HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
« Au Champ Mignon » (PV. John O'Bowen) 03/06
« Au Champ Mignon » (PV. John O'Bowen) 03/06
Ven 3 Juin 2016 - 2:57
Région d'origine : Kanto
Messages : 343

Troy O'Bowen

Troy O'Bowen
« AU CHAMP MIGNON »

L'histoire commença par une simple alerte SMS. Le caillou lancé du haut d'une pente enneigé et qui, dans une course implacable, s'habilla de désastreuses conséquences. Une avalanche dans laquelle les frères O'Bowen s'empêtrèrent jusqu'au cou, aveuglés par le mince filet de vérité émanant de leurs écrans.

La pierre avait atterri dans leurs messageries lorsque, deux jours plus tôt, Nox Illum était sous les feux de la rampe. La capitale luisait de mille Mucioles, pour autant d'étoiles gravitant autour de leur soleil mirifique, la championne de la cité, Mélodie. Ce soir-là, Kanto jalousa sa consœur d'outremer, car Mhyone se pavanait dans sa plus belle parure ; une qui s'admire depuis l'espace.

L'alerte de l'informateur tomba au pire moment : à l'apogée du rituel des Lumivoles. Et, pourtant, dans le cœur de Troy, ce message inespéré valait bien plus que les innombrables liasses de billets converties en poudre aux yeux.

« J'ai des informations. RDV ASAP. Confirmez. » – Expéditeur : RJ.

Lorsque Troy ouvrit le courrier électronique, un sourire ébranla son visage de marbre, d'une oreille à l'autre. Un sourire authentique, sincère, profond. Le genre d'émotion qu'aucune autre nouvelle, sinon l'annonce de la mort du Boss de la Team Rocket, voire de l'infâme Kimberley du 38, n'avait su créer.

Courage, John. On est bientôt arrivés.

Troy désigna la pancarte « Au Champ Mignon » de la tête. Il tira sur la manche de sa veste de costume, et mira les aiguilles de sa montre aux timides lueurs du soleil, voilées par la cime touffue des arbres. 19h53.

Les deux frères avaient quitté le confort de Nox Illum en début d'après-midi, après un repas frugal qui avait manqué d'assouvir l'appétit de l'ainé. Ajoutés à cela un costume de ville à l'ergonomie discutable, et des heures de marche sur un sentier de terre irrégulier, et l'état de Troy empirait à vue d’œil ; son ventre, lui, empirait à portée d'ouïe, mais la forêt lui permettait d'incriminer les créatures alentours des bruits trop étranges qui les suivirent le long du trajet.

Je rêve... de 600 grammes de viande bien saignante. Avec une tranche de fromage. Non, deux. Trois ? La meule entière. Enfermés dans le ventre d'un pain aux céréales. Arrosés d'une sauce au poivre succulente. Avec une fine tranche de salade pour la décoration, et NON POUR REMPLIR TOUTE L'ASSIETTE ! C'EST QUOI CETTE RÉGION OÙ ON BOUFFE DE L'HERBE, HEIN ? J'AI L'AIR D'UNE VACHE ? EST-CE QUE J'AI L'AIR D'UNE VACHE ? NON ! LE PROCHAIN QUI ME VEND DU RÊVE AVEC UN NOM DE PLAT PROMETTEUR ET QUI M'EMPIFFRE DE RACINES DE PISSENLIT, JE LUI BRÛLE SON RESTAURANT !

Le ventre de Troy accusa un énième hurlement. Il sentit ses viscères se déchirer, ses abdominaux se contracter sous la douleur.

Je meurs, John. Je meurs...

Le gîte se dessinait à l'horizon, à un petit kilomètre, mais l'homme rêvait de succomber à la fatigue, d'enlever ses chaussures trop raides, et d'hiberner pour une semaine entière. À cet instant, il découvrit l'utilité de capturer des pokémons : remplacer sa bonne vielle voiture quand elle n'est pas là.

J'espère que l'information en vaudra la chandelle. Je crains que nous ayons rencontré des tyrans bien plus démoniaques que la Team Rocket.

Marche, ou crève. Voici le thème de la pire journée de Troy O'Bowen.

Le lobby végétarien.

Code Couleur HTML:
 
Re: « Au Champ Mignon » (PV. John O'Bowen) 03/06
Ven 3 Juin 2016 - 15:13
Région d'origine : Kanto
Messages : 81

John O'Bowen

John O'Bowen
« AU CHAMP MIGNON »

Le festival était terminé et John avait pu constater que le monde continuait de tourner même quand des milliers de petites lumières clignotaient en face de votre visage.

Alors que les pokemons insecte terminaient leur parade, les deux frères avaient reçu un unique message. Une pièce bougeait d'une case, dans la bonne direction. Et c'est avec une motivation implacable que les deux policiers avaient sauté de leurs lits, prêt à faire avancer l'enquête !

...

Courage, John. On est bientôt arrivés.

"J'espère bien... Ça fait 6 heures qu'on marche !"

John était à bout, elle faisait combien de milliers de kilomètres cette île ?!
Et même le nom du refuge l'énervait. Qui avait eu l'idée de ce jeu de mots débile ?!
En plus il fallait ajouter à cela les plaintes de son aîné sur la qualité de la nourriture dans le coin et il ne manquait pas grand chose pour que John décidé de sauter du pont le plus proche.

"On y est presque... C'est forcément une info utile, sinon... Je le noie dans un seau."

Le refuge était à quelques centaines de mètres, et pourtant il semblait à John qu'aucun de ses pas ne l'approchaient de sa destination. Il avait faim, comme son frère. Pendant un instant l'homme se saisit de la pokeball à sa ceinture pour l'observer, longuement, trop longuement.

"Tu crois que ça se mange un Salamèche ?"

Finalement John effaça cette idée de sa tête d'un grand geste et il se remit à manger... euh, à marcher ! Et après cinq minutes qui parurent cinquante, les deux hommes arrivèrent en face de... LA PORTE !
John avait un sourire béat sur le visage, ils avaient atteint le Graal, le but ultime de leur quête du jour et c'était bien. Sans plus attendre il entra, l'endroit était calme. C'était un grand chalet en bois qui sentait la soupe aux champignons, probablement de là que venait le nom.
Il y avait quelques tables au rez-de-chaussé et un escalier au fond de la salle laissait supposer un étage pour les chambres. Il n'y avait pas grand monde et mis à part une petit homme avec un Passerouge sur l'épaule qui les observait depuis la réception il ne semblait pas y avoir de membre du personnel.

"Bienvenue ! Que puis-je pour vous voyageurs ?"

"Ils sont avec moi Sam."

Leur contact venait de se lever de sa table pour les rejoindre, un petit sourire aux lèvres.

"Tu nous prépare ta fameuse soupe et un peu de boissons pour accompagner le tout ?"

John observa le fameux RJ. Il devait être plus jeune qu'eux deux, les cheveux brun et les yeux encore remplis de l'espoir de voir justice faites en ce monde. Pourtant sa voix était imprégnée d'une confiance, l'homme était dans son élément et il avait l'air d'avoir l'habitude de ce genres de situations.

"On installe ? Ça sera mieux pour parler."

John acquiesça et suivit leur contact jusqu'à la table, l'enquête allait enfin avancer.
Re: « Au Champ Mignon » (PV. John O'Bowen) 03/06
Ven 3 Juin 2016 - 18:07
Région d'origine : Kanto
Messages : 343

Troy O'Bowen

Troy O'Bowen
« AU CHAMP MIGNON »

Troy arpenta le sentier de terre battue façon zombie décérébré, les canines en avant, la bave aux lèvres, le regard blême. Ou presque.

Tu crois que ça se mange un Salamèche ?

Il ne s'était jamais posé la question, mais son frère relevait un lourd problème d'éthique. Où se trouve la place du pokémon dans la société ? Admettons une allégorie simple. Trois hommes et un pokémon voguent sur des eaux tempétueuses. Soudain, un récif déchire la coque du navire ; l'équipe se précipite vers un canot de sauvetage, mais il ne peut sauver que trois âmes.

Qui sacrifier ?

De même si deux hommes, un sbire d'une organisation criminelle reconnue, et un pokémon, tiraient leurs vies à la courte-paille. Voire, en poussant le vice jusqu'au bout, et ce jusqu'à sa fréquence de résonance, une équipe de deux hommes, d'un pokémon, et du Boss de la Team Rocket en personne.

Qui sacrifier ? Où se situe les limites de la bienséance ?

Troy n'en savait rien. Seule sa faim importait, viscérale, et Madame ne refuserait pour rien au monde le moyen d'assouvir ses fantasmes primitifs.

Il nous calcinerait avant de tomber dans l'assiette. Oublie.

Les frères O'Bowen se frayèrent un chemin jusqu'au gîte. Ils s'empressèrent d'y entrer, le souffle court, la mine éreintée par de trop nombreux coups de pioche – la fatigue. Six heures de marche dans des mocassins ? Plus jamais.

Bienvenue ! Que puis-je pour vous, voyageurs ?
Ils sont avec moi, Sam. Tu nous prépares ta fameuse soupe ? et un peu de boisson pour accompagner le tout ?

RJ, alias l'instigateur de leur voyage. La cause de tous leurs maux et, paradoxalement, le messie providentiel qui les avait tirés de l'ennui. Troy le salua d'une forte poigne, avant de rebrousser chemin et de rejoindre l'ombre du fameux « Sam ». Le concerné se retourna dans un soubresaut.

Ah ! vous m'avez fait peur.
Rajoutez quelque chose de consistant dans la soupe.
Je... vous...

L'homme venait de croiser un fantôme : le sien.

Quelque chose. Oui. D'accord. Des pommes de terre ?
Des pommes de terre.
Des champignons ?
Des champignons.

Troy plongea son regard de braise dans l'âme du pauvre, pauvre maître d'hôte. Des yeux brûlants d'un désir platonique. Sa femme glissa sa tête dans l'ouverture de la porte, cachée au trois-quart par le mur de la cuisine.

Et de la viande, enchérit l'ainé O'Bowen.
Et de la viande.

Troy rejoignit son frère à la table de l'informateur. Un gamin rêveur, peut-être trop. Le genre d'illuminé qui justifie ses erreurs de parcours par un entrain juvénile. Une erreur de l'ordre de l'invitation de deux frères qui ne reculeraient devant rien pour arracher la branche du mal à la racine. Par exemple.

Alors, ces informations ?
Plus bas... maugréa-t-il d'une voix étouffée. On risquerait de vous entendre.
Plus vite tu nous les donnes, plus vite nous agissons.
Justement. J'aimerais que vous ne vous précipitiez pas.
Et pourquoi cela ?
Ma place est compromise.

Une place aussi fragile que le tabouret d'un pendu.

Si je vous donne un nom, je veux que vous me promettiez de garder l'affaire secrète avant d'avoir des preuves solides à me confier.
En somme, faire notre boulot.

RJ reporta son intérêt sur John. Il lui avait semblé que le cadet O'Bowen était la tête pensante du duo, affublé d'un petit démon nommé Troy sur son épaule.

Me le promettez-vous ?
Pourquoi le demander à mon frère ? N'as-tu pas confiance ?
Vous m'avez l'air trop... efficace.
Bien rattrapé.
Merci, monsieur.

Sam revint avec trois assiettes à soupe brûlantes. Des morceaux de patate, de champignon, de carotte, d'oignon, et de bœuf, barbotaient dans leur bain à remouds. Quelques fines herbes flottaient sur le magma liquide, mais Troy pouvait encaisser ce faible pourcentage de verdure.

Voilà pour vous : le plat du chef !

L'affamé brandit sa cuillère en main et débuta les hostilités. Il adressa un clin d’œil au maître d'hôtes qui relâcha alors ses épaules, rassuré pour l'avenir de son établissement. Son offrande avait apaisé la colère de Troy.

L'informateur profita du départ de l'homme pour remettre les couverts.

Bien. Vous devriez parler au maire de Méridian. Un collègue lui a fait part de ses suspicions par rapport à certains pots-de-vin, et il n'a rien voulu entendre. Pire encore, le lendemain, mon collègue a démissionné. J'ai repris le flambeau, mais je ne peux pas non plus risquer de perdre mon travail, voire ma vie. D'où votre participation. Mhyone a besoin d'une aide extérieure.

Et puis, si un malheur taclait l'aide extérieure dans son enquête, personne n'allait l'obliger à démissionner. En revanche, lui ôter la vie dans une ruelle...

Êtes-vous capables de m'aider ?

Code Couleur HTML:
 
Re: « Au Champ Mignon » (PV. John O'Bowen) 03/06
Mer 8 Juin 2016 - 22:01
Région d'origine : Kanto
Messages : 81

John O'Bowen

John O'Bowen
« AU CHAMP MIGNON »

Le pauvre RJ découvrait la capacité de Troy à interagir avec son entourage dans les premières secondes de la conversation.
La joute verbale durant à peine quelques secondes mais l'aîné O'Bowen ne semblait pas d'humeur à trop taquiner sa proie ce soir. Il voulait manger. Se fut donc à John de poursuivre pour son frère après que le responsable de l'établissement soit venu leur donner de quoi se mettre sous la dent.

"Ne vous en faites pas, Troy sait ce que s'est de travailler discrètement. C'était sa spécialité à Kanto. Donnez nous une destination, un nom et un contexte, on fera le reste."

— Bien. Vous devriez parler au maire de Méridian. Un collègue lui a fait part de ses suspicions par rapport à certains pots-de-vin, et il n'a rien voulu entendre. Pire encore, le lendemain, mon collègue a démissionné. J'ai repris le flambeau, mais je ne peux pas non plus risquer de perdre mon travail, voire ma vie. D'où votre participation. Mhyone a besoin d'une aide extérieure.

Le cadet pris un instant pour analyser ce que venait de dire l'homme en face de lui. Profitant du temps de la réflexion pour déguster le "plat du chef". Méridian était un ville médiévale, assez vaste pour que des actions puisse s'y passer sans que tout le monde ne soit au courant.
John fixa un instant sa soupe. A travers la petite fumée s'échappant de la soupe il pouvait entrevoir quelques pièces adverses, mais le plateau de jeu était toujours plongé dans un épais brouillard. Rien ne disait que cette historie était liée à celle des routes maritimes.
Le regard du policier remonta jusqu'à RJ, le jeune homme risquait son poste voir plus pour leur fournir ces informations et même si elles n'avaient peut-être rien à voir avec le grand tableau la fratrie ne pouvait pas rester sans rien faire.

"On devrait pouvoir enquêter efficacement, mais le maire accepte t'il les visites des dresseurs ? Ou il va falloir qu'on fasse un petit exploit pour l’impressionner ? Je crois savoir qu'il y a une arène à Méridian..."

RJ coupa John dans sa réflexion presque immédiatement.

— Oubliez l'idée. En l'état actuel vous n'avez aucune chance, la championne de Méridian est l'ancienne maître de la Ligue, vos pokemons sont trop faible pour le moment. Si jamais il vous est impossible de rencontrer le maire, je peux vous donner l'adresse de la personne qui occupait le poste avant moi. Faites en sorte de le rencontrer discrètement, il est possible que sa sécurité soit toujours compromise.

John hocha la tête et observa Troy. Ils avaient un début de piste.

"On part demain vers 13h, on devrait arriver d'ici le 5 à Méridian de là on pourra aviser. Et on pourrait en profiter pour rencontrer la championne de la ville. Si c'était l'ancien maître elle en sait peut-être plus sur ce qui est arrivé à celui qui a disparu."
Re: « Au Champ Mignon » (PV. John O'Bowen) 03/06
Jeu 9 Juin 2016 - 15:03
Région d'origine : Kanto
Messages : 343

Troy O'Bowen

Troy O'Bowen
« AU CHAMP MIGNON »

Les yeux de l'informateur avalèrent John O'Bowen en entier. Pas un seul regard ne divergea vers le faciès blasé de l'ainé, qui profita pour vider la moitié de son assiette. Sa fourchette se balada vers le champ de son frangin afin de lui voler un morceau généraux de viande – et ce à plusieurs reprises.

Les idées fusèrent des deux côtés jusqu'au cessez-le-feu. Rencontrer le maire se révéla être impossible. Il leur fallait une approche plus discrète, plus fourbe, plus Troyesque. La voie par derrière. Le cadet O'Bowen suggéra de vaincre la championne de Méridian en duel pour s'accorder une faveur en plus du badge symbolique aux allures de passe-partout ; RJ brisa ses rêves au marteau-pilon, témoignant de la puissance l'ancienne Maître de la Ligue – rien que ça – qui profitait de sa retraite entre les quatre murs de l'arène.

Dans un autre contexte, l'équipe des deux frères O'Bowen aurait pu servir de laquais pour celle de la championne. C'est dire leur place dans la société.

Je peux vous donner l'adresse de la personne qui occupait le poste avant moi. Faites en sorte de le rencontrer discrètement, il est possible que sa sécurité soit toujours compromise.

Discrètement ? Troy laissa sa cuillère se noyer dans la soupe, et s'essuya les lèvres sur un torchon écarlate brodé aux initiales de l'établissement.

Nous agirons comme des ombres. Personne ne se rendra compte de notre présence, je te l'assure. Et puis... ce n'est pas comme si tu avais le choix.

John se pencha vers son frère pour lui partager son début de plan. Au programme : débarquer dans la cité médiévale le 5 au soir et improviser sur le tapis, avec possibilité de rencontrer le deuxième meilleur dresseur de Mhyone.

Je résume. Nous avons, au choix : la victime de l'affaire, la championne de Méridian, et son maire inaccessible. Je te propose les trois à la chaîne, frangin. Le temps ne nous colle pas de froide lame sous la gorge et, dans le pire des cas, nous n'aurons qu'à nous séparer. Il y a un début à tout, aussi triste soit-il.

Troy ferma son poing et leva son pouce pour mimer le chiffre « un ».

Le collègue de RJ va s'ouvrir à nous comme une escort girl de Céladopole – pas besoin d'y réfléchir outre mesure. Dans le pire des cas, je l'intimiderais.

Il dressa son index. Et de « deux ».

Puis, nous arracherons des informations de l'ancien Maître de la Ligue sur la disparition de l'actuel ; elle doit connaître les arcanes de ce boulot comme personne, et nous livrera des détails encore inconnus des yeux du public. Ces gens-là ont des responsabilités. J'ai du mal à croire que leurs emplois du temps soient uniquement remplies de « Pause déjeuner », entre une case « Séance dédicace avec mes vrais » et une autre « Bronzette sur la plage ». Il faudra juste s'assurer que la championne soit de notre côté – donc qu'elle ne veuille redevenir khalif à la place du khalif –, puis nous nous vendrons comme des alliés de taille en révélant notre vraie nature. Quitte à sublimer quelques points, bien sûr. Si le pouvoir judiciaire de Kanto transite entre nos quatre mains, elle serait susceptible de coopérer. À la guerre comme à la guerre.

Troy accompagna ses doigts d'un troisième : le majeur.

Pour le type à l'écharpe colorée autour de sa veste cérémonielle... je me faufilerai dans son bureau pour dénicher les noms de ses contacts, voire dans son joli nid douillet pour emprunter son portable. Il nous faudra passer par la case « recherche » avant l'opération, histoire d'appréhender les menaces de son home sweet home. Une femme ? Un enfant ? On ne sait jamais.

RJ acquiesça en dodelinant de la tête, la figure emprunte d'effroi. Rien que l'annonce de ce plan aurait pu souiller son entrejambes d'une inondation inopportune, si trop de détails croustillants lui auraient été mis en bouche.

Tu en dis quoi, John ?

Le tavernier empêcha le cadet de répondre, débarquant à hauteur de la table.

Vous avez terminé messieurs ?

Oui. Ils en avaient terminé. Ou presque. Troy n'avait besoin que d'une seule chose pour mettre son plan à exécution : l'approbation de son frère.

Code Couleur HTML:
 
Re: « Au Champ Mignon » (PV. John O'Bowen) 03/06
Dim 12 Juin 2016 - 17:36
Région d'origine : Kanto
Messages : 81

John O'Bowen

John O'Bowen
« AU CHAMP MIGNON »

Troy avait parfaitement compris le plan de John et il avait même rajouté ses propres détails. Comme à son habitude, l'aîné était une pièce maîtresse.
Le cadet tiqua légèrement lorsque son frère mentionna qu'ils devraient surement se séparer. John savait comment Troy pouvait parfois agir en solo, mais le temps n'était pas leur ami dans cette affaire et la méthode Troy serait sans aucun doute la plus efficace.

"J'espère que la championne nous forcera pas à l'affronter."

Rien qu'à l'idée d'affronter l'ancien maître de la Ligue John était déprimé. Son pauvre Salamèche n'avait aucune chance et il était peu probable qu'un dresseur de la qualité du champion n'ai pas une parade à un pokemon spectre.
Alors que John allait continuer sur sa lancée et continuer à cogiter sur le plan, le tavernier fit son apparition.

— Vous avez terminé messieurs ?

"Oui, merci beaucoup, on avait bien besoin d'un repas comme celui-ci."

Le tavernier poussa un très discret soupir de soulagement. La potentielle vengeance de Tory l'aurait fait cauchemarder pendant des jours. Sans rien ajouter de plus qu'un "Merci", le tavernier débarrassa la table et s’éloigna.

"Bon... Je pense que le plan tiens la route, t'as mon feu vert pour le maire. On ne doit pas trop traîner avec cette affaire. Surtout si il se trouve qu'elle n'est pas liée à la principale. Si il faut vraiment qu'on se sépare, je te propose que je m'occupe de la championne et que toi tu t'occupe du maire pendant ce temps. On gagnera plus de temps et je sais que le blabla c'est pas ton truc favori."

RJ observait la scène en silence, l'homme était tendu. Il plaçait sa carrière entre les mains d'inconnus. Mais il ne pouvait plus reculer maintenant, un agent des forces de l'ordre doit avant tout servir les intérêts de sa région. Il se redressa avant de tendre sa main vers John.

— Je pense que vous n'aurez plus besoin de moi à partir d'ici. Si j'ai d'autres infos je vous les ferait passer comme d'habitude. Bonne chance messieurs.

John sera la main en souriant.

"Ne soyez pas si formel, détendez vous, ça va bien se passer. Je pense qu'on se reverra."

L'agent de Mhyone hocha la tête avant de tendre sa main vers Troy.

— La sécurité de ma région ainsi que ma carrière dépendes de votre succès à tous les deux. J'ai entendu des rumeurs sur ce que vous pouvez faire. Et j'espère qu'elles sont vraies.
Re: « Au Champ Mignon » (PV. John O'Bowen) 03/06

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives RP :: 2016-
Sauter vers: