HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Dragons & samurai » solo
Dragons & samurai » solo
Sam 15 Oct 2016 - 2:28
Région d'origine : Johto.
Messages : 394

Soburin Ikeda

Soburin Ikeda


« Jeraya, loin de moi l'envie de te vexer ou de te froisser, tu le sais mais... à chaque fois que tu désir me faire une surprise ou que tu me promets la surprise du siècle, comme tu dis... Ce n'est pas très surprenant. »

Le jeune homme à la crinière flamboyante se stoppa net, se forçant à prendre un air tout à fait outré avant de mimer une flèche plantée dans son cœur. Cela eu au moins la garantie de faire sourire Soburin d'amusement, la jeune femme secoua légèrement la tête tout en poursuivant son chemin tandis que Jeraya lui hurlait de l'attendre, courant dans sa direction en se plaignant allègrement.

« MAIS JE TE JURE RIRIN ! C'est une super-méga-surprise de la mort qui tue, tellement que...
- Ne m'appelle pas Ririn s'il te plaît, c'est un peu bizarre.
- Ouais enfin bon, c'est tellement oufissime que tu ne vas jamais t'en remettre mademoiselle je-n'ai-pas-d'émotion-et-je-suis-trop-dark. Ririn. »

Soburin arqua un fin sourcil, penchant un peu sa tête de côté afin d'observer Jeraya qui semblait tout à fait fier de lui. Qu'est-ce qu'il pouvait bien raconter comme bêtise encore celui-là ? La danseuse soupira doucement tandis que l'explorateur lui faisait une grimace. Tss. Et qui était le plus âgé des deux, déjà ? Malgré les paroles incessantes de Jeraya qui semblait totalement surexcité, ils arrivèrent à l'endroit désiré par le jeune homme : une maison légèrement à l'écart de la ville qui faisait énormément penser au style traditionnel de Rosalia. Non, elle n'y faisait pas penser. Elle était dans le style traditionnel de son village natal. Soburin écarquilla un peu les yeux, impressionnée par cette sublime reproduction.

« Une... maison ? Tu as fait bâtir une maison comme celles de Rosalia ? »

La danseuse ne comprenait pas trop, observant le rouquin qui arborait un sourire immense, hochant vivement la tête et lui indiquant par tous les moyens possible de regarder à nouveau vers la maison. Soburin le fit, s'attardant un instant sur le petit jardin de devant qui était tout à fait adorable avant de laisser grimper son regard vers le pas de la porte.
Dragons & samurai » solo Keigop10

Un homme s'y tenait, la tête tournée vers la droite, l'air droit et fier, les cheveux au vent... Soburin plissa un peu ses mirettes.

« Alors ma petite chérie, ton papounet t'as manqué, hein ? Hein ? »

Soburin n'eut aucune réaction, se glissant une main sur le visage, quelque peu désespérée. En son fond intérieur, elle hurlait certainement de joie de revoir enfin son père après tant de temps sans nouvelles mais... Pourquoi diantre fallait-il qu'il soit comme ça ? D'ailleurs, en voyant la non-réaction de sa fille, il fit une grimace offusquée avant de dégringoler les trois marches en bois, fonçant droit vers Soburin avant de l'entourer de ses larges bras, la serrant au point de lui faire manquer d'air.

« PARCE QUE TU AS TROP MANQUE A TON PÈRE MA PETITE CAMELIA D'AMOUR TU LE SAIS CA ?! »

Même si elle avait voulu répondre, la grande brune n'aurait clairement pas pu, étouffée comme elle l'était. Derrière, une main devant la bouche, Jeraya pouffa un instant avant d'exploser de rire. Le regard sombre et meurtrier de Keigo Ikeda fut cependant suffisant pour qu'il ne se taise. Finalement, le samurai relâcha la danseuse qui recula d'un pas, reprenant son souffle.

« Je suis vraiment heureuse de te revoir... Je t'ai manqué tu dis ? C'est donc pour cela que tu ne répondais à aucun de mes appels ou messages ? »

Soburin prit une moue boudeuse, prenant son éventail entre deux doigts et assénant un coup sur le crâne du colosse. Ce-dernier poussa un couinement, posant ses deux larges mains sur sa tête, il reprit cependant vite de la contenance, se pointant du doigt et arborant un large sourire découvrant ses dents immaculées.

« Haha... Mais c'est parce qu'il fallait t'apprendre à couper un peu le cordon tu sais ! Tu ne peux pas me lâcher hein ? C'est triste, très triste ma camélia. »

Soburin eut un sourire amusé avant de ranger son éventail, observant un peu son père. Il n'avait pas changé durant ces mois sans le voir. Ses cheveux avaient peut-être un peu poussés, sa barbe aussi mais cela lui allait très bien. Toujours un kimono négligé sur le corps, ce katana à la hanche, ce tatouage draconien exhibé à la vue de tous, cette prestance particulière et ce regard brillant. Toujours aussi bon vivant, également.

« Et cette maison ?
- Alors ça ma camélia ! Je vais habiter ici, avec Jeraya, on a réussit à la décorer comme à Rosalia, c'est pas super ? Je compte bosser un peu dans le coin, enfin, beaucoup, y'a pas mal de choses à découvrir. Et puis dans cette ville, avec l'Observatoire non loin, que demander de plus ? Bien sûr, tu as une chambre ici, tu as ta place, c'est évident. Jeraya va aussi rester ici... Elle est immense hein ? Tu pourras inviter tous les amis que tu t'es fais ! Et même..., il posa le tranchant de sa main près de sa bouche, chuchotant d'un air complice. ... Ton petit-ami.
-  Baka. »

BLAM. Nouveau coup d'éventail sur le crâne. L'homme poussa un nouveau cri indigné tandis que le rouquin se tordait de rire à nouveau.


**


Ils étaient finalement tous rentrés dans l'élégante maison et Soburin, à la vue des décorations se fit la réflexion que sa patte féminine devait absolument réarranger tout cela. Certes, l'esprit Rosalien était présent. Couloirs parquetés, le reste des pièce en tatami, des fusuma pour séparer les pièces,  Son père avait parfaitement tout respecté cependant... les placements des meubles et décorations laissaient à désirer.
Mais pour le moment, assis autour de la petite table de bois, le trio dégustait un thé ramené droit de Johto par Keigo. Il était délicieux.

« Mon groupe ? Euh... Tu me crois si je te dis qu'ils ne savent pas que je suis ici ? Oh ça va ma camélia, je suis un peu partis d'un coup ! Un ami scientifique du coin m'a contacté un peu vite à cause d'une de mes récentes découvertes. Ceci... »

Soburin baissa son regard vers ce que son géniteur désignait : un vieux journal abîmé dont les pages étaient plutôt incompréhensibles à cause l'ancienneté. Ça ne datait pas d'hier, visiblement. La brune interrogea son père du regard alors que Jeraya scrutait l'objet sous toutes ses coutures.

« Franchement, je n'en sais pas plus que toi. J'étais avec Unys en compagnie d'un type, un bon gars, on farfouillait dans une grotte parce qu'une femme disait avoir vu Créfadet, ça nous intriguait alors on enquêtait. Le gars, il s'appelle Edwin, est bin figure toi qu'il est tombé dans un trou. Du coup je suis allé le chercher et là BAM, on tombe sur ça. C'est signé Karl Elric. Ça te dit quelque chose ? Non ? EH BIEN MA PETITE, FIGURE TOI... pourquoi je hurle d'un coup ? Hrm, bref, en fait, le type est un fada d'alchimie. J'ai eu l'occasion de lire un bouquin sur lui et c'était passionnant, je te le passerais. Bref, on est un peu dégoûté à cause de l'état du machin mais on a au moins pu capter que ça parlait de Zarbis et d'Arceus. »

Sans attendre, Soburin plaqua sur la table un journal. L'air incroyablement sérieuse.

« Voilà papa, un journal provenant de la même personne. Karl Elric, c'est bien ça ? Ici aussi il parle d'alchimie et de nombreux mythes autour des légendaires, tu devrais le lire. »

Keigo avait des étoiles dans les yeux, pointant du doigt sa fille en regardant Jeraya d'un air "THAT'S MY GURL, DUDE". Le rouquin eut un sourire entendu, agitant deux doigts en direction du Rosalien tandis que Soburin, les yeux clos, se délectait de son thé, ignorant les pitreries des deux hommes.

« Papa... J'y pensais, tu as ramené toute ton équipe ?
- En partie, oui. J'ai emmené Ikari, Yorokobi, Umi no ō, Kami no suna, Hidora. »

Soburin se demanderait toujours pourquoi il donnait des noms à rallonge pareil à ses compagnons. Mais il avait là l'essentiel de son équipe, Drattak, Dracolosse, Hyporoi, Libégon, Trioxydre. Et dire qu'elle avait grandit au beau milieu de ces puissants Pokémon.

La discussion s'étendit sur la matinée jusqu'à ce que Soburin ne décide d'aller préparer à manger, un repas digne de ce nom pour ravir les estomacs de son ami et de son père : en tant qu'explorateurs et êtres négligés, ils ne prenait pas forcément le temps de se nourrir convenablement après tout. Assistée par Ago, l'élégante ébène prépara avec tout son cœur, le repas, écoutant d'une oreille le rire franc et puissant de Keigo. Cela lui remémorait de si bons souvenirs.
Une fois le repas terminé, Soburin, déterminée, laissa échapper ce qu'elle désirait aller faire.

« Je dois me rendre au Mont avec Hiryō, nous sommes un peu en désaccords en ce moment, je dois lui parler en tête-à-tête. Prenez soin d'Ago et de l’œuf le temps que je revienne, vous voulez-bien ? »

Ils acceptèrent. Keigo ne broncha pas, laissant faire sa fille : elle était la chair de sa chair, elle savait évidemment ce qu'elle faisait.


**


Dans un souffle concentré, Soburin prit la Pokéball de son plus ancien ami entre ses fines mains, observant la sphère avec attention. Bien. Elle était à une bonne hauteur, dans un endroit dégagé, seule, absolument seule. Plus pour longtemps lorsqu'elle délivrerait le dragon de sa prison bicolore. C'est ce qu'elle fit sans peur, laissant la lumière rougeâtre faire apparaître la wyvern. Ce-dernier se posa brutalement sur le sol, enfonçant ses griffes dans la terre et se détourna lentement mais sûrement vers sa dresseuse. Il s'arrêta net, intrigué par l'expression que la danseuse arborait. Ce n'était plus de la peur, elle ne tremblait pas, elle avait cet air chaleureux et doux, ce sourire habituel et pourtant si réconfortant.

« Je le sais bien Hiryō, tu es possessif et méfiant, c'est compréhensible et je connais ton instinct particulièrement protecteur. Cela me fait vraiment plaisir de savoir que je pourrais toujours compter sur toi cependant, comment puis-je m'y résoudre si tu agis d'une telle façon ? Tu as changé, tu es devenu grand et fort pour mon plus grand plaisir, j'accepte ton changement de comportement. Je sais également que je ne suis pas la meilleure dresseuse de Mhyone, loin de là, je fais cependant de mon mieux pour être à fond avec toi lors des combats. Je fais de mon mieux pour te faire plaisir et je continuerais ainsi, en m'impliquant dans les entraînements, en combattant à tes côtés. La défaite ne doit pas t'être aussi douloureuse, nous devons au contraire apprendre de ces erreurs pour ne plus les refaire, perdre en combat ne signifie pas que tu ne pourras pas me protéger, tu sais ? Ne te souviens-tu pas du jour de ton évolution ? Tu ne m'as pas seulement protégé moi, tu as aussi protégé Ago, ces scientifiques, ce fossile. Je suis très fière de ce que tu es. »

Ouf. Clairement, elle avait tout déballé là, non ? Sa gorge était plus sèche que jamais et Soburin se sentait presque essoufflée, son regard soutenant cependant celui de son starter qui avait tout écouté sans broncher. Puis, il sourit. Il poussa un cri avant d'avancer rapidement dans sa direction, se levant légèrement sur ses puissantes pattes arrières avant de passer une aile autour du corps frêle de la jeune femme. Il vint poser sa tête au creux du cou de la jeune femme, son souffle chaud sur la peau blanche et délicate tandis qu'il grondait doucement. Soburin passa une main dans la fourrure blanchâtre de son compagnon, un franc sourire sur ses lippes. Cela n'aura pas été aussi compliqué, finalement, si ?


**


« Vas-y Ago, Dragon Claw !
- Riyuu no ibuki ! »

Soburin affrontait son père depuis de longues minutes. Son Bruyverne avait fait un match nul contre le puissant Dracolosse et à présent, Ago combattait avec hargne face au Libégon de Keigo. La Carmache fila à toute allure, bondissant en travers du terrain afin d'éviter les multiples Dracosouffle, les pupilles dilatées, préparant ses griffes. Seulement, son attaque fut arrêtée par les immenses griffes du Pokémon Caverne. Sourire carnassier du samurai tandis que Jeraya observait avec attention, concentré face à cet affrontement de dragons

« Riyuu no ibuki !»

Ago tenta vainement de se dépêtrer de la prise du Libégon mais le souffle draconien la percuta de plein fouet. La dragonne recula dans la poussière, la gueule serrée, accusant le coup avec une certaine difficulté. Soburin sentait la souffrance de sa Carmache mais elle sentait encore plus le brasier de sa détermination.

« Bien, courage Ago. Nous pouvons le faire, utilise Dragon Dive ! »

Un aura menaçant sembla se différer autour de la Carmache qui se mit peu à peu à courir en direction de sa cible, prenant de plus en plus de vitesse. Encore plus. Plus. Plus. Plus. Durant sa course qui ne cessait de s'accélérer, elle fut prise par une luminosité impressionnante, elle grandissait, sa morphologie changea et dans un grognement puissant, elle percuta de plein fouet le Libégon. Soburin comprenait pertinemment d'où cette vitesse était venue, elle avait devant elle un sublime Carchacrok bien campé sur ses puissants appuis, la gueule en l'air, levant une patte victorieuse en s'époumonant. VICTOIRE. Keigo semblait fier, rappelant Kami dans sa Pokéball avant de reposer son regard sur sa camélia. La jeune femme s'était approchée de l'immense dragonne, lui souriant franchement et flattant sa peau dure.

« Tu ressens, tu comprends cette puissance, cette vitesse dont je te parlais ? Tu es magnifique Ago, plus rayonnante que jamais, je suis extrêmement fière de toi. »

La Carchacrok se pencha vers sa dresseuse, souriante, l'air doux tandis qu'elle prenait garde à ne pas blesser la demoiselle. Jeraya et Keigo observaient avec attention, un regard entendu, un sourire complice aux lèvres alors que le lien unissant la dresseuse à son Pokémon brillait plus que jamais.


**


La journée avait été éprouvante. Soburin, Keigo et Jeraya étaient allés voir l'ami scientifique du samurai afin de discuter un peu avec lui. Du moins, le "un peu" s'était transformé en quatre heures. Il faisait déjà nuit et plus froid que jamais lorsqu'ils rentrèrent tous à la maison, décrassant leurs corps, se remplissant l'estomac, discutant tranquillement, kiseru en main, à moitié couchés sur le sol parsemé d'oreillers et de couvertures pour être à l'aise. Une ambiance chaleureuse, calme après une telle journée. Quoi de mieux ?

Avant de dormir, la jeune femme prit l’œuf contre elle, se rassurant de sa chaleur, l'observant un instant, sourire aux lèvres. Soburin soupira doucement avant de le mettre près de la source de chaleur de sa pièce, le recouvrant minutieusement avant de se glisser sous la couverture de son futon, prête pour une bonne nuit de sommeil, profondément heureuse.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives RP :: 2016-
Sauter vers: