HAUT
BAS

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Ne jamais partir sans carte... [Illya]
Ne jamais partir sans carte... [Illya]
Sam 2 Juil 2016 - 22:17
Région d'origine : Hoenn
Messages : 14

Alice Hendel

Alice Hendel

Quand on part à l'aventure, il y a un minimum vital à toujours avoir sur soit. ON pensera notamment à de la nourriture, une tente, et un peu d'argent. Mais à cet ensemble, il faut également ajouter la carte, outil précieux s'il en est, car il permet au voyageur de rejoindre chaque ville sans mourir de faim à force de détours.
J'avais vaguement étudié la géographie de l'île avant de partir d'Hoenn, et j'avais trouvé la topographie des lieux assez simples pour partir plus ou moins à l'aveugle. Et, pour être tout à fait honnête, le début de mon périple m'a plutôt donné raison. De Nox Illum, j'ai pu rejoindre Méridian sans problème avant de descendre à Viridia. De là, n'étant pas une grande adepte des trajets en mer, j'étais revenu sur mes pas pour revenir à Nox Illum, où j'ai pu passer une nuit chez mon oncle. Le lendemain, j'étais déjà reparti, direction plein sur en direction de Bord-au-Vent, ville au nom pittoresque s'il en est.

Malheureusement, tout ne s'était pas passé comme prévu... J'en étais déjà à mon cinquième jour de voyage pour un trajet que j'avais estimé à trois jours à la base. J'avais décidé de délaisser la route pour m'avancer plus en avant dans les forêts. Flandre m'avais bien fait comprendre qu'elle désapprouvait cette initiative, mais m'avait quand même suivi de ses petites ailes alors que je m'engageai entre les arbres. J'aurais mieux fait de l'écouter.
Premier constat, le terrain était clairement plus difficilement pratiquable, ce qui ralentit grandement ma progression. Le second point, et non des moindres, et que la physionomie même de la forêt me fit perdre mes repères sans que je m'en rende, si bien que cela faisait maintenant deux jours que je cherchais désespérement la route afin de reprendre mon trajet dans des conditions optimales. Mais impossible de retomber dessus.

Le matin du cinquième jour fut le pire de tous, puisqu'il se mit à pleuvoir. Mais pas la petite pluie matinale et passagère, n'allez pas croire. Je vous parle de la bonne averse qui vous empêche presque de respirer tant elle est dense est forte, celle qui vous fouette le visage en vous empêchant d'ouvrir les yeux, celle qui donne à tout ce qui vous entoure une odeur de boue et de vase. Mais surtout, c'est le déluge qui couvre le ciel et qui m'empêchait tout bonnement de me repérer grâce au soleil.

Face à ma tente se trouvait les restes d'un feu mort  que j'avais allumé la veille pour me réchauffer. Je pliais les quelques bouts de tissus qui me servaient d'abri (tâche rendue ô combien difficile par la pluie battante) et je me mis à courir, mon sac sur le dos et Flandre recroquevillée sur mon épaule. Je la sentais quelques peu paniquée, d'une part du fait de la pluie battante qui causait un bruit assourdissant, et d'autre part devait-elle me sentir tendue quant à l'idée qu'il nous fallait impérativement retrouver notre route. Je n'avais pas peur à proprement parler, n'exagérons rien, mais j'avais quand même une certaine appréhension quand à nos ressources...

Je courais donc sous l'averse, essayant au maximum de tenir un cap vers ce qui m'avait semblé être la veille le sud. Si j'allais tout droit, j'allais bien finir par sortir de cette fichue forêt, non ?
Dans la théorie, cela aurait pu fonctionner, et je pense même qu'au bout d'une demie-heure, j'avais déjà bien avancé dans mon périple. Mais un incident vint changer la donne.
Un simple caillou, à moitié enterré sous la terre mouillé, tout à fait invisible au regard qui ne s'y attendait pas.

Mon pied buta sur lui. Mon élan me fit basculer vers l'avant et je m'étalais par terre, ma tête heurtant au passage une racine noueuse, qui m'assoma à moitié. Flandre avait réussi à prendre son envol à temps et s'était posée à côté de ma tête, me ragardant d'un air inquiet.
Je pris bien cinq bonnes minutes avant de parvenir à me remettre debout. Ma tête tournait, je voyais flou, mais il fallait que je reprenne la route. Flandre se reposa sur mon épaule et je repris ma marche, priant pour atteindre au plus vite l'orée du bois.

La pluie s'atténua peu à peu, allant même, au bout d'un temps, jusqu'à s'arrêter complètement. Le ciel, néanmoins restait couvert et ne me permettait pas d'avoir la moindre indication quant à l'heure ou à la direction que je prenais.
Je commançais à avoir l'impression désagréable de commettre une erreur.
Je continuais à marcher, incapable de courir après le choc que m'avait causé ma chute. Peu à peu, le paysage commençait à me sembler de plus en plus familier.

Je finis par revenir devant les restes du feu que j'avais éteint hier soir.

Cette vision fut de trop. Les yeux en larmes, je me laissais tomber contre le tronc d'un arbre en commençant à pleurer, j'étais fatiguée, j'avais mal partout, et surtout, surtout, j'étais complétement perdue.

-J'en ai marre, Flandre, je veux rentrer à la maison...

Mon acolyte tenta de me réconforter en frottant sa tête contre la mienne, mais rien ne pouvait tarir mes pleurs. J'avais bien conscience que ma situation devait paraître ridicule au plus au point d'un point de vue extérieure, mais la fatigue et mon besoin de me relâcher avaient pris le pas sur mon semblant de dignité...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Ne jamais partir sans carte... [Illya] 333
Fiche - T-Card - Je m'exprime de darkmagenta
Re: Ne jamais partir sans carte... [Illya]
Dim 3 Juil 2016 - 21:57
Région d'origine : Johto
Messages : 57

Anna Fyore

Anna Fyore
La pluie commençait doucement à s’amenuiser, un signe qui tira un léger soupir de soulagement à une certaine jeune fille aux cheveux argentés qui commençait à ressentir les douleurs musculaires caractéristiques d’une personne restée immobile dans une position inconfortable un peu trop longtemps pour son propre bien. Bon, à première vue, il lui faudrait encore attendre un moment pour se permettre de se remettre en route, mais simplement voir les gouttes d’eau marteler le sol à un rythme moins effréné était bon signe. Suffisait d’être patiente… ça lui apprendrait à sortir quand la météo s’annonçait peu commode, tiens.

Illya s’étira comme elle le pouvait. Voilà deux jours qu’elle était revenue à Bord-au-Vent pour un petit retour à la maison, à la fois pour un petit repos qu’elle jugeait bien méritée et pour rassurer la petite famille sur sa situation. Néanmoins, après une bonne journée passait dans le calme et la détente, son désir de découverte avait repris le dessus et l’adolescente désirait profiter de la présence de son petit gardien amphibien pour en profiter pour s’aventurer plus loin autour de la ville de son enfance. Avant, ses observations « sur le terrain » se résumaient aux pokémons dont s’occupaient la pension familiale, on ne l’avait pas exactement laissée (avec raison) dans la forêt toute seule. C’était donc l’occasion de changer cela. Puis bon, autant en profiter pour tenter des trucs dans un endroit un minimum familier avec la maison à proximité.

Elle était donc partie très tôt le matin alors que de gros nuages noirs n’annonçaient rien de bon. Pas vraiment un problème s’est-elle dit, voir le comportement des pokémons sous la pluie serait aussi très intéressant. Évidemment, Illya n’avait pas prévu qu’il s’agirait d’un déluge. Heureusement, avec un imperméable un peu trop grand sur le dos, elle avait pu se garder suffisamment au sec assez longtemps pour trouver refuge sous un arbre assez imposant. Voilà donc un bon moment qu’elle était assise repliée entre deux racines pour échapper à la fureur des nuages. L’espace « sec » était très limité, même dans sa position inconfortable le bout de ses bottes se faisait agresser par les gouttes de pluie. En plus, difficile de voir des pokémons dans ces conditions. Si elle avait été moins inquiète de mon mouiller son cahier, Illya en aurait probablement profité pour feuilleter ses notes, mais bon. Elle était condamnée à attendre que ce soit calmé.

Quant à Muddy, il paraissait être dans son élément. Le Gobou dormait comme le gros bébé qu’il était dans un trou boueux qu’il avait creusé pour la peine. Au moins, quelqu’un appréciait le mauvais temps.

Enfin, la pluie finit par s’arrêter. Soulagée, Illya se leva en grimaçant, les muscles endoloris.

-Allez mon gros, c’est l’heure d’y aller, lança-t-elle à l’intention de son pokémon.

Muddy ouvrit un œil, puis l’autre et se leva en s’étirant avant de suivre sa maîtresse.

Le terrain était devenu plus difficilement praticable, rien de surprenant, bien que cela soit plutôt désagréable pour se déplacer. Illya se retrouva couverte de boue jusqu’aux genoux et les mains pleines de saletés diverses en un temps record, mais n’en fit pas vraiment de cas pour le moment. Si elle trouvait quoi que ce soit d’intéressant, ça allait vouloir la peine. Il lui fallait juste vérifier toutes les cinq secondes que Muddy suivait bien, en tout cas lui semblait bien s’amuser.

Elle croisa un Mystherbe qui s’enfuit malheureusement à son approche (et le suivre lui donnait plus de chance de tomber face contre terre qu’autre chose). Un peu plus tard, son attention fut piquée par un petit groupe de Tournegrins qui avaient l’air de jouer ensemble. Néanmoins, elle ne put les observer que quelques minutes avant que l’un d’eux ne remarque sa présence, présence que ne leur plut visiblement pas d’ailleurs. Même si leur facteur intimidation n’était pas exactement le plus remarquable, Illya préféra ne pas risquer de problème et s’éloigna docilement.

Elle trébucha sur une racine à un moment aussi, son pantalon allait avoir besoin d’un sacré lavage.

Après un moment, Muddy s’arrêta brusquement pour se mettre à fixer à sa droite, entre les arbres. Surprise, Illya stoppa à son tour.

-Quelque chose ne va pas !?

Le pokémon regarde la dresseuse quelques secondes puis se remit à fixer derrière les arbres. Yep, quelque chose était bizarre. Perplexe, Illya se mit à avancer prudemment dans la direction indiquée. Muddy la suivit au même rythme sans rechigner, ce qui semblait indiquer qu’il ne pensait pas qu’il s’agissait d’un danger. Après quelques mètres, quelque chose se fit entendre.

Des pleurs.

L’adolescente figea un moment avant d’hâter le pas. Décidément quelque chose n’allait pas.

Il ne lui fallut pas longtemps pour remarquer une forme un peu plus loin, forme qui se transforma rapidement en jeune femme, avec un Tylton, assise sur une souche d’arbre. Une jeune femme qui avait bien l’air de pleurer.

-Eh, vous allez bien !? demanda Illya en s’approchant, Muddy suivant toujours juste derrière, inquiète.

Bien sûr, la réponse à sa question pouvait paraître assez évidente, mais bon. La jeune fille faillit trébucher à nouveau.

-Argh ! Je, euh, vous êtes perdue ? Vous avez mal quelque part ? Qu’est-ce qui ne va pas ?

Soucieuse, elle cherchait les autres problèmes potentiels dans une forêt comme celle-ci. Peut-être avait-elle perdu quelque chose d’important, un de ses pokémons avaient peut-être des problèmes ou quelque chose comme ça. C’était difficile à devenir vu le peu d’informations disponibles, mais Illya crut remarquer que l’inconnue était couverte de saletés, elle aussi était peut-être tombée un peu avant ?

Dans tous les cas, cette personne avait décidément l'air d'avoir besoin d’aide.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: DETENTE :: Archives :: Archives RP :: 2016-
Sauter vers: