HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Nathan Rokwald - Au-delà de la Chevalerie [Terminée]
Nathan Rokwald - Au-delà de la Chevalerie [Terminée]
Jeu 24 Nov 2016 - 16:14
Région d'origine : Kalos
Messages : 17

Nathan Rokwald

Nathan Rokwald
ROKWALD - NATHAN

 
 

Nom : Rokwald
Prénom : Nathan
Âge : 16 pouces
Origine : Région de Kalos.
Groupe : Emblème du Gueriaigle.
Feat : Neire de Neire-X (artiste)

 

 

Surnom : Lilly
Espèce : Sonistrelle
Nature : Fofolle et soumise aux sucreries.

 
Caractère et Physique

 
Si je devais décrire le physique de Nathan je commencerais par ses cheveux argentés, quelque chose d’assez commun dans sa famille et ce ne sera pas lui qui dérogera à la règle. Il ne fait pas souvent attention à sa coiffure, laissant ses mèches pousser comme bon leur semble même si son seuil de tolérance se trouve dans des cheveux mi-longs. S’ils finissent par atteindre ses épaules il décidera de les raccourcir. Si l’on s’intéresse davantage à sa tête on remarque une pupille légèrement rosée dans l’œil qui lui reste (gauche pour lui mais situé à droite pour quiconque lui fait face). Son œil blessé possède encore une cicatrice venant à marquer son visage pourtant si angélique jusque-là. Autre détail : son nez est légèrement pointu, ce qui facilite d'identifier la direction que pointe son visage.

A part cela il n’est pas bien grand, seulement 1m70 même s’il a encore du temps pour grandir. Son corps n’est ni trop rond ni trop carré, il est même plutôt frêle par rapport à certains même s’il possède une figure raffinée. Ses doigts fins lui permettent de jouer de la musique même s’il est bien plus performant avec un violon qu’avec les autres instruments. Nathan adore jouer de la musique, cela lui donne la sensation de se couper du monde qui l’entoure et donc de profiter d’un moment de paix. Même si cette sensation de paix se terminera le plus souvent par l’intervention de Lilly sa Sonistrelle. Devant en grande partie la surveillée lorsqu’elle est de sortie, il éprouve un grand mélange d’affection et d’exaspération à son égard. Même si au fond on sent dans le regard attentionné qu’il lui porte qu’elle est un peu comme un trésor pour lui.

Nathan est un jeune garçon qui commence désormais à s’ouvrir au monde qui l’entoure, bien qu’il était de base assez social grâce à la discipline de son père et aux valeurs chevaleresques. Il  n’hésite pas à se montrer curieux notamment avec les pokémons qu’il a, selon lui, beaucoup trop délaissé par le passé à cause d’un malencontreux accident. En parlant d’accident, Nathan est encore assez fortement marqué psychologiquement par sa cicatrice, la trouvant à la fois disgracieuse et terrifiante. Porteuse de mauvais souvenirs. Cela ne l’empêche pas d’être honnête et de partager son histoire avec quiconque en vient à lui poser la question – aussi indiscrète soit-elle – car l’un de ses désirs les plus forts serait d’éviter que le même problème arrive à quelqu’un d’autre. Il pense sincèrement que raconter sa douloureuse expérience apportera du bien aux autres.

A côté cela reste un grand amateur de sucrerie, notamment de petits gâteaux. C’est sûrement en grande partie à cause de lui que Lilly est devenue aussi accro au sucre. Même si cela peut devenir une arme dissuasive utilisable contre la Sonistrelle, cela peut également être un élément déclencheur dans son excitation. Nathan espère réellement beaucoup apprendre en voyageant aux côtés de son pokémon, et de rencontrer de nouvelles personnalités qui l’aideront à progresser et à grandir. Son but final ? Devenir assez fort et assez sûr de lui pour pouvoir un jour affronter dignement son grand frère dans un duel.

 
Histoire

 
Mon histoire n'est pas si originale que cela, j'ai même la sensation que c'est tout l'inverse mais soit je veux bien la partager avec vous. Je suis né dans la ville de Fort-Vanitas, dans la région de Kalos. Pour être plus précis, je suis le second-né de la famille Rokwald. Ce nom ne vous dit rien ? Cela ne m'étonne pas, puisque ce dernier ne prend de la valeur que dans un seul et unique lieu : le château de combat ! En effet ma famille a toujours été passionnée par les valeurs que pouvaient apporter l'esprit chevaleresque des combats pokémons entre ces murs. Mes arrières grands parents transmirent ces mêmes valeurs à leurs enfants, qui se chargèrent de les transmettre à leurs enfants ainsi de suite… Au final la majorité de mes cousins décidèrent de déroger à la règle et de partir davantage voyager, ma famille étant la seule à être resté à Fort-Vanitas.

Mon père n'était pas un fier dresseur pokémon mais il savait très bien s'occuper d'eux en tant qu'éleveur, ce qu'il lui valut une place privilégiée au sein du château de combat où il pouvait déployer ses talents en prenant soin des compagnons des divers nobles. Quant à notre mère est bien elle n'était pas autant intéressée par les titres de noblesses, ce qu'elle poursuivait c'était avant tout les scoops pour son pokémagazine. Journaliste à ses heures perdues, elle voyage beaucoup en ne revenant à des intervalles plutôt… Irrégulières. Pour ne pas dire complètement aléatoire. Au final il ne restait que mon grand-frère Ocelot et moi-même. Bien que seulement cinq ans nous séparaient, Ocelot pu rapidement faire ses preuves dans le château du combat une fois devenu dresseur pokémon. Supervisé par notre père pour l'entretien de ses pokémons, il a pu déployer ses talents de stratège en combat face aux autres nobles et rapidement progresser à travers les titres.

Ce qui ne fut malheureusement pas mon cas. Alors que j'étais encore trop jeune pour obtenir mon premier pokémon, j'ai été attiré par d'étranges bruits sur la route séparant Fort-Vanitas et le château. Lorsque je m'étais davantage rapproché, j'ai pu surprendre un pokémon blessé. La seule chose que j'ai pu voir était les marques sur son corps et, sans que je ne le comprenne, ledit pokémon me fonçant dessus pour m'attaquer. Et plus ne rien voir par la suite. Du moins, ce fut le constat pour mon œil droit une fois transporté en urgence. Cela a été un gros choc pour mes parents, pour Ocelot et surtout pour moi. J'ai eu du mal à m'adapter à ce changement, tellement que parfois j'en venais à me demander si je n'étais pas en train de rêver. Mais le réveil ne vint jamais, et j'ai dû accepter cette cécité partielle pour le reste de ma vie…

Les conséquences furent plus grandes que je ne l'aurais pensé, étant donné que j'avais commencé à développer une certaine appréhension vis-à-vis des pokémons. On pouvait même dire que j'avais peur d'eux. Impossible de rester près d'eux sans que je ne commence à avoir des sueurs froides et que je file à l'italienne. Avoir peur des pokémons alors que je vivais dans un monde rempli de pokémons, un véritable comble. Désorienté, je décidais de me diriger vers une autre voie que celle de mon père et de mon frère, je voulais découvrir quelque chose qui n'aurait aucun rapport avec les créatures. Pratiquer le même métier que ma mère aurait été une solution, mais un pokémagazine référencé essentiellement des histoires sur… Et bien, les pokémons. Finalement, c'est après avoir écouté une énième fois le son d'une Pokéflûte que je m'étais décidé à faire de la musique. Au début j'eus du mal à trouver un instrument qui me convenait, mais après être devenu un passionné du violon j'ai pu développer mon propre talent au fil des années.

Et pourtant, mes sentiments vis-à-vis des pokémons… Evoluèrent. J'approchais de mes seize ans et j'avais toujours une mauvaise approche avec les petites – ou grandes – créatures mais bizarrement je restais attaché au château de combat. Jouant du violon pour accompagner la réception lorsque les chevaliers se rassemblaient, observant les combats pokémons entre passionnés, délivrant une fanfare de victoire aux vainqueurs. Au fil du temps je recevais les sourires des dresseurs mais également celui de leurs compagnons, ce qui m'amenait à développer une certaine question : étaient-ils réellement si dangereux que cela ? Bien sûr qu'ils l'étaient, mais j'étais torturé à l'idée de rester sur mes positions ou de directement avouer que les accidents cela pouvait toujours arriver… Malheureusement il me suffisait de me regarder dans un miroir avec mon œil restant pour que la réalité me rattrape. Jusqu'au jour où un œuf fut déposé sur ma tête. Ocelot, revenant de l'une de ses sorties après avoir décidé de se mesurer à la Ligue Pokémon en partant combattre les différents champions, avait ramené avec lui un œuf pokémon.

« Prends-en soin, il sera entre de meilleures mains avec toi » m'affirma mon frère avant de disparaître de nouveau dans la nature, comme si de rien n'était. Depuis mon accident j'avais senti une certaine coupure se prolonger entre Ocelot et moi, peut-être à cause de la peur que je développais… Peut-être ne souhaitait-il pas que je commence à avoir peur de lui, qui était un dresseur pokémon. Bien sûr que je n'aurais jamais pu le détester, même s'il était entouré de ses compagnons. Mon père en était bien la preuve : éleveur pokémon mais je n'avais pas peur de lui pour autant.  Cependant, aller jusqu'à me confier un œuf pokémon ? J'avoue ne pas avoir très bien saisi le message à l'époque… Mais je ne pouvais pas décider d'abandonner l'œuf après qu'il m'ait été donné de m'en occuper. J'ai donc décidé de le porter avec moi jusqu'à ce qu'il éclose, partout où j'allais l'œuf n'étais jamais très loin : que cela soit quand je jouais de la musique, quand je faisais à manger, quand je dormais…

Puis, la nuit de mes seize ans le moment tant attendu vint enfin : l'œuf avait éclot. Une lumière entourait ce dernier alors que je l'avais encore dans mes mains au moment de m'endormir. Quelle fut ma surprise de voir une ombre violette s'en échappait, volant jusqu'à se cogner contre le plafond avant de rouler dans mes draps. Le petit pokémon pleurait légèrement avant de secouer sa tête de droite à gauche, avant de me regarder avec de grands yeux. Je répondais au regard si franc et curieux du Sonistrelle qui venait de s'échapper de l'œuf, avant que ce dernier ne bondisse sur moi pour s'accrocher à ma tête. Sur le coup j'avais bien paniqué et je tirais de toutes mes forces pour retirer le pokémon de sur moi. « Mais tu vas arrêter oui ? Reste tranquille ! » la petite bête me regardait avec de grands yeux une nouvelle fois, avant de pousser son petit cri tout en me donnant la vague impression d'être joyeuse. Pourquoi le pokémon était-il aussi content ? Je n'arrêtais pas de me poser la question. Jusqu'à ce qu'elle finisse par s'échapper de mes mains pour davantage se coller contre moi, comme pour me faire un câlin.

J'étais tellement surpris que je n'arrivais même pas à réagir. Au fond, je ne voulais même pas repousser le pokémon… Lorsque Sonistrelle était contre moi j'avais la sensation de retrouver un sentiment longtemps perdu. Une note de musique ayant été oubliée durant ma partition. Lorsque le petit être faisait autant preuve de joie et d'amour face à quelqu'un comme moi, le mur de glace ne put s'empêcher de fondre. Je ne l'avais peut-être pas remarqué, mais depuis que j'ai dû m'occuper de l'œuf de Sonistrelle j'avais fini par vaincre petit à petit mon appréhension face aux pokémons. Même si au début j'avais peur à l'idée de voir une créature en sortir, au fil des semaines j'étais davantage impatient et curieux. Puis au final, cette curiosité s'était transformée en affection. Sonistrelle observa ma chambre un instant et alla voler de ses petites ailes jusqu'à mon violon, attirant mon attention avec un léger cri.

« Tu veux que je joue de la musique ? » disais-je alors que je saisissais l'instrument. Doucement je m'étais mis à jouer une délicate mélodie, le son qui sortait des cordes allant enchanter les grandes oreilles de Sonistrelle alors qu'elle restait sage, silencieuse et envoûtée. Silencieusement je laissais une larme couler de mon unique œil alors que je continuais à jouer, l'impression de donner un sens à tout ce qui m'était arrivé jusqu'à maintenant me frappant. La musique n'a jamais été une réelle voie pour moi, je n'avais fait que fuir en réalité. Mais aujourd'hui j'étais capable de partager cela avec un pokémon. Avec mon pokémon… Lorsqu'Ocelot apprit la nouvelle, il décida de me confier pour de bon Sonistrelle en sachant que cela se passerait ainsi. Il me donna même un conseil : « Pars à l'aventure ! Le monde des pokémons ne tourne pas qu'autour du château de combat tu sais. »

Ses paroles furent comme une claque, l'aventure… Je n'y avais jamais songé, et j'en venais à le regretter. Mais au fond je n'étais pas aussi triste, car à mes côtés se trouvait ma Sonistrelle que j'avais décidé de nommer Lilly – car oui j'ai appris après coup que c'était une fille ! J'aurais souhaité voyager dans la région de Kalos mais le sentiment de ne pas être prêt à revoir mon frère me traversait l'esprit. Je voulais le revoir une fois changé, grandi. J'avais donc décidé de prendre l'avion pour rejoindre la région où se trouvait ma mère actuellement : Mhyone. Armé de mon violon et accompagné de Lilly, j'étais prêt à me lancer une fois pour toute… à l'aventure !

 
IRL

 

Surnom : Appelez-moi Joël o/
Âge : 20 ans.
Comment as-tu découvert le forum ? Google est mon ami !
Quelque chose à ajouter ? - Très joli forum ^^
Re: Nathan Rokwald - Au-delà de la Chevalerie [Terminée]
Ven 25 Nov 2016 - 21:17
Région d'origine : Hoenn
Messages : 561

Shinichi Kirisaga

Shinichi Kirisaga
BIENVENUE SUR MHYONE




Bonsoir et bienvenue à toi !

Tu es dès à présent validé ! Nous espérons que tu t'amuseras sur Mhyone RPG. Si tu as la moindre question, n'hésite pas à aller en poser dans la partie Question & Suggestions. Tu peux regarder les nouveautés pour connaître les événements en cours. Nous t'invitons à créer un sujet dans les T-Card pour regrouper toutes les informations nécessaires à ton voyage. Tu as désormais dans ton inventaire 3 Pokéballs et un starter.
Bon jeu !

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives Administratives :: Présentations-
Sauter vers: