:: Mhyone :: Méridian Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une demoiselle en détresse... Ou pas. [Pv Artémis]

avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1965
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Oct - 21:35
Demoiselle en détresse... Ou pas.




Suite à mon combat plutôt compliquée face à Elise, j’avais choisis de prendre un peu de repos dans l’authenticité réconfortante de Meridian. Il fallait bien avouer que j’étais loin d’avoir chaumé, depuis quelques jours, et que mon équipe avait bien besoin de repos. Ils s’étaient donné à fonds, tous autant qu’ils étaient, et avaient bien mérité quelques jours de calmes au centre pokémon. Les infirmières s’occupaient plutôt bien d’eux, et je n’avais eu aucun mal à leur confier les membres de mon équipe. Du coup, sans mon équipe à mes côtés, je me sentais tout de même un peu seul. Cela faisait longtemps que je n’avais été loin d’eux, et, au vu des évènements de ces derniers jours, il allait falloir un petit temps avant que je puisse m’habituer.

Histoire de me changer les idées, je décidais d’aller faire un petit tour à l’extérieur de Meridian, prévoyant de retourner au Lac pour la deuxième fois depuis mon arrivée à Mhyone. Il fallait bien avouer que, même si j’y avais connu une petite désillusion lors de ma deuxième capture, l’endroit restait absolument magnifique et surtout, d’une manière générale du moins, assez paisible. L’occasion rêvée pour renouer avec un peu de tranquillité en ce beau début de journée. Je décidais donc, directement après avoir laissé mes pokémons, de prendre la route. Il n’y avait généralement pas grand monde en début de journée, et je préférais profiter de l’endroit aux moments où il était le plus serein.

Je connaissais la route, aussi le chemin n’était pas très difficile. Il fallait dire que, comme Meridian, il s’agissait également d’un haut lieu touristique de la région. C’était surement aussi pour ça que le restaurant des parents d’Artémis marchait si bien. Il fallait avouer qu’en plus d’être bon, il était aussi idéalement placé pour accueillir les touristes en vacances. En parlant de la jeune femme, je ne pus m’empêcher de me demander avec un petit sourire en coin ce que pouvaient bien faire les deux tourtereaux en ce moment même.

Pile à ce moment-là, mon portable sonna. Je mis un certain temps à le retrouver dans mon sac, pour constater que la petite LED qui indiquait la réception d’un SMS clignotait. Je fus davantage surpris en découvrant l’expéditrice, et je l’ouvrais rapidement. Artémis semblait avoir besoin de mon aide de toute urgence. Je ne savais pas vraiment quoi en penser, croyant Ivar avec elle. Mais, connaissant sa fâcheuse tendance à s’attirer des problèmes, je ne pouvais pas vraiment rester sans rien faire devant son SMS plutôt alarmant. Je fis alors demi-tour, pressant le pas puis courant. Je n’avais pas mes pokémons sur moi, aussi régler un problème trop important risquait d’être compliqué à gérer. Enfin, j’aviserais surement sur le moment.

J’arrivais donc à Meridian deux fois plus vite que le temps qu’il m’avait fallu pour commencer ma promenade, essoufflé et d’ores et déjà en nage. Il fallait dire que j’avais couru à un rythme soutenu pendant plus d’une demi-heure, et que l’effort n’avait pas vraiment été simple. Je remarquais alors que, devant le restaurant de ses parents, la jeune femme m’attendait, sereine. J’accourais alors vers elle, fronçant les sourcils.

« J’suis là ! » Lui lançais-je, essayant de reprendre mon souffle. « Alors, c’est quoi l’problème ? »



© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kalos
Expérience : 1133
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Oct - 23:46

Une demoiselle en détresse... Ou pas.

Artémis Bleuette et Alexandre Diame
Dés son réveil, Artémis était préoccupée. La jeune dresseuse s'était à peine extirpée de son lit qu'elle pensait déjà à sa journée qui promettait d'être chargée, et cela la fatiguait autant que ça l'excitait. Ce qui rendait aujourd'hui si spéciale comparé aux autres jours passés à Méridian, c'était qu'Artémis allait s'occuper des courses, plus précisément de la partie intéressante de ces dernières. Comme les gagnants du tournois des quarante ans s'étaient avérés être des amis de la maison -oui, être potes avec la petite fille des proprios ça compte-, la blonde s'était permis un peu de retard dans l'achat des récompenses. Si Alexandre avait pu récupérer son Pokébloc le jour-même, trouver une CT au choix de l'autre gagnant ne se faisait pas en un claquement de doigt, aussi la jeune femme avait demandé à Ivar d'attendre quelques jours qu'elle trouve la capsule technique désiré.

La demoiselle était donc particulièrement distraite en ce début de journée. Toute son attention était porté sur la CT et donc vers Ivar. Elle repensait à leur rencontre, la journée passée avec Alexandre, leur sortie au lac... En si peu de temps elle avait l'impression de s'être déjà forgé une belle collection de souvenir avec le jeune homme, et chacun d'eux lui rappelait cette sensation qu'elle ne ressentait qu'en sa présence. Un petit sourire timide se forma sur son visage alors qu'elle passait la serpillière dans la salle principale du restaurant, repensant au premier baiser qu'elle échangea avec le blond. Le souvenir de ses lèvres sur les siennes, de sa main contre sa joue, d'elle contre son torse, Artémis s'arrêta un instant, sentant le rouge lui monter aux joues alors que son cœur s'emballait. Il fallait vraiment qu'elle décroche ses pensées du dresseur de type Vol. Pourtant malgré tout ses efforts, elle ne pouvait le faire. Peut être qu'en se débarrassant de sa tâche pour la journée, elle serait en quelque sorte libérée. Elle n'était pas vraiment certaine que ça marcherait, alors elle envoya également un message à Alexandre. Passer du temps avec son ami aiderait probablement à éloigner ses pensées d'Ivar.

En rigolant, la blonde attrapa vite son téléphone et tapa un message qui la fit glousser. Faut absolument que tu viennes m'aider, j'ai un gros problème ! C'était cruel de faire une frayeur pareil à ce pauvre Alexandre, mais elle ne mentait pas totalement. Elle avait vraiment besoin d'aide pour s'aérer la tête ! Et puis, ça promettait d'être plutôt drôle, alors Artémis ne culpabilisait trop. Alexandre ne lui en voudrait pas. Pas trop du moins.

Quelques minutes plus tard, Artémis s'était changée de son attirail de femme de ménage attitrée et arborait une tenue de ville classique. La jeune demoiselle attendait sur le pas de la porte en jetant des regards à droite et à gauche jusqu'à voir arriver celui qu'elle attendait. La vue d'Alexandre courant vers elle la fit pouffer de rire, et lorsqu'il arriva près d'elle, la blonde ne put se retenir d'éclater. Artémis voyait toutefois que son ami semblait vraiment inquiet et essoufflé, aussi elle fit de son mieux pour se calmer et le rassurer. Positionnant sa main devant sa bouche pour taire ses envies de rire, la blonde s'approcha de son ami.

"Salut, fallait pas te presser hein, dit-elle doucement, son discours ponctué de rires étouffés. Ça va ? Je voulais pas te faire courir."

Par miracle, la belle réussit enfin à calmer son hilarité, le peu qui en restait s'affichait dans son grand sourire amusé qu'elle ne pouvait contenir. La blonde se redressa alors, prenant le temps de s'étirer un coup avant d'envoyer une expression radieuse à Alexandre. Le voir la rendait heureuse et cette sortie improvisée la mettait de bonne humeur.

"J'avais besoin de ton aide, reprit-elle. Je dois faire du shopping -promis c'est pas des vêtements- pour le restau, du coup je me suis dis peut être que tu voudrais venir avec moi ! Je dois aussi récupérer la CT d'Ivar et euh peut être un petit truc en plus, tu vois. Comme tu le connais bien je pensais que tu saurais qu'est ce qui lui ferait plaisir."
©️S a n i e
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1965
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Oct - 9:53
Demoiselle en détresse... Ou pas.



Alors que je tâchais de reprendre mon souffle, je jetais un regard autour de nous pour déceler l’éventuelle source du problème, mais je ne voyais rien. Je jetais alors un regard incrédule à la jeune femme qui venait d’éclater de rire. Elle avait eu du mal à se contenir et avait fini par exploser, en voyant mon état d’essoufflement. Je mis quelques instants à comprendre que son SMS d’urgence n’en était pas vraiment un. La jeune femme m’avait un peu piégé, et j’avais complètement marché. Je me maudissais intérieurement d’avoir été aussi crédule, mais aussi d’avoir laissé mes pokémons au centre. Si j’avais eu Shax avec moi, au moins, je n’aurais pas eu à cavaler comme un dératé pour être là à temps. Mais à temps pour quoi, au juste ?

Artémis répondit presque instantanément à mon interrogation silencieuse. Je fronçais un peu les sourcils en entendant sa demande. Du shopping ? J’avais couru juste pour l’aider à faire du shopping ? C’était vraiment si urgent que ça ? Bien sûr, je n’étais pas non plus réellement en colère contre elle. A vrai dire, je devais bien avouer que sa blague me faisait plus rire qu’autre chose, même si elle ne perdait rien pour attendre. Mais après tout, j’avais joué un mauvais tour au couple quelques jours auparavant et ça n’était que justice. Je pris un air faussement vexé et en colère, le regardant avec une sévérité feinte.

« T’es sérieuse là ? Tu pouvais pas me dire directement que c’était pour ça au lieu de me faire paniquer pour rien ? J’serais venu quand même ! » Lançais-je, faussement énervé, mon léger sourire trahissant toutefois mon amusement.

Je m’interrogeais alors sur ce qu’elle semblait vouloir faire, me demandant bien pourquoi elle avait besoin de mon aide. Certes je connaissais le jeune homme depuis un peu plus longtemps, mais tout dépendait du genre de… cadeaux qu’elle voulait lui faire. J’imaginais bien que ce n’était rien de trop graveleux, mais, quand même ! Je m’ébrouais pour me sortir tout ça de la tête, reportant mon attention sur la jeune femme.

« Euh… Quel genre de cadeau exactement ? C’est vrai que j’connais Ivar depuis un moment, mais, vu que ses gouts en termes de jeunes femmes sont assez douteux, j’vais avoir du mal à t’aider ! » Dis-je en lui lançant un clin d’œil, me vengeant par la même occasion de son faux message alarmant. Ce n’était évidemment qu’une boutade, car il aurait été parfaitement insensé de dire que la jeune femme n’était pas charmante. Je repris ensuite, un peu plus sérieux.

« Plus sérieusement, t’as déjà une idée d’où tu veux aller pour chercher tout ça ? Je dois t’avouer que je connais pas bien Meridian, il y a un centre commercial ou un truc du genre ? » Lui demandais-je, avant de poursuivre. « En vérité, j’veux bien t’aider, mais faut que tu ais au moins une petite idée parce que j’en ai absolument aucune ! » Dis-je, amusé.

Je pris alors la suite d’Artémis, l’accompagnant dans Meridian. Moi qui avais initialement prévu de me balader tranquillement, ce serait pour une autre fois, mais l’idée de passer une partie de la journée avec mon amie me tentait davantage. Et puis, même s’il ne s’agissait pour l’instant que de faire un brin de shopping pour lui apporter mon aide, je connaissais la tendance de la jeune femme à attirer des problèmes de diverses nature, et la journée risquait, de toute manières, d’être particulièrement intéressante.




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kalos
Expérience : 1133
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 11 Oct - 21:08

Une demoiselle en détresse... Ou pas.

Artémis Bleuette et Alexandre Diame
Le regard faussement sévère d'Alexandre calma un petit peu l'hilarité de la blonde. Elle se mordit la joue pour ne pas se remettre à rire comme une idiote alors que son ami rouspétait, affichant toutefois un sourire amusé qui le trahissait.

"Désolé mais c'était trop tentant. Tu te serais vu, c'était vraiment trop drôle."

Sa justification était on ne peut plus bancale, aussi la jeune femme pouffa à nouveau de rire devant sa puérilité. Artémis se calma un instant pour expliquer pourquoi elle avait fait appel au jeune homme. Ce dernier resta dubitatif un instant, visiblement il ne comprenait pas pourquoi la blonde avait besoin de sa présence pour faire une surprise à Ivar. Pendant ce temps, Artémis l'observait de ses yeux émeraude, un sourire amusé plaqué sur le visage. Le dresseur aux cheveux violets s'ébroua d'un seul coup pour revenir à la discussion. La blonde plissa les yeux, intriguée, mais ne s'attarda pas sur le sujet. La remarque qui suivit fit s’agrandir le sourire de la demoiselle alors qu'elle fronçait les sourcils pour prendre un air faussement indigné.

"Comment ça douteux ? Tu cherches les ennuis toi... répondit-elle avant de rire à nouveau. Sinon, oui je connais bien la ville, y a un quartier pas loin avec pas mal de boutique ça devrait le faire. Après y a toujours le centre commercial mais il est plus loin, reprit la jeune femme plus sérieusement. Pour l'idée euh... Je vais avoir l'air gnangnan mais je pensais, peut être une sortie tout les deux tu vois... Un truc un peu romantique."

La jeune femme se sentit rougir légèrement alors qu'elle se massait la nuque d'une main. La gêne passée, Artémis reafficha toute sa bonne humeur d'auparavant en montrant le chemin à son acolyte pour la journée. Ça promettait d'être amusant, au programme, la jeune femme avait prévu de faire un tour des boutiques pour trouver de quoi s'habiller et ensuite de quoi faire un bon repas. Peut être pas dans cet ordre, peut être ajoutera-t-elle d'autres escapades, la blonde ne savait pas trop, mais ils avaient encore toute la journée devant eux alors elle aurait très probablement le temps de tout faire !

Ainsi, les deux amis se lancèrent dans les rues de la ville médiévale, Artémis ne s’arrêtant plus de parler. Contrairement à ses anciennes habitudes, la blonde semblait s'ouvrir de plus en plus à Alexandre et disait tout ce qui lui passait par la tête sur le chemin. Enfin, pas tout évidemment. Elle lui parlait de la tenue qu'elle voudrait avoir pour la sortie, de l'impression qu'elle voulait donner, et qu'elle avait absolument besoin de l'avis du jeune homme aux cheveux violets pour lui dire ce qui allait et ce qui n'allait pas. Est-ce qu'une robe lui irait ? Non elle aurait l'air de sortir le grand jeu et ce serait un peu trop flagrant. S'habiller comme tout les jours ? Non plus, elle voulait l’impressionner un minimum. Elle ne finissait même pas ses pensées que déjà elle enchaînait sur la nourriture, partageant ensuite ses doutes quant aux desserts qu'elle voulait faire. Encore un fraisier ? Un gâteau classique au chocolat ? Quelque chose de plus raffiné ? La question du plat principale se posa aussi, ainsi que celle de la nourriture pour les Pokémon, si tant est qu'ils seraient de sortis.

Artémis se perdait dans un flot d'idée qu'elle ne contrôlait pas jusqu'à ce que le duo s'arrête devant un édifice qui arborait des habits en tout genre dans ses vitrines. Le regard soudain empli d'étoile, la blonde attrapa le poignet de son ami comme une gamine surexcitée et le suppliait de l'accompagner.

"Oh, regarde, est-ce que tu penses que ça m'irait ça ? Ou bien ça même, on devrait rentrer et essayer tu penses pas ? Je sais que je t'ennuies avec mes histoires mais s'il te plait, j'ai vraiment besoin de ton aide ! Et regarde, y a même des trucs pour toi si tu veux ! Oh, il y a même des accessoires pour Pokémon ! Tu viens ? Ça va être marrant !"

La jeune femme s'était transformée en pile électrique. L'arrivée d'Ivar avait vraiment réveillé quelque chose d'endormi dans l'esprit d'Artémis. La blonde finit par convaincre son ami d'entrer dans le magasin, et cette dernière se jeta littéralement sur le premier rayon venu. Très vite, elle les passait en revue, examinait leur contenu, récupérait parfois des articles et en reposant certains. Une vraie tornade. Une fois la phase d'observation terminée, la blonde jeta un regard à son ami, affichant un sourire radieux, avant de lui faire signe de la suivre. Il était temps de passer aux essayages, et ces derniers promettaient d'être amusant car la jeune femme n'avait pas récupérer des vêtements que pour elle.
©️S a n i e
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1965
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Oct - 10:49
Demoiselle en détresse... Ou pas.




Il était bien difficile de garder mon air faussement indigné face à la bonne humeur contagieuse d’Artémis. Et puis, c’était typiquement le genre de plaisanteries que j’aimais beaucoup faire moi-même, alors, comment la blâmer. Et puis, je m’amusais beaucoup trop de son attitude assez gênée lorsqu’elle me parlait d’Ivar. Il fallait dire qu’ils formaient un couple assez accordé, ils étaient tous les deux aussi timide l’un que l’autre lorsqu’ils étaient ensembles, ce qui, je devais l’avouer, était source de nombres de mes taquineries à leur sujet. Rien de bien méchant, car, comme avec moi, la jeune femme ne montrait son véritable visage qu’à partir du moment où on la connaissait un peu mieux. Lorsqu’elle me parla alors de ses plans avec le blondinet, mon sourire s’élargit soudain, surtout en voyant son teint rougir brusquement. Mais j’évitais de la taquiner, bien trop curieux de savoir ce qu’elle avait derrière la tête.

« Oh… Un repas en amoureux voyez-vous ça… Tu veux donc dire qu’il faut que je t’aide à organiser une soirée dans laquelle je vais pouvoir vous imaginer silencieux et rouges comme des pivoines ? Franchement, je m’en voudrais de vous faire rater un moment comme ça. » Dis-je, lançant un clin d’œil amusé à Artémis.

Je suivais ensuite la petite pile électrique dans les rues de Méridian. La jeune femme était absolument intenable, et j’avais bien du mal à en placer une. Je ne pouvais pas m’empêcher de repenser au jour de notre rencontre. Elle avait beaucoup changé, et semblait beaucoup plus épanouie qu’auparavant. Bien sûr, elle avait toujours un soupçon de timidité envers les inconnus, ce qui était normal, et envers Ivar, mais il fallait bien avouer que je n’aurais jamais pensé qu’elle pouvait avoir ce genre de personnalité avant de devenir plus proche avec elle. En même temps, nous en avions vécues, des aventures. Presque autant qu’avec Ivar d’ailleurs, ce qui pouvait facilement expliquer la proximité que nous avions actuellement. Et puis, il y avait aussi une sorte de rivalité, qui, bien que latente, était bien réelle. Nous nous respections en tant qu’amis mais également en tant que dresseurs, ce qui nous rapprochait indéniablement. Et puis, il y avait notre « ami » commun, qu’il ne fallait pas oublier non plus.

Je fus tiré de mes rêveries par la poigne d’Artémis sur mon bras, et par son flux de parole qui ne cessait d’augmenter. Elle s’était arrêtée devant la vitrine d’un magasin de vêtements, et observais, des étoiles dans les yeux. Avant que j’aie pu émettre une quelconque protestation, la blondinette me tira pas le bras à sa suite dans le magasin. Je manquais de chuter en me cognant sur la marche de l’entrée devant l’œil amusé des clients qui devaient surement me prendre pour le petit ami forcé de faire les boutiques. Je la laissais alors fourmiller de droite à gauche, récupérant divers accessoires. Il y avait de tout, et je devais bien avouer que les divers accessoires qu’elle prenait pour ses pokémons étaient particulièrement rigolos. Lorsqu’elle eut fini, elle s’avança vers moi avec un paquet de vêtements, me demandant de la suivre pour les essayages.

Le tiers de la pile était pour elle, et le second Tiers pour des pokémons. Quant au troisième, je la regardais avec un air incrédule. Il s’agissait de vêtements qu’elle avait choisi pour moi, et je ne comprenais pas bien sa volonté.

« Euh… Pour moi ? Enfin pour tes pokémons, à la limite je comprends, mais pourquoi j’devrais m’habiller moi ? J’veux dire, j’vais pas avoir un rencard ! » Lui lançais-je, tout de même un peu amusé.

Devant l’insistance de la jeune femme, je m’exécutais tout de même, alors qu’elle partait faire ses essayages de son côté. Une fois dans la cabine, je soupirais, avant de me déshabiller et d’enfiler la tenue qu’elle m’avait proposée. Niveau taille, c’était parfait, mais ce n’était pas du tout le genre de tenues dans lequel j’étais à l’aise ou que j’avais l’habitude de porter. C’était un smoking très classieux, avec un effet Majordome en prime, et une veste à queue-de-pie. Je sortais alors, me regardant dans le miroir présent entre les cabines avec un air désespéré. Je lançais alors à mon amie.

« Nan mais Arté sérieux… J’ai l’air d’un Pingoléon la d’dans, j’peux pas porter ça ! » Lançais-je, m’observant toujours dans la glace.



© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kalos
Expérience : 1133
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Oct - 22:46

Une demoiselle en détresse... Ou pas.

Artémis Bleuette et Alexandre Diame
La tête d'Alexandre lorsque la jeune femme présenta les nombreux articles valait le coup de l'avoir embarqué dans cette sortie. Malgré la pointe d'amusement qu'elle sentit dans sa voix alors qu'il tentait de comprendre les intentions d'Artémis, son expression n'en était pas moins hilarante et la blonde lui tendit quand même les quelques vêtements qu'elle avait choisi pour lui. C'était l'occasion de s'amuser un peu, elle avait toujours voulu voir Alexandre avec des habits un peu rigolo, c'était le moment d’expérimenter.

Les deux jeunes gens passèrent donc en cabine, Artémis avait tout de même pris soin de vérifier que son ami ne tentait pas de se faire la belle en douce avant d'elle-même se changer. La jeune femme attrapa donc la tenue qui lui avait le plus tapé dans l’œil et se déshabilla pour ensuite l'enfiler. Elle se retrouvait alors vêtue d'une légère robe d'été verte pâle rappelant les émeraudes de son regard. L'avant était plutôt classique, mais ce qui avait plus à la jeune femme c'était l'ouverture à l'arrière, offrant son dos à la vue des autres. Quelques rubans et un gros nœud fermait la robe derrière la blonde, des détails qu'elle trouvait plutôt mignons. Après s'être rapidement recoiffés dans la glace de la cabine, Artémis sortit après avoir entendu les jérémiades de son ami aux cheveux violets. Elle tira donc le rideau en levant les yeux au ciel, plus amusée qu'autre chose.

"Qu'est ce qu'il y a encore," lança-t-elle sur un ton faussement irrité.

La jeune femme posa alors son regard sur Alexandre. Elle le détailla quelques instants de la tête au pied, un sourire naissant sur son visage. Le smoking avait l'air de lui aller à merveille, Artémis était heureuse de ne pas s'être trompée de taille. L’attirail avait rapidement capté l'attention de la demoiselle durant sa courte recherche d'article car la pièce était vraiment belle. De plus, dès lors qu'elle avait vu ce smoking, elle ne pouvait pas ne pas voir Alexandre dedans. L'ensemble très classe donnait un air tout nouveau au dresseur de type Sol, qui affichait d'ailleurs un air exaspéré devant le miroir. Qu'il le veuille ou non, il faisait beaucoup plus professionnel la dedans, et très dandy. Artémis s'approcha alors pour sauter dans le dos de son ami, passant son visage au dessus d'une de ses épaules.

"Mais non, moi je trouve que ça te va super bien, t'as l'air super classe avec ça, dit-elle en envoyant un sourire radieux vers son ami. En plus tu seras bien obligé de porter un smoking pour l'inauguration de mon arène, alors dis-toi que je te prépare ahah."

D'un coup, la jeune femme plissa les yeux, son regard se concentrant sur le chevelure violette de son ami. Elle amena une de ses mains à son menton dans un geste exagéré de réflexion et s'écarta lentement de son ami. Il y avait matière à faire quelque chose d'encore mieux avec cette masse. La blonde ricana intérieurement alors qu'elle attrapait les épaules de son ami.

"Bon, ne bouge pas, ferme les yeux et fait moi confiance, j'ai encore mieux pour toi eheh."

Ni une ni deux, elle s'affaira avec les longs cheveux de son ami. Alors qu'elle s'amusait à les peigner, les rassembler en une queue de Ponyta et plus encore, la blonde ne pouvait se retenir de glousser comme une enfant. Très vite, elle reprit un semblant de sérieux et fit de son mieux pour dresser la chevelure de son ami en un chignon sur son crâne. Touche finale, elle ajustait le tout, fit le tour de son ami pour admirer le résultat avant de poser ses mains sur ses hanches, fière.

"C'est bon ! Ouvre les yeux et admire ! Tu fais tellement gentleman avec ton petit noeud papillon, c'est adorable."

Artémis gloussa de plus belle, observant son ami de haut en bas à nouveau. Peut être qu'Alex n'aimait pas la tenue, mais au moins la jeune femme s'amusait bien à jouer à la poupée avec lui. Et comme pour appuyer sur le fait que la journée était loin d'être fini, la blonde se tourna à son tour vers la glace pour s'observer l'air perplexe.

"Mmh, ça me va ? Pas vraiment hein, le vert c'est pas joli-joli non ? Tu pense que ça lui plairait, moi je suis pas sûre. Bon bah, next ! On a encore quelques trucs à essayer que je sache eheheh ! En avant !"

Et ainsi, elle s'engouffra à nouveau dans la cabine pour se changer. Artémis enfila cette fois un chemisier blanc très classique -quoique un peu trop ouvert au niveau de la poitrine- ainsi qu'une jupe plissée d'un bleu profond. Artémis n'était pas certaine que la tenue lui aille, mais tenta le tout pour le tout. De toute façon elle était surtout là pour rigoler un coup. Elle sortit cette fois la première, imitant l'arrivée d'une star sur le tapis rouge comme à la télé. Devant la glace, la jeune blonde continua son manège en pouffant de rire alors qu'elle prenait des poses toutes plus idiotes et clichées les unes que les autres.
©️S a n i e
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 1965
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 9:36
Demoiselle en détresse... Ou pas.




Lorsqu’Artémis sorti de sa cabine d’essayage, je lui jetais un air désespéré. Je préférais généralement les habits plutôt simples, dans un tissu léger comme le lin par exemple, aussi le smoking, tenue très prisée des soirées mondaines, n’était, à mes yeux, pas fait pour moi. Pourtant, tout en me taquinant légèrement, la jeune femme semblait curieusement l’apprécier. Décidément, nous venions de deux mondes complètement différents. Personne, dans mon village natal, n’aurait eu l’idée de porter ce genre de tenues. Peu pratiques, facilement salissantes, et pas nécessairement beaucoup plus élégante que d’autre tenues d’apparats que nous pouvions avoir chez nous. Et, lorsqu’elle parla de son arène, je compris un peu mieux la raison de ces essayages. Mais je n’allais tout de même pas me résoudre à porter cette tenue de Pingoleon. Je soupirais, reportant mon regard sur la jeune femme, sans me retourner, regardant simplement son visage dans le miroir.

« Non mais non. » Dis-je, faussement vexé. « En plus, mes habits normaux feront très bien l’affaire, c’est pas non plus l’évènement de l’année ! » Piquais-je la jeune femme, puisque, depuis le début de notre après-midi, le ton était plutôt aux taquineries qu’autre chose.

Mais visiblement, Artémis avait encore quelque chose en tête. Elle me demanda de fermer les yeux et de ne plus bouger, et je sentis soudain ses doigts dans ma chevelure violette. Je fronçais les sourcils, les yeux toujours fermés, mais laissant la jeune femme faire son œuvre. Même si nous n’avions visiblement pas du tout les mêmes gouts, je lui laissais le bénéfice du doute, attendant patiemment qu’elle ait fini son œuvre. J’avais beau être bougon, et jouer au rabat-joie, le moment était plutôt amusant et j’appréciais beaucoup la compagnie de mon amie, désormais bien plus décomplexée en ma présence. Lorsqu’elle eut fini son œuvre, je dû attendre qu’elle s’écarte de la glace pour pouvoir admirer ses talents. Enfin, admirer était un bien grand mot. Je regardais le chignon ridicule qui trônait à présent sur ma tête, contrastant avec l’aspect habituel de ma longue chevelure en bataille. Je lui jetais un regard découragé.

« Nan mais non plus ! J’ai l’air de rien du tout avec cette espèce de boule sur ma tête ! » Lançais-je, outré. La jeune femme avait l’air de bien s’amuser, ce qui m’arracha tout de même un sourire, me faisant perdre mes piètres talents d’acteur. « Et pour ce qui est de la rob-… » Je n’eus pas le temps de continuer que la jeune femme était déjà disparue derrière le rideau. Je lui lançais alors, d’une voix forte, comme si elle devait m’entendre à travers une porte. « Et t’as raison ! T’étais I-MMONDE ! » Criais-je pour me venger. Je défis alors le chignon que la jeune femme m’avait imposé, laissant retomber ma longue chevelure ébouriffée le long de mon dos.

Je retournais alors dans la cabine, ôtant le smoking, et enfilant la deuxième tenue que m’avait confiée la jeune femme. Il s’agissait cette fois d’un simple Jean et d’une chemise assez classe et agréable à porter. Ce n’était pas vraiment mon style, mais c’était déjà nettement mieux que la première tenue. Visiblement, Artémis n’avait pas fini son essayage, et j’en profitais pour aller chercher un vêtement que j’avais repéré pour elle dans le magasin. Lorsque je revins, et que la jeune femme me vit, elle commença à prendre des poses de star devant la glace. Devant son attitude, j’éclatais de rire, avant de me rapprocher. Sa tenue était plus sobre que la précédente, mais lui allait plutôt très bien. Elle aurait pu faire trop professionnel mais le décolleté vertigineux du haut venait ôter tout doute quant aux intentions de la jeune femme pour la soirée. Si elle cherchait à charmer Ivar, au moins, cette tenue lui permettrait.

« T’as fini Miss Mhyone ? » Lui lançais-je avec un clin d’œil, avant de faire mine de l’inspecter sous toutes ses coutures, un air grave et pensif sur le visage. « Mouai… » Finis-je par dire. « Pas mal, je préfère cette tenue à l’autre, elle est plus simple ! Mais je crois avoir trouvé la perle rare qui te permettra de faire tourner la tête de notre ami Ivar. Essaye ça ! » Je lui confiais alors la robe blanche que j’avais vu sur un mannequin.

Cette dernière était certes très belle, elle était loin d’être dans le ton de la soirée. C’était une robe longue, un bustier de surcroit. Dans un fin tissu blanc, et terminée par une bande de dentelle de la même couleur, cette robe était à la limite de ce qu’on pouvait appeler une robe de mariée, et l’idée de voir Artémis dans cette tenue m’amusait beaucoup. Je la laissais se changer, ne lui donnant pas le choix, et préparant l’appareil photo de mon téléphone. Il allait falloir immortaliser ce moment, et il était de mon devoir de le faire.




© ANARCISS pour épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Kalos
Expérience : 1133
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 21:21

Une demoiselle en détresse... Ou pas.

Artémis Bleuette et Alexandre Diame
"Tu n'es clairement pas objectif, si je te dis que c'est parfait sur toi, c'est que ça l'est, dit-elle en pouffant de rire devant le chignon arrangé. Cette espèce de boule comme tu dis ça te va super bien !"

Artémis observa un instant son oeuvre, pas peu fière d'avoir joué un tour pareil à son ami. Le voir en smoking lui donnait un air totalement différent, plus classieux. La blonde trouvait sincèrement que ça lui allait à merveille, mais s'il ne s'y sentait pas à l'aise alors tant pis. Rapidement, elle se tourna alors pour faire face à son reflet, venant examiner plus en détail chaque recoin de la robe qu'elle portait. Alex tenta de commenter la tenue de la demoiselle, mais cette dernière s'en occupait déjà, animant seule ses essayages avant de s'engouffrer sans un mot dans sa cabine. La remarque d'Alexandre une fois derrière le rideau provoqua un grand sourire amusé de la part d'Artémis.

"Ah ouais immonde t'es sur ? Vérifie un peu ton reflet, toi et ta boule ahah,
répondit-elle aussi fort avant de rire. Je te jure, immonde quoi... Je suis magnifique en toute occasion pff."

La jeune femme gloussa à ses dernières paroles murmurées à elle-même avant de se changer rapidement. A sa sortie, la belle ne trouva personne devant la grande glace, aussi elle devina que son ami devait toujours s'habiller. La voie était libre, et la demoiselle comptait bien en profiter pour continuer ses Tiboudeteries. Telle Inésia, elle se pavana jusqu'au miroir pour ensuite prendre des poses toujours plus ridicules. Des éclats de rire provenant de derrière elle l’interpellèrent, et elle suivit le mouvement très vite en voyant son ami hilare. La remarque du jeune homme la fit à nouveau pouffer de rire Artémis, qui ne se calma qu'après quelques instants. D'un geste, elle essuya une larme qui perlait à son œil avant de répondre.

"Ah oui, Miss Mhyone hein ? Répéta-t-elle en prenant à nouveau la pose. Suis-je si irrésistible ? Je me croyais immonde."

La blonde haussa un sourcil inquisiteur en direction de son ami avant qu'un autre sourire ne vienne fendre ses lèvres. Alexandre pendant ce temps faisait le tour de la jeune femme, l'inspectant de haut en bas l'air grave. Artémis le suivit du regard, une expression perplexe sur le visage. L'évaluation toucha à sa fin avec un commentaire très expressifs du jeune homme. "Mouais". La demoiselle posa une main sur sa poitrine, outrée. Seulement ? Elle pensait pourtant que cette tenue envoyait du pâté, entre le décolleté et la jupe qui laissait tout voir de ses jambes. La suite des propos d'Alex éveilla la curiosité et la méfiance de la jeune femme. Une perle rare, disait-il. Artémis allait s'en tenir à son jugement et prit la robe avec elle, envoyant tout de même des regards suspicieux à son ami alors qu'elle se retrouvait à nouveau dans la cabine.

En l'enfilant, Artémis comprit rapidement que le jeune homme se vengeait du coup qu'elle lui avait fait avec le smoking en lui passant une robe qui rappelait beaucoup celle des mariées. La blague fit glousser la blonde alors qu'elle s'habillait rapidement du vêtement. Le tissu léger sur sa peau ne lui tenait pas chaud, parfait pour l'été, et les détails de la dentelle qui terminait la robe était une touche qui plaisait bien à Artémis. En grande coquette qu'elle était, la jeune femme se retrouva un petit moment en train de tourner dans tout les sens, jouant à faire flotter sa jupe avec elle. Après quelques pirouettes, la jeune femme se rappela qu'Alexandre attendait à l’extérieur.

"Attention les yeux ! La mariée arrive !" annonça-t-elle en ouvrant en grand le rideau qui la séparait de son ami.

Artémis sortit à nouveau telle une princesse, levant les bras dans une pose exagérée comme elle savait si bien le faire. Bien vite, elle perdit son sérieux et éclata de rire en voyant que le dresseur aux cheveux violets s'étaient armés de son téléphone. La blonde leva ses mains devant son visage, comme pour se protéger d'un paparazzi, avant de continuer son défilé, prenant différentes poses pour son photographe attitré. Bientôt, elle s'arrêta en levant une main pour terminer la séance.

"Par contre, tu montres à personne ça hein ! J'ai l'air d'une folle après, j'ai une réputation de timide toute mignonne à garder," souffla-t-elle avant de se remettre à rire.
©️S a n i e
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Mhyone :: Méridian-
Sauter vers: