bel et bien. C’était une forme de naïveté touchante ; mais un peu étrange en soi, parce qu’au-delà de s’être inquiétée pour lui dans son action mouvementée envers le Dardargnan, celle-ci s’émouvait du sort de l’insecte. Elle lui proposa sa main pour le relever, ce qui en soi était assez amusant aussi ; elle était menue et petite ; il n’était pas bien plus massif qu’elle, mais était beaucoup plus petite que lui, qui la dominait d’au moins deux têtes supplémentaires, ce qu’elle put facilement constater quand celui-ci se remit debout en s’époussetant.

Elle lui serra fort le poignet ; c’était ironique d’ailleurs, vu qu’elle venait de lui demander s’il ne s’était pas fait mal. Elle semblait au moins être tétanisée. L’honneur d’en finir lui revenait donc ? Soit, au moins, elle avait répondue à ses attentes. La précédente stratégie n’avait pour but de s’assurer de la rendre suffisamment docile pour lui permettre d’achever le sens de l’orientation du Dardargnan qui poussa un nouveau cri. Athanaël se mit devant Maïlys et reprit son ton ferme, mais cette fois-ci légèrement menaçant :

  « Pars d’ici ! Ou alors, nous continuerons nos assauts sur toi ! »

Elle fit mine à nouveau de vouloir attaquer, mais elle manqua de toucher le sol, frappée par la paralysie dont elle était la victime. Saisissant l’occasion, Athanaël donna son ordre à Kaiser :

  « Kaiser, mords-lui une antenne, ça devrait la faire fuir pour de bon ! »

Le petit Embrylex ne se fit pas prier, celui-ci ayant essuyé depuis de longues minutes les assauts, il avait lui aussi sa petite revanche à prendre sur la sauvage créature. D’un bond, le petit dinosaure de terre attrapa une des antennes et referma sa mâchoire dessus, serrant de toutes ses forces. Il lâcha sa prise par réflexe, car le Dardargnan poussa un cri de douleur suffisamment aïgue pour le pokémon pour que celui-ci comprenne qu’elle venait effectivement de subir un coup très violent. Elle tangua dans les airs quelques secondes, avant de se retourner et de faire demi-tour à toute vitesse, malgré la paralysie.

Athanaël attrapa la jeune demoiselle par la main et se mit à avancer. Même si elle était seule à être venue ici et à les suivre, le jeune homme ne souhaitait pas attendre sur place et prendre le risque de se faire encercler par d’autres pokémons alors qu’ils étaient d’une part affaiblis par la fatigue, de l’autre, en infériorité numérique. La poigne du jeune homme était ni trop sèche, ni trop douce, mais surtout spontanée, et quand on prenait en compte l’intensité du combat qui venait de se produire, cela semblait logique qu’elle le fut.

  « Il était temps de déguerpir. Et non, je ne me suis pas fait mal. Du moins, je pense qu’à l’avenir, en tant que dresseur, je connaîtrais des maux bien pires… Du moins, je me le souhaite : cela signifierait que j’apprendrais à la dure. »

Le jeune homme lui fit un petit sourire amusé, avant de lui lâcher la main, ceux-ci étant arrivés sur les sentiers de la route.

  « Et vous n’aviez pas à vous excuser. Je suis plutôt celui qui devrait s’inquiéter ; après tout, c’est moi qui vous suis tombé dessus. A ce propos, je réitère mes excuses par ailleurs. J’espère que vous ne m’en voulez pas trop de vous avoir impliqué là-dedans… »

Le jeune homme, prompt aux us et coutumes de la région, s’inclina bien bas, le dos bien droit, avant de se relever et de laisser son Embrylex lui monter sur l’épaule. Kaiser l’avait bien mérité, se disait-il, alors qu’il plongea ses yeux intenses sur la demoiselle, attendant de voir ce qu’elle allait lui répondre… Avant de se rappeler qu’il ne s’était pas présenté et que question politesse, c’était plutôt à lui, au vue de la situation, de le faire.

  « Je suis Athanaël Denys… Bon, le nom complet est Denys de la Bonnaventure, mais sérieusement, aujourd’hui, ça sonne beaucoup trop pompeux à mon goût. Et vous ? »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Mar 2 Aoû 2016 - 13:35
Région d'origine : Kalos.
Messages : 44

Maïlys A. Poesy

Maïlys A. Poesy


Athanaël & Maïlys


Bon, définitivement. Ce Dardargnan était coriace car à peine à terre, et malgré toutes les attaques, il arrivait encore à se montrer menaçant… C’est uniquement quand le petit dinosaure du jeune homme bondit pour enserrer l’antenne hypersensible de l’insecte, qu’on put considérer qu’ils avaient gagné le combat, uniquement quand la guêpe géante poussa un hurlement de douleur et déguerpit.  

Au moment où elle se laissa entraîner par l’inconnu, elle tendit l’autre bras :

« Grimpe ! »

Le petit serpent draconique fila sur ledit bras, et s’agrippa fortement à l’épaule de sa dresseuse, toujours aux aguets, regardant le Dardargnan filer…
Ils coururent ainsi sur quelques dizaines de mètres, avant de débouler sur le sentier, là où Maïlys put enfin reprendre son souffle – et se remettre de ses émotions -. Et une fois la respiration de la jeune femme calmée, elle sourit timidement à son « sauveur », avant de caresser la tête de Quasar, qui en retour, la blottit contre son cou, malgré les gestes fébriles de Maïlys.

« Je ne vous en veux pas, alors pas d’inquiétudes, excuses acceptées ! »

Il faut dire que certes, le jeune homme avait précipité sa rencontre avec son premier pokémon agressif, mais au moins, elle n’avait pas été seule face à un tel danger…

« Et puis, certes vous m’avez impliquée dans cette histoire, mais je ne suis pas sûre que Quasar et moi on s’en serait sortis aussi bien si vous n’aviez pas été là. »

Un petit cri du Minidraco soutint les paroles de Maïlys alors que toujours bien accroché, il fixait le petit dinosaure et son inconnu dresseur à tour de rôle… Enfin inconnu… Un inconnu avec désormais un nom gravé dans l’esprit de la jeune femme : Athanaël Denys. Elle se trouva sur le point de répondre, de se présenter également, mais en le voyant se pencher doucement vers elle, elle qui avait la main légèrement en avant, comme pour saluer à la manière kalosienne, elle rougit un peu, avant de se pencher en avant promptement pour l’imiter, n’ayant pas encore l’habitude des coutumes de l’île.

« Euh, et bien… C’est long comme nom on va dire… »

Se redressant, elle arriva tout de même à sourire malgré ses joues rosées.

« Un peu pompeux, c’est vrai, après vous savez, rien que chez mes anciens voisins, certains noms l’étaient bien plus ! »

Monsieur de Bonvouloir, Madame de Grandmanoir… Que des personnes très sympathiques. Très riches. Enfin, souvent des amis hauts placés de sa chère mère. Maïlys avait dû les côtoyer à tellement de bals, évènements mondains, obligées de les saluer après ses représentations... Certes, ce jeune Athanaël avait un nom à leur ressembler, mais il avait su dès les premiers instants se montrer bien plus intéressant, bien plus agréable qu’eux.

« Et votre nom, je suis sûre de l’avoir déjà entendu.. »

Comme un rêve dont on essaie de se rappeler mais impossible de se souvenir des détails, ni de quand notre esprit à bien pu l’intégrer à sa mémoire… Mais il était clair que ce nom, ce n’était pas la première fois qu’il parvenait à ses oreilles, mais où… ? Elle avait rencontré tellement de personnes à au cours des diners et évènements de sa mère, qu’il était dur de se souvenir de personnes aussi intéressantes… Encore plus de leurs noms.

« Enfin, Denys, cela vous va très bien aussi ! Alors enchanté, Athanaël Denys.
Un peu moins impressionnant comme nom, mais moi, je suis Maïlys Poesy. »


Nouveau petit cri du petit serpent.

« Et lui, c’est Quasar. Qui vous remercie aussi, ainsi que votre pokémon… »

Qui d’ailleurs restait un vrai mystère pour la jeune femme. Un petit être bien fort malgré sa taille, qui avait su faire fuir un Dardargnan assez impressionnant. Malgré beaucoup de livres lus, de pages dévorés, il s’agissait de la première fois que la jeune kalosienne voyait le dinosaure, et n’arrivant plus à retenir sa curiosité, elle ne put s’empêcher de fouiller dans son petit sac récupéré quelques instants plus tôt, et sortir le bijou de technologie qui lui avait été confié, demandant avec une certaine réserve, son regard passant du pokémon à son pokédex :

« Je peux… ? Histoire de découvrir celui que je dois aussi remercier. »

C’était la première fois qu’elle se retrouvait face à un dresseur, sur un sentier assez éloigné de la ville. Première fois qu’elle pouvait enfin atteindre ses rêves de découverte du monde auprès de son pokémon, première fois que ses rêves étaient à portée de main. Et il ne fallait pas être aveugle pour se rendre compte de toute cette envie, de toute cette volonté et curiosité qui habitaient la jeune fille.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Mar 2 Aoû 2016 - 18:43
Région d'origine : Kalos
Messages : 65

Athanaël Denys

Athanaël Denys
« Content de voir que vous ne m’en voulez pas. Encore que quand bien même vous l’auriez fait, maintenant que c’est fait… »

Il y avait difficilement moyen pour remonter le temps. S’il avait cette capacité, il ne serait pas dans cette forêt à fuir les Dardargnans. Il se demanderait même ce qu’il ferait d’un tel pouvoir.  Le hasard avait fait les choses et il doutait de l’intérêt de vouloir empêcher un événement qui de toute façon, semblait n’avoir aucune répercussion importante outre une certaine frayeur. En revanche, concernant l’éventualité où elle aurait eu à s’en sortir seule avec son Minidraco, cela semblait plus improbable.

« Vous en sortir sans moi, peut-être pas, mais c’est avant tout oublier que vous avez eu à affronter cet insecte géant par ma faute… Enfin, je vous remercie d’accepter ces modestes excuses. »

Le jeune homme avait répondu aux premières phrases de la demoiselle une fois que celle-ci eut fini de se présenter. La jeune demoiselle était ce qu’on pouvait appeler un petit bout d’adolescente. La puberté semblait l’avoir peu fait grandir et tout était relativement modeste chez elle, hormis l’épaisseur de ses verres et de sa chevelure rose clair. Des jambes très fines et joliment mise en valeur par l’effet de collants noir qui contrastaient sobrement avec les cheveux de la demoiselle.  Un haut marin qui rappelait l’ouest de Kalos et une jupe assez courte, mais adaptée aux températures actuelles et pas vulgaire avec les collants.
Les binocles rouges semblaient d’ailleurs un peu trop grosses pour elle mais lui donnait clairement un charme particulier,  celui-là même qui était propre à ceux qui portaient ces accessoires. Des yeux couleurs noisette et un visage assez fin achevait de faire de Maïlys ce qu’on pouvait clairement qualifier de jolie fille aux yeux d’Athanaël… Mais sûrement un peu jeune ? Quel âge avait-elle ? 16 ans ? 15 ans ? Mais si parmi ses interrogations, l’une d’entre-elle le taraudait plus que les autres, c’était encore...

« La couleur est naturelle ? En tout cas, elle est très jolie. »

Le jeune homme avait fait un pas vers elle, et très proche de celle-ci, portant ses yeux près de la chevelure, il en avait apporté une près de ses yeux pour mieux tenter d’en jauger. Quelques secondes s’écoulèrent avant qu’il ne rebondit sur d’autres assertions de la demoiselle, notamment par rapport à sa patronymie.

« Il y a fort à parier que si vous venez de Kalos mon nom ne vous soit pas inconnu, mais si vous en vous en rappelez pas, ce n’est pas un problème en soi ; de toute façon, ici, à Mhyone, je ne suis qu’Athanaël, dresseur en quête de la ligue Pokémon locale et c’est très bien comme ça. »

Le jeune homme semblait vouloir éviter le sujet de son nom ; ce n’était pas tant que cela le chagrinait, mais après Rachel, il préférait encore éviter qu’on se souvienne de ce qui était certes primordial pour son identité, mais très accessoire dans le cadre de ses relations avec autrui. Les gens étaient bien plus sincère et à l’aise tant qu’ils ignoraient que sa famille possédait assez de richesse pour hypothéquer les maisons des autres sans aucun problème (ni aucun remords, se dit-il en se remémorant l’image de son père, inflexible, gérant les capitaux de l’entreprise).

« Quant à vos anciens voisins, ils sont loin d’ici et j’ose pouvoir prétendre à vous entendre que nous en sommes tous deux bienheureux. Par ailleurs, relativement au fait d’être enchanté de me rencontrer, il en va de même pour ma part, jeune et jolie Maïlys ! » S’approchant du petit serpent et le gratifiant d’une légère caresse, il ajouta à l’adresse du pokémon de la dresseuse : « et il en va de même aussi te concernant, fier Quasar ! »

Il était temps aussi de présenter son pokémon, qui, heureux d’avoir pu montrer sa force et d’être le centre d’attention de la curiosité de la jeune fille aux cheveux roses, tentait de se faire plus fort et impressionnant qu’il ne l’était, sans grand succès : il restait un petit dinosaure de terre pas très menaçant, malgré toute sa force.

« Voici Kaiser, un embrylex tout droit venu de Johto ! Il est gentil et assez fort, mais il mange beaucoup, est têtu, aime se battre et pouvoir montrer qu’il est fort ! »

Son embrylex ne savait pas s’il devait être content de la description que son dresseur avait fait de son caractère, aussi continua-t-il de bander ses muscles en prenant tout l’espace qu’il pouvait de ses petits pieds, toujours dans l’optique d’avoir l’air féroce… Cette parade ne dura que quelques secondes, le temps de remarquer que le long du sentier, des cailloux à l’odeur appétissante appelaient son gosier pantagruélique.

« Oui, ne vous en faites pas. De toute manière, je me suis bien permis d’analyser votre pokémon sans votre permission, tout à l’heure, chère Maïlys. »

Le jeune homme ne s’en rendait pas compte, mais son niveau de langage avait tendance à se relever tout seul et il se mordit la lèvre en remarquant cela. Ses efforts pour adopter un discours plus commun semblaient fatalement tomber en échec, ces derniers temps…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Mar 2 Aoû 2016 - 22:05
Région d'origine : Kalos.
Messages : 44

Maïlys A. Poesy

Maïlys A. Poesy


Athanaël & Maïlys


Maïlys ne craignait pas tant de se lancer dans l’aventure, et malgré une légèrement peur au ventre, elle savait se montrer courageuse face au danger. Mais quand elle sentit le regarde du jeune homme sur elle, ses joues ne purent s’empêcher de lutter contre le rose qui s’en emparait. Respire Maïlys… Ce n’était pas la première fois, il fallait avouer qu’il était assez dur de toujours vivre sans un visage qui exprimer une timidité qu’elle préférait garder intérieure.
Au début, elle eut un léger recul dans il s’approcha aussi près d’elle, avant de sourire timidement à sa question, comprenant qu’il ne s’agissait que de pur curiosité.

« A la base, non, ce n’est pas naturel… Enfin mes cheveux ne sont pas loin de cette couleur normalement, mais on va dire que ma mère aimait que… Enfin elle aimait beaucoup avec cette couleur. Avec le temps de m’y suis habituée, eux aussi et puis vu qu’on me disait que ça m’allait bien, j’ai fini par l’adopter… »

Un des rares choix de sa mère qu’elle avait apprécié. Certes, des fois on lui trouvait cette couleur étrange mais quand dans sa ville d’origine on croise souvent des femmes aux coiffures bleues, vertes ou autres couleurs de l’arc en ciel, le rose pâle de Maïlys ne se faisait pas tellement remarquer. Quand le jeune homme fit la remarque sur la non-importance de son nom de famille, le sourire de Maïlys se détendit. Après tout, c’est vrai qu’il était agréable que ses nouvelles rencontres s’intéressent à elle, et non à la famille Poesy.

« Et bien, Athanaël, dresseur en quête de la Ligue de Mhyone, je trouve que cela sonne déjà bien pour un début ! Et en effet, je viens de Kalos. »

Jolie Maïlys. Oui, décidément, ses joues ne perdraient pas leur couleur aussi facilement… Heureusement, Quasar détourna un peu l’attention de celles-ci quand il couina de bonheur, adorant les caresses. Enfin, la présentation du dernier, mais pas des moindre ! Kaiser, un Embrylex… Qui arriva à faire sourire franchement la jeune femme, grâce la description qui résonna d’une voix mécanique de la part du Pokédex, ainsi qu’à la posture du petit dinosaure, cherchant à se montrer le plus puissant possible, après son exploit contre le Dardargnan. Alors que Quasar le regardait avec curiosité, s’enfuir pour dévorer quelques pauvres cailloux innocents.

« Embrylex est né sous terre. Il a un appétit d'ogre, car avant de pouvoir évoluer il doit manger l'équivalent d'une montagne rocheuse. Plus il mange, plus sa peau molle se durcit. Sa corne frontale l'aide à gratter les roches pour en détacher les cailloux. Il est protégé car c'est un pokémon plutôt rare. »

« Rare, mais surtout adorable ! C’était la première fois que je croisais… »

Rapide coup d’œil sur son écran.

« Que je croisais un Embrylex. »

Avant de tiquer.

« De Johto… ? Votre prénom me fait penser à ma région d’origine… Vous êtes tous les deux de Johto ? Il faut dire que c’est un des rares lieux où je ne me suis jamais rendue, donc je n’y connais pas vraiment les habitants ni les habitudes là-bas… »

Curieuse Maïlys. Enfin, alors qu’elle se laisse intéressée par Athanaël, Quasar se glissa discrètement par terre, rampant rapidement jusqu’à son compatriote Pokémon… L’observant avec étonnement, sans comprendre l’intérêt que le petit dinosaure pouvait y porter… Essayant de renifler les rares « miettes » qu’il laissait par terre… Et se risquant même à aspirer quelques bouts de cailloux et terre, histoire de goûter ce possible met, avant de naturellement le recracher, incrédule devant Kaiser les dévorant par dizaines.  

« Et d’ailleurs, enfin si ce n’est pas trop indiscret, comment vous vous êtes retrouvé avec cette guêpe aux trousses… ? »


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Mar 2 Aoû 2016 - 22:52
Région d'origine : Kalos
Messages : 65

Athanaël Denys

Athanaël Denys


L’explication sur la chevelure de la demoiselle rassura le sens commun du jeune homme ; l’espace d’un instant, il s’était dit que si elle lui avait dit que sa couleur fut naturelle, il s’eu cru fiévreux et délirant, atteint par le venin du Dardargnan. Mais il pouvait effectivement approuver le fait que cette couleur lui allait bien ; cela lui donnait un caractère que les autres n’avaient pas, une spécificité qui la mettait en valeur. Aussi, sans sourciller, sur un ton naturel mais légèrement charmeur et poli, le jeune homme appuya la dernière assertion de la jeune demoiselle :

« Oui, il est factuel que cette couleur de cheveux vous donne un cachet unique en son genre et qu’il met en valeur votre joli visage ! »

Le jeune homme était particulièrement ouvert ; ça n’était pas criard ni vulgaire, surtout pas sur un visage pour lequel on aurait confié saint Arceus les yeux fermés. Il remarqua alors qu’entre la gêne et la méfiance, la demoiselle parvint à se détendre un peu plus. Elle commenta sur le fait que son nom, accolé à son objectif sonnait bien. Peut-être. Sûrement. Qui sait ? Il n’était pas assez orgueilleux pour réfléchir lui-même à ce genre de chose. Et sans se tromper, elle venait bien du même pays que lui. Les traits ne trompaient pas ; et puis, Poesy… Il n’avait pas relevé, parce que ça ne lui importait décidément pas, mais il savait qu’Elizabeth Poesy était un ami proche de son père… Enfin proche… Proche comme une cliente d’affaire très importante et qui passait de grosses commandes, qui possédait des contrats de marketing et qui servait l’image de marque.

Du peu qu’il en savait de cette femme, il la trouvait ridicule ; elle était une grande coordinatrice, mais arrivée au sommet de sa gloire, elle semblait être avilie par celle-ci, tout comme son père, bien qu’il respectât sa poigne de fer, était avilie par sa réussite commerciale.

La demoiselle aurait pu être sa fille, sa cousine, ou n’importe qui d’autres ; sa philosophie ici était d’oublier le monde froid d’où il venait. Même si elle semblait ne pas avoir fait le lien avec la SAS Denys Pharma, il n’était pas obligé de creuser cette deduction qu’il avait eu. Elle semblait aussi adorable et innocente que ce petit Minidraco qui s’appelait Quasar, alors il valait mieux laisser ces patronymes empoisonnés où ils étaient, dans le doute où ceux-ci pouvait ronger ceux qui les portaient.

Elle semblait captivée tout autant que son pokémon par Kaiser, qui lui, continuait d’entretenir la dureté de sa carapace en prenant son vingt-huitième goûter de la journée sur place. Il ne lui en voulait pas, au contraire, l’adrénaline en train de chuter, il ressentait une sincère affection pour son pokémon et une réelle fierté de l’avoir vu se démener avec sang-froid et endurance face à une créature deux fois plus grosse que lui. Mais c’est à ce moment-là que Maïlys lui demanda d’où il venait.

Venir de Johto ? C’eut été intéressant de venir là-bas, mais hélas, non, il n’était pas originaire du lointain Japon. En revanche, fort à parier que Kaiser venait de là-bas. Par chance, des trois pokémons, il avait, semblait-il, choisi une espèce rare et protégée.

« Non, je pense que lui vient d’un œuf confié au professeur Acacia ou directement à Père. Pour ma part, je viens de la même région que vous, à Kalos. Plus précisément, d’Illumis, même si j’étais le plus souvent occupé à suivre des formations dans le management, le commerce et la  finance. »

De son côté, Kaiser regarda un peu surpris son compère le Minidraco Quasar en train de goûter des caillasses cassées par ses soins. Le voyant en train de recracher, incapable d’avaler une telle nourriture, le petit dinosaure de terre se mit à réfléchir et tapa sur le cou du pokémon avec un petit air complaisant… Avant de se jeter dans un buisson et d’en ressortir avec des baies bleues et lui donner la béquée.  Les Embrylex pouvaient se nourrir aussi de ces baies-là, mais celle-ci ne permettaient pas la croissance de leur carapace, au contraire des minéraux résidant dans les cailloux ; ce que le petit pokémon roche et sol s’empressa d’expliquer au dragon serpentin.

« Nous nous entraînions en dehors des sentiers et nous avons affronté un Conconfort qui a évolué… Au pire moment, je dirais. C’est comme ça que j’en suis venu à fuir, puisque je suis sur les routes depuis moins d’une semaine et que Kaiser est relativement jeune. Et vous, que faites-vous sur les routes ? Vous êtes une dresseuse débutante, comme moi ? »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Mer 3 Aoû 2016 - 23:10
Région d'origine : Kalos.
Messages : 44

Maïlys A. Poesy

Maïlys A. Poesy


Athanaël & Maïlys


Définitivement, le petit Minidraco n’arrivait pas à percer le secret de son compatriote dinosaure. Comment arrivait-il à avaler de la pierre brute… Juste bonne à irriter la gorge délicate du petit serpent. Maïlys sourit discrètement en voyant au loin, l’Embrylex offrir quelques baies à son Pokémon, presque comme une maman Flambusard rapportant de la nourriture pour ses petits Passerouges.

Pour autant elle écoutait avec attention les propos du dresseur, et le fait qu’il vienne de Kalos… Avait quelque chose d’apaisant. Comme une prise à laquelle s’accrocher pour bien se persuader qu’elle nageait dans la réalité, et non dans un rêve, tellement cette aventure se trouvait éloigner de son ancien quotidien, emplie de rubans, faux sourires et Feunard.

« Je viens d’Illumis aussi ! Ça me parle très bien du coup. J’y étais il y a encore moins de deux semaines d’ailleurs… »

Et pas de regrets. On aurait pu s’attendre à ce que sa chambre spacieuse, son ordinateur, ses livres lui manque, mais pas le moins du monde. Elle avait des crampes, mal aux pieds, quelques maux de têtes à cause du soleil, mais elle ne reviendrait sûrement pas en arrière si on le lui proposait. L’excitation, l’inconnu, des discussions avec son petit Pokémon, les paysages défilant, ses premières expériences de dresseuse au combat… C’est ce dont elle avait toujours rêvé, si loin des espoirs de sa mère concernant sa fille.
C’est alors que le jeune homme commença à s’intéresser à sa propre histoire, à savoir qui elle était, et pour l’instant, il était assez amusant de voir qu’il avait beau avoir des histoires assez différentes, se croisant pourtant plusieurs fois, ils se trouvaient quasiment au même point. Deux jeunes kalosien, à la recherche des pokémons, visant une Ligue des plus entraînées parmi les dresseurs les plus doués du pays.

« Dresseuse débutante, en effet ! Enfin dresseur depuis quelques jours aussi… Je suis arrivée à Nox Illum y a peu de temps, avec Quasar. Après quelques conseils, et étudié les cartes de l’île, on a fini par choisir cette route… Il faut bien un début. Et puis tous les deux on cherchait à s’entraîner, à Nox Illum on a commencé, mais je voulais voir au-delà des combats, juste nous deux, loin de la ville… »

En regardant le dresseur ainsi que Kaiser, il était assez facile de se douter qu’eux aussi, cherchaient à progresser en cherchant quelques Pokémons sauvages.

« Même si pour l’instant, on a juste croisé un Hypotrempe assez timide… Et pourtant, nous sommes sortis des sentiers… Certes, un Dardargnan, c’est dangereux, mais j’avoue que j’aurais été curieuse de voir une évolution ! Et j’imagine que ce n’est pas courant, aussi, j’espère avoir votre chance, mais éviter de finir avec une guêpe géante derrière moi. »

Quasar avala le reste des baies, et doucement, se mis à ramper le long du chemin et revient quelques secondes plus tard, se glissant derrière Kaiser, l’interpelant en lui donner quelques petits coups de tête sur sa carapace, et une fois retourné, lui tendant du bout de sa queue, quelques pierres encore humides mais d’un noir profond, provenant tout droit du fond du petit ruisseau qui coulait à quelques mètres d’eux. Et oui, monsieur dragon tenait à remercier le petit dinosaure pour le goûter improvisé.

« Mais du coup… Vous avez trouvé de quoi vous entraîner près d’ici ? Je désespère un peu, surtout que Quasar aussi aimerait bien s’entraîner. »

Quasar toujours occupé à observer le petit Embrylex, allant lui chercher quelques cailloux aux fonds des eaux, tous plus beaux et différents les uns que les autres.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Jeu 4 Aoû 2016 - 12:01
Région d'origine : Kalos
Messages : 65

Athanaël Denys

Athanaël Denys

Le courant passait plutôt bien entre les deux dresseurs. Du moins, c'était le minimum que l'on puisse dire concernant leurs deux pokémons, qui, cherchaient mutuellement à se nourrir l'un l'autre. Kaiser accepta l'offre et avala les pierres un peu humides, mais l'eau ne lui plaisait décidément vraiment pas et il ne fit bonne figure que parce qu'il se voulait être fort et ne pas vexer le Minidraco qui semblait être légèrement plus jeune et insouciant que l'Embrylex.

Quant à Maïlys, elle lui racontait assez sommairement ses deux dernières semaines, et à l'entendre, elle était autant voire presque aussi débutante que lui. Presque, parce qu'à l'instar de son petit dragon serpentin, elle semblait légèrement aussi naïve et délicate que sa frêle apparence lui en donnait l'air, ce qui, bien évidemment, pour un dresseur, était mignon, mais parfois handicapant : en un mot, comme en cent, elle avait peut-être du talent, mais elle apprendrait plus difficilement sans quelqu'un pour lui tenir la main et lui donner un cadre sécurisant et l'aider à trouver des réponses. C'était peut-être l'œil du manager des temps modernes qui parlait, mais cette analyse de la jeune demoiselle pesait sur le cœur du jeune dresseur, car c'était un peu comme croiser un enfant sur le bord d'une route : si vous le laissez-là, c'est que vous n'avez pas de morale, surtout quand vous aviez connaissance de l'aide que vous pourriez lui apporter.

Mais progresse-t-on mieux seul ? C'était la question qu'il se posait à présent. Il n'était pas rare que des "pokégroupes" se forment au gré des aventures solitaires des dresseurs sur les routes. Après tout, c'était le propre de l'être humain que de se regrouper pour se réunir - encore un cours d'anthropologie et d'études darwiniennes qui ressortaient - et c'est pourquoi l'idée de lui apporter son aide était à prendre en compte... Un peu de scrupule tintait en lui : il avait déjà refusé l'aide que lui offrait Rachel Mirabeau, une pulpeuse - ahaha - jeune femme qu'il avait rencontré un peu plus tôt. Mais les circonstances étaient tout de même légèrement différente : ici, il parlait d'aider - si tenté qu'il puisse lui apporter quoi que ce soit - et non d'être aidé. Les écrits saints d'Arceus ne disaient-ils pas : « aides-toi, le ciel t'aidera » ? Enfin, l'exégèse de cette phrase était assez débattue et peut-être qu'elle n'était pas en rapport avec le culte fondateur Sinnohien : on voyait mal Rayquaza descendre pour venir aider qui que ce soit et quand on savait que ces légendes n'intéressaient personnes à part les pokémaniaques - où les gens obligés de suivre des cours de culture générale sur les mythes mondiaux -, on pouvait fortement douter de la probabilité que si Maïlys s'aidait, un dieu-pokémon céleste descendrait pour l'en féliciter.

Tout au plus ne pourrait-elle avoir les conseils que d'un dresseur débutant tout droit issu de l'une des familles les plus froides et cyniques surfant sur les besoin des uns et des autres à se faire plus beau pour cacher la misère ou encore de ceux qui nécessitaient de se soigner.

« Eh bien, pour s’entraîner, il y a plusieurs solutions, même si les plus courantes reviennent à faire combattre ses pokémons avec d’autres, qu’ils soient dressés ou sauvages, ou plus simplement, de voyager avec eux. » Le jeune homme sourit légèrement ; être dresseur, ça n’était pas être sorcier : « Je me suis simplement enfoncé dans la forêt, j’ai combattus quelques créatures sauvages, j’ai fini par affronter un Conconfort et malheureusement pour moi, celui-ci s’est mis à évoluer pendant le combat. J’imagine que c’était pour se protéger. »

Et cette tactique avait bien failli fonctionner. Enfin, peu importe.

« Du fait, je ne saurais trop vous conseiller que de continuer à chercher. Enfin, il y a des lieux plus sauvages et rigoureux où s’entraîner : je compte continuer ce trek jusqu’au Mont Kaygon pour tenter d’y capturer un pokémon dragon, avec un peu de chance. L’endroit y est réputé pour sa rigueur et son côté sauvage et j’ai ouïe dire que la plupart des top-dresseurs Mhyoniens favorise cet endroit pour s’y entraîner. »

De là à lui proposer de le suivre… Cela devait venir d’elle et non de lui ; l’idée d’être proche quelqu’un et d’éventuellement d’être ralenti par quelqu’un alors que ses frères n’hésiteraient pas à se servir de cela pour le ralentir ou pire ? Décidément, il voulait au moins voir si elle avait un peu de cran et de volonté propre. Ensuite, il aviserait.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Ven 5 Aoû 2016 - 11:48
Région d'origine : Kalos.
Messages : 44

Maïlys A. Poesy

Maïlys A. Poesy


Athanaël & Maïlys


S’entraîner… Pas si simple au final. Il fallait trouver des adversaires.  Et des dresseurs, il n’y en avait pas à chaque coin de… Sentier. Et des Pokémons sauvages, ce n’était pas plus simple, car il fallait qu’ils aient un minimum de niveau pour que le dresseur et son compagnon puisse espérer voir leur courbe de progression grimpe. On lui avait dit que les sentiers étaient assez intéressants de ce point de vue-là, mais force est de constater qu’elle n’avait peut-être pas pris celui qui regorgeait le plus de petites créatures sauvages. Maïlys écoutait avec attention le jeune homme lui raconter ses premières expériences dans la nature, seul. Et oui, définitivement elle pouvait facilement se retrouver dans ce récit.

A l’évocation d’un lieu des plus intéressant pour se former au combat et rencontrer des Pokémons moins courants que ceux foisonnant sur le bord des routes à l’orée des grandes villes, elle ne put s’empêcher de fouiller dans son sac, décidément en vrac après l’affrontement. Elle extirpa une carte légèrement froissée par le choc, achetée quelques jours auparavant dans un grand magasin de Nox Illum. Une fois dépliée, ses yeux longèrent la route 4, partant de la capitale, remontant doucement… Avant de croisée en police et caractères rouges « MONT KAYGON », qui s’étendait sur des dizaines de kilomètres, avec comme petites indications, les hauteurs des plus hauts sommets, de quoi donner le vertige…

Abaissant vivement la carte, son petit cœur de dresseuse curieuse avait du mal à résister à l’envie de découvrir ce lieu prometteur. Surtout que malgré sa silhouette peut avantageuse en très longues randonnées, Maïlys avait toujours adoré s’enfuir dans la nature, découvrir de nouveau paysage. Une échappatoire au monde de sa mère qui l’étouffait toujours un peu plus chaque jour passant.  

Curiosité et timidité sont rarement agréables à associer. Dans son esprit, il était clair que désormais, la jeune femme désirait poursuivre la route 4 et filer directement vers les montagnes prometteuses, et forçant, suivre le même itinéraire que le jeune homme… Mais elle n’aimait pas non plus s’imposer. Après, à deux il serait plus facile d’y arriver, et comme prouvé précédemment, plus sûr face aux Pokémons puissants qui pourraient croiser leurs chemins.

« Je n’ai pas encore rencontré de top-dresseurs de Mhyone… Quelqu’uns à Kalos, et s’ils sont aussi forts ici, que chez nous, alors c’est que ces montagnes doivent en effet être intéressants et habitées par de forts Pokémons… »

Se tournant légèrement vers son dragon, elle lui sourit, Quasar quittant l’Embrylex quelques instants du regard pour se concentrer sur sa dresseuse.

« Ça te tenterait, d’aller voir d’autres dragons dans les montagnes de Mhyone ? »

Les petits yeux du Pokémons s’ouvrir un peu plus, alors que sa queue se mit à battre rapidement l’air, son impatience à la promesse de voir d’autres dragons clairement visible.

« Ahah, oui je me doutais que tu aimerais. » Elle croisa de nouveau le regard d’Athanaël, ajoutant. « Il n’en a jamais vu, ce n’est pas si courant dans les rues et parc de Nox Illum… »

C’était décidé, nouveau cap ! Elle n’avait pas prévu d’itinéraire fixe lors de son départ, se doutant qu’au fil des jours, elle ferait quelques rencontres capables de bouleverser son aventure, ou qu’elle trouverait des chemins intéressants mais peu signalés dans les guides et grandes cartes de l’île.

« Est-ce que cela vous intéresserait, un peu de compagnie jusqu’aux montagnes… ? Et puis on ne sait jamais il y a peut-être d’autres Dardargnans sur le chemin qui y mène. »

Elle rougit un peu plus. Timidité quand tu nous tiens…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Ven 5 Aoû 2016 - 14:14
Région d'origine : Kalos
Messages : 65

Athanaël Denys

Athanaël Denys

D’autres Dardargnan ?  C’était peu probable tant qu’ils restaient en dehors des herbes et étendues sauvages, mais il sentait dans cette affirmation de la part de la menue demoiselle que ça n’était qu’un moyen détourner de surmonter sa propre timidité envers lui et avoir un moyen de l’accompagner jusqu’à sa destination, au moins. La jeune Maïlys ne semblait vraiment pas au fait de la vie de dresseur ; du moins, beaucoup moins que lui ne l’était en tant que  débutant. Avant d’être débutant, pouvait-on dire que Maïlys était une novice ? C’était assez étonnant, car elle possédait un pokémon assez rare. Avoir un minidraco ne lui déplairait pas, mais il doutait en trouver facilement. Elle parlait de rencontrer d’autres dragons au mont Kaygon, mais il doutait que ce fut si aisé et doutait lui-même d’en rencontrer un. Seule la chance leur répondrait.

Elle semblait assez timide, ce qui n’allait pas arranger la communication entre eux, sauf à ce qu’il fasse des efforts en ce sens… Le jeune homme l’avait contemplé, regardant sa carte, parlant des top-dresseurs Kalosien. C’était vrai qu’il y avait une ligue, dans sa région natale. Mais a priori, sauf à ce que son père ne le prouvât le contraire, les jeunes héritiers de la Denys Pharma ne s’étaient jamais tournés vers les pokémon comme futurs compagnons. Ce monde n’était concomitant avec le monde des affaires seulement quand le premier pouvait servir au second comme marché commercial sur lequel dominer et vendre. Bien sûr, il en avait vu tout au long de sa jeunesse, mais n’avait jamais pu ou eu l’envie de prendre le temps de s’approcher et de s’en occuper d’un. Avec le recul, il découvrait désormais que ça n’était pas désagréable et que ça lui offrait la possibilité de vivre autrement.

Quant à accepter la compagnie de la demoiselle… Ses pensées précédentes lui revinrent en tête et il sourit malicieusement avant de s’approcher de la jeune fille et de lui passer sa main dans les cheveux pour l’ébouriffer, le regard légèrement narquois et les lèvres porteuses d'un sourire entendu :

« D’autres Dardargnans, hein … » Le jeune homme lui fit un petit sourire complice et plein de charmes avant de rajouter : « oui, j’apprécierais votre aide si jamais cela devait arriver. »

Il fit quelques pas en avant, en lui faisant un léger sourire avant de lui dire :

« Je pense que l’on peut se tutoyer, si l’on doit faire un bout de chemin ou plus ensemble. Quant à trouver d’autres pokémons, il faut fouiller les hautes herbes, les buissons, les arbres, etc. Mais il faut savoir réagir, si l’on rencontre des autochtones énervés. »

Le jeune homme contempla le bout du chemin ; l’horizon était composé majoritairement d’arbres. Au loin, au bout de la route qu’ils parcouraient, ils trouveraient Elerya, une ville jugée dans les hauteurs et au pied du Mont qu’ils aspiraient à gravir.

« Nous en aurons pour deux jours de marche si tout va bien. Si tu es prête Maïlys, allons-y ! »

Kaiser grimpa sur l’épaule d’Athanaël alors que ce dernier fit signe à sa camarade dresseuse de le suivre sur les routes d’un sourire enjoué.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]
Ven 5 Aoû 2016 - 20:27
Région d'origine : Kalos.
Messages : 44

Maïlys A. Poesy

Maïlys A. Poesy


Athanaël & Maïlys


Quand le jeune dresseur ébouriffa ses cheveux, elle ferma les yeux non sans apprécier le geste. Quant au fait de se tutoyer, Maïlys sourit. C’est vrai que le vouvoiement était devenu systématique dans le langage de la jeune fille. Sa mère n’avait cessé de lui dicter les bonnes manières ainsi que les meilleures conduites à utiliser en société. Sans compter les immenses discours interminaux liés au concours de coordination.

Elle détourna le regard, non sans sourire à son nouveau compagnon de route, ainsi que regarder au loin, de « petits » relier. Ils allaient devoir marcher, seul un aveugle ne pourrait le deviner… Un long chemin, un long voyage. Mais c’était pour cela qu’elle avait pris l’avion depuis Illumis, qu’elle avait décidé de quitter son foyer, son petit monde. Pour le goût de l’aventure, pour une expérience dont elle avait tant rêvée…

« Deux jours de marche… Pas de soucis ! J’ai toujours aimé parcourir les forêts autour d’Illumis ! J’avais l’habitude de marcher, et puis ça change des immeubles de Kalos… »

Rien que l’air. Les poumons de Maïlys aimaient tellement ces sentiers, où elle pouvait respirer de l’air frais, bien plus pur que dans les grandes avenues de Kalos sans aucun doute.

« Quant au fait de se tutoyer, je risque de fourcher, mais c’est enregistré. »

Elle se tourna vers son petit dragon, le sourire aux lèvres, et en voyant qu’Athanaël commençait déjà à s’élancer, elle s’écria :

« Allez Quasar, en route ! »

Rampant aussi vite que possible, le Minidraco s’agrippa à la main de sa dresseuse, avant de se faufiler jusqu’à son épaule, où il s’accrocha fermement. Etre avec un autre dresseur débutant avait quelque chose de rassurant… Pas parce qu’elle avait peur de se promener toute seule, de toutes façons elle ne comptait pas se reposer sur le jeune kalosien, mais parce qu’elle savait par expérience, que ses meilleurs souvenirs remontaient à ses promenades secrètes auprès d’Ethan, en train de regarder les Passerouges se voler des graines dans les champs.

Maïlys répondit au sourire d’Athanaël avant de se mettre à courir pour le rattraper, et arriver à sa hauteur, enjouée, marchant d’un pas léger.

En route, direction le Mont Kaygon !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Les premiers pas d'un dresseur [Maïlys]

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives RP :: 2016-
Sauter vers: