HAUT
BAS

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Seules les étoiles n'ont pas changé
Seules les étoiles n'ont pas changé
Sam 15 Déc 2018 - 21:36
Région d'origine : Kanto
Messages : 126

Jeremiah Summers

Jeremiah Summers
À mesure qu'il monte les escaliers c'est comme s'il glissait dans un autre univers. Lointaines, les clameurs de la ville. Le bruit des voitures est remplacé par celui des criquets. La lumière des lampadaires devient semblable a celle des lucioles.

Et des étoiles.

Les lumières de la ville sont encore présentes. Depuis cette hauteur le long de la falaise il peut voir leur halo contre le noir de la nuit. Il faut qu'il s'éloigne encore un peu plus.

L'escalier monte jusqu'en haut de la falaise. Au sommet, un petit bois dans lequel s'enfonce un sentier perdu. Jeremiah entre dans la forêt comme on entre dans un rêve. Ici, point de lumière. Les arbres et les buissons masquent le monde extérieur. On peut entendre quelques pokémons insecte s'affairer dans les buissons. Les feuilles gelées jonchant le sol craquent sous ses pas. Jeremiah resserre son châle autour de ses épaules et presse l'allure.

La forêt silencieuse finit par s'écarter pour révéler un ensemble de bâtiments plongés dans l'obscurité. Il voit de la lumière au loin et contourne les constructions dans sa direction. Après une courte marche il trouve ce qui semble être l'entrée principale de l'observatoire. Ici des lampadaires éclairent un parking, des voitures, une route. Une double porte de verre automatique le mène à un hall éclairé. L'intérieur du bâtiment réchauffe ses joues piquées de froid. Quelques visiteurs lisent des panneaux explicatifs. Un enfant accompagné de ses parents se dirige vers la sortie en s'exclamant "C'était génial ! Je veux être astronaute quand je serai grand !"

Jeremiah erre d'abord dans le hall, lit les panneaux, suit les visiteurs. D'après les explications affichées près de l'entrée il se trouve bien à sa destination prévue, l'observatoire d'Elerya. Et celui-ci est ouvert au public tous les premier dimanche du mois. Aujourd'hui c'est le dimanche deux décembre. Il a de la chance.

En suivant les autres visiteurs Jeremiah arrive dans un hall où se séparent les couloirs menant aux différents télescopes, lui indiquent les panneaux. Chaque télescope est ce soir tourné vers un objet céleste particulier. Empruntez cette direction pour observer Jupiter, celle-ci pour parcourir le paysage lunaire. Intrigué, il se dirige vers le télescope lunaire. Mais une fois sur place la file d'attente le décourage quelque peu. Il semble y avoir d'autres choses à voir ici, il pourra toujours revenir plus tard.

Il poursuit son chemin dans le couloir et passe les différents télescopes. Tout au bout une lourde porte noire est surmontée de la mention en lettres d'argent : planétarium.

Jeremiah entre. Et se retrouve le souffle coupé.

C'est comme s'il avait mis le pied dans l'espace infini. Autour de lui le noir du ciel et les étoiles. La voie lactée scintille de mille feux sur ce fond de noir impénétrable. Il hésite à faire un pas de plus, craignant que le vide ne l'aspire. Mais en avançant il peut voir que l'espace n'est qu'une image, une illusion, projetée sur un sol bien solide.

Tout autour d'eux, en haut et en bas, le ciel est projeté. Jeremiah se demande quelle technologie est derrière ce prodige. Marchent-ils sur un écran ? Puis il voit les pokémons psy flotter tout autour de la salle. Des Lunarocs surtout, mais il voit aussi un Mentali, quelques Solarocs et étrangement un Staross. Mais peut-être n'est-ce pas si bizarre. Ce Pokémon est aussi, après tout, une étoile.

"C'est la première fois que vous venez ?" une voix s'élève soudain. La voix est douce mais il sursaute, c'est plus fort que lui ! "Pardon, je ne voulais pas vous faire peur." Cette voix appartient à une femme d'âge incertain. Sa peau et ses yeux sombres la feraient disparaitre dans les ténèbres si ce n'était pour le logo de l'observatoire brillant de phosphorescence au milieu de son T-shirt. Elle lui tend un dépliant avec un sourire.

"Je m'appelle Nalani Kahue. N'hésitez pas me poser la moindre question sur ce que vous voyez ou sur les activités de l'observatoire. Je suis là pour y répondre." Son sourire dévoile des dents blanches qui semblent presque fluorescentes au milieu de cette obscurité.

Jeremiah prend poliment le flyer offert mais ne s'y intéresse pas pour l'instant. À la place il désigne les Lunarocs en essayant de mettre une interrogation sur son visage.

"Mh ? Oh, les pokémons psy ? Oui, ce sont eux qui font fonctionner le planétarium. Ce que vous voyez est une projection en temps réel du ciel au dessus de nos têtes, mais sans la pollution visuelle. Cela nous permet de faire des observations même pendant la journée."

Jeremiah hoche la tête en remerciement. Il ne sait pas trop quoi lui demander d'autre alors il lève la tête et contemple les étoiles. L'astronome doit s'ennuyer car au lieu de s'éloigner elle lui dit "Est-ce que vous voudriez que je vous montre les constellations ?"

Avec l'aide d'un Lunaroc qui fait apparaitre de fines connections entre les étoiles, Nalani lui montre les principales formes ornant la voûte céleste. D'abord la plus célèbre, le Jirachi : un groupe d'étoiles supposées représenter le chapeau du pokémon fabuleux avec ses trois petits papiers bleus. Jeremiah a toujours trouvé que ça ressemblait surtout à la lettre A, mais il s'abstient de commentaire.

Puis il découvre le Rayquaza, une longue courbe d'étoiles parcourant toute une partie du ciel. Le Xerneas qui lui aussi ressemble pour Jeremiah à une simple lettre. L'Oursaring, enfin d'après l'astronome. Jeremiah lui n'y voit qu'une casserole. Malgré son manque de lyrisme il peut apprécier la beauté de la visite. Des millions et des millions d'étoiles qu'il n'avait jamais vues avant aujourd'hui. Il ne regrette pas sa visite impromptue.

Lorsque finalement Nalani le laisse pour aller éduquer un autre visiteur Jeremiah se penche sur le dépliant qu'elle lui a donné. Il n'est pas très facile à lire dans l'obscurité. À peine a-t-il formulé cette pensée que le Lunaroc qui s'était approché d'eux pour tracer les constellations lui sert maintenant de lampe torche. Il est bien aimable.

Le document est une simple présentation de l'observatoire et du laboratoire associé. Apparemment les données recueillies sur ce site servent à guider des fusées lancées depuis le laboratoire d'Algatia, à Hoenn. Intéressant. Un autre volet du texte lui apprend que le laboratoire d'Elerya ne fait pas que se consacrer à l'espace. On y étudie aussi les pokémons. Et en particulier les fossiles. Ils sont l'un des quelques sites au monde possédant l'appareillage nécessaire pour les faire... revivre ?

"L'équipe fossiles ?" dit Nalani lorsque Jeremiah va la retrouver et lui désigne le paragraphe du doigt. "Ils travaillent dans le bâtiment d'à côté, vous pouvez y accéder depuis le couloir à droite du planétarium. N'hésitez pas à aller les voir. Ils n'ont jamais beaucoup de visiteurs pendant ces portes ouvertes, il seront ravis de vous avoir."

Faire revivre un fossile... Jeremiah songe en parcourant un couloir vide. Il n'a jamais entendu parler d'une telle chose. C'est pourtant incroyable que ça soit possible. Était-ce l'intention de ceux qui ont placé cet assortiment de fossiles parmi les lots d'Halloween ? Sur le moment il pensait avoir gagné une décoration à l'intérêt limité. S'il s'agissait en réalité d'un potentiel pokémon... Jeremiah ne sait trop quoi en penser. Pour commencer, il n'aime pas trop l'idée d'offrir des pokémons à une tombola. Ce sont des êtres vivants, pas un bouquet garni. Mais au delà de ça...

A-t-il le droit de demander à ramener un mort à la vie ?

En a-t-il le devoir ?

Ses pas résonnant dans le couloir le mènent à une porte sommairement tenue ouverte par un panneau "Observatoire d'Elerya, département fossiles. Entrée libre."

La salle dans laquelle il débouche est bien moins séduisante que le hall des étoiles. Des bureaux recouverts de papiers en vrac s'entassent dans tous les coins de la pièce. Dans le fond un chercheur barbu est vissé à son écran, visiblement peu concerné par l'heure ou le jour actuels. C'est moins publicitaire, mais c'est aussi plus réel. Et puis il y a une machine dans le coin qui fait un "bip bip" régulier dont le timbre lui plait beaucoup.

Au fond de la salle une porte s'ouvre pour révéler un chercheur a l'air plus jeune. "Fibonacci s'est encore fait la malle ! Tu n'aurais pas... Oh, bonsoir, je peux vous aider ?"

Jeremiah lève la main dans lequel se trouve le dépliant. Le chercheur s'approche. Il porte de grosses lunettes et un pull-over marron ayant vu de meilleurs jours. "Qu'est-ce que... Oh ! On est déjà dimanche ? J'oublie tout le temps ces portes ouvertes ! Vous venez visiter ? Oh là là je n'ai rien de prêt à vous montrer. Et Fibonacci qui s'est encore échappé... Est-ce que je peux vous laisser un instant avec les vivariums ? Il faut absolument que je retrouve ce foutu pokémon. Venez par là, venez ! Ne soyez pas timide !"

Jeremiah n'est pas timide mais il lui faut naviguer prudemment la salle s'il ne veut pas faire tomber le contenu d'un bureau ou deux sur le sol. Une fois la pièce traversée il passe la porte pour suivre le chercheur dans la salle suivante.

La salle est remplie de vivariums.

Et dans les vivariums dorment des créatures que Jeremiah n'a jamais vu. "Je reviens vite hein, enfin j'espère. Faites le tour mais euh, n'ouvrez pas les espaces de vie hein ? Je vous fais confiance !"

Et le chercheur disparait pour le laisser seul avec des équipements et des créatures qui coûtent certainement des milliers de pokédollars.

Un peu étranges, ces scientifiques.

Jeremiah s'approche des vivariums pour observer les curieuses créatures les abritant. Il peut voir une drôle de petite bête qui semble entièrement composée d'une carapace brune de laquelle sortent deux petites griffes. Dans un large aquarium une tortue marine nage en rond. Les autres créatures sont endormies, cachées derrière des rochers ou dans un abri.

Il a assez rapidement fait le tour des pokémons observables et le chercheur n'est toujours pas revenu. Plus par ennui que par curiosité il regarde les enchevêtrements de papiers recouvrant les bureaux. Rapidement des flyers éparpillés qui autrefois avaient du former une pile attirent son attention. On dirait un dépliant explicatif semblable à celui qu'il a obtenu au planétarium. Mais celui-ci porte en titre "Ce qu'il faut savoir sur les pokémons fossiles"

Les pokémons fossiles charment par leur exotisme et leur rareté. Mais attention, ces petites bêtes requièrent un soin particulier ! Tout comme un Blizzi ne se plaira jamais à Alola, les pokémons fossiles ne sont pas tout à fait adaptés à notre climat. Il est donc nécessaire de faire très attention à leur santé. Avant d'ajouter un fossile à votre équipe venez vous renseigner à l'observatoire d'Elerya pour être sûr d'offrir à votre compagnon l'environnement idéal.
"Je sais que tu veux te dégourdir les tentacules..." dit soudain une voix derrière Jeremiah. Il se retourne pour voir que le chercheur est de retour. Il a sous le bras et drôle de pokémon doté de tentacules assez inquiétants. Mais ce qui attire surtout l'œil c'est sa carapace spiralée d'un rose détonnant. "...mais tu devras te contenter d'attendre l'heure de ta promenade. Tu ne peux pas te balader dans les couloirs comme ça quelqu'un va finir par te marcher dessus. Ah, désolé de vous avoir fait attendre ! Donnez moi un instant !"

Le chercheur dépose l'étrange pokémon dans l'un des terrariums et referme l'habitat à l'aide d'un cadenas. Le pokémon tape à la vitre avec son tentacule, l'air extrêmement vexé.

"Désolé, désolé ! Alors, euh, bienvenue au laboratoire de recherche sur les fossiles !" l'homme déclare avec un mouvement des bras enthousiaste. "Bon c'est un peu fouillis... Donc, euh... nous faisons des recherches sur les fossiles... Et euh... pardon, ça fait longtemps qu'on a pas eu de visiteurs, je ne sais plus trop quoi dire."

Jeremiah lui épargne son malaise en sortant de son sac son mystérieux prix d'Halloween. Le regard du scientifique aussitôt s'anime.

"Oh ! Un fossile racine ! Il est superbe ! Est-ce que vous permettez... ?" Obligeant, Jeremiah dépose l'objet dans sa main tendue. Le chercheur plonge la main dans le désordre d'un bureau et en sort une grosse loupe.

"Oh c'est magnifique on peut voir tout le détail de ce tentacule !" Jeremiah se demande si tous les pokémons fossiles ont des tentacules "Oh et là on peut voir les polypes individuels c'est fantastique. C'est un très très beau spécimen. Où l'avez-vous trouvé ? Oh, pardon, j'oublie mes manières. Je suis Leonardo Desnos, enseignant chercheur en paléohistologie. Qu'est-ce qui vous amène ?"

Jeremiah lève la main dans laquelle se trouve le dépliant.

"Vous êtes dresseur alors ? Oui j'aurais du m'en douter, quasiment toutes les personnes qui viennent ici avec un fossile à la main veulent le ranimer. On dirait que c'est une mode. Attendez voir un instant, je dois avoir quelque part..."

Leonardo glisse la loupe et le fossile dans la poche de son pantalon et grimpe sur une table pour atteindre les plus hautes étagères d'une bibliothèque. En équilibre précaire sur la pile de papiers et d'objets divers il sort plusieurs volumes des étagères "Non, pas celui-là, ah tiens il était ici ? oh celui-ci est une bonne référence mais si je pouvais trouver... ah, parfait !"

Une fois de retour sur la terre ferme il met dans les mains de Jeremiah un livre étonnamment petit. C'est un simple livre poche intitulé "Fossiles : un ouvrage de vulgarisation à l'usage du dresseur"

"Je vous conseille très vivement de lire l'intégralité avant que votre anémone ne soit de retour parmi les vivants. Ça vous occupera pendant les longues soirées d'hiver ! Ce bouquin vous expliquera l'archi-minimum théorique et surtout comment vous occuper correctement de la bestiole. Les fossiles, c'est fragile ! Et attendez, je vais vous donner mon e-mail si vous avez des questions, laissez-moi trouver une bout de papier... voilà ! Alors, lisez ça et puis... Oh, oui, mince ! Donnez-moi un numéro de téléphone ou un mail surtout ! Ou mieux, les deux ! Pour que je puisse vous contacter lorsqu'il sera prêt !"

Jeremiah sort son téléphone. Mais au lieu d'afficher son numéro sur l'écran, il tape 'Lorsqu'il sera prêt ?'

Leonardo marque une seconde de pause, ses yeux allant du message à Jeremiah. Il s'agit probablement du moment où il réalise que le dresseur n'a pas encore dit un mot. "Ah je ne peux pas vous donner de date précise ça dépend de beaucoup de paramètres. Votre spécimen a l'air de bonne qualité. S'il n'y a pas de faute cachée à l'intérieur ça prendra au plus... Disons trois semaines pour le séquençage, deux pour la restauration, peut-être un mois pour l'impression, et puis il y a l'incubation... Disons trois mois, au minimum. Enfin ça dépendra surtout du budget de l'année qui sera annoncé en janvier. Si on ne peut pas ré-embaucher notre ingénieur il faudra que je laisse ce projet de côté pour me concentrer sur ce spécimen inconnu qu'on nous a rapporté il y a six mois. Et avec mon post-doc parti un an à Kalos... Enfin, je vous contacterai pour vous donner l'avancement ! Ça vous convient ?"

Il n'a pas vraiment d'autre choix que d'en convenir. Mais il a tout de même une question...

'C'est un fossile de quoi ?'

"Oh, oui, bien sûr ! Faites voir le bouquin !" Il feuillette le petit livre et le retourne vers Jeremiah, la page ouverte sur une illustration d'un genre de... de...

"C'est un Lilia ! C'est une créature proche des anémones, mais étrangement il s'agit d'un type plante. Fascinante cette bestiole, j'en avais un dans l'aquarium ici mais il est devenu trop gros et on l'a transféré au labo de Poivressel. Il faudra faire attention avec lui, c'est un vorace et il n'a pas peur de s'en prendre aux autres pokémons. Bon, je vous laisse, je vais aller cataloguer votre spécimen avant que je le perde ! Passez une bonne journée !"

Quelle nuit pleine de surprise, songe Jeremiah sur le chemin du retour. Le planétarium était féérique. Le laboratoire des fossiles étrange. Son sac est plus léger d'un fossile et plus lourd d'un livre. Lorsqu'il est de retour au centre pokémon et peut enfin s'allonger dans sa chambre il est maintenant très tard.

Mais il est loin d'avoir envie de dormir.

À la lumière d'une lampe de chevet il ouvre le livre directement à la page décrivant son futur pokémon.

Lilia
Le pokémon lys d'eau

Lilia a existé à l'aire du Trias et certains spécimens peuvent encore être observés durant le Jurassique inférieur. Comme la majorité des pokémons fossiles il est issu d'une époque où la prédation entre pokémons était la norme. Lilia est un prédateur d'affût. Il s'accroche à un rocher pour une période de plusieurs semaines à plusieurs années si le gibier est abondant. Il reste immobile et silencieux jusqu'à ce qu'une proie passe à portée. Il projette alors très rapidement ses tentacules pour immobiliser sa victime. Une fois neutralisé, le pokémon sera lentement digéré sur une période de plusieurs jours. Pour toutes ces raisons, Lilia s'intègre très mal au sein d'une équipe pokémon. Mais si vous voulez malgré tout vous mesurer à ce challenge, continuez votre lecture.



Eh bien. Lui qui pensait que rien ne serait plus difficile que contrôler sa Granivol. Il reconsidère maintenant son choix de raviver le Lilia.

Mais l'illustration le fait un peu ressembler à une fleur. Une fleur, 50 millions d'années avant les premières fleurs.

Ça mérite le coup d'œil, non ?

[One-shot. Le Lilia sera "capturé" dans une future partie 2]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Présentation
T-card
Sac à dos
Flower fact : Les Granivols ne sont pas comestibles.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: MHYONE :: Elerya :: L'Observatoire-
Sauter vers: