:: Mhyone :: Réseau routier :: Route 4 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un accident assez brutal / Feat Alexandre Diame

avatar
Région d'origine : Hoenn (Cimetronelle)
Expérience : 318
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Juin 2017 - 21:21
Après être sortie de la grotte, j'avais regardé mon téléphone et avais vu que Troy, un membre de l'Emblème que j'avais aperçu pour la construction de notre QG, avait envoyé un message il y a quelques jours sur le groupe des Guériaigles pour organiser une réunion suite à l'événement de Médéa à cause de la Team Anima. Il avait prévu de la faire dans les jours qui allait venir. Il fallait donc que je rentre à Bord-au-Vent au plus tôt, ce qui signifiait que j'allais devoir abandonner mon idée d'aller à Méridian pour le moment. J'avais donc fais demi-tour et m'étais mise en route pour la ville portuaire.

La route 4, qui reliait la grotte à Nox Illum, que j'avais emprunté pour rentrer était plutôt calme aujourd'hui. J'avais donc décidé de faire un peu de sport pour une remise en forme. Ça fait toujours du bien. J'avais alors commencé des exercices d'échauffement pour éviter de me blesser. Sinon, comment je pourrais arriver à destination à temps. Une fois terminés, je m'étais retournée vers mes deux pokemons pour leur demander si ils voulaient me suivre ainsi. A ma demande, Logan était allé se poser contre un arbre, ce qui signifiait qu'il n'était pas très motivé. Quant à Faelina, elle s'était déjà mise à courir.

"- Faelina, attends moi sinon je n'arriverai jamais à te rattraper."

Mais elle ne m'avait pas écouté et courrait encore et avec un petit peu plus de vitesse. Je m'étais dépêchée à faire rentrer Mangriff dans sa pokeball car je n'allais pas attendre que la motivation vienne à lui. Leopardus commençait vraiment à mettre de la distance entre nous, alors j'avais couru le plus vite possible afin de toujours la garder dans ma ligne de vue. Mais à la sortie d'un petit virage dont on ne voyait pas grand chose à cause de l'ombre des arbres, j'avais à peine eu le temps de voir une silhouette humaine, mais il était trop tard. Je courrais beaucoup trop vite pour réussir à l'éviter. Par conséquent, je lui avais foncé dessus de plein fouet. Le choc nous avait fait tombé tous les deux.

"- OUTCH !!! Je suis désolée de vous avoir bousculé aussi brutalement. Je ne vous avais pas vu. J'espère que je ne vous ai pas blessé ?"

Je m'inquiétais plus pour lui que pour moi malgré ma chute. J'avais les bras et les jambes écorchés d'avoir glissé sur les cailloux et mon poignet gauche me faisait atrocement mal. Mais j'essayais de ne pas lui montrer que je souffrais, alors je m étais relevée comme si de rien n'était avec l'aide de mon compagnon de course qui était revenu vers moi en entendant le bruit.

Une fois stable sur mes jambes, j'avais tendu une main, la droite bien évidemment, au jeune homme toujours à terre que j'avais renversé.


Je parle en #04B431
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 166
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin 2017 - 13:22
Décidément, Mhyone était une bien belle région. Je n’étais arrivé que depuis quelques jours et, après avoir finalement rempli toute les formalités administratives pour être un dresseur officiel, je m’étais mis tranquillement à explorer les alentours. Les routes qui bordaient la capitale regorgeaient de pokémons, et je voulais en profiter pour m’entrainer, et entrainer Nuts, à la grande aventure qui nous attendait. C’est donc le cœur léger, l’âme empreinte de liberté, que nous nous sommes mis à la recherche d’un adversaire. Fort heureusement, comme les pokémons, les jeunes dresseurs en quête d’aventure semblaient aussi être nombreux, et je n’eus aucun mal à proposer à l’un d’entre eux un petit combat amical.

Le combat fut plutôt accroché mais, malheureusement pour lui, sa petite équipe était essentiellement composée de pokémons électriques, ce qui était plutôt une bonne chose puisque Nuts n’y était pas le moins du monde sensible. En élaborant une patiente stratégie, faite de guérilla et de coups rapides qui rendaient insaisissable mon Kraknoix, nous avons réussi à triompher sans trop de dommages. L’inverse aurait été fâcheux, puisque, finalement, nous voulions explorer un peu plus loin. Je laissais Nuts dehors qui, comme à son habitude, grimpa sur mon épaule. En vue de mon projet, je cherchais également à savoir quel type de pokémons je pouvais rencontrer, et surtout où les chercher. Je repris alors la route. Il ne faisait pas trop chaud, et une légère brise venait aéré le coin désormais boisé que j’étais en train d’arpenter. Je me plongeais alors dans mes pensées, tout sourire, réfléchissant à ce que l’avenir pourrait bien me réserver. Je ne vis pas alors arriver l’ombre qui, au détour d’un virage, me percuta de plein fouet.

Heureusement, et sans vouloir me vanter, j’étais plutôt solide car, traverser le désert de long en large, finalement ça forge. Toutefois, ça ne m’empêcha pas de tomber en arrière et, avant d’avoir vraiment réalisé ce qui se passait, l’ombre, qui s’avérait être une jeune femme, c’était d’ores et déjà remise debout. Je me frottais l’arrière de la tête, un peu gêné, alors qu’elle s’excusait, remarquant les nombreuses blessures bénignes qui parsemaient ses jambes et ses bras. Je ne pris pas sa main pour me relever, pour ne pas non plus la faire chuter à nouveau, puis, lorsque je fus debout, je lui serrais la menotte avec conviction, un grand sourire aux lèvres, ne regardant même pas si je m'étais moi même fait mal dans la plus grande des insouciances.

« Oh, tu sais, moi ça va, c’est plutôt à toi qu’il faudrait le d’mander ! Et puis, t’es pas la seule à être en cause finalement, moi non plus je n’t’ai pas vu arriver ! » m’exclamais-je, avec un léger rire amusé. « Moi c’est Alexandre, mais tu peux m’appeler Alex, c’est plus simple. Et je crois avoir toujours deux trois trucs en réserves dans mon sac pour les cas comme ceux-là. »

Oui, j’étais un peu un moulin à parole, direct, franc et la plupart du temps très amical. Et puis, je n’allais pas la laisser dans cet état ! Je me mis alors à fouiller dans mon sac, avant d’en sortir pansements et désinfectants.

« V’là ! ça devrait faire l’affaire. Enfin, pour tes égratignures. T’as mal autre part ? » J’étais toujours aussi direct, ne réfléchissant pas vraiment au fait que mon ton plutôt familier puisse gêner la jeune femme.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn (Cimetronelle)
Expérience : 318
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 17 Juin 2017 - 10:25
Le jeune homme s'était relevé sans même se préoccuper de la main que je lui avais tendu. Peut-être qu'il avait peur de me faire encore plus mal, vu que physiquement, j'étais bien amochée et que je ne pouvais pas le cacher, contrairement à la blessure de mon poignet gauche. Une fois qu'il était debout, il n'avais pas l'air d'avoir été blessé où que ce soit car il bougeait sans difficulté. Après, il était juste tombé sur le cul lui donc moins de chance d'avoir des blessures. Si seulement j'avais pu ne rien avoir parce que ça allait me faire perdre du temps, mais il était trop tard pour y penser. Ce qui est fait est fait. Il avait malgré tout serré ma main, sans trop forcé, comme pour me saluer. Cette action était accompagnée d'un sourire.

« Oh, tu sais, moi ça va, c’est plutôt à toi qu’il faudrait le d’mander ! Et puis, t’es pas la seule à être en cause finalement, moi non plus je n’t’ai pas vu arriver ! Moi c’est Alexandre, mais tu peux m’appeler Alex, c’est plus simple. Et je crois avoir toujours deux trois trucs en réserves dans mon sac pour les cas comme ceux-là. »

Le garçon s'était présenté sous le nom d'Alexandre surnommé Alex. Il ne perdait pas un seul instant. Il cherchait déjà dans son sac quelque chose pour mes blessures et en avait sorti des pansements et du désinfectant. Il se baladait toujours avec ça sur lui ? C'est bien pratique en tout cas dans des situations comme à cet instant. Je devrais peut-être me trimbaler avec une trousse de soin à l'avenir, surtout qu'il m'arrive parfois d'être très maladroite. Il m'avait alors tendu ce qu'il avait extirpé de ses affaires.

« V’là ! ça devrait faire l’affaire. Enfin, pour tes égratignures. T’as mal autre part ? »

"- Merci pour les pansements Alexandre. Moi c'est Tohkami. Et ne t'en fait pas pour moi, à part ses petites égratignures, je n'ai rien d'autre. Mais toi, tu es sûr que tu n'as rien ?"

J'avais essayé d'être convaincante avec un sourire en disant que je n'avais mal nulle part ailleurs. Mais au moment de mettre les pansements sur ma peau désinfectée, il avait fallu que j'utilise ma main gauche. Au début, la douleur était supportable, mais au fur et à mesure que je mettais les protections, la douleur s'intensifiait et je n'avais pu retenir un cri de souffrance.

"- Aïe."

Bien évidemment, Alex m'avait entendu crier. J'avais fait mine que j'avais appuyé un peu trop fort sur mes plaies, mais il m'avait regardé d'un air inquiet et assez soupçonneux. J'avais alors su qu'il ne m'avait pas cru quand il s'était accroupi à côté de moi et avait attrapé ma main gauche pour l'inspecter. Il n'était pas brusque, bien au contraire, il faisait attention à tous ses mouvements. Mais j'avais tellement mal que je me mordais la lèvre inférieure pour m'empêcher de hurler à nouveau.


Je parle en #04B431
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Région d'origine : Hoenn
Expérience : 166
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Juin 2017 - 10:02
Je pris donc quelques instants pour soigner la jeune femme, le plus précautionneusement du monde. Il n’était pas rare de se blesser dans le désert, donc très jeune, nous apprenions à faire des bandages et à prodiguer les soins de base. C’était capital, puisque le premier hôpital était situé à plusieurs heures du village. En plus, si elle n’avait que des égratignures, ce n’était pas vraiment difficile à soigner, surtout dans une région comme Mhyone. Il n’y avait que peu de chance que du sable vienne coller à la blessure en tout cas. Tout en continuant de m’occuper de ses blessures bénignes, je lui répondais.

« Moi ? » Je lui souriais, un peu amusé. « Non, je n’ai rien du tout. Enfin rien de notable sinon je le sentirais. Enfin je pense. »  Effectivement, je l’aurais senti. Enfin, je devais peut-être avoir une ou deux contusions au niveau du bras puisque j’étais un peu tombé dessus, mais rien de vraiment inquiétant ou qui ne me causais une douleur déraisonnable.

Je me mis alors à désinfecter certaines de ses plaies, alors qu’elle commençait à apposer des pansements. D’un coup, elle poussa un petit cri de douleur. Au début, je pensais qu’il s’agissait simplement de la douleur provoquée par le désinfectant sur sa peau à vif mais, en final, il s’avérait que c’était tout autre chose. Elle avait du mal à utiliser son poignet gauche. Il devait avoir été abîmé par la chute, ce qui m’arracha une petite grimace. Je lui saisissais alors délicatement le poignet, sans me leurrer toutefois : si la blessure était grave, elle allait avoir mal. Le problème était qu’une blessure à cet endroit-là pouvait être de plusieurs natures différentes et, pour le coup, je ne savais pas trop ce qu’elle pouvait bien avoir. Je lui jetais alors un coup d’œil, arborant toujours mon sourire et en lui faisant un petit clin d’œil.

« Que des égratignures hein ? » Lançais-je sur un ton faussement accusateur, plus amusé et amical que froid et distant.  « Bouge pas, et essaye de le maintenir droit une petite minute. ».

Je sortais alors de mon sac un bandage, puis je cherchais autre chose autour de moi. Je sortais alors de mon sac un couteau et une sorte de colis postal en carton rigide. Je découpais alors une lamelle de carton, puis je regardais sa résistance. Satisfait, je revins vers elle et, en lui maintenant le poignet, je glissais le bout de carton en dessus. J’enroulais alors son poignet avec le bandage, afin de lui créer une attèle improvisée, évitant que son membre blessé ne bouge de trop et lui cause davantage de douleur. Après avoir vérifié que le dispositif tenait bien en place. Je reculais, satisfait, avant de reprendre.

« V’là. Ça devrait faire l’affaire en attendant. Désolé, mais j’ai pas de crème chauffante pour atténuer la douleur. Il devrait bien y avoir une pharmacie ou un centre Pokémon pas loin. » Sans lui demander son avis, je lui demandais de me suivre, repartant sur mes pas. J’étais persuadé avoir croisé un centre pokémon en revenant et au moins, là-bas, ils auraient de quoi faire.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Mhyone :: Mhyone :: Réseau routier :: Route 4-
Sauter vers: