HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri
Aller à la page : Précédent  1, 2
Re: Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri
Mer 14 Sep 2016 - 17:04
Région d'origine : Sinnoh
Messages : 173

Matthew Levy

Matthew Levy
▲▼ Dans le ciel et sur la terreElle mo montra du doigt la sacoche de l’appareil photo qu’elle tenait toujours avec elle. Avec tout ce qui s’était passé, je l’avais complètement oublié.

« Tant que j'ai ton appareil photo, tu ne peux pas partir de toute façon ! Tu n'as pas le choix de rester avec moi ! »

Ce qu’elle venait de dire. Cela m’avait fait sourire, profondément toucher. Je ne sais pas si je devais comprendre quelque chose en particulier. Je préférais simplement comprendre que c’était sa façon à elle de me montrer qu’elle voulait, elle aussi rester avec moi. Alors que nous commencions à marcher, elle me fit comprendre que mon geste ne l’avait pas vexé. Qu’elle avait été heureuse, et que ça l’avait rassuré. J’ai alors repris mon sourire habituel, faisant comprendre que j’étais satisfait de sa réponse. Alors que nous continuons de marcher, elle continua de me poser des questions.

« Tu ne veux pas déposer tes bagages quelque part ? »

« Je n’ai aucun endroit où loger, donc de toute façon je ne pense pas pouvoir les poser quelque part. Et puis ils ne sont pas si gênant, si je viens à manquer de souffle je n’hésiterais pas à te le dire pour que nous fassions une petite pause ! »

J’ai souris. Oui, j’ai beaucoup souris aujourd’hui. J’étais heureux. Je me sentais en bonne compagnie, et c’était agréable.

« Tu t'intéresses à un type de pokémon en particulier ? »

« Je ne pense pas. J’aime beaucoup de Pokémon différent, mais si je devais faire un choix, je dirais que j’aime beaucoup les Pokémon de type Normal. Je ne saurais pas pourquoi. Et toi, tu as une préférence ? »

La discussion continua longtemps. Les questions venaient plus dans un sens que dans l’autre, et je ne faisais que retourner la question pour avoir la réponse de la part de Luna. Nous avons parlé. Longtemps. Je lui ai parlé de ma passion pour l’aviation, du travail de mon père, je n’ai pas abordé les sujets sensibles comme le divorce de mes parents ou mon déménagement. Je n’étais pas encore prêt à lui parler de ça, nous nous connaissions à peine, mais j’aimais sa compagnie. Je voulais rester un peu plus longtemps avec elle. Je sais que je la vois différente des autres, mais je ne saurais dire pourquoi.

Le temps passe, et l’après-midi finis par décliné. Il était bientôt dix-huit heures, et mes pauvres jambes ne semblaient plus accepter la marche. Je me suis alors posé sur un banc, invitant Luna à s’assoir. Lui faisant comprendre que malgré mon courage, les bagages sont tout de même un poids pour la marche. Elle ne semblait pas gênée. Je me suis absenté cinq minutes, me perdant dans mes pensées. Je regardais le ciel, commençant petit à petit à décliner sur un orange pâle. Le soleil s’apprêtant à laisser sa place à lune. Le ciel était vide, pas un seul nuage n’avait décidé de gâcher ce somptueux tableau. Ce soir serait, je pense, un magnifique soir. Une nuit remplis d’étoile à observer. Je revenais alors à mes esprits, voyant que Luna s’était mise à regarder le ciel elle aussi.

« Du coup, comme tu me l’as dit, tu viens de Minami ? Du coup, tu loges où étant donné que tu es à plusieurs jours de marche d’ici ? »

J’en étais venu à cette question. Mon côté réfléchis avait repris le dessus, et je commençais peu à peu à réaliser que je n’avais aucun endroit où dormir. Je ne voulais pas non plus abuser de la gentillesse de Luna, mais elle pourrait sûrement m’indiquait un endroit où dormir.

« Comme tu le sais, cela ne fais pas très longtemps que je suis arrivé sur Mhyone. Je n’ai pas eu le temps de réfléchir à où dormir, donc si tu pouvais m’aider à trouver une solution, cela me faciliterait la vie ! Je sais que tu es gentille, et que tu accepteras de m’aider ! »

Je lui souris alors lui faisant comprendre que j’étais sincère à travers mes mots. Je posais mes mains sur le banc, et tournait de nouveau mon regard vers le ciel. Pourtant je n’arrivais pas à me concentrer sur celui-ci. Ma main touchait quelque chose. Mais quoi ? Quelque chose de doux et chaud. Quand mon regard se tourna de nouveau vers ma main pour apercevoir ce que j’étais en train de faire, j’aperçu Luna, redevenu d’un rouge écarlate. Devant mon interrogation, je finis par regarder ma main. Elle était en effet bien posée sur quelque de doux et chaud, qui n’était autre que la main de ma nouvelle compagnie. Je la retire vivement.

« Désolé ! C’est un malentendu, je n’ai pas fait exprès, rassures toi ! »

Même sans Milow, je suis maladroit avec les filles. Enfin, c’est surtout avec cette fille.

© 2981 12289 0

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri - Page 2 1491976492-matthew-t-card
Re: Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri
Jeu 15 Sep 2016 - 0:02
Région d'origine : Mhyone
Messages : 532

Evanna Rainsworth

Evanna Rainsworth

Dans le ciel et sur la terre


Nous avons marché pendant un bon moment, mais je ne voyais pas le temps passer. J'ai appris plusieurs choses sur Faust, notamment sa passion pour l'aviation, son intérêt pour les pokémons de type normal que je trouve assez original, et je lui ai également parlé de ce qui m'intéressait niveau pokémon.

« Le type qui m'interpelle le plus est le type psy, mais j'apprécie tous les pokémons ! J'aime la variété. »

Lorsqu'on en croit les pokémons que j'aimerais posséder plus tard, en effet, de la variété, il y en a !

Le temps passait, les minutes s'écoulaient, puis les heures suivaient. L'après-midi s'est rapidement terminée, c'était bientôt l'heure du repas. Je ne peux m'empêcher de penser que Faust doit en avoir vraiment marre de traîner ses sacs, et justement, au moment où je l'ai pensé, nous avons fait une pause. Nous nous sommes assis sur un banc, pour souffler un peu.

« Oui, je viens de Minami ! Mais je crois que ce soir, je vais aller dormir à l'hôtel de Nox Illum. Tu devrais faire pareil, c'est plus pratique ! »

Apparemment, j'étais gentille. J'ai souris à cette remarque. Et bien, je crois que c'est vrai ! Enfin j'espère. Après tout, je suis allée le chercher à l'aéroport, ce n'est pas rien !

Je me suis mise à observer le ciel, tout bonnement. Tout simplement. Je passais un bon moment, et j'en profitais. J'étais déçue de me dire que cette journée arrivait à sa fin, j'avais envie de passer plus de temps avec Faust. Je ne pense pas qu'il acceptera de me revoir demain, ou bien après-demain. Il a très certainement envie d'explorer les lieux seuls, et de rencontrer d'autres personnes, ce qui est normal. Je n'ai donc rien dis, c'était inutile. Je ne voulais pas imposer ma présence ! Je me perdais dans mes pensées, dans mes questions. Puis, j'ai senti mon cœur faire un bond. Faust, il avait touché ma main. Non, je rêvais sûrement. Pourquoi ferait-il ça ? Mais non, je ne rêvais pas, la chaleur que je ressentais sur ma main était bien réelle, et c'était bien la main de Faust ! J'ai figé, et encore une fois, ce sentiment s'empara de moi. J'ai rougis, et je ne savais pas comment réagir. Mais le dresseur s'est rapidement retiré. Je crois qu'il ne s'était pas rendu compte de son geste, pourtant si anodin, mais qui m'avait rendu si fébrile.

« T-T'en fais pas... c'est rien. Ce n'est pas grave ! »

C'était même... mignon. Mais où avais-je la tête ? Non, non. Je ne pouvais pas penser à ce genre de choses, c'était impossible ! Je ne connaissais Faust que depuis ce matin. Il n'avait pas fait exprès, il n'y avait pas de geste subtil qui pourrait signifier quelque chose. Ça ne sert à rien d'y songer, ce n'est pas le cas ! Alors pourquoi je sens le besoin de m'en convaincre ? J'ai secoué la tête, et je me suis relevée.

« Je peux te montrer le chemin de l'hôtel si tu veux ! On pourra réserver en même temps, ce sera chose faite ! »

J'attends la confirmation de Faust pour me mettre en route avec lui à mes côtés. L'hôtel n'est pas bien loin. À peine cinq minutes de marche, et nous y sommes. Nous entrons dans le bâtiment en question, et nous nous rendons à l'accueil. La dame nous sourit, mais semble embêtée.

« Je tiens à vous prévenir qu'il ne reste qu'une chambre disponible. Il y a eu beaucoup d'arrivants aujourd'hui, et ils ont tous réservés dans la matinée. »

Quoi... ? C'est impossible, avec toutes les chambres que possède l'hôtel... Bon. Tant pis. Je n'allais quand même pas réserver une chambre avec Faust, c'était trop déplacé. Rien que d'y penser je... non. Je me retourne vers lui.

« Mince. Bon, je trouverai un autre endroit où loger, ce n'est pas trop grave. Réserve pour toi avant que quelqu'un d'autre ne vienne ! »

Il en avait plus besoin que moi. Je pouvais me débrouiller. Si jamais je ne trouve pas, j'appellerai mes parents, en espérant qu'ils puissent venir me chercher. Dans tous les cas, je trouverai une solution.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




T-CARDFICHE
EVANNA DISCUTE EN #C780A7
Re: Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri
Jeu 15 Sep 2016 - 0:33
Région d'origine : Sinnoh
Messages : 173

Matthew Levy

Matthew Levy
▲▼ Dans le ciel et sur la terreLuna semblait perturbait par mon geste. Rougissant de nouveau, ce qui eut le même effet sur moi. Pourquoi je rougis ? Je ne sais pas. Peut-être que mon geste semblait maladroitement mignon pour elle, après tout c’est une jeune fille qui est en pleine fleur de l’âge. Elle finit alors par se relever, montrant qu’elle était prête à repartir. Je ne sais pas où elle souhaitait aller, ni même ce qu’elle voulait faire, mais j’étais toujours prêt à la suivre.

« Je peux te montrer le chemin de l'hôtel si tu veux ! On pourra réserver en même temps, ce sera chose faite ! »

Oui, c’était une bonne idée. J’esquissai un sourire et me relevais alors à mon tour, prenant mes divers bagages avec moi, observant toujours la sacoche de mon appareil photo autour du cou de Luna. A croire qu’elle-même l’avait oublié. Quelques minutes plus tard, nous rentrions finalement dans un hall d’un bâtiment plutôt sobre. Rien de bien luxueux, juste de quoi passer une nuit. De toute façon, je devais faire des économies, plutôt que de dépenser n’importe comment mon argent. Je ne voulais pas me ruiner en sachant que je n’avais pas beaucoup de moyen d’en obtenir étant donné que mon père ne pouvait pas m’en envoyer aussi facilement. La réceptionniste chargeait de l’accueil des nouveaux clients de l’hôtel engagea la conversation alors que nous n’avions fait que quelques pas à l’intérieur.

« Je tiens à vous prévenir qu'il ne reste qu'une chambre disponible. Il y a eu beaucoup d'arrivants aujourd'hui, et ils ont tous réservés dans la matinée. »

Ah. Ce n’était pas prévu ça. Je ne pensais pas qu’un hôtel puisse être complet aussi facilement, mais cela pouvait se comprendre. Il suffisait d’un événement, et le peu de logement de la ville semblait vite complet. Nous étions finalement face à un dilemme. Une seule chambre pour deux.

« Mince. Bon, je trouverai un autre endroit où loger, ce n'est pas trop grave. Réserve pour toi avant que quelqu'un d'autre ne vienne ! »

« Non ! Attends ! Je ne peux pas me permettre de te laisser trouver un autre logement… Pas après tout ce que tu as fait aujourd’hui, et puis je peux toujours dormir à la belle étoile, rien ne m’en empêche ! »

Luna se retourna finalement, ayant pris en considération mes mots. Elle me regarda un peu gêné, ne sachant finalement pas trop quoi répondre, mais ce ne fût pas elle qui repris le dialogue.

« Mais pourquoi ne pas réserver à deux ? La chambre possède un lit double, et puis cela vous ferait moins de frais individuellement. »

Hm. Réserver à deux, pourquoi pas, cela pouvait être une bonne idée. Mais, un lit double, quand elle parle d’un lit double, c’est un lit pour deux personnes ?! Aucune chance ! Je ne me sentirais pas à l’aise, et encore moins pour Luna. Je ne veux pas lui faire subir ça. Oh et puis bon, on est juste connaissances, enfin peut être ami si la situation a changé depuis ce matin. Personnellement, je la vois comme telle, mais sera-t-elle vraiment capable de supporter cette nuit ? Il me fallait du temps pour réfléchir, mais un homme d’un âge un peu plus mûr rentra dans la pièce, accompagné de sa moitié. Apparemment ils cherchaient également un logement et quand ils se présentèrent au comptoir, la réceptionniste nous regarda de nouveau. Nous faisant comprendre que nous devions prendre une décision, ou la chambre allait leur revenir de droit.

« C’est d’accord ! Nous prenons la chambre ! »

Je ne sais toujours pas ce qui m’a pris de décidé sans l’avis de Luna. D’ailleurs si elle voulait finalement repartir, elle le pouvait. Ou peut-être devrais je lui laisser la chambre et chercher ailleurs. Sois dit en passant, les différents employés de la structure n’ont pas attendu nos avis respectifs, et ont directement embarqué nos affaires à notre chambre. Ne nous laissant finalement pas le choix, ni le temps de décider quoi que ce soit, et prenant nos affaires sans que nous n’ayons rien dis.

Je montais finalement les marches de l’hôtel, rejoignant notre chambre qui se trouvait être la 308. J’étais suivis de près par Luna qui ne semblait plus parlé depuis quelques temps. Je n’avais pas cherché à la faire parler d’avantage, j’étais juste près à prendre mes affaires et repartir de là où j’étais venu.

Quand nous sommes rentrés, j’ai finalement aperçu mes affaires. Mais ce n’est pas ce qui m’a interpelé en premier. La belle salle de bain qui se trouvait à gauche en rentrant ne faisait que nous inviter à y faire un saut. Quant au lit ; bien qu’il soit double ; semblait être tous aussi agréable et reposant. La belle vue sur le ciel étoilé qui surplombé les bâtiments depuis le balcon était tout aussi captivante. Mais je ne pouvais rester plus longtemps. Je pris alors mes sacs ainsi que ma sacoche qui avait finalement était embarqué et me retourna vers la porte. Mon chemin fût croisé par Luna qui suivait jusque-là mes pas.

« Encore merci pour cette magnifique journée ! Je ne vais pas t’embêter plus longtemps, je te laisse la chambre. Tu as de la chance, elle semble vraiment confortable ! »

J’esquissa un beau sourire avant de me diriger vers la porte de sortie.

© 2981 12289 0

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri - Page 2 1491976492-matthew-t-card
Re: Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri
Jeu 15 Sep 2016 - 1:14
Région d'origine : Mhyone
Messages : 532

Evanna Rainsworth

Evanna Rainsworth

Dans le ciel et sur la terre


Comme si la situation n'était pas déjà assez délicate, la dame devait absolument nous proposer de prendre la chambre tous les deux. Exactement ce que je ne voulais pas mentionner tout haut ! Oui, j'y avais pensé, mais... je ne voulais pas le dire ! Cela officialisait ma pensée, et me perturbait beaucoup trop. Surtout qu'il n'y avait qu'un seul lit, c'était impossible. C'était trop bizarre. Le malaise au plus haut point ! Il était hors de question que je laisse Faust dormir à la belle étoile. Même si c'est joli les étoiles, il méritait le confort de l'hôtel ! Après tout, il venait d'arriver. Je ne pouvais pas le laisser se défiler.

Mais venait-il de faire ce que je crois qu'il venait de faire ? Il avait demandé à réserver la chambre... pour les deux ? Quoi quoi quoi quoi ? Attends attends attends. Sérieux ? Faust, qu'as-tu en tête ? J'étais bouche bée. Je ne savais pas trop pourquoi il avait accepté la proposition de la dame de l'accueil, mais je lui ai fait confiance sur le coup. Enfin... c'est surtout que je ne savais pas comment réagir. Je l'ai tout simplement suivi, parce que nos affaires étaient déjà en cours de route vers la chambre en question.

Nous sommes entrés. La chambre était très jolie. Mais ce n'était pas ce qui me préoccupait le plus pour le moment. Je ne pouvais pas dormir dans le même lit que Faust... c'était trop bizarre comme situation... C'est alors qu'il pris ses affaires, et se dirigea vers la porte. Il comptait partir ! Hors de question ! Bien essayé, Faust, mais je refusais systématiquement de prendre la chambre à sa place ! Je me suis précipitée vers le cadre de porte et je lui ai bloqué le chemin.

« Non ! Tu ne pars pas ! J'ai pris une voix plus douce. Reste... s'il-te-plaît... »

Et bien. Ma voix semblait presque le supplier. Mais si c'était nécessaire, ça ne me dérangeait pas. Je ne voulais pas le laisser partir, c'était plus fort que moi. Je ne pouvais pas le laisser. Je n'étais pas comme d'habitude. Ce n'était pas mon genre d'être aussi insistante envers une personne. J'ai baissé les yeux, et j'ai aperçu l'appareil photo de Faust, toujours suspendu à mon cou.

« N'oublie pas que j'ai toujours ton appareil photo. »

Et je ne comptais pas le lui redonner ! Du moins, pas maintenant. J'ai refermé la porte. Bon. Maintenant, je devais m'expliquer. Mais je perdais mes mots. Pourquoi est-ce que ça m'arrivait maintenant ? Ce n'était vraiment pas le moment. J'ai pris une respiration, et j'ai tenté d'expliquer du mieux que je pouvais le fond de ma pensée.

« Tu viens tout juste d'arriver... je veux que tu passes une nuit agréable. C'est... c'est important pour moi. Je marque une pause. Excuse-moi, je sais que je suis bizarre. Tu dois me prendre pour une folle... »

J'ai baissé la tête. Je me sentais ridicule, et bête. Ma réaction était peut-être complètement exagérée. Tout ça pour une chambre. Faust allait probablement vouloir fuir. Je comprendrais, je ne suis pas normale. Je n'arrive même pas à comprendre mes propres agissements, alors, il devait encore moins comprendre que moi. Mais cela ne changeait en rien mon objectif. S'il fallait que je reste dans cette chambre pour qu'il accepte d'y dormir, et bien je resterai. S'il le faut, je dormirai même par terre !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




T-CARDFICHE
EVANNA DISCUTE EN #C780A7
Re: Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri
Jeu 15 Sep 2016 - 1:42
Région d'origine : Sinnoh
Messages : 173

Matthew Levy

Matthew Levy
▲▼ Dans le ciel et sur la terreAlors que je m’apprêtais à sortir de la pièce, Luna s’interposa entre moi et le couloir. Elle me regarda droit dans les yeux comme convaincus.

« Non ! Tu ne pars pas ! Reste... s'il-te-plaît... »

Pourquoi me demandait-elle de rester ? Elle avait dit ça sur un ton tellement gentil, limite implorant que je reste avec elle. Je ne pense toujours pas être prêt à partager cette chambre avec elle, mais je ne sais pas ce qui me pris. Je ne voulais pas la rentre triste. Pas elle. Pas après tout ce qu’elle avait fait pour moi. Je ne sais toujours pas pour qu’elle raison, mais je lâchai mon sac à dos au sol.

« N'oublie pas que j'ai toujours ton appareil photo. »

Comme une menace servant de prétexte ou d’excuse pour me forcer à rester. Tant bien que mal elle me ferait rester, je n’accepterais pas qu’elle s’en aille. Elle me montra la sacoche toujours autour de son cou. Elle avait raison, je ne pouvais pas partir sans mon appareil photo. Il est beaucoup trop important pour moi. Dire que tous mes plus beaux souvenirs sont dans cet appareil. Je ne pourrais pas m’en séparer, et si je venais à le perdre, je ne saurais pas m’en remettre aussi facilement.

« Tu marques un point, je te l’accorde. Je ne peux pas partir sans lui. »

« Tu viens tout juste d'arriver... je veux que tu passes une nuit agréable. C'est... c'est important pour moi. Excuse-moi, je sais que je suis bizarre. Tu dois me prendre pour une folle... »

Ces mots m’avaient touché. Finalement, Luna était comme moi. Elle ne souhaitait que le bonheur et le bien-être des autres. Etais-ce égoïste de ma part de ne pas avoir simplement accepté sa proposition ? Le problème c’est que j’ai le même tempérament qu’elle, et je n’accepterais pour rien au monde d’être privilégié par rapport à quelqu’un d’autre. Je voulais aussi qu’elle soit heureuse.

« Non, tu n’es pas folle, ni même bizarre. Tu es juste… touchante. Tu es gentille et altruiste, tu souhaites aider les gens, sacrifiant ton propre bonheur par la même occasion. »

J’étais devenu tout à coup beaucoup plus sérieux, et réfléchis. Ce n’était pas surprenant à mon habitude, mais c’était la première fois que je parlais de la sorte à Luna.

« Tu es comme moi au fond. Tu n’as juste pas envie de voir quelqu’un dans l’embarras. Tu veux qu’il aille bien, qu’il se sente bien et qu’il vive dans de bonnes conditions. Je suis pareil, et je n’accepterais pas que tu sois moins bien traité que moi. »

Mes mots avaient pour but d’être rassurant. Mais je laissais s’échapper quelques mots de trop qui semblait avoir une connotation toute particulière dédiée à Luna. Je ne sais pourquoi, mais Luna était importante pour moi. Plus le temps passait, plus je sentais quelque chose de différent émaner de cette fille. Je ne saurais dire trop quoi pour le moment, les questions étaient trop nombreuses dans ma tête, et ma capacité d’analyse était beaucoup trop lente pour s’en charger une à une.

« Cela va paraître bizarre. Mais je veux que tu dormes dans ce lit, tout comme je sais que tu voudrais que j’y dorme également. Quitte à ce que nous dormions ensemble, je préfère cela à ce que tu ne dormes pas paisiblement. »

Le temps défilé, un silence s’était installé dans la pièce. Un moment de gêne donc j’avais également pris part. Je réfléchissais à ce que je venais de dire, et je venais tout simplement de proposer à Luna de dormir tout les deux. Sur le coup, je ne m’étais pas rendu compte du poids de mes mots. Mais il était trop tard, tout avait été dit. Pour relâcher la tension, et faire comprendre qu’il fallait passer à autre chose je me suis dirigé vers la salle de bain.

« Tu ne m’en voudras pas ? Après ce long voyage et cette dure journée, je vais prendre une petite douche ! »

Pourquoi je parais si calme ? Me voilà maintenant enfermé dans la salle de bain. La pièce est beaucoup plus éclairée que la chambre, sûrement à cause de la lumière reflétant sur le carrelage des murs. Je devais arrêter de penser à tout ça, mais je n’y arrivais pas. J’avais déjà dormis avec des filles auparavant, mais cela remonte à mon enfance. Ce n’était que des amies, et puis bon elles étaient jeunes à l’époque. Enfin, je considère toujours Luna comme une amie… mais je la voie un peu différemment quand même… Raaah. Oublions ça ! Je saute dans la douche, et après une bonne dizaine de minute sous l’eau chaude, je me rhabille et sort finalement de la salle de bain, trouvant Luna assise sur le lit dos à moi.

© 2981 12289 0

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri - Page 2 1491976492-matthew-t-card
Re: Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri
Jeu 15 Sep 2016 - 3:03
Région d'origine : Mhyone
Messages : 532

Evanna Rainsworth

Evanna Rainsworth

Dans le ciel et sur la terre


Pendant un instant, je culpabilisais de lui avoir parlé de son appareil photo. Je ne voulais pas qu'il le prenne pour une menace, au contraire, cela était supposé le faire sourire. Mais c'était raté. Mince. J'étais sûrement trop excessive, et j'avais peur qu'il ait une mauvaise opinion de moi. Miraculeusement, cela ne semblait pas être le cas. Il comprenait mes agissements. Ah bon ? Lui, il me comprenait ? Je ne pouvais pas rêver mieux. Il m'a permis de mieux comprendre comment je me sentais, aussi. Et apparemment, on se ressemblait tous les deux. J'ai souris à cette phrase. J'étais comme lui. Il pouvait me comprendre. C'était un réel soulagement pour moi.

J'ai rougis (et oui, encore), lorsqu'il a mentionné vouloir dormir avec moi. Est-ce que j'allais vraiment accepter ? Je ne sais pas si j'allais réussir à dormir en le sachant à côté de moi. Je serais probablement perturbée. Mais je voulais qu'il dorme bien aussi. Je n'ai pas répondu à sa question, je voulais prendre conscience de la situation avant. J'ai hoché la tête lorsqu'il m'a dit vouloir prendre sa douche. Cela allait me laisser un petit instant pour délibérer avec moi-même. J'ai profité de son absence pour aller porter la petite sacoche contenant son appareil photo à côté de ses autres sacs. Je n'avais plus de raison de le garder avec moi maintenant.

Je me suis rassise sur le lit, et j'attendais qu'il sorte de la salle de bain. J'irai prendre une douche à mon tour, après. J'ai regardé dans mon sac, et par miracle, j'avais un pyjama et des vêtements de rechange pour le lendemain. Heureusement que j'étais une personne prévoyante. J'ai détaché mes cheveux, les laissant tomber le long de mon dos, et je regardais par la fenêtre. Je n'aurais jamais imaginé que la soirée allait se terminer de la sorte lorsque j'attendais Faust à l'aéroport. Le retour de Faust m'a permis de sortir de mes pensées. Je me suis levée, et je me suis précipité vers la porte de la salle de bain.

« Je vais y aller à mon tour. Tu peux aller dormir tout de suite, si tu veux. »

Sous la douche, je prenais mon temps. Je préférais qu'il soit déjà endormi lorsque je sortirai. Cela rendra la situation un peu moins troublante. Enfin, je crois. Mais bon, je devais quand même en sortir un jour. Ce que je fis. Mais ô malheur, je me suis rendue compte que j'avais oublié mon sac dans la chambre. Au pied du lit. Je ne pouvais pas risquer de sortir avec simplement une serviette autour de moi. Non non non ! Je ne savais pas si Faust était endormi. Mince... Je n'avais pas le choix, je devais lui demander son aide.

« Faust... ? Je... J'ai oublié mon sac. Il est au pied du lit je crois... Tu... tu peux me l'apporter, s'il-te-plaît ? Je suis tellement lunatique ! »

Luna. Lunatique. Ouais, mon prénom m'allait bien.

J'ai attendu que Faust soit derrière la porte pour aller rapidement attraper mon sac. Malheureusement, j'ai la poisse ce soir. Il y avait de l'eau, sur le sol, et ça le rendait très glissant. Et, bien évidemment, j'ai glissé. Mais je n'ai pas atterri sur le sol. J'ai atterri sur Faust.

D'une main, je tenais fermement la serviette qui me couvrait, et de l'autre, je m'agrippais à Faust pour ne pas tomber. Mon visage a immédiatement changé de teint, je vous laisse deviner la couleur de celui-ci. Lorsque j'ai pu reprendre mon équilibre, j'ai lâché Faust pour tenir la serviette de mes deux mains. Mon cœur battait la chamade. J'étais en position de vulnérabilité ultime, et c'était extrêmement gênant.

« Désolée ! Désolée ! »

J'espérais ne pas lui avoir fait mal en m'agrippant à lui, et j'espérais également ne pas l'avoir rendu mal à l'aise. Est-ce que c'était possible d'être aussi maladroite ? Je ne crois pas ! Je devais détenir un record. Mais le pire, c'est que c'était la première fois qu'une aussi grande maladresse m'arrivait... Pourquoi fallait-il que ce soit en sa compagnie ? Quel opinion allait-il avoir de moi maintenant ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




T-CARDFICHE
EVANNA DISCUTE EN #C780A7
Re: Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri
Jeu 15 Sep 2016 - 12:15
Région d'origine : Sinnoh
Messages : 173

Matthew Levy

Matthew Levy
▲▼ Dans le ciel et sur la terreQuand elle m’entendit sortir, elle se leva et se retourna vers moi. Ma première pensée fut de remarquer que ses cheveux étaient détachés contrairement auparavant. Cela lui allait bien, elle avait des beaux cheveux, et ils étaient plus longs qu’ils ne laissaient paraitre attaché. Mais je m’égare.

« Je vais y aller à mon tour. Tu peux aller dormir tout de suite, si tu veux. »

Dormir tout de suite ? Bonne idée ! Si je pouvais éviter de croiser son regard quand j’irais me coucher, je pense que ça nous faciliterais la vie à tous les deux. Je n’ai pas l’habitude d’aller me coucher en compagnie de quelqu’un, du coup les seules affaires que j’ai sont un t-shirt et un boxer. De toute façon sous les draps, ça ne changera rien. J’aurais juste à me tourner de l’autre côté. Puis ce n’est qu’une nuit, pourquoi tu penses à ça ? Je me suis alors changé le temps que Luna se trouvait sous la douche. M’allongeant sur le lit, et me couvrant légèrement avec le drap, je commençais à fermer les yeux. Quelqu’un m’appelait. Dans mon rêve ? Non, cela semblait beaucoup trop réel pour être un rêve.

« Faust... ? Je... J'ai oublié mon sac. Il est au pied du lit je crois... Tu... tu peux me l'apporter, s'il-te-plaît ? Je suis tellement lunatique ! »

Luna ? Oublier son sac ? Il ne manquait plus que ça ! Bon, si tout se passe bien, je pense que je lui donnerais le sac au travers la porte et elle fera sa petite affaire. J’attrapais son sac par la lanière me dirigeant vers la salle de bain. J’ai toqué sans dire un mot, faisant comprendre que j’attendais qu’elle récupère son sac. Elle ouvrit la porte, et je ne sais pas ce qui s’est passé à ce moment-là, mais j’ai sentis quelque chose tomber. Un objet ? Non, non, une personne essayant tant bien mal de se relever et s’agrippant délibérément à moi. J’ai alors tourné mon regard, et j’ai dès lors croisé celui de Luna. Son teint venait de viré au rouge. Je n’ai pas pris longtemps à comprendre la voyant essayé de se relever, tenant avec son autre main la seule serviette qui couvrait sa peau nue. Mon teint a viré de la même couleur. J’ai lâché le sac qui se tenait dans ma main gauche, et j’ai tenté d’aider Luna à se relever. Je l’ai attrapé par les hanches, le seul endroit que j’ai jugé me permettant de la relever sans pour autant que cela ne devienne gênant.

« Désolée ! Désolée ! »

« Ne t’excuses pas ! Tu n’as pas fait exprès ! Hm. Vas te changer, ne penses plus à ça ! »

Ne penses plus à ça ? Comment ne plus penser à ça ? Cette journée a été une scène de cirque à elle toute seule. Le nombre de maladresse qui se sont déroulées en une seule journée est juste incroyable. Je n’ai jamais autant rougi et étais gêné que lors de cette journée. Je ne sais pas si je dois m’en vouloir d’avoir deux pieds gauches ou si le karma a juste décidé de me faire une énorme blague.

Je retournais finalement me coucher. Je ne pouvais plus m’endormir, je n’y arrivais plus. Je tournais le dos à la salle de bain, espérant qu’elle ne me rappelle pas tant qu’elle se trouvait dans cette tenue. Je l’entends finalement éteindre la lumière de la salle de bain et sortir de la pièce. Elle n’était pas très loin de moi, je n’étais pas encore endormi et elle allait, elle aussi, coucher dans le même lit. Rien que d’imaginer ça, cela me faisait rougir.

« Il s’en est passé des choses aujourd’hui… Enfin, je veux dire, je me suis bien amusé et ce fût malgré tout une des meilleures journées que j’ai pu passer de ma vie. Si c’était ton but, alors tu as pleinement réussi ta mission ! »

Je voulais être rassurant et en profiter pour changer l’ambiance pesante qui s’était installé dans la pièce. Je l’ai alors entendu se glisser elle aussi dans le lit auprès de moi. Je ne devais pas bouger. N’importe quelle contacte avec elle pourrait être mal vue. Je devais rester calme et penser à autre chose. J’ai finalement réussis à m’endormir, tant bien que mal après cette éprouvante journée.

© 2981 12289 0

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri - Page 2 1491976492-matthew-t-card
Re: Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri
Jeu 15 Sep 2016 - 15:30
Région d'origine : Mhyone
Messages : 532

Evanna Rainsworth

Evanna Rainsworth

Dans le ciel et sur la terre


J'attrape finalement mon sac, et je referme la porte de la salle de bain. J'enfile les shorts et le débardeur qui me servent de pyjama, - heureusement, ce n'est pas une nuisette - et je me brosse les cheveux. J'essaye d'oublier les nombreuses gaffes et maladresses que j'ai pu commettre, ça ne sert à rien de se prendre la tête avec elles. Faust est vraiment quelqu'un de bien, et quelqu'un de compréhensif. Il ne m'a pas jugé une seule fois, et il ne m'a rien reproché. Je me regarde dans le miroir. Mon visage a repris sa teinte naturelle. Je suis prête à aller dormir, moi aussi. J'essuie l'eau qui reste par terre, et je me brosse les dents. Ensuite, j'éteins la lumière de la salle de bain et j'en ressors. Faust est déjà allongé, mais il ne dort pas. Je n'ose pas aller dans le lit, je reste planté là comme une statue à réfléchir. Faust me dit qu'il a passé une belle journée, l'une des meilleures de toute sa vie. Je ne sais pas si je dois le croire, après tout, je n'avais rien fais de trop exceptionnel, je crois. Cependant, ses paroles me font sourire. Mon cœur se met à battre plus rapidement. Je décide finalement de me glisser tout doucement sous la couverture. Je reste à l'extrémité du lit, pour éviter tout contact physique qui pourrait créer un malaise. Le lit était assez grand pour ça.

« Bonne nuit Faust. » ai-je murmuré, d'une voix presque imperceptible.

Je reste plusieurs minutes là, les yeux ouverts, sans parvenir à trouver le sommeil. La situation est trop perturbante. Je dois prendre quelque minutes pour m'y habituer avant d'être un minimum à l'aise. Je crois que Faust s'est endormi, j'entends sa respiration régulière. Je l'envie. J'aimerais pouvoir réussir à rejoindre les bras de Morphée, moi aussi.

Je ferme les yeux. La fatigue commence à prendre le dessus. Nous avons beaucoup marché, et le paquet d'émotions que j'ai pu vivre aujourd'hui m'a épuisé. Je me sens partir, petit à petit. Je me réveille légèrement lorsque je sens quelque chose me toucher. Comme une chaleur qui m'enveloppe complètement. C'est quelque chose d'agréable. Je ne me suis pas retourné, je n'ai pas bougé non plus. J'ai l'impression que c'est Faust ; il m'enlace. Je n'ai pas pris la peine de confirmer ce que je pensais, j'étais à moitié endormie. Ce n'était pas une sensation désagréable, et à ma grande surprise, cela m'a aider à rejoindre le pays des rêves. Je me suis blottit contre lui sans m'en rendre totalement compte, mais comme on dit, la nuit porte conseil.

[...]

Au petit matin, la lumière des rayons du soleil m'a réveillée. J'avais vraiment bien dormi, je ne l'aurais jamais cru hier. J'allais m'étirer lorsque je senti que quelque chose bloquait mes mouvements. Faust. Il était juste à côté de moi, à une proximité absolument incroyable. Il avait même son bras autour de moi, j'avais l'impression d'être un doudou. J'ai figé. Je ne voulais pas bouger, je ne voulais pas le réveiller. J'ai senti mon cœur battre à nouveau, en comprenant que la chaleur que j'avais senti en m'endormant était bien le jeune homme qui m'avait enlacé. Je ne sais pas s'il s'en est rendu compte.

Je l'ai senti bouger peu de temps après, il se réveillait lui aussi. Je n'ai pas fais semblant de dormir, parce que je suis complètement nulle pour jouer la comédie dans cet état de stress et de timidité absolue. Pour éviter tout malaise, je me suis assise et j'ai regardé Faust.

« Bien dormi ? »

S'il n'avait pas bougé depuis hier soir, je pouvais en conclure que la nuit avait été agréable et paisible pour lui aussi. Mais j'ai tout de même demandé.

Mon visage devait avoir repris son rouge écarlate si connu de mon compagnon maintenant, et j'ai détourné le regard. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser que je m'étais sentie incroyablement bien cette nuit, et pourtant, j'étais en compagnie de Faust. Je ne comprenais pas pourquoi. C'était vraiment étrange, et inhabituel. Au fond de moi, j'avais envie de passer du temps avec lui, encore un peu. Mais je ne voulais pas imposer ma présence. Je ne voulais pas le lui demander, pour qu'il accepte par contrainte, pour me faire plaisir seulement. Je me posais probablement trop de question, et je devais être inquiète pour rien, mais c'était plus fort que moi.

« Je vais aller m'habiller la première, si ça ne te dérange pas trop ? Je lui souris, timidement. Je n'oublierai pas mon sac, cette fois-ci. »

En effet, j'ai attrapé mon sac, et je me suis faufilé jusque dans la salle de bain. J'ai enfilé un t-shirt blanc et une jupe bleue, puis j'ai attrapé ma brosse à cheveux qui était à l'intérieur de mon sac. Oh mince ! Mes cheveux ! Ils étaient dans tous les sens. Je n'avais pas fait attention à ce détail en me réveillant. Faust avait vu ma coiffure matinale complètement ridicule. J'espère qu'il n'a pas fait gaffe ! Enfin, de toute façon, il est trop tard maintenant. Je brosse ma tignasse rose, et je me fais une tresse sur le côté. Je prends également une fleur de cerisier que je pose sur le côté de ma tête. Cette fleur me suit partout maintenant, je l'ai adopté en tant qu'accessoire fétiche. Je me brosse les dents, et je reviens dans la chambre. D'habitude, je ne prends pas la peine de me coiffer aussi bien, mais je voulais compenser suite à la vision que Faust avait vu de mes cheveux au réveil.

« Dis-moi, je voulais savoir si tu prévoyais d'aller quelque part aujourd'hui. Je crois que je vais retourner à Minami à pied. Si tu as envie de m'accompagner, tu peux, ça me ferait plaisir. Il y a une jolie plage là-bas, avec plusieurs pokémons ! Je marque une pause, en réalisant ce que je suis en train de lui proposer. Mais tu sais, tu n'es pas obligé ! Ce n'est qu'une proposition... »

Alors il y a quelques minutes je ne voulais pas lui proposer de passer du temps avec moi, et me voilà qui le fait quand même. Je suis un véritable paradoxe. Mais je l'avoue, s'il accepte de venir avec moi, je serais heureuse. Je pourrais apprendre à la connaître encore plus, et lui faire visiter ma ville natale. De plus, cela lui permettrait de visiter la région de Mhyone un peu plus. Mais bon, je voulais qu'il en ait envie. Voilà pourquoi j'ai précisé qu'il n'était pas obligé, même s'il s'en doutait probablement. J'avais oublié de préciser que la ville visée était à quelques jours de marche, c'était peut-être trop demandé.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




T-CARDFICHE
EVANNA DISCUTE EN #C780A7
Re: Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri
Jeu 15 Sep 2016 - 22:42
Région d'origine : Sinnoh
Messages : 173

Matthew Levy

Matthew Levy
▲▼ Dans le ciel et sur la terreAu moment de m’endormir, je sens une chaleur m’envahir. Une étrange sensation, pourtant si agréable. Ma nuit s’est extrêmement bien déroulé, et j’ai dormis comme un loir. Au réveil, je fais face à une toute autre Luna. Enfin, toujours aussi que la veille pour je ne sais quelle raison, mais d’une coiffure bien moins arrangée. Je rigole intérieurement, et je lui souris quand elle me demande comment s’est passé ma nuit. Elle était toujours aussi mignonne. Je n’avais pas prêté attention à ses vêtements de nuit, et quand j’ai finis par remarqué ce qu’elle portait mon visage est devenu de la même couleur que ma nouvelle compagnie. J’ai dévié mon regard, ne voulant pas passer pour un homme mal intentionné.

Elle me dit alors qu’elle va s’habiller. Je n’ai même pas eu le temps de me rappeler la scène de la veille qu’elle s’est empressé de me faire remarquer qu’elle n’oublierait pas son sac cette fois-ci. J’ai souris. Pendant qu’elle se préparer, je réfléchissais à ce que j’allais bien pouvoir faire aujourd’hui. Cela ne faisait qu’un jour que j’étais arrivé, mais j’avais passé ma journée entière en compagnie de Luna. Je ne sais pas où je pourrais me rendre, ni ce que je pourrais faire. Je vis Luna sortir de la salle de bain se présentant face à moi. Elle était vraiment jolie. Elle avait enfilé des vêtements qui allaient parfaitement avec sa coiffure. D’ailleurs en parlant de sa coiffure, elle s’était faites une jolie tresse qui lui donnait vraiment un très beau charme. Mais je m’égare, je suis subjugué par sa beauté, à croire que je pourrais en tomber amoureux. Ahah.

« Dis-moi, je voulais savoir si tu prévoyais d'aller quelque part aujourd'hui. Je crois que je vais retourner à Minami à pied. Si tu as envie de m'accompagner, tu peux, ça me ferait plaisir. Il y a une jolie plage là-bas, avec plusieurs pokémons ! Mais tu sais, tu n'es pas obligé ! Ce n'est qu'une proposition... »

Je ne sais pas pourquoi, mais cela me semblait être une excellente idée. Je pourrais découvrir un peu plus la région, puis ça me ferait marcher un peu. Et à côté de ça, je passerais un peu plus de temps avec Luna ce qui me permettrait dans apprendre plus sur elle. Je trouve que c’est une bonne personne, intéressante, mignonne et agréable comme tout, je ne pouvais pas avoir meilleure compagnie.

« Si tu es prête à me supporter un peu plus longtemps, je suis d’accord ! Mais laisse-moi le temps d’aller me changer également, je ne voudrais pas paraître mal habillé à tes côtés ! »

Je sortis finalement du lit, me trouvant en boxer et t-shirt devant Luna. J’en avais oublié ma tenue légère de la nuit. Je commençai à rougir, mais je ne pris pas le temps de réfléchir à la situation. Attrapant mon sac au passage, je me précipite vers la salle de bain. Je me retrouve face au miroir qui semble faire grise mine en voyant mon minois. J’ai décidé de m’habiller convenablement aujourd’hui, enfilant comme à mon habitude un t-shirt et un pantalon aux couleurs blanc et noir. Sans oublié ma belle paire de lunette d’aviation que je garde autour de mon cou. Je prends un peigne et décide de me battre avec ma tignasse, ne se laissant pas brosser facilement. Quand je vois que mon acharnement est vain, je décide de passer à autre chose ; me frottant le visage avec de l’eau comme pour faire partir mes cernes et me brossant les dents essayant d’éliminer ma mauvaise haleine du matin. Je sors finalement de la salle de bain, me montrant sous de meilleurs jours qu’en y étant rentré.

« Je suis prêt à partir. Dis-moi juste par où on part et je te suis ! »

Luna prit elle aussi ses affaires, et après avoir récupéré les miennes nous décidons de descendre les marches de l’hôtel. Après avoir marché à travers les rues et ruelles de Nox Illum, nous sommes finalement arrivés sur un chemin à l’écart de la ville. Avant de commencer notre petit voyage, je demande à Luna un dernier service.

« Tu veux bien prendre la sacoche de mon appareil photo ? J’aimerais que tu le gardes le temps de notre voyage, comme je suis sûr que nous resterons ensemble ! »

Elle le prit alors de nouveau atour de son cou, puis me souris. Je finis par sourire également, avant de repartir dans la direction initiale.

© 2981 12289 0

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri - Page 2 1491976492-matthew-t-card
Re: Dans le ciel et sur la terre — ft. Faust Maeri

Contenu sponsorisé
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives RP :: 2016-
Sauter vers: