HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Pleine lune, cache-cache en pleine forêt ! [Athanaël & Shinichi]
Pleine lune, cache-cache en pleine forêt ! [Athanaël & Shinichi]
Sam 6 Aoû 2016 - 23:41
Région d'origine : Kalos.
Messages : 44

Maïlys A. Poesy

Maïlys A. Poesy


Maïlys & Athanaël & Shinichi


Les grillons grésillaient dans toute la forêt, c’est avec cette musique naturele que Maïlys et Athanaël avait décidé de descendre la route trois, qui devait les mener à Bord-au-Vent, leur prochaine destination. En effet, il n’avait pas fallu longtemps pour que les deux jeunes gens ne soient mis au courant d’un futur départ naval vers Terra Nova. Et à l’évocation de cette île restée inaccessible pendant plus de deux mois… Hors de question de rater l’évènement ! Sans compter le message mystérieux qu'ils avait reçu...

Mais pour l’heure, la lune se trouvait déjà bien levée dans le ciel, et Maïlys allumait le réchaud, ayant laissé tomber sa veste après avoir monté la tente – ce qui au vue de la force de la jeune femme, demandait pas mal d’efforts -. Accroupie face à cette petite cuisine improvisée, elle portait une simple jupe aux couleurs bleues marines, et un t-shirt blanc, essayant de profiter de la très légère brise par cette chaude nuit d’été. Une fois l’eau portée à ébullition, elle glissa quelques pâtes dedans, avant de reculer et s’assoir dans l’herbe fraîche, Quasar profitant de ce temps de repos pour sortir de la tente et ramper jusqu’à sa dresseuse, se glissant à côté d’elle et se roulant en boule.

La jeune femme sourit et redressa son regard vers son compagnon, finissant l’ajustement de la tente. C’était devenu un sorte de routine, tous les soirs, il fixait bien la tente, pendant qu’elle préparait de quoi leur redonner des force. Et cette vie, instable, précaire, Maïlys commençait à la chérir. Ici dans ces bois, elle n’avait pas à faire des sourires forcés, ni à subir les colères de sa mère en voyant les concours approcher. Non, ici, elle était juste Maïlys la dresseuse, avec son Minidraco, avec ses rêves.

Une fois le repas fini, la vaisselle de voyage lavée et rangée, Maïlys laissa Athanaël filer dans la tente avec le petit Embrylex, alors qu’elle resta quelques minutes auprès d’Adamantia, la petite Griknot qui commençait déjà à somnoler près du feu.

En s’allongeant dans la petite tente, Maïlys sentit tous ses muscles essayer de ses détendre, et ils lui faisaient bien sentir la journée passée à marcher… Mais la jeune femme avait conscience que cela faisait partie de l’aventure, et que sans efforts, jamais un dresseur ne pourrait progresser. Elle écoutait la respiration du jeune homme, sûrement épuisé lui aussi… Et qu’elle le comprenait. Pourtant elle savait qu’il ne dormait pas, ayant fini par remarquer un léger changement de rythme dans la respiration quand c’était le cas. Alors elle lui parlait. De leur route, de leur itinéraire. Des Pokémons qu’ils avaient rencontrés tous les deux, elle riait doucement en pensant à toutes ces fois où Kaiser se mettait à courir en voyant une délicieuse pierre hors des sentiers, ou des déclarations d’amour d’Adamantia au lever du jour, attendant fièrement son dresseur devant la tente.

« Tu m’as dit que tu voulais battre le Maître de Ligue de Mhyone, mais quel rêve t’a poussé à le vouloir ? »

Maïlys n’avait pas peur de lui poser cette question, elle était assez courante finalement dans ce monde de dresseurs. C’est vrai, pourquoi tant de personnes désirent le défier ? Beaucoup sûrement pour la gloire… Pour prouver qu’ils étaient les meilleurs dresseurs, qu’ils avaient su emmener leurs Pokémons au plus haut niveau. Pour la reconnaissance également souvent… Maïlys ne cherchait à la connaître le passé du jeune homme, ce n’était pas cela qui l’intéressait, elle préférait découvrir le garçon du présent, celui qui l’avait percutée plus tôt dans la saison, celui qui avait naturellement pris une certaine place dans son aventure.

Tous les dresseurs avaient des rêves, ou du moins des motivations pour se lancer dans une telle aventure, mais toutes ces raisons n’étaient pas forcément évidentes à découvrir…

« Hum… Quasar ? »

Elle se redressa doucement en sentant son Pokémon d’un coup bien agité… Il faut dire que malgré sa petite taille, le petit serpent n’avait rien à envier aux meilleures oreilles de Mhyone.

« Il y a un Pokémon ? »

Petit couinement. Maïlys regarda Athanaël, puis Quasar… Avant d’ouvrir la fermeture éclair de la tente, passant sa tête dehors… Adamantia toujours à côté du feu, pourtant Quasar ne se calmait pas, se glissant hors de l’abri.

« Hey ! Où tu vas comme ça ? »

Elle en sortit aussi, ne prenant pas la peine de prendre sa veste, regardant aux alentours… Sombres. Noire même, enfin, juste éclairée par le reste du feu, ainsi que la pleine lune. Mais à cette période du mois, il n’était pas rare que des Pokémons de types spectres et ténèbres sortes de leurs cachettes pour s’amuser un peu… En tous cas, il serait impossible pour Maïlys de fermer l’œil, alors que Quasar lui faisait clairement comprendre que quelque part, au creux des bois les entourant, ils n’étaient pas seuls…   



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Pleine lune, cache-cache en pleine forêt ! [Athanaël & Shinichi]
Dim 7 Aoû 2016 - 0:37
Région d'origine : Kalos
Messages : 65

Athanaël Denys

Athanaël Denys
Camping Paradis
ft Athanaël Denys x Maïlys A. Poesy x Shinichi Kirisaga

Former un pokégroupe, le jeune homme n’y avait jamais songé. A priori, ce fut pourtant le résultat de la force des choses ;  un Dardargnan sauvage légèrement fâché (et plus tenace que les conseillers pour l’emploi de Kalos) fut l’entremetteur entre la petite Maïlys et Athanaël, l’exilé des multinationales. Elle avait décidé de le suivre jusqu’au Mont Kaygon pour l’accompagner dans son entraînement et ses tentatives de captures ; finalement, il avait été le seul à capturer un pokémon, à savoir un petit dragon qu’il avait surnommée Adamantia, à la fois pour la résistance des quenottes et griffes du petit terrequin, mais aussi en honneur de sa féminité. Il s’était avéré bien vite que les meilleures copines du monde ne demandaient qu’à se rencontrer par l’entremise du jeune homme et que l’amour – sauvage – que vouait le petit dragon à son dresseur fit mouche dans le petit côté girly de celle qui était désormais membre de son duo de dresseurs en herbe.
Maïlys était donc devenue un peu comme le troisième pokémon qu’il avait attrapé sur sa route ; d’un côté, c’était pratique, car elle faisait la nourriture, de l’autre, le jeune homme s’était rendu compte que sans lui, elle n’aurait pas eu accès à une tente. Cela pouvait être gênant, mais le jeune homme n’avait a priori laissé entrevoir aucune gêne – un gentleman ne montre pas ce genre de réactions, après tout – et leur quotidien s’était ainsi mis à fonctionner de cette manière : il s’occupait de porter la « maison » du groupe, elle s’assurait de faire la cuisine ; cela lui ôtait une tâche à faire, car monter la tente pouvait être assez chronophage quand on n‘avait pas l’habitude ou l’expérience. Or, de l’expérience, il en faisait l’acquisition tous les jours, mais au début, ça n’était pas la même chose que de manager une équipe.

Maïlys en revanche, dans la difficulté de cette vie de robinson des bois, semblait de plus en plus joyeuse. Le jeune homme lui-même appréciait effectivement cette latitude qu’il possédait désormais sur ses heures de levés et de coucher. Moins de café, hélas aussi. Moins d’insomnie. Il faut dire que lorsqu’on n’est pas habitué, porter un sac de randonnée n’est pas chose aisée non plus ; mais un peu comme une machine, mécaniquement, le jeune homme traversait les épreuves sans se plaindre et ses muscles, jamais, n’avaient autant travaillés que ces derniers jours.

Adamantia veillait toujours au coin du feu. Elle était assez protectrice et vigilante, ce qui compensait sa nature un peu trop démonstrative dans son affection. Kaiser, quant à lui, continuait de faire sa croissance et dormait relativement fort la nuit, même s’il était toujours levé aux aurores. Et Athanaël se laissait mourir dans son coin de tente ; car oui, il fallait bien la partager, puisque la petite Maïlys n’avait pas, a priori, pensé à emporter la sienne. Après mûre réflexion, il doutât même qu’elle en fut capable, vu sa chétive corpulence. Un petit bout de jeune fille.
Avec les chaleurs estivales, le jeune homme se laissait souvent lézarder en sous-vêtement. C’était plus confortable et il n’avait pas le luxe du pyjama. Luxe que la jeune demoiselle ne lui avait jamais fait remarqué, mais que voulez-vous : même la galanterie à ses limites. Et puis, Maïlys était une gentille fille, pleine de volonté, quoiqu’assez naïve et timide, comme pouvait le faire songer ses binocles. Un peu bavarde aussi, le soir. C’était mieux comme ça ; les silences oppressaient les philosophes et théologiens depuis la nuit des temps et ceux-ci, chez Athanaël, avaient parfois la vertu maligne de l’empêcher de dormir.

Mais la mention du rêve le laissa ironiquement songeur. Levant ses doigts au-dessus de lui, comme pour chercher à attraper quelque chose, le jeune homme se mit alors à répondre :

« Un rêve ? Jamais je n’y avais songé. Pour dire vrai, je suis ici car ma famille l’a décidé. Deux de mes frères sont aussi sur les routes. Nous sommes en compétitions, les uns contre les autres. C’est pour cela que je suis ici, à l’origine. Après… J’imagine que c’est parce que c’est aussi la seule chose que je sais faire : faire de mon mieux. Sinon, où aller ? On ne m’a jamais laissé d’objectif propre. Je n’ai jamais vu le monde. Et les fréquentations que j’avais étaient des tuteurs, professionnels, ou des gens mondains, dans les fêtes. »

Le jeune homme soupira. Bien sûr, il avait eu quelques amis, dans ce monde. Un monde trop sombre pour qu’il veuille réellement l’étaler ici. Mais les enfants des riches dirigeants d’entreprises étaient souvent infectés d’un mal similaire : à la recherche d’une raison de vivre, ils luttaient pour ne pas s’éteindre. Les règles familiales variaient, mais les conséquences étaient souvent les mêmes. Il se demandait  d’ailleurs ce qui l’avait éloigné de tout ça ? Des flashs traversèrent sa mémoire. L’odeur de la peau… Une sensation de baiser. Un sourire sibyllin.

« Aussi idiot que ça puisse être, ma présence ici est plutôt de trouver un rêve, je pense. Plutôt que de voir ça comme une punition comme mon petit-frère ou comme un jeu, je préfère voir ça comme une seconde chance d’éviter que ma vie ne se termine en catastrophe. »

Le jeune homme sourit. « J’ai fait un rêve. Celui d’avoir un rêve ». C’était une phrase un peu pitoyable, mais pourquoi pas. C’était déjà mieux que la cruauté comme seul horizon ou la manipulation et la filature comme seul passe-temps.  Ces réflexions et remémorations furent rapidement écartées lorsque Maïlys fut légèrement dérangée par son Minidraco, qui semblait avoir entendu quelque chose. Le jeune homme, soupira, agacé d’être dérangé dans son repos, attrapa sa ceinture et sortit dehors, accompagné de Kaiser et d’Adamantia, tous les deux aux aguets.

« Adamantia, Kaiser, quadrillez la zone autour de la tente et restaient dans la lumière ; je me charge de raviver le feu. Gardez un œil sur Maïlys. »

Comme d’habitude, ses ordres tombaient rapidement et de manière précise. Les deux petits pokémons débutèrent une sorte de garde autour de la tente et du feu que le jeune homme se mit à remuer et à raviver. Rapidement, le feu se remit à éclairer de plus bel et se mit à éclairer les proches alentours…
© Atios & Ash'

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Pleine lune, cache-cache en pleine forêt ! [Athanaël & Shinichi]
Dim 7 Aoû 2016 - 3:42
Région d'origine : Hoenn
Messages : 561

Shinichi Kirisaga

Shinichi Kirisaga
 Pleine lune, cache-cache en pleine forêt !


Après avoir rencontré une jeune demoiselle dans les bois, m'être égaré en forêt aux abords de je ne sais trop quelle ville ou route de Mhyone, me voici … Perdue près de la route trois ! Super. Vous vous demandez sûrement pourquoi je parais aussi heureux et peu soucieux de mon avenir alors que j'ai – pour la énième fois – perdu mon chemin ? C'est assez simple ! Voyez-vous, s'il y a une chose que j'ai retenu en deux mois d'aventure c'est que je suis incapable de me repérer seul dans l'espace. Donnez moi une carte, mettez quelques panneaux ci et là ; je crains que cela n'y changera rien. Par conséquent, autant se laisser porter par le hasard, en espérant que ce dernier soit conciliant.

▬ … Ham stram gram  ! Allez on va par là.
Je pointe du doigt une direction de la manière la plus aléatoire qui soit et suis de près Tirion, l'éclaireur du groupe. Le Vipelierre doré et mes autres compagnons n'étant pas plus doués que moi en orientation, nous laissons les dieux du chaos nous guider ! Où allons-nous ? Pas la moindre idée ! Quand arriverons-nous ? Peu importe au fond. Béat, je m'enfonce en ces lieux sans me poser de questions. Tout est sincèrement moins stressant quand on procède ainsi.

J'ai ouïe dire qu'une des îles annexe de cette région était à nouveau ouverte aux touristes. De fait, j'aimerai – dans la mesure du possible et si les dieux de la chance le veulent bien – me rendre à Bord-au-Vent sous peu afin d'emprunter un navire menant à la fameuse « Terra Nova ». Qu'on se le dise, j'ai peu d'espoir quant-à ma capacité à arriver à temps à la ville portuaire. Mais bon. Qui sait ?

Il fait chaud et la nuit est tombée depuis quelques heures déjà mais Tirion et moi ne sommes pas fatigués. En vérité, il est plus exact de dire que nous ne le sommes pas encore assez pour être contrains de nous arrêter. Ceci-étant nous poursuivons notre petit bonhomme de chemin. Je sifflote calmement quand nous tombons face à un Pokémon poison des plus laids, un Arbok si je ne dis pas de bêtises !
Si mes souvenirs ne me font pas défaut, ce Pokémon a l'avantage – de par son type – face à mon Vipelierre mais est faible contre Azshera. Cette dernière étant actuellement – et pour ne pas changer – en train de dormir, je me vois dans l'obligation d'utiliser la stratégie suivante :
▬ Fuyons !
C'est ainsi que pour la énième fois cette semaine je fuis face à des Pokémons sauvages, au grand regret de Tirion. Courageux et téméraire, le Vipelierre aurait bien aimé en découdre avec cet adversaire pourtant avantagé sur le papier. Quoiqu'il en soit, il est trop tard maintenant pour affronter ce serpent ! J'ai renvoyé le type plante dans sa Pokéball et nous sommes loin ! Très loin ! Notre fuite ne s'est pas réalisée sans accrocs ni bruits. J'ai crié comme un enfant apeuré et je soupçonne maintenant d'autres prédateurs de vouloir nous attaquer. Tout semble trop calme. Comme si …
▬ Nah ! Tout est cool.
Je balaie en un instants toutes mes inquiétudes. Ma rapidité légendaire lorsqu'il s'agit de fuir à eu raison de nos assaillants et c'est tout ! Impossible qu'il y ait Crabicoque sous roche ai-je naïvement pensé sur le coup.

Je tourne machinalement la tête de droite à gauche et m'aperçois que la visibilité ici est meilleure que là où nous nous trouvions précédemment. Comme si une source de lumière autre que l'astre de la nuit était présente non loin de nous. Après quelques secondes d'observation, je crois voir d'où vient ladite source lumineuse et me dirige vers elle. Qui dit lumière dit probablement campement et donc dresseurs pouvant nous aider. Au bout de quelques minutes de marche, je tombe nez à nez avec un petit être vert et rouge. Je présume qu'il s'agit d'un Pokémon domestique et que son dresseur est l'aventurier à l'origine de ce feu de camp.
L'espace d'un instant, je songe au fait de me présenter mais tout compte-fait ça me semble être une mauvaise idée. Effectivement le Pokémon n'a pas l'air commode. Je ferai mieux de fuir. Encore une fois.
Et c'est de cette façon, qu'à nouveau, je suis contrains de courir à travers la forêt afin d'échapper à une menace sans me rendre compte pour autant qu'une plus grande pesait sur moi et sur les membres du fameux campement. L'Arbok de tout a l'heure n'avait pas été semé. Mes cris de fillettes avaient d'ailleurs rameutés plusieurs de ses congénères qui se terraient actuellement dans l'ombre afin de m'attaquer moi et potentiellement le campement des aventuriers inconnus.
Re: Pleine lune, cache-cache en pleine forêt ! [Athanaël & Shinichi]
Dim 7 Aoû 2016 - 11:13
Région d'origine : Kalos.
Messages : 44

Maïlys A. Poesy

Maïlys A. Poesy


Maïlys & Athanaël & Shinichi


Maïlys avait entendu les réponses de son acolyte, et les gardait bien en mémoire… Après tout, elle aimait discuter avec lui. Sans se prendre la tête, tous les deux regardant droit devant, sans vraiment évoquer leurs passés respectifs… Et par la même occasion, sans se rendre compte que ces deux passés n’étaient pas si éloignés l’un de l’autre.

Non, définitivement, elle ne voyait rien aux alentours…  Elle laissa les deux Pokémons d’Athanaël se glisser dans les buissons, s’enfonçant dans la forêt noire. Après autorisation de sa dresseuse, Quasar s’avança aussi, les trois Pokémons commençant à farfouiller dans tous les recoins, dans toutes les cachettes qu’offrait la forêt. Mais toujours rien.

Maïlys tourna la tête vers le dresseur, profitant de ce calme pour répondre.

« Alors j’espère que tu trouveras ton rêve ici. Et que ta vie future se montrera sous son meilleure jour, que ça soit pendant cette aventure ou après ! »

Après. Un après qui pouvait se montrer assez… Stressant pour la jeune femme. Après. Si elle atteignait son objectif, elle pourrait rentrer à Kalos, mais en avait-elle réellement envie ? Retourner dans ce monde de concours, cet univers de soirées des hautes sociétés, dans l’opulence qui rendait fou les hommes face à tant de richesse ?

« Et puis tu sais, mes fréquentations se limitaient à ma mère, les amis de ma mère, quelque fois à un ami et d’autres mondains, aussi dans des fêtes. J’ignore si tu aimais vivre à Kalos, et je suis venue ici sans vraiment tout planifier, mais finalement je ne troquerais ce voyage pour aucun gala ou aucune fête d’Illumis… Et… »

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase, se détournant vivement du garçon en entendant un cri des plus féminins. Un hurlement à la lune d’un Embrylex annonçant que sa traque avait porté ses fruits… Et d’autres cris qu’elle était incapable d’identifier. Sa première peur se concentra sur Quasar… Espérant que le petit Pokémon n’avait pas fait de mauvaises rencontres, tout comme Adamantia. Sa seconde peur se dirigea tout naturellement vers la jeune femme qui semblait être en danger pour hurler de manière aussi expressive… Pas le temps de laisser toute la petite troupe d’éclaireurs en danger. Maïlys courut jusqu’à son sac, attrapant une lampe torche, peu puissante, mais elle n’avait pas mieux dans les environs… Au moins, elle éclairait à un mètre, et c’était mieux que le noir total, les feuillages coupant la lumière de la lune.  

« Kaiser a sûrement trouvé un Pokémon, ou une jeune fille, et pour qu’il soit si long à revenir, c’est qu’il y a un problème. »

Certes, elle ignorait quels dangers se nichaient au creux de la forêt, et son petit cœur lui faisait bien ressentir une appréhension… Mais cela ne l’empêcha pas de se redresser, allumer sa… « modeste lampe », et s’élançait vers les mêmes buissons dans lesquels Quasar avait filé, laissant tout de même le temps à Athanaël de la suivre s’il le désirait, se perdre maintenant ne ferait qu’empirer la situation.

Filant entre les arbres, la lumière du feu illuminait encore la jeune femme qui sentait quelques branches écorcher ses jambes.

« Quasar, reviens ! »

Elle continua d’avança, un peu moins vite, de plus en plus prudemment, le petit dragon sortant enfin d’un terrier exploré et tout juste analysé, elle tendit la main, le laissant grimper sur son épaule.

« Allez, guide moi. »

Continuant sa progression grâce aux indications du Minidraco, s’arrêta brusquement en voyant dans le noir complet qui s’offrait à elle, deux fentes oculaires, luisant à cause de la petite source lumineuse qu’elle détenait entre ses doigts. Fixes mais bien présentes, de quoi glacer le sang. C’était sûrement cela qui avait fait hurler la pauvre jeune fille. Athanaël arrivant à son niveau, tous les deux se retrouvèrent face à cette créature des plus… Flippantes, littéralement. Surtout dans une forêt. En pleine nuit. Tout à coup, les yeux se rapprochèrent vivement, fonçant sur les deux dresseurs et Quasar, cet Arbok ayant trouvé meilleure cible qu’une jeune fille en détresse.   



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Pleine lune, cache-cache en pleine forêt ! [Athanaël & Shinichi]
Lun 8 Aoû 2016 - 21:03
Région d'origine : Kalos
Messages : 65

Athanaël Denys

Athanaël Denys
Camping Paradis
ft Athanaël Denys x Maïlys A. Poesy x Shinichi Kirisaga

Maïlys lui souhaitait de trouver son rêve, ici à Mhyone. Pourquoi pas. On savait souvent ce qu’on risquait de perdre en faisant tel ou tel choix, mais on savait rarement ce que l’on allait gagner. Et ça n’était pas plus mal. Mais Athanaël se gardait bien d’aborder le passé de la demoiselle. Il avait tout de même finit par reconstituer ses souvenirs relatif au nom de la jeune femme et notamment par rapport à ses liens avec le milieu des affaires.

Le jeune homme préférait pour autant, rester assez loin du passé de la demoiselle. Déjà, ça lui évitait de trop parler du sien, ensuite ça éviterait sûrement un sujet fâcheux, enfin ça éviterait de prendre le risque d’avancer en terrain miné. Elle lui confirma d’ailleurs le risque que ce passé qui était le sien fut douloureux en affirmant qu’elle ne voudrait pour rien au monde revenir à Kalos et son monde huppé. Etait-ce le cas d’Athanaël ? Sa préférence allait clairement à l’aventure ; au moins il ne s’ennuyait pas, sur les routes de Mhyonne. Mais sinon, l’indépendance prise, peut-être que revenir à Kalos ne serait pas aussi terrible pour lui que pour Maïlys. Et puis… L’avenir, il fallait le construire. Que voulait-il pour l’avenir ? Il n’en savait toujours rien. Les mots d’une jeune demoiselle lui revinrent en mémoire. La peau douce comme la plus pure des soies. La voix mélodieuse comme une valse de la tentation. Elle savait jouer de ce qu’elle était. Elle était plus fine que beaucoup ne voulait se le dire. Beaucoup plus inaccessible aussi.  Un sourire malicieux et complice, un souffle tiède.

« Tu les feras tous souffrir ».

Athanaël soupira. Elle était comme le poème de Baudelaire, la destruction ; elle savait prendre à son égard l’apparence de la plus désirable des femmes et avait le don pour l’éloigner du regard de « Dieu ».  Ses pensées furent dispersées bien vite parce qui ressemblait fortement à un hurlement des plus ridicules pour un homme. Mais point de jugement hâtif : le jeune homme lui-même ne saurait pas comment il réagirait, si pris de surprise, il se mettrait à hurler. Dans tous les cas, quoi que fut l’origine du cri, Maïlys s’était déjà jeté à sa recherche en allant auprès de Kaiser, qui avait donné l’alarme et il allait attiser le feu pour pouvoir éclairer les environs. Une fois cela fait, le jeune homme attrapa une petite torche qu’il avait bricolée et la fit flamber. D’une main, il tenait sa ceinture, la boucle pendante de l’autre côté ;  de l’autre, la torche enflammée. Son visage affichait un relatif mécontentement d’être importuné en une heure si tardive. Sans que cela puisse être lié aux créatures venimeuses qui se terraient autour d’eux, le jeune homme donna ses ordres ;

« Kaiser, utilises ton attaque attrition ! »

La petite créature à la peau de pierre se mit en position et frappa avec violence de tout son corps l’Arbok qui pensait pouvoir faire d’eux des proies faciles. D’un autre côté, Adamantia avait pris les devants et tint à distance un autre Arbok avec une attaque draco-rage. Pour le troisième, ce fut Athanaël lui-même qui le retint, en faisant claquer dangereusement sa boucle de ceinture. Il fallait dire que le jeune homme avait un air effrayant ; le regard injecté de sang à cause de la fatigue et de l’agacement, une torche dans une main, une ceinture tournoyant dangereusement dans l’autre avec une boucle en métal comme fléau, le grand serpent tenta de s’avancer prudemment, en vain.

« Maïlys, paralyses-moi cet imprudent, que je me charge de le châtier ! »

Voyant un autre individu en train de fuir de manière peu discrète, le jeune homme projeta vigoureusement sa ceinture sur lui au niveau des jambes, espérant le faire trébucher – et peut-être taire aussi, ça serait pas plus mal –  avant d’agiter vigoureusement la torche devant lui pour menacer l’Arbok qui tentait d’attaquer les deux pokécompagnons.
© Atios & Ash'

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Pleine lune, cache-cache en pleine forêt ! [Athanaël & Shinichi]
Mer 10 Aoû 2016 - 16:38
Région d'origine : Hoenn
Messages : 561

Shinichi Kirisaga

Shinichi Kirisaga
 Pleine lune, cache-cache en pleine forêt !


Bien que l'Embrylex ne me suive pas vraiment, je détale comme un Sapereau et saute dans un buisson situé à ma gauche dans le but de me cacher. Je réagis ainsi car j'ai entendu du bruit et je soupçonne toute la faune locale d'en avoir après moi. En un sens cela se comprend. C'est peut-être la première fois que ces bestioles voient un garçon du désert. Ils doivent légitimement se demander quel goût cela a.

N'étant pas le plus habile des hommes, ma réception laisse à désirer et je me retrouve coincé entre différents feuillages. De fait, je me débats – non sans bruit – pour me relever. Je suis dos à l'action et, à ce titre, je ne vois pas les deux aventuriers affronter les Arbok sauvages. Je me doute toutefois au vu des sons et des cris de Pokémon que ce qui se passe derrière moi n'est pas rose. À noter que l'espace d'un instant je crois entendre un jeune homme parler à une certaine « Maïlys ». Je suis cependant bien trop occupé avec ce buisson pour réellement prêter attention à ce genre de détails !

▬ Ah ! Pourquoi il y autant de branches et de ronces dans cette région ?
Ça je me le demande ! Depuis que je traîne à Mhyone je ne vois que des forêts partout ! Et pas des enchantées comme on peut en apercevoir dans les films qui plus est !
Après quinze à vingt bonnes secondes d'agitation je parviens à me relever. Youhou, je suis libre ! Vite. Il faut partir ! Je m'apprête à quitter les lieux sans même me retourner – je ne préfère même pas voir ce qui est susceptible de me pourchasser – quand quelque chose ou quelqu'un me fait trébucher. Je me vautre misérablement et me retourne afin de voir quelle est la cause de ma chute. En premier lieu j'ai pensé à une attaque fouet-liane lancée par un terrible Empiflor mais il n'en est rien. C'est visiblement un dresseur qui m'a fait tomber avec sa ceinture ! Le saligaud ! Ce dernier est accompagné et affronte en ce moment des Arbok, probablement les mêmes que ceux qui m'ont attaqué tout à l'heure. À défaut de me relever, je sors de ma poche une Pokéball et la lance. De cette dernière jaillit le Vipelierre doré qui, moins couard que moi, se rue sur le type poison précédemment paralysé par le Minidraco que l'inconnu essaie de faire fuir avec sa torche. Tirion utilise souplesse, projette l'Arbok et se blesse légèrement par la même occasion. Ce fait n'a cependant pas l'air de gêner le Pokémon plante qui se relève assez vite, fier d'avoir fait fuir le serpent.
▬ Hey. Je veux bien de l'aide moi aussi !
Ce garçon est champion du monde de lancer de ceinture, pour sûr. Celle-ci s'est enroulée sur mes pieds et entrave dangereusement mes mouvements. J'ai bien du mal à me relever et c'est entre autre pour cette raison que j'ai appelé Tirion : pour qu'il m'aide à virer ce truc en cuir de mes pattes ! Au lieu de ça le serpent feuillu s'amuse à jouer les héros.
Ça a été dur mais je suis enfin debout ! Je ne remercie pas le Vipelierre et encore moins ces deux là ! … Enfin quoique je suis mal placé pour parler. C'est ma faute si les Arbok les ont attaqué. Mais ça peut-être qu'ils ne le savent pas !

Je me racle la gorge afin de me donner un air solennel et un poil sérieux :
▬ Bonjour jeunes aventuriers ! C'était un plaisir de vous avoir aider ! J'espère que vous allez bien ? Je suis Shinichi de Vermilava ! Et vous ? Et que faites-vous ici en pleine nuit ?
… À m'entendre on dirait que c'est grâce à moi que les Arbok ont fui. Encore un peu et je leur demanderai presque de me remercier.
Re: Pleine lune, cache-cache en pleine forêt ! [Athanaël & Shinichi]
Mer 17 Aoû 2016 - 11:47
Région d'origine : Kalos.
Messages : 44

Maïlys A. Poesy

Maïlys A. Poesy


Maïlys & Athanaël & Shinichi


Quand le danger se fit encore plus présent, Maïlys laissa Quasar passer devant elle, le petit dragon prêt à attaquer et défendre ses amis.

« Quasar, utilise cage-éclair sur lui ! »

Le dragon fixait l’autre serpent du regard, se concentrant… Avant de projeter un éclair qui le frappa avec force, les ondes électriques traversant tout le corps.

« Bien joué, Quasar. »

Sauf que le pokémon n’était pas le seul invité surprise… Et celui-ci ne semblait clairement pas avoir le talent fuite dans ses ressources. Maïlys vit la ceinture d’Athanaël filer entre les autres, et se transformer en  une attaque ligotage de haut niveau et saisissant l’individu.

Mais finalement, après quelques efforts, l’inconnu parvint à se présenter… Comme si cette situation se trouve être normal. En pleine nuit. Réveillée par des cris dignes d’une princesse pour enfant.

« Qu’est-ce qu’on fait en plein nuit… ? A la base, on discutait tranquillement, puis on a entendu une fillette… Enfin un cri aigu, et on est venu voir l’origine du danger. Mais bref, l’important c’est que vous ne soyez pas blessé… Moi c’est Maïlys. Et mon champion du monde de ceinturon, c’est Athanaël… »

C’est à ce moment que la jeune femme se rendit compte que le petit Vipelierre, malgré son air triomphant, semblait ne pas être ressorti totalement indemne de son combat. Maïlys n’aimait pas forcément l’idée de laisser en pleine nuit, un pokémon blessé, surtout quand celui-ci semblait nécessaire à la survie de son dresseur… Fouillant rapidement dans l’unique poche sur le côté de sa jupe, elle sortit un petit flacon, qu’elle tendit au petit pokémon plante.

« Tiens, comme ça tu pourras continuer à sauver ton dresseur, et te soigner. »

Au moins, celui-ci ne semblait pas vraiment affecté par le danger qui l’avait menacé, mais que pouvait-il bien faire seul en pleine nuit ?



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Pleine lune, cache-cache en pleine forêt ! [Athanaël & Shinichi]
Mer 17 Aoû 2016 - 12:12
Région d'origine : Kalos
Messages : 65

Athanaël Denys

Athanaël Denys
Camping Paradis
ft Athanaël Denys x Maïlys A. Poesy x Shinichi Kirisaga
Le bruit de chute derrière lui confirma qu'il avait réussi à lancer correctement sa ceinture dans les jambes du fuyard responsable de tout ce capharnaüm. L'intervention conjugée d'un pokémon inconnu et de Quasar parvint à affaiblir suffisamment l'abork qu'il n'avait su canaliser avec son Carmache et son Embrylex pour provoquer la déroute de la petite horde de pokémon que l'inconnu légèrement désobligeant avait su faire venir avec ses cris de pimbêche.

Ne l'écoutant pas vraiment, le jeune homme passa près du pokémon de ce qui semblait être un dresseur assez lâche et mal éduqué (pour se comporter ainsi, il fallait vraiment être quelque peu malhonnête...) et alla bruyamment éteindre la torche près de lui. De toute façon, plus réellement besoin de faire les présentations, Maïlys s'était chargée de le présenter comme un champion du monde de ceinturon - ce qui était faux - pour son lancer prolifique sur la personne de "Shinichi de Vermilava". Cela ne lui disait rien du tout ; la géographie n'était pas son point fort après tout. Saisissant son pokédex, Athanaël scanna le serpent feuillu à l'air un peu trop hautain pour sa stature et parvint à déterminer qu'il s'agissait d'un Vipelierre, une créature originaire d'Unys.

Maïlys fit preuve de beaucoup trop de gentillesse envers Shinichi, mais le jeune homme ne protesta pas quand il la vit soigner la petite créature légèrement blessée. Au lieu de le laisser partir en pleine nuit, il était cependant là aussi plus sage de lui proposer au moins d'attendre l'aube.

« Shinichi de Vermilava, c'est ça ? Vous devriez rester ici et attendre l'aube au lieu de sortir la nuit. Surtout quand on voit comment vous êtes un danger pour vous-même et les autres. »

Le jeune homme n'avait pas mâché ses mots, mais en même temps, il était assez compréhensible que celui-ci ne soit pas très heureux de ce qu'il venait de se passer, puisque Shinichi aurait pu provoquer la blessure d'autres dresseurs ou simplement se retrouver lui-même blessé par sa fuite chaotique. Le jeune homme remit le réchaud au-dessus du feu et se remit à faire bouillir des pâtes. Ils n'avaient rien de mieux à lui offrir pour le moment, mais vu le personnage, il se doutait que l'offre d'un gîte relativement protecteur et d'un couvert, même infime, saurait persuader l'étrange voyageur de profiter de l'hospitalité de ses hôtes.

« Un peu de repos vous fera du bien et a priori, vous serez en sécurité. Quant à nous... Si jamais il y a le moindre problème, je pense que vous saurez nous prévenir ; du moins l'avez-vous déjà démontré. »

Le jeune homme eut un petit sourire plus détendu et légèrement taquin à l'adresse du dresseur au Viepelierre avant de s'installer devant le feu et de ranger sa ceinture, scrutant les réactions du jeune homme à la peau mate.
© Atios & Ash'

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Re: Pleine lune, cache-cache en pleine forêt ! [Athanaël & Shinichi]
Mer 24 Aoû 2016 - 3:23
Région d'origine : Hoenn
Messages : 561

Shinichi Kirisaga

Shinichi Kirisaga
 Pleine lune, cache-cache en pleine forêt !


La jeune femme dit avoir entendu une fillette hurler. Mince alors. Elle doit parler de moi. Je sais de source sûre que, en situation de stress, ma voix a tendance à étrangement virer vers les aigus. C'est entre autre pour cette raison qu'on se moquait pas mal de moi à l'école quand j'étais petit. L'espace d'un instant je songe à placer un bobard tel que : « Oh moi aussi j'ai entendu une voix de fille ! Vite il faut sauver la princesse avant que celle-ci ne se fasse kidnapper » mais c'est un poil trop gros. Je suis bon menteur – du moins c'est ce que je crois – mais pas assez pour leur faire avaler ça. Qui plus est ma crédibilité est déjà au plus bas, évitons d'en rajouter une couche. Après tout le plus important comme l'a si bien dit Maïlys c'est que personne ne soit blessé ! Et jusqu'à preuve du contraire c'est le cas ! Nous allons tous biens. Enfin je crois … Le second membre du duo n'a pas l'air dans son assiette. En un sens cela se comprend ! J'ai dû le réveiller en pleine nuit et, pour peu qu'il ait mangé des flageolets au dîner, ça a dû remonter au cerveau ! Il est prouvé scientifiquement que manger des flageolets et se faire réveiller par un guignol à je ne sais trop quelle heure du soir met de mauvaise humeur.

Je baisse les yeux et laisse le jeune homme me passer un savon. Je crois l'avoir un peu mérité et ce n'est pas comme si j'avais les moyens ou même l'envie de jouer les durs. Athanael fait chauffer je ne sais trop quoi et s'installe après avoir fait mention de mon incroyable aptitude à prévenir les autres du danger. Pour ma part, je regarde autour de moi et constate que les deux voyageurs sont plutôt bien équipés et organisés. C'est étonnant. En deux mois je ne crois pas avoir vu un seul Pokégroupe aussi bien préparé. Il faut dire pour le coup que je n'ai pas vu de Pokégroupe depuis bien longtemps. La plupart des gens voyagent très léger et seul. Pour ma part, je voyageais un moment avec une amie jusqu'à ce que le destin nous sépare. Depuis ce moment là, je galère en solo !

▬ Vous vous connaissez depuis longtemps vous deux ?
Ils sont peut-être frère et sœur ou cousin et cousine, qu'en sais-je. En tout cas je note qu'ils ont du matériel et des vivres. Squatter chez eux un petit moment me semble être une bonne idée ! D'autant que j'ai des compétences à faire valoir ! Je suis en effet très bon pour ce qui est de … Euh … Attendez je cherche cinq minutes. Tout compte fait je suis un boulet ! Mais je suis un boulet comique et ça, ça n'a pas de prix !
▬ Je me rends à Bord-au-Vent. Et vous vous allez où comme ça ? Et vous venez d'où de base ? Moi de Vermilava ! Je l'ai déjà dit non ? Peut-être. J'ai été envoyé ici pour en apprendre plus sur la région, prendre des notes sur les paysages et tout ! Je parle beaucoup des fois. Un peu trop même. C'est un qualité et un défaut à mon sens. Même si c'est plus souvent un défaut qu'une qualité selon les gens.
Soudain, un bruit se fait entendre. Oh non pas encore un Arbok ! Ça ferait la troisième fois ce soir ! Je veux bien être gentil mais à un moment, il faut que ces maudits serpents nous laissent dormir ! Si ça se trouve ce n'est que le bruit des Cornèbres et des Hoothoot qui passaient par là mais dans le doute, je m'empresse de dire :
▬ C'est pas moi ! J'ai rien fait cette fois !
Je suis innocent et je plaide non coupable !
Re: Pleine lune, cache-cache en pleine forêt ! [Athanaël & Shinichi]

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives RP :: 2016-
Sauter vers: