HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Five hours at Karley's | ft. Rachel
Five hours at Karley's | ft. Rachel
Dim 18 Sep 2016 - 22:29
Région d'origine : Unova
Messages : 197

Estelle Highwind

Estelle Highwind

Jusqu'à maintenant, mon voyage avec Ren se passe pour le mieux. Enfin, nous avons rencontré un ou deux obstacles en cours de route et nous avons eu nos moments plus compliqués, mais au bout du compte, je ne regrette rien. J'ai envie que les choses continuent comme ça, que nous ayons la chance de vivre d'autres belles aventures inoubliables, mais pour ça je dois faire des efforts. Comme je ne suis pas d'une grande aide pour mon aimé qui est plongé dans ses études, je décide de m'occuper autrement et, en un éclair de maturité qui ne me ressemble pas, ai l'intention de prendre la journée pour travailler. Notre expédition ne se paiera pas toute seul, après tout, et j'ai déjà fait savoir mon opinion sur la question : je veux participer activement au financement. C'est donc pour ça que je me retrouve, après une petite heure passée à chercher de toutes les manières possibles et imaginables, devant un petit restaurant familial qui, sans avoir l'air en danger, n'est pas l'établissement le plus populaire du quartier. "Karley's Pizza". Mouais, pas le nom que j'aurais pris, mais je suis ici pour travailler alors qu'importe. Je n'ai jamais travaillé dans un restaurant auparavant, mais il y a bien un début à tout et puis la petite annonce m'a mise en confiance.

Citation :
Personnel recherché pour travail en salle. L'expérience auprès des enfants est un atout.

Ça ne peut pas être si difficile que ça, n'est-ce pas? Après avoir pris une grande inspiration, je me mets en mouvement et ouvre la porte. Une petite clochette annonce mon entrée dans ce décor qui se veut un rappel des années cinquante avec ses grosses banquettes rouges et ses enseignes au néon cohabitant avec de vieilles annonces de Coca Cola. Mmh, au moins les serveuses ont un bel uniforme, même si la jupe est un peu courte... Allons, Estelle! Regarde ailleurs! Qu'est-ce que Ren en penserait s'il savait que j'ai osé regarder des demoiselles en jupe courte? Mmh, maintenant que j'y pense, qu'est-ce qu'il en dirait, sérieusement? Argh! Je ne suis pas ici pour penser à mon aimé, mais bien pour travailler! Retrouvant ma concentration je repère, dans une partie éloignée de l'établissement, une grande salle de jeu à l'écart où des enfants peuvent colorier, jouer, escalader un petit pan de mur et j'en passe. Ils ont même une petite scène pour des spectacles, du moins j'imagine que c'est à ça qu'elle sert vu le micro et les rideaux. L'endroit ne souffrirait pas d'un petit relooking, mais sinon ça a l'air plutôt honnête. Achevant mon inspection rapide, je gagne le comptoir et demande à parler au gérant, un homme aux tempes grisonnantes qui porte fièrement une cravate à la couleur de l'établissement, du mauve. Il a le regard vif, mais pressé et inconsistant des gens qui ont trop de choses à faire. Pas besoin d'une longue discussion pour savoir que je risque d'être laissée à moi-même une bonne partie de la journée. Je vais devoir apprendre sur le tas comme on dit.

- Bonjour, je m'appelle Estelle Highwind et je suis ici pour l'annonce. Vous cherchiez du personnel pour la journée?

- Ah! Parfait, oui! Je prendrai vos informations plus tard, on a un groupe d'une vingtaine de gamins qui arrive dans moins d'une heure alors allez vous préparer. On vous a sorti le costume de Goupixy, le renard pirate, dans la salle des employés. Il faut un peu chaud dedans, mais on les lave une fois par mois alors il ne faut pas trop vous en faire. Aller, hop hop! Votre collègue du jour ne devrait pas tarder!

Wait... WHAT?! Et il me plante là comme une vulgaire chaussette. Bien. Parfait. Magnifique. Je ne suis pas surprise du tout, ou fâchée, ou rien du tout. Moi qui espérait pouvoir être toute jolie en uniforme wannabe années cinquante, j'ai raté mon coup. Ça aurait pu être pire, j'aurais pu être une mascotte d'un pokémon moins mignon comme Queulorior ou un truc comme ça. C'est bien un Goupix, c'est charmant un Goupix. Je commence à me mordiller l'ongle du pouce en me dirigeant vers la fameuse salle des employés. Un peu de courage voyons, ça ne peut pas être si difficile la vie de mascotte et ce n'est que pour un après-midi, seulement cinq heures. Espérons juste qu'elle ne sente pas le vieux Grahyéna mouillé...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_445Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_095Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_129Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_058
Re: Five hours at Karley's | ft. Rachel
Lun 19 Sep 2016 - 21:58

Anonymous

Invité
Trouver de l'argent était loin d'être facile. Rachel avait beau éplucher le Pokéweb, les annonces et requêtes semblaient disparaître comme des Sorbouboul sous le soleil estival. C'était à croire que les habitants et touristes de l'archipel se jetaient dessus, ne laissant que quelques miettes derrière eux. Rachel finit par dénicher une de ces miettes, envoyant un mail à l'auteur de l'annonce avant de s'empresser de rejoindre Méridian au plus vite. Cet argent elle se faisait fort de le mettre de côté pour aider à l'élaboration de la pension Pokémon qu'elle et Takeshi étaient en train d'ériger. Heureusement Méridian n'était guère éloigné de Nox Illum, et la jeune femme put mener le trajet à temps pour arriver à la date fatidique.

Le carillon tinta lorsque Rachel poussa la porte, entrant de plain-pied au sein d'un fast-food suintant la graisse et la grillade. Zut, elle qui n'appréciait pas la viande, elle allait devoir faire des pieds et des mains pour vendre les mérites du dernier hamburger. Se forçant à sourire pour masquer sa gêne, la jeune femme tendit la main au gérant, se présentant rapidement. Un éclat s'illumina dans le regard de l'homme.

« Ah vous voilà. Votre collègue est déjà aux vestiaires. » Du pouce, il désigna un couloir. « Vous allez devoir vous équiper d'une vingtaine de gosses qui devraient arriver d'une minute à l'autre. Les filles vous expliqueront la marche à suivre. Mais, en gros, vous enfilez le costume de Teddy, le Teddiursa, et vous accueillez les gamins. Faudra faire un peu de spectacle. »
« Oh c'est dans mes cordes. Je suis coordinatrice ! »
« Fantastique. » Vu son ton, Rachel comprit rapidement que le gérant se moquait totalement de ses compétences. « Costume et retour en salle, direct. »

Ne cherchant pas à profiter davantage de la patience du gérant, qui semblait déjà au bord du rouleau, la Kalosienne suivit le couloir qu'on lui avait indiqué quelques instants plus tôt. Poussant la porte elle déboucha sur des vestiaires nantis de grands casiers métalliques. Avisant le premier ouvert, Rachel y déposa ses affaires avant de remarquer qu'il y avait du mouvement dans cette pièce. Une jeune femme lui tournait le dos et semblait en difficultés avec un costume. Rachel avait pu discerner un faciès de Goupix, nanti d'un cache-oeil.

« Excusez-moi, vous êtes ma... Oh Estelle ! Comme on se retrouve ! »

En se rapprochant, Rachel avait pu reconnaître le visage de la jeune femme. Leur première rencontre remontait à, minima, un mois. Tactile, comme à son habitude, Rachel serra l'Unovienne dans ses bras.

« Comment te portes-tu depuis la dernière fois ? Tu as été aussi engagée pour la mission du jour ? Ah, c'est vrai. Je dois mettre un costume moi aussi... »

Tournant la tête Rachel finit par remarquer la tenue de mascotte. Celle d'un ours aux oreilles élimées par le temps, dont la tête ronde était coiffée d'un chapeau haut de forme. Rachel prit le costume entre ses mains, plissa le nez en sentant l'odeur de renfermé.

« Je crois qu'on va avoir besoin de beaucoup de courage pour tenir... »
Re: Five hours at Karley's | ft. Rachel
Sam 24 Sep 2016 - 18:41
Région d'origine : Unova
Messages : 197

Estelle Highwind

Estelle Highwind

L'odeur qui se dégage de ce costume est... tout bonnement horrible. C'est à partir de ça que sont créés les pires cauchemars, j'en suis à peu près persuadée. Le maître des lieux a beau m'avoir dit qu'ils se font laver régulièrement, je me garde le droit d'en douter. Et puis là je ne parle que de l'odeur, je n'ose pas imaginer toute la sueur qui s'est retrouvée là-dedans, de quoi me faire frissonner d'horreur. Est-ce qu'ils vont s'en rendre compte si je prends la fuite par la porte arrière et que je ne reviens jamais? En plus je n'ai même pas deux pattes, l'une d'elle a été remplacée par un gros crochet argenté à la pointe... pointue. Sympa ça pour les enfants! Je vais devoir faire super attention pour ne pas en blesser un. Erh. Tout ça parce que je veux participer au finacement de notre voyage. Pourquoi je ne me contente pas de faire comme tout le monde et de demander de l'argent à mon père aussi?! Allons Estelle, ce n'est pas le temps de revenir sur ta décision. Un peu de courage, de déterminatioooon! Je referme un poing et regarde le plafond, entourée de petites étoiles. Je peux le faire, je dois le faire! Heureusement, c'est à cet instant que l'on vient me tirer de mes pensées. Serait-ce mon ou ma collègue mystère de la journée? Gagné! Et puis ce n'est pas comme si c'était une inconnue.

- Racheeeel! Je suis tellement contente de te voir!

Et de ne pas devoir souffrir toute seule! Ahem. Toujours est-il qu'il n'en faut pas plus pour que nous nous jetions dans les bras l'une de l'autre en bonnes amies. Aussi tactiles l'une que l'autre, c'était un peu impossible que les choses se passent autrement. Au moins, soudainement, la journée vient de prendre une tournure beaucoup plus optimiste.

- Je vais bien, j'aurais tellement de choses à te raconter! Mais oui, j'ai été engagnée aussi. Et je te souhaite que ta mascotte sente meilleur que la mienne. Je me demande bien ce qu'ils ont fait dans ces trucs...

Voyant son propre accoutrement, Rachel évoque l'évidence. Nous allons avoir besoin de vraiment, vraiment beaucoup de courage pour tenir toute la journée. Enfin, ce n'est techniquement que cinq heures d'ouvrages d'à filée, mais je sens que ça va nous paraître beaucoup plus long. Ce n'est toutefois pas une raison pour nous décourager, je suppose en tout cas, et je tente de faire bonne figure. Il faut toujours voir le bon côté des choses : nous allons vraiment être heureuses et soulagées de sortir d'ici ce soir.

- On va y arriver! En tout cas je pense... Tu veux bien m'aider avec ma fermeture éclair?

Difficile, après tout, de monter ça avec une grosse patte sans doigts et un crochet. D'autant plus que ça demanderait une contorsion que la grosse fourrure de Goupixy ne me permet pas. Je décide également de profiter de nos derniers instants à l'abri des gamins pour discuter d'un plan d'action. Après tout, notre employeur s'est montré particulièrement flou dans la description de nos tâches et je me doute que Rachel est plus à même que moi de planifier quelque chose qui saura occuper ces petits monstres. Coordinateur oblige en même temps. Le défi sera d'autant plus grand que nous n'aurons probablement pas le droit de parler une fois dans notre rôle, pour ne pas casser l'illusion. Je n'ai même pas encore la tête sur mes épaules que j'ai l'impression que j'étouffe déjà. Pas le meilleur moment pour se découvrir de la claustrophobie.

- Le patron t'a dit ce qu'on devait faire pour les occuper? On ne peut quand même pas entrer là-dedans et juste improviser.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_445Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_095Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_129Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_058
Re: Five hours at Karley's | ft. Rachel
Dim 25 Sep 2016 - 12:13

Anonymous

Invité
Unies au sein de l'adversité, les deux jeunes femmes ne pouvaient que vaincre cette mission qui s'annonçait aussi complexe qu'un duel face à un Champion. Rachel alla prêter assistance à Estelle, remontant la fermeture éclair lentement, craignant que le système ne se grippe. La Kalosienne n'avait guère confiance en ces costumes qui, à ses yeux, invitaient plus au cauchemar qu'au rêve. Les enfants allaient ils vraiment aimer assister à un spectacle mettant en scène un Goupix pirate et un Teddiursa au poil râpé ? La jeune femme secoua négativement la tête lorsque Estelle lui demanda si le gérant avait été plus loquace avec elle.

« Je sais juste qu'on doit retourner en salle dès le costume enfilé. Je suppose qu'on doit chacune jouer un rôle. Genre peut-être prendre les enfants sur nos genoux pour que les familles nous prennent en photo. Comme à Noël avec les Cadoizo dans les supermarchés. Ou faire un spectacle vu qu'il y a une scène... »

La porte du vestiaire s'ouvrit, claquant contre le mur en un bruit sourd qui fit sursauter Rachel. Une des serveuses venait de surgir, toute engoncée dans son costume des années 50. Elle avait le regard d'une bête traquée, et sa voix avait les accents de la panique.

« Mais qu'est-ce que vous faite ? » Elle parlait sur un ton bas et un débit rapide, comme si elle craignait qu'on ne la surprenne ici. « Les enfants sont arrivés. »

Voyant que Rachel n'avait pas encore mis son costume, la femme eut un claquement de langue désapprobateur. La Kalosienne courba l'échine sous ce regard qui la piquait tel un aiguillon, enfilant au mieux le costume, retenant son souffle pour ne pas en sentir les relents nauséabonds. La serveuse, la trouvant sûrement trop lente, l'aida, refermant la fermeture éclair. Rachel la retint alors qu'elle tentait de la coiffer de la tête de Teddiursa.

« On... doit faire quoi avec les enfants ? »
« Les mascottes. Y a un petit micro dans les têtes pour déformer vos voix, que ça colle aux personnages. Vous leur faites des risettes, vous les amusez... Oh et le Teddiursa joue de la guitare. Vous la trouverez sur scène. »

Et plop, la tête de Rachel se retrouva dans le masque. Heureusement que l'obscurité ne la terrifiait pas. Par contre la Kalosienne pouvait sentir la moiteur de son propre souffle. C'était une sensation particulière. Plissant les yeux pour mieux voir où elle avançait, elle tendit une patte de fourrure vers Estelle afin de l'aider à se guider. La serveuse leur ouvrait le pas, ses talons claquant contre le sol en un rythme précipité.

Les vivats poussés par les enfants les enveloppèrent dans une bulle de sons stridents, de bruits retentissants. Les enfants attablés avaient sautés à bas de leurs chaises, se précipitant vers les mascottes avec des sourires rayonnants. Rachel écarta ses bras/pattes comme pour embrasser toute cette foule. Le micro crachota sa voix, lui donnant un accent de personnage de dessin animé.

« Bonjour les enfants ! Alooors que voulez-vous voir aujourd'hui ? »
« Un spectacle, un spectacle ! » tonnèrent les enfants, secouant leurs poings serrés de bas en haut. Et les voix multiples scandèrent les désirs de chacun, formant un méli-mélo. « Du jonglage, de la musique, des clowns, des sculptures de ballons ! »

Rachel se pencha vers Estelle, tentant de proposer une idée.

« Tu crois qu'on peut tenter le spectacle de la tarte à la crème ?

Mais qu'est-ce qui pouvait remplacer la traditionnelle tarte à la crème dans un fast-food des sixties ? Le guacamole qui accompagnait les nachos ?
Re: Five hours at Karley's | ft. Rachel
Sam 1 Oct 2016 - 16:06
Région d'origine : Unova
Messages : 197

Estelle Highwind

Estelle Highwind
Bon, au moins Rachel a l’air plus confiante que moi et, quand je dis ça, ce n’est pas qu’un peu. Je peux toujours me contenter de la suivre et d’improviser au fur et à mesure, mais ce n’est quand même pas l’idéal dans ce genre de contexte. Erh, je ne suis tellement pas faite pour la coordination et le spectacle que même dans une mascotte qui pue le renfermé je n’arrive à rien. Bref, toujours est-il que nous finissions par devoir quitter la petite salle des employés et que je commence immédiatement à regretter -pas comme si je ne regrettais pas déjà avant en même temps-. Le plus difficile, sous cette grosse tête de renard pirate, c’est d’entendre ce qui se passe de l’autre côté. Tous les sons sont distants, étouffés. Erh. Si je pouvais monter le volume de la vie en général ça pourrait aider, d’autant plus que je commence déjà à avoir chaud et que de me retrouver coincée comme ça dans cet habit me fait me trouver un petit côté claustrophobe. Malheureusement, ce n’est pas le bon moment : les enfants nous ont vu arriver. Ah, c’est pour ça que les sons sont si étouffés, compris. Ils crient foooort ! Et il n’y a pas que ça. Si la moitié de notre clientèle veut son câlin de Teddy, l’autre moitié est déjà prête à brandir de petites épées en carton et à venir me défier en duel. Sauf que je n’en ai pas, moi, d’épée. Suis-je sensée utiliser mon crochet ? Mais je pourrais faire mal à un gamin ! En tout cas eux ils ne se privent pas de me frapper de partout… Je dois faire quelque chose, même si ce n’est rien de plus que de tenir mon rôle et de finir martyrisée en pinata poilue.

- Arggh ! En garde, matelos !! YAAAR !

Plus qu’à brandir mon crochet argenté en faisant bien attention à ne pas blesser quelqu’un et tout devrait bien se passer. J’arrive même à faire une ou deux passes d’armes avant de finalement retourner aux côtés de Rachel-Teddy. Les enfants demandent à voir un spectacle et on sait que l’ourson peut jouer d’un instrument, mais le renard c’est un peu moins sûr. Et puis même si je pouvais m’improviser batteur ou quelque chose comme ça, il manquerait un ou deux instruments pour pouvoir en faire une vraie bonne petite chanson. Heureusement, Rachel est toujours dans son élément, curieusement, et propose une idée qui me laisse perplexe. Ce n’est pas que je doute en soi, je lui fais confiance. Le seul problème, c’est que moi je ne le connais pas ce fameux spectacle de la tarte à la crème. Tout ce que j’arrive à me dire c’est : de la crème sur toute cette fourrure ça va être atroce et : mais on la prend où la tarte ? Toujours est-il que Rachel attend une réponse et que je dois la lui donner. Dans le doute, autant m’en remettre complètement à elle et la suivre, c’est encore ce que je peux faire de mieux.

- À vos ordres, capitaine ! Arrgh !

Je m’éloigne donc pour aller faire signe à une serveuse. Et…. Échec. Elle a simplement relevé le nez et haussé le pas pour s’éloigner aussi vite que possible du gros renard puant. Ce n’est pas moi qui va la blâmer, mais à force ce serait sympa d’avoir un peu d’aide ici !! On se demande pourquoi ils recherchent des employés à la journée, personne n’aurait envie de rester ici et de faire la mascotte toute la semaine dans un environnement comme celui-ci. Les joues un peu gonflées derrière la bouche grillagée de Goupixy, je retourne me planter auprès de l’ours au chapeau haut de forme.

- Y’arr un problème. On peut peut-être le faire avec une pizza-argh ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_445Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_095Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_129Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_058
Re: Five hours at Karley's | ft. Rachel
Sam 1 Oct 2016 - 21:46

Anonymous

Invité
Une pizza ? Ce ne serait pas considéré comme du gâchis de nourriture ou, pis, dégradation des biens de l'entreprise ? Rachel ne voulait pas risquer une suspension sur son salaire qui n'allait déjà, de base, pas être mirobolant. Mais, d'un côté, avaient-elles vraiment le choix ? Avisant une serveuse qui passait avec un plateau, Teddy attrapa la pizza brûlante – merci au costume de l'empêcher de sentir la brûlure. D'un geste qui se voulut précis, Rachel tenta de la lancer sur Estelle/Goupix. Mais ça revenait à jongler avec des moufles pour ski. La pizza vola, mollement, s'écrasa dans un bruit spongieux sur le costume d'une autre serveuse. Les olives roulèrent sous ses chaussures l'envoyant tomber au sol dans une envolée de chaussures.

Alors que la serveuse criait, les enfants applaudirent, riant de ce gag éculé. Teddy se dandina sur ses pattes, mal à l'aise.

« Oh la la. Teddy a fait bêtise. »

Et les rires des gamins de redoubler. La serveuse tenta de se relever mais patina dans la sauce tomate et les olives qui jonchaient le carrelage. Rachel tendit une patte secourable que la femme refusa, se raccrochant aux jambes du Goupix.

« Je suis toute sale... » grimaça-t-elle.
« Oh il faut tout laver alors ! Matelot ! » annonça Rachel en se tournant vers Estelle. « De l'eau pour la dame ! »

Rachel avait bien une petite idée mais craignait d'envenimer les choses. Renverser un pichet d'eau sur quelqu'un relevait plus de la blague potache que du vrai spectacle. Sentant la serveuse bouillonner et prête à exploser, Rachel la saisit entre ses pattes pelucheuses.

« Ma donzelle, ne craignez rien. Teddy va vous sauver de l'infâme Goupix. »

Bon elle se laissait peut-être un peu trop emporter par son rôle.
Re: Five hours at Karley's | ft. Rachel
Dim 2 Oct 2016 - 0:49
Région d'origine : Unova
Messages : 197

Estelle Highwind

Estelle Highwind
Ne pas éclater de rire. Ne pas… éclater… de rire. Beaucoup plus facile à dire qu’à faire. J’ai déjà une patte devant la bouche et le crochet plaqué contre mon ventre. Je sais, ce n’est pas mature du tout, preuve étant que les gamins, eux, s’en donnent à cœur joie, mais c’est plus fort que moi. Ce lancé raté, la pizza qui frappe la serveuse, les souliers et les olives… du grand art ! Rachel n’aurait pas pu faire mieux si elle avait essayé. Lancer une pizza tout juste sortie du four sur une serveuse. J’aurais voulu filmer ça ! Enfin, je dois me reprendre. Il faudra bien réparer les pots cassés et le faire vite. Au moins elle n’a pas l’air blessée, mais ça ne veut pas dire qu’elle ne nous en veut pas et que son orgueil, lui, n’est pas en train de pleurer intérieurement. Pour le meilleur ou pour le pire, Rachel n’a toujours pas perdu contact avec les priorités. The show must go on. Si on coupe tout maintenant et que tout se termine sur la pauvre serveuse pleine de pizza, nous n’aurons absolument aucun moyen de rattraper la situation pour la faire bien paraître. Enfin, c’est un peu tard pour ça en même temps. Le mot d’ordre fut donc donné, de l’eau pour la dame ! Ah, euh, d’accord !

- Aye Aye !

Je me libère les jambes des mains de la pauvre serveuse, me sentant presque mal de l’abandonner dans sa petite marre de sauce à pizza. Je m’approche de la table à la recherche de quelque chose qui fera l’affaire, soit un pichet de limonade. Bon, on fait avec ce que l’on a hein. Le plus compliqué est encore de trouver comment le soulever ce pichet. Heureusement que j’ai au moins une patte. Je fais demi-tour et reviens vers le duo avec mon nouveau trésor, voyant la peur s’inscrire dans les iris de la pauvre employée régulière qui, elle, a eu la chance de porter le bel uniforme des années cinquante que moi je voulais porter. Vengeance ? Meuh nan ! J’ai déjà prévu, en tant que méchant Goupixy, de prendre un coup pour l’équipe.

- Yaaargh ! Voici l’eau !

Et, juste avant d’arriver, je fais exprès de marcher dans les olives à mon tour et de glisser volontairement. Je m’écrase sur le fessier, ma chute amortie par les grosses jambes couvertes de fourrure de ma fameuse mascotte. Du même coup, tout le contenu du pichet s’échappe pour mieux me mouiller et faire éclater de rire les gamins de plus belle. Voilà qui est mieux, maintenant c’est sur moi que l’attention est tournée. Le seul petit hic, c’est que mon micro a commencé à grésiller et à faire des étincelles. Uh oh. C’est normal cette odeur de brûlé là ? Ne me dites pas… Est-ce que le court-circuit aurait fait prendre le micro en feu ?! Ah non ! Ah mais non ! Je suis trop jeune pour me faire défigurer ! Sauf que je ne peux pas non plus enlever la tête de mascotte devant les enfants, je vais les traumatiser et ils ne voudront plus jamais revenir. Vite, je dois penser à quelque chose. Viteeee ! Il y a un extincteur sur le mur, derrière Rachel, si je peux juste le lui faire voir.

- Arggh ! Derrière-toi !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_445Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_095Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_129Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_058
Re: Five hours at Karley's | ft. Rachel
Dim 2 Oct 2016 - 12:13

Anonymous

Invité
Estelle s'en sortait plutôt bien pour sa première journée en tant que mascotte. Quoique Rachel ne connaissait pas son passif et, si ça se trouvait, l'Unysienne avait déjà du mener un tel travail par le passé. En tout cas c'était une franche réussite. Les enfants riaient à ne plus finir, et Rachel crut même percevoir un soupir rassuré de la part de la serveuse en voyant que le pichet de limonade ne serait pas pour elle. Une odeur de brûlé se fit percevoir. Se penchant vers Estelle pour l'aider à se relever, Rachel vit un début de flamme sur le costume.

Oups.

- Arggh ! Derrière-toi !

Suivant l'injonction de Estelle, Rachel fit volte-face et aperçut l'extincteur accroché au mur. L'ôtant des crochets qui le retenaient à la paroi, la Kalosienne tâta à la recherche du bouton ou de la manivelle qui déclenchait l'objet. La mousse surgit tel un panache de crème chantilly sous haute pression. Dirigeant au mieux l'embout de l'extincteur (Rachel se sentait maladroite avec ce costume) la Kalosienne aspergea le costume du Goupixy. Emportée par la pression de l'extincteur, Rachel vit le tuyau de l'extincteur. Tel un Abo surexcité le tuyau se cabra en tous sens, aspergeant à son tour Rachel de mousse ainsi que les personnes les plus proches.

Ce fut la serveuse, toute trempée d'un mélange de sauce tomate et de mousse, qui stoppa le cataclysme. Les alentours ressemblaient à un champ de bataille spongieux. Rachel tenta de forcer un sourire contrit derrière son masque sans savoir si la serveuse le voyait ou non.

« Désolé... » couina-t-elle peu assurée.

Les enfants, eux, semblaient apprécier même s'ils avaient reculé en force lorsque l'extincteur avait échappé à tout contrôle. Aidée de la serveuse, Rachel remit Estelle debout. L'employée quitta la scène, ses pieds martelant le sol dans des bruits spongieux et peu ragoutants. Au moins n'avait-elle pas explosé en créant un scandale. Rachel se promit de lui présenter de plus amples excuses après tout ce mic-mac.

« On veut la chanson de Goupixy maintenant ! » scanda un enfant.

Rachel se tourna vers Estelle. Est-ce qu'elle pourrait chanter malgré son micro défaillant ?
Re: Five hours at Karley's | ft. Rachel
Ven 7 Oct 2016 - 22:30
Région d'origine : Unova
Messages : 197

Estelle Highwind

Estelle Highwind

Il semblerait que nous ayons réussi, au minimum, à éviter le pire. Mon costume de renard a enfin cessé de brûler, même si c'était plutôt thématique avec le côté Pokémon Feu de la chose. Enfin, je vous avoue que je ne vais pas m'en plaindre, plutôt baigner dans un mélange de limonade et de... truc d'extincteur plutôt que de passer au feu. Les enfants sont tordus de rire et, de mon côté, j'en profite pour respirer un peu. C'est incroyable toutes les âneries que nous avons réussi à faire en aussi peu de temps. On ne reconnaîtrait même plus la salle de réception tant nous y avons créé un bordel monstre. Il y a de la pizza par terre, de la mousse un peu partout et des enfants surexcités qui ne voient aucun problème dans le déroulement des événements. Pire, ils en redemandent encore. En fait ce sont eux les véritables petits monstres insatiables. Cette fois, l'assemblée de gamins réclamait la chanson du Goupixy. Ah bah tiens, c'est super ça, merci de m'avoir mise au courant ! Si je n'avais pas contribué à cette mini-apocalypse, je crois bien que je me serais permise de me plaindre au gérant à la fin de la journée pour le manque d'informations. Ce n'est quand même pas sérieux de nous envoyer à la guerre directement comme ça sans même nous apprendre ce qu'on devrait savoir faire ou pas. Enfin, c'est trop tard pour reculer.

- Argh!

Je peux au moins me permettre ça. Ils ont l'air tout contents et me suivent du regard alors que je me déplace vers ce qui semble être un radio en faisant des *floc floc* sonores. Le costume est imbibé au point que moi, en dessous, je suis trempée aussi. C'est louuuuurd et en plus c'est frooooid. Je me mords la lèvre inférieure, usant de mon crochet qui a l'avantage d'être précis pour sélectionner ce qui doit être la bonne piste sonore. Bien, plus qu'à lancer la lecture et réussir, par un quelconque miracle de bonne volonté, à me hisser sur la petite scène. Je fais face aux enfants et commence à bouger les bras au rythme de la musique. Impossible de danser d'avantage dans cet accoutrement inhospitalier que j'ai déjà très, très hâte de quitter. Et maintenant quoi ? Ils attendent que je chante, ils attendent et... MIRACLE. C'EST DU PLAY BACK!! Je n'ai même pas besoin de parler ou de tenter ma chance, les paroles sont déjà incluses dans la musique. Ne me reste plus qu'à mimer des gestes et à bouger un peu dans le rythme et l'illusion est parfaite. Lorsque la musique se termine enfin, je pousse la fantaisie jusqu'à faire la révérence pour mes fans conquis. Le seul problème, c'est que j'ai sous-estimé le poids de cette atrocité. Oui. J'ai faceplant. En bas de la scène. Et je ne suis plus capable de me redresser. Comme si ça ne suffisait pas, j'ai l'impression d'être en train de perdre ma tête. Non, pas la mienne, celle de Goupixy. Ça y est, si je la perds maintenant tout est fini. Je ne quitterai plus jamais cet affreux restaurant, je vais mourir ici devant une foule d'enfants qui mangent de la pizza au rythme d'une chanson commerciale qui ne sert qu'à promouvoir des jouets. Je sais qu'il y a des façons moins dignes que d'autres de passer de vie à trépas, mais je n'aurais jamais cru que c'est comme ça que moi je finirais.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_445Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_095Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_129Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_058
Re: Five hours at Karley's | ft. Rachel
Sam 8 Oct 2016 - 14:48

Anonymous

Invité
Rachel avait tenté de se préparer à toute éventualité pour aider sa collègue qui, sur scène, était aussi mal loti qu'un gâteau surchargé en sucre au sein d'une congrégation d'enfants affamés. Mais l'Unysienne s'en sortait à merveille, se balançant au rythme de la musique crachoté par le lecteur. Jusqu'au moment où elle s'écrasa en bas de la scène et ne se releva pas. Rachel se précipita à sa rencontre oubliant que le sol était devenu une patinoire plus glissante qu'une plaque de givre. Switch ! Rachel partit en arrière, ses pieds passant par-dessus sa tête alors qu'elle s'écrasait dans un bruit sourd.

« Aïe-euh ! »

Les gamins riaient inconscients de la douleur qu'éprouvait la personne enfermée au sein du costume. Naïfs qu'ils étaient, ils pensaient que cela faisait partie du spectacle. Rachel tenta de bouger, finit par rouler sur le côté. Avançant à quatre pattes pour ne pas craindre une nouvelle chute, la Kalosienne finit par pouvoir se rapprocher de Estelle.

« Euh... Rien de cassé ? » demanda-t-elle à voix basse pour ne pas être entendue.

Une voix se fit entendre, grave, lasse – la voix de leur employeur du jour. Rachel ne percevait pas ce qu'il disait, ses paroles pratiquement étouffés par celles des enfants qui réclamaient de nouveaux amusements. Un cri se fit entendre, le bruit d'une chute accompagné des rires d'un enfant vite stoppé par un silence. Un silence lourd, presque funèbre.

Profitant que les gens aient le regard tourné ailleurs que vers les deux mascottes, Rachel se remit à demi-debout. D'une main elle releva doucement son masque afin de jeter un regard par en-dessous. La scène qui se présenta à elle la poussa à rebaisser le masque et, surtout, à courber l'échine.

« Le patron est à terre. Il a du glisser et... il a pas l'air content. »

Le salaire allait leur passer sous le nez, elle le sentait.

« On tente quoi ? Une diversion ? On fait croire aux gosses que le spectacle est fini et on entraîne le patron avec nous ? »

Elles pourraient alors s'expliquer, plus posément, dans l'arrière-boutique.
Re: Five hours at Karley's | ft. Rachel
Lun 10 Oct 2016 - 19:41
Région d'origine : Unova
Messages : 197

Estelle Highwind

Estelle Highwind
- Ouais, ça va.

Ce qui ne sera pas le cas pour tout le monde pour encore très très longtemps. Effectivement, le patron vient demander des comptes et, comme pas mal tous les adultes avant lui, se retrouve à rapidement embrasser le plancher avec tout ce qu'il y a de glissant dessus. Aïe. Je suis peut-être la première à généralement opter pour prendre mes responsabilités, mais la mine assassine de l'homme à la cravate mauve me fait douter durant un très long moment. Il se relève en pestant, le visage rouge de colère pendant que, plus loin, des serveuses doivent se retenir pour ne pas pouffer de rire. On est mal, vraiment très, très mal. Je me fais plus petite dans mon costume trempé, lourd et puant.

- On a pas trop le choix...

Ainsi accoutrées, prendre la fuite ne sera pas seulement compliqué, ce sera impossible. Enfin, j'aimerais bien nous voir essayer tiens. Deux grosses mascottes qui ne voient presque rien, courant main dans la main vers la liberté au milieu d'une des rues de Méridian, direction le soleil couchant. Ça fait envie. On peut même rajouter à ça... oh je ne sais pas, une planche à roulette ou une trotinette, quelque chose de joyeux. Peut-être un vélo avec une petite clochette. Oh, comme ces bicyclettes à deux places ! Ce serait parfait ça. Nous pourrons aller refaire notre vie à Nox Illum, joindre un groupe de discussions anonymes pour anciennes mascottes qui cherchent un peu de support dans cette vie bien trop triste.  Aheeeem !! Retour à la réalité. Monsieur Afton, le propriétaire, fait route vers nous avec un peu de précaution et beaucoup de frustration. Je me prépare déjà à rentrer la tête dans les épaules. Ça va être catastrophique ! Je vais jusqu'à fermer les yeux, manquant l'arrivée de notre bien-aimée sauveuse. C'est une petite fille rousse, ses cheveux attachés en deux hautes couettes ornées de rubans colorés. Notre employeur marque un temps d'arrêt, coupé dans son élan par cette nouvelle venue.

- Tonton ! Tontoooon ! C'est le plus meilleur des anniver- des anni- des fêtes ! Est-ce que je vais pouvoir avoir le Bunneary pour mon gâteaaauu ? S'il-te-plaaaaît ?

L'homme semble se calmer et lisse sa chevelure en pesant le pour et le contre. Au final, il se force à esquisser un sourire amer qui ne trompera personne d'autre dans cette pièce que la gamine innocente qui sautille en réclamant son lapin. Cette fois, c'est au tour du noeud de cravate de se faire resserrer. Je le sens mal... Il vient ce verdict ?!

- Bien sûr, tu peux dire à tes amis que le lapin va t'apporter ton gâteau, mais pas tout de suite. Avant je dois parler avec Teddy et Goupixy, d'accord ?

Il tourne alors vers nous un regard acéré et nous fait signe de le suivre dans son bureau. On ne va pas pouvoir y échapper on dirait. Enfin, la partie exécution publique nous a été évitée en tout cas. Quant à savoir ce qui se passera derrière la porte close, je n'ai pas vraiment hâte de le savoir. Désirant repousser notre sentence, je prends le temps de me tourner vers les enfants et de les saluer bien comme il faut. J'offrirais bien des câlins, mais aucun d'entre eux ne va se risquer à venir câliner ma fourrure sale et gorgée de limonade. Ceci étant fait, plus moyen de fuir plus longtemps. C'est la marche de la honte jusqu'au bureau, là où la porte se referme derrière nous avec un bruit sec et décisif.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_445Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_095Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_129Five hours at Karley's | ft. Rachel Miniat_6_x_058
Re: Five hours at Karley's | ft. Rachel
Mer 12 Oct 2016 - 12:50

Anonymous

Invité
Rachel n'avait aucune idée de comment, engoncées dans leurs costumes, elles avaient pu réussir à suivre le patron sans finir, une nouvelle fois, les quatre fers en l'air. Arrivée dans le bureau la Kalosienne retira son masque, inhalant l'air rance de renfermé avec délectation. Jamais oxygène ne lui avait paru si pur. Elle fleurait toujours la transpiration et ses cheveux étaient collés par la sueur – sans compter ses vêtements dans le costume. Mais, au moins, elle pouvait respirer sans avoir l'impression de s'axphyxier avec ses propres expirations.

Le patron ne leur proposa pas de s'asseoir et Rachel préférait ne pas tenter une telle gymnastique de crainte de ne plus pouvoir se relever. Elle se contenta de se rapprocher de Estelle, coude à coude, comme si sa présence pouvait réconforter l'Unysionne. L'homme avait pris place derrière son bureau, semblait chercher ses mots. Il finit par prendre la parole avec la colère grondant dans sa voix, prête à exploser.

« Donnez-moi une bonne raison de pas vous virer. »

Sur le coup Rachel n'en trouva aucune. En fait elle était prête à tout laisser tomber – ce costume, ce job payé à la sauvette – pour sortir d'ici, ne plus entendre le cri des enfants, respirer et, surtout, prendre une douche convenable. Elle allait cesser de répondre à des requêtes sur le Pokéweb et se concentrer sur ses travaux de styliste. Là au moins elle contrôlait la situation et pourrait s'en sortir.

La porte s'ouvrit dans leur dos poussant l'homme à relever la tête, fusillant du regard la nouvelle arrivante – une des serveuses du local.

« L'employé qui devait porter le costume du Bunneary ne peut pas venir et... » Elle ravala sa salive, consciente du cataclysme qu'elle allait déclencher. « Et il avait le costume avec lui. »

Lorsque le patron hurla, Rachel crut qu'un Leviator venait de pousser un Rugissement.

« Débrouillez-vous je veux rien savoir ! C'est l'anniversaire de ma nièce ! »

Rachel se tourna alors vers Estelle sentant que la situation pouvait être retournée à leur avantage. La Kalosienne amorça un pas vers le bureau, jouant le tout pour le tout.

« Si on apporte le gâteau avec... Goupixy, est-ce... ça peut racheter nos petites erreurs ? Écoutez on s'occupe de ça et après on s'en va. Et vous n'entendrez plus jamais parler de nous. »

En tout cas, pour sa part, la Kalosienne éviterait d'aller dans ce restaurant – de toute façon ils n'avaient pas de menus végétariens.
Re: Five hours at Karley's | ft. Rachel

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives RP :: 2016-
Sauter vers: