HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Ven 3 Juin 2016 - 20:17
Région d'origine : Kanto
Messages : 343

Troy O'Bowen

Troy O'Bowen
BRACONNIERS DU DIMANCHE


Troy fit l'inventaire de son paquetage improvisé : corde, toile, couteau suisse, appâts. Dans son cœur, il était prêt à capturer son premier pokémon.

John, tu m'accompagnes ? Si le Maître et son équipe transfusée aux super bonbons se sont laissés kidnappés, il nous faudra bien plus qu'une sentinelle éthérée ou qu'un briquet ambulant pour tirer notre épingle du jeu.

L'ainé plongea son bras nu dans les entrailles de son sac à dos. Il avait abandonné son costume d'homme d'affaire au profit d'un tee-shirt bleu nuit et d'un bas de survêtement grisâtre – soit la tenue d'un véritable dresseur.

Il brandit trois minuscules boules métalliques, blanches et rouges. Il les glissa dans une de ses poches, dissimula ses affaires de voyage sous l'armature du sommier, puis récupéra le matériel entassé sur son oreiller.

Il me faut un télépathe. Un collègue avait un Kadabra, je crois. En trente ans de carrière criminelle, Il n'a jamais perdu aux cartes. Et c'est dire, vu le nombre de raclures qui vendraient leur mère pour humer le parfum de l'or.

Toute expérience laisse des traces dans le psyché d'un homme. Frapper des gosses plus petits que soi, extorquer leurs possessions jusqu'à la moelle, et kidnapper des chimères par la force brute – voici la meilleure école de la vie.

Sa bestiole pouvait neutraliser les appareils électriques des alentours rien qu'en y pensant. Voire te briser le cou, comme elle avait l'habitude de tordre sa cuillère d'une facilité déconcertante... Merde. Il faut que tu m'accompagnes.

Le monde est régi par les pokémons. Tous les corps de métier ont été influencés par la présence parfois néfaste, parfois bénéfique, de ces créatures surnaturelles. Et pourtant, à califourchon entre l'animal et l'être intelligible, elles se laissent dompter par les humains dans leurs vies de tous les jours.

Des esclaves par nature, dont la puissance dépasse l'entendement.

Troy embarqua son paquet de cigarettes, une boîte d'allumettes, une petite veste de sport pour ne pas attraper froid, et s'en alla descendre les escaliers jusqu'à la sortie. Une veilleuse éclairait un post-it sur le comptoir.

« Si vous avez besoin de quoi que ce soit, réveillez-moi. – Sam »

Troy pensa à perturber le sommeil de son hôte pour s'amuser, mais il refroidit ses ardeurs sous la menace d'une petite voix appelée conscience.

Les frères O'Bowen progressèrent jusqu'à la forêt, à quelques mètres de la bâtisse. Les arbres avaient été abattus pour façonner une clairière artificielle, dans laquelle les pionniers eurent l'idée d'y construire leur demeure.

Troy s'arma d'une pokéball, appuya sur le bouton central. La boule métallique grossit à la taille de sa paume. Pris du souvenir d'un jeune dresseur ayant mal fini, il décida de lui rendre hommage et, pivotant sa casquette invisible, projeta la capsule de son unique créature contre l'écorce d'un arbre.

FANTOMINUS, GO !

Un boucan du diable éclata. Un oiseau apeuré quitta son nid et ses œufs, suivi d'une cohorte de paires d'ailes noires qui s'envola vers les cieux.

... Pardon. Je tente des choses. J'ai vu ça sur le net.

Une silhouette violacée émana du point d'impact. Elle répandit un halo bleu, fluo, spectral ; la fumée grappillait les centimètres à mesure que la nature autour d'elle se fanait. Aux pieds de l'apparition, l'herbe avait noirci.

La chasse est lancée, mon frère.

Code Couleur HTML:
 
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Ven 3 Juin 2016 - 22:25
Région d'origine : Kanto
Messages : 81

John O'Bowen

John O'Bowen
BRACONNIERS DU DIMANCHE

Il était tard, très tard, lorsque Troy décida de réveiller son frère cadet. Il voulait capturer un pokemon. John se leva lentement, observant l'attirail que son frère avait préparé, ça semblait correct.

"J'espère qu'on aura de la chance, il nous faut des pokemons puissants."

Son frère profita de la remarque pour énoncer une anecdote sur un potentiel Kadabra, un pokemon psy pouvant user de la télépathie. Sur le papier ça avait l'air très utile et John prit un instant pour réfléchir au genre de pokemon que lui souhaitait. Si possible un truc pas trop compliqué à gérer et qui puisse être utile dans leur enquête.

— Sa bestiole pouvait neutraliser les appareils électriques des alentours rien qu'en y pensant. Voire te briser le cou, comme elle avait l'habitude de tordre sa cuillère d'une facilité déconcertante... Merde. Il faut que tu m'accompagnes.

John déglutit. Oui, les pokemons étaient avant tout des monstres, pouvant briser les humains d'un simple geste, c'était tout, sauf rassurant. Le cadet enfila un survêtement et un T-shirt avant de mettre une veste verte foncée, il ne pouvait pas laisser son frère tenter une mission suicidaire seul.

Une fois arrivé dans la clairière non loin du chalet, John observa son frère réaliser un étrange manège en hurlant. L'homme se passa instinctivement la main sur le visage.

"Je pense que t'as fait fuir la moitié des pokemons du coin avec ton cirque..."

Directement après cette remarque, John se retourna, ses instincts d'homme inspecteur étaient en alerte.
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Ven 3 Juin 2016 - 22:30
Messages : 1846

Admin

Admin
UNE CAPTURE COMMENCE !


Vous rencontrez deux Nidoran F ! (no joke, j'ai fais deux fois le même chiffre)


Au détour d'un buisson John, tu aperçois deux silhouettes dans l'ombre. L'une d'elle a été réveillée par le cri de ton frère, et tu remarques sa corne brillante foncer droit sur vous. Que vas-tu faire ?
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Sam 4 Juin 2016 - 0:14
Région d'origine : Kanto
Messages : 343

Troy O'Bowen

Troy O'Bowen
BRACONNIERS DU DIMANCHE

Fantominus se rapprocha de la tête de son dresseur, le « visage » affublé d'un sourire narquois. Deux canines pointues dépassaient de ses lèvres pincées, un air enthousiaste dans le regard. Il zigzagua de haut en bas, de gauche à droite, telle une luciole en pleine parade nuptiale ; et, pour cause, le pokémon savourait tous les rares instants passés avec son maître. Son aura bleutée s'amenuisa jusqu'à s'étouffer ; la boule de gaz caressa la joue de Troy.

Je pense que t'as fait fuir la moitié des pokémons du coin avec ton cirque...

Le calme avant la tempête. Le tintamarre de Troy avait vidé la forêt de ses plus faibles habitants. Les autres menaces attendaient le moment opportun pour frapper, tapis dans l'ombre du bosquet. Parfait. Les frères O'Bowen avaient décidé de capturer des pokémons ; et pokémons ils captureraient.

Fantominus fronça les yeux. Il chargea un buisson, embrasé d'un halo bleu nuit, et stoppa la charge de deux Nidorans femelles en embuscade.

John, attention !

L'esprit avait devancé la vigilance du frère O'Bowen.

Il fixa la corne brillante, menaçante, de l'un des assaillants. Les énormes yeux du spectre virèrent de teinte, du blanc au noir ; le rongeur ralentit sa course, trottina, marcha, s'arrêta, tituba. Dans le reflet de ses yeux gorgés de peur luisait la fumée toxique, sauvage, affamée, du Fantominus.

Neutralise-la. Je la veux en vie.

La proie s'écroula, la bouche grande ouverte. Un filet de bave perla le long de sa bouche, de son menton. L'hypnose l'avait frappé de pleine face.

Je crois qu'il peut s'en occuper, dit-il à son frère. Reste en arrière.

Fantominus se retourna vers la Nidoran femelle assise sur le banc de touche. Elle courba l'échine, le menaça du regard, gratta le sol de ses petites griffes. L'apparition accepta le défi, sa langue pendu. Il dansa sur le cadavre endormi, son aura toxique atténuée pour l'inviter à frapper la première.

Troy eut le temps de dégainer son portable et de photographier la créature. Nidoran femelle. Une espèce peureuse dont la corne empoisonnée est fatale. Une perle rare qui ne se laisse admirer par aucune paire d'yeux humaine.

Elle ne peut pas te blesser. Elle est à toi, Fantominus. (Troy se retourna vers son frère.) Vu l'air nonchalant que tu tires, je suppose que tu te fiches du Nidoran ? Ah ! je te connais comme si je t'avais fait.

Fantominus vibra d'un ricanement aigu. Son ennemie chargea, lui passa au travers, s'encastra dans un arbre. Elle gémit, se tortilla pour se dégager, mais le spectre bondit sur l'opportunité. Il lui donna un coup de langue le long du corps, du flanc à la nuque. Elle s'immobilisa sous la panique, tétanisée.

À nous deux, créature sans défense.

Troy dégaina sa corde d'escalade, se rapprocha de l'endormie. Il la bâillonna d'une main experte tandis que son pokémon harcelait la jumelle, de fourré en fourré, d'arbre en arbre. Il couvrit la tête de son otage sans effleurer sa corne.

Fantominus, on rentre à la maison. Bien joué, champion.

La boule de gaz se propulsa vers l'épaule du dresseur. Le charme naturel de l'homme, cet attrait magnétique qu'ont les pokémons envers lui, lui épargne des heures de prises de tête avec ces enfants dangereusement mortels.

Alors, John ? Que dis-tu de ce duelliste de talents ? Un humain ne pourrait jamais rivaliser contre un pokémon fidèle aux ordres de son maître. Bien entraîné, Fantominus pourrait asservir n'importe qui. Pas vrai, champion ?

Tryo déposa le corps du Nidoran femelle sur son épaule libre. Le fantôme exécuta un ballet aérien parfaitement bien maîtrisé autour des deux frères O'Bowen. Son sourire lui arracha le visage d'un œil à l'autre.

Il n'y a plus qu'à attacher la bête à un arbre. J'ai lu dans un article de haut vol que les meilleurs dresseurs tissent des liens avec leurs créatures avant même de les enfermer dans une boule pendant des siècles et des siècles.

Code Couleur HTML:
 
Message pour la modération:
 
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Sam 4 Juin 2016 - 0:40
Région d'origine : Kanto
Messages : 81

John O'Bowen

John O'Bowen
BRACONNIERS DU DIMANCHE

John n'eut rien à faire de toute la scène. Il observa le pokemon de son frère humilier les deux pokemons sauvages avec une dextérité inattendue.
L'homme profita cependant du combat pour faire sortir son Salamèche en lui désignant le Fantominus. Tu vois, c'est comme ça que tu dois être, obéissant.
Le lézard noir observa le duel inégale entre la sphère de fumée et le Nidoran femelle, attentif, hochant parfois la tête lorsque le pokemon de Troy faisait une belle action.

"Sala !"

"C'est bien, t'as l'air motivé. On va te trouver un adversaire à toi aussi, t'en fais pas."

— Alors, John ? Que dis-tu de ce duelliste de talents ? Un humain ne pourrait jamais rivaliser contre un pokémon fidèle aux ordres de son maître. Bien entraîné, Fantominus pourrait asservir n'importe qui. Pas vrai, champion ?

"Eh bien je dois dire que je suis impressionné. Je ne te savais pas si bon pour te coordonner avec tes pokemons. Tu devrais tenter des concours, je vois bien ton Fantominus avec un nœud sur la tête."

John laissa échapper un léger rire moqueur avant de mettre une cigarette à sa bouche. La remarque pouvait sembler ridicule à son frère, mais elle n'était pas complètement fausse. Après tout, John avait appris en cherchant un peu sur internet que les coordinateurs étaient des dresseurs talentueux.

"Bon, à mon tour d'en avoir un ! GODZILLA GO !'

Imitant clairement son frère, John se tenait le doigt pointé vers un point aléatoire, attendant que le déesse chance lui envoi un adversaire.

HRP:
 
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Sam 4 Juin 2016 - 0:42
Messages : 1846

Admin

Admin
UN POKEMON APPARAIT !


John, tu rencontres Nanméouïe !


Que vas-tu faire ?
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Lun 6 Juin 2016 - 21:57
Région d'origine : Kanto
Messages : 343

Troy O'Bowen

Troy O'Bowen
BRACONNIERS DU DIMANCHE

Troy reçut les compliments de son frère d'un grand sourire. Nul besoin d'être mentaliste, medium, ou particulièrement empathique pour remarquer que seul l'avis de son John valait son pesant de grain de sable dans l'esprit de l'ainé O'Bowen. Et c'est dire. Troy s'interdit de rebondir sur l'idée loufoque de son frère de participer au concours de beauté car, s'il y trempait le moindre orteil, la niaiserie lui commanderait de mettre K.O. – voire plus si affinités – les toutous de ces pseudo dresseurs de la Rune du Feunard.

Tandis que John s'écarta du gîte « Au Champ Mignon » pour trouver chaussure à son pied, ou plutôt pokémon à sa pokéball, Troy, lui, se frottait les mains devant une tâche herculéenne à la hauteur de son audace : dresser une créature sauvage par la seule force de son verbe acéré.

Le Nidoran femelle se réveilla d'une torpeur forcée qui n'arrangea en rien son joli chignon. Les yeux dans le vague, les moustaches mal coiffées, la chimère comptait sur ses souvenirs pour rassembler le puzzle de la situation, en vain ; l'intérêt de Troy l’apeura, ébranla sa résistance et, dos au mur – ou plutôt dos à l'arbre –, le rongeur baissa les oreilles, la honte en étendard.

Bonsoir, toi. Je m'appelle Troy. Je suis ton nouveau dresseur.

Le pokémon couina à la mort. L'agent secret/policier/dresseur – rayez la mention en trop – ne sut dire où se trouva la plainte sur l'échelle de la panique, de l'appel à l'aide à l'effroi primordial. Il se renfrogna, promena son regard sur le Nidoran, l'herbe, ses chaussures, puis le pokémon sauvage que son frère avait déniché à quelques mètres de lui. Une photographie et une application célèbre de son portable lui donnèrent un nom : Nanméouïe.

Troy reprit confiance en son magnétisme animal et se rapprocha du Nidoran. La main tendue vers le museau du rongeur, de la bile acide lui remontant dans la gorge, il franchit le pas. Son cœur tambourina contre son torse, ses poils se hérissèrent, une sueur moite trempa son dos. Au-delà de l'aventure promise à tous les gamins dont les yeux pétillent d'héroïsme, la créature en face de lui pouvait le tuer en une attaque. Et pourtant, il lança les dés du destin.

La corne du Nidoran brilla. Troy retira sa main in extremis.

PUTAIN !

Un maillon se brisa dans l'esprit du frère O'Bowen. Celui qui liait la patience de l'espoir. Troy plongea une main dans sa poche, saisit une boule miniature, appuya sur le bouton central. La pokéball en main, il se sentit surpuissant.

Fantominus. Endors-la.

Le spectre se mit en travers de son maître et fixa le Nidoran de ses grands yeux. Lorsque son corps de gaz se mit à se balancer de gauche à droite, le rongeur le suivit du regard, les paupières lourdes, et s'endormit comme une pierre. Les cordes le retinrent de tomber au sol, alors crucifié à l'arbre.

Fantominus, je te présente ton nouvel ami. Nidoran.

Troy envoya sa pokéball en pleine tête de la créature.

Code Couleur HTML:
 

HRP – Tentative de capture du Nidoran. Y a-t-il un bonus grâce à l'hypnose ?
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Mar 7 Juin 2016 - 18:58
Région d'origine : Kanto
Messages : 81

John O'Bowen

John O'Bowen
BRACONNIERS DU DIMANCHE

Godzilla observa l'adversaire que son dresseur lui demandait de vaincre. Sans hésiter le valeureux Salamèche déclencha un torrent de feu sur son ennemi, le buisson !
John resta immobile, déprimé par sa capacité médiocre à se faire comprendre de ses pokemons.

"Hum... Godzilla, j'admire ton enthousiasme mais... Je me suis mal exprimé, tu dois juste attendre qu'un pokemon sauvage arrive."

Le lézard de feu se retourna vers son propriétaire et hocha la tête, observant le buisson qu'il avait enflammé. Ce dernier avait été entièrement consumé mais n'avait par chance pas déclenché d’incendie.

"Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan !"

Le crie déchira le silence de la nuit, John se tourna vers son origine et découvrit son adversaire du soir. Un... C'était quoi ce truc ? Ils n'en avaient pas des comme ça à Kanto.
L'apprenti dresseur fit une rapide recherche internet et fit la connaissance de l'espèce Nanméouïe. Un pokemon médecin un peu comme Leveinard en moins rond.

"Parfait, c'est un pokemon que tu pourras vaincre facilement Godzilla. Flammèche !"

John n'était pas un dresseur de profession, mais il avait eu l'occasion de croiser de nombreux pratiquants durant ses enquêtes. Il avait donc quelques bases en combat pokemons et il ne comptait pas se laisser battre par un pokemon rose avec un nom ridi...

Godzilla, obéissant aux ordres de son dresseur avait chargé tête baissé le pokemon normal pour le brûler de ses flammes. Malheureusement le pokemon feu avait fait un chemin la connaissance de la main de son adversaire qui lui avait envoyé plusieurs torgnoles au visage. Le Salamèche se trouvait donc maintenant le nez dans l'herbe, Nanméouïe allait leur poser plus de problèmes que prévu.

"Tss... ne te laisse pas déstabiliser Godzilla, debout et Draco-Rage !"

Motivé par les paroles de John, Salamèche se releva fièrement, poussant un crie de motivation. S'en suivit une puissante flamme couleur bleu foncée qui s'échappa de la gueule du pokémon feu pour venir frapper le Nanméouïe de plein fouet.

"Très bien, ne le laisse pas respirer ! Brouillard !"

Sans attendre de connaître l'état du pokemon sauvage, Godzilla cracha une épaisse fumée noirâtre sur ce dernier. Le Nanméouïe, déboussolé par la violente contre-attaque de son adversaire lança un crie mélodieux au travers de la fumée pour toucher le Salamèche.
Mais il était déjà trop tard, Godzilla avait profité du manque de vision du pokemon pour passer derrière lui, l'onde sonore ne toucha absolument rien et l'ennemi était maintenant à la portée du pokemon feu.

"Finis le ! GERMAN SUPLEX !"

Godzilla eut un moment d'hésitation. Il ne connaissait pas cette technique... Le Salamèche lança un regard interrogateur à son dresseur, suffisant pour que le Nanméouïe se retourne et lui envoie une grosse baffe au visage.

"Euh... Pardon, je voulais dire... Griffe !"

Godzilla secoua la tête, amoché par l'attaque de l'autre pokemon, il prit un peu d'élan et s'élança vers son adversaire avant de sauter dans les airs.

"Salaaaaaaaaaaaaa !"

Le Salamèche frappa avec toute sa force sur le crâne de son ennemi, l'envoyant brutalement au sol... Vaincu.
Observant le Nanméouïe KO à ses pieds, Gozilla leva une patte vers le ciel et poussa un crie de victoire. John s'empressa de venir tapoter la tête de son pokemon.

"Félicitations Godzilla, nous avons un bon avenir devant nous. Laissons ce pokemon là, il devrait s'en remettre et je ne pense pas que nous ayons besoin d'un pokemon comme lui."

John fit signe à son pokemon de le suivre avant de se diriger vers Troy. son frère faisait face à un arbre, impossible de voir si il avait réussi à avoir son Nidoran ou pas.

"Alors ? Tu t'en sors ?"

HRP:
 
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Mar 7 Juin 2016 - 19:09
Messages : 1846

Admin

Admin
LANCER DE POKEBALL !


Tu lances ta pokéball Troy, et... ... ...
...
...
...
Oh non ! Le Nidoran se libère !
Que vas-tu faire ?

Tu perds une pokéball.
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Mer 8 Juin 2016 - 0:31
Région d'origine : Kanto
Messages : 343

Troy O'Bowen

Troy O'Bowen
BRACONNIERS DU DIMANCHE

Ça ne marche jamais comme dans le plan. Du destin ou de la simple faculté de Troy d'imaginer de nouveaux moyens pour résoudre un problème, l'homme s'écarte toujours des sentiers prévus. Cette fois, le revers de la médaille se matérialisa en une maigre sanction : la libération du Nidoran femelle. Pas de quoi abattre un adulte ayant avalé des litres de soupe durant sa jeunesse.

Et d'une pokéball. Yippee-kai.

Les rugissements de Godzilla retentirent dans la forêt tandis qu'elle s'illuminait de feux d'incendie. L'ardeur du Salamèche attaquait une créature de deux fois sa taille, pour autant de kilos rajoutés. John, lui, s'investissait comme jamais.

Fantominus ? Traque ta nouvelle amie. Fais en sorte qu'elle ne s'échappe pas. Je t'autorise à l'affaiblir assez pour qu'elle ne puisse bouger la moindre griffe ; nous la chouchouterons plus tard. Elle n'est pas en état de réfléchir, là.

Le spectre fonça à travers un arbre. Sa fumée toxique, bleue, luminescente, disparut dans le manteau d'ombre de la forêt. Le vent, malgré tout, portait toujours son ricanement malsain jusqu'à Troy. Le dresseur s'aida de tous ces indices pour rejoindre sa proie, une seconde pokéball dans la main.

Il retrouva la créature dans un buisson. Son limier fantomatique virevoltait aux alentours, tourmentant son ennemi de ses mains spectrales qu'il façonnait à partir de son gaz asphyxiant. Troy appuya sur le bouton central de son piège 2.0 et, les yeux rivés sur sa cible, la frappa de plein fouet. Un rayon rouge et blanc, d'os et de sang, happa le Nidoran femelle au cœur de la boule.

Et de deux. Si ça ne marche pas, je l'assomme et l'embarque avec nous.

Son frère le rejoignit, son dragonnet aux basques.

Alors ? Tu t'en sors ?

Troy se retourna. Une grimace sculpta les traits de son visage en une expression d'horreur. Il déglutit, recula d'un pas, agrippa sa dernière pokéball comme un prêtre et sa bible de chevet ; comme un mendiant et son bout de pain rassis ; comme un gladiateur et son épée en bois. Il pensa que son joker pouvait le sauver. Il pensa qu'il pouvait lui faire gagner de précieuses secondes lors d'une fuite nécessaire. Il le pensa sincèrement.

John... Ne bouge surtout pas.

Une ombre, derrière lui, dans les fourrés. Une version adulte des deux chimères vaincues sur le champ d'honneur. Elle s'avança vers le cadet O'Bowen, un pas après l'autre. Ses piquants se dressèrent, congestionnés, galbés de sang. Son regard rouge, puissant, assuré, se planta dans l'esprit du dresseur. Elle ouvrit la bouche.

Maman Nidorina venait d'arriver pour sauver ses filles.

Jamais on a vu, jamais on ne verra...
La famille Nidoran courir après les rats...


Code Couleur HTML:
 

HRP – Deuxième tentative de capture du Nidoran. On croise les doigts.
« Nidorina émet des cris ultrasoniques capables de déstabiliser ses ennemis. »
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Sam 11 Juin 2016 - 0:32
Région d'origine : Kanto
Messages : 81

John O'Bowen

John O'Bowen
BRACONNIERS DU DIMANCHE

— John... Ne bouge surtout pas.

Le sang du dresseur amateur se glaça. En face de lui se trouvait une Nidorina, sans aucun doute la mère des deux Nidorans. John recula lentement d'un pas, fixant la créature qui semblait prête à charger.

Mais se fut finalement Godzilla qui réagit le premier. Le lézard de feu se précipita sur la Nidorina dans un grand Rugissement. Godzilla n'hésitait pas, il fit un petit bond dans les airs avant d'abattre sa Griffe sur le pokemon sauvage. Ce dernier ne devait pas s'attendre à une attaque frontale et mis un moment de trop à réagir, se faisant propulser au sol par l'attaque.

"Salaaaaa !"

Le petit pokemon feu était gonflé à bloc. bien sur ses appuis Godzilla ne quittait pas la Nidorina des yeux alors qu'elle se relevait, enragée par la situation. John profita de l'attention qu'avait obtenu son Salamèche pour faire signe à Troy de vérifier si il avait attrapé cette Nidoran et pour savoir si ils pouvaient tenter une retraite.

"Allez Godzilla, tu n'es pas obligé de la battre, on gagne du temps ! Brouillard !"

Comme durant son combat contre le pokemon médecin, Salamèche cracha une épaisse fumée noire, mais cette fois il faisait face à un adversaire bien plus rapide. D'un bond la Nidorina sauta au travers de la fumée, venant frapper le pokemon feu d'un Double-Pied en plein torse. Godzilla fit un vol plané en arrière avant de s'écraser au sol, il ne pourrait pas tirer avantage du Brouillard. La Nidorina n'avait pas l'air d'en avoir fini avec le Salamèche, poursuivant sur sa lancée elle chargea le pokemon de John pour lui asséner plusieurs coups de griffes. Mais le dresseur veillait à la sécurité de son pokemon.

"Godzilla, fais un bond à gauche !"

Sans se poser de questions le Salamèche fit un plongeon sur le côté, esquivant ainsi l'attaque du pokemon sauvage et se retrouvant avec son flanc en face de lui.

"Crocs Feu !"

Un torrent de flamme recouvrit la mâchoire du pokemon qui fonça en avant pour mordre la patte droite du Nidorina. Cette dernière poussa un crie de rage et de douleur avant de frénétiquement s'agiter pour se libérer de l'emprise du lézard.

"Tiens bon Godzilla ! Continus à gagner du temps !"

John jeta un œil à son frère, ce lui fit signe que tout était bon et qu'ils pouvaient partir. C'est à ce moment que le corps de Salamèche se mit à briller. Le pokemon feu lâcha prise avec ses crocs et alors que ses pattes semblaient s'allonger à vue d’œil il saisit la Nidorina pour la soulever au dessus de sa tête. Le pokemon sauvage se débatait mais le corps de Godzilla continuait de briller tout en grandissant. Finalement le pokemon feu poussa un grand crie avant d'envoyer brutalement son adversaire au sol.

"Reptinceeeeeel !"

La Nidorina frappa lourdement le sol, roulant une fois sur le côté avant de se relever avec difficulté. Elle jaugea un instant son opposant. Godzilla était devenu plus grand et donc beaucoup plus intimidant. Le pokemon sauvage recula sans quitter des yeux le Reptincel. Lorsqu'elle fut à une bonne distance du pokemon feu la Nidorina tourna les talons et prit la fuite avec son ou ses petites, avec la noirceur de la nuit John ne pouvait pas savoir si la capture de Troy avait été un succès.
Le dresseur en herbes resta un instant bouche bée devant l'action que venait de faire son Salamèche. Il observa de haut en bas son lézard. Il avait quasiment doublé de taille, ses griffes s'étaient allongées à vue d’œil et il avait même eut droit à une crête pour le style.

"Eh bien.. Je ne m'attendais pas à ça. Tu as pris du charisme Godzilla."

Le pokemon feu se fixa dans une pose pour frimer et il cracha une petite flamme de sa gueule pour ajouter un effet de pyrotechnie à sa performance. John se permit un rire et fit signe à son pokemon de le suivre alors qu'il retournait auprès de son frère.

"Alors, c'est dans la poche ? Ou on doit poursuivre maman Nidorina. J'espère que t'as pas raté l'évolution de Godzilla ! Par contre je doute qu'il soit encore en état de trop combattre."
HRP:
 
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Sam 11 Juin 2016 - 0:39
Messages : 1846

Admin

Admin
LANCER DE POKEBALL !


Tu lances ta pokéball Troy, et... ... ...
...
...
...
TA-DA ! Le pokémon est capturé
Tu dépenses 25 xp
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Sam 11 Juin 2016 - 21:02
Région d'origine : Kanto
Messages : 343

Troy O'Bowen

Troy O'Bowen
BRACONNIERS DU DIMANCHE

Salamèche se dressa devant son maître pour le protéger de la menace inopportune, aux allures de publicité pour l'Antidote. Le moindre contact avec les piques de son adversaire aurait suffi pour que le boutefeu accro à l'adrénaline vomisse ses croquettes du soir.

Il lacéra le visage de la bête de ses griffes aiguisées, envahit les environs d'un épais nuage noir dans lequel il se cacha, mais Nidorina chargea au travers et le propulsa contre le sol, la corne en avant.

Godzilla, fais un bond à gauche !

L'ordre de John éveilla quelque chose en son dragonnet de compagnie. Il plongea sur le côté, esquive une énième charge, se retourna vers le flanc, mordit la patte de sa proie. Des flammes recouvrèrent les crocs de Salamèche. La chair fusionna avec l'assemblage de sang et de poils.

Puis dans les yeux de John se refléta une lumière surnaturelle. Son pokémon changea de forme, le corps blanc, sans relief, comme s'il venait d'être découpé hors d'un plan de cartoon. Une excroissance grandit sur son crâne. Son museau prit la forme d'un bec, dissimulant deux rangées de dents acérées dignes d'un carnivore. Ses griffes doublèrent de taille, à l'instar de ses bras qui, maintenant trop longs, durent s'étoffer d'une paire de coudes.

Et surtout, la flamme au bout de sa queue avait dorénavant une jumelle : celle qui miroitait dans le regard perçant de la créature.

Troy se retourna. Sa pokéball errait au beau milieu de la forêt et du silence de la nuit, sur une touffe d'herbe aplatie par le poids du Nidoran.

La boule restait inerte. Aucun spasme. Fermée. En bon état.

Je l'ai enfin eue, cette salope !

Le pseudo-dresseur se pencha, récupéra la pokéball encore chaude, l'admira au creux de sa main. Fantominus virevolta autour d'elle, un sourire déchirant son corps d'un œil à l'autre, ses canines prononcées à l'extrême.

Ce n'est vraiment pas fait pour moi...

Il miniaturisa sa possession et la rangea dans sa poche, un sourire aux lèvres.

Alors, c'est dans la poche ? Ou on doit poursuivre maman Nidorina. J'espère que t'as pas raté l'évolution de Godzilla ! Par contre je doute qu'il soit encore en état de trop combattre.
Je l'ai vu se changer en monstre, oui. Un beau spécimen. On aura besoin de lui, ne serait-ce que pour allumer nos... Oh, tu aurais dû l'appeler Zippo.

Au moment où l'idée le frappa, le frisson du combat – dont il n'a fait qu'observer les aboutissants – lui avait donné l'envie de rapprocher l'heure de sa mort. Troy dégaina une cigarette et l'approcha de la queue du Reptincel.

Tu veux vraiment chasser la pauvre, pauvre môman qui vient de perdre sa pauvre, pauvre gentille fille ? La pauvre. La loi de Murphy n'a pas besoin de s'appliquer systématiquement aux cas de diarrhée aigüe.

Il commença à se diriger vers le gîte « Au Champ Mignon ». Son petit fantôme de compagnie se logea sur son épaule, pas jaloux pour un sou de la taille de son camarade – une histoire de compensation de quelque chose, paraît-il.

Je rentre, moi. Je vais méditer sur ma couverture de dresseur. Avec des résultats aussi pitoyables, elle ne va pas faire long feu... Putain.

Code Couleur HTML:
 
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06
Dim 12 Juin 2016 - 17:12
Région d'origine : Kanto
Messages : 81

John O'Bowen

John O'Bowen
BRACONNIERS DU DIMANCHE

La réponse de Troy fit sourire John, son frère avait obtenu le fruit de son désir. Mais quelque-chose semblait perturber l'aîné O'Bowen, après avoir allumé sa cigarette avec la queue de Godzilla, Troy fit demi-tour.

— Je rentre, moi. Je vais méditer sur ma couverture de dresseur. Avec des résultats aussi pitoyables, elle ne va pas faire long feu... Putain.

Le cadet posa une main amicale sur l'épaule de son frère, récupérant au passage une cigarette de son propre paquet.

"Je savais pas que tu y accordait autant d'importance. Je te propose un truc." John alluma sa cigarette alors que Reptincel lui tendait la flamme crépitante. "Tu sais qu'il y a une grotte sur la route de Méridian. Je te propose qu'une fois là-bas on prenne un peu de temps pour s’entraîner au combat pokemon. Tas peut-être pas fait tes devoirs mais avant de partir j'ai regardé pas mal d'enregistrements de duels pokemon. Alors une fois dans cette foutue grotte, on cherche des pokemons sauvages et on revoit les bases. Ça te va ?"

John donna une petite tape sur l'épaule de son frère et lui sourit. Un sourire sincère remplit de bonne volonté.

"T'as avec toi deux pokemons de Kanto, tu devrais te sentir rassuré, ils ont une bonne tête et on sait ce qu'ils peuvent faire. En plus ton Fantominus a l'air très motivé."

Le cadet adressa un geste de la main au pokemon spectre alors qu'il tirait une bouffée de son cancer.

"Allez inspecteur Troy, on se reprend. t'as connu pire comme travail sous couverture."

John n'ajouta rien ensuite, accompagnant son frère au gîte pour y passer une bonne nuit de sommeil, leur périple ne faisait que commencer.

HRP:
 
Re: Braconniers du dimanche (PV. John O'Bowen) 04/06

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives RP :: 2016-
Sauter vers: